Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Les camions, ces mal aimés

Les camions, ces mal aimés

Qui n’a jamais détesté un camion, lorsque, roulant sur la route ou sur l’autoroute, il en découvre qui s’amusent à se dépasser, (vidéo) au mépris de notre sécurité ?

Et pourtant, les poids lourds sont incontournables, même si nombreux d’entre nous souhaitent légitimement les voir déserter nos routes, nos autoroutes, souhaitant que le fret soit plutôt soit sur le rail, soit sur les fleuves, ou la mer…

Dans les années 70, on affirmait « les routiers sont sympas », pourtant ils sont aussi montrés du doigt sur la question pollution, les considérant avec leurs camions comme les plus graves pollueurs de la planète, ce qui est loin d’être la vérité.

En réalité, l’agriculture est de très loin la premiere responsable d’émission de gaz à effets de serre, les poids lourds ne représentant qu’un tiers des émissions des voitures particulières, et les ménages faisant plus d’émissions polluantes à travers le chauffage de leurs habitations. lien

Pour enfoncer le clou, d’après Vincent Courtillot, géophysicien et directeur de l’Institut de physique du globe de Paris, ce serait surtout le soleil qui serait le principal responsable du réchauffement climatique. lien

Voila qui ne va pas faire plaisir aux experts du Giec qui affirment dans leur fameux rapport de 2007 que l’activité humaine serait en grande partie responsable de tout. lien

Et puis ce serait oublier que le méthane est 23 fois plus responsable que le CO² en matière de réchauffement planétaire, et que les « cheminée à méthane » découvertes en arctique crache chaque jour des millions de mètres cubes de méthane, sans que l’on puisse l’empêcher. lien

Ceci posé, d’après une étude menée dans le nord de la France, les transports ne sont responsables que du ¼ de la production de CO², les industries en sont pour plus de la moitié, et le résidentiel, tertiaire, moins du ¼ restant. lien

Mais revenons à ces poids lourds qui posent tant de problèmes.

Si ce problème se pose, c’est que les entreprises pratiquent la politique du flux tendu, ne voulant pas faire de stock, demandant à être livrées en temps et en heure, alors que, sur le rail, la SNCF perd des wagons (lien), et que le fret ferroviaire en berne n’arrive pas à convaincre : trop lent, (18 km/h en moyenne) trop cher, en un mot pas fiable.

Il est en déficit constant d’environ 25% de son chiffre d’affaire. lien

Alors les chercheurs se creusent la cervelle, espérant trouver la solution miracle.

Certains en ont imaginé une originale : la route intelligente interurbaine pour poids lourds.

Voila ce qu’en disent les concepteurs du projet : « cette route intelligente interurbaine pour poids lourds combine les forces d’un système ferroviaire de marchandises avec celles d’un système routier et formule un nouveau concept de système qui offre des services nouveaux et/ou améliorés. La route intelligente pour poids lourds fonctionne au milieu d’une autoroute interurbaine. L’accès à la voie intelligente pour poids lourds est contrôlé de façon que la circulation automatisée des poids lourds soit séparée du reste de la circulation par des barrières physiques. Le système est prévu pour le transport des marchandises sur longue distance. L’exploitation de cette route intelligente peut être pensée comme un système ferroviaire où les wagons sont remplacés par des camions et où les liens physiques sont remplacés par des liens électroniques ». lien

Entre autres avantages on peut noter une réduction du cout de la main d’œuvre, une économie de carburant grâce à une prise au vent réduite.

Reste à savoir quel avenir est promis à cette solution…

On trouve aussi un projet novateur sur le rail, avec le procédé R-shift-R, lequel vient d'obtenir le prix du meilleur projet d'avenir européen en matière de fret.

Il présente le triple avantage de rouler à bonne vitesse, de franchir des pentes de 3%, permettant donc d’éviter la création de lignes dédiées, utilisant du coup la voie historique, et surtout grâce à la motorisation indépendante de chaque wagon, et au procédé de chargement/déchargement rapide (moins de 6 minutes pour une rame complète) capable de prendre des parts de marché à la route, parce que moins cher, plus rapide et plus fiable. lien

En effet, aujourd’hui, le fret ferroviaire est malade, abandonné, et les quelques tentatives de le relancer sont allées dans le mur.

A Aiton, en Maurienne la tentative Modalohr est, s’il faut en croire la Cour des Comptes, un échec cuisant, provoquant des pertes significatives d’argent, celui des subventions offertes par l’état. lien

Evoquant des « expériences inabouties » lancées sans « études suffisantes  », qualifiant l’expérimentation « peu concluante  », et une exploitation déficitaire autant en Maurienne que sur l’axe Perpignan-Luxembourg, lequel a perdu près de 3,5 milliards d’euros en 2011, la Cour des Comptes à jugé sévèrement cette « innovation ». lien

Alors, le gouvernement, s’appuyant sur l’exemple suisse, veut lancer une écotaxe des juillet 2013 : elle punirait les transporteurs qui resteraient sur la route, et servirait à promouvoir le rail, ou le fluvial…sauf qu’il est probable que les transporteurs préfèreront payer la taxe, que de perdre des marchandises, ou des clients, en utilisant le rail, et reporteront cette taxe sur les marchandises transportées, provoquant finalement une augmentation du prix de celles-ci, et au final, c’est le consommateur qui payera la taxe. lien

C’est ce qu’a conclut Alain Borri, directeur général de bp2r, l’un des leaders du conseil en supply chain, déclarant dans sa synthèse annuelle sur le transport routier de marchandises France et Europe : « l’écotaxe se répercutera forcément dans le panier de la ménagère  ».

Il ajoute que suite au développement progressif du cabotage, le transport routier est « sur le fil du rasoir  » d’autant que les marges des transporteurs rétrécissent en peau de chagrin un peu plus chaque année et que, depuis le 4ème trimestre 2011, la demande est en recul. lien

Cette nouvelle taxe devrait rapporter 1,24 milliards d’euros par an à l’Etat…entraînant donc une nouvelle baisse du pouvoir d’achat des consommateurs.

Jean-Pierre Desormeaux, président de la chambre de commerce de Haute Normandie dit ne pas être contre cette taxe écologique, mais se pose la question de la compétitivité de ses entreprises, affirmant que les clients iront voir ailleurs, chez la concurrence étrangère, ajoutant que le cout de fonctionnement lié à cette taxe serait de l’ordre de 300 millions par an, diminuant d’autant le bénéfice espéré. lien

Et puis il faudrait avoir l’accord de l’Europe, qui au nom de la libre concurrence, pourrait très bien ne devrait pas voir d’un bon œil cette écotaxe française. lien

Le président de la FNTR (fédération nationale des transports routiers) est encore plus radical, et ne veut pas entendre parler de cette nouvelle taxe, affirmant que ce n’est qu’un moyen pour l’état de remplir des caisses bien vides. lien

Quant à Hervé Mariton, le député UMP de la Drôme, il craint que cette taxe ne pousse encore plus de poids lourds vers les autoroutes, et rappelle que « le fret ferroviaire n’a pas vocation à faire disparaitre les camions des routes ». lien

En tout cas, la question du fret est essentielle dans le projet très controversé du Lyon-Turin, puisque les promoteurs de celui-ci mettent en avant un projet de fret, afin de justifier le TGV, sauf qu’il s’agit pour une bonne partie du tracé de deux lignes distinctes, puisque le fret actuel ne peut franchir des pentes de plus de 1%...alors que les TGV s’affranchissent des pentes de 3%.

Les opposants au projet, tout en affirmant, preuves à l’appui, qu’en 20 ans, il n’y a quasi pas eu d’augmentation du trafic poids lourds, alors que les promoteurs du projet prévoyaient qu’il serait multiplié par 4, soulignent le coté dévastateur pour l’environnement que provoquerait ce projet : perte de terres agricoles, perte de patrimoine, puisque toutes les habitations d’un village traversé perdraient automatiquement 30% de leur valeur, sans compensation possible, disparition des sources, accumulation de déblais, rendant des zones infertiles pour longtemps, disparition de zones humides, disparition d’espèces protégées, nuisance de bruit (jusqu’à 130 Db à la limite de l’emprise), maisons fissurées suite aux vibrations provoquées par le passage des convois, ou par les travaux…

C’est ce qu’à pu constater la population de Villarodin-Bourget, près de Modane, où après le percement de la galerie de reconnaissance, des maisons se sont fissurées, des sources ont été taries, et les déblais sont resté sur place, alors que LTF (Lyon Turin Ferroviaire) avait promis de les mettre ailleurs.

De plus, les études d’impact ont été manifestement bâclées : ceux qui les ont menées n’ont trouvé quasiment aucune espèce végétale rare, alors qu’en parcourant la zone, en présence d’un garde du Parc de la Vanoise, 6 espèces de plantes protégées ont été trouvées en un seul jour. lien

A l’heure ou le pays en crise, qui ne peut plus que rembourser les intérêts de sa dette, le nouveau président va-t-il engager 30 milliards d’euros dans ce projet contestable, alors qu’un projet alternatif utilisant la voie historique transformée est tout à fait possible ?

Comme dit mon vieil ami africain : « le mauvais chef flatte l’éléphant et piétine la fourmi ».

L’image illustrant l’article vient de « mpsra.blogspot.fr »

Merci aux internautes de leur aide précieuse

Olivier Cabanel

Articles anciens

Lyon Turin, l’autisme au pouvoir

Le béton pourri du Lyon Turin

L’odyssée des No Tav à Lyon

Lyon Turin, une affaire de gros dessous

L’Ayrault port de la honte

Lyon Turin, un chantier bien occupé

Lyon Turin, un mensonge régional

Chimilin ne veut pas mourir

Le fret ferroviaire sur une voie de garage

Le malheur est dans les prés

Un train peut en cacher un autre

Ils n’arrêteront pas le printemps

Réussir le fret ferroviaire

Le TGV Lyon Turin est un projet ringard, prétentieux et couteux.

100 000 à dire NON !

Un enfer au Paradis

Un débat qui déraille

Vite et bien ne sont pas compatibles

Des trains sans entrain

Fret, la nouvelle bataille du rail

Une autoroute sans camions

Le blog des opposants est sur ce lien


Moyenne des avis sur cet article :  3.51/5   (35 votes)




Réagissez à l'article

120 réactions à cet article    


  • Daniel Roux Daniel Roux 23 mai 2013 08:42

    Tous ceux qui empruntent l’autoroute Paris-Lille ou n’importe quel autre vers une frontière ont pu constater la file ininterrompue de poids lourds. Comme ils peuvent constater que des poids lourds roulent les samedis, dimanches et jours fériés, sur ces mêmes autoroutes.

    Dans les Landes, pour canaliser ce flux, Sarkozy et Jupé ont transformé une route nationale en autoroute à péage au bénéfice de Vinci au mépris de toutes les règles en la matière.

    Contrairement à l’agriculture, les poids lourds sont la conséquence d’un choix politique, celui de la mise en concurrence des pays de l’UE en matière fiscale et sociale. Un yaourt ou un paquet de frites arriveront dans le commerce de détail qu’après avoir parcouru des milliers de km.

    On peut toujours concevoir des projets ambitieux sur le papier mais ils ont peu de chance de séduire des multinationales, véritables dirigeantes de l’Union Européenne, pour qui le profit est la seule religion.

    Quelques précisions concernant le soleil et le climat :
    Le cycle actuel fusionnant les 3 principaux paramètres est au refroidissement pendant encore quelques milliers d’années. L’explosion en volume des gaz à effet de serre est de fait, seule responsable du réchauffement.

    Comme personne ne veut réduire des émissions en hausse, le climat va changer en fonction des seuils franchis. Les pays riches pourront réaliser les travaux nécessaires mais pas les pays pauvres. Quid des moussons ? de la montée du niveau de la mer ? des forts contrastes chaud-froid entraînant l’apparition de tornade et de cyclones ?


    • olivier cabanel olivier cabanel 23 mai 2013 09:12

      Daniel Roux

      votre constat est lucide, et pourtant, je pense comme beaucoup d’autres que ça n’est pas irréversible (au sujet des camions)...l’autoroute dédiée aux poids lourds, je n’y crois pas trop, mais une rénovation profonde des voies ferrées, avec la mise en place du procédé r-shift-r pourrait réellement changer la donne.
      mais effectivement, il faudrait qu’en haut lieu, les énarques le réalisent, et le décident.
      et là, c’est pas gagné.
      au sujet du réchauffement, j’ai un article « sur le feu »... qui sera en quelque sorte complémentaire à celui là..
      les choses sont un poil plus complexes...outre les gaz a effet de serre (co² et méthane), il ne faut pas oublier l’action du soleil...
      on en reparle
      et merci de votre commentaire.

    • olivier cabanel olivier cabanel 23 mai 2013 10:45

      Daniel Roux

      merci de m’avoir proposé cet article que je ne connaissais pas.
      je l’ai lu en diagonale, et je le lirais attentivement plus tard, mais je pense que nous tirons les mêmes conclusions.
      l’affaire parait très mal engagée si l’on espère bloquer le processus de réchauffement, il aurait fallu réagir dans les années 60...et encore !
      c’est d’ailleurs ce que j’essaye de démontrer dans mon article à venir, et je vais profiter du tien afin d’enrichir le mien...
      avec ton autorisation, bien sur


    • Daniel Roux Daniel Roux 23 mai 2013 12:11

      @ olivier cabanal

      Il date un peu mais volontiers.


    • Mr Dupont 23 mai 2013 13:39

      Comment ?

      De quoi ?

      Une route nationale transformée en autoroute dans les Landes par le Nabot est toujours en fonction 1 an après la Libération  ?

      De qui se moque-ton ?

      Allo !!....l’Elysée....


    • files_walker 24 mai 2013 13:14

      @Oliver Cabanel


      Si Henrik Svensmark a raison, nous n’y pourrons de toute façon rien puisque ses recherches scientifiques ont montré que les activités humaines ne sont pour rien dans le réchauffement climatiques.
      Le CERN à validé les résultats de ces recherches.



    • olivier cabanel olivier cabanel 24 mai 2013 13:31

      walker

      je ne pense pas que la communauté scientifique valide les affirmations de ce svensmark...
      vous verrez la semaine prochaine que certains scientifiques, comme claude allegre, ont finalement avoué avoir été l’objet d’un lobbying...
      alors, aller affirmer (ce qui n’est guère scientifique, puis que celui ci par essence doute), que l’homme n’y est pour rien, me parait totalement inconcevable.
      que l’activité industrielle ne soit pas la seule responsable, ok, mais l’homme a beaucoup a se faire pardonner dans ce domaine.
      on en reparle la semaine prochaine ?
       smiley


    • gegemalaga 25 mai 2013 09:55

      Paris /Lille le w.end : je ne sais pas ;


      rte des landes : oui , passée à 3 voies , la partie à péage ( qui existait depuis des lustres ) à été rallongée ; le péage y est très raisonnable ;

      je ne pense pas que les poids lourds soient un choix politique , mais plustot le resultats de :

      - la nullitée de la SNCF

      car voilà un reseau de transport , surement aussi dense en kms que le reseau des grandes routes , et qui est ...quasiement vide de trafic... ;

      quant aux multinationnales , et la mise en concurence... : 
      on attends , avec impatience , 
      dans le sud de l’Espagne ,
      des fraises et des oranges 
      de Norvège ...ou de Finlande,
      à des prix cassée.




    • Daniel Roux Daniel Roux 25 mai 2013 10:22

      @ gagemalaga

      Vous trouvez ces péages raisonnables vous, entre Bordeaux et la frontière espagnole, pour les automobiles ? 1 à l’entrée des landes prévu après la fin des travaux à 3.80€, 1 à la sortie 3,80€, ça c’est la partie route nationale confisquée. Et encore 3 jusqu’à la frontière espagnole (1,70€ ; 2,30€ ; 3,30€).

      C’est à la fois un racket coûteux, une arnaque de Jupé (la gironde est épargnée) et une ridicule stupidité.


    • files_walker 25 mai 2013 13:05

      @Olivier Cabanel


      Je ne vois vraiment pas pourquoi je devrais avoir plus confiance dans la « communauté scientifique » que dans les recherches d’Henrik Svensmark validé par le CERN et dont j’avais pris connaissance sur Arté.

    • spark spark 23 mai 2013 10:12

      La France est dans l’axe de circulation nord-sud pour les transports de marchandise, l’europe du transport n’est pas prête à faire arrêter ces flux de camions.

      Comment juguler cela de façon économique et sure. Vaste problème de la logistique du 21éme siécle !

      • olivier cabanel olivier cabanel 23 mai 2013 10:49

        spark

        c’est d’ailleurs l’une des anomalies du projet lyon turin,
        il est sur l’axe ouest-est, alors que la plus grande part du trafic est effectivement nord-sud...
        la réponse a apporter pour tenter de résoudre ce vaste problème est d’abord de consommer localement, puis d’éviter de « manger des fraises en hiver »...
        enfin, une modernisation intelligente du fret ferroviaire est un élément de réponse, mais pas seulement...utiliser le cabotage, les fleuves, cesser la pratique du flux tendu...
        c’est un ensemble de moyens qu’il faut mettre en place.
        et il faut une volonté politique européenne.
        merci de votre commentaire.

      • spark spark 23 mai 2013 11:30

        Cessez la pratique du flux tendu cela a un coup (structures, entrepôts) sur le produit final, mais cela ne réduira pas les volumes transportés.


        Les fraises en hiver, je suis pas franchement pour.

      • olivier cabanel olivier cabanel 23 mai 2013 11:43

        spark

        oui, bien sur, mais ça pourrait diminuer le nombre de poids lourds...
        combien de ces camions roulent à moitié pleins ?
        et combien rentrent à vide ?
        et puis les entrepots existent déjà...les grandes surfaces en ont toutes...
        ensuite, reste le problème des emballages, souvent inutiles, qui représentent d’abord un gâchis de carton, de papier, et une perte de volume.

      • Dupont Georges Dupont Georges 23 mai 2013 10:47

        Tant que les multinationales telles que Vinci tiendront dans la mains nos décideurs politiques on peut s’attendre à ce que quelque projet d’infrastructure que ce soit ne soient pas décidé dans l’intérêt général mais uniquement dans l’intérêt financier desdites multinationales. Le but de celles-ci est de faire la maximum de profit possible, non pas de nous simplifier la vie.


        Nous avons grand besoin d’un cloisonnement strict des milieux politiques et financiers. En réalité il faudrait revoir la séparation des pouvoirs (Exécutif, législatif, judiciaire, industriel/financier et médiatique) de manière drastique afin que conflit d’intérêts et corruption cessent de gangrener les prises de décisions politiques.

        • olivier cabanel olivier cabanel 23 mai 2013 11:47

          Dupont Georges

          c’est qu’il faut ajouter à tout ça les évidents conflits d’intérêt.
          nous l’avons constaté, preuves à l’appui, avec le Lyon Turin...
          les BTP sont derrière tous ces grands travaux...pour eux, c’est du pain bénit, comme on l’a vu à NDDL, et ailleurs !
          ils sous traitent la plupart du temps...ce qui pousse les sous traitants à salarier scandaleusement les ouvriers : 610 euros par mois, pour 40 heures travaillées ! en toute illégalité !
          merci de votre commentaire.

        • appoline appoline 24 mai 2013 18:39

          Je serais curieuse de connaître le cahier des charges pour la construction d’une autoroute, car pour les plus anciennes, ça doit faire belles lurettes qu’elles doivent être amorties et le coût du péage doit grassement payer l’entretien ; oui Vinci doit se faire des coucougnettes en or, ça ne doit pas trop l’arranger le transport sur rail


        • olivier cabanel olivier cabanel 24 mai 2013 19:37

          appoline

          la règle qui avait été instaurée était que l’autoroute devenait gratuite des lors que les péages avaient remboursé le prix du chantier...sauf si l’entreprise justifiait de nouveaux chantiers...
          c’est à dire que, logiquement, ils ne s’arreteront que lorsqu’ils auront bétonné tout le pays.
           smiley

        • gegemalaga 25 mai 2013 10:02

          je ne suis pas sur que ...tout mettre sur le dos ...de Vinci , soit objectif :


          le phénomène des transports est le meme en Espagne qu’en France ; 
          plus aigu peut etre meme en Espagne :

          énormes volumes en fruits et legumes 
          énorme production automobile 

          or en Espagne, ( sauf en Pays Basque et Catalogne) : autoroutes gratuites ...

          alors ...Vinci en France ...responsable de tout ?

        • olivier cabanel olivier cabanel 25 mai 2013 13:13

          gegemalaga

          justement, loin de moi l’idée de « tout mettre sur le dos de vinci »...toutefois, si vous avez ouvert le lien proposé, vous aurez constaté que le sous traitant de vinci est un groupe portugais...
          il prend comme justificatif le fait qu’il soit portugais pour imposer comme salaire le niveau prévu dans son pays, 
          or la loi est claire.
          dans ce cas là, le salaire (610 € par mois) est tout à fait illégal...puisque ce travailleur portugais travaille sur un chantier francais...ce dont vinci s’exonère tout a fait illégalement
          qu’en pensez vous ?
           smiley


        • brieli67 23 mai 2013 11:40

          Une étude-investigation des annees 85-90 concluait que plus de 50 % des véhicules de transport des « familiales commerciales » aux gros culs circulaient à vide.sur les routes.
          Une meilleure logistique depuis ?


          • olivier cabanel olivier cabanel 23 mai 2013 11:48

            brieli

            aucun changement sur le sujet !
            si tu pouvais me donner le lien pour découvrir cette étude ?
            ça m’intéresse par rapport à notre travail sur le Lyon Turin...
             smiley

          • brieli67 23 mai 2013 13:16

            C’est d’un Livre de Poche d’un Collectif de Verts du Sud-Est
            qui proposaient entr’autres :
            à moins du million de centimes ( sans le terrain) la datcha de cambrousse pour 6 personnes avec du matériel de récup, de la glaise, des pierres et des joncs
             et ,,,,,,,,,,,, une année sabbatique.

            Dans le même ordre d’idées ( de ce LdPoche) : les moisse-batt dans les cérales ( blé, orge avoine riz..) sont très brouillonnes : entre 10 et 25 % de la récolte va reverdir les chaumes.
            Un progrès technique depuis ? ?
            devine !!


          • Bilou32 Bilou32 29 mai 2013 09:35

            Pardon, la MB qui balance 25 % de la récolte, çà ferait 2.5 t de maïs laissé au champ ! En réalité il y a moins de perte au champ avec une machine qu’à la main, soit 3% en moyenne, souvent par chute d’épis avant la récolte. A 5% il faut régler la moissonneuse...
            Pour les véhicules qui circulent presque vides, çà ne m’étonnerais pas du tout...


          • Stof Stof 23 mai 2013 11:51

            L’effondrement économique viendra à bout de tous ces problèmes.


            • olivier cabanel olivier cabanel 23 mai 2013 13:41

              Stof

              bien sur...mais lorsque le marché reprendra, on se retrouvera avec la même situation !
              non ?

            • Stof Stof 25 mai 2013 10:11

              Il ne reprendra pas.

              Pour une raison simple : l’épuisement généralisé des ressources.

            • jako jako 23 mai 2013 11:59

              Merci Olivier, ah les camions j’adore cela ! vous savez qu’ils provoquent la mort de 800 automobilistes par an en france ? 


              • olivier cabanel olivier cabanel 23 mai 2013 13:43

                jako

                ça ne me surprend pas...
                de plus, avec l’Europe, on se retrouve avec des chauffeurs sous payés, issus des anciens pays du bloc soviétique, qui s’arrêtent au milieu d’un village pour demander leur route !
                décidement l’Europe que je souhaite n’est pas celle que l’on nous propose.
                merci de ton commentaire.
                 smiley

              • gegemalaga 25 mai 2013 10:05

                et oui , 

                quand ils ne roulent pas avec des vieux tanks sovietiques ...qui n’ont meme pas de GPS !!

              • ZenZoe ZenZoe 23 mai 2013 12:18

                Ah les camions ! Du lourd comme sujet !
                Bien sûr qu’il y en a trop. Il y a des autoroutes où ils sont plus nombreux que les voitures et monopolisent la voie de droite, voire même celle de gauche quand ils essaient de doubler un confrère en pleine côte et que ça dure 5 km. Ils sont partout, il y en a même qui sont garés dans des petits lotissements pas loin des autoroutes la nuit. Ma ville est traversée par eux en permanence de 8 h du matin à 6 heures du soir et c’est un enfer pour rentrer chez soi.
                Le problème des camions, ce n’est pas que sur autoroute, et c’est pourquoi je pense que limiter leur nombre sur autoroute n’est pas suffisant (même si c’est indispensable).
                Le mieux est d’inciter les consommateurs à « consommer local » et refuser ce qui vient d’ailleurs au maximum. Déjà, pour les fruits et légumes, ça devrait dégager pas mal.
                Dans les années 70, au temps des routiers sympas, c’était comme ça, les gens achetaient aux producteurs locaux, et on ne vivait pas plus mal.


                • olivier cabanel olivier cabanel 23 mai 2013 13:44

                  ZenZoe

                  je partage totalement, et remercie !
                   smiley

                • Baarek Baarek 23 mai 2013 17:43

                  Je suis bien d’accord ! Le local présente de nombreux avantages, mais hélas, la fainéantise des gens fait qu’ils vont acheter leurs légumes au Super U du coin... (Pour faire qu’un seul voyage soit disant ! Miam une pomme pleine de pesticide et sans vitamines C)


                • soi même 23 mai 2013 13:24

                  Vive le retour du dirigeable et de la péniche.


                  • olivier cabanel olivier cabanel 23 mai 2013 14:09

                    soi même

                    et pourquoi pas ?
                     smiley

                  • Mr Dupont 23 mai 2013 13:47

                    Mr Cabanel

                    J’ai la solution :

                    4 millions de chômeurs : 4 millions de pousse-pousses : 0 camion

                    Par relais de 10 Kms ; c’est possible

                    Parfaitement : oui c’est possible

                    Juste une question de volonté politique


                    • olivier cabanel olivier cabanel 23 mai 2013 14:07

                      mr dupont

                      lorsque vous vous sentez en verve, et décidé à faire de l’humour, il arrive qu’il ne soit pas perceptible du premier coup d’oeil,
                      pour vous aider, il faudrait rajouter à la fin de l’article ceci
                      smiley
                      comme ça, vous ne serez pas pris au premier degré.
                      merci qui ?
                       smiley

                    • gegemalaga 25 mai 2013 10:08

                      mais : MrDupont a raison :


                      ils ne sont pas emmerdés avec les camions ...au Laos ... ;

                      et , d’ailleurs , en Chine pas encore partout .

                    • viva 23 mai 2013 13:57

                      Le coût du transport routier est très largement sous estimé, tout d’abord il faut que les routes, pont et viaduque soient renforcés pour permettre leur passage. Il y a ensuite les dégats sur la chaussée.


                      Un camion sur une autoroute correspond au passage de 500 voitures en terme d’impact. La logique voudrait que le prix soit proportionnel.

                      Commençons à faire payer le vrai prix des infrastructures et de l’entretien aux camions, et le fret ferroviaire et maritime va devenir beaucoup plus interressant financièrement.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès