Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Le soleil ne se remet pas à la tâche et personne sur terre ne s’en (...)

Le soleil ne se remet pas à la tâche et personne sur terre ne s’en soucie

L’activité solaire ne redémarre pas, est-ce le début d’une longue période de basse activité solaire ? Nul ne peut le dire encore. Comme personne ne peut prédire si cela pourrait occasionner un refroidissement temporaire de notre planète.

Il est un phénomène pourtant potentiellement important pour nos économies et notre climat et qui passe totalement inaperçu. Inaperçu au point que je n’ai jamais rien lu dans aucun journal « grand public » depuis qu’on en parle dans les cercles de gens qui le suivent directement : l’activité du soleil est au plus bas depuis plusieurs mois, et elle ne semble pas repartir.

Certes, ce phénomène n’a rien de « spectaculaire » et n’a de conséquence visible pour l’amateur qui s’y intéresserait qu’une diminution du nombre de taches solaires (on peut observer les taches solaires, moyennant quelques précautions). Il est d’autant moins intéressant pour le grand public qu’il se caractérise par l’absence d’éléments observables.

Et pourtant cette absence aussi longue devient maintenant exceptionnelle, le soleil a maintenant depuis 7 semaines l’allure d’une orange toute ronde et sans taches (voir la photo de vendredi 28 août tiré de ce site). Et, malgré l’apparition de quelques taches sporadiques, cela fait maintenant presque un an que l’activité solaire est au plus bas.

Déjà, dans un billet sur mon blog du 2 mars dernier, j’évoquais les conséquences potentielles si l’activité solaire devait ne pas redémarrer.

Car en effet, un tel évènement s’est déjà produit dans notre histoire entre 1645 et 1715. Cette période a coïncidé avec un refroidissement des températures (le fameux « petit âge glaciaire »). Les scientifiques ne comprennent pas encore la nature des liens entre le climat terrestre et l’activité solaire, et il ne faut évidemment pas dramatiser la situation ni forcément craindre la réapparition d’une nouvelle ère glaciaire.

On ne peut non plus « espérer » que ce phénomène, s’il devait se confirmer, puissent compenser les effets du réchauffement climatique. Le climat terrestre est chose bien trop complexe pour qu’on puisse raisonner comme cela. Il ne reste donc plus qu’à attendre pour en savoir plus, par exemple en allant régulièrement sur le site de référence en la matière, celui de l’Observatoire du Bruxelles.


Moyenne des avis sur cet article :  4.53/5   (34 votes)




Réagissez à l'article

39 réactions à cet article    


    • Volontaires 29 août 2009 18:12

      Vous avez raison pour l’orthographe, évidemment. A force de jouer sur les mots, je me suis fait prendre. Un administrateur peut-il corriger cela ?


    • Volontaires 29 août 2009 18:16

      Je m’attache à y remédier, mais la tâche est rude et je crains que ces fautes ne me restent comme autant de taches. Je ne puis en effet modifier mon texte après coup.


    • zelectron zelectron 29 août 2009 18:18

      « Le soleil ne se remet pas à la tâche et personne sur terre ne s’en soucie »

      Mais, Monseigneur !, que voulez vous que nous y fassions ?


      • Volontaires 29 août 2009 19:37

        Pas grand chose en somme. Acheter des pulls, peut-être ? Ou spéculer sur les marchés dérivés climatiques ?


      • Michael Jordan Manson (MJM) Michael Jordan Manson (MJM) 29 août 2009 19:20

        C’est scandaleux. Qu’en pense la lune Morice ?


        • Mmarvinbear mmarvin 29 août 2009 20:44

          Lesquels ? Moi j’entends surtout parler ceux qui nient le rôle humain du réchauffement et qui attribuent au soleil la hausse des températures de la planète.

          Mais depuis que l’on s’est aperçu que le soleil était dans un cycle trèèèèèèèès calme, on n’en voit plus la queue d’un...


        • Le péripate Le péripate 29 août 2009 20:55

          Nous vivons dans « l’atmosphère » du soleil. De là qu’il ait une influence énorme sur notre climat, ça devrait être à peu près clair, sauf pour ceux qui ont perdus tout sens des réalités.
          Cette influence est au moins double. Directement, comme un chauffage plus ou moins fort.
          Ensuite, indirectement. Son influence magnétique peut écarter les particules cosmiques qui permettent aux nuages de se former, un peu comme le phénomène des trainées d’avions.


          • TSS 29 août 2009 22:34


            ah le QI de 150 est une longue quète... !!


          • morice morice 29 août 2009 21:15

            « Son influence magnétique peut écarter les particules cosmiques qui permettent aux nuages de se former, un peu comme le phénomène des trainées d’avions. »


            ah parce que ce sont les « particules cosmiques » qui permettent aux nuages de se former ... avec cette théorie là on devrait pouvoir trouver des nuages sur la Lune... 

            elles ne sont pas « cosmiques » vos particules, elles sont dans l’atmosphère. A savoir une bonne paire de dizaines de km en dessous. Vous voilà comique, remarquez, à défaut !!! 

            • Le péripate Le péripate 29 août 2009 21:45

              Sur la Lune, il n’y a ni atmosphère, ni vapeur d’eau en état de sursaturation. Vous êtes un âne.


            • Chef du Monde 29 août 2009 21:56

              Les « parties cul de Cosmic » ?

              Ciel !


            • tonton 29 août 2009 23:31

              J’ai signalé l’abus du péripate pour diffamation des ânes


            • Le péripate Le péripate 29 août 2009 23:33

              Au USA, l’âne est considéré comme très intelligent.


            • morice morice 30 août 2009 00:16

              euh, l’âne c’est celui qui parle du rayonnement cosmique pour fabriquer des nuages : tout le monde aura compris que ma remarque lunaire était de l’humour. Des nuages à un endroit dénué d’atmosphère, tout le monde aura pigé le gag. Sauf vous, il est vrai...


              ah oui, reste un détail : les nuages de la RFA se forment-ils de la même façon que ceux de la RDA, au fait ??? c’est cosmique comme question, non ?

            • morice morice 30 août 2009 00:20

              non, comme démocrate, ce qui n’est pas la même chose...


            • Le péripate Le péripate 30 août 2009 00:22

              Désolé, vous êtes encore moins intéressant en troll que comme « auteur » de fictions politiques à la Malko Linge. Ceux qui veulent s’informer savent où le faire, par exemple ici, le site « pensée unique pour scientifiques ».


            • tonton 30 août 2009 00:39

              sauf qu’avec Malko Linge, ya des belles nanas... tandis que dans les fictions moriciennes, l’érotisme se limite à quelques burkas planquées dans une malle


            • Halman Halman 30 août 2009 11:04

              L’âne c’est celui qui se la ramène sur un sujet dont il ignore tout.

              Oui Morice des particules cosmiques aident à la formation des nuages  :

              http://recherchespolaires.veille.inist.fr/spip.php?article55

              http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/climatologie-1/d/les-rayons-cosmiques-a-lorigine-du-changement-climatique_9911/


            • tonton 30 août 2009 11:57

              L’âne c’est celui qui se la ramène sur un sujet dont il ignore tout.


              Vous êtes dur là ... vous sabotez le fondement même de « l’intelligence collective »

            • ykpaiha ykpaiha 30 août 2009 16:24

              Si morice passe par la vous pouvez etre sur que les conneries vont pleuvoir...
              Puis le racisme puis l’anti je sais pas quoi et le tout et n’importe quoi, sauf l’essentiel car l’essetiel pour l’équipe dudit morice c’est que le soleil brille en Israel .-
              momo ou la science au service de ses délires.


            • herve33 29 août 2009 21:33

              Extrait d’un article du monde à ce sujet : 17.04.09

              Même lorsqu’il semble profondément endormi, le Soleil pique parfois d’homériques colères. Comme celle captée en décembre 2008 par les deux sondes jumelles Stereo, dont les images ont été rendues publiques, mercredi 15 avril, par la NASA. Les deux engins, en orbite autour de l’astre de jour - l’un précédant la Terre, l’autre la suivant - ont pu reconstituer, en trois dimensions, la forme de l’une de ces bouffées électromagnétiques que notre étoile expulse parfois, sans prévenir, dans le milieu interplanétaire.


              Sans prévenir ? "Nous avons besoin de mieux connaître les détails de ces phénomènes afin - précisément - de pouvoir un jour les prévoir, dit Jean-Louis Bougeret, directeur du Laboratoire d’études spatiales et d’instrumentation en astrophysique (Lesia) et responsable de l’un des instruments de la mission Stereo. Pour cela, il nous faut, entre autres, avoir accès à la forme, en 3D, de ces grandes structures magnétiques."


              Ces immenses bouffées de particules (électrons, protons, particules alpha...), aussi appelées éjections de masse coronale (EMC), parviennent à la Terre en deux à quatre jours. En interagissant avec la haute atmosphère, elles y forment les belles iridescences des aurores polaires. Mais elles peuvent aussi provoquer des dégâts considérables sur l’électronique embarquée des satellites, sur les systèmes d’information ou même sur les réseaux électriques. En mars 1989, un effondrement du réseau électrique canadien, suivi d’une panne générale de près de dix heures, avait ainsi été provoqué par l’un de ces accès de mauvaise humeur solaire...

              ....

              Cette accalmie possible pourrait-elle régler, momentanément au moins, le problème du réchauffement ? "Entre minimum et maximum de cycle, il y a une différence de 0,1 % de l’éclairement (énergie irradiée) du Soleil« , précise Gérard Thuillier. Une variation somme toute minuscule.  »Les études qui cherchent une corrélation entre l’activité solaire et le changement climatique récent ne distinguent plus aucun effet discernable depuis 1950 environ", dit Andrei Zukhov.


              • Yohan Yohan 30 août 2009 00:43

                Chouette, une bonne occasion pour rester à deux sous la couette


                • Halman Halman 30 août 2009 10:41

                  Cela fait plusieurs années que son cycle semble bloqué et non pas quelques semaines.

                  Effectivement si quelques très petites tâches ont été observées elles ont vite disparu.

                  Je vérifie presque tous les jours avec mon télescope, et toujours rien.

                  Pour les télescopeux, à observer tous les soirs Jupiter et ses quatre satellites, et la Lune à côté d’Antares (enfin pas tous le soirs, dans quelques jours c’est fini pour la Lune)


                    • Le péripate Le péripate 30 août 2009 16:37

                      Merci pour les liens.


                    • freelol freelol 6 septembre 2009 06:05

                      Petite pierre à l’édifice
                      Suivi du soleil en LIVE ou presque http://www.solarcycle24.com/

                      Je ne crois pas qu’on puisse parler de « retard » solaire. Avec tout le respect Halman, de même, les effets des rayons cosmiques sur les nuages est une théorie restant à prouver. Asséner des « vérités » scientifiques, on sait bien ou ça nous mène : la taxe carbone entre autre.

                      Le cycle 24 a commencé début 2008 et depuis on attend effectivement que l’activité reprenne. Mais les périodes de calme sont normales entre chaque cycle. De plus le cycle 23 a été particulièrement actif, on a même noté en 2003 je crois une gigantesque explosion, la plus grande jamais vue et presque mesurée vu qu’elle dépassait les seuils des instruments de mesure. C’était pas l’année de la canicule ? je sais plus. Enfin après ce pic, le soleil a ralenti son activité puis passé à un nouveau cycle en 2008.

                      Alors c’est assez cocasse, on prévoyait (les pros de la nasa par exemple) un super cycle 24 encore plus fort et plus vite mais pas de bol ca devrait pas coller avec le réchauffement global. Maintenant on nous prédit un cycle très calme, de l’ordre de ce qu’on a eu dans les année 60 70 ou même lors du petit age glacière. En effet, en se basant sur les cycles passés, on peut dire que plus la phase de calme entre deux cycles est longue, et plus le soleil sera calme sur le cycle à venir.

                      En tout cas lors du siècle dernier et hormis dans les années 40 70, on a eu 5 cycles solaires très actifs. Juste pour mémoire, je rappelle que justement dans les années 70 on prévoyait une nouvelle période glacière.

                      En tout cas cet hiver rendez vous sur les piste de ski dans les Alpes du sud, au froid et au soleil. La nature aura tôt fait de tordre le coût au idées reçues.


                    • Francky la Hache Francky la Hache 30 août 2009 18:52

                      La corrélation CO2 anthropique - réchauffement climatique est peut-être une vaste fumisterie pour nous endormir le cerveau et ponctionner un impôt injuste supplémentaire.

                      L’activité solaire est peut-être le moteur principal du CHANGEMENT global climatique.
                      En effet, après une hausse spectaculaire ces 30 dernières années, on assiste à à un soleil atone.
                      L’histoire a prouvé des corrélations nettes entre activité solaire et changement climatique ; sur l’échelle de temps des 4000 dernières années. Pour de plus grandes périodes, il y a la précession des équinoxes et d’autres facteurs géophysiques. Pour des périodes plus courtes, il y a d’autres facteurs comme les éruptions volcaniques.

                      Le GIEC affirme de manière alarmiste que le CO2 anthropique (entendez - dû à l’homme) est responsable du rechauffement climatique des 30 dernières années. Les médias reprennent en coeur une version déformée : l’homme est responsable du rechauffement depuis 100 ans (depuis que les glaciers fondent). Il y a de nombreux paramètres, et ces très complexes, même pour les spécialistes.

                      Or, le soleil a la bonne idée de se calmer très sévèrement.
                      Nous allons donc constater si cela se poursuit quelques années (hé oui, il faut compter avec l’inertie énorme du système) à un refroidissement global. L’étude précise de ce refroidissement global nous dira à quel point le GIEC et les médias se moquent de nous.

                      Dis-je que nous devons polluer plus, que ça change rien ? Pas du tout !!!
                      Je pense que le CO2 ou la vapeur d’eau qui est encore bien plus à effet de serre, ne sont pas des polluants. En revanche, une voiture, à chaque kilo de CO2 éjecté pollue avec de nombreuses particules fines. Ceci, oui, est taxable (déjà taxé).
                      Et même, presque à chaque kilo de CO2 anthropique éjecté, il y a suivant la situation, une pollution connexe qui mériterait d’être taxée. Mais pas au nom du CO2, s’il vous plait, c’est presque mon ami (vous aussi, d’ailleurs, vous en expirez en lisant).

                      Il y a une exigence de vérité sur ce sujet comme tant d’autres,
                      et cette baisse d’activité est pour moi une bonne nouvelle si elle permet de connaître mieux le lien soleil - climat, et qu’elle évite un impôt injuste.

                      Que peut-on craindre de pire sur le climat ?
                      Si cette baisse d’activité dure au moins vingt ans, alors, au pire, la Tamise, et ou la Seine peuvent geler, comme cela s’est déjà produit dans des cas similaires. Les glaciers, pour reprendre du volume ont besoin de plus de vingt ans. Les hivers seront à nouveau plus rudes, alors qu’ils ont été doux ces dernières années, rien d’extraordinaires non plus ; les étés seront toujours des étés ; etc.

                      En conclusion : oui l’homme polue et de plus en plus, et il faut s’en occuper honnêtement.
                      Non, je ne pense pas qu’il ait la MOINDRE incidence sur le changement climatique ; ce serait bien présomptueux.


                      • ZEN ZEN 30 août 2009 19:22

                        Franky
                        Là, vous y allez à la Hache... !
                        Depuis quelque temps, j’ai comme un doute sur l’importance du facteur anthropique sur les changements climatiques constatés, sans être pour autant un pro-Allègre
                        Auriez-vous un lien vers des liens de sites sérieux ,posant le problème scientifiquement et de manière rationnellement critique , loin de la doxa officielle, dont se sont emparés les marchands de tous poils ?
                        Merci !


                        • Redakman 30 août 2009 19:59

                          Bonjour,
                          Essayez de visionner cette émission

                           http://www.programme.tv/le-rechauffement-de-la-planete-une-escroquerie-897542.php
                          Faire une recherche par google ou youtube


                        • indj974 30 août 2009 20:52

                          Le site suivant est très bien documenté :

                          http://www.pensee-unique.fr

                          Faites suivre !

                          Je profite de ce message pour signaler une autre chose, beaucoup plus gênante à mon sens :
                          Le PNUE publie ’’ Climat en Péril ’’ basé sur le dernier rapport du GIEC
                          - Actu-Environnement.com - 21/07/2009
                          —>
                          http://dev.grida.no/climateinperil/french/Climate%20in%20PerilFRENCH.pdf
                          (PDF ; 6,29 Mo)

                          Le problème, outre le lavage de cerveau proposé , c’est que le tableau présenté à la page 19 (principaux gaz à effet de serre) est ... FAUX. A la ligne ligne de la vapeur d’eau, il faut indiquer 10 000 à 30 000.
                          2500 « experts » au GIEC pour laisser passer une bourde pareil, c’est beaucoup plus qu’il n’en faut !
                          C’est vrai que 10 000 à 30 000, ça minimiserait un peu trop au yeux du « grand public » l’importance du CO2 ! et du même coup la crédibilité d’une théorie très spéculative.
                           


                        • Jean Lasson 30 août 2009 23:32

                          @ l’auteur,

                          Bon sujet et bon article, sauf quand vous écrivez : « On ne peut non plus »espérer" que ce phénomène, s’il devait se confirmer, puissent compenser les effets du réchauffement climatique."

                          Eh bien si, justement. Il est archi-prouvé que les températures océaniques baissent depuis 2003 au moins. Les températures atmosphériques idem, mais elles sont trafiquées, en particulier par le GISS.

                          Autre erreur (minime, mais quand même) : la période 1645-1715 ne représente pas, à elle toute seule, le petit âge glaciaire, mais seulement la période la plus froide au sein du petit âge glaciaire, le minimum de Maunder.

                          Un cycle de Schwabe dure en moyenne 11,3 ans (entre 9 et 15 ans). Plus le cycle est long, moins le cycle suivant est fort. Le cycle 23 dépasse maintenant les 13 ans... Le calme prolongé du soleil fait que nous sommes embarqués, au minimum si je puis dire, pour une période froide de 30 ans semblable au minimum de Dalton (début XIXe), voire plus si affinités (minimum de Maunder de 70 ans, glaciation ?)

                          Rapidement, notre préoccupation pourrait être de craindre un net refroidissement, ce qui serait une mauvaise nouvelle pour la production agricole de la planète (un réchauffement serait, lui, plutôt une bonne nouvelle).

                          @ Zen,

                          Je recommande aussi le site pensee-unique.fr, il est devenu la référence - très scientifique - en français.

                          @indj974,

                          Merci pour le lien sur ce document du PNUE. Le tableau p. 19 est truqué à une autre ligne, celle du CO2.

                          En effet, jusqu’ici le GIEC prétendait - sans aucune preuve ni étude pour le justifier - que la durée de vie du CO2 dans l’atmosphère était de 50 à 200 ans. Au contraire, 36 études menées par une vingtaine d’équipes indépendantes utilisant 6 méthodes différentes ont montré que cette durée de vie est inférieure à 10 ans (moyenne des 36 études : 7,7 ans, voir ce lien et chercher « Segalstad » dans la page).

                          Maintenant, les responsables du GIEC savent que leur falsification sur ce point est éventée et dans la case « Durée de vie atmosphérique » du CO2, ils préfèrent écrire hypocritement « variable » plutôt que de continuer avec leur valeur inventée de 50-200 ans ou mettre enfin la bonne valeur, inférieure à 10 ans.

                          Les gens du GIEC (je refuse de les qualifier de scientifiques) sont des faussaires et des charlatans.


                        • jjwaDal marcoB12 30 août 2009 21:31

                          Pourquoi diable se soucier d’une chose sur laquelle nous n’avons aucune emprise ?
                          C’est une excellente occasion pour vérifier l’opinion des uns et des autres sur le rôle respectif
                          des variations solaires et de l’impact de la majoration des GES en observant à la fois le soleil et le climat. Je ne doute pas que nombre de scientifiques doivent observer en ce moment les éventuelles modifications de la couverture nuageuse terrestre et en tireront profit pour (essayer de) quantifier le rôle des rayons cosmiques dans la formation des nuages.
                          Au demeurant vu l’explosion de l’émission d’agents de nucléation commis par notre civilisation, ce ne devrait pas être très simple à voir (s’il y a quelque chose à voir).
                          Ceux qui pensent avoir trouvé un signal sous le bruit ont beaucoup de courage...


                          • Francky la Hache Francky la Hache 30 août 2009 22:01

                            Quelques scientifiques, oui, regardent le soleil.
                            Beaucoup d’amateurs éclairés ;)
                            Et aussi des chargés de recherches financés TOUJOURS ( indirectement ) par le GIEC onusien.
                            Ainsi, je crains que nous ne voyons pas d’étude financée sur cette baisse d’activité et son impact supposé sur le climat.
                            En revanche, je pense que des économistes (le GIEC en est surtout composé) planchent sur le moyen de trouver des excuses sur leurs conclusions toujours alarmantes et toujours aussi fausses.
                            Exemple : à cause de la crise (que nous avons provoqué), l’activité humaine s’est sérieusement ralentie et donc l’effet du CO2 anthropique aussi, donc le réchauffement diminue.
                            ----
                            Il ne diront jamais qu’il peut y avoir un refroidissement, et prendront toujours les exemples extrêmes de réchauffement, comme en antarctique : la péninsule oui se réchauffe beaucoup, mais le reste (gigantesque) du continent se refroidit !!! (Ces exemples sont légion)
                            Ainsi je condamne les arguments que les médias nous ressassent, car ils sont bidons. Mais j’avoue qu’aucun scientifique aujourd’hui ne propose un modèle satisfaisant, seuls ceux affirmant un certain scepticisme trouve grâce à mes yeux.


                          • jjwaDal marcoB12 31 août 2009 05:33

                            @ Francky...
                            Le GIEC fait une « compilation » de la majorité des travaux publiés « peer-reviewed » ayant trait au climat. On peut les accuser (à juste titre ou non) de franchir le pas en « affirmant » une hypothèse encore à démontrer (notre impact sur l’évolution actuelle du climat), alors que la science ignore encore, ou mésestime de nombreux paramètres (qui a mon sens peuvent largement invalider gravement les conclusions).
                            Mais si la majorité des scientifiques affirment un retour du froid (quand nos émissions vont à nouveau augmenter) d’ici quelques années, le GIEC changera son hypothèse.
                            Ne jamais oublié que ses fondateurs l’ont mis en place pour qu’il déclare deux choses : 1/ pas de réchauffement et 2/ Si réchauffement, pas nous. Ce qui permettait de continuer comme avant (intérêts puissants en place),plutôt que de chercher à répondre à un problème qui manifestement nous dépasse (nous n’arriverons jamais aux niveaux de CO2, à la vitesse souhaitée par le GIEC).
                            Tous les lobbies des énergies fossiles et tous les gouvernements seraient ravis que le GIEC se soit vautré, n’en déplaise aux « complotistes »...


                          • freelol freelol 6 septembre 2009 06:34

                            Le GIEC sait très bien ce qu’il fait à mes yeux. Des résultats tronqués, truqués, des conclusions inversées, des méthodes scientifiques modernes (lobbytomisées) : comment prouver que ... ? Et pas qu’est ce qui se passe ?
                            Un reportage édifiant de la BBC

                            Suivez ce raisonnement :

                            Le pétrole se raréfie, la consommation mondiale augmente. Comment s’assurer l’approvisionnement suffisant pour les 20 ans à venir ?
                            1 En installant ses camions citernes prêts des champs de pétrole
                            2 En s’assurant que les autres consomment de moins en moins

                            Pourquoi le faire ? On empêche les autres de se développer à nos dépend pendant qu’on dispose encore de l’énergie colossale nécessaire à la mutation de nos économies. On assure notre domination pour l’avenir.

                            Je vous laisse remplacer les « on » et « autre » vous même


                          • Pierre 6 septembre 2009 16:53

                            Pas d’accord Marco avec ce que vous dites sur les motifs de la création du GIEC.

                            Voici son ordre de mission officiel, tel qu’on peut le lire sur le site de l’organisme :

                            «  »Le rôle du GIEC (IPCC) est d’évaluer, sur des bases scientifiques, techniques et socio-économiques, les informations relatives à la compréhension des bases scientifiques du risque résultant du changement climatique anthropique, de ses impacts potentiels et des options utils pour l’adaptation ou l’atténuation" .

                            Le GIEC a été créé en présupposant que le changement climatique était dû à l’homme. Cet organisme n’a pas été fondé pour étudier les origines, (quelles qu’elle soient), des changements climatiques. Toute autre hypothèse est écartée d’avance.
                            Autrement dit, c’était biaisé dès le début....


                          • jjwaDal marcoB12 7 septembre 2009 09:17

                            Le GIEC n’est pas un organisme français. La page en français présentant le rôle du GIEC est en effet assez grotesque, mais la page de référence (en anglais) ne parle nullement de surveiller le changement de climat dû à des causes anthropiques. Si le rôle du GIEC est de nous faire renoncer aux énergies fossiles, ses résultats sont pour le moins mitigés après 20 ans d’activités... Pour mémoire, l’essentiel des subventions publiques vont encore aux énergies fossiles et nucléaires et 4% du ARRA (American recovey and reinvestment Act) sont allés au développement des renouvelables. S’il y avait un projet pour abandonner les énergies fossiles il serait bien plus simple d’arroser financièrement les renouvelables que d’essayer de prouver une hypothèse improuvable à échéance de quelques décennies...


                          • Pyrathome pyralene 6 septembre 2009 11:51

                            Bah ! il est certain que le soleil est la principale composante du climat sur terre ! comment peut-on écarter ce facteur comme le font les scientifiques ? c’est absurde ! Ils feraient mieux d’avouer tout de suite leur ignorance vis à vis du fonctionnement du soleil........ça serait plus honnète !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès