Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Le Var a soif, son fleuve et ses rivières sont à secs... mais le gaspillage (...)

Le Var a soif, son fleuve et ses rivières sont à secs... mais le gaspillage d’eau continue !

Le Var à soif, son fleuve et ses rivières sont à secs, mais on continue à gaspiller l’eau !

Il y a pénurie d’eau, fleuves et rivières sont à secs, mais par endroits l’eau est honteusement gaspillée !

Depuis quelques années le Var et les départements du Sud-Est de la France sont en déficit pluviométrique.

Déjà en avril 2004, la Direction départementale de l’agriculture et de la forêt (DDAF) évoquait un "risque écologique fort".
"Cette sécheresse serait la plus forte depuis celle de 1989, selon Météo France.

Hélas depuis la situation s’est aggravée et, en avril 2007, la préfecture du Var lançait son « Plan sécheresse  ».

Début octobre, j’apprends par la presse locale (Var-Matin) que l’Argens (fleuve côtier de 116 km) est à sec par endroits, en consultant le web je découvre un reportage d’Europe 1 qui a pour titre : « Le Var souffre d’une sécheresse inquiétante », dans lequel le maire de Chateauvert déclare : « que c’est du jamais vu  ! »

Alors voyons ensemble où en est la situation !

Pour commencer, je me rends à l’embouchure de l’Argens, à l’endroit ou le fleuve se jette dans la grande bleue à l’ouest de Fréjus, en regardant ces photos on s’aperçoit qu’il serait plus judicieux d’employer le passé, en effet depuis le début de la saison estivale son estuaire du fait de son faible débit... à toujours été bouché par un ban de sable :1 - 2 - 3 .

Deux campings sont installés en amont de son embouchure, certains campeurs étaient venus avec leur embarcation loués un ponton, amarrés leurs bateaux en pensant avoir ainsi un accès direct à la mer... Pas de chance pour eux, pendant tout leur séjour ils ont été dans l’impossibilité de rejoindre la mer et de pouvoir naviguer sur la Méditerranée.

Maintenant il ne me reste plus qu’à remonter plus en aval afin de voir dans quel état se trouve l’Argens.

A une quinzaine de kilomètres, je rencontre un petit plan d’eau qui sert également de stade nautique, ce petit lac est situé sous le rocher de Roquebrune : 1 - 2 , et là, il est encore possible de trouver des images bucoliques, pour preuve cette petite vidéo qui montre un couple de canard et ses canetons qui « jouent » dans les vagues qu’a formé le sillage d’un bateau qui tractait un skieur nautique. ¤¤¤

Comme je savais que le manque d’eau était situé plus en amont, le vendredi 5 octobre je décide d’aller sur place dans l’arrière-pays constater cette sécheresse et voir la source du fleuve qui est située au village de Seillons, source de l’Argens.

Mon périple !

Mon premier arrêt a été pour Chateauvert ; là, un pont de pierre enjambe le fleuve ; sous ce pont, je constate avec joie que l’Argens qui est à une bonne centaine de kilomètres de son embouchure est toujours en eau, son eau est limpide, mais le débit est assez faible (petite vidéo).

Je mets le cap plus en amont et je finis de me retrouver sur le pont qui est sur la D 34 entre Bras et Barjols :1 - 2., à cet endroit l’Argens se trouve approximativement à moins de 10 kilomètres de sa source :

Voici les deux vidéos qui montrent l’état de sécheresse qu’a l’Argens de part et d’autre sous ce pont : 1 - 2 (dans les commentaires, j’ai fait une erreur, ce n’est pas la D.35 entre Bras et Saint-Estève, mais la D.34 qui va de Bras à Barjols).

4 photos prises de chaque côté de l’ouvrage : 1- 2 - 3 - 4 -

et cinq autres prises à une centaine de mètres plus en aval : 5 - 6 - 7 - 8 - 9

Lorsqu’il n’est pas en période de sécheresse le cours de l’Argens est agrémenté de vasques et autres toboggans, ces derniers aux dires des anciens que j’ai rencontré dans le coin servaient de piscines aux jeunes (et aux plus anciens) qui demeuraient aux alentours.

Hélas avec les sécheresses persistances de ces dernières années, ces scènes idylliques appartiennent désormais au passé, en effet maintenant le spectacle que l’on peut voir et malheureusement celui-ci : 1-2- , pour vous rendre compte de l’échelle mon épouse est dans le lit du fleuve qui est à sec : 1 -2 .

Sur le parking qui jouxte le pont, j’ai rencontré deux pêcheurs du coin, tous deux m’ont déclarés que la Fédération et leur société de pêche avaient fait le nécessaire pour sauver les poissons, et que ces derniers ont été transportés dans d’autres rivières ou lacs qui sont toujours en eau.

Comme les minutes et les heures s’écoulaient, pour aller à la source de l’Argens pourtant située à moins de 10 kilomètres par la route, je décidais de revenir un autre jour, et c’est le jeudi suivant que je suis arrivé au village de Seillons, source de l’Argens (en fin d’après-midi, car depuis le matin je préparais également un autre article reportage sur le lac de Besse sur Issole et sur celui de Carcés).

Pour trouver la source de l’Argens !

En venant de Saint-Maximin, par la RN 560, ne prenez pas à gauche l’embranchement qui conduit à Seillons, mais continuez tout droit sur la RN 560 en direction de Barjols. Vous faites 2 km environ, et vous allez trouver à votre droite une ferme abandonnée (le bâtiment est en bordure de route), quelques mètres plus loin à gauche vous allez apercevoir une petite route goudronnée et remarquer ce panneau blanc tagué et la petite maison dans les bois, la source est à 500 mètres environ de l’embranchement, et après ce pont la source est à gauche à 200 mètres environ à pied.

Voilà la source de l’Argens (vidéo), son cours à 200 mètres environ plus en aval, pour montrer son débit, cette vidéo que j’ai prise sur le pont que j’évoque quelques lignes plus hautes.

Le lit de l’Argens... est un lit « passoire » !

L’Argens prend sa source sur un sol siliceux et calcaire, ce terrain est très perméable à l’eau, ainsi dès son départ le fleuve a de nombreuses résurgences, tantôt comme ici l’eau apparaît, pour disparaître sous terre quelques mètres plus loin... il en sera ainsi pendant plusieurs kilomètres !

Les ronds-points et autres golfs, ou quand les hommes gaspillent l’eau à qui mieux mieux !

Dans le Var bien que l’état de sécheresse soit déclaré et l’utilisation de l’eau réglementée son utilisation indécente continue.

Bien que la région connaisse depuis quelques années des problèmes d’eau, nos pouvoirs publics hélas continuent à marcher sur la tête.

Ainsi dans de trop nombreuses communes les ronds-points sont végétalisés avec du gazon, et arrosés à qui mieux mieux : 1 - 2 - 3, mais heureusement que dans d’autres, des décideurs sont bien plus sages et bien plus raisonnables par exemple ce rond-point qui se trouve à proximité du lac de Carcés (Var) ou celui-ci sur l’ancienne RN n° 7 du côté de Brignoles (également dans le Var), en voyant ces deux exemples, il est facile d’imaginer que ceux-ci sont certainement bien moins gourmands en eau !

Toujours du gaspillage de l’eau, et notamment celui des terrains de golf !

Dans notre Sud qui manque d’eau, un autre modèle de gaspillage et d’utilisation aberrante... c’est la création de nouveaux golfs qui, nous le savons bien, sont de très gros consommateurs d’eau.

Sur la commune de Roquebrune-sur-Argens (à une quinzaine de bornes au sud-ouest de Fréjus), début 2006, la construction d’un nouveau golf est annoncée, voyez sur cette photo prise en avril 2006 le panneau qui signale sa construction, sur celle-ci prise à la même époque elle montre que les travaux de terrassement sont en cours, au final en octobre 2007, en pleine période de sécheresse,... un golf verdoyant abondamment arrosé lui aussi fonctionne : 1 - 2

Un golf... c’est la consommation d’une ville de 7 000 habitants !

L’Association des Green-keepers français (Agref) a calculé, en 2005, les besoins en arrosage d’un terrain classique. Ce dernier absorbe 3 176 m3 d’eau par hectare et par an. Le Sénat, auteur d’un rapport en 2002-2003, est plus sévère. Selon son étude, la consommation d’eau atteint 6 800 m3. Sachant que la taille moyenne d’un terrain est de 40 hectares, cette consommation correspond à la satisfaction des besoins d’une collectivité de plus de 7 000 habitants... pour une année entière.

(source)

Ce qui m’inquiète le plus dans la création de tous ces golfs, ce sont leurs pouvoirs polluants, car pour obtenir une belle herbe verte, les golfs utilisent moult quantités d’engrais, de pesticides et autres fongicides (exemple de planning pour l’entretien d’un golf !)

Hélas une grande partie de tous ces produits chimiques se retrouvent dans l’eau des nappes phréatiques.

Alors entre l’écologie, l’avenir des générations futures (notamment les risques de cancers liés aux pesticides particulièrement avec les herbicides et les fongicides, et les problèmes d’emplois, il va falloir choisir !

(nota : pour avoir de l’herbe bien verte et lutter contre les maladies cryptogamiques 1- 2 , les terrains de golf sont de gros consommateurs d’herbicides et de fongicides), je ne suis pas sûr que les propriétaires qui achètent ces belles villas situées près d’un terrain de golf connaissent les risques de la pollution de l’air et les dangers pour leur santé que peut engendrer l’usage des pesticides qui sont utilisés pour l’entretien de leur beau tapis vert !

La réutilisation des eaux usées (REU)

La consommation moyenne journalière d’eau par personne en France est d’environ 140 litres : 1 - 2 - 3, et comme l’indique l’enquête citée plus haut la récupération des REU d’une ville de 7 000 habitants serait suffisante pour assurer l’arrosage annuel d’un terrain de golf.

Une enquête menée en 2005 par l’AGREF, sur un échantillon de 105 golfs (sur un total de 550 golfs français ) :

- 43 utilisent des forages (41 %) ;

- 27 utilisent de l’eau provenant des canaux (26 %) ;

- 10 utilisent de l’eau provenant des cours d’eau (9 %) ;

- 5 utilisent des retenues collinaires (5 %) ;

- 12 utilisent de l’eau potable (11 %) ;

- 8 utilisent de l’eau recyclée (8 %). Alors que l’approvisionnement en eau potable reste encore trop souvent la seule source envisageable pour les golfs urbains ou très anciens, l’eau recyclée semble plus judicieuse au regard des expériences étrangères et des tendances observées dans la construction des nouveaux terrains (source).

Pour terminer quelques lignes plus positives !

Au cours de mon périple en « Provence Verte  », j’ai vu des splendides paysages, en venant de Brignoles par la RN 554 quelques vues avant d’arriver à Chateauvert :

- La maison du tourisme du village de Chateauvert, le château, et :1 - 2 - 3 - 4.

- Couleurs d’automne entre Chateauvert et Barjols, l’entrée du village de Barjols.

J’ai été également surpris par l’abondance des restanques et autres vieux murs en pierres : 1 - 2 - 3 - 4 - 5 6 - 7 - 8 ... Il n’y a pas de doute à cette époque les campagnes étaient peuplées.

Pour admirer ce travail qu’effectuaient nos anciens, en venant de Brignoles prendre à gauche avant Chateauvert la petite route où est placé le panneau qui annonce que ce village est classé « Natura 2000  ».

Aux dires de quelques-uns, un certain nombre de ces restanques auraient été construites par les soldats de Napoléon dans le but d’occuper les troupes entre deux campagnes ou entre deux batailles, un entraînement physique en quelque sorte ! (Pour ceux qui ont fait leur service militaire, cela peut leur rappeller peut-être de pittoresques souvenirs !)

Quelques liens sur les pesticides :

1 2 3 - 4, enfin dans Google tapez : cancers et pesticide, cancers et fongicides : pesticides pollution par les vents.

Pour terminer en beauté !

Un effet d’eau sur un arrosage d’un champ de luzerne, photo prise le 05/10/07 vers 17 h 30 sur la RN 560 entre Seillons, source d’Argens, et Saint-Maximin (Var) photo - vidéo.

Gilbert Spagnolo dit P@py



Moyenne des avis sur cet article :  4.73/5   (30 votes)




Réagissez à l'article

24 réactions à cet article    


  • L.S.B 23 octobre 2007 13:38

    Pénurie d’eau potable, Pénurie d’air pur, Pénurie d’énergie. Ce sont les 3 défis des prochaines années. Il semble que la société de consommation avec sa croissance basée sur la production, la rentabilité et les déchets n’a pas de solution à proposer sinon l’hypocrisie de discours symboliques. Il est triste de constater que ce sont les plus pauvres qui sont les premiers exposés au dérèglement de la nature.


    • Internaute Internaute 23 octobre 2007 16:09

      Joli reportage. Ceci dit je n’ai jamais compris pourquoi on tire à boulets rouges sur ceux qui arrosent leur jardin ou lavent leur auto. les milliers de mètres cubes qui passent devant eux se perdent dans la mer quelques heures plus tard. En les déversant sur les berges on laisse plus de temps à l’eau pour imprégner les sols.

      Je comprend qu’il y ait des restrictions lorsque tout le monde pompe dans un même réservoir car ce que prennent les uns en trop les autres l’ont en moins, mais éviter que l’eau soit jetée directement à la mer me paraît plutôt un bon plan.


      • LE CHAT LE CHAT 23 octobre 2007 17:00

        on est complétement à sec aussi dans les BDR , P@py. quelques gouttes devrient tomber demain et jeudi , mais entre ce qui se dit à la météo et la réalité , il y a des années lumières de différence ! Au 1er octobre 2007, les sols superficiels sont relativement secs pour la saison du sud de la Bretagne au nord de Poitou-Charente, sur Midi-Pyrénées, sur l’Aude et des contreforts sud du Massif-Central au sud des Alpes. Mais c’est sur les Bouches-du-Rhône, le Var, les Alpes-Maritimes et la Corse que les sols superficiels présentent les indices d’humidité les plus faibles.

        http://www.meteofrance.com/pub-adm/display/000/001/982/19822.jpg http://www.meteofrance.com/pub-adm/display/000/001/982/19824.jpg


        • nephilim 23 octobre 2007 17:29

          hoooo pauvre papy qui commence seulement a s’inquieter de l’environnement parce que ca region est touchée :( vous allez peut etre militer ailleur que chez les neocons de sarko :p^^


          • maxim maxim 23 octobre 2007 18:59

            ou est passée toute cette flotte ,mais dans le Ricard ,5 volumes d’eau pour un volume de Ricard !

            blague à part ,notre département de Seine et Marne est en déficit également ,mais surtout les nappes ,en surface,c’est moins évident ,pourtant,nous avons un très grand patrimoine forestier ,mais nous fournissons la ville de Paris en eau potable ,et nos forêts ne suffisent plus pour arreter l’eau de pluie,et puis il ne faut pas oublier que notre région est un immense territoire agricole ,et ça pompe dur pour toutes les cultures ........

            les sècheresses succèssives se font sentir un peu partout ,alors dans la région PACA ,d’autant plus .....


            • JL JL 23 octobre 2007 19:07

              Est-ce que je me trompe si je dis que le Var coule surtout dans les Alpes Maritimes, et pas du tout dans le département du même nom ?

              Je sais, ça ne change pas le schmilblick, mais une précision serait bienvenue. Merci.


              • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 23 octobre 2007 19:46

                Salut JL,

                C’est bien là le paradoxe, le fleuve Var ,... a coulait,....mais ne coule plus dans le département du Var.

                Cette bizarrerie est survenue quand la France à annexée le Conté de Nice en 1860 .

                Toutes les infos sont là :le Var les Alpes Maritimes

                Dans mon article j’avais envie de marquer tout cela, .. mais comme celui-ci ....est assez long, j’ai préférais faire plus court.

                @+ P@py


              • A. Nonyme Trash Titi 23 octobre 2007 19:54

                Merci P@py pour ce joli reportage.

                Il fut « un temps que les jeunes de 20 ans ne peuvent pas connaitre », mais juste avant le confluent du Reyran et de l’Argens, soit quelques centaines de mètres avant l’embouchure existait un club de voile.

                Nous rejoignions alors la mer directement pour jouir de notre loisir préféré à bord de petits dériveurs. Ils arrivait à certains d’entre-nous de se planter dans le fameux banc de sable qui avait une fâcheuse tendance à changer d’endroit comme on change de chemise !

                Visiblement aujourd’hui, remonter la dérive ne doit plus suffire. Bon le club a disparu, c’était juste histoire de dire.

                Ce qui ne disparait pas par contre, ce sont les golfs que l’on continue d’essaimer dans la région ! smiley

                @ nephilim : autre bout de chanson pour toi « spéciale dédicace » : Quand on est con, on est con... smiley


                • nephilim 24 octobre 2007 10:01

                  vous ne devez connaitre que ce petit passage de brassens vrai militant Anar qui se serait bien foutu de la gueule de papy s’il en avait eu l’occasion. Papy est un individualiste qui se reveil parce qu’il constate seulement maintenant que son petit lieu de retraité commence a etre defiguré par les mefaits de la pollution qui agit sur notre environnement^^ et oui et tout ca grace a nos entrepreneurs partisant d’un liberalisme se moquant eperdument des catastrophes qu’ils generent alors oui je maintiens ce que je dis mais il y a les jeunes cons dont je fais parti et les vieux cons de la trempe de papy et vous la poubelle vous etes dans quelle categorie ?? celle des neocons peut etre ?? haa ce brave brassens en aurait dit des choses sur vous^^


                • Eric citoyen Mulhouse Eric citoyen Mulhouse 23 octobre 2007 20:16

                  Bonjour P@py,

                  Merci pour cette excellent article. espérons que cela fera réagir positivement .

                  Nous pouvons aussi parler des ronds-points qui sont inondés par des milliers de M2, d’eau POTABLE ,tous les jours. surtout l’été ! smiley

                  Il faut constater que la route est rapidement trempée... si bien qu’à la fin, c’est la route qui est arrosée ! « grotesque »

                  J’ai fait des photos .

                  Ensuite, les maires chassent les particuliers qui arrosent leur jardin ?

                  Ensuite , les maires arrêtent les douchent sur les plages car il faut économiser l’eau !

                  On se moque du monde...

                  Voilà... encore merci.

                  Eric bloggeur Mulhousien souvent dans le sud

                  PS : « CASSE TA TV » c’est ta seule chance !

                  http://monmulhouse.canalblog.com/


                  • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 23 octobre 2007 20:45

                    Salut Eric,

                    Autre danger des ronds points c’est notamment pour la sécurité des deux roues, comme leurs arrosage sont souvent mal réglés, ,.. ben de l’eau s’écoule sur la chaussée qui mélangée aux traces d’hydrocarbures et autres poussières surtout celles des pneumatiques, la route devient très glissante et cela occasionne parfois des accidents graves pour ceux qui circulent en deux roues, quand j’étais motard, ces ronds-points , je m’en méfiais comme de la peste !

                    Idem pour le surplus de flotte quant il gèle au petit matin .. verglas !

                    P@py


                  • netchou netchou 23 octobre 2007 21:49

                    Enfin un échos se fait sur une sècheresse dramatique qui touche entre autre notre région.Etant d’Aubagne j’ai toujours parcouru les collines et ce depuis une quarantaine d’années et je n’ai JAMAIS vu autant de végétaux,du grand frêne au petit chêne kermes, littéralement mourrir de soif.Et comme vous le faites remarquer dans votre article,cher papy,le gaspillage d’eau par les particuliers est indécent !Tout ces « fadas » qui veulent absolument avoir leur gazon bien vert autour de leur piscine dans une région que l’on qualifiait autrefois de « pays de la soif » ! Alors qu"à la lisière de leur bunker verdoyant s’étant une végétation à l’agonie.Quelle tristesse de comprendre ,en discutant avec certains de leur ignorance vis à vis de ce changement de climat qui s’opère et qui est encore bien plus flagrant dans le grand sud-est.Pourvu qu’il pleuve !et longtemps.


                    • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 24 octobre 2007 10:21

                      Salut netchou,

                      Justement parmi tous ces gaspilleurs d’eau je pense qu’un certain nombre d’entre eux se sont glosés d’avoir coupé l’électricité hier soir à 20 h 00

                      A ce sujet sur cette opération que je juge d’infantile, voir sur mon blog mon billet de l’an passé !

                      http://spagnolo.unblog.fr/non-aux-5-mm-de-coupure-de-courant-electrique-attention-danger/

                      @+ P@py


                    • Christoff_M Christoff_M 24 octobre 2007 09:44

                      tu sais je crois qu’on peut dire la même chose dans certains bleds du Sud Ouest, ayant vécu longtemps à DAX, ayant fait les mais plusieurs fois comme boulot d’étudiant...

                      j’ai pu constater des cours d’eau à sec et sérieusement pollués sans compter les papèteries locales qui pompaient à tout va et qui rejetaient de l’eau infecte pleine de mousse blanche !!


                      • TSS 24 octobre 2007 10:10

                        cela faisait dix ans que je n’etais pas revenu en vacances dans le midi !

                        je suis retourné voir le lac de st Cassien ,horrifié,le niveau est 2(bon)metres en dessous du niveau et le ponton d’où partaient les pedalos est maintenant à 50 metres de l’eau. Pire pour Carcès au moins 3 metres en dessous de son niveau.Par contre le golf qui est au dessus de Collobrières ,lui,il est bien vert !!


                        • TSS 24 octobre 2007 10:12

                          cela faisait dix ans que je n’etais pas revenu en vacances dans le midi !

                          je suis retourné voir le lac de st Cassien ,horrifié,le niveau est 2(bon)metres en dessous du niveau et le ponton d’où partaient les pedalos est maintenant à 50 metres de l’eau. Pire pour Carcès au moins 3 metres en dessous de son niveau.Par contre le golf qui est au dessus de Collobrières ,lui,il est bien vert !!


                          • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 24 octobre 2007 10:30

                            Salut TSS ,

                            Tu évoques le lac de Carcés, je vois que nos idées se rencontrent, car dans mon article , j’ai écrits cette phrase :

                            (en fin d’après-midi, car depuis le matin je préparais également un autre article reportage sur le lac de Besse sur Issole et sur celui de Carcés).

                            Juste un avant gout, l’état du lac de Besse sur Issole hier matin vers midi .. affolant et inquiétant !

                            http://apu.mabul.org/up/4/apu-4-bnck2ocnxweguorwmgaczfb4.jpg

                            @+ P@py


                          • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 24 octobre 2007 11:09

                            Comme je « suis en ligne », avec votre permission je me permets de faire un rapide retour sur un de mes anciens articles ( les chiens dangereux ! )

                            Je vois qu’hélas la série noire continue, en une semaine se sont deux pauvres petites victimes innocentes qui ont été dévorées par ce genre de clébards !

                            http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=28374

                            @+ P@py


                            • brieli67 25 octobre 2007 20:29

                              chèvres et moutons ne permettent pas le cycle naturel de la flore ! L’Espagne était noire avant la folie d’utiliser les chênes pour la flotte militaire l’Armada

                              Démolir toutes ces urbanisations récentes sur d’anciennes zones marécageuses et l’interdiction formelle de faire de l’agriculture sur toutes les terres alluvionnaires de colonisation récente.

                              Faut revoir le tracé des cours d’eau. En Alsace la régulation du Rhin a fait chuter d’une dizaine de mêtres la nappe phréatique. En plaine toutes les bâtisses d"avant 196o craquèlent et se fendent.

                              La meilleure éponge de l’eau de pluie reste l’arbre et les haies.


                              • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 28 octobre 2007 12:14

                                Vu dans le Var-Matin du :28/10/2007

                                Ben j’suis bien content que Monsieur le Préfet du Var ouvre enfin ces yeux, et déclare : « Pas assez de logements, ... trop de golfes ! »

                                http://apu.mabul.org/up/5/apu-5-rahua5442c3a2bvq5i153eb9.jpg

                                http://apu.mabul.org/up/5/apu-5-z4rvvesilekqzh4k6dktjn6v.jpg

                                @+ P@py


                                • Ghirlandaio 28 octobre 2007 19:23

                                  Il y a une solution : désaler l’eau de mer avec une bonne centrale nucléaire. (pas taper, c’est une provocation gratuite) !!


                                  • HELIOS HELIOS 1er novembre 2007 20:45

                                    Ben moi, j’habite dans les AM, et je n’arrose pas mes arbres, je n’ai pas de gazon, mais j’ai une piscine... et un forage !

                                    Au grand dam de ce que les écolos disent, je ne depense que tres peu d’eau, question de responsabilité, bien sûr, mais aussi d’efficacité, puisque sur une saison, d’avril a octobre par exemple cette année, je n’ai « tiré » du forage que 93 m3 soit environ 3m3/semaine

                                    Je peux vous dire que sur les 10 dernières années, le niveau n’a baissé qu’une fois, en 2001 ou 2002 je ne me souviens plus bien, au point que j’ai du descendre la pompe.

                                    Actuellement le niveau est « haut », c’est a dire qu’il y a beaucoup d’eau.

                                    La cote d’Azur, même s’il fait chaud, n’a jamais manqué d’eau dans son sous sol. Il ne faut pas confondre secheresse en surface et manque d’eau. Quand au Var, (la rivière) vous pouvez allez à l’aeroport et vous arreter sur le pont (prenez la route, pas l’autoroute, svp) et jetez un oeil, vous constaterez qu’il coule bien. Moins que quelques années en arrière, c’est sur, mais c’est du aux pompages qui arrosent les serres et autres cultures plus en amont. C’est du aussi a son formatage, qui a appronfondi son emprise et donc diminué sa largeur... tout a une explication.

                                    En provence le problème n’est pas exactement le même, mais ma famille qui vit a Aix ne se plaint pas, de l’eau, il y en a !

                                    Il est de bon ton aujourd’hui de stigmatiser tous ceux qui ne sont pas dans « l’écologiquement » correct. S’il faut être raisonnable dans son comportement, il faut aussi denoncer la bande d’integristes qui sevissent et qui tentent de culpabiliser tout le monde.

                                    Oui, je bois mon eau et je respire mon air. je le fais avec parcimonie et responsabilité. Ce que je ne prélève pas ira à la mer et ne profitera pas au Sahel, désolé.

                                    Je defends mon environnement, mais j’ai du mal a accepter qu’un parisien, qui vient en vacances, me dicte ma conduite, moi qui soigne la nature depuis que je suis petit, ici, chez moi, alors que je me prive pour que ses deux mois d’été soient agréables pour lui.

                                    La vrai gestion de la nature se fait localement. Si le sud ouest manque d’eau, je comprends bien que pour ne pas facher ceux qui ne peuvent plus laver leur voiture on demande aux autres d’êtres decement économe. mais ’faut pas pousser mémé dans les orties n’est-ce pas.

                                    Quand a l’Argens, evidement, il n’est pas tres gaillard... faudrait voir pourquoi...


                                    • J-M Hauth J-M Hauth 29 février 2008 20:36

                                      Avez vous entendu parler de la gestion globale de l’eau ?

                                      La France reçoit une pluviosité largement excédentaire par rapport à ses besoins.

                                      Hélas ceux qui font de l’argent en monopolisant l’eau pour la vende de plus en plus cher n’ont pas intérêt à développer ni à voir se développer une gestion globale de l’eau qui permettrait d’avoir de l’eau de bonne qualité partout et tout le temps.

                                      Ils laissent donc et les pollueurs polluer et les pompeurs pomper pour que l’eau soit rare , sale et en bas pour devenir les zorros de l’eau.

                                      Autant il n’est pas permi de vévier une cours d’eau sans prévenir les autorités compétentes , pour ce qui concernent les puits , le détournement est moins visible et se généralise.

                                      Ces 30 dernières années , plus le prix de l’eau augmente en ville plus les souciers font fortune à la campagne.

                                      Il ne faut pas s’étonner de voir les rivières s’assécher elles doivent réalimenter les réserves souterraines qui baissent avant de faire monter le niveau des mers.

                                      Il y a assez d’eau dans le midi de la France pour faire couler de l’eau dans les cours d’eau.

                                       

                                      La gestion globale de l’eau consiste à mettre l’eau des précipitations dans le sous-sol.

                                      Gestion globale de l’eau

                                      Biefs du Pilat

                                       

                                       

                                       

                                       

                                       

                                       

                                       

                                       

                                       

                                       


                                      • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 20 juin 2008 15:58

                                        En mars 2008 dans le Var par manque de pluies,le déficit pluviométrique était important qui qui a obligeait la préfecture a déclencher le plan sécheresse ( interdiction lavages etc ).

                                        Pour ce qui concerne l’Argens comme l’an dernier par manque de débit cette dernière ne se jetait plus dans la mer car son embouchure étant bloquée par le sable.

                                        Avec l’épisode pluvieux que nous avons connu en mai, les sources du département se sont bien réalimentées et elles ont permit au fleuve de reprendre un « aspect normal ! » ce qui fait que ce dernier est maintenant bien moins désolant que lorsqu’il était à sec, alors le 2 juin je suis retourné sur place voir L’Argens à sa source, que ça fait du bien devoir une fleuve revire.

                                         

                                         

                                         

                                        ­L’Argens au 02.06.08.

                                         

                                        La source de l’Argens,son cours d’au plus loin à 200 ms

                                         

                                        sous le pont de la D 34 : 1 - 2

                                        le même endroit en Automne 2007 : 1 - 2 - 3 - 4 -

                                         

                                        Les vasques

                                         

                                        Les vasques en 2007 : 1 - 2- , pour vous rendre compte de l’échelle à l’époque mon épouse était dans le lit du fleuve qui était à sec : 1 - 2 , et au printemps 2008 voilà son débit :1 2

                                         

                                        Une photo panoramique vasque

                                         

                                        Au cours de mon voyage d’octobre 2007 comme l’Argens était à sec, je n’ai pas entendu le bruit de la cascade qui se trouve à 200ms en aval des vasques ( asséchées à l’époque ), le 02 juin après un long épisode pluvieux l’Argens avait reprit un bon débit,.... c’est le bruit que faisait cette cascade qui m’a conduit sur elle ! : 12

                                         

                                        @+ P@py

                                         

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès