Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Les écoquartiers : un projet au coeur de l’environnement (...)

Les écoquartiers : un projet au coeur de l’environnement !

De nos jours, on nous parle de plus en plus de point de non-retour concernant l’environnement. Les prédictions de l’Agence internationale de l’énergie (AIE) au sujet du réchauffement climatique le situent dans un avenir assez rapproché : 2017. La situation de notre planète va de mal en pis et celle-ci nous envoie déjà de nombreux signes alarmants de la dégradation de sa condition. Heureusement, des initiatives de préservations de l’environnement sont déjà prises un peu partout autour de la planète, dont certaines au Québec. L’une d’entre elles se nomme « écoquartier ». Différents projets y sont associés, mais tous poursuivent le même objectif : celui du développement durable. Examinons les nombreuses caractéristiques de ces projets. 

Tout d’abord, les écoquartiers ont à cœur l’implication des habitants. En fait, ils y seraient impliqués dès la conception même du quartier. Suivant l’un des principes du développement durable, on place au centre du processus l’importance que les habitants s’entendent pour agir ensemble. On recherche particulièrement une mixité socio-économique, générationnelle et même culturelle. Les écoquartiers vont aussi promouvoir l’éducation environnementale en offrant aux nouveaux arrivants un accompagnement qui leur permettra d’intégrer les objectifs du développement durable. Le bon fonctionnement d’un écoquartier résulte justement de la participation des habitants et de leur instruction quant à l’environnement. Celle-ci se poursuivra durant toute l’existence de l’écoquartier. On dit d’ailleurs que les habitants y bénéficient d’une qualité de vie de premier ordre et de confort.

Ensuite, les écoquartiers cherchent à réduire considérablement leur empreinte écologique et visent un développement durable. Pour y parvenir, plusieurs caractéristiques doivent être respectées. Premièrement, il y a une réduction des consommations d’eau réalisée grâce à la récupération de l’eau de pluie. On s’en sert pour arroser les végétaux, nettoyer l’asphalte et les trottoirs, puis pour alimenter l’eau des toilettes. Les habitants des écoquartiers doivent aussi limiter leur production de déchets, ceux-ci pouvant d’ailleurs être compostés dans les endroits prévus à cet effet. Ce compost pourra par la suite être utilisé dans les jardins et les espaces verts. De plus, les habitants doivent avoir une meilleure gestion de leurs déplacements en limitant l’utilisation de la voiture, doivent réduire leurs consommations énergétiques et favoriser la biodiversité. 

À titre d’exemple, le projet de Faubourg Boisbriand est un cas à citer. Dans ce quartier, les espaces verts occupent 15% de la superficie. Il comporte 400 espaces pour garer un vélo et tout y est accessible par ce moyen de transport ou encore à pied. De plus, du côté du transport en commun, deux lignes d’autobus desservent le Faubourg. Il est même projeté de rendre accessible le réseau de train de banlieue aux habitants. Quant aux stationnements, ils sont souterrains pour laisser plus de place à la verdure. Lac, réseau piétonnier et architecture qui sauront traverser l’épreuve du temps sont quelques éléments qui composent le quartier. Des personnes d’âges et de statuts variés y sont installées. De plus, adieu pollution visuelle : aucun fil électrique, de téléphone ou autre n’est apparent. Il est aussi à noter que ce quartier participe au projet pilote LEED ND conçu spécialement pour l’aménagement des quartiers, le premier système national pour la conception de ceux-ci. LEED ND intègre les principes de croissance intelligente, d’urbanisme et de construction écologique. 

Malgré tous les avantages de ces projets d’écoquartiers, certaines personnes y voient toutefois quelques inconvénients. On retrouve entre autres parmi les arguments du contre le fait que la mise en place d’un écoquartier est un processus qui est plutôt complexe et qui fait intervenir un grand nombre d’acteurs. De plus, comme les critères de performance énergétique et d’éco-construction sont en constante évolution et deviennent sans cesse plus exigeants, il semblerait qu’un écoquartier puisse rapidement devenir dépassé. On craint aussi que ces quartiers qui sont conçus à l’extérieur des politiques urbaines globales, qui ont donc leurs propres politiques, soient délaissés et qu’ils vivent sans entretenir de rapports avec les habitants des autres agglomérations. Finalement, un autre point critiqué chez les écoquartiers est que la création de ceux-ci dissimule le besoin de rénover nos villes et de faire adopter, chez les habitants des quartiers déjà existants, un comportement différent qui favoriserait la préservation de l’environnement. En ce qui a trait au processus de mise en place d’un écoquartier, il est certain que cela nécessite beaucoup de temps et il est nécessaire de le prendre pour bien faire les choses. Ce n’est pas sans raison que divers acteurs y sont impliqués, on tient à ce que le tout soit fait dans les règles de l’art et que le quartier réponde à des critères de performance environnementale rigoureux et qu’il rencontre bel et bien, par exemple, les normes qui limitent les émissions de gaz à effet de serre des bâtiments. Si l’on craint que les écoquartiers deviennent vite dépassés, il faudrait d’abord prendre en considération que nos présents quartiers le sont déjà. Bien entendu, les critères peuvent évoluer rapidement, mais cela ne doit pas constituer une barrière à l’établissement de ces quartiers. Au contraire, cela doit plutôt agir à titre de motivation, à savoir qu’il nous est toujours possible de sans cesse diminuer notre empreinte écologique. Par ailleurs, au lieu d’être délaissés, les écoquartiers devraient à l’inverse faire l’objet d’une certaine fascination malgré leurs politiques différentes. Avec les nombreux avantages que comportent ces quartiers, les gens devraient sans doute s’y intéresser et peut-être même avoir envie de prendre part à l’un des projets existants. De plus, plutôt que de dissimuler le besoin de rénover nos villes, les écoquartiers serviront plutôt d’exemples et de modèles à suivre pour celles-ci. La construction de ces quartiers n’empêche en rien l’amélioration de ceux déjà présents. Cela pourrait d’ailleurs faciliter et inciter l’adoption de comportements favorables à l’environnement chez le reste de la population.

Les écoquartiers sont donc des projets très intéressants, notamment en ce qui a trait au volet environnemental. Ils assurent un développement durable, une mixité sociale et fonctionnelle (logements, commerces et équipements publics) en plus de respecter des principes comme le bon voisinage, l’entraide et bien sûr le respect de l’environnement. Nous avons beaucoup à gagner en adoptant un mode de vie et des pratiques similaires à ceux des écoquartiers. Toujours dans le même ordre d’idées, il est intéressant de se renseigner sur Dongtan, projet qui fait de cet endroit la première éco-ville au monde, auto-suffisante en énergie et en nourriture, une autre excellente initiative.


Moyenne des avis sur cet article :  3.4/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • ARMINIUS ARMINIUS 5 décembre 2011 11:56

    Merci pour cet article. En France on commence à mettre en chantier aussi des écoquartiers. Celui de Grenoble Vigny-Musset même si il n’est pas une réussite totale par faiblesse dans la concertation concepteur /résidents est quand même un bon exemple...
    Par contre notre« cher » président à choisi la démesure dans le choix du projet des tours jumelles de la Défense, avec la complicité de l’Epad de DEVEDJIAN (le fiston présidentiel ayant été renvoyé à ses chères et longues études). Un rappel : les tours sont deux fois plus énergivores que des constructions classiques, sans compter le coût pharamineux du verre et de l’acier. Il est vrai que c’est la Russie(désintéressée) de Poutine qui finance...et que ces tours « jumelles » (ça vous rappelle quelque chose ?)dont l’inauguration est prévue pour 2016 serons le symbole du quinquennat ! : frime mégalo, luxe et volupté ce n’est pas pour leVP (Vulgum Pecus) mais pour les VIP...circulez y’a rien à voir !


    • Spip Spip 5 décembre 2011 15:42

      @ l’auteur.

      les écoquartiers sont des vitrines bien séduisantes en ce sens que, en plus des performances écologiques, ils proposent une manière de vivre radicalement différente de ce qu’on peut voir/subir aujourd’hui. Mais ça peut être à la fois une solution et un problème... Reprenons les différents points de votre argumentaire.

      L’implication : de consommateur à acteur, y sommes-nous prêts, assez motivés ? Prêts à assister à de nombreuses réunions d’avant-projet, prêts à confronter ses désirs à ceux des autres, à les limiter éventuellement et pour finir, à accepter un compromis sans lequel rien ne peut se faire ? Signer chez Bouy... au vu d’une belle plaquette avec certification BBC, est bien plus reposant...

      Réduire l’empreinte  : l’entraînement peut commencer, c’est vrai, dans un quartier pas éco. Encore faudrait-il que les communes aient des politiques de gestion des déchets cohérentes et abordables.

      Les arguments contre :
      - technologies vite dépassées. Le respect des principes de base (conception, orientation, matériaux de base, etc.) ne nécessite pas forcément un recours massif à des équipements hi-tech. Le concept de « passif » le montre bien.
      - non rapport avec les autres. Alors là, oui, c’est un risque réel. Combien de fois, dans des commentaires, voit-on arriver l’expression « ghetto à bobos »  ? Il y faudrait, de la part des occupants, un gros effort de communication et là, retour à implication...
      - un alibi pour ne pas rénover l’ancien. C’est à craindre. Tout dépend, encore une fois, de la politique des collectivités. Sans plan d’ensemble, ce sera du coupage de ruban pour la presse locale et les élections (il y a toujours une élection à venir...)
      - mixité sociale. Toute relative au niveau des moyens et ce ne sont pas les derniers « coups de rabot » fiscaux qui vont aider.

      Pour finir, j’ajouterais un problème « d’appellation non contrôlée ». Chez moi, on fait beaucoup de battage autour d’un nouvel écoquartier, apparemment bien conçu. Sauf qu’il a été planté entre le site d’une ancienne usine de traitement de déchets, qui a empuanti la zone au point qu’il a fallu la fermer, et le site de la nouvelle ! On promet bien sûr qu’elle fonctionnera parfaitement mais le réalisateur/exploitant est déjà empêtré dans plusieurs procès, pour d’autres installations ailleurs, qui pourrissent la vie des riverains. Alors, écoquartier ou « piège à bobos/gogos » ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

andreeanne1625


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès