Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Le pois(s)on dans nos assiettes

Le pois(s)on dans nos assiettes

Le Norvégien John Fredriksen est un des plus riches hommes du monde. Propriétaire de l’entreprise « Marine Harvest », il contrôle la plus grande industrie mondiale du saumon. Dans ses élevages Marine Harvest sont produits 100 millions de saumon par an, en Norvège et au Chili.

Le Chili est un paradis pour les entrepreneurs. Tout ce qui est interdit en Europe en matière de protection de l’environnement, peut y être utilisé par des entrepreneurs comme Fredriksen en tout impunité . Ses « fermes à saumon » du Chili sont trop proches, les unes des autres ; dans les cages, immergées à 40 mètres dans la mer, on entasse deux fois plus de poissons qu’en Europe. Ils nagent dans leurs excréments. Afin de prévenir les maladies, des centaines de tonnes d’antibiotiques sont incorporées dans la nourriture. D’autres produits chimiques pour accélérer la croissance et colorer la chair y sont ajoutés. A 18 mois, le saumon, prêt pour le marché, est bourré d’adjuvants.

Quand les fjords sont trop contaminés par les produits chimiques et par les excréments, Marine Harvest déménage plus loin vers le sud, dans les eaux encore saines de la Patagonie. Pour le Chili c’est un désastre écologique. En avril 2008, afin d’améliorer l’image de Marine Harvest, John Fredriksen a signé un accord avec WWF. Contre un don de 100,000 euros par an, il a obtenu le droit d’utiliser le logo WWF pour ses saumons. Dans l’accord il n’y a aucune condition concernant le respect de l’environnement. Les pêcheurs chiliens accusent WWF de s’être vendu à Fredriksen.

En Europe la situation est meilleure mais pas moins inquiétante. Ce n’est pas seulement le saumon qui est concerné. La plupart des poissons qu’on trouve dans les magasins viennent de l’élevage, où les poissons sont entassés comme des poulets de batterie. Elevé en bassin, le saumon perd sa couleur rose naturelle. La chair est gris terne. Pour corriger ce défaut le pisciculteur ajoute des colorants à l’alimentation. Les bassins d’élevage sont de véritables bouillons de culture, les poissons nageant dans une soupe de chimie et d’excréments. Ils sont infestés par de nombreuses maladies . Par manque d’exercice ils sont plus gras que les poissons sauvages.

Quant aux saumons sauvages, il y en a de moins en moins, parce que de nombreux poissons s’échappent des bassins d’élevage, et ces fugitifs, plus grands et plus puissants, supplantent rapidement leurs congénères sauvages. Le saumon vraiment sauvage est une espèce menacée. Ainsi, de même que sur terre l’agriculture intensive, l’aquaculture intensive provoque de nombreux problèmes et pour l’environnement marin et pour la santé humaine. Les éleveurs la justifient avec l’argument qu’elle est indispensable pour satisfaire la demande d’une une population toujours grandissante.

Le saumon d’élevage est nourri avec de la farine de poisson, fabriquée avec de poissons sauvages et mélangée avec un cocktail d‘adjuvants. On utilise trois kilos de poissons sauvages pour chaque kilo de saumon d’élevage produit : ainsi 80% de la pêche norvégienne servent a nourrir les saumons. Les polluants présents aussi dans les poissons sauvage se concentrent ainsi dans le saumon, et comme il y a de moins en moins de poissons sauvages, décimés par la surpêche, une partie de ceux-ci sont eux-aussi élevés dans des bassins !

Si, pour une alimentation biologique, le poisson est une denrée problématique, la viande n’est guerre meilleure. Venant le plus souvent d’un élevage intensif, les animaux subissent des traitements préventifs et curatifs similaires. Aussi un part considérable de l’agriculture mondiale sert à nourrir les bêtes qui finissent dans les assiettes de la minorité aisée de la planète :

Europe importe 80% des protéines destinées à l'élevage, 56% du Brésil et 38% de l'Argentine. 1ière importateur européen : la France. Brésil 2ième exportateur mondial après USA. La forêt tropicale est détruite pour planter le soja afin de nourrir notre bétail. Soja transgénique.

Environ 60% des terres agricoles du monde servent pour le pacage de quelque 360 millions de bovins et 600 millions d'ovins et de caprins. En Amérique latine quelque 2 millions de kilomètres carrés de forêt en été transformés en pâturage.

L'élevage demande beaucoup d'eau.

L'élevage mondial émet plus de gaz à l'effet de serre que la totalité des transports humains, voitures, bateaux et avions compris. Il ravage les équilibres naturels, de l'eau à la forêt tropicale. Il gaspille par millions de tonnes de céréales qui font défaut à une multitude de pays pauvres.

Sources :

Emission de la chaîne allemande « 3Sat » du 29/05/2011 : ‘’Lachsfieber’’.

Bidoche : l’industrie de la viande, Fabrice Nicolino. (Les liens qui libèrent 2009)

www.demain-la-terre.net


Moyenne des avis sur cet article :  4.78/5   (37 votes)




Réagissez à l'article

41 réactions à cet article    


  • Croa Croa 13 juin 2011 10:06

    Au départ, les élevages paraissaient une solution à la surexploitation des ressources sauvages, erreur aujourd’hui évidente ! 
    (Au départ, il n’aurait pas fallu pousser au productivisme des bateaux-usines, mais réglementer violemment la pêche qui ainsi serait resté artisanale. Le poissons cher n’est pas un problème mais la solution car nous en consommerions moins !)

    - J’ajouterais le parasitisme dont sont victimes les saumons de certains élevages qui sont carrément traités aux pesticides ! D’ailleurs si les éleveurs norvégiens vendent leurs poissons, ils se gardent souvent bien de le consommer eux-mêmes !

    - Par contre l’auteur exagère sur l’impact sur l’effet de serre, les transports et la déforestation comptent bien plus !
    Et dans les transports il y a le CO2 produit par les bateaux qui pêchent des poissons sauvages smiley
     


    • Kookaburra Kookaburra 13 juin 2011 10:16

      Vous avez raison, mais la déforestation est en partie le résultat de l’élevage. En plus c’est le bétail qui produit le gaz méthane, pire que le CO2 pour l’effet de serre.


    • Daniel 13 juin 2011 11:56

      « Le poisson cher n’est pas le problème mais la solution ».
      Pourquoi et qui prétend règlementer un problème en augmentant les prix ! C’est vrai, l’augmentation des prix permet d’évincer les plus pauvres de la consommation. Les riches eux, ils s’en moquent. Et pourquoi ne pas éliminer tant qu’a faire tous ceux qui gagnent poins que 2$ par jour ? ou ceux qui sont au RSA... Je parie que vous vous avez les moyens de toujours consommer autant !!!!!


    • Croa Croa 14 juin 2011 08:31

      Le CH4 n’est pire que le CO2 qu’en laboratoire. Les constats par carottage ont plutôt liés la température de l’air au CO2 qu’au CH4. Le CH4 s’oxyde assez vite alors que le CO2 s’élimine très lentement.

      Ceci dit s’attaquer au CH4 peut être une solution rapide d’urgence, quoique partielle, au problème du réchauffement. Surtout, il vaut mieux le capter et le brûler utilement que le laisser s’échapper, chaque fois que cela est possible.


    • Croa Croa 14 juin 2011 08:44

      Le poisson est, en association avec les viandes, trop consommé ! C’est une erreur de penser que nous devons pour notre santé en consommer à tous les repas. Cela n’est qu’une mauvaise habitude occidentale née au milieu du XXe siècle. De plus la planète n’est pas en mesure d’assurer un tel régime à 10 milliard d’êtres humains, ce que nous serons bientôt !

      Manger moins de viandes ou de poissons est la solution. Une solution de partage, de bonne qualité de la nourriture, d’équilibre et donc de bonne santé pour tous : Une fois par semaine cela suffit, ce que même les pauvres pourront toujours se permettre...

      Comme au bon temps du bon Roi Henri IV smiley


    • JL JL 13 juin 2011 10:27

      Merci kookaburra pour cet article indispensable : il n’y en aura jamais trop.

      La viande, mais aussi maintenant, le poisson d’élevage, sont devenus des sous produits de l’industrie alimentaire, ou plutôt, du cartel des five Bigs. Et les consommateurs encore aisés en sont le maillon indispensable, bien fait pour nous !

      Samedi matin j’ai jeté un coup d’oeil à la poissonnerie de mon quartier : les tranches de thon avaient une drôle de mine ! Je n’ai jamais vu ça, et pourtant, du thon j’en ai vu, et mangé.

      Dans un thon normal, la partie centrale noire autour de l’arête estnette et représente une partie minime de la surface de chair rouge.

      Dans ceux-ci la partie centrale noire est étonnamment large et diffuse et occupe près de 50% de la surface. On voit même des parties noires séparées, au milieu de la chair rouge !

      Une image : dessinez un ovale de couleur rouge, 15 à 20 cm de diamètres. A milieu de cet ovale, un autre ovale patatoïde de surface 40% de la première, et de couleur noire. A coté, ici ou là, dessinez un ou deux petits ronds patatoïde de couleur noire, diamètre 3 ou 4 cm. Voilà ce que j’ai vu.

      Comparez avec une tranche de thon normale ! Vous je ne sais pas, mais moi je ne mangerai pas de ce thon là. J’ai bien peur que de pareils thons se retrouvent en boîtes un jour ou l’autre et que l’on n’en sache jamais rien !

      http://www.google.fr/search?q=%C3%A9levage+%2B+thons&rls=com.microsoft:fr:IE-SearchBox&ie=UTF-8&oe=UTF-8&sourceid=ie7&rlz=1I7ACEW_fr___FR337&redir_esc=&ei=WMj1Te6eDo64hAfequzLBg

      nb. Quelques jours auparavant, j’ai vu au marché des « bébés thons rouges ». Je ne m’explique pas par quelle magie des « bébés » (environ 800 g, 30 cm) d’une espèce qu’on dit en voie de disparition sont en vente libre en France.


      • .jk. 13 juin 2011 11:35

        Très intéressant article .

        La solution est la diminution de la consommation, et le boycott de tout ce business non éthique .


        • calimero 13 juin 2011 11:44

          Bon papier informatif, flippant quand même. Ca ressemble à de la science-fiction mais c’est vrai.

          Décidément on arrête pas le progrès : jusqu’où iront-ils ? Créer génétiquement des nouvelles espèces plus rentables en terme de productivisme ? Et avec redéfinir toute la chaine alimentaire pour l’intégrer dans une logique industrielle ? Coloniser la biologie par la chimie et la génétique ? Au regard des infos de ce papier on est en droit de se poser des questions.


          • Croa Croa 14 juin 2011 08:49

            « Créer génétiquement des nouvelles espèces plus rentables en terme de productivisme ? »

            Le saumon génétiquement modifié existe depuis belle lurette.


          • foufouille foufouille 13 juin 2011 11:59

            certains injectent de l’eau dans la viande et le poisson
            ca en fait plus a vendre
            quand on achetes, faut lire les etiquettes
            des fois c’est marque d’ou ca vient


            • Gollum Gollum 13 juin 2011 12:00

              Il y a bien longtemps que je ne consomme plus du saumon ! Suffit de le faire cuire pour comprendre....



              La chair dégage à la cuisson une espèce de rejet blanc absolument dégueulasse qu’on est obligé d’enlever avant de consommer la chair qui d’ailleurs a un goût de chiotte...

              Même chose pour le cabillaud d’ailleurs...

              Je n’achète plus que du poisson impossible à élever en ferme marine : merlan par exemple...

              Notons que le porc a de plus en plus AUSSI droit à ces excrétions blanches absolument répugnantes...

              Du coup, plus de porc non plus...

              L’agneau par contre ça va encore...


              Ah nom de Dieu, ce qu’on est obligé de trier pour bouffer convenablement, maintenant... !!

               smiley

              • JL JL 13 juin 2011 12:40

                Gollum,

                vous mangez de l’agneau ? Shame on you !


              • ralph 19 juin 2011 23:32

                Avec des pâtes, du riz, des patates et des pizzas...je n’ai pas trop à me plaindre...
                (et aussi broccolis...tomates...poivrons...
                La solution serait de changer des habitudes si on veut ne pas s’empoisonner en payant
                le prix fort ???


              • Alexis_Barecq Alexis_Barecq 13 juin 2011 12:36


                C’est le poisson du Pacifique qu’il ne faut plus manger... Fukushima. À bon entendeur...


                • JL JL 13 juin 2011 12:56

                  Alexis_Barecq,

                  ma question concernant le thon que je décris ci-dessus est relative à l’origine : sont-ce des thons d’élevage ou des thons irradiés ?


                • Ariane Walter Ariane Walter 13 juin 2011 13:11

                  Bon. le veau supprimé. le boeuf supprimé. le thon supprimé. le saumon supprimé. le lait supprimé. le gluten supprimé. le sucre supprimé. Les acides supprimés. les vins pas bio supprimés.

                  Est-ce pour cela que je suis mince et en pleine forme ????
                  Merci à l’alimentation sauvage qui me permet d’être en pleine santé !!!

                  Ah ! le meilleur régime il est là : « Réfléchis à ce que tu mets dans ta bouche car ton corps est le temple du plaisir si tu ne l’abîmes pas !!! »


                  • .jk. 13 juin 2011 15:47

                    encore faut-il avoir le choix !

                    affaire DSK aussi !


                  • .jk. 13 juin 2011 15:50

                    s’il y a victime, la victime de DSK n’a pas eu le choix


                  • Ariane Walter Ariane Walter 13 juin 2011 17:20

                    Ah ! Ah ! Excat ! Et là, c’était de la daube !!!!


                  • .jk. 13 juin 2011 18:01

                    c’est clair  smiley smiley  smiley


                  • Yvance77 13 juin 2011 13:17

                    Salut,

                    Très bon post dont j’ignorais tout ou presque.

                    La folie des hommes est vraiment sans limite ...


                    • oncle archibald 13 juin 2011 15:27

                      Je mange les salades que je fais pousser parce que celles du commerce sont insipides, idem pour les tomates, vais-je être obligé de remettre en service le poulailler et les clapiers qui existent encore dans mon jardin pour arriver à manger quelques denrées réellement comestibles ?

                      @ Ariane : du veau j’en connais du fameux dans un petit coin des hautes Pyrénées ou il y a encore de l’honneur et même de l’orgueil chez quelques agriculteurs survivants de « l’ancien système » .. Jamais au pré, et sous deux vaches à la fin pour qu’il soit bien beau bien gras au moment de la vente sur le marché de Montréjeau ... Et les bouchers du coin vous coupent encore la cuisse en « tranche de veau » et non pas en escalopes ... Sur une braise de sarments « ça le fait » vraiment très bien ..

                      • Ariane Walter Ariane Walter 13 juin 2011 17:23

                        bonjour Archibald,
                        il m’est arrivé de faire des foires bios car on y découvre de petits producteurs avec des produits à mourir. (De plaisir, là ! Il faut préciser !!)
                        je préfère manger peu d’un produit de qualité que plus d’un produit de supermarché. dans lesquels d’ailleurs je ne vais plus.

                        Qunad on voit ces rayons de supermarché débordant de produits aussi nocifs les uns que les autres, c’est de la folie !!


                      • oncle archibald 13 juin 2011 19:40

                        Ariane dans ce coin il y a encore quelques agriculteurs qui font du vrai « bio » mais sans le savoir si j’ose dire .. Ils ne feraient pas autrement et tiennent pour des gougniafiers ceux qui ne font pas comme eux, c’est à dire comme leurs parents, leurs grands parents , etc .. Ils feraient bien du « bio » parce que ça se vent mieux, mais il y a tellement de paperasse qu’ils n’ont même pas envie de s’y lancer ..

                        Juste pour rire cette anecdote authentique .. Ces fermiers gardaient la clef de la maison de mon beau père ... Il y a quelques années nous sommes passés chez eux prendre la clef un soir d’hiver .. Madame la fermière était dans la cour avec ses poulets, elle entre dans la maison, quitte les sabots pleins de bouse dans l’entrée et part sur ses chaussettes dans la « pièce à vivre » vers le frigo, qu’elle ouvre et dont elle sort ses pantoufles !! L’hiver le frigo il n’est pas branché, c’est un placard comme un autre !! Et on ne va pas gaspiller l’électricité, que c’est cher non ? Il ne sert que l’été pour mettre au frais quelques aliments et surtout l’eau qu’ils veulent bien fraîche pour se désaltérer quand ils rentrent des champs .. Depuis que « Monsieur Jules » est mort, sa veuve loue les champs .. devinez à qui ? à un mec qui fait du « véritable cochon noir du Gers » dans les hautes Pyrénées, c’est admis, le champ ayant les caractéristiques requises en surface par tête de cochon et disposant d’une source ... Tout est conforme à la réglementation européenne, faut pas plaisanter avec les labels !! mais ils sont nourris avec de l’aliment industriels les « véritables cochons noirs du Gers élevés en plein air » ... voilà voilà ... Il n’y a plus un brin d’herbe sur le champ, juste l’odeur infecte de leurs déjections. 

                        Pour en revenir aux poissons, même dans les petits ruisseaux du coin on prend des truites arc en ciel .. qui ont été jetées là le jour de l’ouverture de la pêche pour satisfaire les « viandards » qui veulent un « beau tableau » .. Des truites farios natives du coin, on peut en prendre une de temps en temps, mais de moins en moins souvent et dans des endroits ou il est quasiment impossible « aux parisiens » de s’aventurer ...

                      • .jk. 13 juin 2011 15:54

                        autant en matière de transparence des comptes publics les pays nordiques sont en avance, autant ce business illustre le fait qu’il n’y a pas de paradis écologique

                        Norvège ou Allemagne : la Norvège telle que décrite dans cet article, l’Allemagne qui brûle du charbon, ce qui est encore moins écologique que le nucléaire du fait de l’acification des océans dûe au CO2, l’Allemagne des véhicules bling bling

                        Islande : les valeurs du protestantisme nordique ont cédé au bling bling


                        • .jk. 13 juin 2011 16:00

                          la critique à adresser à EELV est l’idéalisation de l’Allemagne

                          ou Eva Joly présentant les Islandais comme des victimes alors qu’ils ont profité du bling bling avant de se plaindre une fois la fête finie !


                        • Lutin Lutin 13 juin 2011 16:47

                          Je propose qu’on organise un Thon-thon, présenté comme d’hab par une morue quelconque, mais pas d’élevage, ce qui sera duraille à trouver.


                          • Ariane Walter Ariane Walter 13 juin 2011 17:24

                            mdr !!!!!!!!!


                          • JL JL 13 juin 2011 17:41


                            Excellent, Lutin !

                            Mais comme vous dites, il faudra prévoir un moruthon auparavant si l’on veut trouver une morue fraiche !

                            Fiche d’information - Recherche sur l’élevage de la morue de l’Atlantique à la Station biologique de St. Andrews

                            Notez dans le texte : « Une étude de collaboration de plusieurs millions de dollars, en cours avec Genome Atlantic et d’autres partenaires et que l’on appelle le projet de génomique de la morue, explore le potentiel d’élevage sélectif en vue de l’amélioration génétique de la morue. »


                            Le Codex alimentarius : The five Bigs : Big Pharma, Big Chema, Big Biotechna, Big Agribiz, Big Medica


                          • LE CHAT LE CHAT 13 juin 2011 17:24

                            heureusement que des amis pêcheurs me filent des loups ou des daurades de temps en temps , c’est vraiment autre chose que ces merdes d’élevage !


                            • Kookaburra Kookaburra 13 juin 2011 17:44

                              Peut-on faire quelque chose contre la pollution volontaire de notre alimentation et la pollution collatérale de notre planète ? Dans tout ce que j’ai lu sur le sujet il y a peu de propositions positives. Manger végétarien est une possibilité pour le particulier, mais vouloir convertir tout le monde serait utopique. Dans une démocratie dite représentative, qui, à mon avis, n’en est pas une, notre pouvoir de décision sur la façon dont nos aliments sont produits est pratiquement nul. On est obligé d’accepter ce que le marché nous offre. Manger bio ? Beaucoup y croient, mais il y a aussi des critiques, et c’est plus cher. Le seul espoir c’est que de plus en plus de gens sont sensibles aux deux aspects du problème - l’environnement et la santé.


                              • .jk. 13 juin 2011 18:08

                                Kookaburra
                                à défaut de devenir végétarien, il y a l’exemple d’une faible quantité de viande dans l’assiette, moins d’une fois par jour, avec une portion importante de légumes ou pommes de terre ... au lieu de l’inverse !
                                la santé ne nécessite pas une surconsommation de protéines, surtout si de mauvaise qualité

                                je boycotte les produits de l’élevage concentrationnaire, question d’éthique du vivant, et question du soja du Brésil
                                j’achète du saumon sauvage certifié durable
                                j’achète des oeufs label rouge

                                et que personne ne dise que c’est cher, ce n’est pas cher en mangeant raisonnablement !




                                • Kookaburra Kookaburra 13 juin 2011 18:26

                                  Je suis parfaitement d’accord avec vous ! Je fais exactement pareil.


                                • foufouille foufouille 13 juin 2011 19:01

                                  « j’achète des oeufs label rouge »
                                  c’est la meme salete
                                  nourriture speciale pondeuse pleine de cochonnerie
                                  une coquille super fine


                                • .jk. 14 juin 2011 08:02

                                  et les oeufs bio ?


                                • foufouille foufouille 14 juin 2011 10:33

                                  presque pareil les oeufs bio
                                  achete toi 2 poule
                                  on leur des graines seulement ble, mais, avoine
                                  elles picorent la terre
                                  en cage faut leur donner des coquilles d’huitres
                                  et netoyer souvent car c’est incontinent
                                  les oeufs « naturels » font pas la meme taille tous les jours ni la meme couleur
                                  une pondeuse se repose un jour par semaine
                                  pas besoin de lumiere a outrance ni chauffage


                                • antonio 13 juin 2011 18:41

                                  Bravo pour votre article !

                                  « Les éleveurs justifient l’aquaculture intensive avec l’argument qu’elle est indispensable pour satisfaire la demande d’une population toujours grandissante »
                                  Les entrepreneurs capitalistes qu’aucun scrupule n’étouffe pour faire du fric utilisent toujours le même argument ignoble pour « justifier leurs pratiques immondes.
                                  S’il y a  » demande « , » besoin « , c’est qu’ils font tout pour la susciter et l’entretenir. Ils n’ont que cette expression à la bouche : » satisfaire le consommateur qui demande « 
                                  Le coca-cola est connu sur toute la planète ; on peut très bien vivre sans  ! Pareil pour les » Mac-Do " Et tout est de la même eau !

                                  Ce midi, j’ai dégusté un brochet pêché d’hier ; je vous dis pas le délice !


                                  • Martin D 14 juin 2011 09:43

                                    il faudrait mettre les écologistes au pouvoirs afin qu’ils fassent quelque chose pour nous
                                    - + de BIO
                                    - - de pesticides dans les aliments
                                    - - de nucléaire
                                    - + d’NRJ renouvelable (solaire, marine, éolienne....)


                                    • roquetbellesoreilles roquetbellesoreilles 19 juin 2011 18:00

                                      Encore faudrait-il trouver des écolos qui ne se déplacent pas en 4x4 et en hélico, mais c’est très dur à trouver sur le marché...


                                    • Yohan Yohan 19 juin 2011 19:06

                                      Je ne serais pas étonné de voir arriver un jour un gros problème sanitaire avec les poissons d’élevage. Ceci dit, on nous rebat les oreilles avec l’echerichia coli mais rien qu’avec nos boulangers qui continuent d’empoigner notre baguette après avoir manipulé de la monnaie (dont on sait qu’elle est hautement chargée en bactéries et autres saletés), je m’étonne qu’il n’y ait pas plus de gens malades. Commençons par faire appliquer les reglementations sanitaires et les règles d’hygiène hier appliquées et pénaliser les contrevenants et on s’évitera bien des emmerdes

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès