Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Les Centrales Combinées : l’avenir de l’énergie (...)

Les Centrales Combinées : l’avenir de l’énergie renouvelable

Le problème que l'on entend si souvent par les détracteurs de l'énergie renouvelable, c'est qu'elle ne peut pas se stocker et de ce fait sa disponibilité n'est pas constante.

Un nouveau concept a été mis en test depuis le mardi 9 octobre 2007 à Berlin, les entreprises Schmack Biogas AG, Solarworld AG et Enercon AG ont présenté en coopération avec avec l'institut des techniques solaires de production d'énergie (ISET) de l'Université de Kassel un système décentralisé de production d'électricité à partir de sources d'énergie renouvelables réparties sur l'ensemble du territoire allemand, l'objectif affiché étant de couvrir, à terme, 100% de la demande électrique nationale.

Ce concept qui consiste à combiner de manière optimale les avantages de différentes sources d'énergies renouvelables se nomme "Kombikraftwerk" ou "centrale combinée"

Comment cela marche ?

La centrale combinée met en réseau différentes centrales énergétiques, qui sont distribuées dans toute l'Allemagne. Onze éoliennes, biogaz et 24 installations solaires et une usine de pompage-turbinage, à travers une unité de contrôle centrale reliée à l'autre. Les centrales hydroélectriques à pompe et centrales à biogaz sont utilisées pour compenser les fluctuations de l'éolien et du photovoltaïque. De ce fait le système est capable de fournir de l'électricité 100% renouvelable en continu, en fonction de la demande, de manière fiable et indépendante des conditions météorologiques. Ces centrales permettent de couvrir les besoins en l'électricité de 12.000 ménages, soit de fournir 4,15 millions de kWh, donc une ville comme Schwäbisch Hall.

Il montre ainsi en petit ce qui est possible en grand, une couverture totale (des besoins en électricité) grâce aux énergies renouvelables.

Alors même si il est évident qu'il faudra du temps pour sortir du nucléaire en France, les Allemands nous montrent avec ce concept qu'il existe des solutions pour accroitre la part des énergies renouvelables dans notre consommation énergétique et que le développement des énergies renouvelables est incontournable pour diminuer mon dépendance au nucléaire.

Cela veut dire aussi que tant que l'on aura pas (le gouvernement) une volonté réelle de trouver des solutions, on avancera pas.....

Ecologiquement votre

Rémy


Moyenne des avis sur cet article :  3.32/5   (31 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • barbamaman 22 novembre 2011 11:40

    Cela ne règle aucun problème (et se fait déjà, par ailleurs, encore heureux...) puisqu’il faut avoir une énergie dont la production est certaine à un instant T afin de palier à celle erratique (entre 13 et 17% du temps, sans savoir si cela correspondra aux moments de consommation...) de l’éolien et du photovoltaïque en l’état actuel des choses... Puis il y a bcp d’autres reproches sur ces 2 énergies à leur stade de développement actuel^^

    Mais en effet, tant qu’on n’aura pas un gouvernement qui relancera la recherche tant nucléaire (car oui, il y a d’autres voies que la fission d’uranium...) que pour le « renouvelable », les choses n’évolueront pas et on n’aura le droit qu’à de vastes fumisteries pseudo écolo.

    • bigglop bigglop 23 novembre 2011 02:14

      Bonjour à tous,
      Merci à @Booster31 pour cet article sur l’énergie renouvelable.
      Je me permets de compléter cet article par un lien sur les quartiers durables (économies d’énergie) qui se développent en Europe, qui sont une alternative à la construction classique
      http://www.scribd.com/doc/31563202/Quartiers-durables-Guid


    • trimok 22 novembre 2011 12:14
      Cet article n’est pas intellectuellement honnête.

       L’hydroelectricité en Allemagne ne représente que 3% de la production totale d’électricité 

      Donc, l’hydroelectricité est bien incapable de suppléer aux manquements de l’éolien et du solaire, qui fonctionnent au maximum de 15 à 20% du temps, et pas aux bonnes heures...

      Quand au biogaz, ses possibilités sont également très limitées.

      Donc le fameux concept de « centrale combinée », dont il est question, est tout simplement inapplicable à grande échelle.

      La vérité, c’est que le remplacement du nucléaire en Allemagne sera fait par un recours massif aux centrales à gaz, grâce au gaz russe, ou aux centrales à charbon.
      Et cela sera la même chose en France.

      Enfin, il ne faut pas oublier que tout réseau électrique conduit à des pertes d’électricité (50% aux USA), et que donc alimenter Marseille avec une éolienne de Dunkerque n’est pas spécialement intelligent...

      • JC (Exether) 22 novembre 2011 13:38

        Votre commentaire ne l’est pas complètement non plus.

        Quand on parle d’hydroélectricité dans l’article, il ne s’agit pas de centrales hydroélectrique au sens classique, mais de centrale de pompage-turbinage qui servent en fait de stockage énergétique, en cas de surproduction elles pompent de l’eau d’un bassin bas vers un autre plus haut et restituent cette énergie quand elle est nécessaire par turbinage (au sens classique cette fois).

        D’autre part, l’article parle bien de combiner localement ces moyens de productions, il n’est donc pas question de transporter le courant d’un bout à l’autre de la France.


      • joletaxi 22 novembre 2011 14:14

        et le vôtre encore moins.

        les possibilités en hydro sont limitées à 3%.
        A moins de construire en masse des centrales turbinage pompage, jamais vous n’atteindrez une capacité en mesure de faire face à la consommation en pointe quand l’éolien et le solaire sont absents.
        perso je demande pas mieux, j’aime bien les lacs artificiels ou non.`
        Par contre il y a une certaine mouvance qui s’oppose à toute retenue d’eau.
        Quant au biogaz, et au géothermal, cela compte pour broutilles.

      • jacques lemiere 22 novembre 2011 23:07

        sans parler du gaspillage d’énergie là chaque cycle de stockage....

        une seule chose est certaine, la production d’électricité correspondra de toute façon à la demande...

        AH purée avant c’est facile d’être écolo ,avant la « disruption » climatique il suffisait d’être contre le nucléaire..depuis, être contre le nucléaire et contre les énergies fossiles est clairement plus difficile..mais j’y pense, c’est facile, il suffit d’être contre l’humanité....

        Pour l’allemagne on verra, viendrez vous faire votre méa culpa si cela ne se passe pas comme vous le pensez ?

      • Croa Croa 27 novembre 2011 00:19

        « une seule chose est certaine, la production d’électricité correspondra de toute façon à la demande... »

        FAUX, si la demande est trop forte il reste la solution de procéder à des délestages. (Le cas étant prévu les hopitaux, prioritaires, ne seront jamais coupés.)


      • foufouille foufouille 22 novembre 2011 12:23

        l’alternative est plutot la geothermie profonde


        • reveil 22 novembre 2011 13:08

          Les Allemands qui participent actuellement à l’élaboration de ces centrales d’avenir en Inde, en chine et en afrique construisent patiemment leur balance commerciale excédentaire tout en favorisant l’environnement comparativement au désastre nucléaire.

          Cette guerre économique, nous sommes en train de la perdre et notre indépendance avec.

          • joletaxi 22 novembre 2011 14:10

            Que voilà une bonne nouvelle.


            Donc, si je vous suis, les allemands abandonnent d’ores et déjà la construction en cours et en projet de leurs 14 mega centrales lignite, et nombreuses( la liste est longue) centrales gaz ?

            Non ?

            Bizarre ,pourtant les allemands sont gens plutôt très impliqués dans le renouvelable ?

            • yoananda 22 novembre 2011 14:18

              Tout ca ne change rien a la loi des rendements décroissants.


              • ddacoudre ddacoudre 22 novembre 2011 14:23

                booster 31

                quand l’on dispose d’information, nous savons que nous sortirons du nucléaire, que ses remplaçant au refroidissement par sodium ajoute un risque chimique au risque nucléaire et que le lobby du nucléaire en France, comme celui sur les moteurs automobile dans le monde évacue toute innovation possible, or c’est là que ce trouvent l’avenir au delà de 2030.
                le débat soulevé a ce sujet est vraiment un débat politicien.

                ddacoudre.over-blog.com .

                cordialement.


                • luxo 22 novembre 2011 23:25

                  Le 20/11/2011 un article décrit dans le journal SPIEGEL online la première unité de gazéification de rebut de bois et de végétaux à ULM rendement électrique 33%(pour alimenter une petite agglomération de 20000 habitants ) +chauffage
                   une station S T E P existe au grand duché de luxembourg depuis les années 1960 propriété de
                  SOCIETE ELECTRIQUE DE L`OUR + de 1000MW .
                  Le projet DESERTEC la réalisation va commencer fin 2012.( siemens )Prévu pour alimenter l`europe .
                  En ESPAGNE la société allemande MILLENIUM est à sa troisiéme installation de réflecteurs solaires liquéfiant des sels afin de produire de l`électricité jour et nuit .


                  • luxo 22 novembre 2011 23:53

                    Correction il faut lire SOLAR MILLENNIUM AG.


                    • himmelgien 24 novembre 2011 03:04

                       Comme c’est triste, cette persévérance à la désinformation dès que l’on évoque la « houille blanche »  !... Une fois pour toutes, l’hydro-électricité à été renvoyé au musée des inventions dépassées !... Alors qu’il y a encore 50 ans, elle constituait LA Source n°1, les autres n’étant que curiosités !... Pour Elle, « les fleuves changèrent de chemin » ( barrage de Donzère-Mondragon ) !...
                       Pourtant, alors qu’on ignorait encore si le gouvernement maintiendrait la filière graphite-gaz ou achèteraient les licences nucléaires US, une petite entreprise de Charente avait réalisé une installation-pilote d’une hydrocentrale « de poche »  : c’est à dire que l’on pouvait désormais exploiter tout le relief de notre pays et en produire du kilowatt, puis en les additionnant pour arriver aux méga, puis aux gigawatts !... 
                       Cette entreprise avait réalisé toutes les études de marché et savait son projet fiable !... Evidemment, ce réseau de rivières « électriques » aurait fait une ombre insupportable aux centrales nucléaires , en rendant leur existence superflue : en France, le nucléaire aurait été limité au militaire et aux recherches expérimentales !... C’était bien assez préoccupant !... Evidemment, « l’Etat-EDF », le lobby pro-nucléaire a manifestement su éloigner ce gêneur des pouvoirs publics, qui n’ont jamais donné suite : ce sujet aurait beaucoup moins alimenté en subventions et donc beaucoup plus pauvre en rétro-commissions !... Cette entreprise a dû être discrètement dédommagée : toujours ancrée au coeur de sa région natale, elle est leader mondial des alternateurs et a préservé son indépendance, exemple rare dans notre monde « mondialisé » !... 


                      • Croa Croa 27 novembre 2011 00:34

                        L’hydro-électricité était en effet surabondante il y a 50 ans et les pièces de 1 centime était en alu.

                        Heureuse époque où l’on savait se contenter de peu avec pourtant de vilaines ampoules à incandescence !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

booster31


Voir ses articles







Palmarès