• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Le « réchauffement climatique » face à la vague de froid

Le « réchauffement climatique » face à la vague de froid

Commençons par une information tirée d’un journal :

Le verdict est tombé avant même la fin du mois : après une bonne vingtaine de jours de froid, le début de l’hiver 2010 a été, dans l’hémisphère Nord, l’un des plus glaciaux depuis longtemps. C’est l’occasion de faire le point sur les causes et sur les effets d’un épisode pénible, qui s’inscrit dans le contexte général d’un refroidissement climatique aux conséquences multiples. Et qui promet de se répéter de plus en plus souvent.

Vous vous dites sans doute que l’auteur de ces lignes n’est qu’un climato-sceptique qui prend ses rêves pour des réalités. Même si, pour lui faire plaisir, l’on admet que des phénomènes solaires et océaniques vont refroidir la Terre à l’échelle des dix ou vingt prochaines années, la réplique claque comme un coup de fouet : la météo n’est pas le climat. Un hiver plus rigoureux ici ou là n’a rien à voir avec une tendance climatique, mais seulement avec la variabilité naturelle.

Le climat doit s’étudier sur de plus longues périodes, voilà pourquoi… mais au fait, où avais-je la tête : je n’ai pas donné la référence du passage ci-dessus. Il faut dire que je l’ai un tout petit peu déformé. La citation exacte est en réalité la suivante :

Le verdict est tombé avant même la fin du mois : par sa température moyenne record et après une bonne vingtaine de jours de canicule, le mois de juillet 2006 a été, au moins en France, le plus chaud de tous les mois de juillet depuis l’invention du thermomètre. C’est l’occasion de faire le point sur les causes et sur les effets d’un épisode pénible, qui s’inscrit dans le contexte général d’un réchauffement climatique aux conséquences multiples. Et qui promet de se répéter de plus en plus souvent.

Ces mots sont tirés d’un article du Nouvel Observateur publié en ligne le 3 août 2006, dans le contexte de la canicule de 2006. Tiens tiens…

Les médias ne cessent de nous rappeler que la vague de froid de ces dernières semaines « ne remet pas en cause le réchauffement climatique », et encore moins son « origine humaine », précisément en vertu de cet argument tout à fait exact : la météo n’est pas le climat. Une telle unanimité en faveur de cette distinction entre météo et climat laisserait penser que, le cas du Nouvel Observateur mis à part, les médias ont eu la même prudence lors des canicules de 2003 et 2006 ? C’est loin d’être le cas même si, pour être honnête, beaucoup de journalistes ont alors eu soin de préciser l’absence de tout lien causal. Une manière courante de présenter les choses a été quelque chose comme : « La canicule de 2003 ne peut pas être directement reliée au réchauffement climatique, mais ce type d’événement donne à voir ce qui se produira de plus en plus souvent à l’avenir. » Techniquement irréprochable, une telle présentation produit tout de même une association d’idées très forte. On peut s’interroger sur la manière dont cette présentation a été assimilée, surtout lorsque, cas fréquent, l’absence de lien causal entre les deux n’est pas clairement indiquée.

Bon, dira-t-on : tout cela relève, au pire, de quelques maladresses journalistiques. Nul doute que les propos officiels des experts ont été, comme il se doit, beaucoup plus prudents. Certains l’ont été, en effet. Mais pas tous, loin de là. Petit florilège :

Les répercussions des changements climatiques sont généralement observées à l’échelle régionale ou locale et sont souvent le résultat de phénomènes météorologiques et climatiques extrêmes. C’est le cas de la sécheresse survenue en Chine en 2006, la pire depuis 50 ans, qui a touché des dizaines de millions de personnes. L’Europe a été frappée en 2003 par une vague de chaleur qui a fait de nombreux décès (sic) dus à la chaleur et à la pollution de l’air, dont 14 800 victimes en France seulement.

« Nécessité de s’adapter : la science du climat est-elle prête ? », par Xuebin Zhang et al., Bulletin de l’Organisation Météorologique Mondiale, avril 2008.

Tempêtes, canicules, inondations, la France n’est pas épargnée par le changement climatique.

Mission interministérielle de l’Effet de Serre, 2007.

Le GIEC prévenait déjà dans son rapport 2001 que « Les augmentations les plus fortes de stress thermique sont attendues en milieu urbain aux latitudes moyennes et hautes (tempérées), particulièrement dans les populations dont les logements ne sont pas adaptés et qui ont peu accès à la climatisation. » La canicule de 2003 est à l’origine d’environ 15 000 décès en France, et il a été établi plus récemment que le surplus de décès au cours du même été pour l’ensemble de l’Europe a été de 70 000.

Questions de santé publique n°1, mai 2008, Institut de Recherche en Santé Publique.

Le réchauffement climatique a déjà commencé à provoquer des bouleversements dans le monde y compris en France (canicule, inondations, tempêtes, etc…).

Plaquette de présentation de l’Institut de Modélisation et d’Analyse des Géo Environnements et de Santé, Université de Perpignan, 2007.

Nous sommes en train de bouleverser le climat de notre planète et nous ne savons pas véritablement où nous allons. Ce dont il faut prendre conscience, c’est qu’il y a des événements atmosphériques, des événements météorologiques, des paroxysmes qui se produisent régulièrement. La canicule de 2003 a dépassé les limites habituelles. Ceci va se reproduire systématiquement (…)

Table ronde « Canicule, cyclone, inondation… », Journée du Développement Durable, 2004.

La France entière a été touchée par la canicule de 2003, qui est un signe tangible du réchauffement climatique global.

Fiche de presse de l’INRA, 1er février 2004.

Le dérèglement est en marche, il n’y a aucun doute, on est au début du processus.

Hervé Le Treut, Laboratoire de météorologie dynamique du CNRS (cité par le Nouvel Observateur), à la fin de la canicule de juillet 2006.

Bon, dira-t-on à nouveau : la crédibilité d’une théorie scientifique ne se juge pas de cette manière. Seuls comptent les articles scientifiques dûment publiés dans les revues spécialisées. Puisque la météo n’est pas le climat, il ne doit donc y avoir nulle part, dans ces revues spécialisées, d’association faite entre la canicule de 2003 et le « réchauffement climatique d’origine humaine », n’est-ce pas ? Eh bien… si. La « très sérieuse revue Nature » (selon l’expression consacrée) a publié en décembre 2004 un article de Peter Stott et al. dont une traduction française du titre est : « Contribution humaine à la vague de chaleur de 2003 en Europe ». L’article (payant) est ici. Morceaux choisis (et traduits), non exhaustifs :

L’été 2003 a été probablement le plus chaud en Europe depuis au moins l’an 1500 (…). C’est une question mal posée que de demander si la vague de chaleur de 2003 a été causée, dans un sens déterministe simple, par une modification des influences externes sur le climat — par exemple l’accroissement de la concentration des gaz à effet de serre dans l’atmosphère — car presque n’importe quel événement météorologique de ce type aurait pu se produire par accident dans un climat non modifié. Cependant, il est possible d’estimer de combien les activités humaines ont pu accroître le risque qu’une telle vague de chaleur se produise.

En utilisant comme seuil la température moyenne estivale qui a été dépassée en 2003, (…) nous estimons très probable (niveau de confiance supérieur à 90%) que l’influence humaine a au moins doublé le risque de vagues de chaleur (…)

Nous concluons de cette étude sur les moyennes décennales de températures estivales qu’il est très probable que le forçage anthropique passé est responsable d’une fraction significative du réchauffement observé de l’été européen.

Il se peut que nous ayons sous-estimé la fraction de risque attribuable [aux activités humaines] d’une vague de chaleur en 2003…

Voilà donc une belle convergence scientifique entre météo et climat à propos de la canicule de 2003. Pourtant, allez savoir pourquoi, j’ai du mal à imaginer un article dans Nature dont le titre serait « Contribution humaine à la vague de froid de 2010 dans l’hémisphère Nord ».

Moralité :

Les jours où il fait froid

Blâmez la météo.

Les jours où il fait chaud

Craignez pour le climat.


Moyenne des avis sur cet article :  4.22/5   (36 votes)




Réagissez à l'article

68 réactions à cet article    


  • Bardamu 19 janvier 2010 10:58

    - De quoi refroidir les ardeurs de tous nos réchauffistes ?
    -Que nenni mon bon ami, quiconque constatant pareille froidure est un négationniste !


    Grrrr !... ils font froid dans le dos tous ces bien-pensants-là ! 


    • Terran 19 janvier 2010 20:55

      Bonjour,

      La Chine envisage d’exploiter la Lune. L’homme n’est en rien responsable des changements de climat.
      C’est une Intox !
      Les banques voient en taxant le CO2 un marché juteux.
      La Chine envoie e-change 1, satellite qui va repérer la surface de la Lune. e-Change 2 Alunira pour vérifier les données. Il y a beaucoup d’hélium3 sur la surface de la Lune.

      8 tonnes d’hélium trois représentent la consommation totale d’énergie de la Chine pendant un an.
      La surface de la Terre possède environ 10 tonnes d’hélium3
      La surface de la Lune possèderait 1 millions de tonnes d’hélium3 selon les études de l’agence spatiale Chinoise.

      L’hélium3 est une ressource énergétique très dense, si cette quantité est vérifiée sur la Lune, cela nous ouvre le chemin à environ 10 000 ans d’énergie abondante et non polluante pour équiper l’homme et la nature dans son intégralité. L’ère de l’or avant la fusion nucléaire.
      La fusion s’appellera l’ère du diamant.

      Nous avons les moyens technologiques d’exploiter la Lune.
      Comme toute espèce vivante sur cette planète, l’homme dois coloniser des espaces toujours plus inaccessibles, ainsi va l’évolution.

      Notre société dois porter ce projet. Notre but communs est l’espace.
      Nous devons relancer notre industrie. Nous soulager du travail, et dépenser du temps à étudier les technologies qui vont nous permettre de nous développer et de semer la vie.
      Rien n’est plus fort que la vie. Il faut que cette nouvelle fasse le tour de la planète. Elle donnera de l’espoir aux peuples. Nous sommes tous d’accord la dessus.

      Reprenons notre droit à continuer notre job !
      Qui nous pond un bel article capable de remuer Agoravox comme la Z-Machine aura su le faire ??

      We want an outside job !
       smiley


    • Romain Desbois 20 janvier 2010 09:02

      Cet article et ces commentaires risqueront bien de se retourner contre les fanfarons lorsqu’il ya aura une vague de chaleur. Car là aussi il faudra en déduire en béotien que les réchauffistes ont raison si on suit ce raisonnement de farfadets !

      Vous en êtes encore à vous disputer comme dans une cours d’école pour savoir qui qu’a raison, qui qu’a commencé !

      Franchement je comprends que les « réchauffistes » dont je me sens plus près n’aient plus envie d’argumenter.

      Mais ne faisons pas d’amalgame entre les décisions politiques, le rapport du GIEC, le nouvel obs et ce que un agoravoxien comme moi peut dire. Franchement qui a lu le rapport du GIEC. Moi pas le courage, j’arrive même pas à tout lire Avox !

      Maintenant j’ai toujours entendu que le changement climatique dit réchauffement va exacerber les températures, plus grands froids, plus grandes chaleurs, cyclones et tempêtes plus nombreux et plus violents.

      Alors ne restons franco-centristes, bien que des signes de changements sont probants ici aussi.

      On s’en fout que ce soit l’homme ou pas qui soit responsable ! L’important est de bosser tous ensemble ou chacun de son côté pour limiter les effets négatifs.

      Et puis merde, on a besoin d’être sur pour savoir qu’il ne faut pas tout déforester, qu’il ne faut empoisonner l’air, la terre, l’eau. C’est une simple question de bons sens car c’est l’intérêt de tous !
      Allègre a raison, la guerre de l’eau est essentielle , mais elle a commencé depuis très longtemps déjà, peut-être depuis toujours.

      Des signes de changements sont décelés, recul extraordinaire des glaciers, fonte des pôles, mais aussi montée des eaux en Camargue, migration des la faune comme en méditerranée, substitution de la flore en faveur des espèces adaptées à des températures plus méridionales, extension des déserts, etc......

      Qu’est ce qu’il nous faut de plus ?

      Le débat ne peut se ramener à des gens qui se gaussent d’avoir tort ou raison, genre combat sans fin entre Tristus et Rigolus

       


    • JL JL 20 janvier 2010 09:34

      « Et puis merde, on a besoin d’être sûr pour savoir qu’il ne faut pas tout déforester, qu’il ne faut empoisonner l’air, la terre, l’eau. C’est une simple question de bons sens car c’est l’intérêt de tous ! » (Romain)

      L’hypothèse du réchauffement n’est pas nécessaire pour savoir qu’il ne faut pas tout déforester : du bon sens et un peu de respect pour l’environnement suffit !

      Vous dites : « Allègre a raison, la guerre de l’eau est essentielle , mais elle a commencé depuis très longtemps déjà, peut-être depuis toujours. » Oui, Allègre a raison sur ce point, et aussi dans son combat contre le réchauffisme. Lisez ci-dessous svp, ce que j’en pense.



    • Benoît Rittaud Benoît Rittaud 20 janvier 2010 20:25

      Je ne vois pas pourquoi l’article se retournerait contre les « fanfarons » à la prochaine vague de chaud : je dis explicitement que la météo n’est pas le climat, et je ne fais donc aucun lien entre la vague de froid et l’évolution du climat.

      Et ne limitez pas votre lecture de l’article à la citation du Nouvel Observateur : ce qui est donné ensuite émane de personnes ou d’institutions tout à fait respectable.
      Enfin, non, on ne s’en fout pas de savoir si l’homme est responsable ou pas de l’évolution du climat. Selon le cas, les mesures à prendre (s’il en faut) sont très différentes.

    • JL JL 19 janvier 2010 11:00

      Très bien vu.

      Très juste : quand il fait froid, c’est la météo, quand il fait chaud, c’est le climat. Encore une preuve évidente de l’indépendance des experts !  smiley


      • caramico 19 janvier 2010 21:45

        Mais non, c’est la crise : moindre consommation, moindre pollution....

        Qu’est-ce qu’on va se peler dans les années à venir !


      • PapyJako PapyJako 20 janvier 2010 04:47

        @cogno2
         
        qui éructe :

        « ...Barmadu et JL, navré de vous le dire, mais vous êtes trop cons.
        Et les cons comme vous, on ne discute pas avec, vous n’êtes pas équipés.
        Alors je vous laisse dans votre ignorance crasseuse.
        Faites de beaux rêves.... »

        L’insulte est largement en dessous du niveau 0 du débat.

        Elle dénote, de la part de celui qui l’emploie une impossibilité de présenter un argument d’un niveau plus élevé.

        Elle est souvent associée à une certaine limitation intellectuelle. Les signes extérieurs peuvent être le front bas et le regard veule.


      • JL JL 20 janvier 2010 08:29

        Mais non papyjako, c’est conio qui nous a traité de cons, et je n’ai pas vu un seul de ses arguments. Et c’est vous qui, sorti de vos mantras, n’avez que l’insulte sous les doigts.

        Puisque je suis là, je vais vous dire ma pensée au sujet du climat : le climat est détraqué : par la pollution, et peut-être aussi par des activités inavouables. Détraqué !

        Ceux qui font le discours officiel avaient quatre possibilités d’interprétation populiste à servir au « bon peuple » :

        - circulez il n’y a rien à voir
        - le climat est détraqué
        - la terre se refroidit
        - la terre se réchauffe

        Je passe sur les inconvénients et les difficultés pour les dits maîtres de la pensée unique, de soutenir l’une des trois premières options, vous saurez faire vous-même, je n’en doute pas.

        En revanche, laissez moi vous dire les trois principaux avantages que je vois dans la quatrième option :

        - les peuples du Nord, ceux qui polluent, seront heueux de « savoir » que ça se réchauffe : là encore, vous savez pourquoi.

        - le capitalisme fait flèche de tout bois : vous les voyez essayer de réparer le climat détraqué ? Ou bien de réchauffer la terre avec nos petits bras et des ressources énergétiques déliquescentes ? Absurde, n’est-ce pas  ! En revanche, les projets pour refroidir pullulent !

        - Enfin, il serait très difficile d’expliquer pourquoi la banquise se délite dans l’une des trois premières hypothèses.

        Vous voyez, papijakonio que nous savons argumenter ! 



      • JL JL 20 janvier 2010 08:34

        Ha, bien sûr, il y avait une quatrième raison de choisir cette hypothèse : pour nous faire payer des taxes carbone, seule celle du réchauffement était crédible. Là encore, je n’ai pas besoin d’expliquer pourquoi, n’est-ce pas ?!


      • JL JL 20 janvier 2010 09:19

        @ la modération : le post de Cogno2 a disparu. Ce faisant, celui de papyjako et le mien n’ont plus grand sens. Quoique ...

        @ papyjako : j’ai peut-être fait une confusion quant au sens de votre intervention : elle était peut-être adressée à cogno2. Ceci dit, je vous ai connu très insultant à d’autres occasion au point que j’évite désormais autant que faire se peut, d’avoir à vous répondre. Ici, il le fallait, puisque l’on me demandait des des arguments. C’est chose faite.


      • PapyJako PapyJako 20 janvier 2010 21:58

        @JL
        Vous dites :
        « ... j’ai peut-être fait une confusion quant au sens de votre intervention : elle était peut-être adressée à cogno2 ... »

        => Oui, j’étais très clair en m’adressant explicitement « @cogno2 » et en citant une partie de son post, qui n’était qu’un paquet d’insultes ...



        • Yena-Marre Yena-Marre 19 janvier 2010 12:02

          Un effet de la vague de froid le lien est gelé. smiley



        • L'enfoiré L’enfoiré 19 janvier 2010 13:19

          La température moyenne globale ne change que d’une manière très « subtile ». Le problème, c’est que les régimes tempérés disparaissent pour faire place aux extrêmes et aux catastrophes climatiques.
          Décidément, les extrémismes ressurgissent de partout, même du climat. smiley
           


          • joletaxi 19 janvier 2010 14:04

            Vous avez un exemple de catastrophe climatique liée de façon incontestable à un éventuel réchauffement climatique ?


          • sisyphe sisyphe 19 janvier 2010 15:28

            Rigolo de voir toutes les mâmes Michu venir se répandre sur le trottoir au moindre coup de froid.
            On se croirait au Café des concierges et des poivrots réunis ; en pleines brèves de comptoir !!

            Sinon, pour les conséquences réelles, et déjà constatées du réchauffement climatique, pour ceux qu’autre chose que les brèves de comptoir intéresse ...


          • PapyJako PapyJako 20 janvier 2010 05:02

            @sisiphe qui ironise :

            « ... Rigolo de voir toutes les mâmes Michu venir se répandre sur le trottoir au moindre coup de froid.
            On se croirait au Café des concierges et des poivrots réunis ; en pleines brèves de comptoir !! ... »

            Et, qui pour montrer sa maîtrise du sujet, lui, nous refile un texte de synthèse de Wikipédia dont toutes les infos sont périmées et biaisées systématiquement dès qu’il s(agit de climat.

            On connait maintenant le nom du l’équarisseur en chef ; William Connolley, qui avait écrit u « corrigé » - anonymement - 5428 articles à lui tout seul, et retiré 500 articles qui ne lui plaisaient pas ...

            Citer Wikipedia comme facilité pour l’accès à une information facilement vérifiable par ailleurs, pourquoi pas. Croire qu’on peut avoir une synthèse d’un sujet complexe en comptant sur un système si facilement piratable est tout simplement grotesque ...


          • Romain Desbois 20 janvier 2010 09:12

            @Sysiphe

            Ha si tu me tends la perche du Nil, je ne résiste pas.

            « Tous ces milliards brûlés avec la crise, ça va pas arranger le réchauffement climatique »
            « En tous cas ça sent moins que la soupe aux choux »
            « Réchauffement climatique ? Moi je m’en fous je sors jamais »
            « Réchauffement de la terre ? Tu poses ta casserole au sol et tu verras bien que c’est bidon, ta soupe elle reste froide »

            Nouvelles brèves de comptoir de J-M Gourio

            Franchement j’adore !!!!!!


          • JL JL 20 janvier 2010 09:26

            @ Sisyphe, je vous dédie mes posts de 8H29 et 8H34 ci-dessus et que je recopie ici pour vous :

            Le climat est détraqué : par la pollution, et peut-être aussi par des activités inavouables. Détraqué dis-je et non pas réchauffé !

            Ceux qui font le discours officiel avaient quatre possibilités d’interprétation populiste à servir au « bon peuple » :

            - circulez il n’y a rien à voir
            - le climat est détraqué
            - la terre se refroidit
            - la terre se réchauffe

            Je passe sur les inconvénients et les difficultés pour les dits maîtres de la pensée unique, de soutenir l’une des trois premières options, vous saurez faire vous-même, je n’en doute pas.

            En revanche, laissez moi vous dire les quatre principaux « avantages » que je vois dans la quatrième option :

            - les peuples du Nord, ceux qui polluent, seront heueux de « savoir » que ça se réchauffe : là encore, vous savez pourquoi.

            - le capitalisme fait flèche de tout bois : vous les voyez en train d’essayer de réparer un climat détraqué ? Ou bien de réchauffer la terre avec nos petits bras et des ressources énergétiques déliquescentes ? Absurde, n’est-ce pas  ! En revanche, les projets pour refroidir pullulent dans les cartons de ces messieurs !

            - pour nous faire payer des taxes carbone, seule l’hypothèse du réchauffement était crédible. Là encore, je n’ai pas besoin d’expliquer pourquoi, n’est-ce pas ?!

            - enfin, lbnl, il leur serait très difficile d’expliquer pourquoi la banquise se délite dans l’une des trois premières hypothèses.

             

             

             


          • bonnes idees 19 janvier 2010 13:34

            Tout réchauffement entraine inévitablement un......refroidissemnt dans les régions proches des pôles. pas besoin d’être sortit de St Cyre pour en déduire cela. Mince c’est bête car le crédit d’impôt pour remplacer vos fenêtres à diminué de beaucoup cette année. Encore une fois la France fait le plus mauvais choix dans son avenir énergétique.


            • joletaxi 19 janvier 2010 14:03

              Pas de chance, c’est exactement le contraire que prévoient les modèles climatiques du GIEC


            • PapyJako PapyJako 19 janvier 2010 14:38

              @ bonnes idées

              Joletaxi a raison : le phénommène est appelé « Amplification Polaire »


            • clostra 19 janvier 2010 16:52

              C’est très très intéressant cette « amplification polaire » (joke : comme l’amplification SNCF : plus il fait froid à l’extérieur, plus il fait chaud à l’intérieur)
              à la manière des systèmes fermés ?


            • clostra 19 janvier 2010 17:06

              « Les augmentations les plus fortes de stress thermique sont attendues en milieu urbain aux latitudes moyennes et hautes (tempérées), particulièrement dans les populations dont les logements ne sont pas adaptés et qui ont peu accès à la climatisation. » GIEC
              si je déduis de l’amplification polaire un certain principe de la pompe à chaleur on doit pouvoir faire quelque chose.

              L’autre jour dans un des JT, le président du GIEC avait fait un « tout petit geste » entre son pouce et son index pour signifier quelques dixièmes de degré(s). Alors, c’est vrai, on dit que les banlieues sont chaudes. Non non non. Lors de grandes chaleurs on trouve facilement une différence de 2 à 3 degrés entre la capitale et la périphérie.
              Je poursuis.
              A quelques kilomètres d’ici à Evry où il y avait entre -10°C et -12°C, à Bretigny, il y avait -20°C.
              Question : quelle sera la température retenue pour calculer le ième de variation climatique versus variation météorologique ?


            • clostra 19 janvier 2010 17:17

              Et puis, esprit d’escalier, ces fameuses tempêtes tropicales à énergie monumentales ne sont-elles pas ces vortex destinés à faire les mélanges air polaire (amplifié) air réchauffé par tout ce qu’on veut.
              J’en déduis : les changements (lire « réchauffement ») climatiques ne peuvent se produire puisqu’ on est dans un système fermé. Donc, le réchauffement climatique ne peut venir que de l’extérieur du système (incidence solaire, activité solaire, autres)
              Quant au milieu urbain, la différence se chiffre en degré et non en dixièmes de degrés.


            • lharmas 20 janvier 2010 01:08

              Pendant le coup de froid le pôle se réchauffe ...

              http://contreinfo.info/article.php3?id_article=2951


              Allez faîtes-vous les dents !


            • PapyJako PapyJako 19 janvier 2010 14:36

              Merci à l’auteur, pour cet article très documenté.

              Ce sont effectivement les mêmes :

              1) Qui disent que l’évolution du climat ne peut se juger sur des variations de courte durée ... ce en quoi ils ont parfaitement raison.

              2) Qui se précipitent pourtant sur la moindre manifestation de chaleur en disant « Vous voyez bien ... le climat se réchauffe ... il faudrait être débile pour ne pas le voir »

              3) Qui, lorsqu’on leur fait remarquer les périodes de froid, avec le symétrique « mais où est donc le réchauffement promis » rejettent dédaigneusement d’un « Il y en a qui confondent encore Climat et Météo !... »

              Le fait que ce ne soient pas forcément les plus débiles qui tiennent ces discours montre - et c’est peut-être pire - qu’ils prennent les gens pour des écervelés.

              Quand à la durée nécessaire pour qu’un phénomène soit qualifié de « climatique », elle est parfaitement arbitraire. Et on peut de plus remarquer que - ce serait bizarre si ce n’était pas tout simplement malhonnête - elle est plus longue pour les refroidissements que pour les réchauffements.

              La seule question qui se pose est

              « Quand le bon peuple en aura-t-il marre qu’on le prenne pour un con ? »


              • Romain Desbois 20 janvier 2010 09:23

                @PapyJako

                « Quand le bon peuple en aura-t-il marre qu’on le prenne pour un con ? »

                Quand le peuple cessera de se comporter comme un con, je pense !

                « je dois porter la poisse, dès que je vais voter, c’est un con qui est élu »
                *Brèves de comptoir de JM Gourio


              • pecqror pecqror 19 janvier 2010 15:36

                Commentaire censuré sur le POST, allez savoir pourquoi ?

                 J’en est un bonne.
                A ajouter aussi dans le bêtisier de la FARCE les déclarations à l’AFP lors de la tempête Klaus il y a tout juste 1 an par le chargé de comm du GIEC français, l’ingénieur CEA Jean Jouzel :
                La question de l’intensité [des tempêtes] reste une des caractéristiques du changement climatique. En l’occurence, cette tempête qui semble avoir été particulièrement intense est conforme aux observations et aux prévisions.
                Ce qui n’a nullement empêché, lui et ses fidèles de sermonner tous ceux qui osent ironiser sur la récente vague de froid dans l’hémisphère Nord qui a ridiculisé la Met Office qu’il ne faut pas confondre météo et climat.
                C’est bien connu, quand c’est une tempête d’1 jour en France, c’est le climat. Quand toute la Grande Bretagne est recouverte de neige comme jamais vu depuis 50 ans, c’est la météo. 


                • joletaxi 19 janvier 2010 15:52

                  @sisyphe


                  On a des nouvelles sur une des conséquences du Climategate qui démontrait que les articles publiés sur Wikipêdia étaient soigneusement triés,pour ne laisser paraître que les plus consensuels ?
                  En tout cas, par curiosité,j’ai « cliqué » sur votre lien:visiblement ils ne sont pas au courant pour l’Hymalaya,ni pour le Kilimandjaro ?
                  Vous devriez leur signaler, cela met « par terre » toute leur argumentation...

                  • Lapa Lapa 19 janvier 2010 16:00

                    Il s’agit de l’imposture journalistique de base qui consiste à faire entrer les faits dans les convictions personnelles.

                    On part sur l’acquis que ce qu’on pense est la vérité. Les faits sont donc à catégoriser et interpréter pour qu’ils soient concordants avec cette vérité.

                    En novembre quand il faisait chaud, en plein préparatif de Copenhague, les journalistes n’hésitaient pas à jouer de la transition climat- température supérieure aux normales saisonnières...

                    mais les faits sont têtus....


                    • Serpico Serpico 19 janvier 2010 16:51

                      10/10 !

                      Les climatologues-réchauffistes ont l’air de vrais tocards avec ça.


                      • Terran 19 janvier 2010 21:45

                        Sur ! Et maintenant faut parler de l’hélium3 de la Lune.


                      • logan 19 janvier 2010 17:06

                        Le réchauffement climatique se constate par la fonte des glaces aux pôles ou dans les hautes montagnes qui contribuent à des inondations et pire à la montée du niveau de la mer avec toutes les conséquences dramatiques que cela peut avoir sur nos civilisations.

                        Ce processus n’est pas le fait de la météo, les glaciers ne se reconstituent plus après leur fonte, la tendance est claire, cela fond cela fond et cela fond encore cela va dans un seul sens, le réchauffement.


                        • rastapopulo rastapopulo 19 janvier 2010 19:00

                          Le pôle sud renforce sa couche de glâce plus que le pôle nord n’en perd.

                          L’optimum climatique médiéval, romain et minoeen prouvent que tout les 1000 ans un réchauffement de 1° (même 1,4° dans le cas du minoen) est BANAL. 

                          Et après la hausse de la force dans le cycle solaire, qu’est ce qui arrive ? Et oui ! une baisse très forte type minimum de mauder, un mini age glaciaire.

                          Pourquoi le soleil changerait d’habitude ? 

                          Pour les beaux yeux des réchaufistes ?

                          Restons sérieux ou partons en vrille total, à un moment le choix s’impose. 


                        • PapyJako PapyJako 20 janvier 2010 05:10

                          loganl

                          Vous dites :

                          « les glaciers ne se reconstituent plus après leur fonte, la tendance est claire, cela fond cela fond et cela fond encore cela va dans un seul sens, le réchauffement »

                          Vous avez des arguments à avancer à l’appui de cette affirmation. J’aimerais bien les connaître parce que toute l’histoire du climat donne des multitudes d’exemple contraires. Il suffit de lire l’oeuvre de Leroy Ladurie.


                        • tol 19 janvier 2010 17:41

                          Cet article met bien le doigt sur le fréquent amateurisme des médias qui ne captent pas grand chose à ce dont ils parlent.

                          La météo n’est pas le climat, les journalistes qui oublient cet axiome, dans un sens ou dans l’autre sont incompétents point barre.

                          Pas de quoi douter du phénomène global de dérèglement du climat qui aura des conséquences, c’est sûr, mais dur de définir lesquelles à l’heure actuelle de nos connaissances.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès