Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Les cigales sont de retour

Les cigales sont de retour

Si les hirondelles annoncent chaque année le printemps, il se pourrait bien que les cigales confirment le réchauffement climatique.

Il y a encore peu de temps, on entendait chanter les dernières cigales dans la région de Valence.

Izieux, ce petit village de l’Ain plus connu pour un drame qui a marqué au fer rouge la deuxième guerre mondiale se retrouve de nouveau au devant de la scène.

Chacun a entendu parler des enfants d’Izieux, pourchassés par le boucher nazi Barbie, jusque dans les montagnes de l’Ain, et sanctuarisé par François Mitterrand.

En effet, quitte à déclencher des boutons sur la face rubiconde de Claude Allègre, qui continue allègrement de nier le réchauffement planétaire, on peut aujourd’hui entendre chanter les cigales dans le secteur d’izieux, 100 km au nord de Valence.

Bien sûr, il y aura des contestataires qui vont évoquer certaines espèces de cigales qui vivent depuis toujours dans certaines parties de l’Allemagne, ou au Canada, mais les cigales observées à Izieux, dans l’Ain sont bien de la variété méditerranéenne (cicada plebeja) lesquelles n’ont rien a voir avec les cigales d’Amérique du Nord (magicicada septemdecim).

Déjà, en octobre 2008, Orjan Gustafsson, chercheur suédois en mission a bord du « Jacob Smirnitskyi », navire océanographique russe, avait alerté l’opinion mondiale.

Il avait observé la présence de cheminées à méthane.

« Hier, pour la première fois, nous avons étudié une zone où le rejet était si intense que le méthane n’avait pas le temps de se dissoudre dans l’eau, mais montait sous forme de bulles jusqu’à la surface. Ces cheminées de méthane ont été repérées au sonar et avec des instruments sismologiques »

Ces observations avaient été confirmées quelques jours après par un équipage anglais d’océanographes à bord du « James Clark Ross » lesquels avaient décompté 250 cheminées de méthane en Arctique.

Pour bien comprendre l’importance de cette découverte, il faut savoir que le méthane est le plus important responsable du réchauffement climatique, puisqu’il est 20 fois plus actif comme gaz à effet de serre que le dioxyde de carbone.

Pour le professeur émilien Pelletier, chimiste et éco-toxicologue marin de l’Institut des Sciences de la mer de Rimouski, ce phénomène n’est pas différent de ce qui se passe dans le permafrost terrestre, car il suffit d’un changement de quelques dixièmes de degrés centigrades pour amorcer le re-largage d’un gaz solidifié comme le méthane.

La suite, à son avis, pourrait s’avérer « potentiellement catastrophique » en raison de la magnitude des apports supplémentaires de gaz à effet de serre si le phénomène, marginal pour l’instant, devait s’étendra à la plupart du sous-sol marin des mers arctiques, car les modèles prévisionnels n’ont pas inclus ces données dans leurs calculs.

C’est l’occasion de signaler quelques contre-vérités du film « Home » de Yann Arthus Bertrand, puisqu’on pouvait y entendre comme commentaire « si le méthane piégé sous le pergélisol, ou dans le permafrost se libérait un jour, il y aurait de quoi s’inquiéter »

En effet, il y a de quoi s’inquiéter, car le conditionnel utilisé par le cinéaste n’est plus d’actualité : la fiction imaginée par le réalisateur a commencé il y a près d’un an !

Comme chacun le sait, la glace des deux pôles est en train de fondre à un rythme bien plus important qu’il n’avait été imaginé.

Depuis 50 ans, la température moyenne annuelle en Alaska et Sibérie a augmenté de deux degrés.

La calotte glaciaire couvre une superficie qui se situe entre 7,5 et 15 millions de km2.

Au cours des trente dernières années, 988 000 km2 de banquise ont déjà fondu, ce qui représente deux fois la surface de la France, et 8% de sa surface globale.

Pour l’Antarctique, ce n’est pas mieux, et l’on a observé récemment le détachement de la banquise d’un énorme morceau (appelé le Wilkins ice shelf) de 41km de long sur 2,5 km de large, qui commence a se désintégrer lentement.

Et puis quelques jours après avoir écrit cet article, je reçus un appel téléphonique d’un habitant de mon village.

Etant responsable d’une association qui s’occupe d’environnement, il avait trouvé normal de me donner son information : une cigale chantait à coté de sa maison, dans mon village.

Alors, comme disait un vieil ami africain :

« Si tu nages dans le bonheur, restes là ou tu as pied ».


Moyenne des avis sur cet article :  3.4/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • Alpo47 Alpo47 22 août 2009 09:38

    Je crois qu’il n’y a plus grand monde pour contester le fait qu’il y ait un réchauffement, en fait minime.

    Par contre, ce qui est, largement, sujet à débat, ce sont les causes. Et là, il me semble que les études les plus « objectives » nous indiquent que nous ne serions la cause que d’une toute petite partie de celle ci (3%), les autres causes étant naturelles ou cycliques.

    Quand à tout ce battage médiatique et politique sur une « nouvelle économie durable », on peut se demander s’il ne s’agit pas de dynamiser les économies en panne, en relançant la consommation vers tous ces produits.
    (Ce qui ne contredit pas l’utilité, pour notre santé de consommer bio, et pour notre portefeuille d’économiser l’énergie)

    Et, en général, poser la question, c’est déjà y répondre.


    • stephanemot stephanemot 23 août 2009 09:49

      @alpo47

      je croyais qu’il n’y avait plus que George W. Bush pour continuer a nier l’evidence : l’homme contribue fortement au dereglement climatique, et meme edulcores pour convenir aux pressions politiques et economiques, les consensus du GIEC et des scientifiques sont accablants.

      vos sources « objectives » m’interessent : j’aimerais savoir de quel chapeau sort ce « 3% »


    • Bill Grodé 22 août 2009 10:56

      Est-ce vraiment une nouveauté ?
      J’ai découvert le chant des cigales ily a bien longtemps (une soixantaine d’années ) en vacances dans le Lot. Je ne crois pas qu’elles remontent plus au nord actuellement !


      • stephanemot stephanemot 23 août 2009 09:43

        En Coree la cigale locale souffre depuis quelques annees d’une invasion de ses cousins chinois, mais a plutot bien resiste cet ete.

        Son champ est particulierement puissant, et les chercheurs ont demontre qu’il a ete amplifie pour s’adapter a un environnement urbain dense et eleve, les tours bloquant la propagation du son.

        J’ai recemment eu droit a un recital a ma fenetre a Seoul.

        Le tenor s’etait installe sur la moustiquaire, mais l’enregistrement pirate que j’ai realise ne permet pas d’apprecier a sa juste valeur son coffre phenomenal.

        Il est parti sans que j’ai eu le temps de lui jeter une piece, mais si ca se trouve c’etait celui que j’avais sauve de la noyade il y a quelque temps

        http://seoulvillage.blogspot.com/2007/08/save-korean-maemis.html


        • LE CHAT LE CHAT 24 août 2009 09:26

          c’est fini pour cette année , après le 15 août , même à plus de 30 °C on les entend plus chanter !

          je commencerai à m’inquiéter quand les cigales chanteront dans le pas de Calais ....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès