Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Le réchauffement des océans pénalise la production de phytoplancton

Le réchauffement des océans pénalise la production de phytoplancton

Le phytoplancton est à l’origine de la chaîne alimentaire des océans. Si le phytoplancton baisse, ça a un impact majeur sur tout l’écosystème océanique, tant sur les poissons que sur les oiseaux marins.

el nino 1997.jpg

Regardez bien les images ci-dessus. L’image de gauche représente les anomalies de niveau d’eau et de températures dans l’Océan pacifique Est pendant l’événement El Niño en novembre 1997. L’image de droite montre au même moment la production de phytoplancton dans l’océan, mesuré grâce au satellite SeaWiFS. Les parties en vert sont riches en phytoplancton, et les parties bleues sont pauvres en phytoplancton.

la nina 1998.jpg

Les images ci-dessus montrent la même situation un an plus tard, en novembre 1998, lors de l’événement La Niña.

En comparant les deux paires d’images, ce qui saute aux yeux, c’est ceci : plus la température augmente, plus la production de phytoplancton baisse.

Temperature and Productivity Anomalies, 1999 - 2004.jpg

Ceci a été synthétisé dans l’image ci-dessus par Michael Behrenfeld de l’Oregon State University. Il a compilé les données sur cinq ans, de 1999 à 2005. En haut, vous avez les variations de l’océan en température, et en bas les variations de production de phytoplancton. Comme vous pouvez le constater, la corrélation est parfaite : plus la température augmente, plus la production de phytoplancton baisse. Et pas qu’un peu. Dans certaines régions,elle baisse de plus de 50%.

La conclusion s’impose d’elle-même : le réchauffement climatique conduit déjà à une réduction de la production planétaire de phytoplancton. Ce qui va précipiter l’extinction des poissons de pêche marine prévue pour 2048.

Et il y a une autre conséquence : quand il se développe, le phytoplancton consomme du gaz carbonique, comme les forêts terrestres. S’il y a deux fois moins de phytoplanton produit, il y aura deux fois moins de CO2 piégé. Et donc, cela va accélérer le réchauffement climatique en réduisant un phénomène régulateur très important du taux de CO2 dans l’atmosphère.

Pour en savoir plus :
1. Climate Warming Reduces Ocean Food Supply (NASA)
2. NASA Research Reveals Climate Warming Reduces Ocean Food Supply (NASA news)
3. Global Warming Will Reduce Ocean Productivity (Oregon State University)
4. Extinction des poissons de pêche marine d’ici 2048 (Gaïa)

Crédit illustrations : NASA


Moyenne des avis sur cet article :  4.85/5   (78 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • jcm (---.---.180.211) 12 décembre 2006 14:16

    Sans compter que la concentration plus élevée de l’atmosphère a déjà provoqué une acidification mesurable des eaux océaniques.

    Cette acidification provoque des anomalies de croissance de certains planctons à carapace calcaire (coccolithophoridés) qui sont des éléments importants de la chaîne alimentaire et des équilibres océaniques...

    A ce sujet, voir Le climat change les océans en témoignent (CNRS)


    • jcm (---.---.180.211) 12 décembre 2006 14:19

      Désolé, je voulais écrire « Sans compter que la concentration plus élevée de l’atmosphère en CO2... »


    • Cris Wilkinson Cris Wilkinson 12 décembre 2006 16:04

      Je vois deux choses :
      - La production de phytoplancton varie naturellement à cause de variation climatologique non du à l’être humain.
      - La production de phytoplancton va évoluer dans le temps, elle ne sera plus concentrée sur l’équateur.

      D’après vos dires le réchauffement va tuer tous les poissons qui vont manquer de phytoplancton, alors pourquoi lorsque que l’enfant est là, ils ne meurent pas tous, étant donné que la source de phytoplancton s’éteint (cf. première image) ?


      • Roman (---.---.253.231) 12 décembre 2006 17:10

        L’article montre une donnée scientifique qui n’a rien à voir avec le réchauffement climatique causé par l’homme. C’est un paramètre qui seul ne vaut rien mais qui mis en parallèle à 20 autres phénomènes de réchauffement climatique à un effet non négligeable dans l’amplification du phénomène de réchauffement climatique causé par l’homme.


      • (---.---.114.18) 12 décembre 2006 17:05

        Conclusion : on est dans la merde !


        • gem gem 12 décembre 2006 18:20

          Hum... en toute rigueur tout ce qu’on peut déduire c’est que plus il fait chaud moins il y a de plancton.

          De là à en déduire que c’est parce que la production baisse, c’est un saut risqué qui ne peut être parmis qu’avec des données supplémentaires qui ne sont pas présentée ici : c’est bien dommage pour la rigueur de l’article. Ca peut être, à l’inverse, parce que la hausse des températures stimule la consommation (le zooplancton) mais plus fortement que la production ! Alors le stock trinquerait tout pareil.

          D’autre part, il semble que le pécheur devient un paramètre non négligeable dans l’écosystème ; Son comportement est-il indépendant de la température ?

          tiens, puisque je vous tiens, de passage sur votre blog j’ai vu les zones qui apparemment manquent de fer, et l’expérience qui consiste à « semer du fer » pour amorcer.

          Ca m’a fait penser aux cétacés, qui ont un rôle spécifique qu’aucun autre animal marin ne remplit : remonter les nutriments du fond vers la surface. Peut-être que ces zones souffre de l’extermination des cachalots ?


          • LE CHAT LE CHAT 13 décembre 2006 09:14

            bonjour Gem , à ce sujet j’ai vu su Thalassa un reportage sur les cétacés et leur disparition n’est aussi pas sans conséquences sur la faune du fond des océans qui se nourrit des carcasses en décomposition de ces grands mammifères ( tu imagines le festin pour les crabes , crevettes et autres vers marins !)


          • Boulie (---.---.102.172) 13 décembre 2006 12:00

            Bonjour,

            1°) concernant l’épandange de fer dans certaines zones océaniques pour doper la production de phytoplancton, cf l’article de Science et Vie de ce mois. L’évaluation du bilan avantages-inconvénients de cette technique n’est pas totalement finalisée, ai-je cru comprendre. Cela dit, il est de plus en plus évident qu’il y a le feu. Donc, tous ces projets de rafraîchissement de la planète présentés par Science et Vie méritent la meilleure attention.

            2°) Je rapproche vos observations de ce qui se passe en Méditerranée en ce moment. Le réchauffement global attire des populations d’espèces d’eaux chaudes vers la façade nord méditerranéenne. Cet automne, le conservatoire du parc national de Port Cros a observé un banc d’une cinquantaine de barracudas explorant l’herbier de posidonies des abords de l’île. Les requins ne sont peut-être pas loin. Mais aussi, les espèces coralliennes profondes de Méditerranée s’étiolent. D’une manière générale, les biocénoses méditerranéennes adaptées depuis des millénaires aux températures tempérées de la masse d’eau sont menacées par des espèces végétales et animales envahissantes issues des biotopes sud méditerranéens. Dans les fermes aquacoles de la rade de Toulon, les alevins de loups et daurages en pré-grossissement, donc très sensibles à la température de l’eau, sont l’objet d’un taux de mortalité croissant depuis cinq ans, victimes d’anoxie (réduction du taux d’O² dissous, directement corrélé à l’élévation de la température).

            Donc, un faisceau d’indices particulièrement inquiétants.


            • (---.---.80.113) 13 décembre 2006 12:23

              regardez moi ça ! ils ont mis à peine 100 ans pour détruire la planète et voila ti pas qu’ils nous trouvent des commentaires bidons !

              ASSUMEZ !


              • (---.---.26.176) 13 décembre 2006 13:35

                C’est bien beau de dire ça, mais avec quoi ?!...

                Une lame de razoir, une corde ou un tube complet de somnifères ?...

                Nan, parce que là...


              • herve33 (---.---.187.101) 3 janvier 2007 13:53

                Pour ceux qui douteraient encore du réchauffement climatique , la courbe de températures annuelles en France :

                http://www.meteofrance.com/pub-adm/display/000/001/630/16301.pdf

                La température moyenne à la surface du globe a accusé une hausse voisine de 0,7°C depuis le début du XXe siècle . d’après le rapport de l’Organisation Météorologique Mondiale . ( La température moyenne à la surface du globe en 2006 présente actuellement une anomalie positive de 0,42°C par rapport à la normale calculée pour la période 1961-1990 )

                http://www.wmo.int/web/Press/PR_768_F.doc

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès