Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Le rechauffement climatique

Le rechauffement climatique

 

Le réchauffement climatique n’est pas obligatoirement une fatalité. Il n’est pas trop tard pour réagir. Dans un premier temps il me semble important que les citoyens sachent ce que signifient réellement le réchauffement planétaire et les principales causes de ce réchauffement. Il sera plus facile de savoir ce sur quoi nous pouvons agir.

Deux gaz sont les principaux responsable de ce réchauffement : Le CO² ou gaz carbonique et le Méthane. En terme de volumétrie de rejet dans l’atmosphère nous savons aujourd’hui que les principaux acteurs de ce réchauffement sont :

1 – La déforestation massive

2 – La production d’énergie Electrique

3 – L’industrie

4 – Les rejets de méthane lié à l’industrie alimentaire animale

5 – Les rejets liés aux déplacements (Automobile, Avion etc…)

Maintenant que nous avons un ordre de grandeur des principaux polluants, avons-nous une échelle de temps pour limiter les conséquences du réchauffement planétaire. Le GIEC (organisation mondiale chargée via des modélisations de prévoir le réchauffement climatique et ses conséquences) nous donne pour la première fois un éclairage qui se situe dans le siècle en-cours : La fin du siècle pourrait voir la fin de l’espèce humaine. Le GIEC donne une sorte de chronologie également.

1 – Nous avons, en gros cinq ans pour stabiliser nos émissions de gaz a effet de serre.

2 – Nous avons 40 ans pour réduire drastiquement nos émissions de gaz a effet de serre.

3 – Nous ne devons surtout pas franchir un réchauffement global supérieur à 3° Celsius.

Cinq ans pour endiguer la déforestation. Pourquoi ne pas concevoir une sorte de Taxe sur la bourse (Type taxe Tobbin) une EcoTaxe permettant de rémunérer les principaux pays responsable de la déforestation (Brésil, Indonésie) afin de leur permettre d’investir dans une économie alternative. Il est hors de question de faire supporter à des pays émargeant le poids de nos erreurs, sans leur offrir la possibilité de continuer leur développement économique et social.

Investir massivement dans les énergies renouvelables (Eolien, Solaire), il faut laisser tomber l’hydroélectrique (l’eau sera la première ressource à manquer en cas de réchauffement planétaire). Le nucléaire reste une alternative envisageable, si nous prenons en compte la problématique des déchets, des fuites, des pannes, etc. Il faut se désengager massivement des centrales fonctionnant avec des énergies fossiles : Charbon et Pétrole. La recherche doit être mise à contribution dans cette approche. Nous devons lancer un vaste programme de recherche sur le principe de Fusion nucléaire à froid.

L’industrie doit s’adapter, offrir des solutions permettant des rejets moindres dans l’atmosphère. Ceci nécessite un investissement massif dans les deux ou trois décennies à venir.

Nous devons changer notre production alimentaire et notre façon de concevoir l’alimentation. A ce jour l’élevage intensif est un très important fournisseur de méthane : Les pets de vache, éructation de moutons, etc. Produisent plus de gaz à effet de serre que l’émission de toutes les voitures de la planète réunies. Il faut noter que le méthane possède un effet de serre vingt fois plus important que le CO². Structurons notre alimentation sur un processus prônant l’équilibre (les besoins de mon corps) et non la production, la consommation. Nous réduirons notre consommation de viande de façon importante. Il faut également développer la recherche. Des scientifiques étudient des méthodes permettant de diviser par vingt les émissions de méthane des vaches et moutons voir de complètement les supprimer.

Les rejets lié au transport. Nous pouvons faire beaucoup dans ce domaine. Nous avons déjà les moyens de beaucoup moins polluer. Nous devons adapter la production des industriels à cette nouvelle donne écologique. Il faut produire des véhicules beaucoup plus propre, lancer des programmes de recherche sur des véhicules Hybrides, viser le zéro dégagement de CO².

Je suis certain quand lisant ces quelques lignes chacun à en tête quelques grands principes ou quelques mesures qui permettraient de stabiliser les émissions de CO² en cinq ans. C’est le premier pas qui compte. Si l’humanité arrive à faire ce premier pas, le deuxième visant à diminuer de près de 50% nos émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2050, doit entrer dans la continuité d’un processus.

Nous sommes aujourd’hui dans une crise évidente du capitalisme. Un capitalisme poussé dans ses extrêmes par un libéralisme sauvage générant des inégalités inimaginables sur cette planète. Profitons de cette crise pour remettre une partie du système à plat. Certaine personne sont devenues très riche en profitant de l’Homme et de la planète. Il est temps de leur présenter l’addition. Nous cherchons de l’argent, la bourse en draine des quantités astronomiques au quotidien. Arrêtons de proposer des mesures visant encore à faire payer quelques subsides aux personnes les plus pauvres de cette terre. Il faut une volonté politique pour que notre espèce survive sur cette planète. Arrêtons de faire croire au citoyen que le tri sélectif va résoudre tous les problèmes (même si ce geste est un acte responsable vis-à-vis de notre environnement).

Si certain se pose encore la question de savoir si il y a un risque de disparition des espèces, il y a quelques éléments de réponse. D’abord la terre a déjà pris le chemin de Venus voilà environ 250 millions d’année (lors de la transition entre le Permien et le Trias). A cette période la terre a atteint un réchauffement planétaire global de plus de 6° (ça semble peu). La conséquence en a été que plus de 70% des espèces se sont éteintes. Ce réchauffement s’est étendu sur plusieurs dizaines de milliers d’années. Aujourd’hui nous parlons d’un réchauffement du même ordre sur seulement deux siècles. Si voilà 250 millions d’années 70% des espèces (animal, végétal) se sont éteintes en ayant eu plusieurs dizaines de milliers d’années pour s’adapter à un nouvel écosystème, nous pourrions peut-être frôler les 100% d’extinction en ayant que quelques décennies pour s’adapter à un nouvel écosystème.

Il ne faut pas minimiser le réchauffement climatique. Tous les climatologues vont dans le même sens. Il est temps que le message passe la barrière du scientifique ou du journaliste spécialisé pour enfin arriver à la porte de chaque concitoyen.

 

Jérôme


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

46 réactions à cet article    


  • hjsic 3 décembre 2008 16:15

    Article citoyen plein de bonne volonté et rempli de raccourcis trompeurs. "(...) permettant de rémunérer les principaux pays responsable de la déforestation (Brésil, Indonésie) afin de leur permettre d’investir dans une économie alternative." Croyez-vous vraiment que ces pays sont responsables ? A qui profite le crime ? Au brésil, qui voit sa population s’enfoncer dans la famine et l’esclavage ou au consommateur européen qui trouve de la viande en quantité infinie dans son assiette ? Le criminel, n’est-il pas celui qui tire profit du crime ? Pourquoi brûle-t-on de grandes parties de notre terre mère ? Pour vous et moi. Le danger et la destruction sont là, ainsi que dans la pollution. L’engrais naturel et gaz inoffensif CO2 n’est la que pour nous faire battre contre des moulins, a l’instar de ben laden pour le 11 septembre. Pur propagande. Beaucoup de données avancées par le GIEC ou AL Gore des des faux. Un peu comme les preuves des armes de destruction massive de Sadam. La aussi le danger était soi-disant imminent. :-> "Si certain se pose encore la question de savoir si il y a un risque de disparition des espèces, il y a quelques éléments de réponse. D’abord la terre a déjà pris le chemin de Venus voilà environ 250 millions d’année (lors de la transition entre le Permien et le Trias). A cette période la terre a atteint un réchauffement planétaire global de plus de 6° (ça semble peu). La conséquence en a été que plus de 70% des espèces se sont éteintes" Ce qui vous dites la vous réconforte dans votre thèse catastrophique mais n’est en rien une conclusion admise par la communauté scientifique. On ne sait pas ce qui a causé les extinctions massives, tout au plus a-t-on qq’es hypothèses légères. On comprend d’ailleurs encore moins ce qui à provoqué la croissance exponentielle de la vie après ces grands cataclysmes. "Tous les climatologues vont dans le même sens" est un véritable mensonge, mais je ne doute pas de votre bonne foi. L’information est cadenassée. QQ’es sites internet font un travail citoyen énorme en essayant de regrouper des témoignanes autrement disparates et jamais entendu. Grace à reopen911.info nous savons que des milliers d’universitaires, des centaines de politiciens ou membres de l’armée, beaucoup de journalistes ne croient pas la "thése officielle". Des millions d’architectes et d’ingénieurs sont en mesure de comprendre que des bâtiments en aciers ne s’effondrent pas dans le sens de la plus grande résistance. Pourtant très très peu ont franchi le pas et une infine minoroté ose parler ouvertement de cela. Avec le CO2 je suis convaincu que nous avons la même chose. Chaque personne ayant étudié les scienses sait que la vapeur d’eau est des centaines de fois plus puissant que le CO2 comme gaz à effet de serre. Tout scientifique sait que la vapeur d’eau se compte en % et le CO2 en ppm. Tout citoyen de bonne foi sait qu’une nuit avec couverture nuageuse est bien plus chaude qu’une nuit sans nuages. Pourtant, les voix qui s’élèvent pour dénoncer les supercheries et manipulations sont efficacement éteintes Sur http://www.pensee-unique.fr/ on apprend que beaucoup de scientifiques remettent en cause le réchauffement dit anthropique. ILS SONT NOMBREUX A LE FAIRE ! Les paroles de chercheurs et ex cheurcheurs du GIEC à qui Mr Jean donne la parole sur son site sont pour le moins interpellantes


    • JONAS Virgule 3 décembre 2008 17:40

      @ Hjsic : Je ne suis pas l’Auteur ! Vous déclarez : « Le criminel, n’est-il pas celui qui tire profit du crime ? ». Depuis l’antiquité, nous sommes tous des criminels, car nous sommes tous des prédateurs. Alors votre logorrhée moralisatrice, n’est plus d’actualité, proposez des moyens efficaces pour changer la situation. smiley Lorsqu’un bateau coule (notre monde), ce n’est pas le moment de se préoccuper de l’âge du capitaine, ni de l’histoire du bateau et de ses équipages successifs. Si l’Occident est au sommet de la pyramide de la prédation, il n’en demeure pas moins pour autant, le sommet des connaissances humaines. Il est pour le moins assez singulier de voir quelqu’un qui possède un ordinateur et qui vit chez nous cracher dans la soupe. smiley Vous nous alignez des mots, à quand les actes ? smiley


    • JONAS Virgule 3 décembre 2008 17:24

      @ L’Auteur :

      Mes félicitations pour votre article. Je dirais, ENFIN, un article d’actualité et certainement de celle qui est la plus importante, car toutes les autres en dépendent.

      Je pense que, malheureusement, vous êtes largement en dessous des réalités :

      Premièrement, ce monde est sur une trajectoire, que seule la nature peut arrêter.

      D’où l’échec prévisible de toutes mesures, sans contraintes financières lourde !

      Contrairement aux déclarations de tous les experts, fonctionnaires ou chercheurs dépendants du système, nous allons assister dans la mesure où nous survivrons, ce qui est plus qu’incertain, à la disparition de plus de 90 % de la population mondiale.

      Je ne vais pas me lancer dans des explications scientifiques, comme on étale de la confiture…d’autant que je ne suis loin d’être un expert en la matière.

      Je crois que l’on nous ment, comme l’on ment à certains malades d’un cancer intraitable.

      Au regard des données scientifiques, des écritures, de la photo de la pierre qui me sert de logo, les scénarios sont limités pour une catastrophe globale.

      Personnellement, avec un esprit de synthèse, j’en arrive à la spéculation sur une débâcle globale, avec affectation de l’axe de rotation terrestre, l’autre hypothèse étant une nouvelle aire glacière et peut-être les deux associés.

      Tous les facteurs vont dans ce sens : fontes des glaces polaires, des permafrosts, des glaciers, Alaska, Groenland, etc.

      Toutes les mers et océans sont bombés, les niveaux sur les bords, n’augmentent que de quelques centimètres, mais la masse centrale de façon démesurée. C’est comme l’on dit, lorsqu’un vase est rempli au-delà de son bord, on ne sait pas laquelle le fera déborder. Dans le temps, et scientifiquement, personne n’est en mesure de dire, quelle heure, quel jour, quelle année, quelle décennie, ce phénomène va se produire. Mais même si certains pouvaient assez finement évaluer cette date, elle ne serait pas rendue publique, à cause de la panique mondiale qui s’en suivrait.

      Même les écritures vont dans ce sens : Jésus a répondu à ces apôtres à la question suivante : " Maître, comment viendra la fin de monde ? " Il a répondu (Lui qui avait eu accès à la Grande Bibliothèque d’Alexandrie) : " En ce temps-là, on vivait sans soucis, on festoyait, on se mariait et soudain on vit les étoiles tomber dans le ciel ".

      Si les étoiles sont " tombées ", c’est que nous avons basculé vers le Nord, indication précieuse. La position des pyramides (Tombeaux), détermine la ligne de partage des terres et des mers et océans, avec une précision extraordinaire, pour la civilisation Égyptienne. Il était impossible pour cette civilisation avec les connaissances que nous lui connaissons de déterminer cet emplacement avec autant de précision.

      Il y a de fortes chances pour que nous ayons été mystifiés et que nous le soyons toujours.

      Il y a les initiés…et nous ! Les mystifiés ! ! !

      Au plaisir de vous lire.  smiley

       

       

       

       

       

       

       


      • grosha 3 décembre 2008 19:11

        Mon cher virgule, votre lucidité vous aveugle, (si j’ose dire).
        Quand le feu passe sur la garrigue, il est toujours surprenant de constater que bien des ilots ont été inexplicablement préservés. C’est la loi du chaos qui veut cela. L’année d’après faune et flore ont reconqui l’ensemble comme si rien ne s’était passé, en dehors des moignons noiratres qui émergent de ci de là.

        La nature fonctionne bien avec cette loi, elle y est en quelque sorte adaptée (lire à ce sujet la théorie des équilibres ponctués, ou le livre de gould, la vie est belle).

        Les crise peuvent éteindrent jusqu’à 95% des espèces (Trias) ou 95% des écureuils (1956 france). C’est dire si l’adaptabillité est grande sous ce genre de contrainte. Néanmoins, le mot important n’est pas 95 mais bel et bien "jusqu’à"...

        Nous entrons en chaos, nous y sommes, nous allons avoir le résultat de l’expérience grandeur nature... alors ne présumons pas du résultat... Car s’il est toujours facile d’expliquer après coup, il est carrément impossible d’être prédictif, tant les facteurs sont nombreux.

        Le pire n’est pas toujours certain !
        grosha


      • JONAS Virgule 3 décembre 2008 21:33

        @ grosha :

        Je ne saurais vous contredire, tout est possible !

        Le choix peut-être volontaire de votre exemple, me concerne particulièrement.

        Vous dites : " il est toujours surprenant de constater que bien des ilots ont été inexplicablement préservés ".

        Pour moi et mes collègues, il n’est pas surprenant que des îlots soient préservés, je pourrais vous l’expliquer en détail, mais, ça n’est pas l’objet de l’article et ce serait trop long.

        Je dirais effectivement comme vous : " Nous entrons en chaos, nous y sommes, nous allons avoir le résultat de l’expérience grandeur nature ".

        Si l’on considère comme vous, que la disparition vraisemblable d’environ 95 % de la population mondiale, ne remettra pas en cause l’existence de l’espèce humaine et des autres, y compris la flore, je vous approuve encore.

        Mais, je ne partage pas votre optimisme, pour : " Le pire n’est jamais certain ! ".

        On ne joue pas avec la nature à la roulette russe… ! Lorsqu’on gratte une allumette dans une pinède, qu’on enflamme un buisson de romarin un jour de vent, avec une hygrométrie minimum, on n’a toutes les chances de provoquer un feu de forêt !

        Alors, vous me direz, la pluie peu survenir ! Sur le nombre de feux de forêts que nous avons éteint avec mes collègues, allés ! Soyons généreux en statistiques : 3 pour cent !

        Bien à vous….,  smiley


      • HELIOS HELIOS 3 décembre 2008 23:15

        Cher Virgule... si vous avez un GPS, un vrai, pas celui qui vous sert a promener dans Paris, vous pouvez parfaitement lire votre altitude, votre position vis a vis des satellites etc... vous pouvez regarder serieusement le ciel et vous verrez que rien n’a (encore, soyons prudent) changé, ni l’axe de la terre ni l’altitude de la mer.

        Le rechauffement climatique est certain, la seule chose qui ne l’est pas c’est la cause de ce rechauffement.
        les uns l’attribut aux CO2, au méthane... d’autres a des causes plus naturelles, mais pour l’instant rien n’est vraiment sûr.

        La science fiction a du vous influencer. l’emballement que nous constation actuellement est plutôt un faisceau de circonstances convergeantes dans le chaos climatique que nous connaissons qui peut s’arreter demain matin. Il y a peu de chance, evidement que ce la arrive, ce qui est sur c’est que cela va se calmer.

        Esperont qu’une fois les conditions agreables revenues, tous ceux qui nous ont imposé leur point de vue soient eloignes pour que leur integrisme ne vienne pas une fois de plus nous casser les pieds.


      • HELIOS HELIOS 5 décembre 2008 23:37

        Toujours a Virgule.... (j’espère que ce n’est pas lui qui moinsse les commentaires)... lisez par exemple cette page et téléchargez la video pour voir... : la.climatologie.free.fr/ocean/ocean3.htm

        Vous y apprendrez que les oceans (en moyenne) n’ont pas changé... et que les variations sont ponctuelles et locales... Vous y apprendrez également comment on mesure cette hauteur ainsi que d’autres mesures interressantes.

        Mais evidement cela ne va pas toujours dans le sens du catastrophisme ambiant ! alors....


      • grosha 3 décembre 2008 18:55

        Bonsoir il n’est jamais trop tard pour bien faire. Plantons des arbres ! Je veux dire que structurellement une simple réorganisation des dépenses publiques pourrait inciter à le faire. Que nos enfants apprennent à planter des arbres au sein d’associations éducatives, de colonies de vacance (prime à la subvention en cas de développement de l’activité) que les adultes puissent le faire par incitation dans des stages de durée variable proposés par l’anpe, les assedic etc (il y a pléthore de formations qui ne débouche sur rien, des machines locales qui forment de trimestre en trimestre des personnes qui feront un autre stage, cycle sans fin qui s’auto-entretient). Les communes pourraient être incitées à favoriser les espèces indigènes... L’état a déjà fait cela. Plantagenet les fit planter ses genets, il sponsorisa l’opération qui fleuri si joliment notre pays. Colbert fit la foret des landes... Il me semble qu’après la guerre de 40 des chômeurs ont été payé pour planter des arbres (ce fut le cas dans les Corbières). Au plan international, toutes les aides apportées au pays qui en ont besoin pourraient être incitatives de programmes de re-forestation. etc, etc,........... Le changement climatique n’est pas une fatalité. Nous pouvons oeuvrer en sens inverse, ce sera toujours utile, car la patience végétale est du bon coté de la vie... Nous pouvons la favoriser ! Plantons des arbres ! grosha


        • JONAS Virgule 3 décembre 2008 21:56

          @ Grosha :

          Une idée fort généreuse et séduisante.

          J’y avais pensé, il y a plus de 20 ans ! Au lieu de faire des sapins de Noël dans certaines régions, on airait pu faire des chênes de Noël, etc.

          Nous aurions pu planter des millions d’arbres, comme en Israël, terre pratiquement désertique.

          Mais, on nous a dit dernièrement sur les médias audiovisuels, que la forêt française était en pleine croissance, Alors !

          Nous pourrions couvrir la terre de forêts, que nous produirions toujours trop de nuisances. La démographie galopante va encore accélérer tous les processus en cours.

          Il est impossible d’obliger les peuples à retourner au Moyen Âge ou à des conditions de vie du quart-monde, subitement. La nature va s’en charger brutalement.  smiley

          Il vaut mieux le Titanic, que le Radeau de la Méduse, avec la renaissance du cannibalisme.  smiley

          @ +

           

           


        • jako jako 5 décembre 2008 08:44

          Mr Virgule ! « Nous aurions pu planter des millions d’arbres, comme en Israël, terre pratiquement désertique. » La tendance aujourd’hui là bas est plutot à l’arrachage,


        • abersabil abersabil 5 décembre 2008 18:50

          C’est bien beau que tout cela, mais c’est plutot une utopie que de le penser, car la voracité de l’Homme est insatiable, et là je fait allusion à ces multinationales qui n’ont de religion que l’Argent.


        • HELIOS HELIOS 3 décembre 2008 19:54

          Juste une réflexion, a propos de la disparition des especes...

          Vous dites : 70% des espèces ont disparus lorsque la Terre a eu une augmentation de 6°... parfait depuis, nous sommes revenus a une temperature qualifiée de normale.

          Si nous augmentons de nouveau la temperature de 6°, les 30% d’especes restantes, QUI AVAIENT DEJA SURVECUS AUX 6° PRECEDENTS... pourquoi devraient elles disparaitre cette fois ci ?

          Je n’ai pas du tout comprendre alors, c’est vrai, j’ai le cerveau mou, je ne suis pas ecolo.


          • Olga Olga 3 décembre 2008 23:04

            HELIOS
            Oui, c’est vrai, pas pour le cerveau mou, je ne me permettrais pas, mais pour le fait de ne pas avoir tout compris (pour le fait d’avoir oublié un facteur important devrais-je dire).
            L’auteur parle d’une augmentation de 6°C il y a 250 millions d’années. Les 30% d’espèces survivantes à l’époque ne sont donc plus comparables avec les espèces d’aujourd’hui. Beaucoup ont disparu (et disparaissent encore), ont évolué (en 250 millions d’années l’évolution peut être considérable) et surtout le super-prédateur humain a fait son apparition, il y a très peu de temps finalement. Donc la majeure partie des espèces actuelles n’a rien de comparable avec les 30% d’espèces survivantes 250 millions d’années plus tôt.


          • HELIOS HELIOS 3 décembre 2008 23:50

            Merci Olga...
            Je ne vous ferai pas l’offense de pretendre que vous n’avez pas entendu parler a l’école d’asymptote !

            Donc si la disparition, il y a 250 millions d’années, de 70% des espèces c’est parce qu’en ces temps tres, tres, tres anciens, la nature etait généreuse et avait fait tout et n’importe quoi, laissant au déroulement du temps le boulot de choisir parmi les meilleurs.
            Les avatars climatiques, comme les accidents tectoniques, biologiques etc font parti des agressions qui a chaque evenement ont entamé la biodiversité suivant... devinez quoi ?... une courbe asymptotique !
            Il est normal qu’au début un accident fasse disparaitre une grande quantité d’espèces. le temps passe, la courbe s’horizontalise et les nouveaux avatars n’entamment plus autant cette biodiversité. 70% il y a 250 millions d’années... quelques % maintenant..

            C’est de ça que je voulais parler, même si l’expression de mon message ne le rendait pas parfaitement clair.

            Bonne soirée... et merci d’avoir participé et de m’avoir repondu


          • Olga Olga 4 décembre 2008 10:19

            HELIOS
            Merci à vous.
            Enfin, pas très sympa quand même de me balancer une asymptote, par surprise... smiley
            Que dois-je comprendre de votre commentaire ?
            Les espèces d’il y a 250 millions d’années étaient très nombreuses et pour la plupart incapables de résister à un bouleversement climatique ;
            Les espèces d’aujourd’hui seraient "mieux fichues" et capables de résister dans une forte proportion à un bouleversement climatique.

            " les 30% d’especes restantes, QUI AVAIENT DEJA SURVECUS AUX 6° PRECEDENTS... pourquoi devraient elles disparaitre cette fois ci ? "
            Dans cette phrase vous sous-entendez que les 30% d’espèces restantes il y a 250 millions d’années seraient les mêmes qui risquent de se trouver aujourd’hui devant une hausse comparable de la température moyenne. Si on parlait d’un bouleversement ayant eu lieu il y a une dizaine de millions d’années ça serait déjà en partie faux (l’espèce humaine n’existait pas par exemple) mais à 250 millions d’annèes de là, c’est encore plus faux (ou moins vrai c’est selon...).

            Bref, pour essayer d’être un peu plus clair. Les espèces qui avaient les qualités requises pour survivre il y a 250 millions d’années :
            Soit ont évolué considérablement (ou même seulement un peu) sans garantie d’avoir les mêmes qualités permettant de résister, qu’avaient leurs très lointains ancètres (donc, impossible de se prononcer sur leur capacité de résistance aujourd’hui) .
            Soit ont disparu.
            Et de nombreuses espèces nouvelles sont apparues depuis (là aussi impossible de parier sur une quelconque capacité de résistance "héritée" des survivants des temps très anciens.

            Bon, j’espère que c’est plus clair (asymptote ou pas asymptote). smiley



          • Olga Olga 4 décembre 2008 10:37

            Pour être encore plus claire et concise :
            D’accord avec l’asymptote mais pas d’accord avec cette phrase :
            " les 30% d’especes restantes, QUI AVAIENT DEJA SURVECUS AUX 6° PRECEDENTS... pourquoi devraient elles disparaitre cette fois ci ? "
            Parce que la majorité des 30% d’espèces restantes il y a 250 millions d’années n’ont que très peu à voir avec celles d’aujourd’hui, donc impossible de faire un quelconque pronostic sur leur capacité de résistance "héritée" de
            celles "QUI AVAIENT DEJA SURVECUS AUX 6° PRECEDENTS".

            L’asymptote se vérifie chaque jour ne serait-ce que grâce (à cause) de l’action d’une seule espèce : L’homme. De toute façon le nombre d’espèces présentes sur terre va forcément atteindre le zéro (on ne pourra plus parler d’asymptote à cet instant, non ? ), rapidement ou dans quelques milliards d’années.


          • Jerome 4 décembre 2008 12:09

            Bonjour Hélios, 
            pour une question de Timing, lors de la période charnière entre le Permien et le Trias, le rechauffement global a eu lieu sur plusieurs dizaine de milliers d’années permettant ainsi à la faune et la flore de s’adapter, de migrer. Le timing du réchauffement global actuel est positionné sur 2 ou 3 siècles ne permettant pas au espèces de migrer ou de s’adapter. C’est pour cette raison que l’estinction s’avérerait plus massive.

            Je lis dans les commentaires qu’il s’agit de prévision et non d’une science exacte. Je partage complètement ce point de vue. Récemment une étude concernant un le réchauffement moindre des pôles, a vue le jour. L’apparition de glaces de mer (les pôles fondent, de l’eau douce en plus grande quantité compose l’océan, l’océan gèle plus facilement, la glace renvoie les rayons infrarouge vers l’espace) ralentirait la monté des eaux et le réchauffement connaitrait un sérieux ralentissement. 
            Autre point : En effet l’arrêt ou le ralentissement du Golf Stream pourrait provoquer un refroidissement très important du continent Européen.

            Il y a encore beaucoup de faits qui ne sont pas prouvés, démontrés, beaucoup sont encore controversés. La question est plutôt : On regarde en prenant le risque ? ou on tente quelque chose. Comme je l’ai dit dans cet article, la réponse ne peut être que politique et mondiale. L’interconnexion de nos systèmes économique et de nos systèmes de production étant largement avérés et assez incontestable. La production mondiale étant en flux tendue, il va bien falloir trouver une réponse que tous les états pourront digérer.
            Je ne propose pas un retour à l’age de pierre, mais juste la prise en compte de limites liées à la nature même de notre hébergeur : La terre est un ensemble finit et non en perpétuelle expension.

            Jérôme


          • HELIOS HELIOS 6 décembre 2008 00:06

            Merci Olga, Merci Jérome, désolé pour le gros mot (asymptote)... j’avais imaginé que cela traduisait bien ma pensée.

            Mais la communication est toujours difficile.

            Evidement je suis d’un coté d’accord et de l’autre pas du tout. C’est paradoxal me direz vous... je ne pense pas pour autant que ce soit incompatible. Vous avez raison, Olga dans votre propos... mais cela n’empeche pas que la diminution des espèces obeit a une loi de type asymptote : s’il y avait 1 million d’especes il y a 250 millions d’années... - 70% il en reste donc 300 000 (’700 000 disparues)... le même accident ne pourra pas en faire disparaitre plus de 300 000 n’est-ce pas... a 70% il en disparaitra 210 000 et il en restera 90 000... ce qui evidement est bien la définition de... l’asymptote !

            Bon, ce n’est pas une bonne raison pour tuer toutes ces bestioles. Je suis globalement d’accord sur le chaos climatique que nous subissons tout en pensant qu’apres tout je ne connais pas l’etat "normal" du climat : est-ce celui que nous vivons aujourd’hui faisant suite a l’acalmie du 20eme siecle ou bien vivons nous un vrai dereglement ?

            Dans le doute, je propose toujours d’être "raisonnable et responsable" sans pour autant verser dans le catastrophisme, le dogme, l’integrisme etc... jusqu’a preuve du contraire.


          • aye 3 décembre 2008 22:45

            Il faudra m’expliquer pourquoi les autres planètes du système solaire ont subi le même réchauffement que la terre.

            je sais bien que vous êtes des hommes alors arrêtez de vous prendre pour des dieux.

            Dans 2 ans rassurez vous ou inquiétez vous le réchauffement climatique sera oublié, mais il se pourrait bien que d’autres actualités vous soient devenues plus prioritaires :


            - refroidissement climatique ( absence de taches solaires )


            - anéantissement du système des changes ( dévaluation de toutes les monnaies par 10


            - guerres civiles ou autres généralisées sur terre.


            • Damien 4 décembre 2008 09:54

              En fait, il s’agit plus d’un dérèglement climatique que d’un réchauffement climatique car il se peut que l’Europe arrive dans une zone de grand froid alors que d’autre région de la terre verront leur température augmenter. De plus, j’ajouterai encore un effet qui augmentera rapidement l’effet de serre. Il s’agit du méthane pris au piège dans l’océan Arctique. Pour information, le méthane est 20 fois plus puissant que le CO2 concernant l’effet de serre.


              • Pierre 4 décembre 2008 11:10

                @Damien ... ça ne manque jamais dans ce genre de discussion. Il faut toujours que quelqu’un ressorte le vieux canard crevé des hydrates de méthane (propagé par des journalistes en mal de copie !) pour faire peur aux petits enfants et au grand public ... En réalité, l’essentiel des hydrates de pergélisol (ou permafrost, en anglais) qui contiennent du méthane sont limités aux bassins sédimentaires (et non pas en mer arctique !) de l’arctique. Le permafrost se comporte comme une « couche de confinement » pour les gaz, sauf en présence de talik (lac, rivière, point chaud). Au dessus de la limite de stabilité des hydrates, le méthane est sous forme gazeuse dans le permafrost. Les hydrates sont stables à pression ambiante jusqu’à +15°C. Il faut même les réchauffer pour les exploiter (zone du delta du Mackenzie au Canada et Messoyakha (Sibérie). Alors, comme il faudrait que la température du cercle polaire monte à +15°C pour libérer le méthane, nous serions tous morts avant que le méthane "piégé" comme vous dites, s’échappe dans l’atmosphère. Et de toute façon, la durée de vie du méthane libéré n’est que de 10 ans seulement... Ce qui serait dangereux, par contre, c’est une éruption volcanique au Nord du cercle polaire. Là oui, on pourrait libérer du méthane. SVP, Cessez de propager des bobards ...


                • Proto Proto 4 décembre 2008 11:51

                  Merci pour l’article, salutaire de rappeller ce genre de choses.
                  A noter ce très bon documentaire : Thema - Qui sauvera la planète Terre ?


                • legendre legendre 4 décembre 2008 12:13

                  Oui merci jérôme de ce rappel, Pour diminuer la pollution, voici une solution étonnante : que tout le monde roule tout-terrain et habite sous une tente.

                  La pollution est multiple. On parle beaucoup, à juste titre, de la pollution atmosphérique, mais il y a une autre pollution extremement grave dont on parle pourtant très peu, c’est l’augmentation de l’artificilialisation des sols. En France, de 1990 à 2000, la surface des infrastructures de transport, routier, ferroviaire, aéroportuaire, s’est accru de 12 %. Avec les implantations d’activités qui les accompagnent, ces constructions forment des axes (Bordeaux-Clermont-Ferrand, Brive-Toulouse-Tarbes, Paris-Lille bien sûr...) qui fragmentent le territoire, et qui à terme pourraient conduire à segmenter la biodiversité. D’une manière plus globale, en 10 ans, l’artificialisation des sols de France a augmenté de 4,8 %. Alors certes pour compenser, la surface des forêts s’est légèrement accru, mais ce n’est nécessairement positif, car ce qui a permis cette hausse, c’est l’abandon de tout usage agricole, et/ou l’arrêt de l’exploitation forestière. Ce qui signifie destructuration territoriale, voire dans certains cas, « aggravation du risque de feux de forêt ».

                  Plus grave, ces 10 dernières années, les zones de prairie ont diminué de 0,8 %, et les zones agricoles hétérogènes de 0,7 %. Ces chiffres sont faibles, mais on mesurera leur importance au caractère hyper-essentiel des prairies et bocages dans leurs fonctions de « protection des sols contre l’érosion, de rétention des eaux de ruissellement, de préservation contre les pollutions diffuses et d’habitat propice à la diversité de la faune et de la flore ». Alors bref, le 4x4 en ville ne reçoit toujours aucun suffrage, mais sur un chemin de terre pour se rendre d’une tente à une grotte, du point de vue du respect de la nature des sols, c’est convenable. chiffres tirés de ce site :

                  Les chiffres et citations de cet article proviennent du n°101 des données de l’environnement, une publication de l’Institut Français de l’Environnement, que l’on peut télécharger ici ; http://www.frazled.com/danny/dc/LTI/P9100008.JPG

                  Ce qu’il faut soutenir, c’est le moindre déplacement et collectif. Rail, bateau, transport et taxis collectifs. Cela ne veut pas dire qu’il faille abandonner nombre de nos déplacements. Mais le faire raisonnablement.

                  Et en finir surtout, avec l’idée qu’une personne se déplace avec 600 kilos de métal et matière plastique autour d’elle, en occupant 4 m2 de surface en ville.


                  • Pierre 4 décembre 2008 13:01

                    Bonjour
                    Si vous êtes persuadés que le CO2 ( ou CH4 etc.) réchauffe la planète et que les +0,7°C que nous avons connu depuis 100 ans (avec le refroidissement de 1945 à 1976 quand même) ne résultent pas de causes naturelles (oscillations multidécennales océaniques, cycles solaires etc.) alors répondez à ces questions :

                    1) Comment se fait-il que le CO2 était 15 fois plus présent dans l’atmosphère qu’actuellement, à l’époque de la glaciation Ordovicienne-Silurienne ?
                    2) Pourquoi les concentrations de Méthane et de CO2 étaient supérieures à ce qu’elle sont maintenant pendant la période glaciaire Permienne ?
                    3) Comment se fait-il que le taux de CO2 était de 5 fois supérieur à celui d’aujourd’hui pendant la période glaciaire Crétacée-Jurassique et que ce taux était aussi 5 fois plus important à l’époque des dinosaures ?
                    ....(réf : Berner (2003, Nature, 426))

                    Et ne me dites pas que le "réchauffement actuel est anthropogénique parce qu’il est le plus rapide". C’est totalement faux. Les récentes mesures des carottages à haute résolution ont montré des élévations de température de +10°C en quelques dizaines d’années..( source CNRS). De même, aucun scientifique (y compris le GIEC) soutient que le Gulf Stream pourrrait s’arrêter avant plusieurs centaines d’années, s’il le fait jamais.


                    • Pierrot Pierrot 6 décembre 2008 11:44

                      à @ pierre,

                      c’est tout simplement la loi de Henry (voir classe de terminale ou après).

                      Plus la température de l’eau est chaude moins elle peut dissoudre le CO2 et inversement. Donc lorsque la mer se réchauffe elle relarge du CO2 précédemment dissous.

                      Je suis convaincu de l’influence prédominante (mais non unique) des gaz à effe de serre (H2O, CO2, CH4, N2O, SF6, O3, CFC etc.) sur l’impact de l’élèvation de la température des basses couches de l’atmosphère puis par convection thermique des sols et des mers.

                      Mais l’argument que vous présentez et que j’ai souvent lu n’est pas démonstratif.
                      Désolé et bonne journée.


                    • Pierre 6 décembre 2008 19:15

                      @Pierrot,

                      Merci pour ce rappel de la loi de Henry et son explication (correcte, en effet).. qui malheureusement, n’a rien à voir avec ce que j’ai écrit.

                      J’ai posé le question suivante : Comment se fait-il que de très très longues périodes glaciaires aient coïncidé avec de très fortes concentration en CO2 pendant de très très longues périodes dans le passé de la planète ?

                      Le relargage du CO2 au plus profond des océans prend, au maximum de l’ordre de 1000 ans (voir les forages de Vostok) . Celui du CO2 de la surface environ 6 à 9 mois. Les périodes glaciaires et surtout les périodes à fort taux de CO2 ont duré pendant des centaines de millions d’années. La loi de Henry ne peut donc expliquer cela. D’autant plus que les océans absorbent beaucoup plus de CO2 quand ils sont froids, comme vous l’avez-vous même justement rappelé. Donc, en période glaiciaire, il devrait y avoir moins de CO2 dans l’atmosphère... Or il y en a beaucoup plus...

                      Quant à votre conviction...C’en est une. 

                      Mais votre description qui consiste à dire que le CO2 et les autres GES réchauffent l’atmosphère qui à son tour réchauffe par "convection thermique des sols et des mers", ne tient pas la route. 

                      En effet, les mesures satellites effectuées tous les jours ne montrent aucun réchauffement particulier de l’atmosphère jusqu’à la troposphère incluse. Quant à la stratosphère, elle aurait plutôt tendance à se refroidir pour des raisons compliquées.

                      Enfin, votre affirmation "la convection thermique des sols et des mers" représente une grande découverte !

                      Bien heureusement pour nous, les sols ne sont pas soumis à la convection (sauf peut être, très localement, lors des éruptions volcaniques)....Je pense (j’espère) que ce n’est pas ce que vous vouliez dire mais il faut utiliser un langage précis pour parler de ces questions difficiles.

                      Pierre (bac +30 environ, en physique)


                    • maxim maxim 4 décembre 2008 13:04

                      pour que les vaches et les moutons ne rejettent plus de méthane ,bouchons leurs le trou du cul ! c’est une maladie ce terrorisme écolo ! observez un peu la surface des pays industrialisés par rapport à la surface du globe ,un timbre poste sur une grande enveloppe ! il y a eu des périodes chaudes aucours de l’histoire ,des périodes glacières également ,la Terre s’en est toujours remise ,il y a eu une adaptaion de la faune et de la flore ,face aux différents changement de climats ..... la présence de l’homme et de l’industrie ,ont à peine influencé le climat ,c’est uniquement dans un but politique que l’on nous bassine avec l’écologie ,et n’oublions pas les taxes ! ah oui ,encore un bon truc pour faire du fric facile ! allez donc parler écologie aux Chinois ou aux Russes ,ils vont vous rire au nez !


                      • max14z max14z 4 décembre 2008 15:25

                        article intérressant, mais selon moi le co2 n’y est pour rien concernant le réchauffement du climat. sa serait le cycle naturel de la terre et du soleil qui en serait la cause...Mais ces infos serait caché au grands publics, pour ne pas qu’il s’intérroge sur...j’en parlerai prochainement dans un article renversant, qiu j’espere ne sera pas censuré ! ^^


                        • joletaxi 4 décembre 2008 16:43

                          Je ne savais pas qu’il existait un catéchisme du réchauffement climatique.L’auteur gagnera sûrement quelques images pieuses,on retrouve dans son article tous les truismes que l’on nous ressasse jusqu’à l’écoeurement,sans oublier le verset politiquement correct et la nécessité d’une gouvernance mondiale qui punirait tous ces riches pollueurs. ? Ce qui m’inquiète dans toute cette histoire,c’est de constater que de nombreux "scientifiques" manipulent les études, les observations pour conforter leur agenda politique ;les exemples sont nombreux et récurrents,je n’en citerai qu’un,la fameuse courbe en crosse de hockey qui a servi à Al Goor à obtenir un prix Nobel, le comble de la tartufferie. Vous parlez des océans qui vont déborder,vous auriez pu évoquer les cyclones ravageurs, Katrina,les sécheresses,les inondations, la fonte du Kilimandjaro,la fonte du Groenland,le permafrost,les ours polaires etc. Sur tous ces points, vous pourrez trouver de nombreuses études qui se contredisent, et qui ont l’aval de scientifiques reconnus. Déjà, si les "scientifiques" pouvaient se mettre d’accord sur une méthode de mesure des t°,terrestres et océannes.La récente bévue,ou manipulation, sur les t° du mois d’octobre dernier jettent le discrédit sur toute la communauté scientifique.Avez-vous une explication sur le fait que les t° moyennes relevées par les satellites ne montrent aucune hausse des t° depuis 98,mais sont plutôt dans un trend baissier,alors que d’autres sources indiquent un rechauffement ?De même, depuis 2 ans, le niveau des mers semble se stabiliser,ce qui serait conforme à une stabilisation des t°. Le présent acharnement ,répercuté avec une touchante unanimité par tous les médias, me laisse à penser que les "alarmistes" mettent les bouchées doubles, même en contradiction avec les récentes observations, pour nous forcer à nous engager dans des choix politiques irréversibles,qui auront un impact certain sur notre niveau de vie.Pour ceux qui sont adeptes de la décroissance, ils vont être servis,en vraie grandeur. Vous n’imaginez tout de même pas que AlGoor, va remettre son prix Nobel,en disant:sorry, on s’est trompé ! Vous n’imaginez pas non plus que du jour au lendemain, les cohortes de gens qui profitent de cette nouvelle religion vont "se suicider"en se risquant à mettre en doute cette théorie,car que je sache, il s’agit toujours bien d’une théorie.Ils sont combien en Pologne ?10.000,ils finiront par faire mieux que Jean Paul II.


                          • Jerome 4 décembre 2008 18:37

                            Je ne savais pas que la communication des états sur le réchauffement climatique global était si ardente que cela. Quand on voit les difficultés des politiques à se mettre d’accord sur un plan d’action global on se demande ou est le complot. 
                            Je ne vois toujours pas comment en passant à un mode de production respectant l’écosystème terrestre on embalerait les financiers productivistes. En régulant, en limitant, en respectant, ils ont beaucoup plus à perdre qu’à gagner.
                            Je n’ai en aucun cas parlé du niveau des mers (mais apparemment cela fait parti du paquet réponse standard). Je ne sais pas qui sont les personnes que l’on retrouve sous le terme ’anti pensée unique’ délivrant toujours les mêmes noms, les mêmes scientifiques et les mêmes sources (Il n’y en a pas des centaines). Je n’arrive pas bien à comprendre le but de ces personnes. Si c’est de s’opposer à tout ce qui peut être diffusé par les canaux standard du pouvoir, je dis pourquoi pas. Il faut de la pluralité dans notre monde. Le droit d’expression existe pour tous. Si c’est de faire valoir une théorie de complot global ma fois pourquoi pas aussi (on me ressort bien les tours Jumelles dans un article sur le réchauffement climatique.

                            Je trouve néanmoins que nous faire croire que le CO² n’est en rien dans le réchauffement climatique, alors qu’une expérience de CM² à la porté de n’importe qui démontre qu’un dégazage de CO² fait varier la température. Essayé cette expérience chez vous : 2 bouteilles vide coupée. L’une avec du coca dégasé et l’autre avec du coca encore gazéifié. Vous mettez 8 cm de coca dans caque. Un termomètre au dessus du liquide, vous mettez une lampe classique au dessus des 2 bouteilles, vous laissez reposer 1h et constatez ce que dit le thermomètre.
                            Je vois des commentaires disant qu’il n’y a aucun fond scientifique, qu’il n’y a pas d’expérimentation. Alors je me permet de rajouter un petit mode d’emploi très simple.

                            Pour information, l’idée d’écrire cet article m’est apparu aprsè la lecture du livre : Six Degréd Que va-t-il se passer ? de Mark Lynas. Ce journaliste a compulser multe travaux sur ce sujet et en a fait une synthèse. Les travaux du GIEC ne valant pas plus dans cette étude que ceux d’universitaires venant de tous les continents.

                            Jérôme


                            • fred 4 décembre 2008 21:29

                              La Terre ne peut plus absorber : 1. Le CO2 2. La chaleur Les 2 phénomènes sont liés. En cause : 1. La déforestation 2. L’agriculture sur base de pesticides et la couverture goudronnée (http://www.dailymotion.com/video/x1ds9p_alerte) C’est donc moins un problème d’émission de CO2 que de cohérence cyclique naturelle. Faites un tour en été dans une forêt par grosse chaleur. Rien qu’en marchant sur ces sols vous comprendrez la différence. Ce n’est pas que l’effet d’ombre, c’est aussi l’effet du sol où les bactéries créent des galeries qui envoient l’eau en profondeur, captant ainsi la chaleur, refroidissant mieux les assauts de la chaleur. Les émission de CO2 humaines représentent moins de 20% du total. Les 80 autres % sont dus à l’activité terrestre normale, habituelle. Outre ces faits, il y a un réchauffement cosmique globalisé. 100 ans d’observation sont une paille sur l’histoire de la Terre. Tout le reste n’est que racontars de bobos dangereusement inconscients et de politicards jeanfoutre. Et, j’oubliais ! De gros trous du cul de journalistes. Ca ne vous plaît pas comme discours ? En 2001, j’en tenais un autre pas très populaire. On voit le résultat.


                              • joletaxi 5 décembre 2008 00:28

                                Comment AlGoore n’a-t-il pas eu cette idée fulgurante sur l’expérience au CocaCola ?Imaginons un peu les retombées d’un petit passage dans son thriller avec un pak de Coca ? Vraiment vous m’avez convaincu. Bon, il neige ,il fait froid,mais la tendance est bien au réchauffement.Mes amis canadiens m’en parlaient encore l’autre jour, il neige peu,signe évident d’un bouleversement climatique.Il y fait -32 °c mais le fond de l ’air est bien au réchauffement.


                                • abersabil abersabil 5 décembre 2008 08:27

                                  Le papillon fonce droit devant vers ce qu’il croit lumière même si c’est une lampe brûlante, il en est ainsi de l’Homme qui fonce vers sa perte, et sans paraître oiseau de mauvais augure , il faut dire que c’est la finalité inéluctable ; le verset coranique portant de ’’la fumée’’ en est un signe révélateur de la fin du monde, aussi l’Homme participe volontairement à cet état de fait...... this is the end.


                                  • Pierre 5 décembre 2008 18:13

                                    @ Jerome

                                    Votre petite manip de coca-cola démontre, tout au plus, que le CO2 absorbe les rayonnements infrarouges et se réchauffe, ce que tout le monde sait et que rigoureusement personne ne nie. 

                                    Par contre, elle ne démontre pas comment le CO2 réchauffé peut, à son tour, réchauffer la planète. Ceci est une toute autre histoire beaucoup plus délicate qu’il n’est pas facile de mettre en évidence avec une petite expérience (ni même avec une grande) , parce qu’il s’agit de l’atmosphère avec des mouvements complexes, des mélanges de gaz tels que la vapeur d’eau (beaucoup plus présente et efficace que le CO2 ) etc..

                                    D’autres que vous ont monté des petites expériences un peu plus sophistiquées (mais pas beaucoup plus) et nettement plus probantes, notamment pour essayer de démontrer que l’effet de serre est "saturé" (selon la théorie de Miskolczi).

                                    Allez voir les deux manips et les commentaires dans le lien suivant ...Le résultat est surprenant. C’est en anglais mais un informaticien devrait s’en tirer. Vous constaterez qu’il faut en savoir beaucoup beaucoup plus pour se convaincre et convaincre les autres sur la manière dont fonctionne l’effet de serre...

                                    http://landshape.org/enm/science-experiment-at-home-to-disprove-global-warming-theory


                                    • Pierrot Pierrot 6 décembre 2008 11:34

                                      Bonjour,

                                      j’observe que la lutte en vue de la diminution des émission de CO2 est maintenant bien engagée même si l’efficacité depuis 1990 est encore négative.

                                      Par contre, bravo à l’auteur pour avoir citer les émissions de méthane CH4.
                                      En effet ce gaz à un PRC à 100 ans 23 fois plus contributeur que le CO2 par masse identique.
                                      Mais cette valeur est trompeuse car le CH4 a une durée de présence dans l’atmosphère plus basse que le CO2.
                                      Si on éxamine sa contribution relative aux variations climatiques à 20 ou 30 ans l’écart du PRC est encore beaucoup plus grande que le CO2.

                                      En d’autres termes pour le futur proche qui nous intéresse plus que le climat en l’an 2100 il faudrait prililégier la lutte contre les émission sde CH4 (milieux anaérobies, décharges, ruminants, rizières ...).

                                      Ce combat me semble à la fois plus simple, plus efficace et moins coûteux que la difficile lutte en vue de la diminution des émission de CO2.

                                      LE MONDE a publié un article bien fait sur ce sujet.


                                      • pissefroid pissefroid 7 décembre 2008 11:33

                                        Encore un article sans référentiel scientifique.
                                        L’évolution des températures a toujours précédé l’évolution des taux de CO2 (de plusieurs siècles).
                                        Les mécanismes d’échange de température entre soleil et terre ne sont pas connus précisemment donc pas de modélisation réaliste de l’évolution du climat.
                                        L’effet de serre tel que décrit par l’impact des GES est inexact. L’effet de serre n’est pas une conséquence du blocage du rayonnement infrarouge de la terre (voir le site climat sceptique). Quand un horticulteur veut refroidir sa serre il ouvre des fenêtres percées dans le toit.
                                        Je rappelle que le GIEC n’est pas un organisme scientifique, c’est un organisme politique.
                                        Enfin croire que l’espèce humaine est responsable de l’évolution du climat me paraît bien une marque d’orgueil propre à notre civilisation judéo-chrétienne.


                                        • Luciole Luciole 7 décembre 2008 15:03

                                          Merci à l’auteur pour son article. Je suis entièrement d’accord avec l’idée qu’il faut modifier radicalement notre mode de vie par souci de ceux qui pâtiront les premiers du réchauffement climatique, qui en pâtissent déjà, comme les africains. Ces peuples sont le berceau de l’humanité, ils ont vécu en harmonie avec la nature depuis des centaines de milliers d’années et nous sommes en train de les massacrer en asséchant leurs sols, en dénaturant leur agriculture vivrière au profit de nos consommations de luxe (bananes, café, chocolat), en confisquant les céréales pour nourrir des pauvres bêtes que nous mangeons à peine sont-elles nées.

                                          Je suis sidérée par le négationnisme qui sévit encore, avec des gens persuadés que 90% des scientifiques de la planète sont des escrocs au service d’une dictature écologique mondiale. J’aimerais bien comprendre pourquoi ces gouvernements fanatiques protègent aussi bien les intérêts de Monsanto, se couchent devant la FNSEA et soutiennent mordicus la croissance et l’industrie automobile. Seraient-ils totalement schizophrènes. Ou bien les négationnistes n’ont-ils pas une tendance très naturelle à confondre leurs intérêts individuels avec l’intérêts collectifs ?


                                          • François M. 7 décembre 2008 16:08

                                            Vous me pardonnerez pour être prudent et sceptique par rapport à cette hystérie du réchauffement climatique causé par l’homme. De tous les problèmes que nous engendrons sur cette planète, les changements climatiques n’en sont pas. Cessez de culpabiliser les enfants avec cela. La géologie et les connaissances que nous retirons des carottes glacières qui sont les témoins de centaines de milliers d’années de météorologie nous indiquent que les changements climatiques sont naturels, cycliques et que le climat a déjà été beaucoup plus froid et plus chaud que maintenant. Que le CO2 a déjà été beaucoup plus élevé que maintenant, qu’il favorise la croissance et la santé des végétaux et qu’il augmente en moyenne 800 ans après un réchauffement climatique, et non avant. De plus, historiquement, l’humanité a toujours su tirer avantage d’une période plus chaude, alors que les ères glacières nous ont jeté dans une misère épouvantable.

                                            Ça donne froid...

                                            http://les7duquebec.wordpress.com/2008/11/25/ca-donne-froid/

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès