• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Le retrait des Etats-Unis de l’Accord de Paris n’est (...)

Le retrait des Etats-Unis de l’Accord de Paris n’est qu’un acte politique

Le 1er juin dernier, le président américain, Donald J. Trump, annonçait le retrait unilatéral des Etats-Unis de l'Accord de Paris sur le climat. Au-delà de l'effet d'annonce politique, quelles seront les réelles conséquence de cette décision ? Directement pour les Etats-Unis, les impacts ne seront pas aussi catastrophiques que certains le laissent à penser. En revanche, sur le plan international, les risques sont réels et doubles : un effet d'entrainement à d'autres pays moins bien armés pour faire face au défi de la transition énergétique seuls, et le pointage par la communauté internationale d'un coupable facile et idéal à un échec possible, voire probable, dans l'application des obligations posées par la COP-21.

Par Louis DE REDON, avocat aux bareaux de Blois (Fr.) et de New York (USA)

Maître de conférences en environnement et Droit de l'environnement à AgroParisTech

Chercheur à l'Institut de Recherche Juridique de la Sorbonne (IRJS)

Responsable d'enseignements sur le Droit du changement climatique au sein de grandes écoles et d'universités

Page web : http://www.agroparistech.fr/Louis-de-Redon.html

 

« Notre planète brûle et nous regardons ailleurs  » disait en 2002 le Président Chirac en ouverture de son discours au Sommet de la Terre de Johannesburg. Quinze ans plus tard, alors que le rôle tant attendu de pompier est attribué à l’accord de Paris, le président américain, Donald Trump, annonce le retrait des Etats-Unis. Sidéré, le Monde entier fait part de sa consternation… « Notre planète brûle et les américains regardent-ils ailleurs » ? Rien n’est pourtant moins sûr ! Les effets directs du retrait d’un accord qui se voulait déterminant pour l’avenir de la planète ne seront pas si néfastes que les plus alarmistes le laissent à penser.

Tout d’abord l’accord de Paris s’inscrit dans le périmètre beaucoup plus large de la Convention-cadre des Nations-Unies sur Changement Climatique adoptée par l’ensemble des 196 pays de la communauté internationale en 1992. Une convention dont les USA reste membre et qui acte nos accords comme nos désaccords : (i) le changement climatique est une réalité scientifique, (ii) il convient de le contenir et d’en limiter les conséquences selon (iii) des moyens qui restent à déterminer. Ainsi, a-t-on prévu que les parties se réunissent annuellement pour travailler de manière coordonnée à la lutte contre le changement climatique et ses effets ; les fameuses COP… « Conference of the Parties  ».

De nombreuses COP n’aboutissent à rien. Certaines cadrent des agendas de négociations. D’autres permettent la signature de « protocoles » additionnels. Il s’agit de se réunir régulièrement dans un cadre officiel afin d’avancer « petits pas par petits pas » vers une solution globale. Et de petits pas en piétinements… Les gouvernants ont radicalement changé l’esprit des protocoles. De la stratégie ambitieuse et juridiquement contraignante de Kyoto (COP 3 de 1995), nous avons progressivement glissés vers le pragmatiste de Paris (COP 21 de 2015). Si Kyoto fixait des règles strictes aux pays signataires ; ses limites ont rapidement été atteintes : refus d’un grand nombre de pays de ratifier (dont les USA), exceptions et tolérances accordées (pour la Russie et la Chine notamment) et enfin retrait unilatéral de pays engagés (comme le Canada en 2011). Finalement, un système qui fonctionnait bien… Pour les quelques 38 pays qui l’acceptaient ! 38 états qui ont tout de même réduit de 12,5% leurs émissions sur la période 1990-2012.

Face à ce constat d’échec relatif, pour rassembler au maximum autour d’un objectif portant à « limiter l’élévation de la température moyenne de la planète à 1,5°C par rapport aux niveaux préindustriels » (Article 2), l’Accord de Paris n’établit donc aucune règle juridiquement contraignante. Le terme même d’« énergie fossile » n’apparaît pas dans un texte qui se veut rassembleur ! L’accord fixe trois moyens de lutte contre le réchauffement climatique : 1) limiter les émissions de gaz à effet de serre, 2) développer des méthodes de compensation de ces émissions, et 3) promouvoir la recherche en matière d’énergies propres et de nouvelles technologies (Art. 6). Libre à chaque pays de choisir sa stratégie : polluer moins, ou polluer & compenser, ou chercher… Un cocktail semble judicieux et l’objectif mondial est ainsi placé sous la responsabilité individuelle et autonome de chaque partie (Art. 7) : aucune sanction n’est prévue au non respect d’engagements livrés aux politiques environnementales des états.

Le risque d’un impact significatif du retrait américain est donc réel mais reste marginal face aux enjeux globaux. Le système politique fédéral en atténuera les effets : face aux carences de Washington, de nombreux d’états prendront le relai tout comme la société civile. Incontestablement, des trois objectifs fixés, aucun ne semble hors de portée des américains. Avec ou sans Donald Trump.

En revanche, le message envoyé par la 1ère puissance mondiale est dangereux car d’autres pays, moins robustes dans leurs institutions, moins pourvus en contre-pouvoirs, et/ou ne disposant pas d’une société civile mature ou de moyens de recherche performants, risquent de s’engouffrer dans la brèche. Le résultat serait alors catastrophique : souvent en voie d’industrialisation, et contrairement aux USA qui ont amorcé de manière irréversible leur transition économique et énergétique, ces pays disposent d’un fort potentiel d’augmentation de production de gaz à effets de serre.

L’accord de Paris n’est rien sans ses déclinaisons nationales. Le véritable enjeu est donc celui des COP à venir avec l’évaluation des politiques environnementales des signataires. L’échec de la COP 22 de 2016 à Marrakech a montré l’étendue du chemin encore à parcourir. Le retrait des USA n'est donc qu'un acte politique ; un acte politique fort et dangereux mais un acte qui ne doit pas occulter les réels enjeux post-Paris. Non les USA ne sont pas l’unique problème dans notre lutte contre le changement climatique. Ils sont d’ailleurs, par leur démocratie, leur économie et leur recherche, une grande partie de la solution.

Documents joints à cet article

Le retrait des Etats-Unis de l'Accord de Paris n'est qu'un acte politique Le retrait des Etats-Unis de l'Accord de Paris n'est qu'un acte politique Le retrait des Etats-Unis de l'Accord de Paris n'est qu'un acte politique

Moyenne des avis sur cet article :  4.05/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

62 réactions à cet article    


  • Orageux / Maxim Orageux 6 juin 15:30

    Houlà ça commence mal......tant de texte pour Etas .....au lieu d’Etats ......allo les correcteurs ??? smiley


    • Orageux / Maxim Orageux 6 juin 15:33

      Et c’est un mec sur-diplômé en plus......comment s’étonner ensuite que nos élites placent la Guyane en Afrique ???


      • louis.deredon louis.deredon 6 juin 15:43

        @Orageux Sinon j’arrive encore à placer la Guyane LOL


      • baldis30 7 juin 11:10

        @Orageux
        bonjour..... j’ai vu mieux !

        Une psychosociologue de l’environnement qui ayant vécu aux Antilles ne savait pas ce qui s’était passé en 1902 !

        Egalement des psychologues que je n’ai jamais vu sur les terrains à risques même près de chez eux qui n’ont pas hésité à critiquer un de mes articles parce que leur théorie ...

        Et passons sur certaines solutions en matière d’inondations, mais là d’autres réalisèrent des rapports officiels (vengeurs....) que je dégustai comme un grand Sauternes ou Quart de Chaume.


      • Orageux / Maxim Orageux 7 juin 14:08

        @baldis30

        Bonjour à vous ,

        Vous aussi alors, vous avez la lucidité de voir les illuminés, arracheurs de dents, marchands de vent et autres fumistes elborifantastoqualificateurs tellement diplômés qu’ils ne savent plus de quoi exactement.....

        Ravi que vous soyez amateur de grands crus, un Chateau d’Yquem en Sauternes , un Quart de Chaume des Côteaux du Layon.....avec un vrai Roquefort pour un fromage, ou une tarte au citron meringuée en dessert , vous êtes un homme de goût .

        Et que la Montagne Pelée dans sa prochaine éruption emporte au diable tous ces misérables sociologues de galerie marchande !!!


      • louis.deredon louis.deredon 6 juin 15:38

        Bon y a un « t » qui a sauté ! Ca s’appelle une typo ;)
        On doit rentrer dans 5.000 caractères et on coupe. Et parfois ça dépasse (par accident).
        D’ailleurs, pour aller au bout : y en une autre... Mais je vous laisse la trouver !
        Si vous savez comment modifier un article, je rajoute le T ! Ca sera effectivement mieux !!!
        Et je corrigerai l’autre avant que vous ne la trouviez :) :) :)


        • Orageux / Maxim Orageux 6 juin 16:48

          @louis.deredon

          Bon ok pour la Guyane ( j’ai douté un instant ) quant à l’autre faites moi confiance, je relis attentivement .... smiley


        • Homme de Boutx Homme de Boutx 9 juin 15:01

          @louis.deredon
          faudrait surtout corriger cette expression « gaz à effet de serre » qui sert d’épouvantail et conduit à des conclusion stupides !

          Un gaz ne rayonne pas : prenez un chalumeau et approchez le parallèlement à votre visage. 
          Par contre, un liquide ou un solide rayonne et c’est comme cela que les gouttes d’eau des nuages peuvent intercepter le rayonnement terrestre et en renvoyer la moitié à chaque interception dans la couche de nuages.

          Pour un réchauffement climatique de + 1°C à T=288K (15°C) :

          - le rayonnement du sol augmente de 1,4% (4*dT/T)

          - l’humidité de l’air augmente jusqu’à 6%

          C’est de la PHYSIQUE et pas de la SORCELLERIE

          La planète recouverte à 75% d’eau, à 70% de nuages se refroidit principalement par les zones non masquées par les nuages, 30%

          Augmenter de 6% les nuages, c’est réduire de 16 % les zones de refroidissement et donc le refroidissement d’autant ! c’est +10 fois plus que l’augmentation de rayonnement du sol !

          Il suffirait donc d’une augmentation de l’ordre 0,5% de la surface des nuages pour bloquer un réchauffement de 1° au sol.

          Il n’est donc pas nécessaire de faire appel au surnaturel pour justifier du réchauffement constaté et de simplement économiser l’énergie, évitant avant tout le nucléaire (sauf cogénérateur) qui rejette directement 75% de l’énergie primaire sous forme de chaleur.

          Mais la COP21 se contente de faire de la comptabilité de gaz à « pseudo effet de serre » et donc laisse intact le problème, voire le renforçant en incitant à construire de nouveau réacteurs (200 en prévision !) 


        • JC_Lavau JC_Lavau 9 juin 16:00

          @Homme de Boutx. Tes notions de thermodynamique, et de physique de l’atmosphère sont toujours aussi approximatives que la pelle à deux formes d’un haut obus.


        • Homme de Boutx Homme de Boutx 9 juin 18:46

          @JC_Lavau
          désolé, mais je ne vois pas de thermodynamique dans ce que j’ai écrit.. Pour refroidir la planète, il faut évacuer la chaleur... je vois que le rayonnement, et vous ? toujours persuadé que le climat s’en fout des aéroréfrigérants, le Rhône qui prend 2°, la neige qui remonte inexorablement, les glaciers, le nombre de jours de gel,.. toujours naturel ! 


          et même que vous ayez raison... 

          pourquoi continuer à gaspiller les ressources de manière éhontée ! 

          vous n’aimez pas les enfants ?

        • JC_Lavau JC_Lavau 9 juin 19:21

          @Homme de Boutx. Ce que c’est que d’être esclave de la dictature de l’émotion... Tu es incapable de traiter UN sujet, il faut que tu mélanges tout en un salmigondis inextricable. Un mot juste par ci par là, et le tout ensemble est délirant. Dictature de ta peur.


        • Homme de Boutx Homme de Boutx 9 juin 21:30

          @JC_Lavau
          pourtant deux simples facteurs pour cibler le problème que l’on présente comme complexe pour les simples abrutis.. et la peur de quoi ? à un deuxième cancer, s’en fout la vie ! 



        • JC_Lavau JC_Lavau 10 juin 00:19

          @Homme de Boutx. Commence par définir ton « problème ». Une chose à la fois.


        • zygzornifle zygzornifle 6 juin 16:13

          Moi le retraité sans dentier sous le seuil de pauvreté la COP 21 des 21 copains comme cochons polluant toute la planète dans leurs déplacements je m’en tamponne le coquillage et je suis pour le réchauffement climatique car il me permettra de me chauffer cet hiver au lieu de me les cailler , pour le reste c’est un truc de politico-bobo-écolo qui ne servira qu’a créer de nouvelles taxes et de nouvelle contraintes qui rendront encore un peu plus pauvre les pauvres , ceux qui hurlent a la pollution sont bien souvent ceux qui polluent le plus , un RSA ou un SMICARD ne pollue presque pas car il se déplace très peu car il n’en a pas les moyens, on couine après les voitures diesel alors qu’il y a chaque jour des centaines de milliers de camions qui traversent la France et pas un mot la dessus, au lieu de faire chier Trump qui a d’ailleurs raison de ne pas s’aplatir devant les 21 gogos, que l’on commence le ménage parmi nous ..... 


          • troletbuse troletbuse 6 juin 17:32

            @zygzornifle
            Tu as raison ; plus de chômeurs = moins de pollution. Vive la loi travail qui va permettre la non-inversion de la courbe du chômage. Et un migrant à 1 euro de l’heure, ca ne peut guère polluer.


          • baldis30 7 juin 11:13

            @troletbuse
            bonjour,

            ’Et un migrant à 1 euro de l’heure, ca ne peut guère polluer."

            ben ça c’est pas vrai !

             parce qu’il ne pourra pas se payer les sanisettes decaux à un euro la place !  smiley  smiley


          • zygzornifle zygzornifle 8 juin 11:21

            @baldis30


             en parlant de migrants a 1€ il y en a plus de 150 000 dans des bidonvilles dans le sud de l’Italie sous la surveillance de la mafia locale et qui cueillent des tomates pour remplir nos Hypers .....

          • JC_Lavau JC_Lavau 8 juin 11:34

            @zygzornifle. Wi, mais ils ne comptent pas puisqu’ils ne peuvent se payer un avocat international, qui leur préfère de beaucoup les escrocs à l’échelle planétaire. Qui eux peuvent payer avec l’argent du contribuable.


          • zygzornifle zygzornifle 9 juin 10:01

            @JC_Lavau


             Pourtant il ont Merkel, Mélanchon , Macron comme avocats , ceux qui les réclament a corps et a cris et les défendent bec et ongles ....

          • Orageux / Maxim Orageux 6 juin 17:11

            Bon plus sérieusement ,

            Au cours des siècles passés,des périodes froides et chaudes se sont succédées et modifié les climats ....

            Maintenant, avec cette récupération politique trop facile parce que soudaine ou presque, nous sommes tous fautifs et priés de mettre la main au porte-monnaie pour éradiquer ce « fléau »....

            Donc retour à la bougie ( en encore, ça fume ) aux tractions animales également ( ça pollue également, les pets !!!) ou disparaître carrément.....y’ en a même qui préconisent ça........

            Perso, et je ne suis pas le seul, je flaire la grosse arnaque organisée......Trump l’a vite compris , mais comme les autres signataires des Accords de Paris sentent certainement qu’ils se sont fait baiser, mais n’osent rien dire , je ne sais pas si ça va tenir debout encore longtemps.....

            Quant à Madame Royal en grande prêtresse , alors là.....c’était autant navrant que la mairie de Paris peinte en vert......et Macron 1er dans un anglais scolaire faire la leçon à Trump .....Nous sommes vraiment la 5eme puissance mondiale ou la 7eme Compagnie au clair de lune ??


            • JC_Lavau JC_Lavau 6 juin 21:21

              @Orageux. Ça peut se chanter sur l’air de La pince à linge :
              La Pimprenelle ! Sa route solaire !

              Lapin lapin lapin lapin lapin lapin !
              La Pimprenelle !
              ...
              Déjà quand elle était miochonne...

            • Homme de Boutx Homme de Boutx 9 juin 19:26

              @Orageux
              s’en fout le climat, c’est sûr que la planète va s’en remettre mais pourquoi dévorer ainsi toutes les ressources de la planète sans une pensée pour les générations futures ?


            • JC_Lavau JC_Lavau 9 juin 20:17

              @Homme de Boutx. Sauf que l’avocat des escrocs planétaires qui a écrit l’article, lui il serine « climat ! Climat ! Climat ! Gaz à effet de serre ! Réchauffement climatique ! ».

              Ce qui n’est pas du tout la même chose que d’administrer les ressources minières, limitées. Et en aucun cas le grand public ne sera admis au secret des stratégies minières des grandes fortunes minières.

            • baldis30 11 juin 21:23

              @Orageux
              bonsoir,

              tout à fait d’accord avec ce que vous dites ..Pour qu’il y ait un débat sain faudrait-il encore que chaque thuriféraire de l’effet de serre lût « Histoire du climat depuis l’an mil » ( Le Roy Ladurie) qui constitue une somme énorme de travaux de toute nature associant des méthodologies très diverses et concordantes sur un fait .... :« le climat a toujours varié »

              Il m’est revenu à l’esprit le résultat des études ( dont 2 en France) de plusieurs paléo palynologues dans le monde entier. Elles ont été corrélées avec la teneur en Be10 des sédiments qui ne peut être crée que par l’activité solaire dans la haute atmosphère.... et cela a montré que la variation de cycle solaire d’environ 22 ans devait être complétée par des variations bien plus longues de cette activité, portant sur des durées pluri centenaires et pluri millénaires.

              Il est aussi vrai que dans l’esprit du public on associe pollution-consommation des ressources avec réchauffement ... le matraquage est voulu et l’incantation a supplée la réflexion.

              Si on peut aller plus loin il y a des faits dont l’influence sur le climat semble prouvée comme :

              - l’activité solaire dans la complexité de la durée des cycles

              - les cycles de Milankovitch, origine cosmique

              - les éruptions volcaniques majeures

              - la circulation océanique liée à l’évolution de la structure des grands détroits peu profonds et en zone sismique ( Behring, Torrès, Sonde)

              Ce sont quatre données indépendantes alors je renvoie facilement à la théorie des catastrophes de Thom sur des phénomènes indépendants à quatre paramètres.....


            • coquecigrue coquecigrue 6 juin 20:37

              BRAVO, TRUMP !


              • JC_Lavau JC_Lavau 6 juin 20:56

                Je savais déjà qu’il y a des docteurs en doigt - l’auriculaire gauche exclusivement.- mais « Responsable d’enseignements sur le Droit de rien du tout », c’est nouveau, ça vient de sortir. Alors comme ça vous dispensez des conseils juridiques aux plus grands escrocs à l’échelle planétaire ?


                Ça doit rapporter gros, votre racket !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès