Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Le soleil, LA solution !

Le soleil, LA solution !

À l’heure actuelle, plusieurs pays ne soucient guère de notre belle planète et l’utilisent plus qu’ils ne le devraient, dont notre pays, le Canada. 

Notre surconsommation augmente le nombre de CO2 de jour en jour. Nous sommes maintenant rendu à plus de 380 parties/milions de CO2 et nous devrions être à 350 parties/millions. Nous devons remédier à cela au plus vite et trouver des solutions. Les Japonais ont déjà fait un pas dans cette direction, l’utilisation de l’énergie solaire pour en faire des stationnements pour bicyclettes. C’est ce dont il sera question dans ce texte.

Plusieurs Japonais se déplacent à l’aide de vélos électriques au lieu d’utiliser les automobiles. Ils ont parfois plusieurs kilomètres à parcourir, donc de longs trajets, et leurs vélos doivent être rechargés avant de l’utiliser à nouveau. C’est pourquoi le groupe électronique Sanyo et la préfecture de Tokushima ont mis au point une nouvelle technologie pour ces utilisateurs. Ils ont équipés de panneaux solaires les stationnements de vélos pour faire recharger leur batterie. Ces panneaux photovoltaïques convertissent la lumière réfléchie en électricité et seront associés à un accumulateur d’énergie. Donc, malgré les jours de pluies ou les nuits, le système peut tout de même être utilisé à son plein potentiel grâce à cet accumulateur. 

Le système ne consomme pas du tout de CO2, d’autant plus qu’il préconise l’environnement en utilisant une source d’énergie inépuisable, le soleil. Ce sont des projets verts tels que celui-ci qui font en sorte que l’on conserve l’habitabilité de notre planète.

Un projet tel que celui nommé ci-haut, pourrait prendre une plus grande envergure si on en parlait un peu plus. S’il est possible de faire un tel système pour des bicyclettes, on pourrait en faire autant pour les automobiles électriques. Il en serait plus coûteux, car nous aurions besoin de plus de panneaux photovoltaïques et plus d’accumulateur d’énergie, par contre, à long terme, c’est plus payant pour nous, pour notre planète. On réduirait beaucoup les émissions de gaz à effet de serre.

Nous devons nous y mettre tous ensemble et en parler. Les médias devraient davantage parler de projets comme celui-ci et de ce qui arrive à notre planète. Il est bien de parler de tous les catastrophes qui surviennent, mais il serait bien d’en connaître les causes. Le réchauffement climatique et les dangers qui s’y relient ne sont pas connus par tous, pour plusieurs ce n’est qu’un petit problème banal, il est temps que cela cesse ! 


Moyenne des avis sur cet article :  2.68/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

30 réactions à cet article    


  • joletaxi 1er décembre 2009 18:23

    « Notre surconsommation augmente le nombre de CO2 de jour en jour. Nous sommes maintenant rendu à plus de 380 parties/milions de CO2 et nous devrions être à 350 parties/millions »


    « Le réchauffement climatique et les dangers qui s’y relient ne sont pas connus par tous, pour plusieurs ce n’est qu’un petit problème banal, il est temps que cela cesse ! »

    Ils font un concours ?
    Georges était pas mal,il nous a bien fait rire,mais Emile est pas mal non plus dans l’auto-dérision
    Allez- y les gars, faites nous rire, j’ai toujours un peu le blues au mois de novembre

    • Halman Halman 1er décembre 2009 18:51

      Excellente solution que le solaire.

      Pas la moindre pollution.

      Moi même je recharge mon portable et mon pda grace à des chargeurs solaires.

      Simple, pratique, efficace, jamais de piles mises à la poubelle.

      Mes montres aussi sont solaires, elles sont d’excellentes qualités.

      Mon rêve pour la retraite : une petite maison de campagne avec éolienne et panneaux solaires pour recharger mon scooter electrique pour faire mes petites courses.

      Quelques petites habitudes simples qui doivent encore faire leur chemin.


      • Radix Radix 1er décembre 2009 18:53

        Bonsoir

        Petite erreur sur le titre : « Le soleil ! Le problème ! »

        Radix


        • amipb amipb 1er décembre 2009 19:50

          Le Soleil a du mal à être un vrai problème en ce moment : http://www.associatedcontent.com/article/615061/very_low_solar_activity_cau ses_some.html?cat=58

          Ou alors plutôt en raison de sa très faible activité ?


        • Eloi Eloi 1er décembre 2009 21:35

          À l’heure actuelle, plusieurs pays ne soucient guère de notre belle planète et l’utilisent plus qu’ils ne le devraient, dont notre pays, le Canada.

          Les canadiens ne seront donc plus fous de... crosse de Hockey ?


        • Radix Radix 2 décembre 2009 18:18

          Bonsoir Amiph

          C’est pour cela que les températures moyennes baissent depuis dix ans !

          Mais bon, faut pas le dire, le GIEC fait tout ce qu’il peut pour le cacher !

          Radix


        • Eloi Eloi 1er décembre 2009 21:25

          Je me demande si cet article n’est pas écrit sur un ton ironique O_o


          • Émilieeee*4 1er décembre 2009 21:40

            Non... Ce n’est pas du tout ironique comme texte...
            J’ai écrit pour souligner le fait que le CO2 est un problème..
            Les autos tout plein de pétrole en dégage beaucoup...
            Donc ... les panneaux solaires sont une très bonne solution bon....... !
             !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!


          • Fourmi Agile Evrard 1er décembre 2009 23:08


            La qualité des articles publiés sur AgoraVox diminue de plus en plus.

            Pourquoi pas un TGV avec l’énergie solaire tant que vous y êtes.


            • ObjectifObjectif 2 décembre 2009 10:35

              @Evrard : Vu votre ton sur les TGV, vous au moins vous savez de quoi vous parlez !

              « Pourquoi pas un TGV avec l’énergie solaire tant que vous y êtes. »

              Pouvez-vous m’expliquer pourquoi c’est impossible ? Combien consomment les TGV et les trains électriques en France ?

              Merci par avance !


            • Lapa Lapa 2 décembre 2009 18:13

              une rame TGV possède 8 moteurs d’environ 1 100 kW soit près de 9MW par rame. En prenant 150 motrices et 200w par m² de panneau photovoltaïque ça donne plus de 6 milllions de m² de panneaux pour le tgv.

              Sans supposer d’autres contraintes techniques évidemment, notamment de conversion (le TGV ne fonctionnant pas sur du 100V continu)


            • ObjectifObjectif 3 décembre 2009 01:59

              Toujours pas de nouvelle de Evrard ? Dommage, il semblait avoir fait toutes les démonstrations nécessaires à son affirmation que « alimenter les TGV à partir du rayonnement solaire est impossible ». Il va falloir faire la démonstration nous-même...

              Concernant votre estimation d’une puissance électrique de 150 rames à 9MW chacune, je crains que ce soit sous-estimé : la sncf a 461 rames selon http://fr.wikipedia.org/wiki/TGV

              Cela correspond à une puissance crête de 4,2GW.

              Selon EDF, la puissance en photovoltaïque est plutôt de 140Wc/m2 : il faut 30km2 de panneau pour obtenir la puissance crête à midi par ciel dégagé.

              Selon http://lwdr.free.fr/rff_chiffres.html RFF gère 31 868 km de lignes principales dont 14 170 km de lignes électrifiées et 1281 km de LGV.

              Il faudrait donc 2m de large sur l’ensemble du réseau électrifié ou 24m de large sur les lignes LGV : cela parait raisonnable. Les lignes seraient même protégées de la neige et du soleil, qui gênent toujours les caténaires.

              Mais la puissance crête ne veut pas dire grand chose. Il faut avoir la quantité d’énergie consommée.

              Heureusement, http://www.klekoon.com/joce/joue-appels-offres-fourniture-electricite-pour-reseau-ferroviaire-national-fourniture-electricite-536703.htm indique une consommation de l’ordre de 600GWh/an, ce qui correspond à une consommation moyenne de 1,6GWh/jour et une puissance moyenne de 67MW.

              A raison de 0,3KWh/m2.jour au nord de la France, il faut compter 5,3km2 de panneaux pour cette production, et ceci pour tous les trains électriques !

               Cela signifie soit qu’il y a une erreur de calcul, soit que le chiffre trouvé sur la consommation n’est pas le bon, soit que les trains n’utilisent que très peu leur puissance maximale.

              Cela correspond à 4,5m de large de panneaux photovoltaïques le long des LGV.

              En outre, http://demo.publicorp.net/RFF/WEB.RFF.FR/rapportfinancier/data/0051.pdf
              indique une note d’électricité de 183,9M€ en 2006 soit 0,3065€/KWh=183,9M€/600GWh. C’est un prix cohérent, il n’y a peut-être pas d’erreur.

              Pour 5,3km2 de panneaux à 140Wc/m2, cela représente 742MWc et 742M€ avec les plus récents panneaux en couche mince à 1$/Wc, du type nanosolar dont EDF est partenaire. Ce serait un retour sur investissement brut de 4 ans, pas si mal... Avec les panneaux silicium actuels à 2,5$/Wc, ce serait un retour sur investissement brut de 10 ans, encore intéressant pour une durée de vie de 20 ans.

              Pour le moment je ne vois pas d’impossibilité majeure ! Rien n’empêche les trains électriques de circuler au solaire complet. Non seulement les trains rouleraient à énergie gratuite au pire dans 10 ans, mais l’image de RFF et de la SNCF seraient fortement amplifiée dans le monde, pour les projets d’exportation du TGV.

              Note : le réseau recevra la même quantité d’énergie électrique que celle qui est consommée. Mais la répartition dans le temps ne sera pas forcément la même. Cela résoudrait tout de même la partie économique et baisserait drastiquement les coûts du transport en train smiley

              Qui peut vérifier les sources et les calculs ?


            • Lapa Lapa 3 décembre 2009 15:04

              pour les rames il faut considérer le taux de foisonnement évidemment ; les 460 rames ne fonctionnant pas en continue simultanément 24h/24.
              Pour les impossibilités techniques, cherchez du côté du courant d’appel et des puissances transitoires, des linéaires à maintenir et surveiller (malveillance sur l’outil de production d’énergie ce n’est pas la même chose que la malveillance sur l’outil d’acheminement notamment...), de la conversion d’énergie et de son transport ... etc...


            • ObjectifObjectif 4 décembre 2009 00:11

              Pour le foisonnement des rames, je suis bien d’accord, mais sans le foisonnement, qui est la situation demandant le maximum de puissance (les 460 rames accélèrent à fond en même temps), on a largement assez de place pour mettre tous les panneaux nécessaires... donc pas d’impossibilité évidente.

              Quand aux autres points que vous évoquez, ce sont certes des difficultés techniques à prendre en compte, mais aucun ne me parait être une impossibilité manifeste.

              Donc je continue à me poser la question : à quelle impossibilité technique faisait référence Evrard quand il écrivait « Pourquoi pas un TGV avec l’énergie solaire tant que vous y êtes. » ?

              Car personnellement je ne vois rien qui s’oppose à une utilisation de l’énergie solaire pour les TGV, et en tout cas pas de problème de puissance ni de surface de captation.

              Et je crois que ce serait un progrès fondamental de RFF que les trains circulent au solaire d’ici 5 ou 10 ans, à la fois en terme d’indépendance énergétique que de baisse du coût des transports en commun en France.


            • stephane 2 décembre 2009 06:10

              « Le système ne consomme pas du tout de CO2 » : je croyais que le problème venait des rejets ......
               

              Niveau 0 du journalisme citoyen : comme l’ont suggéré quelques uns avant moi, çà doit être de l’humour. Nous ne voyons pas d’autre explication....


              • lelynx 2 décembre 2009 08:22

                A chaque fois qu’Emile expire, il exhale du CO2. Une véritable machine à polluer ! Ne devrait on pas « supprimer » Emile pour sauver la planète ?


                • Le péripate Le péripate 2 décembre 2009 08:29

                  Diagnostic : intoxication au CO2.


                  • bob 2 décembre 2009 11:52

                    Bonjour,

                    Effectivement, l’énergie solaire est infinie et peu polluante. Ceci dit, connaissez-vous la quantité nécéssaire de panneaux solaires pour arriver à une performance voisine des énergies fossiles ?

                    Par ailleurs, menacer les intérets liés aux énergies fossiles est la meilleure solution pour raccourcir prématurément votre existence : de puissants intérets s’opposeront à la mise en oeuvre des énergies non-polluantes car ils ont trop à perdre.

                    Enfin, pensez-vous que le vulgus pecus soit prêt à utiliser des énergies renouvelables ?
                    Autrement dit, ètes-vous prête à vous débarasser de votre voiture classique pour en acheter une plus chère et aux performances moindres ?


                    • ObjectifObjectif 3 décembre 2009 08:38

                      Bonjour,

                      "Ceci dit, connaissez-vous la quantité nécéssaire de panneaux solaires pour arriver à une performance voisine des énergies fossiles ?« Que voulez-vous dire exactement ?

                       »Autrement dit, ètes-vous prête à vous débarasser de votre voiture classique pour en acheter une plus chère et aux performances moindres ?" Si une voiture est plus chère en production, c’est qu’elle a consommé plus d’énergie smiley Mais le but est d’avoir des voitures moins chères... Bien sûr ce n’est pas le cas avec les batterie existantes.


                    • bob 3 décembre 2009 19:55

                      @ ObjectifObjectif,

                      Mon propos est de dire qu’en l’état actuel des choses, les énergies renouvellables sont moins performantes que les énergies polluantes. Cela s’explique par le fait que les puissances financières ont historiquement investies sur des marchandises à forte valeur ajoutée ( pour eux) et très souvent rejeté les énergies renouvelables de manière plus ou moins explicite.
                      En Suisse, certains villages possèdent une source d’appoint d’énergie mais elle est insuffisante pour couvrir la totalité des besoins du village.

                      Sur le deuxième point, je ne suis pas d’accord avec vous. Le prix d’un produit se fixe à partir de sa rareté sur le marché et des couts de production ajoutés au bénéfices souhaités. Dans le cas de la production d’une voiture classique, le nombre d’unités produites fait baisser le cout unitaire d’une voiture. Dans le cas de véhicule écologique, son faible nombre va entrainer un renchérissement des couts.
                      De plus, actuellement les véhicules écologiques ont une performance moindre que les véhicules classiques. Cela ne fait pas une grande différence pour la conduite en ville mais s’avère déterminant pour les conduites sur autoroutes ou voies rapides. A cela, il faut ajouter le gout immodéré des consommateurs pour la vitesse et la taille de leur véhicule. Vous comprendrez que les engins polluants ont encore de beaux jours devant eux.


                    • ObjectifObjectif 3 décembre 2009 22:51

                      @Bob :

                      Désolé, j’ai l’habitude d’être précis avec les mots. Quand vous dites « les énergies renouvellables sont moins performantes que les énergies polluantes. », je ne comprend pas ce que vous appelez la « performance ». De quels paramètres précis voulez-vous parler ?

                      Concernant les voitures, j’avais très précisément dit « Si une voiture est plus chère en production » pour exclure l’effet de la « loi du marché » qui s’applique au prix de vente.

                      Il est clair qu’aucune voiture actuellement ne peut se prétendre écologique, et surtout pas les voitures électriques et encore moins les voitures hybrides combustion interne/électrique, du fait de leur masse très importante et de la mauvaise efficacité des batteries.

                      Mais j’ai un très bon espoir dans les voitures à moteur à air comprimé sans combustion interne, car le stockage de l’air comprimé est le plus efficace que l’on connaisse à ce jour, tant en coût qu’en efficacité énergétique.

                      Je dis « moteur à air comprimé sans combustion interne » car tous les moteurs à combustion interne sont en fait des moteurs à air comprimé (c’est la pression qui pousse le piston) mais la pression est obtenue par la combustion dans le cylindre.


                    • bob 4 décembre 2009 15:17

                      @ ObjectifObjectif

                      Lorsque je parle de performances moindres je souligne :

                      1- la vitesse réduite des véhicules écologiques
                      2- la taille réduite de ces véhicules ( la mise en chantier de navires, avions ou même camions écologiques n’est pas à l’ordre du jour)
                      3- la solidité réduite de ces véhicules ( qui fausse les performances dans les comparatifs)

                      Je ne comprend pas votre volonté d’échapper au marché : si vous souhaitez une généralisation des véhicules écologiques, il me semble nécessaire de procéder d’abord à sa démocratisation. Le cas contraire entrainerait un phénomène de mode sur des prototypes stériles et voués à disparaitre.

                      Les véritables véhicules autopropulsés écologiques existent mais ne possèdent pas de performances similaires à ceux qui utilisent des énergies fossiles. Nous pouvons prendre pour exemple certains véhicules utilisant l’énergie solaire ( couplé à des accumulateurs pour un manque de lumière). Des expériences au Japon ont prouvé un fonctionnement satisfaisant en ville ou la vitesse est limitée mais le manque de prouesses inhérentes à ce que l’on recherche dans un véhicule est un repoussoir face à son developpement potentiel.


                    • ObjectifObjectif 6 décembre 2009 00:48

                      @Bob :

                      « Lorsque je parle de performances moindres je souligne :

                      Maintenant vous parlez de la performance des véhicules, alors que votre remarque portait sur les énergie renouvelables : de quoi voulez-vous parler exactement ? (vous disiez »Mon propos est de dire qu’en l’état actuel des choses, les énergies renouvellables sont moins performantes que les énergies polluantes.« et je vous demandais de quelles performances des énergies vous vouliez parler précisément ?)

                      1- la vitesse réduite des véhicules écologiques »

                      Au niveau de la forme, parler en général « des véhicules écologiques » me parait déjà difficile. Aucune technologie de motorisation n’a de vitesse limite intrinsèque à ma connaissance.

                      "2- la taille réduite de ces véhicules« 

                      Le premier paramètre d’efficacité énergétique de transport est la faible masse du véhicule par rapport à la masse à transporter. Utiliser un 4x4 de 2 tonnes pour transporter 100kg tous les jours sera une hérésie même si le 4x4 fonctionne à l’air du temps...

                       »( la mise en chantier de navires, avions ou même camions écologiques n’est pas à l’ordre du jour)« 

                      Il reste donc à inventer le bateau à voile :- ? Je viens juste de voir un reportage sur un cerf-volant pour cargo... Mais si les cargos avaient les même contrôles anti-pollution que les voitures, le progrès serait déjà énorme.

                       Et on peut à la base se poser la question du besoin de faire faire le tour du monde aux marchandises, qui est la base du problème et qui provient lui-même du différentiel sur les salaires...

                      Pour les avions, renseignez-vous mieux aussi.

                      Quand au camion, cela existe depuis longtemps, cela s’appelle le train smiley En fait, il y a aussi de nombreuses réflexions sur les camions.

                       »3- la solidité réduite de ces véhicules ( qui fausse les performances dans les comparatifs)« 

                      Là encore, une généralisation est sans signification. A quel véhicule faites-vous référence ?

                       »Je ne comprend pas votre volonté d’échapper au marché« 

                      Moi non plus, je ne comprend pas, je ne comprend pas où vous avez lu cela car je ne l’ai ni écrit ni pensé.

                      Par contre, de nombreux industriels installés essayent d’échapper au marché en utilisant les moyens du marketing émotionnel pour influencer les humains.

                       »si vous souhaitez une généralisation des véhicules écologiques, il me semble nécessaire de procéder d’abord à sa démocratisation.« 

                      Tout à fait, et un vrai véhicule écologique sera à la fois moins cher à l’achat et à l’exploitation qu’un véhicule à moteur à combustion interne ou qu’un véhicule à batterie électrique.

                       »Nous pouvons prendre pour exemple certains véhicules utilisant l’énergie solaire ( couplé à des accumulateurs pour un manque de lumière)" Vous parlez donc de véhicules utilisant des moteurs électriques avec un stockage dans des batteries ? Effectivement, les batteries satisfaisantes n’existent pas à ce jour, ni pour leurs performances, ni pour leur technologie de production qui est loin de l’écologie.

                      Une fois encore, dire que voiture électrique = voiture écologique est une escroquerie intellectuelle. Un 4x4 électrique de 2 tonnes pour du trajet urbain sera toujours une aberration.


                    • bob 6 décembre 2009 12:15

                      @ ObjectifObjectif,

                      La performance d’une énergie se compare à l’aune des perfomances de son utilisation. Bien évidemment le soleil est illimité mais l’énergie constituée reste relativement peu exploitable en l’état actuelle de notre technologie. Mon propos soulignait la comparaison ce que vous pouvez faire avec un réseau dédié à un type d’énérgie à un autre type de réseau utilisant une énergie radicalement différente.

                      Sur la notion de « véhicules écologiques », vous jouez sur les mots alors que l’immense majorité des lecteurs ( dont probablement vous) m’aurez compris. Je vous donne un indice : Cette notion exclut les véhicules fonctionnant aux énergies fossiles. Par ailleurs, conformément à ce que j’ai écrit plus haut, EN L’ETAT ACTUELLE DE NOTRE TECHNOLOGIE aucun véhicule fonctionnant aux énergies renouvellables ne rivalise avec un vehicule fonctionnant avec des énergies fossiles ou autres.

                      Sur la notion de taille et de masse du véhicule, il est singulier d’entendre de la part d’un défenseur de l’écologie la critique des 4x4, une grande partie des gens se vantant de privilégier l’écologie se déplace à bord de véhicules fortement polluants ( 4X4, hummer, etc...) dans un environnement urbain. De plus, la majorité des gens s’identifie à leur voiture, que vous le vouliez ou non, tant que ce rapport singulier s’établira entre le conducteur et son véhicule peu de changements pourront avoir lieu.

                      Sur les solutions, je ne suis pas ingénieur et n’ai pas la prétention de résoudre les problèmes du monde. Il appartient à chacun selon ses limites d’apporter sa pierre à l’édifice.

                      En ce qui concerne les avions, je réitère mon propos : EN L’ETAT ACTUELLE DE NOTRE TECHNOLOGIE, aucun véhicule fonctionnant aux énergies renouvellables ne rivalise avec un vehicule fonctionnant avec des énergies fossiles ou autres.

                      En ce qui concerne le vrai véhicule écologique ( dont vous mettiez en doute l’existence quelques lignes plus haut), le prix des prototypes actuels associé à des manoeuvres de lobbies rend le prix inabordable pour le commun des mortels.

                      Pour conclure, une voie écologique est possible et souhaitable. Elle se fera par l’intermédiaire d’élus plus honnêtes que ceux au pouvoir et après avoir disqualifié les lobbies dont la santé se fait au détriment de la planète elle-même mais aussi des consommateurs. Seulement après ses postulats pourra-t-on voir les prémisses d’un changement radical de véhicules favorablement disposé vis à vis de notre environnement mais aussi du porte-monnaie de nos citoyens.


                    • Lorenzo extremeño 2 décembre 2009 12:39

                      Bien sûr que c’est la solution la moins polluante, n’ayant pas le désavantage
                      des éoliennes et de leur pollution visuelle.

                      + 680 % d’augmentation de production d’énergie solaire en deux ans ici en
                      Extremadure.

                      energiadiario.com

                      Cordialement.


                      • patroc 2 décembre 2009 13:19

                         Soleil, vent, hydro, que de beaux mots pour une planète propre, respirable où l’énergie est partout gratuitement !.. Encore faut-il d’abord changer ce système dont le but est l’enrichissement des uns au détriment d’autres.. Bon article..


                        • robin 2 décembre 2009 13:51

                          Ca fait plus de 20 ans que des cellules solaires à plus de 25% de rendement existent mais les particuliers ne peuvent toujours pas s’en procurer, pourquoi ?


                          • avogt 2 décembre 2009 15:29

                            « car nous aurions besoin de plus de panneaux photovoltaïques et plus d’accumulateur d’énergie »

                            Vous pensez que la production massive de panneaux en Chine n’est pas polluante, et question accumulateur, idem, quid du remplacement tous les 5 ans ? Sans pétrole, sans certaine terres rares, sans ces ressources en voie d’épuisement, pas de panneau, pas d’accu. Même l’uranium finira par s’épuiser. Si le soleil est une piste, la solution n’est pas vraiment connue. Qui sait, ce sera peut-être en se greffant le gène de la chlorophylle et en se promenant nu et vert sous le soleil.


                            • Lorenzo extremeño 2 décembre 2009 18:01

                              @ avogt

                              « quid du remplacement tous les 5 ans  ? »

                              J’aimerai en savoir davantage,merci.

                              Cordialement.


                            • ObjectifObjectif 3 décembre 2009 23:58

                              Bonjour,

                              Je crois que le « remplacement tous les 5 ans » fait référence au fait que la durée de vie des batteries est limitée, tant en durée de vie (5 ans) due aux dégradations chimiques par « vieillissement » que en dégradation à chaque cycle de charge/décharge. Les batteries que j’ai connu sont souvent limitées à 1000 cycles environ...

                              Mais j’ai entendu un autre problème, potentiellement plus grave et dangereux : le fait que les batteries lithium explosent souvent. Il semble que l’intensité de décharge doit être stable. Et si ce n’est pas le cas, elles peuvent chauffer intensément jusqu’à exploser (http://en.wikipedia.org/wiki/Thermal_runaway#Batteries). Or avoir un moteur électrique de voiture à puissance constante n’est pas très pratique...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Émilieeee*4


Voir ses articles







Palmarès