Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Le phénomène Nicolas Hulot : une fenêtre d’opportunité politique (...)

Le phénomène Nicolas Hulot : une fenêtre d’opportunité politique s’ouvre-t-elle enfin pour l’environnement ?

Avec sa proposition de Pacte écologique, Nicolas Hulot est sur le point de réussir son premier pari : interpeller les hommes et femmes politiques sur la problématique environnementale. Fort des 10 % d’intention de votes que les instituts de sondage lui prêtent, Nicolas Hulot semble faire l’unanimité à gauche et à droite, et se voit convoité par tous les candidats qui espèrent en son ralliement.

Hulot réussirait-il à remettre l’écologie au cœur du débat politique, et en particulier au centre de la campagne présidentielle, chose que le parti des Verts et les leaders écolos n’étaient jamais vraiment parvenus à faire ? Il paraît en tout cas enlever à la gauche le monopole de l’écologie.

Il faut croire que depuis vingt ans, l’environnement a progressivement fait son chemin pour devenir une préoccupation majeure de cette opinion publique qui, notamment, appréhende avec inquiétude et anxiété le cataclysme climatique que tous les cassandres annoncent, sans doute non sans raison. Dans notre société anxiogène, les discours qui interpellent et qui attirent ont souvent pour point commun de capitaliser sur les peurs et les risques : insécurité, insécurité de l’emploi, risque terroriste, risque climatique, écologique, sanitaire ; et le pendant, le principe de précaution.

Alors, Hulot, jouit-il véritablement de solides intentions de vote ? Rien n’est moins sûr. Il faut peut être y voir un succès plus médiatique que politique. Crédible sur les questions environnementales, semblant également respirer la sincérité, le personnage Hulot réunit deux qualités qui font peut-être le plus défaut à la classe politique actuelle. Du coup, il suscite l’engouement populaire et acquiert la sympathie de l’électorat qui aspire au renouvellement du politique (au sens de la chose publique).

Par ailleurs, les questions environnementales occupent-elles vraiment le débat d’idées, depuis l’arrivée de Hulot dans la campagne ? Certes, on a parlé des cinq propositions de ce pacte ; mais, hormis, peut-être, la taxe sur le carbone, il faudrait, pour engager un réel débat, sortir des grandes annonces (le symbole étant évidemment la création du fameux poste de vice-ministre chargé du développement durable) pour entrer davantage dans le concret. L’insécurité, l’emploi, le pouvoir d’achat (« la vie chère » pour ceux qui aurait besoin d’un petit coup de pouce lexical de Ségolène Royal) semblent ne pas être détrônées au rang des priorités.

Mais ne soyons pas si cyniques et si difficiles pour la cause environnementale. Après tout, c’est peut-être la première fois que l’éclairage médiatique semble témoigner de ces questions, et en même accélérer une prise de conscience plus généralisée. Et si on se prend à rêver, on pourrait être tenté d’y voir une opportunité qui permettrait d’envisager un renouvellement du rapport à la chose publique, car c’est sans doute un rare domaine de la politique, pour lequel le progrès et l’action doivent nécessairement passer par la combinaison de l’implication individuelle et collective, celle de chacun, et celle des pouvoirs publics, sans quoi rien n’est véritablement réalisable.

Ps : Hulot n’a manifestement aucune envie d’aller vraiment jusqu’au bout d’une candidature... et je serais surprise qu’il se rallie officiellement à l’un ou à l’autre, son indépendance faisant sa force...


Moyenne des avis sur cet article :  3.62/5   (52 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • De passage (---.---.176.42) 20 décembre 2006 12:39

    Ce pacte est une façade qui permet à nos chers dirigeants d’endormir les braves gens. pendant ce temps là, derriere la façade, des gens s’égosillent pour sauver la planète mais on ne les entends pas.


    • T.B. T.B. 21 décembre 2006 19:42

      Entièrement d’accord.

      Nicolas Hulot s‘est d’abord fait connaître comme animateur sur France Inter avec une émission consacrée à la moto : La poignée dans le coin (Wikipédia) . La Starac avant l’heure pour bruits et pollutions en veux-tu en voilà. Un gars qui sait vendre, sait « couvrir » le Paris-Dakar et sait se vendre aux plus offrants. Bingo ! dès 1987 c‘est TF1 qui l‘embauche, il présente l’émission télévisée Ushuaïa, le magazine de l’extrême, et sponsorisé par Rhône-Poulenc ( aujourd’hui AVENTIS). Il devient grâce à cette émission un familier des téléspectateurs et un des grands vraix-faux porte-paroles français de la sauvegarde de la nature de ces 20 dernières années. Sauf que cette « sauvegarde » est la chasse gardée, entre autres, d’EDF, de l’ADEME (établissement public à caractère industriel et ... commercial sous la tutelle du ministère de l’écologie) et de l’Oréal qui produit les déodorants USHUIA, les trois au moins étant les partenaires financiers de la Fondation Nicolas Hulot.

      Face à un représentant de Greenpeace International, les « bons sentiments » et les mesurettes écologiques qu’il préconise ne feraient pas long feu. Sachant cela, les groupes et lobby qui le soutiennent en coulisse, pour en faire une vitrine-gadget qui cachent leurs crimes environnementaux, se gardent bien de le faire débattre face à un vrai écolo. Hulot n’est qu’un usurpateur.

      Avec son Pacte écologique, Hulot est en train de détourner les vrais et radicales solutions par des mesurettes exactement comme les syndicats étudiants (UNEF principalement avec son Julliard maman maire PS) et le syndicat Cgt principalement se sont appropriés, début 2006, avec la même complicité des médias, la révolte de quelques-uns qui exigeaient bien plus que le retrait du seul CPE. Situation parallèle.


    • (---.---.225.27) 26 décembre 2006 16:34

      Les gens raisonnables qui s’égosillent pour sauver la planètre réclament presque tous cette taxe carbone, celle qui se trouve dans le pacte. Ce point du pacte, si on l’applique, c’est le meilleur cadeau que l’on peut faire à la planète et à nos enfants.

      Arretons de cracher dans la soupe pour des prétextes fallacieux. Il faut savoir reconnaitre les choses positives quand elles arrivent.


    • nelly boutinot (---.---.255.184) 20 décembre 2006 13:16

      Compte-tenu de tous les problèmes, gouverner est un défi permanent. La grande difficulté est de gérer le court terme avec le souci du long terme : nouvelle habitude à prendre. Pas facile. Et Nicolas Hulot a l’immense mérite de proposer une piste avec l’installation d’un vice-premier ministre. S’il en d’autres qui apparaissent tant mieux pourvu qu’elles n’enterrent pas cette nécessité de prendre en compte le long terme.


      • c2nco2 (---.---.65.123) 20 décembre 2006 14:48

        Oui, Nicolas Hulot à le mérite de faire éxister enfin la voie de l’écologie au niveau médiatique. Et c’est déjà énorme, cependant il faut aller plus loin, les 24 propositions de l’alliance (www.lalliance2007.fr) par exemple sont encore plus concrètes. Elles vont dans le sans de Nicolas Hulot et interpellent les politiques sur ce qu’il faudra vraiment commencer au lendemain de l’élection... Ces derniers sont d’ailleurs notés sur ce qu’ils ont réellement réalisé pour l’environnement depuis dix ans au pouvoir, et l’on comprends toute l’ampleur de l’écart entre promesses, propositions et actions politiques concrètes !


        • florette des bois (---.---.67.97) 20 décembre 2006 14:50

          Tout à fait d’accord avec le deuxième post. Nicolas hulot pousse pour l’apparition d’une épine dorsale future du flux de décision politique. Sortir la politique de l’atermoiement et du court terme suppose de lui redonner un axe remarquable qui ouvre vers l’avenir. Cet axe nouveau de la politique française pourrait être (devrait être) celui de l’écologie. Ecologie personnelle, écologie collective, invention commune d’une nouvelle et plus brillante france, motrice en inventions concrètes propices à réindiquer au monde un axe humaniste. Nous ne serons pas forts parce que nous vendons des armes. Nous ne serons pas forts parce que nous avons le nucléaire. Nous ne serons pas forts parce que nous persistons à désirer vivre sur l’aura des « Lumières » que nous n’avons plus. Nous ne serons pas forts parce que nous subissons. Nous ne serons forts que si nous nous fixons un idéal beaucoup plus fort que celui auquel on s’est progressivement habitué à penser possible...

          Nous ne serons forts que si nous changeons tout de suite les priorités et que nous nous engageons en tant que nation vers la création de l’alternative. Alternative écologique, biologique, solidaire, participative, énergétique, spirituelle et brillante.

          Je prie pour être entendu.


          • br (---.---.86.44) 20 décembre 2006 15:47

            Hulot plus pour Sarkozy que pour Royal ? C’est en tout cas l’avis de Corinne Lepage. Selon la candidate à la présidentielle de Cap 21, la présence de Nicolas Hulot au premier tour n’aurait pour seul but que d’aider Nicolas Sarkozy contre Ségolène Royal. En effet à ses yeux, l’animateur de TF1 n’a plus de raison de maintenir sa candidature maintenant que presque tous les candidats ont signé son pacte. « S’il se présente quand même, cela veut dire que son objectif n’était pas écologiste mais purement politicien » et que sa « visée politicienne » c’est « d’aider Nicolas Sarkozy contre Ségolène Royal » a-t-elle ajouté.


            • Seb (---.---.170.165) 21 décembre 2006 12:12

              Ce que nous dit Corinne Lesage la regarde. Sur le fond, je ne pense pas qu’un homme de terrain comme Nicolas Hulot mène cette action d’envergure dans un intérêt politique. Les présidentielles de 2007 sont pour lui et sa fondation le bon moment de mettre l’écologie au coeur des différents programmes, sans clivage. A ce sujet je trouve les réactions des écologistes politiques un peu navrantes... Que ce soit Corinne Lesage, Dominique Voynet ou Cécile Duflot, ces réactions me font personnellement penser à de la jalousie... Nicolas Hulot est une personnalité appréciée des Français, qu’on le veuille où non. Cette action a au moins le mérite de sensibiliser les gens sur les sujets écologiques. Puisque ces gens ont une cause commune, il serait peut-être préférable de s’allier plutôt que de dénigrer des actions pour le moins impactantes.


              • jean-michel.galaup (---.---.177.134) 21 décembre 2006 14:07

                oui pour tout TERRIENS


                • Djulian (---.---.180.208) 21 décembre 2006 21:34

                  Ira t’il jusqu’au bout ? En tout cas, les maires ont commencé à recevoir les promesses de parrainages de Hulot à renvoyer...

                  Malheureusement, le plus efficace c’est pas les belles images, c’est la conscience des catastrophes (pédagogie des catastrophes...)


                  • fab (---.---.46.54) 21 décembre 2006 21:53

                    Hulot revient des antipodes dans sa convertion à la défense de l’environnement. Il a troqué la poignée de gaz de ses débuts contre le bâton de pélerin d’un vaste mouvement d’alerte sur les problèmes d’environnement dont il est aujourd’hui un moteur efficace et riche de potentialité. Il a vendu son âme au diable de la chimie pour disposer peut être des moyens financiers nécessaires à la diffusion massive de ses idées. Et pourquoi pas ? Ces firmes là ne font-elles pas assez de dégâts sur l’environnement pour cracher sur leurs dons et refuser de s’en servir pour la bonne cause ? Un cadeau n’est jamais gratuit. Certes, mais qui est dupe ? Qui croira qu’Aventis devient un parangon d’écologie, EDF un fossoyeur d’énergie polluante, l’Oréal un producteur magnanime de produits corporels naturels, parce qu’ils tentent de s’acheter à bon compte une image vertueuse dans l’opinion au travers du personnage Hulot ? En revanche l’argent lâché par ces groupes n’est pas riche de virtulalité mais bel et bien sonnant et trébuchant. Alors s’il peut faire avancer un tant soit peu la noble cause de l’écologie plutôt que de la remiser une fois de plus au rang des curiosité que l’on observe avec condescendance, des préoccupations dont on se dit qu’elles méritent notre attention mais que finalement personne ne se résout à défendre avec l’ardeur qu’il se doit parce qu’il y d’autres problèmes aussi dans la vie, des vaines résolutions de début d’année qui ne passent pas le cap du mois de janvier sous le fardeau des contraintes qu’elles supposeraient et que personnes n’est disposer à consentir si le voisin ne le fait pas non plus ou si le porte monnaie n’en est pas affecté. Alors continuons gaiement à se demander si, à tergiverser, à peser le pour et le contre, à s’exténuer à chercher des fantômes. Pendant ce temps la situation empire et notre horizon s’assombrit. pourquoi ne pas donner à Hulot le crédit de la sincérité ? Quel est le risque ? La révulsion de l’homme providentiel ? Tant mieux si quelqu’un à un moment incarne un catalyseur susceptible de déclencher une prise de conscience majeure. Hulot à sa place peut faire bouger les lignes, imposer dans le discours politique les thèmes pour lesquels il se bat, mieux que personne à ce jour. Vas-y Hulot et laisse déblatérer tous ces pisse-vinaigre.


                    • g.jacquin (---.---.14.49) 22 décembre 2006 07:02

                      C’est comme d’hab. , Tout ça, c’est du busines et Hulot si connait mieux que personne...

                      Au fait, c’est vrai qu’il aurait eu une maison en corse qui aurait « sauté » parce qu’elle pourrissait le paysage ?


                      • Roland (---.---.40.173) 22 décembre 2006 22:40

                        Que veut dire « une fenêtre d’opportunité politique » ???? smiley

                        Voyons ce que dis le dictionnaire de la langues française : opportunité : caractère de ce qui est opportun. Il serait peut-être opportun, là tout de suite, d’expliquer ce que vous voulez dire ; et en français de préférence ; par exemple sans utiliser de termes anglais tels que « opportunity » qui veut dire en français : « occasion ».


                        • Ocsena (---.---.28.80) 23 décembre 2006 22:25

                          Hulot rétoqué à la LCR et à LO

                          Qu’est-ce qui fouarait donc dans son raisonnement ?
                          - Oh ce n’est pas qu’on nie que l’activité humaine est nocive, qu’elle menace le climat et donc toute la planète. Mais où donne-t-il la preuve que l’espèce humaine est à sauver ? A la fin du permien, y a 250 millions d’années, 95% des espèces marines et 70% des espèces terrestres ont disparu, t’as vu quelqu’un, toi, protester que ça le dérangeait ?


                          • AVEVA 27 décembre 2006 22:36

                            Vous avez entendu vous les 24 propositions de (www.lalliance2007.fr) ?

                            Toute la différence avec Nicolas HULOT c’est que lui tout le monde l’a entendu et c’était nécessaire de faire entendre ce que « les cassandres » dénoncent fort à propos dans l’idifférence presque générale des décideurs.

                            Sur son site AVEVA écrit ceci, mais l’avez-vous entendu ?

                            Il faut mobiliser l’opinion publique : A chacun de nous de faire l’effort pédagogique d’informer et convaincre ses proches, ses relations, ses interlocuteurs, son maire, son député, son journal quotidien, la presse, que le développement durable c’est « concilier la performance économique et le respect de l’environnement » (Econologie)

                            Ces quelques pages Web ont l’ambition de vous y aider.

                            NON la technique ne pourvoira pas à nos besoins expansifs d’énergie.

                            NON l’hydrogène n’est pas une source d’énergie fabuleuse, mais un vecteur.

                            NON en 2020, voitures et camions ( le parc mondial est de 800 millions de véhicules) ne rouleront pas à l’hydrogène - déclaration de Jean Martin FOLZ Président de PSA à l’émission TV « Capital » - rien qu’en France il faudrait doubler le parc des 54 centrales nucléaires alors que la construction d’une seule est prévue (EPR à Flamanville)

                            NON ce ne sera pas « l’apocalypse », si dès à présent chacun de nous prend conscience qu’il faut changer progressivement nos modes de vie au cours des dix prochaines années.

                            OUI le réchauffement climatique aggravé par les activités humaines est une grâve réalité. « Dans l’histoire de l’humanité, il n’y a jamais eu danger aussi important que les changements climatiques » Jean-Guy Vaillancourt (professeur de sociologie à l’Université de Montréal)

                            OUI il faut forcer la main aux politiques en pesant par la masse pour qu’ils gouvernent en anticipant les évènements .


                            • (---.---.225.122) 4 janvier 2007 17:09

                              Le 7 mai 2007 le phénomène Nicolas Hulot cessera d’exister. Son grand mérite aura été de ramener le score des verts à 1%.

                              Le mécanisme des sectes apocalyptiques est très bien connu

                              http://prevensectes.com/apoca2.htm#2

                              Bonne lecture


                            • terre neuve (---.---.84.14) 15 janvier 2007 17:29

                              Il est temp de faire quelque chose pour nos enfants ;de pouvoir respirer....vas y Nicolas l’avenir est devant toi !!!Tu seras t’entourer de politiciens pas trop verreuxxxx ! Dépeche toi de nous donner un bol d’air social et écologique ;merci d’avoir aussé ! TN

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès