Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

 Accueil du site > Actualités > Environnement > Les grands mythes du réchauffement climatique : le CO2 est tout, sauf un (...)

Les grands mythes du réchauffement climatique : le CO2 est tout, sauf un polluant !

Alors que la conférence de Copenhague est pour nos médias l’occasion de nous servir une campagne de propagande climatique alarmiste sans précédent, analysons aujourd’hui une des plus extraordinaires contre-vérités de la « néo-science » issue des cogitations de la confrérie du réchauffement climatique global : « le CO2 considéré comme un polluant » ! Allons à la rencontre des terrifiants dangers que nous fait courir ce nouvel ennemi public numéro 1... Brrrr...

CO2 "polluant" : un concept récent mais déjà bien enraciné dans l’opinion et les médias

Aujourd’hui, la littérature officielle et la presse affirment souvent que le dioxyde de Carbone ( CO2 ) est un "polluant" : la taxe carbone, qui pénalisera fiscalement les systèmes émettant du CO2 (moteurs, principalement), est vendue comme un outil de lutte contre la pollution, le CO2 étant ici considéré comme polluant du fait de ses supposées propriétés climatiques, et du fait qu’un réchauffement qui serait provoqué par le CO2 serait catastrophique. Les systèmes d’échange Cap and Trade sont au départ conçus pour inciter les entreprises à réduire leurs émissions de substances polluantes, l’appliquer au CO2 revient donc à classer ce gaz comme un polluant. Les sites ministériels sont truffés d’allusions au caractère polluant du CO2, un exemple ici

Lorsque vous débattez avec des "alarmistes militants" ou simplement des gens de bonne foi conditionnés par la propagande ambiante, sur l’absence de relation claire entre CO2 et températures, avec de bons arguments, il n’est pas rare que votre interlocuteur essaie de "changer de champ de bataille" et vous déclare en substance que "certes, le CO2 n’est peut être pas aussi coupable (sic) qu’on ne le dit pour le climat, mais est-ce une raison pour continuer à polluer ?"

Aucun être humain sérieux n’est favorable à une poursuite délibérée et irraisonnée des pollutions chimiques. Mais cela ne veut pas dire que le CO2 doive être la cible de nos actions.

Car prétendre lutter contre la pollution en luttant contre les rejets de CO2 est une hérésie scientifique absolue : Le CO2 est tout, sauf un polluant !


Attention : ne pas confondre, comme semblent à ma grande surprise le faire certaines personnes dans certains forums, le CO, monoxyde de carbone, gaz mortel qui est issu de la mauvaise combustion de chaudières ou de moteurs mal réglés, avec le CO2, dioxyde de carbone, dont il est question ici. Je présume que cette erreur n’est pas faite par les lecteurs réguliers d’objectif liberté...

Toxicité : Le CO2 n’est jamais toxique pour les humains aux concentrations observables

Tout un chacun sait que l’air que nous expirons est plus riche en CO2 que celui que nous inspirons : le CO2 est un produit "d’échappement" de l’activité physique. Ce gaz coule dans nos veines, et traverse nos poumons.

Tout est question de degré, une substance peut être parfaitement inoffensive à des taux "ordinaires" et empoisonnante au delà. Ne risquons nous pas de "polluer" l’atmosphère en y augmentant le taux de CO2 ?

Et bien non. Les concentrations de CO2 "rencontrables" hors expériences de laboratoire ne sont en aucun cas toxiques, et les seuils de mortalité sont purement théoriques. Les données qui suivent sont traduites du guide en ligne des inspecteurs de sécurité des bâtiments aux USA :

  • Tout d’abord, une convention d’écriture 1,000,000 ppm d’un gaz = 100 % de concentration de ce gaz, et 10,000 ppm d’un gaz dans l’air=1% de concentration.
     
  • La concentration actuelle du CO2 est de 385 ppm, soit 0,038%.
  • Une maison fermée renferme, selon la qualité de son aération, de 600 à 800ppm, liés à la respiration des êtres vivants qui s’y trouvent. Soit 0,06/0,08%. Ces concentrations sont celles qui pourraient être rencontrées dans l’atmosphère au siècle prochain selon les estimations les plus pessimistes du GIEC.
  • Un auditorium fermé et moyennement ventilé peut atteindre 1200 ppm,0,12% . Aucune personne ne sera incommodée par le CO2 lui même, ceci dit, la mauvaise ventilation aura d’autres effets pervers. Les normes de sécurité considèrent qu’au dela de 1200ppm, une pièce présente un défaut de ventilation potentiellement gênant, mais pas à cause du CO2.
  • A 1%, soit 10 000 ppm, soit 25 fois plus que dans l’air ambiant extérieur, et 14 fois plus que dans une maison, ce qui n’est concevable que dans un auditorium de grande contenance et très mal ventilé, où la même foule resterait plusieurs heures sans aération (!), des occupants sont susceptibles de ressentir une somnolence.
  • C’est à partir de 20 000ppm, soit 2%, que des problèmes de nature médicale peuvent survenir : lourdeurs de poitrine et essoufflement. Ce niveau ne peut pas se rencontrer en situation naturelle, les effets de telles concentrations ont été étudiés en laboratoire.
  • A 3%, la respiration devient deux fois plus rapide que la normale. A 5%, quatre fois plus. à 5% (50 000 ppm, 125 fois les niveaux actuels), le CO2 est directement toxique voire mortel, par détresse respiratoire principalement.

On le voit, avant que le CO2 ne devienne un"polluant direct", il y a une marge énorme : le GIEC prévoit 560ppm à la fin du 21ème siècle dans l’atmosphère. Le CO2, à l’état naturel, quelle que soit sa concentration, n’est pas un problème pour la vie humaine, et d’une façon générale pour les mammifères. Je n’ai pas de données de toxicité pour les autres espèces (oiseaux, insectes...), mais même les sites alarmistes sont assez peu prolixes sur la question. S’il y avait le moindre risque, nous serions bombardés de messages plus pessimistes les uns que les autres, soyez en sûrs. Ce n’est pas une preuve, juste une indication...

L’acidification des océans : une bien mauvaise roue de secours pour alarmistes en mal d’anti-carbonisme

Qu’à cela ne tienne, le CO2 se voit affublé d’autres défauts rédhibitoires. Maintenant que les alarmistes sentent le vent tourner en sa défaveur en matière de température, un nouveau lapin sort de leur chapeau : le CO2 augmenterait l’acidité des océans et menacerait les barrières de corail et la vie océanique, rien moins. Ce papier (PDF) d’une organisation alarmiste parle d’un arrêt de la formation des coraux, voire... De leur possible dissolution ! rien de moins.

On imaginerait presque de pauvres cétacés se débattre dans un bain d’acide sulfurique, et des panaches de fumée s’élevant au dessus des barrières de corail attaquées à l’acide chlorhydrique !

Court rappel de niveau lycée : les Ph se mesurent d’une échelle logarithmique (base 10) de 1 (acide pur) à 14 (soude pure), que l’eau parfaitement pure à un pH de 7 dit "Neutre", que tout pH inférieur à 7 caractérise une solution "acide", et tout pH supérieur à 7 caractérise une solution "basique" ou "alcaline".

La réalité est totalement différente. Plusieurs articles clés sont résumés et vulgarisés par David Middleton, un géophysicien employé par l’industrie du pétrole (horreur suprême, le diable personnifié !), qui tient un blog de réinformation scientifique très recommandable. Je résume son propos :

Selon Pelejero et al ’ (2005, lien payant), le pH moyen de la mer de Chine, reconstitué à partir, notamment, des coraux, a varié de façon cyclique, entre 1750 et maintenant, entre 8,17 et 7,90, ce point bas étant atteint en 1990. Le lecteur avec des notions... basiques (!) de chimie remarquera d’ailleurs que l’océan est légèrement alcalin, et pas acide. Parler d’acidification lorsque le pH baisse en direction de sa valeur neutre n’est pas scientifiquement inexact, mais le choix du terme ne paraît pas anodin : le terme acidification fait plus peur que "neutralisation", par exemple...

(note personnelle : je serai curieux de savoir si les valeurs observées dans des mers très fermées comme la mer noire ou la Baltique, avec des températures différentes, sont du même ordre... Pas trouvé). 
 
Ocean-ph

Selon ces chercheurs, même si le point le plus bas correspond à la période 1988-90, dernier échantillon de leur mesure, aucune tendance longue à l’acidification ne peut être observée, au contraire, l’océan semble connaître des variations cycliques de son PH entre 7,9 et 8,2, en gros.

Mieux, ces variations cycliques sont bien corrélées avec ce que les océanographes appellent la "pacific interdecadal oscillation", un mouvement périodique de réchauffement et refroidissement du pacifique dont on pense qu’il a une influence importante (et multiséculaire) sur notre climat, et dont les causes déterminantes profondes sont à ce jour encore mal expliquées.

Une autre étude (wei et al), citée dans une étude du SPPI dont je reparlerai plus loin, confirme le caractère cyclique du pH des eaux marines près du récif corallien d’Australie, avec une fourchette un peu plus large, 7,6/8,2.

Bref, la variation du CO2 atmosphérique n’est pas corrélée avec la variation cyclique du PH des océans, mais l’oscillation interdécadale des températures de l’océan pacifique l’est.

Mais qu’importe : à ce stade, un alarmiste pourrait observer que "depuis le XXème siècle, nous rejetons tant de CO2 que cela pourrait perturber le cycle naturel et l’acidification induite menacer l’équilibre biologique des océans". Cette hypothèse mérite d’être examinée.

Middleton a utilisé les données de Pelejero et a représenté graphiquement la corrélation entre ph et vitesse de formation du corail : la corrélation est quasi-nulle.

 
ph-vs-CO2
 

Enfin, et ce n’est pas la moindre des choses, deux recherches récentes, (Yglesias et Rodriguez, 2008 - Checkley and al, 2009), concluent, soit de l’observation in vivo, soit de tests en laboratoire, que d’une part la formation de coraux s’est plutôt accélérée avec la concentration de CO2, d’autre part que la croissance des petits poissons au départ de la chaîne alimentaire marine est supérieure lorsque le taux de CO2 dissout dans l’eau (moindre pH) s’élève.

Le Global Warming Science and Public Policy Institute publie une étude (Idso et Ferguson) plus complète, ou plutôt une compilation d’études qui recense plus de 150 références dont environ 10% pro alarmiste (reprises de citations du GIEC) et le reste qui va dans le sens opposé.

Il en ressort, comme dans ce qui précède, que non seulement le pH moyen des océans ne sort pas d’une certaine épure (7,9/8,2) sur des durées longues (l’étude de Pelejero est complétée par des études allant dans le même sens), Mais que des variations saisonnières peuvent être très importantes, comme l’ont montré des chercheurs danois en mer du nord (Middleboe et al.), avec des pointes supérieures à 9 (ph basique, pas acide) en été.

L’ensemble des études montre que les périodes de pH bas (plus de CO2) sont plutôt favorables au développement de la vie, et que même en créant en laboratoire des conditions de Ph en dessous de 7,8, voire très en dessous, la vie s’adapte et ne se détruit pas.

Deux publications (Lymen & Junniper, 2006 - Tunnicliffe, 2009) citent l’observation d’un milieu naturel fortement impacté par des fuites de sulfures volcaniques au niveau de l’arc des mariannes, avec un pH variant de 5,36 à 7,29, doit des conditions "infernales" par rapport à la fourchette 7,9/8,2 (rappelons que le PH est une échelle logarithmique, et qu’un point de PH en moins signifie une concentration d’ions H+ 10 fois plus élevée), et montre que diverses variétés de coquillages, d’une durée de vie de 4 décades, ont su s’adapter à ces variations et ces conditions extrêmes, et que leur croissance n’est "que" deux fois moins rapide que celle des mêmes espèces placés en milieu à pH>7,8 malgré l’acidité ambiante. Le Graphe suivant (page 15 de l’étude SPPI, dre’ath & al) montre que la formation du corail depuis l’année 1600 a fortement augmenté, et que le léger déclin observé depuis 1960 nous laisse tout de même avec une formation de corail plus rapide de 23% qu’en 1600. L’hypothèse qui prévaut est que l’augmentation de CO2 est favorable à la photosynthèse marine qui elle même nourrit la calcification et le récif corallien.

Coral-formation

Notons par ailleurs que certains papiers alarmistes ont présenté ce Graphe à partir de 1850. Inutile d’expliquer pourquoi !

D’autres études récentes confirment que plus de CO2 est bénéfique pour la vie marine. Ainsi, une étude de la Woods Hole Oceonographic Institution a montré qu’en laboratoire, il fallait que les taux de CO2 dissous dans l’eau correspondent à des concentrations atmosphériques multipliées par 7 (soit 2800 ppm) pour que des phénomènes de dissolution des constituants calcaires de coraux et de coquillages apparaisse. La plupart des espèces ne semblent pas réagir jusqu’à des concentrations trois fois plus élevées que la normale. Or, dans les pires scénarios du GIEC, le CO2 atmosphérique atteindrait 900 ppm dans 2 siècles. Et encore la façon dont le GIEC présente les cycles du CO2 est elle aussi contestée... Mais je garde cela pour plus tard.

Bref, par quel bout que l’on prenne le problème, l’augmentation du taux de CO2 atmosphérique n’est pas un problème pour les océans.

Ajoutons que d’ici deux siècles, les substituts non fossiles au pétrole devraient être pleinement opérationnels dans le domaine des transports, ce qui devrait ralentir légèrement le rythme des émissions : une modification durable du cycle de l’acidité des milliards de kilomètres cubes que comporte l’océan n’est donc pas à l’ordre du jour !

Que certaines barrières de corail ou certaines formes de vie marine puissent être attaquées par d’autres pollutions purement chimiques est indiscutable, et indiscuté : ce sont ces pollutions là qui doivent être la cible de l’intervention législative, et pas le faux problème du CO2.


Plus de CO2 = plus de plantes !

Tout élève de CM2 sait que le CO2 est le gaz capté par les plantes par photosynthèse pour assurer leur croissance. Mais les niveaux actuels de CO2 atmosphériques sont ils les meilleurs pour favoriser la pousse des plantes ? L’agriculture, ou les forêts, se porteraient-elles mieux ou moins bien si, toutes choses égales par ailleurs, les taux de CO2 atmosphériques venaient à augmenter ?

Le phénomène est documenté depuis longtemps par une abondante recherche, car le milieu agricole est depuis longtemps sensible à ces questions. Et la conclusion est absolument sans appel : plus de CO2 implique une meilleure pousse des végétaux.

A tel point que les serres (les vraies !) sont souvent équipées d’injecteurs de CO2, quelques exemples de ces dispositifs figurent ci-dessous. 

Co2-injection

 

L’expérience agricole montre que des niveaux de CO2 sous serre de 750 à 1000ppm produisent des pousses végétales bien plus abondantes (une augmentation de 300ppm / au taux atmosphérique produit en moyenne une surpousse de 33%), et parfois qualitativement supérieures (plus de sucre dans les fruits, plus de couleurs dans les fleurs, etc...).

Le site Co2science maintient une très impressionnante base de données de centaines d’études et observations qui corroborent cette affirmation, espèce par espèce.

Pour ceux qui souhaiteraient une synthèse plus complète sur cette question, le désormais indispensable Papy Jako a publié un résumé d’une note de synthèse du ministère de l’agriculture canadien qui dit en substance que :

- En dessous de 340 ppm, le taux est trop faible, cette valeur constituant un seuil de carence préjudiciable à la bonne croissance des plantes. Autrement dit, notre concentration atmosphérique actuelle est juste légèrement supérieure à ce seuil de carence !

- Selon le type de plantes, la concentration de CO2 au delà de laquelle une augmentation n’a plus d’impact sur la croissance des plantes ("point de saturation") est de l’ordre de 1000 à 1300 ppm, soit 2,6 à 3,2 fois les concentrations actuelles. Si l’augmentation du CO2 atmosphérique devait se produire au même rythme qu’actuellement, il faudrait plus de 400 ans pour atteindre 1000ppm.

Pour les curieux, la note détaillée du ministère canadien est lisible ici.

Plus de CO2 dans l’atmosphère promet donc un monde plus vert et des rendements agricoles meilleurs, ce qui devrait réjouir ceux qui s’inquiètent des problèmes de faim dans le monde. Pourquoi alors sont-ce souvent les mêmes qui crient au loup face à l’augmentation du CO2 ?

 
Et le climat, alors ?

A ce stade, nous voyons que le CO2 ne pose aucun problème direct de nature biologique ni pour la vie terrestre, ni pour la vie marine, et ce, même à des concentrations trois à quatre fois supérieures à celles que nous observons actuellement.

Notamment, l’acidification des océans, argument hélas repris de bonne foi par des scientifiques pourtant prudents dans leurs affirmations tels que Vincent Courtillot ou Claude Allègre, ne résiste pas à un examen approfondi. Ce soudain intérêt pour un problème qui n’en n’est pas un ressemble à une nouvelle et misérable tentative des mouvements alarmistes pour forcer coûte que coûte les sociétés consommatrices de pétrole et charbon à changer de mode de vie. "A trick", comme dirait un mail de Phil Jones. Dans lequel certains sont tombés.

Bref, il ne reste comme possibilité de classer le CO2 comme "polluant" qu’une très éventuelle implication de ce gaz dans l’augmentation des températures terrestres. Or, là aussi, les publications qui remettent en cause ce dogme abondent. Cet article de JM Belouve paru ici même, concluant à la non responsabilité du CO2 dans l’évolution des températures à partir de travaux de plusieurs équipes de très haut niveau, en a déjà évoqué certaines.

Je vous renvoie aussi à cette conférence de Vincent Courtillot montrant à partir de plusieurs travaux d’équipes spécialisées, que le GIEC sous estimé d’un facteur 20 le rôle du soleil dans l’importance des facteurs influant sur le climat, et à cette autre (choisir "Strasbourg") ou l’on apprend qu’il a surestimé d’un facteur 6 celle du CO2. 

Après le Climate Gate, la théorie du CO2 comme déterminant majeur de la température en prend pour son grade !

Ajoutons qu’à la lumière du scandale du ClimateGate, il est désormais probable que l’augmentation de la température moyenne au cours du XXème siècle ait été quelque peu surestimée par le CRU par des artifices purement mathématiques, ce qui affaiblirait encore la thèse de la causalité CO2 ==> températures. Si l’on ajoute à cela les nombreuses fraudes de Mann et Briffa pour masquer l’optimum médiéval et forcer sur l’apparente surpousse des arbres récents, il est évident que la courbe de températures en crosse de Hockey de Mann, censée correspondre à l’accroissement du CO2 issu de notre consommation de fossiles, est fausse.

Joanne Nova, une journaliste scientifique Australienne sceptique de longue date, publie sur son site une compilation de travaux rétablissant les courbes authentiques de température depuis le moyen âge, suite aux diverses réfutations de McIntyre et Loehle antérieures au ClimateGate, mais dont cet épisode confirme combien le problème des falsifications était profond. Je ne copie colle que deux graphes, mais l’article de J. Nova en donne bien plus.

Hockey-stick-corrected-by-Mcintyre
La crosse de Hockey démontée par McIntyre.
Déjà évoqué par ob’lib’

 

Loehle-temp-reconstitution
Courbe reconstituée par Loehle.
Möberg et Grudd arrivent à des résultats comparables
avec d’autres proxies, cf. Courtillot

Bon, où est-elle, maintenant, cette fichue corrélation entre CO2 et températures ? 

IPCC-CO2-rapport2001
La corrélation entre CO2 et températures
semble difficile à établir dans le temps !

Rappelons en outre que les hypothèses de persistance du CO2 retenues par le GIEC ont été établies à partir de modèles informatisés. Mais le GIEC a pris pour hypothèse que le temps de persistance d’une molécule de CO2 dans l’atmosphère était de 100 années. Il ignore en cela une petite quarantaine de recherches estimant, par plusieurs méthodes différentes, ce temps de rémanence entre 5 et 20 ans, avec une moyenne autour de 10. Oh, et faut il le préciser, ces 37 recherches, dont les mesures ont été effectuées par plusieurs méthodes différentes, datent toutes d’avant 1997, date à laquelle un article de Segalstadt, de l’université d’Oslo, les a recensées. Il y a pu en avoir d’autres depuis. Segalstadt, déjà, en déduisait que les hypothèses du GIEC relèvent du dogme et non de la science, et explique les fautes de raisonnement du GIEC qui conduisent à prendre en compte des durées erronées.

Un catastrophisme injustifié

Ajoutons également que malgré les dires du GIEC, il n’est pas évident qu’une température un poil plus élevée serait maléfique pour la planète. Après tout, alors que la tendance depuis les années 70 est au réchauffement, on a vu ni hausse inconsidérée des niveaux marins, et les déserts d’afrique tropicale ont plutôt eu tendance à reverdir, la chaleur augmentant la condensation et les précipitations. De même, dans cette vidéo, le professeur Reiter, de l’institut Pasteur, un des meilleurs spécialistes des maladies tropicales au monde, affirme que le GIEC, dont il a claqué la porte, ment effrontément (il ne dit pas "se trompe"...) pour faire croire qu’un accroissement des températures signifierait un retour de la malaria sous les latitudes européennes, alors que le moustique a longtemps aussi sévi en Sibérie ou dans les pays nordiques, signe que ce n’est pas une maladie des tropiques, mais une maladie du manque d’hygiène né de la pauvreté. Il existe de nombreuses réfutations des allégations du GIEC sur le niveau des mers (Notamment par Nils Axel Morner), et sur la plupart des catastrophes attribuées à une mer chaude. Je n’en ferai pas la litanie ce soir, car l’article est déjà long, mais j’y reviendrai ultérieurement.

En clair, le GIEC, à partir de courbes de températures fausses car ouvertement trafiquées, d’hypothèses surprenantes sur la durée de vie du CO2 dans l’atmosphère, et d’assomptions totalement infondées sur les conséquences éventuelles d’une variation des températures, nous affirme que le CO2 est le "principal facteur de réchauffement climatique porteur de calamité". Et voilà comment on transforme un gaz vital en épouvantail pour populations que l’on espère ainsi manipuler.

 
Pourquoi tant de haine ?

On se perd en conjectures sur l’intérêt de certains groupes à vouloir à tout prix que ce gaz indispensable à la vie, et même bénéfique, soit combattu, jusqu’à vouloir dépenser des sommes astronomiques pour l’enfouir sous terre. Si ces groupes se préoccupaient sérieusement de l’état environnemental de la planète, ne devraient-ils pas se féliciter de ce que l’on découvre que le CO2 a des impacts positifs pour elle ? Ne devraient-ils pas prôner l’abandon de la lutte contre ce gaz vital pour dégager des ressources pour traiter d’autres problèmes écologiques autrement plus importants ?

La réaction anti CO2 des militants écologistes de diverses mouvances, parmi lesquels on trouve bon nombre de ces scientifiques d’un genre nouveau, "les scientifiques d’opinion", relayée par nos politiques rendus aveugles, ne peut que nous interroger sur ses motivations réelles.

Ne s’agit-il pas d’un moyen habile trouvé par ceux qui n’aiment pas les sociétés occidentales, de les mettre à mal, en sabrant leurs économies, dont la combustion des énergies fossiles est pour un temps encore le pilier, et plus encore en sapant dans l’esprit des populations l’appétence au progrès, en persuadant nos contemporains que toute marche vers plus de progrès technologique, plus de croissance économique, sont nuisibles ?

Urgence économique et sociale : abandonner les politiques "anti-CO2" ! 

Les politiques promulguent un peu partout des lois à la fois financièrement très lourdes et souvent attentatoires à nos libertés (un exemple en France), au nom du combat contre un gaz vital et favorable à la vie, soudainement et malicieusement promu au rang d’ennemi mortel.

Messieurs et mesdames les politiques, STOP, arrêtez cette folie ! vous avez été trompés, ressaisissez vous !

Il convient absolument de suspendre d’urgence toutes les taxes et toutes les législations liberticides ou économiquement castratrices prises au nom de la lutte contre un danger qui n’existe pas.

 

--------------------

Envie d’en savoir plus sur la grande mystification du "global warming" ?
Retrouvez le dossier "réchauffement climatique" d’objectif Liberté !

---------------------



Sur le même thème

Soleil froid
Non, le dioxyde de carbone est incapable de diriger le climat
La fraude à « 70 % des arbres menacés par le changement climatique »
Fraude : nulle trace de corpus expérimental soutenant "acidification des océans"
Pourquoi le réchauffement climatique me laisse froid


Les réactions les plus appréciées

  • Par John Lloyds (---.---.---.241) 4 décembre 2009 11:15
    John Lloyds

    On peut difficilement faire confiance à un organisme comme le GIEC, aux ordres des gouvernements dont l’objectif est d’instaurer la dictature verte,comme on peut difficilement faire confiance aux laboratoires empreints de collusion avérée avec les états.

    Des périodes comme le minimum de Maunder ou de Dalton démontrent qu’il existe une corrélation indiscutable entre l’activité solaire (proportionnel au nombre de taches solaires) et le climat, même si le mécanisme est difficilement modélisable. Le petit âge glaciaire en fut la conséquence directe.

    C’est plutôt, dans ce cas, vers un refroidissement global vers lequel on se dirige. Selon des mesures effectués par la NASA depuis 17 ans, on constate une baisse du champ magnétique des taches solaires, de 50 gauss par an. A moins de 1500 gauss (extrapolé en 2015), les taches pourraient complètement disparaître. Si la corrélation de Maunder était avérée, c’est vers un autre petit âge glaciaire qu’on se dirigerait.

    Autre élément, mis sous silence par leGIEC, s’ajoutant aux craintes d’un refroidissement global : l’obscurcissement planétaire, qui, par l’opacité progressive de l’atmosphère, nous amènerait vers l’équivalent d’un hiver nucléaire.

  • Par NEPNI (---.---.---.31) 4 décembre 2009 11:20
    NEPNI

    Le réchauffement observé, n’est pas dû à l’homme mais à la nature (soleil), il y a eu dans l’histoire d’autres périodes plus chaudes (950 à 1250)

    Eric LE ROUGE découvre une terre qu’il appelera GROENLAND terre verte, allez voir si elle est si verte que ça : « vers l’an 970. Eirik mena une expédition sur les terres du Groenland qui connaissaient un climat plus favorable à l’époque » http://fr.wikipedia.org/wiki/Erik_le_Rouge

    le réchauffement climatique d’origine humaine est un mythe pour taxer plus sans faire trop crier la population (culpabilisée au préalable)

  • Par JL (---.---.---.182) 4 décembre 2009 10:55
    JL

    C’est bien joli de dénoncer l’imposture réchauffiste. Mais que pensez-vous de la pollution réelle ? Et de la fonte des pôles et des grands glaciers ?

  • Par LeGus (---.---.---.17) 4 décembre 2009 10:56
    LeGus

    Amis soucoupistes bonjour !

    Et ça c’est du poulet :
    http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A...

    Consommez, consommez, les ressources sont infinies...hahahaha

    Dangereusement absurde.

Réactions à cet article

  • Par LE CHAT (---.---.---.148) 4 décembre 2009 10:45
    LE CHAT

    et en plus , depuis hier on sait qu’on aura des langoustes à la pelle !  smiley

    • Par Eusèbe (---.---.---.242) 4 décembre 2009 21:49

      Pas mieux. Cette opiniatreté à publier sur agoravox n’est pas très saine de toute façon.
      Et le type étant incapable de lire une publi scientifique, il continue de nous citer ses copains libéraux qui ont horreur de la réglementation qui les empêchent d’exploiter jusqu’au trognon.

      Liberez nous des « libéraux » !

    • Par sisyphe (---.---.---.118) 5 décembre 2009 01:01
      sisyphe

      On a supprimé un message où je disais, certes en termes plus crus, exactement la même chose que Philippe Reneve

      .

      Il est tout à fait clair que monsieur Benard vient ici faire un travail de lobbyiste intense et acharné pour l’industrie du pétrole.

       Il est d’ailleurs obligé de l’avouer lui-même (je cite) :

       La réalité est totalement différente. Plusieurs articles clés sont résumés et vulgarisés par David Middleton, un géophysicien employé par l’industrie du pétrole (horreur suprême, le diable personnifié !), qui tient un blog de réinformation scientifique très recommandable. Je résume son propos

      Ce que je trouve particulièrement étonnant, de la part d’AgoraVox, est l’écho conféré à cette propagande lobbyiste, en situant ces articles en tête de gondole.

       La direction d’AgoraVox participe, de fait, de ce lobbying.

       Reçoit elle un soutien financier pour ça ?
       Ou, sinon, quelle est la ligne de sa politique éditoriale ?

      J’attends la réponse du comité de rédaction, ou de la direction d’AgoraVox à ces questions ; faute de quoi, je me verrai, entre autres, contraint de demander le remboursement de mon soutien financier.

       Merci de la réponse.

    • Par dom (---.---.---.22) 5 décembre 2009 02:04
      dom y loulou

      alors si quelqu’un ici fait du lobbying pour l’industrie du pétrole c’est bien vous sysiphe

       je suis trop fatigué pour vous conter l’histoire desRockefeller, on ne va pas non plus tout vous prémâcher. 

      Vous êtes donc un adepte de la censure crasse. On en prendra note, car ce n’est pas la fonte des glaciers qui est mise en cause, mais le fait que le CO2 en soit responsable. Argument plus basique tu meurs.

       Ce sont les métaux lourds IMPOSES aux populations par les MULTINATIONALES INDUSTRIELLES qui causent tous les ravages à la faune et aux équilibres et à nous-même.

      On nous criminalise donc en voulant nous faire payer une taxe qui doit parachever la première assise du guvernement mondial, officialisé cette fois sur la base d’une taxe carbonne qui devrait tout changer... l’Argent, la concécration du mensonge et l’avidité devraint sauver le monde maintenant. 

      Votre appel à la censure nous montre assez précisément ce que deviendra la politique « verte » issue des châtoiements des écrans.


    • Par sisyphe (---.---.---.231) 5 décembre 2009 02:55
      sisyphe

      C’est ça, mon gars.

       Alors, je vais être tout à fait clair.

      Tous les « anti-réchauffistes », les négationnistes ; et du CO2, et autres saloperies qui empoisonnent, souillent, polluent ; l’air, l’eau, la terre, tous les complotistes qui dénoncent le GIEC, qui nient l’impact écologique de l’homme et de ses pollutions diverses sur la planète, sont ;

      - soit des lobbyistes des industries pétrochimiques, semenciers industriels, fabricants de pesticides, et autres industries polluantes, qui, comme l’avoue l’auteur, veulent surtout que rien ne bouge, et qu’on laisse les semeurs de mort continuer à engranger leurs bénéfices, sans aucune régulation, ni mesure contraignante (c’est à dire précisément des néo-libéraux détrousseurs de la planète et de ses habitants) ;

       - soit des « complotistes » obsessionnels, qui croient voir l’oeil du NOM, dès qu’ils se croisent dans un miroir, mais, qui, en tout cas, sont les alliés OBJECTIFS de ces néo-libéraux lobbyistes négationnistes, et de leur formidable intox pour empêcher les mesures NECESSAIRES, URGENTES, pour cesser de dégrader la planète.

      Ce sont donc des imbéciles nuisibles.

      L’histoire des taxes, c’est une tout autre histoire.
      Les taxes n’ont pas à être payées par les citoyens (si ce n’est, effectivement, sous la forme d’une incitation à la baisse de la consommation), mais par LES POLLUEURS ; ce que veulent, évidemment, empêcher les industriels en question.
      Pollueur = payeur ; l’équation est on ne peut plus simple, logique, évidente.
      Et suppression des scandaleux « droits à polluer », qui permettent, en payant, de continuer à empoisonner la terre.

      La réduction des gaz à effet de serre, DONT LE CO2, est urgente, impérative, vitale !!!

      Si le sommet de Copenhague n’accouche que d’un accord a minima, à la grande joie, notamment de l’administration US (tenue, comme chacun le sait par les grands groupes pétroliers), et de tous les industriels pollueurs de la planète et leurs lobbyistes, vous aurez contribué à la dégradation de l’éco et de l’exosphère, aux exodes et catastrophes climatiques à venir, à la multiplication des cancers et maladies dus à l’empoisonnement de l’air, de la terre, de l’eau, de la privatisation du vivant, de l’épuisement des ressources, de l’éradication de la biodiversité, d’une planète que vous laisserez à vos enfants dans un état de détérioration qui sera irratrapable.

      Vous en porterez l’entière responsabilité, comme de véritables imbéciles nuisibles.

    • Par sisyphe (---.---.---.231) 5 décembre 2009 03:35
      sisyphe

      ... par ailleurs, pour faire pièce à votre petite désinformation calomniatrice et nauséabonde, je n’ai, à aucun moment, demandé la CENSURE de quelque article que ce soit.

      J’ai simplement demandé à la direction d’AgoraVox de justifier pourquoi ce type d’article était en tête de gondole (mon texte est lisible), et donc, de justifier leur participation à ce lobbyisme.

      Vous savez lire ?

    • Par Algunet (---.---.---.205) 5 décembre 2009 04:56

      à Sysiphe

      Vous dites :« Les taxes n’ont pas à être payées par les citoyens (si ce n’est, effectivement, sous la forme d’une incitation à la baisse de la consommation), mais par LES POLLUEURS »

      Les pétroliers ne sont pas de gros pollueurs en soi, tant que le pétrole n’est pas brulé, il est « propre », ce sont les utilisateurs qui brulent ce pétrole (chauffages,transports routiers entre autres...) qui sont les gros pollueurs et qui donc devraient payer la taxe !!! 

      De toute façon c’est le citoyen consommateur qui au final casque... 

      Le bobo vert qui achète une maison éco (vous savez, celui qui passe à la tv tout sourire, content de faire une bonne affaire en la jouant écolo),et bien, il bénéficie d’un max d’aides et de réductions d’impôts payés par l’état et donc par le citoyen de base dont je fais partie. 

      De même, quand on dit que les entreprises paient également, je me marre ! la répercussion sur les prix à la vente est immédiate plus marge pour le citoyen consommateur, dont je fait également partie...

      Et bien s’il y aune nouvelle taxe, de toute façon ce sera TOTALEMENT pour la pomme du citoyen consommateur que je suis...

    • Par sisyphe (---.---.---.45) 5 décembre 2009 07:56
      sisyphe

      Par Algunet (xxx.xxx.xxx.205) 5 décembre 04:56

      à Sysiphe

      Vous dites :"Les taxes n’ont pas à être payées par les citoyens (si ce n’est, effectivement, sous la forme d’une incitation à la baisse de la consommation), mais par LES POLLUEURS"

      Les pétroliers ne sont pas de gros pollueurs en soi, tant que le pétrole n’est pas brulé, il est « propre », ce sont les utilisateurs qui brulent ce pétrole (chauffages,transports routiers entre autres...) qui sont les gros pollueurs et qui donc devraient payer la taxe !!!

      Ce que vous dites là n’est pas faux, mais pas suffisant.
       Le pétrole, tel quel, ne sert à rien.
      Il est évident qu’il est destiné à être brûlé. Ce sont donc bien les pétroliers qui ont à payer une taxe dessus ; et, notamment, pour l’énergie utilisée pour son TRANSPORT ; superpétroliers, supertankers, etc....
      Donc, d’accord pour faire payer les « brûleurs d’énergie » (transporteurs notamment) en fonction de la quantité d’énergie consommée.

      Par ailleurs, il est tout à fait logique que les maisons à moins grande consommation d’énergie (isolation, panneaux solaires, utilisation d’énergies naturelles) bénéficient d’avantages fiscaux. Ce n’est pas vous qui payez ; c’est l’économie d’énergie qui est RENTABLE ; pour toute la communauté.
      Les normes de construction doivent d’ailleurs tenir compte, dorénavant, de ces critères, pour tout nouveau bâtiment construit ; plus cette mesure sera appliquée, moins les équipements coûteront cher et, au bout du compte, ce sera une double économie ; sur le coût de la construction, et sur la consommation d’énergie.
      Il est plus que temps de PREVOIR, au lieu de naviguer à vue, en causant des dégâts irréversibles.

      Quant aux entreprises, taxées elles aussi, elles sont en concurrence directe avec d’autres, sur le prix de leurs produits et services, s’il n’y a pas de monopole (EdF, Areva, par exemple).
      Donc, elles devront intégrer leurs taxes dans leurs marges bénéficiaires, sous risque de n’être plus suffisamment concurrentielles.
      Quant à celles en situation de monopole, les prix au consommateur doivent faire l’objet d’une surveillance, et les taxes également intégrées dans les marges bénéficiaires.

      Ce ne sont pas les citoyens qui doivent faire les frais de la pollution dont ils ne sont pas directement responsables ; en revanche, ils doivent être, également, en tant que consommateurs, responsabilisés quant à leur consommation d’énergies.
      Il est temps de mettre fin au gaspillage, sous peine de dégâts irréversibles.

    • Par ZEN (---.---.---.35) 5 décembre 2009 09:09
      ZEN

      Tout à fait Philippe...
      Lu et approuvé

    • Par Croa (---.---.---.227) 5 décembre 2009 10:54
      Croa

      à Algunet,

      Le consommateur conservera tout de même sa possibilité de choix, donc de consommer sans taxes les services juste à coté de chez lui ! smiley

    • Par sisyphe (---.---.---.52) 5 décembre 2009 10:56
      sisyphe

      Plus 1.000 ; Renève

      On attend instamment les explications de la direction

    • Par Le péripate (---.---.---.61) 6 décembre 2009 09:13
      Le péripate

       smiley Vous gagneriez à vous appliquer vous même cette méthode. Vous y trouveriez un sandwitch de ad hominem entre deux couches de ad populum.... smiley

      Un lobby est, je crois, une organisation qui fait pression sur des élus pour obtenir des avantages particuliers. Dans ce cadre là rentre par exemple très bien l’industrie du disque qui demande une taxe sur les FAI. Vous trouverez vous même d’autres exemples, mais la caractéristique du lobbying est d’être une activité de couloirs et de réunions.

      Ce qui est différent de la propagande. La simple diffusion d’idées n’est généralement pas qualifiée de propagande, qui est réservée aux états totalitaires, ou, parfois, quand des moyens très importants sont consacrés par une firme, des associations... Est-ce le cas ?

      Je crois bien que vous avez choisi ces mots lobbying et propagande uniquement pour leur charge affective. Qui est le sophiste ?

    • Par Le péripate (---.---.---.61) 6 décembre 2009 09:54
      Le péripate

      Oui, bien sûr... Une pétition de principe... le péripate intervient donc c’est la preuve....

      Bon, ce n’est pas grave.

      Suivons l’argent, puisque c’est de cela qu’il est question.

      Exxon Valdez fait un bénéfice annuel de 45 milliards de dollars. L’an dernier, la firme a donné 7 millions de dollars a divers instituts spécialisés dans les politiques publiques. Et aussi 125 000 dollars à deux think tanks conservateurs antiréchauffements.

      De l’autre côté, Mr Jones, qui vient d’être mis en disponibilité pour pratiques douteuses, a reçu entre 2000 et 2006 19 millions de dollars en subventions.
      Les crédits les plus récents de la Commission Européenne s’élèvent à 3 milliards de dollars. Au USA, 1,3 milliards pour la recherche climatique de la NASA. Rien que la Californie (n’était-elle pas en faillite ?) rien que 600 millions de dollars, pour son propre programme.

      Pour la banque HSBC, ce sont ainsi 94 milliards de dollars qui seront ainsi dépensés dans le monde.

      Enron espérait bien faire fortune sur le marché carbone. Selon Boorlo la Chine veut se placer sur le green business. Etc, etc, etc.....

      Je suis sûr que vous serez ravi de donner de l’argent à tous ces gens là. Il est gentil Renève.

    • Par Le péripate (---.---.---.61) 6 décembre 2009 11:29
      Le péripate

      Comment d’autre chose ?! Mais l’argent n’est-il pas le nerf de la guerre des lobbies ?

      Et n’est-ce pas vous qui intervenez sur un débat politique en levant l’épouvantail du lobbyisme et de la propagande ?

      Au delà d’un certain degré de mauvaise foi, on laisse tomber, et on se marre .... smiley

      Causez toujours.

  • Par JL (---.---.---.182) 4 décembre 2009 10:55
    JL

    C’est bien joli de dénoncer l’imposture réchauffiste. Mais que pensez-vous de la pollution réelle ? Et de la fonte des pôles et des grands glaciers ?

    • Par joelim (---.---.---.104) 4 décembre 2009 12:04
      joelim

      D’après le contenu de l’article, la réponse semble être : 

      « Il convient absolument de suspendre d’urgence toutes les taxes et toutes les législations liberticides ou économiquement castratrices.  »
    • Par spearit (---.---.---.129) 4 décembre 2009 13:17

      "C’est bien joli de dénoncer l’imposture réchauffiste. Mais que pensez-vous de la pollution réelle ? Et de la fonte des pôles et des grands glaciers ?« 

      Ce n’est pas parce qu’on dénonce une chose, qu’on a la réponse à tout.
      Comment lutter efficacement contre la pollution en se trompant de cible, en se basant sur un mensonge, en se laissant manipuler .
       »La fonte des pôles et des glaciers", ça sent les clichés d’Epinal, faut se renseigner d’abord et parler ensuite, ça fond par ici, ça augmente par là...
      Et ce n’est pas parce que tout cela fond que c’est forcement anormal, du à la pollution, le climat change même si cela ne déplaise à certain,et je le rappelle le climat n’a pas besoin de nous pour faire son œuvre.
      La pollution réelle est dans les mains des industriels, pas des particuliers qu’on culpabilise...
      La fonte des glaces appartient à mon humble avis au soleil, c’est amusant de constater que personne ne veuille voir les choses en face, enlever le soleil et tous vos problèmes de réchauffement disparaissent, aussi polluer que soit la terre...
      Ne mélangeons pas les torchons et les serviettes !!

    • Par pavlov (---.---.---.200) 4 décembre 2009 14:48

      Regarde ce site très concerné sur les glaciers, tu vas être surpris...


      file :///Users/zenzens/Desktop/Causes%20des%20changements%20climatiques.%20Cycles%20naturels.%20Oscilliations%20diverses..webloc

      L’écologie n’est pas une religion.
      Ce n’est pas le CO2 qui pollue mais la croissance.
    • Par amipb (---.---.---.145) 4 décembre 2009 15:57
      amipb

      @Pavlov : il semblerait que certaines photos contredisent le propos du site. Site pour lequel il est d’ailleurs difficile de trouver le propriétaire (rien dans WHOIS)

      http://www.glaciers-climat.fr/Vos_p...

    • Par drourim (---.---.---.44) 4 décembre 2009 16:10
      drourim

      La fonte des pôles ?
      Lorsque je mets un glaçon dans un verre d’eau, l’eau à raz du bord ; le glaçon est 9/10 sous le niveau de l’eau et 1/10 au-dessus du niveau.
      Lorsque le glaçon fond, l’eau ne déborde pas du verre.
      Ce qui me fait dire qu’une élévation du niveau des océans ne peux venir de la fonte des pôles
      Démonstration peut-être puérile mais pourquoi pas !!!

    • Par JL (---.---.---.182) 4 décembre 2009 17:45
      JL

      Drourim, neconfondez pas la banquise et les glaciers : leur fonte résultent des mêmes causes mais leurs conséquences sont différentes. Si la fonte de la banquise ne fait pas monter le niveau de la mer, en revanche, la fonte des glaciers, non seulement fait monter ce niveau mais aussi modifie le taux de salinité.

    • Par Grasyop (---.---.---.94) 4 décembre 2009 18:40

      N’oublions pas que la glace du pôle sud ne flotte pas mais repose sur un continent, l’Antarctique. Donc si elle fond, elle fait monter le niveau des mers.

      Il me semble par ailleurs que le mécanisme principal par lequel le réchauffement climatique entraîne une élévation du niveau des mers, c’est la dilatation de celles-ci.

    • Par fred (---.---.---.226) 4 décembre 2009 20:28

      dès que les taches solaires auront disparu, on va vers un âge glaciaire. Si le traité de C passe, quand ça refroidira, ils diront que c grâce à eux. C comme dans « Tintin et le temple solaire » où il joue avec une éclipse de soleil pour sauver la vie de Haddock, de Tournesol ... et la sienne. C’est du CHARLATANISME qui profite largement de l’ignorance des gens. De la politique quoi...

    • Par PapyJako (---.---.---.45) 5 décembre 2009 08:35
      PapyJako


      @Grasyop qui dit

      « ... N’oublions pas que la glace du pôle sud ne flotte pas mais repose sur un continent, l’Antarctique. Donc si elle fond, elle fait monter le niveau des mers.... »

      Tout à fait exact. Mais justement, les glaciers de l’Antarctique ne sont pas en régression, mais en expansion. Cela est confirmé par le NSIDC, officine sceptique bien connue. Voir le graphique de l’évolution de la banquise Antarctique sur 30 ans.

      En résumé donc, pour ce qui concerne les pôles :
       
      Le pôle nord a fondu (il est en phase de reprise depuis deux ans), mais, puisque sa glace fond il n’y a pas d’influence sur le niveau des océans.

      Le pôle sud est plutôt en phase d’expansion

      Est-ce un hasard si le niveau des océans a cessé de monter depuis plusieurs années comme le dit une autre officine de sceptiques : l’Université du Colorado  ?

      J’avais écrit une série de trois articles sur LePost concernant les pôles :

      Sur le pôle Nord
      Sur le pôle Sud
      Et une synthèse

      Vous pouvez aller les voir.

  • Par LeGus (---.---.---.17) 4 décembre 2009 10:56
    LeGus

    Amis soucoupistes bonjour !

    Et ça c’est du poulet :
    http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A...

    Consommez, consommez, les ressources sont infinies...hahahaha

    Dangereusement absurde.

    • Par LeGus (---.---.---.17) 4 décembre 2009 11:53
      LeGus

      Un peu de bon sens ici :
      http://contreinfo.info/article.php3...

      @L’auteur,

      Auriez vous l’amabilité de publier la liste des généreux sponsors de vos deux usines à penser en rond dans le meilleur des monde dérégulé ?

    • Par spearit (---.---.---.129) 4 décembre 2009 13:29

      Sans gène LEgus, dans le genre culloté il n’y a pas mieux !!

      Là on dénonce un mensonge grossier, qui nous dirige vers une dictature écologique.
      Le bon sens vous manque mais pas la bétise...

      Nulle part il est fait mention de dérégularisation et de consommation à outrance, vous êtes tombé dans le panneau fait par l’amalgame des manipulateurs. L’objet du texte est que le réchauffement n’est pas imputable au CO2 et ce n’est pas en faisant fausse route qu’on risque de prendre les bonnes décisions.

      Il est navrant de voir des gens baver sur ceux qui dénonce le mensonge sous des prétextes de faire de bonnes choses.
      C’est comme la grippe, j’ai lu ici qu’il est légitime de mentir à la population pour qu’elle aille se faire vaciner, visiblement tu aimes bien qu’on te prenne pour une andouille.
      Non au mensonge du CO2, ne signifie pas OUI à la pollution et à la consommation, cela signfie qu’il faut mettre à plat les choses, savoir de quoi on parle et après on peut agir.
      Baser une action sur un mensonge ne peut anmener aucun résultats positifs

      Remballer vos commentaires d’idiots utiles...

    • Par LeGus (---.---.---.17) 4 décembre 2009 13:46
      LeGus

      @spearit,

      Tu as un problème de vue peut-être, regarde la fiche de l’auteur...c’est qui Hayek, pas un théoricien marxiste.

      @Franck0000000,

      Faudrait peut-être que tu remarques qu’il y a plus d’une page sur le lien que je t’indique, tu descends un poil jusqu’au chapitre :

      « Observations liées au réchauffement climatique actuel »C’est pas de la théorie, pas un modèle approximatif, c’est la RÉALITÉ.
    • Par LeGus (---.---.---.17) 4 décembre 2009 13:49
      LeGus

      @spearit,

      Et ton idiot utile, tu peux te le fourrer idiot nuisible.

    • Par LeGus (---.---.---.17) 4 décembre 2009 15:09
      LeGus

      @L’auteur,

      Pas de réponse concernant vos généreux donateurs, c’est votre droit, et le mien c’est de chercher.
      C’est quoi l’institut Hayek ?

      L’Institut Hayek est un think tank libéral belge. Il se place sous le patronage du philosophe et économiste Friedrich Hayek (1899-1992). Il a été fondé en 2003 par Drieu Godefridi et Corentin de Salle. Il est dirigé depuis mars 2008 par Vincent Bénard.

      Il regroupe une dizaine de chercheurs qui promeuvent une vision libérale sur les questions contemporaines.

      Il défend en outre des idées proches de l’atlantisme voire du néoconservatisme sur certains sujets.

      C’est qui Vincent Bernard ?

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Discus...
      Pas de bol sa page a été supprimée pour manque de notoriété, malgré un web activisme prolifique, les milieux académiques vous boudent.

      Drieu Godefredi parti, passons à Corentin de Salle :
      http://fr.wikipedia.org/wiki/Corent...
      Petites citations :
      « L’égalité entre tous les hommes n’a jamais été aussi marquée », « Aussi aberrant que cela puisse paraître, la vérité est que nos ressources naturelles ne sont pas limitées et que les stocks pétroliers ne vont pas s’épuiser », « Aucune contrainte naturelle ne nous limite (si ce n’est la bêtise de certains) », « Non, les frontières de la sphère ne sont pas le terminus ontologique de l’humain mais de simples barrières mentales », « Toute personne a droit à un salaire équitable. Cela sonne bien mais c’est faux ».

      Ben oui la finitude ( en opposition à infini et non pas synonyme de terminé ) de la Terre, c’est seulement dans la tête. Elle est pas plate non plus peut-être ? Absurde.
      une refutation plus argumentée ici :
      http://www.respire-asbl.be/Illusion...

      Pour les financement je cherche encore, malheureusement votre page de donation est inaccessible, moi qui voulais faire partie du club...c’est dommage. Mais bon je me dis que vous devez pas manquer de ressources si vous négligez autant vos cyber donateur.

      à suivre...

    • Par spearit (---.---.---.129) 4 décembre 2009 20:08

      Mais bien sur LeGus, perso je ne lis jamais la fiche de l’auteur, je ne suis pas de la police. Ce qui m’intéresse c’est pas le type, c’est ce qu’il raconte et de savoir si ça tiens la route.
      Maintenant, si tu veux attaquer le bonhomme, ça te regarde, c’est une technique vieille comme le monde, c’est petit, bas, mesquin.
      Restons-en au texte si tu le veux bien !!
      Je t’appelle « idiot utile » à la vue de ta stupidité qui te fait écrire « salut les soucoupistes » ça montre le niveau d’intelligence, non ??

    • Par ZEN (---.---.---.123) 4 décembre 2009 22:33
      ZEN

      «  Toutes les interventions imaginées par l’État et les collectivités aussi bien pour aménager l’espace que pour résoudre les pénuries [de logement] les ont en fait aggravées »
      (V.Bernard)

      Un lobbyiste : non !? smiley

    • Par LeGus (---.---.---.120) 5 décembre 2009 14:11
      LeGus

      @Spearit,

      Je t’appelle « idiot utile » à la vue de ta stupidité qui te fait écrire « salut les soucoupistes » ça montre le niveau d’intelligence, non ??

      Je vais faire encadrer et envoyer votre message à Léon, il en a tout le mérite.

  • Par Gabriel (---.---.---.98) 4 décembre 2009 10:56
    Gabriel

    Bonjour,

    Bon article, mais dites moi, ou voulez vous en venir ? Même si vous doutez des effets plus ou moins nocifs sur l’environnement des gaz à effets de serre (quid du rapport des 800 experts au sommet de la terre à Rio ?), ne devrait-on pas tout de même appliquer le principe de précaution ? De plus, il ne faut pas croire que tous ceux qui prennent position pour un mode de vie plus en adéquation avec les ressources de notre planète sont des intégristes. Les oppositions sur le sujet ont souvent des origines politiques ou financières. Je ne vois pas un chercheur, n’étant pas sous la coupole d’un lobbying quelconque, nier la cause à l’effet.

  • Par Nico (---.---.---.4) 4 décembre 2009 10:57
    Axel de Saint Mauxe

    Il y a quelques années, il y avait une émission de radio, sur France Inter je crois, parlant d’environnement et qui s’appellait « CO2 mon amour »  !

    Une véritable provocation aujourd’hui !

  • Par Actias (---.---.---.192) 4 décembre 2009 11:05
    Actias

    Ben d’après ce que j’ai compris, c’est l’excès de co2 qui provoquerait en effet de serre est donc un réchauffement (notez que j’utilise le conditionnel) ... aucun charlot n’a prétendu qu’en soit le co2 était en soi un polluant.

    Si l’histoire du réchauffement, vrai ou pas, incitent les gens a moins polluer alors tant mieux. A l’origine c’est probablement surtout pour leur vendre des bagnoles hybrides (sinon la télé n’en parlerait pas) mais ca donne indirectement une chance à un débat civilisationel.

    www.viande.info

  • Par Brother (---.---.---.137) 4 décembre 2009 11:12
    Brother

    Merci d’avoir donner des explications sur une utilité du CO2, un peu d’épistémologie n’est pas négligeable.
    la photo du pot d’échappement me fais surtout penser aux composantes soufrées voir suffocantes , et là y a pas à tortiller .. dire que le co2 ne pollue pas est une phrase juste sur le point de la grammaire,
    personnellement je suis asthmatique ( et ancien fumeur). j’ai comprends que l’article peut tendre à omettre l’existence d’autres gaz nocifs émis par nos chères poubelles.
    seul le japon (dont les banques ne dépendent pas du fmi) investi dans l’énergie libre a base de rotors d’aimants.
    il faudra bien un jour que l’on se mettent aussi à fricoter avec l’antigravitation .. cela nous sortirais des lobbies énergétiques car nos élites nous maintiennent dans cet état de consommation inadaptée à notre environnement, je le pense sincèrement.
    je crois que pour respirer il nous faut de l’oxygène et non de la suie comme il s’en dépose à plein nez sur les fenêtres de notre chère capitale .
    Bonnes fêtes à toutes et à tous !

  • Par Deneb (---.---.---.73) 4 décembre 2009 11:14
    Deneb

    C’est vrai que je suis un peu tombé sur le derrière quand, entre les pluies acides, les gas souffrés, les métaux lourds, des micro-nano particules de carbone sortant des echappements des moteurs ; avec toutes ces nuisances, on a choisi de diaboliser le CO2. Déjà à l’epoque c’etait louche.

    • Par Grasyop (---.---.---.94) 4 décembre 2009 18:12

      La toxicité d’une molécule sur le corps humain et son effet sur le climat, vous comprenez bien que ce sont deux choses qui n’ont rien à voir, non ?

      L’effet de serre du dioxyde de carbone est un fait physique incontestable. Et donc, plus on en met dans l’atmosphère, sans changer d’autres paramètres, plus la Terre absorbe d’énergie solaire, c’est imparable.

    • Par Eloi (---.---.---.186) 4 décembre 2009 21:28
      Eloi

      L’effet de serre du dioxyde de carbone est un fait physique incontestable.

      Pas si sûr.
      J’ai eu vent d’un argument :
      * la terre est à 15°C
      * le CO2 à 10 km (là où on chercher le « point chaud », le « hotspot ») et est à -56 °C
      Comment sans violer le second principe de la thermodynamique (qui s’applique à tout échange de chaleur, même radiatif), un corps froid peut-il chauffer un corps chaud ? (puisque bien sûr, à la différence des frigo, on n’a pas de compresseur pour fournir du travail)

      Si quelqu’un peut m’indiquer si ce raisonnement est faux ?

    • Par Grasyop (---.---.---.94) 5 décembre 2009 00:20

      Éloi, le gaz carbonique ne réchauffe pas la Terre, il ne fait que limiter son refroidissement. La Terre se refroidit en rayonnant vers l’espace, et le gaz carbonique renvoie une partie de ce rayonnement vers la Terre. (Et c’est le Soleil qui chauffe.)

    • Par PapyJako (---.---.---.45) 5 décembre 2009 09:00
      PapyJako

      @Grasyop pour ses deux messages en réponse à Deneb.

      Personne ne conteste les propriétés « réchauffantes » (ou « non-refroidissantes » si on veut) du CO2. Ce qui est en cause, ici, c’est l’intensité de cet effet.

      Pour arriver à des conséquences [qui se devaient d’être] catastrophiques, tous les modèles du GIEC avaient pris soin d’ajouter à l’effet direct des « rétroactions positives » jamais démontrées.

      Le Professeur Richard Lindzen a démonté complètement l’argument en utilisant les mesures (pas des « théories », pas des « hypothèses » ... des faits) du programme ERBE du satellite ERBS de la Nasa.

      Le résultat est sans appel : Il y a une rétroaction, mais c’est une rétroaction négative, c’est à dire une de ces forces de rappel à l’équilibre dont la nature est si prolixe, et qui nous vaut d’être encore là aujourd’hui.

      Exit les « tipping points », comme d’autres inventions superstitieuses.

      A ma connaissance, l’article (récent), de Lindzen n’a pas été réfuté.

      Voir l’article de Vincent Benard sur ObjectifLiberte. Ceux que la simple consultation de ce site heurterait les convictions politiques profondes peuvent aussi aller voir sur le site de Jean Martin., ou même, mais il faut lire l’anglais, l’article de Linzen et Chi.

    • Par Grasyop (---.---.---.94) 5 décembre 2009 15:31

      Admettons, vous avez peut-être raison, je ne suis pas assez calé pour vous répondre. En attendant, en attendant de savoir qui a raison, je fais mienne la position très bien exprimée par Borloo dans cette video : je ne prends pas le risque de parier que vous ayez raison.

      C’est le principe de précaution, c’est un peu une version athée du pari de Pascal : si le réchauffement climatique est aussi dangereux que nous l’affirment la majorité des scientifiques du monde, nous faisons fort bien de limiter nos émissions de gaz à effet de serre. Si au contraire ces gaz s’avèrent finalement bénins, nous faisons quelques efforts pour rien, ce qui n’est pas dramatique (et encore, on ne les fait pas vraiment pour rien puisqu’il faut de toute manière économiser les ressources finies d’énergie fossile dont nous disposons).

    • Par Eloi (---.---.---.186) 8 décembre 2009 22:49
      Eloi

      Éloi, le gaz carbonique ne réchauffe pas la Terre, il ne fait que limiter son refroidissement. La Terre se refroidit en rayonnant vers l’espace, et le gaz carbonique renvoie une partie de ce rayonnement vers la Terre. (Et c’est le Soleil qui chauffe.)

      Heuuu... certes...
      Le principe de l’effet de serre est quand même que le CO2, en absorbant les infra-rouge réément ç son tour un rayonnement infra-rouge (transfert radiatif) vers la terre, pour la chauffer...

      Votre phrase elle-même ne tient pas debout ! O_O

      Bref, même si ce fil s’éloigne...

  • Par John Lloyds (---.---.---.241) 4 décembre 2009 11:15
    John Lloyds

    On peut difficilement faire confiance à un organisme comme le GIEC, aux ordres des gouvernements dont l’objectif est d’instaurer la dictature verte,comme on peut difficilement faire confiance aux laboratoires empreints de collusion avérée avec les états.

    Des périodes comme le minimum de Maunder ou de Dalton démontrent qu’il existe une corrélation indiscutable entre l’activité solaire (proportionnel au nombre de taches solaires) et le climat, même si le mécanisme est difficilement modélisable. Le petit âge glaciaire en fut la conséquence directe.

    C’est plutôt, dans ce cas, vers un refroidissement global vers lequel on se dirige. Selon des mesures effectués par la NASA depuis 17 ans, on constate une baisse du champ magnétique des taches solaires, de 50 gauss par an. A moins de 1500 gauss (extrapolé en 2015), les taches pourraient complètement disparaître. Si la corrélation de Maunder était avérée, c’est vers un autre petit âge glaciaire qu’on se dirigerait.

    Autre élément, mis sous silence par leGIEC, s’ajoutant aux craintes d’un refroidissement global : l’obscurcissement planétaire, qui, par l’opacité progressive de l’atmosphère, nous amènerait vers l’équivalent d’un hiver nucléaire.

    • Par Grasyop (---.---.---.94) 4 décembre 2009 17:51

      « On peut difficilement faire confiance à un organisme comme le GIEC, aux ordres des gouvernements dont l’objectif est d’instaurer la dictature verte »

      Mais bien sûr... On se demande d’ailleurs dans quel but ils feraient ça.

      Et je suppose qu’on peut en revanche faire une confiance aveugle à l’Institut Hayek et sa vision ultralibérale du monde.

    • Par perlseb (---.---.---.187) 4 décembre 2009 19:12

      Merci pour ces liens, John Lloyds.

      Le moins que l’on puisse dire c’est que l’on ne comprend pas grand chose au climat.

      Sans être réchauffiste, je suis adepte du principe de précaution donc malthusien :
      réduire faiblement ses émissions avec une explosion de la population, c’est encore polluer plus. Mais y a-t-il réellement des populations qui réduisent leurs émissions, sur Terre ? :

      Si les chinois polluent bien plus maintenant, c’est parce que nous achetons de plus en plus chinois : donc je ne pense pas que nous polluons moins en tant que Français, nous avons juste délocalisé notre pollution et pouvons maintenant accuser la Chine à Copenhague. Les chiffres de la pollution sont nationaux, avant la prise en compte des flux commerciaux. Facile de ne plus polluer quand on n’a plus d’industrie.

    • Par Deneb (---.---.---.73) 5 décembre 2009 10:22
      Deneb

      Grasyhop : l’effet de serre est en effet incontestable. Bien heureusement, la vie n’existerait pas sur terre sans effet de serre. Ses variations sont inconfortables pour toute espèce vivante. Que l’humain, avec son activité industrielle, modifie ce fragile equilibre, c’est plus que certain. Mais dans quelle mesure, et avec quoi, tout ce que l’on peut emmettre, c’est des hypothèses. Nous n’avons pas de recul necessaire, nous ne mesurons le climat avec précision que depuis un siècle, sur une planète vieille de 4 milliards d’années. Spéculer de façon éhonté sur cette hypothèse, comme le font actuellement les milieux politico-financiers, dans un but manifeste de se remplir les caisses avec ce nouvel impot pour pouvoir jouer au casino de la Bourse, voilà ce qui me revolte. Surtout qu’ils n’ont aucune vergogne de recourir au mensonge et à la tromperie - voila ce qui leur enleve toute crédibilité.

  • Par ramonjimenez (---.---.---.52) 4 décembre 2009 11:20
    ramonjimenez


    Pour les soucoupistes réchauffistes adeptes de la théorie du complot fomenté par le vilain CO2 :

    La conférence du Pr Vincent Courtillot ( académie des sciences donc pas soucoupiste , lui) , un peu long mais indispensable avant de se faire une opinion sur les causes du réchauffement climatique.

  • Par NEPNI (---.---.---.31) 4 décembre 2009 11:20
    NEPNI

    Le réchauffement observé, n’est pas dû à l’homme mais à la nature (soleil), il y a eu dans l’histoire d’autres périodes plus chaudes (950 à 1250)

    Eric LE ROUGE découvre une terre qu’il appelera GROENLAND terre verte, allez voir si elle est si verte que ça : « vers l’an 970. Eirik mena une expédition sur les terres du Groenland qui connaissaient un climat plus favorable à l’époque » http://fr.wikipedia.org/wiki/Erik_le_Rouge

    le réchauffement climatique d’origine humaine est un mythe pour taxer plus sans faire trop crier la population (culpabilisée au préalable)

    • Par amipb (---.---.---.145) 4 décembre 2009 16:06
      amipb

      Le soleil n’a jamais été aussi inactif, et cela depuis plus d’un an. Les théories solaires sont en train de tomber sérieusement dans l’oubli...
      http://www.associatedcontent.com/ar...
      http://wattsupwiththat.com/2008/02/...
      http://www.nicholas.duke.edu/thegre...

    • Par Eloi (---.---.---.186) 4 décembre 2009 21:32
      Eloi

      Mes excuses je n’ai pas le temps d’argumenter et de lire vos liens, mais concernant l’activité solaire, justement

      le point n’est pas sur la variation de l’intensité des rayons solaires (incapable de changer la température pas assez intense), mais sur la variation du champ magnétique solaire, susceptibles de dévier plus ou moins les radiations cosmiques (de mémoire 1/3 de la dose radioactive naturelle que l’on reçoit), lesquels seraient à l’origine de la formation des nuages.

      Grossièrement : + d’activité solaire = champ magnétique plus fort = - de radiations cosmiques = - de nuages = albédo + faible = + d’ensoleillement = + température = + relâchement de CO2 par la baisse de sa solubilité dans l’océan.

      Des expériences sont en cours (au CERN). De plus, cette théorie prédirait un refroidissement dans les 30 prochaines années : il sera facile de discriminer entre « effet de serre » et « solarisme »...

      Bonne soirée

    • Par jcm (---.---.---.94) 5 décembre 2009 16:02
      jcm

      @ Nepni :

      Vous n’êtes visiblement pas le seul auquel la lecture de « Sept questions clés sur le réchauffement » ferait le plus grand bien !!!

  • Par boris (---.---.---.147) 4 décembre 2009 11:28
    boris

    La civilisation périra, non pas par relachement massif de CO2 mais par surconsommation à outrance.

    Article trés fouillé, dommage qu’il s’accompagne de clichés éculés sur de sois disants scientifiques écolos qui formenteraient un complot planétaire pour une réduction drastique d’un hypothétique progrés.

    Bien au contraire, l’arnaque du CO2 c’est faire prendre un virage à l’industrie sous faux label écolo pour que les moutons consomment encore plus en se donnant bonne consciences.

    Trop tard à mon avis, de toute façon ça va se casser la gueule grave, en attendant profitons des langoustes et autres crustacés dopés au CO2.

  • Par matou38 (---.---.---.137) 4 décembre 2009 11:35

    Un grand classique des lobbys, Je chercche absolument pas a avoir raison mais insuffler le doute et la contradiction dans la tete de mes cibles et les écrasant sous les chiffres et etudes de toutes sorte. Le seul but du lobbiste n’est pas d’exposé et de défendre sa thèse car il sait qu’elle est indéfendable (ici le fait que les multinationales pour lequel il bosse sont bénéfiques pour l’environnement, dur a défendre), mais de prendre des bouts d’arguments adversaire et de les retourner et créer le doute. Si son adversaire n’a pas raison alors c’est qu’il doit avoir raison (ce qui d’un point de vue logique est une absurdité).
    En l’occurence vouloir prouver que le CO2 n’est pas un polluant, mais personne n’a prétendu le contraire, par contre il agit significativement sur l’effet de serre, en gros créer la confusion c’est tellement gros.
     Ce qui incompréhensible pour moi, c’est comment vous qui avez surement des enfants, et qui savez parfaitement que vos clients ont une action plus que nocive sur notre environnement et celui de vos enfants , pouvez vous regardez vos enfants le soir. Comment vous pouvez compromettre l’avenir de vos enfant (et celui de tous les autres mais vous n’en avez surement rien a faire) pour une grosse voiture et une villa (un bateau ??). Moi c’est ce type d’inconscience qui me sidere, mais comment dormez vous la nuit ? Le fait que vous ne risquez pas d’être condamner pour vos crimes (désolé mais si risquez l’avenir de l’humanité n’est pas un crime ...) vous suffit il pour continuer ?
    bref je ne comprend pas ...

    • Par boris (---.---.---.147) 4 décembre 2009 11:39
      boris

      @Matou38 écrivait ;
      « bref je ne comprend pas ... »


      Il n’y a rien à comprendre !

    • Par geo63 (---.---.---.67) 4 décembre 2009 13:22

      @matou38 : je suis d’accord avec vous.
      J’avais prévu une longue intervention mais je vais faire court. Il suffit de taper « gaz à effet de serre » sur google, on trouve facilement des schémas montrant comment fonctionne l’effet de serre, le premier de ceux-ci émane du GIEC (mais oui). On peut lire notamment : « une partie du rayonnement infrarouge est absorbée et ré-émise par les molécules de gaz à effet de serre. La conséquence directe en est le réchauffement de la surface de la terre et de la troposphère ».
      Ceci se passe au niveau de la stratosphère et le principal gaz à effet de serre est le CO2, après la vapeur d’eau. C’est d’abord de ce problème dont il s’agit et cet article évoque tout sauf le problème principal, bizarre ! J’ignore par contre si le taux de CO2 croit effectivement au niveau de la strastosphère, peut-on le mesurer ??
      Bon, je voudrais préciser que je connais Vincent Courtillot depuis un certain temps par exemple, je lis en ce moment son dernier livre (de géophysicien) et je suis attentif à ses arguments présentés avec une longue, très longue introduction scientifique.

    • Par PapyJako (---.---.---.45) 5 décembre 2009 09:10
      PapyJako

      @geo63

      Je n’aime pas trop, en général, copier/coller mes interventions. Mais puisque tout le monde, dans les commentaires de cet article, tourne en rond, voici une copie du commentaire adressé à Grasyop, qui avait le même argument.

      Personne ne conteste les propriétés réchauffantes (ou « non-refroidissantes » si on veut. Ce qui est en cause, ici, c’est l’intensité de cet effet.

      Pour arriver à des conséquences qui se devaient d’être catastrophiques, tous les modèles du GIEC avaient pris soin d’ajouter à l’effet direct des « rétroactions positives » jamais démontrées.

      Le Professeur Richard Lindzen a démonté complètement l’argument en utilisant les mesures (pas des « théories », pas des « hypothèses » ... des faits) du programme ERBE du satellite ERBS de la Nasa.

      Le résultat est sans appel : Il y a une rétroaction, mais c’est une rétroaction négative, c’est à dire une de ces forces de rappel à l’équilibre dont la nature est si prolixe, et qui nous vaut d’être encore là aujourd’hui.

      Exit les « tipping points » et autres inventions superstitieuses.

      A ma connaissance, l’article (récent), de Lindzen n’a pas été réfuté.

      Voir l’article de Vincent Benard sur ObjectifLiberte. Ceux que la simple consultation de ce site heurterait les convictions politiques profondes peuvent aussi aller voir sur le site de Jean Martin., ou même, mais il faut lire l’anglais, l’article de Linzen et Chi.

    • Par geo63 (---.---.---.117) 5 décembre 2009 10:05

      @PapyJako : merci pour votre réponse, mais mon post date du 4/12 à 13h22, il a été gentiment poussé vers le bas. (réponse à celui de matou38 à 11h35).
      On ne s’est pas bien compris. J’écoute avec attention ce que dit Vincent Courtillot qui cherche à mettre le maximum de rigueur scientifique dans cette foire à n’importe quoi. Les « braillards » pour toutes les causes m’indisposent. Bien que ancien scientifique à la retraite, je me garde d’intervenir dans les domaines que je ne connais pas. Je faisais simplement remarquer que l’auteur de l’article de parlait pas de l’effet de serre attribué au CO2, bizarre !
      Parler de la toxicité du CO2...j’ai été surpris comme beaucoup. 

    • Par geo63 (---.---.---.117) 5 décembre 2009 10:06

      ...ne parlait pas...

    • Par Eloi (---.---.---.186) 8 décembre 2009 22:52
      Eloi

      @ PapyJacko

      Ce fil est vieux, mais bref :

      Personne ne conteste les propriétés réchauffantes (ou « non-refroidissantes » si on veut. Ce qui est en cause, ici, c’est l’intensité de cet effet.

      En fait la question est aussi sur la manière dont ce réchauffement opère : réémission des infra-rouges ou non ? Et il semblerait que ce modèle ait des failles, puisque même une serre ne fonctionne pas sur ce principe.

      Et comme les modèles GIEC tournent sur ce principe qui ne semble même pas respecter le second principe de la themodynamique...

  • Par Piotrek (---.---.---.42) 4 décembre 2009 11:45
    Piotrek

    Le CO2 c’est bon ! mangez en !

  • Par Gollum (---.---.---.17) 4 décembre 2009 11:46
    Gollum

    Y avait un débat sur la 5 hier avec un ponte du Giec + Yves Paccalet adeptes du réchauffement à origine humaine... ainsi que Laurent Cabrol qui est contre..


    Les arguments du Giec et de Paccalet m’ont semblé beaucoup plus convaincants..
    Cabrol semble comme Allègre un ayatollah de « la science ça peut pas faire de mal à l’humanité, voyez tous les progrès accomplis jusqu’ici, continuons comme avant notre glorieuse marche vers un futur radieux, l’homme trouvera toujours des solutions aux nombreux défis que nous allons tous bravement relever... » Bref...
    Désolé, mais je trouve beaucoup plus sympathiques des personnages comme YAB, Hulot et Paccalet que ces chantres du progrès à n’importe quel prix !

    Même si tout le cosmos se réchauffe aussi, ce que je veux bien croire, l’homme est un prédateur nocif et toxique..

    Cabrol semble croire à l’hypothèse d’une Gaïa capable de s’en sortir toute seule et de se régénérer. Sous-entendu Gaïa prendra soin de nos petites personnes..

    Si l’hypothèse Gaïa peut-être envisagée (nos ancêtres considéraient la Terre comme un être vivant) je crois qu’au contraire la Terre se débarrassera de nous par tremblements de terre violents généralisés.. C’est d’ailleurs une constante de toutes les Apocalypses.. pour ceux qui connaissent les textes (évangéliques ou autres) sur cette question..

    De toute façon la société industrielle connaîtra un coup de frein violent quand éclatera la crise ultime financière avec faillite du monde anglo-saxon..

    Bon appétit quand même..
    • Par Gollum (---.---.---.17) 4 décembre 2009 11:48
      Gollum

      Même si tout le cosmos se réchauffe aussi, ce que je veux bien croire, l’homme est un prédateur nocif et toxique..


      Euh.. je veux dire le système solaire bien évidemment.. voilà ce que c’est de taper à toute vitesse..
    • Par boris (---.---.---.147) 4 décembre 2009 11:53
      boris

      Attention Yves Paccalet signale depuis bien plus longtemps que Nicolas Hulot et consorts la fin de notre civilisation, le titre d’un de ses essais est d’ailleurs révélateur de son état d’esprit - L’humanité disparaîtra, bon débarras ! -

      Dés les années cinquante des gens comme J Y Cousteau, Alain Bombard alertaient déjà les gouvernements d’un risque gravissime sur l’environnement, à l’époque il était temps d’inverser la vapeur, maintenant je crains qu’il ne soit trop tard.

    • Par ramonjimenez (---.---.---.52) 4 décembre 2009 12:12
      ramonjimenez

      "Y avait un débat sur la 5 hier avec un ponte du Giec + Yves Paccalet adeptes du réchauffement à origine humaine... ainsi que Laurent Cabrol qui est contre.."

      Déjà la composition du plateau est truquée : on a deux pontes dépositaires de l’argument d’autorité face à ... un rigolo qui fait le clown à la télé. Normal que les arguments rechauffistes CO2esques paraissent plus sensés face à un rigolo pareil ! On a pas des scientifiques en France ? on a QUE Cabrol ou Chvalé ? on est mal barrés...

      Je pense qu’il faut prendre le réchauffement climatique avec 1000 pincettes et surtout quand on a des modèles qui ne prennent pas en compte l’eau et les nuages , et qui surestiment la teneur en CO2 d’un facteur de 6 et l’ensoleillement d’un facteur de 20 !!!

      Je ne pense pas qu’on fera avancer l’humanité à coup de manipulations , mensonges et d’émissions télé bidon visant à nous faire avaler des taxes et des augmentation de tarif des énergies.

      Il y a un énorme travail à faire sur notre industrie et notre mode de vie , mais les modifications nécessaires sont INCOMPATIBLES avec le système économique. Je veux bien arrêter de cramer du gasoil pour aller bosser , ça me laissera du temps pour écrire sur AVOX (enfin tant qu’on a encore le droit bien sur) smiley

    • Par werther_original (---.---.---.66) 4 décembre 2009 12:42
      werther_original

      citation :

      Désolé, mais je trouve beaucoup plus sympathiques des personnages comme YAB, Hulot et Paccalet que ces chantres du progrès à n’importe quel prix !

      et voila le probleme , on se fout de la vérité , seul compte la mesure du coolomêtre.
    • Par Gollum (---.---.---.17) 4 décembre 2009 13:14
      Gollum

      l y a un énorme travail à faire sur notre industrie et notre mode de vie , mais les modifications nécessaires sont INCOMPATIBLES avec le système économique. 


      Je suis bien d’accord.. Notre système est toxique et ce sont des mesures beaucoup plus radicales qu’il faudrait.. C’est donc impossible que l’on s’en sorte et il est trop tard..
      Je pense que ce sont les événements eux-mêmes par la force des choses qui résoudront le problème..

      A Werther : je ne me fous pas de la vérité, mais je N’AI PAS et vous non plus les compétences pour savoir qui a tord ou raison.. Je me fie donc dans cette affaire plus à mon flair et quelques réflexions qu’à une véritable connaissance..

      D’ailleurs le fait que ça chauffe ou pas de la main de l’homme me semble tout à fait accessoire.. Ce que je constate c’est que ceux qui nous parle de non réchauffement ou de réchauffement non provoqué par l’homme sont des idéologues du progrès, adeptes des OGM et autres cochonneries toxiques.. Je ne pense pas que leur discours soit innocent..
    • Par ramonjimenez (---.---.---.52) 4 décembre 2009 14:52
      ramonjimenez

      Oui Gollum d’accord avec vous , ce discours n’est pas innocent , pas plus que celui des réchauffistes , qui veulent faire passer leurs taxes sur fond de mensonge.

      Quand à savoir qui a tort ou raison , je n’en sais rien . Mais j’ai eu à réfléchir après avoir vu la conférence du Pr Courtillot qui aborde de manière scientifique le problème et précise bien le flou dans lequel on est . La vérité c’est nos connaissances scientifiques sont insuffisantes pour établir des certitudes , et comme il le dit : « quand on dit qu’un sujet est clos et qu’on connait la vérité ce n’est plus de la science mais de la religion »

      Son intervention suffit à remettre en doute toute la religion réchauffiste.

      Pour le moment le green business ne sert qu’à continuer notre mode de consommation en ajoutant de nouveaux arguments de vente déculpabilisants pour les consommateurs , qu’on a bien préparé à devoir tout payer plus cher.

      Quand au lobby pétrolier , je ne suis pas certain qu’ils ne trouvent pas un intérêt à la thèse du réchauffement d’origine humaine. En effet , cela permettrait d’augmenter le prix du baril et de réduire les investissements de recherche de nouveaux gisements , et au final ça pourrait être le jackpot pour eux aussi..

      Mais dire qu’on SAIT AVEC CERTITUDE que le réchauffement climatique est du à l’homme est un pur mensonge , une manipulation et un outrage à la science et aux citoyens.

    • Par Gollum (---.---.---.17) 4 décembre 2009 18:20
      Gollum

      Quand au lobby pétrolier , je ne suis pas certain qu’ils ne trouvent pas un intérêt à la thèse du réchauffement d’origine humaine. En effet , cela permettrait d’augmenter le prix du baril et de réduire les investissements de recherche de nouveaux gisements , et au final ça pourrait être le jackpot pour eux aussi..


      Hum ça me paraît douteux.. Le prix du baril élevé en ce moment est le produit de la spéculation..
      On le doit à l’afflux important de liquidités apportées par Oncle Bernanke.. 
      Quant à un prix de pétrole élevé qui implique de réduire les investissements en recherche de gisements, c’est exactement le contraire !
      Plus le prix est élevé et plus la recherche de gisements devient rentable, B-aba de l’économie...
      Tout le lobby pétrolier a été contre les arguments pro-réchauffement jusqu’à très récemment. On voit mal pourquoi ils auraient changés d’avis.

      Bien d’accord par contre sur le fait que nous n’avons pas la pointure suffisante pour juger de ce dossier... mais franchement cela m’étonnerait fort que la patte de l’homme ne soit pas en partie responsable de cela. Et dans le doute il vaut mieux faire comme si..
      Bien que l’on puisse discuter des priorités : eau, pollutions diverses, bio-diversité, etc..
    • Par dom (---.---.---.22) 5 décembre 2009 03:24
      dom y loulou

      euh j’essaie de faire comme vous Gollum, mais je trouves pas la prise du shaker...

    • Par dom (---.---.---.22) 5 décembre 2009 03:26
      dom y loulou


      euh j’essaie de faire comme vous Gollum, mais je trouves pas la prise du shaker...

      l’apocalypse n’existe pas dans d’autres cultures que celles issues du livre comme on dit et apocalypsos veut dire REVELATIONS, en grec.

    • Par dom (---.---.---.22) 5 décembre 2009 04:05
      dom y loulou

      allez lire ECOSCIENCE de John Holdren, informez-vous sur qui est ce gars-là et on recause

      vous apprendrez qui sont les vrais nuisibles en ce monde quand vous comprendrez qui l’a nommé « ministre des sciences et de la technologie »


      et je ne suis pas ton gars

    • Par Gollum (---.---.---.93) 5 décembre 2009 09:31
      Gollum

      A dom : euh j’essaie de faire comme vous Gollum, mais je trouves pas la prise du shaker...


      rien compris, désolé..

      l’apocalypse n’existe pas dans d’autres cultures que celles issues du livre comme on dit et apocalypsos veut dire REVELATIONS, en grec.

      Bien sûr que si.. L’hindouisme connaît la doctrine des âges cycliques. 4 âges se terminant par l’âge de Kâli, âge de domination des Ténèbres se terminant par une apocalypse. Avec restauration d’une caste de prêtres.. Lisez certains textes hindous sur les fins de Kali-Yuga et comparez avec les signes avant-coureurs du retour du Christ dans les Évangiles.. C’est étrangement ressemblant..
      Je signale d’ailleurs que la saga « Le seigneur des Anneaux » est clairement une apocalypse avec invasion des Ténèbres et restauration édénique finale.. Le règne de Sauron correspondant à notre époque.. Y a que ceux qui n’ont pas les yeux en face des trous pour ne pas s’en apercevoir..
  • Par boris (---.---.---.147) 4 décembre 2009 11:46
    boris

    Par contre comme le dit John, l’obscurcissement planétaire dû aux rejets de fines particules issues de l’industrie et des véhicules à combustions fossiles est bien plus importante et surtout bien plus grave à court terme que l’accroissement du CO2 dans des proportions bien plus modeste. L’auteur de l’article le souligne fort bien d’ailleurs.

    • Par Grasyop (---.---.---.94) 4 décembre 2009 18:21

      Les particules solides retombent rapidement au sol et n’ont alors plus d’effet sur le climat.

      La vapeur d’eau retombe également, au bout d’une semaine, sous forme de pluie.

      Au contraire, le gaz carbonique émis dans l’atmosphère y reste très longtemps (ça se compte en siècles), et pendant tout ce temps il augmente, par effet de serre, la quantité d’énergie solaire absorbée par la Terre.

    • Par spearit (---.---.---.129) 4 décembre 2009 20:28

      Les particules solides retombent rapidement au sol et n’ont alors plus d’effet sur le climat.

      Peut-être, je n’en sais rien...

      La vapeur d’eau retombe également, au bout d’une semaine, sous forme de pluie.

      Il s’agit d’un cycle, il y a toujours de la vapeur dans l’atmosphère !!

      Au contraire, le gaz carbonique émis dans l’atmosphère y reste très longtemps (ça se compte en siècles), et pendant tout ce temps il augmente, par effet de serre, la quantité d’énergie solaire absorbée par la Terre.

      Le gaz carbonique, pour commencer est plus lourd que l’air, une partie est absorbée par la terre, une partie par les océans, ensuite une partie s’en va dans l’atmosphère. Mais pas même les scientifiques sauront dirent avec exactitude les % des ces parties, et encore moins ce que deviens la partie qui s’échappe dans l’atmosphère, rappellons-le un gaz PLUS LOURD QUE L’AIR.

      De plus l’effet de serre du CO2, est limité (comme un peu tout en ce bas monde) c’est à dire arriver à un certain seuil, l’augmentation de CO2 à un effet infinitésimal sur l’effet de serre.

      Le CO2 est également, ce qui échappe à beaucoup, un mauvais candidat à l’effet de serre, derrière d’autres gaz beaucoup plus efficace (vapeur d’eau, méthane...)

    • Par Grasyop (---.---.---.94) 5 décembre 2009 00:37

      Le gaz carbonique, même s’il est plus lourd que l’air, est tout de même un gaz, donc beaucoup moins lourd que des gouttelettes liquides ou des particules solides. S’il n’y avait absolument aucun vent, il retomberait, mais très lentement.

      « De plus l’effet de serre du CO2, est limité (comme un peu tout en ce bas monde) c’est à dire arriver à un certain seuil, l’augmentation de CO2 à un effet infinitésimal sur l’effet de serre. »

      À vérifier, mais j’imagine qu’on en est loin.

      « Le CO2 est également, ce qui échappe à beaucoup, un mauvais candidat à l’effet de serre, derrière d’autres gaz beaucoup plus efficace (vapeur d’eau, méthane...) »

      Comme je l’explique plus haut, le CO2 a peut-être un effet de serre moins puissant que le méthane (et peut-être aussi que la vapeur d’eau, je l’ignore), mais cet effet moins puissant dure beaucoup plus longtemps.

      La vapeur d’eau se condense sous forme de nuages puis retombe sous forme de pluie en quelques jours. Le méthane reste dans l’atmosphère une dizaine d’années. Le gaz carbonique, lui, y reste durant des siècles.

  • Par 5A3N5D (---.---.---.245) 4 décembre 2009 11:46

    Un jour, un de mes amis décida de « booster » la croissance de ses plantes d’aquarium.
    Pour ce faire, il s’acheta un « kit » de diffusion de CO2 dans son aquarium.

    Je le mis en garde sur un point : il n’avait pas de régulateur de pH. Peu importe, me répliqua-t-il, mon matériel est fiable !

    Je le vis arriver un matin, la mine décomposée : tous ses poissons étaient morts pendant la nuit, de façon inexplicalble. La mesure du pH fournit bien vite l’explication : il était tombé à 4,5 !

    Conclusion : le CO2 n’est pas un polluant et il n’est pas dangereux (?)

    • Par boris (---.---.---.147) 4 décembre 2009 11:59
      boris

      Slt 5A3N5D,

      Apparement tu n’as pas bien lu l’article, avant que le pH des océans passent de 8 à 4,2 même au rythme actuel il faudrait compter au bas mots quelques milliers d’années, si ce n’était que le CO2 il n’y aurait pas le feu au lac.

      Par contre toutes les pollutions diverses et variées sont elles beaucoup plus dangereuses, tiens un seul exemple celui des pesticides entre autres.

    • Par Gollum (---.---.---.17) 4 décembre 2009 13:18
      Gollum

      Il n’y a pas que les pesticides.. Le plastique se fractionne en de micro-particules ingérées par les organismes marins.. indigestion mortelle garantie..

    • Par 5A3N5D (---.---.---.245) 4 décembre 2009 14:05

      @ Boris,

      Si, bien sûr que j’ai lu l’article. Mon précédent message se veut provocateur, caricatural, tout simplement parce que l’auteur de l’article use lui aussi de la caricarture, en extrapolant une situation expérimentale qui a peu de chance d’exister à l’état naturel :

      - Selon le type de plantes, la concentration de CO2 au delà de laquelle une augmentation n’a plus d’impact sur la croissance des plantes (« point de saturation ») est de l’ordre de 1000 à 1300 ppm, soit 2,6 à 3,2 fois les concentrations actuelles. Si l’augmentation du CO2 atmosphérique devait se produire au même rythme qu’actuellement, il faudrait plus de 400 ans pour atteindre 1000ppm.

      Si on l’en croit, il serait « utile » de booster les plantes au CO2, pour une croissance optimale. Faut-il en arriver à ces taux de concentration atmosphérique extrêmes ???
      De plus l’auteur (ou celui qui lui a fourni les chiffres) est malhonnête, car dans le cas de la serre, il évite bien curieusement de nous parler de l’augmentation de la température que le CO2 y produit (effet de serre, c’est le cas de le dire !) J’attends donc une étude un peu plus scientifique et rigoureuse.

    • Par joletaxi (---.---.---.130) 4 décembre 2009 16:38

      arf... l’effet de serre radiatif dans la serre....

      on a des savants ici.
    • Par PapyJako (---.---.---.45) 5 décembre 2009 09:21
      PapyJako

      @5A3N5D
      Voici ce qu’aurail répondu, à votre argument de poissons morts, un homme illustre, dont le nom était « Philippus Theophrastus Aureolus Bombastus von Hohenheim », mèdecin Suisse qui est resté dans l’histoire sous le nom de Paracelse

      « Tout est poison, rien n’est poison, Ce qui fait le poison c’est la dose »

    • Par geo63 (---.---.---.117) 5 décembre 2009 10:14

      Là-dessus je suis d’accord, c’est ce que j’explique aux lycéens quand je vais leur parler de chimie...Mais je sens que je vais déchaîner les éléments...

    • Par PapyJako (---.---.---.45) 5 décembre 2009 11:21
      PapyJako

      @geo63

      La leçon de Paracelse, c’est qu’il est aussi vain de vouloir sanctifier un élément, quel qu’il soit, que de le diaboliser.

      L’information que nous répercute l’excellent article de Vincent Benard, c’est qu’on a beau chercher partout, et dieu sait si on a cherché, on ne trouve aucun cas où le CO2 - même à des taux que les scénarii catastrophes les plus échevelés du GIEC n’imaginent même pas - présente le moindre danger, ni pour les plantes, ni pour les animaux, ni pour l’homme.

      Si l’ennemi était la pollution, il y a longtemps qu’on aurait oublié le CO2, pour se concentrer sur les vrais polluants.

      Mais aucun élément n’est plus universellement ancré dans l’ensemble des processus vitaux que le CO2. Comme traceur de la vie, on ne fait pas mieux.

      Et c’est pour cela qu’il est si utile à ceux que la présence de l’homme sur la terre, son activité, son développement ... dérangent.

  • Par Arno_ (---.---.---.18) 4 décembre 2009 11:58
    Arno_

    Comment peut-on avoir un graphique qui prétend que la concentration en CO2 pendant des siècles était stable autour de 280 ppm et apprendre, dans le même article :

    En dessous de 340 ppm, le taux est trop faible, cette valeur constituant un seuil de carence préjudiciable à la bonne croissance des plantes. Autrement dit, notre concentration atmosphérique actuelle est juste légèrement supérieure à ce seuil de carence !

    L’une des deux assertions est manifestement fausse. Laquelle ??

  • Par pissefroid (---.---.---.211) 4 décembre 2009 12:03
    pissefroid

    Ce que je retiens, au sujet du CO2, c’est l’article de wikipédia :
    Finance du carbone - Wikipédia
    Un marché de 565 milliards de dollars à l’horizon 2020 c’est une raison, entre autre.

    • Par oLouv (---.---.---.177) 4 décembre 2009 15:00

      Quand on sait qu’avec 100 milliards on pourrait sauver 50000 vies par jour (investissement nécessaire selon l’OMS pour donner un accès à l’eau potableà tous les hommes et femmes de la Terre...

      Que 700 milliards cash sont sortis aux USA pour « sauver les banques »... Que la guerre en Irak dépasse les 1000 milliards depuis belle lurette... Mais de qui se moque t-on ?

      Qu’aujourd’hui, la priorité des peuples occidentaux est de réduire la production en CO2 de la planète entière... Quel égoïsme déraisonné...

      Que l’impact du CO2 soit vérifié ou invalidé, dans les deux cas c’est un génocide journalier qui se déroule sur notre planète... Ouvrez les yeux, l’oligarchie dirigeante ne souhaite pas sauver, ces millions de décès sont souhaités.

      Les Etats Unis dépensent 6% pour l’éducation & l’emploi... 50% dans le militaire... La encore, c’est une volonté (l’invasion de l’Irak a été une décision politico-militaire, pas une obligation).

      Le gâchis est juste inimaginable, nous avons les moyens d’inventer en quelques décennies, des solutions à tous les grands maux de notre planète... Mais avec 3% d’investissement dans nos générations futures, ce n’est pas prêt d’arriver.

      Alors pourquoi ? Car ceux qui ont aujourd’hui le pouvoir ne veulent pas le perdre, tous simplement, et il se démènent dans une démence incontrôlable pour pérenniser leur domination. Ce n’est pas en rendant les citoyens esclaves de leurs crédits & impôts que ces derniers vont pouvoir inventer... La taxe carbone est juste un poids de plus pour asservir davantage la classe moyenne et les entreprises... L’argent ira... Soyez-en certain... Ailleurs qu’au développement d’eau potable !

  • Par clostra (---.---.---.157) 4 décembre 2009 12:12

    En les écoutant tous que ce soit sur « Ce soir ou jamais » avec Taddei, « C dans l’air » avec les presque mêmes, on s’interroge et on devine beaucoup...
    C que si ça se refroidit, C pour demain...
    Et là, il est assez incertain que, barre à babord toute ou à tribord car il faudra faire vite, on nous dise de reconsommer le plus possible de produits émetteurs de CO2. Et pourtant !
    Bon, alors replantons vite pour avoir de quoi se chauffer car il n’y aura plus besoin d’arbres pour consommer du CO2.
    On l’a compris, mais ce serait mieux de le dire : le CO2, on sait à peu près le mesurer. C’est donc une base de calcul de quoi, au fait ?

  • Par malqp (---.---.---.119) 4 décembre 2009 12:19

    IL N’Y AURA PAS DE MONTÉE DES EAUX.
    C’est physiquement Impossible.

    Faites un test chez vous : prenez un verre d’eau rempli à 100%.
    Ajoutez y plusieurs gros glaçons, et assurez vous qu’après cela, la moindre goute d’eau supplémentaire ferait déborder le verre. Attendez que les glaçons fondent et vous constaterez que le verre d’eau n’a pas débordé.
    Pourquoi ? Parce que l’eau sous son état liquide prends moins de place que sous son etat solide et que la plus grande partie des glaces est submergée.

    Et on voudrait nous faire croire à la montée des eaux ?
    Propagande rechaufiste pour attardés mentaux.

    • Par Nhol (---.---.---.251) 4 décembre 2009 12:24

      La seule dernière phrase donne une crédibilité magnifique à cet avis...

    • Par werther_original (---.---.---.66) 4 décembre 2009 12:35
      werther_original

      non ca ne debordera pas a cause de la cohésion moléculaire.

      Ca ne vous ait jamais arrivé de remplir de trop votre verre et de voir l’eau dépasser du verre sans s’en échapper en formant un magnifique rayon sur tout le pourtour.

      Il y a eu mauvaise expression.
      Le fait est qu’un verre avec des glacons que l’on rechauffe ne verra pas l’eau monter une fois les glacons fondus.

      Je vous met un sympathique lien pour les tout-petit qui explique le phenomene.

      Sans rancune.


      http://dispourquoipapa.free.fr/sciences/sc0039.htm





    • Par Gollum (---.---.---.17) 4 décembre 2009 13:24
      Gollum

      Propagande rechaufiste pour attardés mentaux.


      Mouais sauf que si la banquise fond, c’est comme dirait la Palice, c’est qu’il fait plus chaud.

      S’il fait plus chaud, l’eau va se réchauffer et croître en volume parce que c’est de la physique de base. L’écart entre les molécules d’eau devient en effet plus important.

      Donc le coup du glaçon qui ne déborde pas est de la propagande de non-réchauffiste pour attardé mental..
    • Par pissefroid (---.---.---.211) 4 décembre 2009 13:29
      pissefroid

      Quand les gens parlent de montée des eaux, ils imaginent la fonte des glaces du groenland.
      ça nous laisse le temps de voir venir car il faudrait probablement un millier d’années.
      Et que, bien sûr, le réchauffement soit plus élevé que prévu par les scientifiques.
      Le giec, n’étant pas un organisme scientifique, ne peut donner d’avis pertinent.

    • Par décurion (---.---.---.52) 4 décembre 2009 13:51

      Il ne faut pas non plus oublier, que l’eau se présente sous trois aspect différent, gazeux, liquide, solide, et dans cet ordre, du plus chaud, au plus froid.
      En sommes, plus de chaleur, c’est plus de nuages. Plus de nuages, c’est moins de chaleur. Sans compter, toutes les autres interactions, dont on ne tient pas compte.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !





Les thématiques de l'article


Palmarès







Partenaires