Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Le nucléaire pour lutter contre le réchauffement climatique...

Le nucléaire pour lutter contre le réchauffement climatique...

La réaction de Greenpeace à la suggestion du Premier ministre, François Fillon, de construire un deuxième EPR est révélatrice de la difficulté idéologique qu’ont nos ONG à admettre qu’il faudra bien en passer par le redéploiement du nucléaire pour satisfaire nos besoins en énergie primaire. Je reconnais que, pour elles, c’est devoir avaler un très grand chapeau, mais on ne peut être considérée comme une ONG responsable comme, je crois, Greenpeace l’est, sans devoir admettre les évidences et penser à la satisfaction des besoins de ses compatriotes.

Car la crise pétrolière actuelle montre bien que nous sommes à la limite des possibilités de la planète dans l’extraction journalière de pétrole brut face à une demande qui ne cesse de croître. Par ailleurs, on ne voit pas bien au nom de quelle logique on devrait priver les pays émergents et les autres, encore plus pauvres, de leur développement économique. Enfin, certaines des mesures présentées par les écologistes comme des solutions miracles commencent à faire long feu. On construit des éoliennes à tout-va partout dans le monde sans que nous n’en voyions l’effet sur la demande pétrolière. Parce que cette dernière augmente certes du fait du développement économique, mais surtout parce que l’éolien n’est pas une énergie de masse et qu’elle demande la mise en place, chaque fois que l’on construit une ferme éolienne, d’une capacité de production classique, au gaz ou au fuel vu les puissances concernées, pour le suppléer quand les éoliennes ne tournent pas, soit 75 % du temps (!).

Même problème pour les panneaux photovoltaïques qui ne produisent rien la nuit et par temps couvert. On ne sait toujours pas stocker l’énergie électrique.

Je passe sur les biocarburants, censés être la panacée et dont on s’aperçoit qu’ils "prennent", modestement certes, sur les surfaces consacrées à l’alimentation humaine. Comme les centrales photovoltaïques d’ailleurs.

Alors ? Il faut, certes, développer éolien et photovoltaïque, mais on peut discuter de leur coût extrêmement élevé par rapport à d’autres sources d’énergie. Il faut, certes, diminuer considérablement le gaspillage d’énergie en isolant les logements existants, en poussant via le système des bonus/malus vers les équipements les moins consommateurs d’énergie. Il faut, certes, promouvoir le transport ferroviaire et les transports publics, mais à la condition que ce ne soit pas par un transfert pur et simple vers une nouvelle centrale émettrice de CO2 comme on l’oublie trop souvent. Quant aux bâtiments HQE voire producteurs d’énergie, je demande à voir tout d’abord quelles performances ils afficheront dans la réalité de tous les jours et surtout à quel coût ! Je ne crois pas une seconde que nous bâtirons bientôt des HLM autosuffisants en énergie.

On peut retourner le problème dans tous les sens, nous n’échapperons pas au nucléaire et il serait souhaitable que Greenpeace et d’autres ONG acceptent la réalité des choses. La seule augmentation des prix des aliments de base, première conséquence émergente de la crise de l’énergie, crée déjà des émeutes dans beaucoup de parties du monde, alors je vous laisse deviner l’ampleur du rejet du monde écologique que nous voyons venir. Il appartient aux gouvernements et à tous ceux qui éduquent l’opinion, dont les ONG, de minimiser les conséquences inévitables de cette mutation du monde en en acceptant les moins mauvaises solutions et en y préparant les populations dans les pays développés, mais aussi dans les pays pauvres.

C’est pourquoi l’idée de construire d’autres centrales nucléaires tombe sous le sens et doit même passer de l’idée à la réalisation concrète le plus tôt possible quand on sait qu’il faut en moyenne dix à douze ans pour en construire une seule ! La seule acceptation par les ONG de l’inévitable ferait d’ailleurs gagner deux ans au processus !

A suivre... inévitablement


Moyenne des avis sur cet article :  2.94/5   (101 votes)




Réagissez à l'article

166 réactions à cet article    


  • Marduk 16 juin 2008 10:40

    Supposons qu’on augmente le nombre de central nucléaire dans le monde . On utilise quel uranium pour les faire tourner quelque chiffre

    * La consommation mondiale d’uranium est de 67.000 tonnes par an,
    * La production est de 42.000 tonnes.
    * La différence provient des stocks civils et militaires épuisés en 2015.

     

    http://www.futura-sciences.com/fr/comprendre/dossiers/doc/t/geologie/d/luranium-dans-le-monde_802/c3/221/p2/

     

    Oups les centrals construites maintenant auront même pas le temps d’étre rentabilisé .


    • Pierrot Pierrot 16 juin 2008 23:06

      A Marduk,

      c’est grace à l’utilisation de l’uranium enrichi des armes nucléaires et au recyclage des matières fissiles des réacteurs civils que la production d’uranium a pu être inférieure aux besoins pendant environ 2 décennies (1990-2010).

      De plus le prix très bas de l’uranium n’encourageait pas le recherche de nouveaux sites de production.

      Cette période est terminée c’est pourquoi, il est probable que les sources non actuellement prouvées d’uranium sont certainement encore élevées, lorsque les géologues les rechercheront.

      De plus l’extraction d’uranium à partir de phosphates (expérimentation en cours au Maroc) devrait permettre de doubler les réserves actuels.

      A plus long terme la mise en service de réacteurs dits de génération IV (surgénérateur) permettra de multiplier par environ 60 la ressource d’uranium en utilisant l’isotope 238 (dit fertile) qui représente 99,3 % de l’uranium naturel au lieu de 0,7 % seulement pour l’isotope 235 seul utilisé actuellement.

      L’extraction à partir de l’eau de mer, dont la faisabilité technique et économique a été démontré par les Japonais permet d’avoir des ressources pour des milliers d’années.

      Il n’y a donc aucun risque de pénurie à long terme.

      De plus les sites favorables sont bien réparties dans le monde.


    • Cartman 16 juin 2008 10:48

      L’utilisation répétée du mot "inévitable" est caractéristique de ceux qui refusent tout débat.

      "On ne sait toujours pas stocker l’énergie électrique." Bien sûr que si, on sait stocker l’énergie électrique. Disons plutôt que cela présente beaucoup plus d’inconvénients que d’avantages : Encombrement, masse, pollution (car utilisations de métaux lourds - plomb-mercure-lithium - et de nombreuses substances dangereuses, notamment acide sulfurique), prix d’achat, coûts d’entretien.


      • Méric de Saint-Cyr Méric de Saint-Cyr 16 juin 2008 15:52

        En fait on sait stcocker l’énergoe électrique sous forme d’une autre énergie.

        Un exemple avec le solaire : quand le soleil me donne de l’électricité par le biais d’un groupe de panneaux photovoltaïque, je vais par exemple actionner une ou plusieurs pompes remplissant des réservoirs, des bassins voire même des lacs.

        La nuit tombée, je récupère cette énergie en utilisant ces réserves sous forme d’énergie cinétique, comme des petits barrages hydroélectriques.

        je peux aussi remplir des ballons d’air comprimés et ensuite utiliser la force de l’air comprimé. L’énergie de base, le soleil, est 100% gratuite, donc…

        Donc les centrales nucléaires c’est un super canular pour que les copains proches du pouvoir se gavent bien, alors que si on avait investit depuis le premier choc pétrolier en 1972, on aurait aujourd’hui un parc de valorisation de l’énergie solaire que le monde entier nous envierait.

        Le pari du nucléaire, il ne faut jamais l’oublier, était avant tout, à l’origine, militaire, c’était la grande obsession de Charles De Gaulle. Pas de quoi le remercier !


      • herve33 16 juin 2008 10:53

        Cet article ressemble beaucoup véritable plaidoyer pour le lobby du nucléaire , mais la France n’est pas le centre du Monde et le nucléaire n’est pas viable pour tout les pays du monde .

        La mise en place du nucléaire civil réclame de la très haute technologie aussi bien dans la fabrication des centrales que dans la maintenance , ce qui induit des coûts énormes que seules les grandes puissances peuvent s’offrir .

        Le nucléaire ne peut remplacer qu’une partie de nos approvissionnements énergétiques , nous n’en n’avons pas toujours résolu le problème du stockage de l’électricité . La France qui est sans doute le pays le plus nucléarisé au Monde , l’électricité représente que 15 % des besoins énergétiques . Pour l’instant , la voiture électrique n’est pas prête de remplacer la voiture au carburant fossile , et je ne parle pas des transports aériens .

        L’uranium , comme le pétrole sont en quantité limitée , et qui plus est , si tous les pays du monde se jettent sur l’uranium , utile de dire que d’ici quelques décennies , les stocks seront épuisés . Donc , en utilisant le nucléaire nous sommes , comme pour le pétrole dépendant du contexte international .

        A cela , il faut ajouter les risques d’accidents , le risque d’utilisation du plutonium à des fins militaires dans des pays instables politiquement , et surtout le cout de démantelement des anciennes centrales .

        Bref , le nucléaire n’est qu’une solution temporaire , pour pays riche , pour passer à l’ère de l’après pétrole et une chose est certaine , cela ne sera pas le nucléaire tel qu’il existe actuellement qui sera l’énergie du futur .

         

         

         


        • faxtronic faxtronic 16 juin 2008 12:14

          Oui,c’est une solution temporaire, mais il ne faut la negliger. Passer a la fusion permet de s’affrinchir de l’uranium. Le solaire et l’eolien doivent etre developper pour les vehicles ou pour l’electricité privé. La solution a l’epres petrole existe deja, c’est un panaché des solutions existantes. Il faut s’affranchir des lobby pro ou anti nucleaire ou de greenshit. Il faut aussi developper le solaire et abaisser le prix des panneau solaire en indistruialisant massivement ces panneaux :

          En gros, il faut reduire le prix des energies alternatives.


        • breizhnana 16 juin 2008 15:04

            Il nous fait une grosse colère, rouge comme son nuage, et il a raison, le sudiste. J’ai rarement lu un article aussi nul sur le sujet, si mal documenté, avec autant d’oeillères et de contre-informations. 

          "Ca dérange " ?... Il a quel âge, le nucléo dérangeant ? on se demande quand même dans le lot qui est la plus dérangé, quand on ose mettre dans sa fiche des modestes "vaste expérience... DRH... un regard différent..des idées originales...aider à maîtriser les défis.. ".. T’as raison, et nous on est des pauv’pommes, qui suivons depuis 30 ans l’histoire de l’atome et de ses supers déchets (qu’on ne sait toujours pas vraiment comment stocker) qui radioréactivent pour des millénaires la terre que nous laissons à nos pauvres enfants qui naissent déjà avec un portable collé à l’oreille, ce n’est pas à nous qu’on va faire gober toutes ces inepties pro-nucléaire "inoffensif", ben voyons. Chacun peut arranger le nucléaire à sa sauce, rien ne le rendra digeste pour autant. D’ailleurs, "ça dérange" est déjà atteint, il devait être de l’autre côté de la frontière, du côté du nuage qu’on ne voyait pas et qui ne sentait pas ! 


        • Pierrot Pierrot 16 juin 2008 23:12

          Où avez vous vu des baigneurs dans les piscines des réacteurs ?

          Certes cela ne présenterait aucun danger mais c’est irréaliste.

          Faux probablement comme le reste du commentaire !


        • Pierrot Pierrot 16 juin 2008 23:17

          Ligoter un adolescent sur les rails d’un train en Lorraine vers novembre 2003 sans lui offrir une moindre chance de s’en sortir, n’est-ce-pas un assassinat ?

          Ce n’est pas Ben Ladden, mais le réseau assassin obscurantiste et terroriste appelé "sortir du nucléaire".

          L’assassin coure toujours.

          L’obscurantisme engendre toujours la tempête (Goya).


        • Judesbois 17 juin 2008 16:31

          Ben justement, j’ai tapé dans google... 165 000 réponses ... et dans les premières pages rien qui ressemble à une plongée dans un réacteur...

          Quelle agressivité et quelle mauvaise foi


        • chfav 16 juin 2008 11:00

          salut

          juste un lien et ton article ecrit pra les lobbys nucleaire tombe à l’eau www.sortirdunucleaire.org/index.php ?menu=sinformer&sousmenu=brochures&soussousmenu=RAC&page=index

           


          • chfav 16 juin 2008 11:08

            Aujourd’hui 650 reacteurs en service fournissent 7% de l’electricité mondiale, donc il faudrait environs 10000 reacteurs pour subvenir aux besoins actuel. Si on prend en compte qu’un seul a failli a lui seul detruire l’europe ou plus exactement la rendre inhabitable (le n°4 de tchernobyl pour ceux qui rentrent d’un long voyage sur mars), peut-etre faudrait-il mieux travailler a la reduction de notre consommation et aux solutions alternative.

            Sauf si çaderange veut bouffer du cesium 137 pendant 300 ans ou alors voir sa chaire se decomposer pendant qu’il essaye de couler une chape sur l’un de ses genial reacteur epr


          • sisyphe sisyphe 16 juin 2008 11:03

            Encore un article en faveur du lobby nucléaire, alors qu’on n’a toujours pas résolu la véritable bombe à retardement qu’est le problème des dechets.

            Mais je suppose que Ca dérange sera d’accord pour qu’on les enfouisse dans son jardin !

            La seule solution est de développer, à vitesse grand V, les énergies naturelles et non polluantes : biomasse ; éoliennes, solaires, géothermiques, hydrauliques...

            Vite, avant un nouveau Bhopal ou Tchernobyl !


            • tmd 16 juin 2008 11:17

              Hydraulique : Tout ce qui est utilisable est déjà construit en Europe. Et je ne veux pas d’un Trois Gorges ici.

              Éolien : Le Danemark a mis 10 ans, à vitesse grand V, pour convrir le pays d’éoliennes et compenser UNE seule année d’augmentation de consommation.

              Solaire : Un panneau solaire photovoltaïque est très coûteux en énergie à fabriquer. Il y a du progrès, mais il faut encore 10-15 ans d’utilisation pour amortir le coût energétique de fabrication par rapport au gaz naturel.

              Géothermique, Biomasse : Allons-y, mais la géothermie ne fera pas avancer nos voitures.


            • sisyphe sisyphe 16 juin 2008 11:46

              Ces arguments sont dépassés.

              Et d’une, ce n’est pas l’électricité qui fait, non plus, avancer les voitures ; donc, faux problème.

              Pour les autres énergies, c’est une question de décision politique, d’investissements, et d’investissements dans la recherche.

              Les capteurs d’énergie solaire peuvent et doivent être améliorés, de façon à deveir plus efficaces et plus rentables. L’hydraulique peut largement être amélioré, notamment grâce à l’énergie maritime. Les éoliennes développées, la géothermie et la biomasse également : il suffit d’y mettre les moyens.

              Tant qu’on n’aura pas résolu les problèmes du stockage ou de la neutralisation des déchets, le nucléaire constitue une bombe à retardement, qu’on le veuille ou non. Que tous ceux qui défendent le lobby pro-nucléaire acceptent de stocker, chez eux, une part des déchets, et on en reparle.


            • faxtronic faxtronic 16 juin 2008 12:57

              Non sysiphe, les energies renouvelables sont utilisables en l’etat. Pas besoin de recherche. Ce qu’il faut cé st qu’elle soit a bas cout. Sinon les gens bruleront du charbon, ou meme leurs voisins (en cas de guerre pour l’energie)

               


            • pissefroid pissefroid 16 juin 2008 11:07

              Je ne suis pas pronucléaire, mais ce n’est pas le problème. Ce que je reproche à l’article c’est de partir de l’affirmation selon laquelle l’espèce humaine peut combattre le réchauffement climatique. La communauté scientifique ne connait pas précisement les liaisons terre/soleil. Les scientifiques ne connaissent pas précisement de quelles manières l’énergie qui vient du soleil est absorbée par la terre. En partant de ces constations il n’est pas possible de prévoir le climat des prochaines décennies. Je conseille au lecteur d’aller faire un tour sur le site de climat-sceptique pour essayer de trouver des réponses à ses interrogations.


              • 16 juin 2008 11:13

                Marduk, tes informations sont incomplètes. L’uranium utilisé actuellement dans les centrales (U235)est en effet rare. Cependant, l’article vers lequel tu pointes précise également que La quasi totalité de la masse d’uranium sur terre est constitué par l’isotope U238 peu utilisable. La recherche progresse pour réussir à brûler une quantité plus importante de combustible, et l’EPR, malgré tout ce qu’en diront les détracteurs, est un pas de plus dans cette direction.

                 

                Même si l’article d’agoravox est un peu à côté de la réalité sur certains points (iul ne semble par exemple pas au courant de certains progrès spectaculaires dans le domaine du photovoltaïque), il a raison en disant que le nucléaire est inévitable.

                 

                Petit rappel pour l’énergie solaire : elle produit également quand le temps est couvert, et les cellules CGIS pourraient être capable de largement baisser les coûts.

                 

                Quant aux bâtiments HQE, il ne faut pas sous estimer la capacité du chauffage solaire (sans celle photovoltaïque), capable d’assurer 100% du chauffage dans le sud, et 50% dans le nord de la france.


                • 16 juin 2008 11:25

                  Les énergies naturelles non polluantes sont un mythe. Quand on parle d’éoliennes, on doit aussi prendre en compte l’acier de haute qualité qui doit être produit, et qui nécessite beaucoup d’énergie (et libère aussi par là même beaucoup de CO2). L’énergie hydrolique est presque totalement exploitée, on ne peut pas aller beaucoup plus loin dans ce domaine.

                  Les biocarburants étant également très polluants, il ne reste plus beaucoup de solutions alternatives (il y a les centrales utilisant les courants marins, difficilement reliables au réseau électrique classique).

                  De plus, tchernobyle est un spectre que les anti-nucléaires aiment bien agiter, sans préciser que les mesures de sécuritées mises en place aujourd’hui sont sans commune mesure aujourd’hui avec celle appliquées dans un pays alors membre de l’URSS.


                • Zalka Zalka 16 juin 2008 11:43

                  Oui enfin certaines énergies sont quand même moins polluantes que d’autres. Le pétrole est de bien meilleur rapport que le charbon par exemple.

                  Et à priori, même avec ses défauts, l’éolien est de meilleur rapport que le pétrole.


                • sisyphe sisyphe 16 juin 2008 11:54

                  De plus, tchernobyle est un spectre que les anti-nucléaires aiment bien agiter, sans préciser que les mesures de sécuritées mises en place aujourd’hui sont sans commune mesure aujourd’hui avec celle appliquées dans un pays alors membre de l’URSS.

                   

                  Oui ; c’est ça !

                  Exactement le même discours tenu après Bhopal, et avant Tchernobyl.

                  Le même discours que celui qui prétendait que le nuage de Tchernobyl s’était arrêté aux frontières françaises ; bref, de l’intox, alimentée par le lobby pro-nucléaire.

                  Un nouveau Tchernobyl peut se produire à n’importe quel moment, partout où il y a des centrales nucléaires ; il suffit d’un acte de terrorisme, d’un accident non prévu (collision d’un avion, par exemple) ; rien de moins sûr que la protection des centrales nucléaires.

                  Tchernobyl n’ a rien d’un "spectre" : c’était un avertissement (avec frais), dont les effets se font toujours sentir ; notamment en Corse, et dans le Mercantour. 

                  Et, surtout, il y a le problème des DECHETS NUCLEAIRES, qui sont obstinément passés sous silence : bizarre, non ?


                • sisyphe sisyphe 16 juin 2008 12:00

                  Mais qu’est-ce que c’est que cette confusion entretenue par plusieurs intervenants, notamment l’auteur de l’article, entre le nucléaire et le pétrole ?

                  Quel rapport ?

                  Les voitures marchent à l’électricité nucléaire ?? C’est nouveau ?

                  Le nucléaire est à mettre en comparaison avec les autres énergies domestiques : renouvelables, non polluantes : le pétrole, c’est un autre problème.


                • Judesbois 16 juin 2008 13:37

                  Les voitures ne marchent pas au nucléaire, mais les trains oui ! Il faut en finir avec les bagnoles, c’est tout !


                • Judesbois 16 juin 2008 13:54

                  Aux anti nucléaires primaires : je ne suis pas un fana du nucléaire, mais pendant une période transitoire, qui va arriver très très vite, on sera bien content de les avoir nos centrales pour produire notre électricité.

                  Vous critiquez le lobby nucléaire à tout bout de champ, mais pas un mot sur le lobby pétrolier, chimique, etc.

                  Et vous ne voyez pas, tellement la poutre que vous avez dans les yeux est énorme, que les éoliennes sont imposées par leur propre lobby à la tête duquel Véolia (dont le PDG est un intime de vous savez qui) ;

                  Que les conditions dans lesquelles elles se développent (hors de toute considération sur l’éfficacité énergétique nette prenant en compte l’énergie nécessaire à leur construction (acier, béton)), en particulier les tarifs de rachat de l’énergie produite par EDF (donc le consommateur) exorbitants, en font tout simplement des rentes pour ceux qui les possèdent ;

                  Que l’argent qui va être dépensé pour ce programme éolien tient du gaspillage destiné à enrichir quelques actionaires, avec la bénédiction des pouvoirs publics qui ne pensent qu’à la com qu’ils pourront tirer de ces moulins à vent, et qu’il serait mille fois plus utile et efficace placé dans une vraie politique de soutien aux économies d’énergie et d’isolation des bâtiments.

                  Oui à l’éolien mais au large des cotes où les nuissances sont moindres, et les vents beaucoup plus réguliers.

                  Le solaire quant à lui a un potentiel mille fois plus prometeur. Je ne parle pas des panneaux photovoltaiques, mais de l’éctricité thermosolaire. (je pense au projet DESERTEC voir ce lien : http://www.trec-france.org/)


                • sisyphe sisyphe 16 juin 2008 14:12

                  Relativement d’accord avec le fait d’en finir avec les bagnoles aux moteurs à essence.

                  Pour le nucléaire, j’insiste et je ré-insiste : QUID des déchets ??


                • Judesbois 16 juin 2008 14:17

                  Les déchets ne sont pas un si gros problème, quelques centaines de mètres cube à tout casser... l’enfouissament profond pourquoi pas ?

                  Le CO2 est un plus gros problème dans le genre déchet.

                   


                • sisyphe sisyphe 16 juin 2008 15:04

                  Mais bien sûr....

                  De quoi vous renseigner un peu mieux, pour éviter le discours lénifiant du "pas de problème"...


                • krolik krolik 18 juin 2008 02:00

                  J’habite à moins de 3 km d’une centrale nucléaire et ça ne me gêne pas du tout, ça ne gêne pas non plus les habitants du coin.

                  J’ai quitté le nucléaire il y a 20 ans pour faire un job plus rémunérateur.

                  je voudrais tout de même préciser deux, trois choses.

                  "Le nuage s’est arrêté à la frontière" ça c’est une vanne lancée par "Libé" qui a fait école, ça sonnait tellement bien !

                  "Libé" dans son édition du 2 Mai 1986 disait :" Le Pr Pellerin annonce une augmentation de la radioactivité sur le territoire français, sans danger pour la population" et dans son édition du 9 Mai, le même "Libé" titrait "Le r Pellerin avoue.."

                  Donc il faudrait arrêter avec ce canulard !

                  Sur la contamination de Tchernobyl (zone ’exclusion de 30km) le terrain est compté comme pollué pour une activité césium égale à 37 000Bq/m2 soit un curie au km2.

                  Sur un terrain ordinaire ; sédimentaire, région parisienne, on compte une radioactivité de l’ordre de 20 000Bq/m2 de polonium 210 et autant de plomb 210. Mais comme le plomb 210 est beaucoup moins toxique que le polonium on ne le compte pas..Voir le JO des Communautés européennes du 26 Juin 1996 qui donne les tables d’équivalence pour un grand nombre de radioisotopes ingérés.

                  Je voudrais souligner que le césium 137, "l’horrible" est tout de même 100 fois moins radiotoxique que le plomb 210.

                  Du point de vue de la radiotoxicité le Massif Central est tout de même plus dangereux que 99% de la zone d’exclusion. Cette zone est d’ailleurs en train de devenir un refuge pour la vie sauvage dont les Ukrainens comptent bien tirer un profit touristique !!

                  L’uranium est un métal très courant dans la nature, entre 3 et 9 grammes par tonne de terre pour les moins uranifères (c’est à dire région parisienne incluse). Il est à noter que les mines d’or d’afrique du sud sont exploitées avec des teneurs équivalentes. Donc on sait que le prix max de l’uranium métal est celui de l’or, et que dans de telles conditions de prix la ressource est quasiment infinie car tout terrain peut être considéré comme étant une mine.

                  Maintenant si vous voulez vraiment vous faire peur en déclenchant une balise de radioprotection à l’entrée d’un centre nucléaire équipé, vous embarquez dans une camionnette un bout de bordure de trottoir de la place de la Concorde ou de la Porte d’auteuil. Ces bordures de trottoirs en granite breton dépassent toutes les normes admises. Ah ces pauvres touristes épuisés d’avoir descendu les Champs Elysées sous le cagnard et qui s’assoient sur le trottoir ils ne savent pas où est le danger !!!


                • l ecolo 19 juin 2008 13:29

                   

                  à sisyphe qui a dit :

                   

                  « Les voitures marchent à l’électricité nucléaire ? ? C’est nouveau ? »

                   

                  non, ce n’est pas vraiment nouveau.

                   

                  En France, tout ce qui fonctionne à l’électricité, y compris certains véhicules parmi lesquels des voitures, fonctionne avec 80% de nucléaire.

                   

                   

                   


                • Zalka 16 juin 2008 11:21

                  Je trouve grandement dommage que tant de gens se prétendant non partisan, tirent à boulet rouge sur un article qui prétend pourtant que le photovolvaïque et l’éolien sont à développer.

                  Je trouve également dommage que l’auteur ne disent rien sur les problèmes d’approvisionnement en uranium. Car comme le pétrole, il s’agir d’une denrée limitée et non renouvelable. Peut être que l’auteur aurait du dire un mot des recherches dans le domaine de la fusion.


                  • Zalka Zalka 16 juin 2008 11:30

                    Bizarre que mon commentaire soit anonyme.

                    Je signe donc ici : Zalka


                  • krolik krolik 18 juin 2008 02:15

                    La "Fusion" c’est une espèce de mythe de Sisyphe.

                    En 1975 avec le Joint European Torus de Culham en Angleterre on annonçait un proto de réacteur à fusion vers 2010. 35 ans plus tard et quelques euros de plus nous y sommes et l’on annonce "DEMO" pour 2040 ou quelque chose comme cela .

                    La Fusion c’est un projet à délais constant.

                    Les Amércains renâcle à leur participation dans ITER car ils ont fait un petit calcul tout bête de prix de revient d’un "DEMO" et d’un DEMO-série simplement en prenant en compte les tonnages de matériaux sophistiqués qui devront rentrer dans la construction, l’électronique etc.. Et ils se sont aperçus que cela produirait (étant sous entendu que les problèmes scientifiques et technologiques ont été résolus par ITER) du kWH à un prix trois fois supérieur au kWh nucléaire...

                    Les centrales françaises consomment principalement du 235U, et l’on stocke le 238U qui servira de combustible à la "génération 4". Chaque année qui passe c’est 50 à 60 ans de consommation électrique que l’on met en réserve pour la consommation de nos enfants et petits enfants..

                    Qui a dit que les gens du nucléaire ne pensaient pas à leurs descendants !


                  • Stéphane Lhomme Stéphane Lhomme 16 juin 2008 11:22

                    Ce pauvre "Ca dérange" est le seul à être "dérangé".

                    Tous ses "arguments" sont bidons et se retournent comme des crèpes. Un seul exemple : "On construit des éoliennes à tout va partout dans le monde sans que nous n’en voyions l’effet sur la demande pétrolière"

                    ---> Et ton cher nucléaire, il donne quoi comme "effet sur la demande pétrolière" ? Zéro ! Même en France, pays de l’atome, va expliquer aux pêcheurs, routiers, automobilistes (presque tout le monde finalement) qu’ils sont "protégés par le nucléaire". Ha ha ha...

                    Un petit rappel : sur Terre, les rénouvelables produisent BEAUCOUP PLUS que le nucléaire. D’ailleurs, la seule hydroélectricité fait plus : 3000 Twh/an contre 2600 au nucléaire.

                    Qui plus est, le nucléaire est en déclin irréversible (il a encore perdu 2% en 2007) et les renouvelables en augmentation exponentielle...

                    Allez, Cadérange, va voir tes amis pronucléaires Amininedjad, Poutine, Bush, Berlusconi, Sarkozy-Kadhafi : que des gens sympas !

                     


                    • Zalka Zalka 16 juin 2008 11:28

                      A vrai dire, je ne sais pas si l’auteur est un commis des pro-nucléaire. Par contre l’auteur de ce commentaire est clairement un partisan acharné de "l’autre camps". Un intégriste qui ne connait probablement rien des tenants et aboutissants du nucléaire.

                      Les tenants du tout nucléaire sont des idiots, c’est certain. Les tenants de l’absence totale de nucléaire en sont une autre espèce.

                      A chaque fois, que je lis ses arguments, je suis atterré par leur nullité. Au final, ce type est tellement mauvais qu’il fait le jeu des pro nucléaires. Bref, à écarter de toutes discutions sérieuses sur le nucléaire. Ne serait ce que pour éviter de se retrouver avec des centrales nucléaires partout.


                    • Zalka Zalka 16 juin 2008 11:37

                      D’ailleurs, je m’aperçois que j’aurais du dire en quoi ses arguments sont idiots.

                      Stephane Lhomme invite l’auteur, çadérange, à expliquer en quoi le nucléaire les protège de la hausse du pétrole. D’une certaine manière, c’est bien vu : la flotte de pêche française, tous comme l’ensemble des camions de France ne marchent pas à l’électricité. Dans le cadre des carburants, le nucléaire n’est d’aucun secours.

                      Mais d’un autre point de vue, en quoi diable les énergies renouvelables de Mr Lhomme vont elles changer quoique ce soit aux problèmes des routiers et des patrons pêcheurs ?

                      L’éolien, le photovolvaïque, l’hydroélectricité et le nucléaire sont des moyens de productions d’électricité. Ces sources d’énergies ne sont donc d’aucune aide pour l’exemple cité.

                      On m’objectera que l’on peut remplacer les moteurs par des équivalents électrique. Oui. Mais dans ce cas, pour le patron pêcheur et pour le routier, qu’on se charge au nucléaire ou à l’éolien, ce sera kif kif.

                      Bref, il s’agit d’un TRES mauvais exemple pour discréditer le nucléaire et promouvoir les énergies renouvelables. Stephane Lhomme en militant intégriste ne l’avait même pas remarqué.


                    • faxtronic faxtronic 16 juin 2008 13:00

                      Stephane ’Lhomme est un sinistre con. Ce sont de cretins pareil qui passionnent le debat, au lieu de la calmer. C’est une grosse merde a eclater a la chevrotine. Depuis longtemps


                    • Olivier 16 juin 2008 19:27

                      dans quelques années, nous arons tous des voitures électriques.

                      C’est une certitude.

                      La production d’électricité a donc un grand rapport avec les transports


                    • l ecolo 19 juin 2008 13:46

                       

                      à Zalka qui a dit :

                       

                      « Les tenants du tout nucléaire sont des idiots, c’est certain. Les tenants de l’absence totale de nucléaire en sont une autre espèce »

                       

                      Bien d’accord là-dessus.

                       

                      Il faut quand même remarquer que les tenants du « tout nucléaire » sont extrêmement rares. L’immense majorité de ceux qui considèrent que le nucléaire est acceptable, ou même indispensable, admettent aussi la nécessité d’un bouquet d’énergies.

                       

                       


                    • l ecolo 19 juin 2008 13:54

                       

                      à Zalka qui a dit :

                       

                      « l’on peut remplacer les moteurs par des équivalents électrique. Oui. Mais dans ce cas, pour le patron pêcheur et pour le routier, qu’on se charge au nucléaire ou à l’éolien, ce sera kif kif. »

                       

                      On fabrique depuis longtemps des bateaux, même civils, qui fonctionnent au nucléaire. Il semble que le moment soit venu de répandre cette technique plus qu’elle ne l’est.

                       

                       


                    • l ecolo 19 juin 2008 14:02

                       

                      à Olivier qui a dit :

                       

                      « La production d’électricité a donc un grand rapport avec les transports »

                       

                      C’est pourquoi il est important que l’électricité soit fabriquée proprement et non au moyen de charbon, pétrole, gaz, ou même lignite (en Allemagne). Pourtant il est prévu de construire, en France, plusieurs centrales au charbon dans les prochaines années.

                       

                      Le parti politique « Les Verts », qui fait pourtant ses choux gras de l’écologie et de la protection de l’environnement, ne proteste pas. Greenpeace, le WWF, et le milliers d’associations qui se prétendent écologistes et protectrices de l’environnement n’organisent aucune manifestation de protestation non plus.

                       

                       

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès