Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Le temps des cerises

Le temps des cerises

On connait la chanson et pourtant ...

Tant que le noyau dure …

Quand chanterons-nous le temps des cerises, le gai rossignol, le merle moqueur … ? La chanson de Jean Baptiste Clément, écrite en 1866 et donc précédant la commune et son effroyable massacre, s'interroge et renvoie dans leurs cordes ceux qui voulaient y voir une chanson politique. Elle est devenue pourtant le symbole d'une révolution manquée, d'un crime perpétré par les odieux Versaillais et cet ignoble Thiers qui, insulte suprême pour les victimes, conserve encore beaucoup de places et de boulevards à son nom. Le mépris et l'insulte sont monnaie courante dans la toponymie de nos rues, mais ceci est une autre histoire …

Clément pleurait là un chagrin d'amour, la seule peine que chacun de nous peut affirmer avoir partagé avec tous ses semblables. C'est dans l'universalité de cette douleur que s'explique le succès incroyable de cette rengaine. La musique d'Antoine Renard lui a permis de faire son nid dans les têtes et les cœurs. C'est cette étrange alchimie des mots et des notes qui en fit un succès intemporel, une chanson qu'on ne peut écouter sans un frisson.

Pourrons-nous chanter encore très longtemps cette belle mélodie ? Irons-nous toujours cueillir en rêvant des pendants d'oreilles ? Qui d'ailleurs comprend encore qu'il s'agit de faire ici des boucles d'oreilles avec deux belles cerises reliées l'une à l'autre ? Cette année, dans nos jardins, les abeilles se sont montrées bien discrètes autour de nos cerisiers en fleurs. Le risque est grand que progressivement la pollinisation ne se fasse plus ; les apprentis sorciers des pesticides et autres produits chimiques n'ont jamais goûté à la poésie.

Le printemps est maussade, les belles n'auront plus la folie en tête en tenue légère. Il faut prévoir le ciré et parfois la petite laine. Le dérèglement climatique s'amuse à nous chambouler nos repères. Nous sommes les premiers témoins d'une catastrophe à venir, provoquée par notre folie dévastatrice ; le premier grand cataclysme planétaire qui ne prendra pas au dépourvu les humains. Ils savaient mais ont tout fait pour feindre de ne pas croire, de ne pas penser que la catastrophe sera inévitable.

Si nous gardons au cœur une plaie ouverte c'est de ne pas avoir été entendus quand il était encore temps. L'écologie est passé pour une pensée gentillette, la spécialité de rêveurs et de doux idiots incapables de percevoir les réalités d'un système économique qui n'a que faire de l'avenir. Curieusement, ce sont ne sont plus des gouttes de sang qu'il faudra attendre mais des tombereaux, des torrents, des océans d'hémoglobine.

La peine d'amour, ce chagrin immense dont on ne se départira plus jamais, sera celui d'une humanité qui aura assassiné la Planète. Les prochains poètes, les survivants de la prochaine grande extinction des espèces- la sixième du nom s'approche à grand pas- chanteront, s'ils le peuvent encore, le temps des queues de cerise. C'est moins joli, la potion est bien plus amère …

C'est la dernière peine cruelle qu'il nous faudra supporter. Les dernières cerises seront aigres, leurs noyaux impossibles à croquer. La fin du printemps et des temps humains ouvrira à jamais une douleur éternelle. Il n'y aura plus dans le ciel ni rossignol ni merle ni autres oiseaux. Il aurait fallu écouter leurs collègues, les mauvais augures qui étaient pourtant si proches de la réalité.

Clément ignorait tout alors du drame qui aurait lieu quatre années plus tard. J'ose espérer que notre cataclysme à nous est plus lointain encore mais il est désormais plus que certain. Cette chanson est symbolique des drames que l'on devine confusément, que l'on peut sentir sans vraiment les percevoir.

Les cerises, ces merveilleux fruits juteux, ces perles de sucre et de couleur sont en passe de disparaître. Nos vergers seront rasés ; la main-d'œuvre est trop coûteuse, les arboriculteurs leur préfèrent les noisetiers dont le ramassage est mécanique. Cette seule réalité démontre que nous marchons sur la tête. Pire encore, quand des enfants viennent voler ce fruit qui leur fait tant envie, ils arrachent une branche, désormais incapables de comprendre qu'ils brisent ainsi un arbre et des promesses de récoltes futures.

Alors, qu'une telle société disparaisse n'est finalement que très normal. J'en rajoute forcément un peu mais pas tant que ça. Quand on ne respecte plus rien, que tout se mesure en terme de rentabilité et de profit à court terme, que la santé, la nature, les animaux, les saisons doivent tous se plier au seul désir des humains, la fin des haricots sera aussi celle des cerises.

Apocalyptiquement votre

 

Le Temps Des Cerises

 

Quand nous chanterons le temps des cerises,

Et gai rossignol, et merle moqueur

Seront tous en fête !

Les belles auront la folie en tête

Et les amoureux du soleil au cœur !

Quand nous chanterons le temps des cerises

Sifflera bien mieux le merle moqueur !

 

 

Mais il est bien court, le temps des cerises

Où l'on s'en va deux cueillir en rêvant

Des pendants d'oreilles...

Cerises d'amour aux robes pareilles,

Tombant sous la feuille en gouttes de sang...

Mais il est bien court, le temps des cerises,

Pendants de corail qu'on cueille en rêvant !

 

 

Quand vous en serez au temps des cerises,

Si vous avez peur des chagrins d'amour,

Évitez les belles !

Moi qui ne crains pas les peines cruelles

Je ne vivrai pas sans souffrir un jour...

Quand vous en serez au temps des cerises

Vous aurez aussi des chagrins d'amour !

 

 

J'aimerai toujours le temps des cerises,

 

C'est de ce temps-là que je garde au cœur

Une plaie ouverte !

 

Et dame Fortune, en m'étant offerte

Ne saurait jamais calmer ma douleur...

 

J'aimerai toujours le temps des cerises

Et le souvenir que je garde au cœur !


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

28 réactions à cet article    


  • rocla+ rocla+ 13 mai 2014 11:19

    Une des plus belles chansons Françaises avec ses pendants d’ oreilles .


    • C'est Nabum C’est Nabum 13 mai 2014 11:48

      Rocla


      à dévorer sans modération !

    • rocla+ rocla+ 13 mai 2014 12:52

      Ahh  je m’ y attendais d’ être moinssé . 



      Quand il reviendra le temps des moins cons …… smiley

    • C'est Nabum C’est Nabum 13 mai 2014 14:45

      rocla+

      Jamais je n’use de cette touche
      C’est un principe et je ne vois pas au nom de quoi je pourrais donner un jugement négatif


    • rocla+ rocla+ 13 mai 2014 14:59

      C ’est Nabum 


      je pensais pas du tout à vous dans cette affaire , non , 
      j’ ai collé à mes basques à l’instar d’une merde dans laquelle 
      on marche par erreur quelques couillons croyant au pouvoir 
      de l’ index vengeur à défaut de couilles pour me parler 
      au moyen de l’écrit .

      Avec Nabum ça boume .... smiley

    • C'est Nabum C’est Nabum 13 mai 2014 16:47

       rocla+


      J’avoue avoir été surpris 

    • claude-michel claude-michel 13 mai 2014 11:36

      C’était le bon temps.. !


      • C'est Nabum C’est Nabum 13 mai 2014 11:49

        Claude-Michel


        Je ne crois pas que la Commune fut une époque très heureuse
        La Prusse à nos portes et la répression des versaillais ...

      • claude-michel claude-michel 13 mai 2014 12:19

        Par C’est Nabum....c’est du second degré pour V.Hugo... !


      • Jean Keim Jean Keim 13 mai 2014 12:11

        Un coup de blues ? 

        J’adore les cerises, j’ai planté un cerisier, je l’ai vu croître et avec mon fils nous allions manger les fruits - des napoléons - directement dans l’arbre, un régal et beaucoup de rires, j’ai depuis déménagé et l’arbre profite à d’autres, c’est très bien ainsi. Les belles chansons et d’autres choses encore sont là pour nous rappeler que les humains ont aussi un actif à mettre dans leur bilan. Comme dans un film de SF dont j’ai oublié le titre, si des ET venaient sur terre avec la mission de nous éradiquer, en écoutant du Mozart ou en contemplant un tableau de Monet, ils changeraient d’avis. La crise est un mal d’être et une maladie, c’est l’occasion de nous régénérer. 


        • C'est Nabum C’est Nabum 13 mai 2014 12:20

          Jean Kein


          Vous voyez simplement une crise (situation transitoire) là où je devine un basculement vers un cataclysme inévitable
          J’aime votre optimisme

        • jaja jaja 13 mai 2014 13:34

          Jean-Baptiste Clément, qui combattit lui-même lors de la semaine sanglante, a plus tard dédié sa chanson à une jeune ambulancière de la Commune assassinée par les soudards de Thiers... Le Temps des cerises fut longtemps l’hymne des révolutionnaires de France....

          Chaque année au Père Lachaise, devant le Mur des Fédérés, où se réunit depuis 1880 le mouvement ouvrier pour célébrer la Commune des gens déposent des cerises sur la tombe de Clément...

          En 72 jours la Commune a créé une démocratie réelle avec des élus révocables et responsables. La démocratie directe reposant sur une citoyenneté active remettant en cause la délégation de pouvoir et la bureaucratie... Des immigrés élus, comme Léo Frankel le Hongrois ou Dombrowski le Polonais responsable des troupes de la commune.... Les femmes sont de tous les combats, compris de rue !
          L’autogestion et donc la démocratie commencent à s’étendre aux entreprises... Comme le dit une autre belle chanson, la Commune n’est pas morte !

          Elle sera célébrée encore une fois cette année :

           
          Le samedi 24 mai à 14h30, à l’entrée du Père-Lachaise, rue des Rondeaux, Paris XXe – métro Gambetta.

          • C'est Nabum C’est Nabum 13 mai 2014 14:47

            Jaja

            Loin de moi l’envie de dénigrer cette page glorieuse et tragique de l’utopie républicaine, je rétablis simplement la chronologie des faits et accuse néanmoins les villes qui laissent ce nom épouvantable de Thiers dans leur commune


          • Jean Keim Jean Keim 13 mai 2014 16:48

            Je ne sais pas si qq. chose dans la vie de Thiers permet de le racheter mais il suffirait de gommer le « h » pour que le nom prenne un côté sympa. Ce n’est pas une incitation à passer à l’acte, se faire prendre doit couter cher. 


          • C'est Nabum C’est Nabum 13 mai 2014 16:54

            Jean Kein


            Il est curieux qu’un bourreau demeure ainsi si renommé 

            Le problème majeur avec le nom des rues, c’est que ce sont les politiques qui s’attribuent leur petite part d’éternité au coin des rues.
            Nous perdons ainsi l’histoire locale, les noms du cru au profit de la gloriole des prétentieux



          • Jean Keim Jean Keim 13 mai 2014 14:29

            Optimisme oui peut-être, nous sommes pour la planète comme un cancer qui est à un stade avancé, la guérison n’est pas assurée. Vous rejetez toutes croyances, c’est une démarche sensée, néanmoins il existe une conscience collective (ou une mémoire collective, c’est finalement la même chose) et son contenu est alimenté par nos consciences individuelles, une nouvelle expérience l’enrichit et ainsi ultérieurement, une expérience similaire sera facilitée ; malheureusement cela fonctionne pour le bon comme pour le mauvais, pour le moment il semblerait que le mauvais l’emporte mais il nous appartient d’inverser le processus. C’est cette CC qui permet aux enfants de s’adapter si rapidement aux nouvelles technologies, leurs filtres mentaux ne sont pas aussi verrouillés que ceux des adultes. La CC rappelle les champs morphogénétiques de Ruppert Sheldrake.


            • C'est Nabum C’est Nabum 13 mai 2014 14:48

              Jean

              Vous avez de la chance


            • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 13 mai 2014 14:40

              Y parait qu’une directive européenne interdit aux mineurs de chanter « le temps des cerises » monté sur un escabeau ...


              • C'est Nabum C’est Nabum 13 mai 2014 14:50

                Aita Pea Pea 

                Devant un peloton d’exécution composé de versaillais ...
                C’’est parfaitement exact

                Voilà une directive peu commune qui va mettre le feu aux poudres. C’est vraiment la cerise sur le fardeau européen


              • rocla+ rocla+ 13 mai 2014 15:01

                Y parait qu’une directive européenne interdit aux mineurs de chanter « le temps des cerises » monté sur un escabeau ...


                c ’est une cabale à grande échelle .... smiley

                • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 13 mai 2014 15:04

                  La mise en scène est de Jean Louis Barrault .


                • rocla+ rocla+ 13 mai 2014 15:20

                  La musique  de Evelyne Pliante .


                  • passtavie passtavie 14 mai 2014 08:06

                    Rocla je vous ai mis quelques plus ça et là. Même si je pense qu’on a pas les mêmes sensibilités politique, c’est pas une raison pour vous moinsser au moindre mot. Je mets des moins ou des plus en fonction de ce que je lis, pas en fonction des pseudos.


                    • rocla+ rocla+ 14 mai 2014 08:53

                      Bonjour Passtavie 


                      C ’est gentil à vous .

                      Ce système de notation emmène des dérives .

                      En fait ç’ est pas important non plus , sauf que si 5 personnes 
                      disent qu’ il fait beau et que je confirme qu’ il fait beau je suis le 
                       seul avec un moins .

                      C ’est puéril de moinsser pour ça comme est puérile ma réaction .

                      C ’est très bien que l’ on aie pas tous le même avis .

                      Celui qui penserait avoir raison sur tout est un fou .

                      Bonne journée à vous Passtavie .

                    • zygzornifle zygzornifle 14 mai 2014 08:18

                      Avec tous les radars c’est plutôt le temps des prunes 

                       smiley


                      • C'est Nabum C’est Nabum 14 mai 2014 11:43

                        zygzornifle


                        Les prunes se perdent dans la brume ...

                      • BOBW BOBW 15 mai 2014 22:08

                        J’aime cette chanson mais hélas les merles « moqueurs » viennent toutes les « boulotter » en ne laissant que les noyaux, j’utilise la technologie actuelle ,à savoir des cd accrochés à des ficelles pour essayer de les « épouvanter », mais au bout de deux ou trois jours, ils ont compris.
                        Je suis donc obligé de surveiller chaque fruit afin de le leur ravir ,même quand il n’est pas encore tout à fait bien mur !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès