Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Les bagnards du nucléaire

Les bagnards du nucléaire

Ce sont les liquidateurs, déjà à Tchernobyl, leur galère nous avaient évité 20 ans de malheur, ils s'étaient sacrifiés, beaucoup sans le savoir, la plupart conscients mais pas moins partants pour une visite guidée dans l'au- delà du raisonnable. 20 000, 200 000 peut-être, les statistiques divergent, les chiffres s'affolent, comme la radioactivité, les gens honnêtes s'en foutent, comme de l'an quarante.

Ils n'apparaissent nulle part, ils n'existent pas, ils sont les sans-grade, les moins que rien. Ils s'occupent seulement de votre santé, et de celle de la planète. Ils sont au chevet de l'atome, ils passent les serpillières à particules. Ils ne valent pas cher, leur vie n'a pas de prix, car elle ne dure jamais très longtemps. 

En ce moment 300 forcenés s'ingénient à gagner du temps, à refroidir l'enfer, ce qui n'est pas une sinécure. Les 6 réacteurs de Fukushima sont malades, pour le commun des mortels on admet une dose de sieverts ou une unité de rems par jour, ce qui ne veut rien dire car ici on se prend ça au centuple, ça reste dans les normes, des donneurs de leçon, des experts, des saboteurs de rêves qui veulent s'en mettre plein les fouilles à refiler une camelote.

On les dit sans avenir, de toute manière ils n'ont pas de présent. Recueillis sur les bancs publics, clochards squatters le bien commun, délaissés par la société à l'écart du business, de la compassion factice de la gente bien pensante. On les remarque quand on ne plus s'en passer, quand les premiers ministres se planquent derrière l' écran, les patrons derrières les barèmes, les actionnaires derrières les indices. On vient les piocher quand tout s'écroule, quand une partie de notre vie sent le roussis.

On les paye une misère, on les planquent pour qu'ils ne fassent pas trop de bruit, à relever l'horreur, les fausses vérités. On les contamine, on les condamne, avec des contrats trop dérisoires comme l'équipement à la mesure des mensonges et de la propagande. Car à un point de la catastrophe, plus rien n'éarrête les flammes et le tuyau d'arrosage ressemble au tuyau d'arrosage des pompiers portugais à vouloir étouffer une mer en fumée.

Bien sur, on ne leur dit pas la moitié des risques, on les envoie là où personne ne veut approcher, là où Nathalie Kosciusko Morizet ne veut pas aller, là où De Funès reste à distance respectable. Car eux font de la politique et les secouristes de la dernière chance font dans la réalité, les uns distribuent du bluff, et du vent, les autres de l'esclavage et de la sueur. Les poules mouillées continuent à croire à la fable du consommer propre, les autres se retrouvent trempés d'une trempe à nulle égale, de la trempe des héros. 

En prenant votre douche ou en allumant votre télévision ce matin n'oubliez pas ces forçats qui se salissent à vous sentir propres, à ces travailleurs de l'ombre qui meurent à vous donner la lumière.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • Ariane Walter Ariane Walter 4 avril 2011 12:48

    a eux et aux pauvres gars de ce village qui crèvent de faim ,enfermés chez eux !!!
    Quelle organisation !


    • hans 4 avril 2011 17:51

      Bien vu Ariane, mais une organisation est’elle possible devant ce genre d’événements ? réponse non, aucune donc il faut arrêter cela mais pas dans 50 ans comme proposé par MA , tout de suite....


    • interlibre 4 avril 2011 18:59

      Le communisme : « Tu viens nettoyer la merde sinon je te tue »
      Le capitalisme : « Tu viens nettoyer la merde sinon tu crèves de faim »

      C’est quoi la différence au final ?


      • gaijin gaijin 4 avril 2011 19:25

        ben le capitalisme a gagné


      • frugeky 4 avril 2011 23:01

        Le capitalisme a gagné, le capitalisme a gagné...
        Pas en efficacité en tout cas.
        On a moqué les russes à l’époque, et encore récemment, sur les délais d’évacuation des populations.
        L’accident nucléaire de Fukushima chez les japonais-ces martyrs de l’atome-,sidère par le peu de moyens accordés au « calfeutrage » des réacteurs malgré la connaissance de ce qui s’est passé à Tchernobyl et au peu de considération dans lequel sont tenues les populations dans le monde « libre », donc capitaliste.
        An moins chez les communistes, ils ont trouvé un peu plus de monde que 300 pour aller éteindre le réacteur et à Fukushima c’est plusieurs réacteurs !!

        Enfin, respect aussi à ceux-là, ces bagnards...


      • Croa Croa 4 avril 2011 23:02

        Le capitalisme gagne... et tu crèves quant même ! smiley


      • Albar Albar 6 avril 2011 08:18

        A trop vouloir jouer avec l’atome, on s’atomise !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès