Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Les nouveaux sans-culottes : les sans-cravate

Les nouveaux sans-culottes : les sans-cravate

Dans tout le flot d’infos plus ou moins sérieuses survenues ces derniers jours, il y en a une qui m’a mis particulièrement en joie. Celle d’un député "vert", François de Rugy, qui a demandé à ne plus porter de cravate à l’Assemblée Nationale, afin de faire gagner quelques minutes de climatisation, la cravate ayant pour effet naturel de faire chauffer celui qui la porte. Refus sévère de l’étiquette  : "les huissiers nous surveillent, ils ont des consignes strictes  : interdit de rentrer habillé autrement", raconte France-Soir, le 3 juillet. "J’ai feuilleté le règlement de l’Assemblée et pour le moment, je n’ai pas lu cette règle vestimentaire" ajoute le député. Une interdiction sans réglement de référence ça, ça me tord de rire. C’est surréaliste. Ça me fait sourire pour une raison simple  : j’ai 57 ans et me targue de ne jamais avoir porté de cravate de ma vie. Pourquoi  ? Parce que j’ai toujours trouvé ce machin moche, encombrant et inutile. Et particulièrement ennuyeux à porter  : j’en ai vu des cravates atterrir dans le potage, d’autres se prendre dans les fermetures Eclair, d’autres encore aveugler celui qui la portait, courant pour prendre son train et se prendre un gadin monstrueux. La cravate est inutile et encombrante, et n’a donc qu’un intérêt de représentation. Sans elle on n’est pas un homme, sans elle on est impoli. Et depuis hier, en France , sans elle on n’est pas député  !!! Ou l’on n’a pas non plus le droit d’entrer dans l’ambassade de France au Liban. A l’Assemblée, notre homme de continuer  : "Dans le Nord — Pas-de-Calais, le président du conseil général a déjà pris cette disposition et au Japon, le Premier ministre a lancé l’idée il y a quelques années. C’est un geste simple, cela ne coûte rien de le faire. Nous légiférons pour qu’il y ait des avancées en matière de développement durable mais l’Assemblée est en queue de peloton dans ce domaine. Bernard Accoyer nous a invités à utiliser les escaliers plutôt que les ascenseurs pour lutter contre l’effet de serre. Il faut continuer sur cette lancée." C’est vrai ça  : à quoi sert donc cet acoutrement vestimentaire devenu uniforme obligatoire de députés et pompe à chaleur à la fois  ? Est-il aussi fondamental et indispensable que ça  ?

Billevesées. On m’avait dit lors d’un de mes exams, dans les années 70, "n’y va pas sans cravate, tu vas te faire tuer, le prof de géo est réac et note mal ceux qui n’ont pas de cravate"   : voyez où ça peut aller, la connerie humaine. Dans le couloir, j’étais le seul en polo. Ce n’est pas pour ça que j’ai réussi mon exam’  : tout le monde s’était mis en tête que c’était obligatoire, alors que ça ne l’était pas. Je n’ai donc jamais porté cet accoutrement que je juge ancestral et anecdotique depuis toujours. A peine ai-je porté un bolo-tie, (deux en fait  !) parfois, dont un orné d’un Remington Navy, superbe pistolet, moins bien connu que le Colt. On peut admirer une superbe collection de bolo-ties ou "bolas" au Desert Caballeros Western Museum de Wickenburg, en Arizona  : logique, ils ont été inventés dans cet état par Victor Cedarstaff, les plus beaux étant ornés de motifs des indiens Zuni. J’en ai acheté des accessoires de ce type, à une époque, tout ça chez "Cow-Boy Dream" à Paris, un magasin qui existe encore. Le must chez eux  : les pointes de col de chemise, le cauchemar du repassage et j’ai même toujours gardé depuis ce temps ma ceinture Nocona au confort incomparable  !

Ça ou un amusant petit nœud de cow-boy texan qui a l’avantage de se fixer par deux pinces, le nœud étant déjà fait. Le mettre ou le défaire prend 15 secondes, parfait avant le cocktail de mairie ou la manifestation préfectorale. On arrive, et selon l’ambiance on se déguise ou non en Robert Mitchum de la Nuit du Chasseur. On n’est pas obligé de passer ses doigts au marqueur pour autant ("Love" d’un côté, "Hate" de l’autre, ne pas se tromper, ça foit pouvoir se lire comme ça et non dans l’autre sens  !). Surtout en préfecture. J’ai fait ça vingtaine de fois dans ma vie, sans plus. Je me sens vite étranglé, sauf avec le faux-nœud à pinces, et je suis incapable de faire un nœud de cravate normal. Alors que je sais naviguer et faire des nœuds rigolos  : d’écoute, de tête d’alouette, de cabestan.... un jeu d’enfant, on m’avait dit  : je n’ai jamais été fichu d’y arriver . Quand je pense qu’il y en a pour vous faire des pages entières sur comment assortir votre étrangleuse à rayures avec votre tête des mauvais jours, j’hallucine.

Gare à ceux, selon ses doctes conseillers, qui ont le visage rond (ça n’est pas mon cas, ouf)  : "Si votre visage est plutôt rond ou ovale  : Il faudra alors privilégier des cravates avec des motifs simples comme des petites fleurs, des petits feuillages ou animaux d’un demi centimètre, cravates de 1 à 2 couleurs avec des petits ronds. Pour ne pas se tromper, choisissez une cravate unie  !". Je comprends mieux pourquoi mon receveur des Postes à la bouille comme un bocal à poissons rouges arbore toujours un véritable zoo autour du cou  ! Et purée, je découvre avec horreur qu’il n’y pas une seule sorte de nœuds mais... neuf (fondamentaux) J’aurais tendance personnellement à privilégier le nœud Atlantique, vu que de loin, comme ça, on dirait un noeud de lacet... C’est de loin le plus moche, ça me va très bien, puisque de toute façon... je n’en mets pas. Et puis de toute façon, question goûts, faut demander l’avis des femmes Et moi, ma femme, ça tombe bien, elle déteste les cravates. La séduction, nous disent les magazines de mode, ça passe par le vestimentaire. A voir mon bon président, je n’en suis pas persuadé. Une femme à poils, c’est bon pour faire une pub Aubade qui traîne dans tous les bureaux des gros machos. Et ça laisse la désagréable impression que rien n’est à conquérir. Tout l’inverse de la séduction, donc. Enlever, ("effeuiller" ils disent mais je suis rarement sorti avec des arbres) c’est mieux que déjà déballé, ça fait moins surgelé. Et s’échiner dix minutes sur des fermetures de sous-tifs, ça fait rire tout le monde... La maladresse est un gage de séduction masculine évidente  : un fou-rire, et déjà le courant passe. L’amour triste, aucun intérêt.

En revanche, notre bon président a plutôt l’air de faire lui une petite fixette sur cet accessoire... Une fixation démarrée jeune. Et demeurée bien vivace chez lui. Figurez vous en effet qu’il vient d’offrir aux 732 députés européens, pour se faire aimer sans doute, une malette. Dedans, crayon, bloc-notes, stylo (bleu-blanc-rouge si on compte l’effaceur  ?) et ... une cravate-surprise. Grise. Plutôt gris clair. Je sais pourquoi, au moins aujourd’hui je n’aurais jamais pu devenir député européen... moi, ça ne me fait trop rien, donc. En revanche pour le bon tiers de députés femmes qui composent l’hémicycle, le geste a plutôt été perçu comme un sommet de goujaterie ou de machisme... ou comment la cravate nous conduit directement à la parité....ou à son absence. Dans la tête présidentielle, il y a encore du travail à faire. Chez ses fistons aussi d’ailleurs.  Et si vous voulez avoir une idée de la cote d’amour à Bruxelles de notre président toujours encravaté, sauf quand il fait son jogging, (qu’il semble d’ailleurs avoir abandonné car plus assez médiatique), offrez-donc une cravate à votre femme. Et tendez la joue droite, ça ne devrait pas tarder à arriver. Nous avons un président goujat, faudra bien s’y faire. Plus de deux cent femmes sur le dos, voilà un joli chiffre venu de Bruxelles, pour ceux qui se plaignent qu’ils sont toujours mauvais.

En prime notre député anti-cravate, au moins, ne ment pas  : sur son site, il n’en porte effectivement pas. L’homme soutien une demandeuse d’asile et c’est tout à son honneur de député à idées. Il s’est engagé aussi pour restreindre l’accès aux Corridas pour les mineurs, chose que je partage également  : les bonhommes à pompons, pantalons moulants moule-fesses et chapeaux de Mickey qui trucident des taureaux, ça m’a toujours paru hors du temps et incongru, voire grotesque. Me plaît bien le bonhomme, disons  : or je ne suis pas plus vert que communiste.. ou musulman. Mais je déteste les cravates. Comme lui déteste les OGM, contre lesquels il s’était bien battu ces dernières semaines. En saluant le rejet du projet et en claironnant à l’Assemblée «  ce vote est un vote de résistance aux pressions économiques et financières effectuées par les grands groupes de l’agrochimie  ». On a beau être vert, on n’est pas un légume dans l’hémicycle. Même par 35°C et sans arrosage.

Tout ça, remarquez, ça ne nous dit pas comment on a réussi à faire porter pareil bazar idiot aux gens. A vrai dire, c’est un histoire assez tordue. Un peu comme le cou de David Martinon, expédié cravate comprise promptement aux States pour crime de lèse-majesté. Ou celui de Bachar el-Assad à qui on pourrait facilement mettre dix cravates empilées (ou dix nœuds coulants, j’en connais que ça ne gênerait pas trop). Depuis son éjection de l’autre côte de l’Atlantique, il s’est bien libéré de toutes ses contraintes, notre porte-parole muet préféré. La cravate peut donc bien être aussi la preuve d’une certaine servilité, ou le symbole de toutes les humiliations hiérarchiques. ’’La cravate est un symbole d’aliénation, de pouvoir ou le signe d’une attitude réservée ’’ nous dit il est vrai Paulo Coelho. J’approuve et les trois en même temps pour sûr. Il suffit de comparer Steve Jobs à Bill Gates pour s’en apercevoir  : l’un a tous les pouvoirs et une cravate, et n’en fait rien de bon sinon que reproduire ce que d’autres lui apportent sur un plateau, l’autre écoute, réfléchit, prend des risques et innove constamment. L’un a un polo, un jean et des baskets et lance des objets inimitables, l’autre à un costume et une coupe de cheveux ringardes et se plante à chaque tentative de faire du neuf  : le Zune, Windows Mobile, Vista. L’un est charismatique, l’autre.... banal et empesé. Le second est reçu par beaucoup de gens, dont le président, pas le premier. Oui, mais Bill Gates a une cravate, lui.

Mais revenons à l’historique de l’engin de torture pour députés. Selon tous les historiens, ce ne sont pas les Bourgeois de Calais qui ont inventé la cravate comme je l’avais toujours pensé jusqu’ici (auquel cas j’ai cru voir un soir il y a quelques mois à la télévision une tentative irakienne de relancer la mode). Non, au début, au XIVeme, c’est un bête foulard, noué d’ailleurs n’importe comment. J’aurais du naître il y a sept siècles  : le "n’importe comment" est pour moi une bonne façon de s’habiller. Le nom viendrait du croate "Hrvat", (à vos souhaits) des soldats de cavalerie légère du roi... ce qui pourrait expliquer cette immonde cravate Lustucru vue un jour sur un de mes anciens supérieurs hiérarchiques. Qui avait vite hérité dans ses services du surnom de la marque de pâtes. On passe les abominables "fraises", bidule de dentelle encore plus ridicule, pour en arriver au XVIIeme siècle et sous Louis XIV où ça devient un mélange de rubans à plus ou moins discipliner. Evidemment, s’est réservé à une partie de la population  : le paysan au champ est toujours cou nu (et tout bronzé, chanson à boire célèbre pour décérébrés). Avant le bronzage était pour les pauvres, aujourd’hui c’est réservé aux riches.

Et puis survient la bataille des Flandres, car le truc imméttable a été inventé...chez moi, à Steinkerque en 1692 lors d’une bataille bien classique. C’est alors un simple foulard noué dont on passe les bouts dans les boutonnières. Elle tombe très vite en désuétude, remplacée par la Crémone ("Simone, ou as-tu mis ma Crémone  ?") puis par un carré de dentelle nouée. On joue sur les tons  : noir dans la journée, blan le soir... et arrive le XIXeme, où l’étiquette royale fait place aux flonflons de la République. On passe avant par le le "stock", une sorte de col plastron montant et à partir de là ça se dégrade sec, la mode s’emparant du bidule immonde, ca devient une obligation d’en avoir une en société pour ne pas passer pour un rustre. Un freluquet prétentieux comme pas deux fait alors la une des gazettes avec ses fringues au cordeau et ses foulards noués, c’est le Beau Brummell, empereur déclaré du dandysme. C’est de lui que vient l’horreur, appellée alors Régate (ou Ascot) L’homme est anglais, et il a dû se réfugier en France car poursuivi par ses créanciers. Ruiné, il adopte le noir à la place du blanc... trop salissant. Il apporta avec lui cette satanée limace avec ses variantes de nouage et ses hauts de forme. Balzac et bien d’autres en font la renommée, puis arrive le XXeme siècle ou un couturier américain Jesse Langsdorf à (enfin) l’idée de simplifier le truc en le découpant en trois morceaux à assembler dans la diagonale du fil pour plus d’élasticité  : nous sommes en 1926 et la cravate actuelle est née. Dans les années 70, avec la vogue des t-shirts elle perd énormément de terrain, on la remplace par des foulards de couleur ou des colliers (les Stones, qui ont démarré encravatés, ou Hendrix en arborent), et il faut des grands couturiers comme pour la relancer, dont Pierre Cardin. Qui ira puiser chez Vasarely les horreurs nouvelles (et achétera quand même les incroyables maisons boules de Antti Lovag, faut bien se rattraper). On assiste au grand retour des cravates à pois et des chanteurs qui vont avec, et même aux cravates de tontons flingueurs. Au même moment, un vrai "kid" né en 1970 révolutionne les cours de tennis en abandonnant le blanc obligatoire, en s’affublant de shorts longs fluos de surfer et en arborant des coiffures invraisemblables  : c’est André Agassi, le trublion de la terre battue. Il mettra vingt cinq ans pour faire le chemin adverse et devenir le garçon encravaté le plus attachant des courts. L’habit n’a jamais fait le moine, et André le coigneur en est l’exemple vivant. Il s’habille comme un plouc de plage mais frappe comme un dieu des stades. Le vieux monde des institutions vestimentaires s’effondre progressivement, malgré la résistance émérite de Gilbert Bécaud et de Roger Gicquel. (Admirons au passage le décor de TF1 à cette époque  : tenir éveillé devant un tel psychédélisme relevait de la prouesse cérébrale).

Et comme dans les années 90 c’est une forme nouvelle de capitalisme sauvage qui s’instaure... la cravate fait son come-back. Celle du trader ou de l’attaché commercial prêt à vendre sa sœur pour remporter le marché. On a même alors droit au "manuel du bien porter la cravate" pour faire des affaires dans ce bas monde. La mondialisation vue sous l’angle de l’étrangleuse, ça devient croquignolet  : "Selon que l’on se retrouve dans une usine, un restaurant chic en ville, dans un bureau ou dans une boîte de nuit, il convient d’adapter l’appendice de tissu à la situation. Pour chaque pays enfin, il est conseillé de se renseigner sur la signification des couleurs pour éviter des erreurs qui pourraient compromettre le bon déroulement des affaires. En Chine, le jaune a une connotation pornographique tandis que le rouge porte chance par tradition. Le blanc est à éviter car synonyme de deuil dans ce pays ainsi qu’en Inde et au Japon". Je sens qu’on va me dire un jour qu’on n’a pas été fichu de vendre des Rafales au Maroc à cause d’un clampin qui arborait ce jour là un "appendice de tissu" à chameaux ou dromadaires...et dont le nœud parmi les 85 existants à ce jour n’était pas le bon  ! Même le show-bizz s’y est mis, la cravate nous joue en fait un dernier come-back. Sous la forme il est vrai de bout de ficelle infâme pour geek branché. Et ce, jusqu’au rugby, où c’est devenu une vraie figure de style... Mais ça sent la fin...

Car, finalement, on ne nous étrangle que depuis 82 ans. Historiquement, c’est assez peu, si bien qu’on peut raisonnnablement tabler sur une disparition rapide de cet accessoire de torture masculine. L’idée fait son chemin, parait-il  : même en haut lieu une révolution est en cours  : les cols roulés sont déjà de retour  !

Mais pas à l’Assemblée Nationale  : le 10 juillet, une dépêche nous annonce chaudement que "le bureau de l’Assemblée nationale a décidé de maintenir le port obligatoire de la cravate dans l’hémicycle pour les députés hommes, selon le compte rendu de cette réunion du bureau". Avec une explication à se rouler par terre à nouveau  : "le bureau, qui regroupe autour du président Bernard Accoyer (UMP) des députés de la majorité et de l’opposition, a également souhaité "rappeler à tous les membres de l’Assemblée la nécessité jusque là observée d’avoir en toutes circonstances une tenue respectueuse des lieux". Des bâtiments "respectés" par des cravates, il n’y pas, en France, à l’assemblée nationale, le surréalisme n’est jamais très loin.

PS  : Si on pouvait éviter les fines allusions sur les cravates et une autre institution chargée de rédiger des actes administratifs, je ne m’en plaindrais pas, tout au contraire. Ce qui compte, en définitive, pour ceux qui en portent une, c’est bien ce qu’il y a...derrière la cravate.


Moyenne des avis sur cet article :  3.29/5   (63 votes)




Réagissez à l'article

594 réactions à cet article    


  • el bourrico 17 juillet 2008 15:34

    Je vais même plus loin, jamais de costard non plus.
    Quoi de plus ridicule qu’un type engoncé dans un costard par 35° à l’ombre... Accepter de puer le poney pour avoir l’air d’un pingouin en costard, ça me dépasse.
    En plus, c’est l’habit des plus grands voleurs, des plus grands escrocs. Quand je vois un type en costard, j’ai pas confiance.


    • sisyphe sisyphe 17 juillet 2008 22:42

      Moi non plus, je ne porte jamais de cravate : de là à en faire un sujet aussi long ; franchement.....


    • L'équipe AgoraVox L’Équipe AgoraVox 17 juillet 2008 23:58

      @ tous

      L’article a disparu durant quelques heures, à cause d’une fausse manipulation lors d’une correction. Veuillez nous en excuser.

      L’équipe AgoraVox


    • Avatar 18 juillet 2008 00:01

       smiley

      Ah bon et pour celui-ci aussi y’a fausse manipulation des votes ?

      http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=42202

      900 votes négatifs pour une vingtaine d’intervenants...


    • Halman Halman 18 juillet 2008 11:30

      Moi aussi, je suis très fier d’avoir choisi des métiers ou les costards cravates ridicules ne sont pas de mise.

      La seule cravate que j’ai portée est cet chose maron de la tenue de sortie à l’armée.

      Je suis sidéré du retour du costar chez lez jeunes. On voit même de plus en plus des pauvres gars de 25/30 ans porter ces horreurs de pardessus beiges à la Colombo des années 50/60. C’est une horreur, un retour 50 ans en arrière.

      Il arrive même d’en voir avec le chapeau et la pipe, à 25 ans, c’est une catastrophe, qu’est ce que cela va donner à 60 ans ?

      C’est carrément déshumanisant ce truc et c’est d’un laid.


    • Halman Halman 18 juillet 2008 11:36

      Bien sur j’avais oublié le principal, outre le ridicule et le déshumanisant de la cravate c’est un gros problème de santé : la chemise fermée par une cravate empèche la ciruculation de l’air autour du corps, le coeur est trop sollicité et les infarctus arrivent plus facilement.

      Les médecins préviennent les cardiaques de ne pas mettre de cravate, mais certains sont tellement obtus...


    • Dorice Dorice 17 juillet 2008 15:43

      "question goûts, faut demander l’avis des femmes" : alors je vous le donne momo, il n’y a rien de plus beau et classe qu’un homme en costard, cravate et ... boutons de manchette (mais c’est vrai quand été c’est un peu chaud tout ca ).


      • pseudo pseudo 17 juillet 2008 19:11

        @ Dorice

        Moi aussi je suis une femme et je trouve que , sans le costume, c’est quelquefois pas mal aussi ! smiley

        :D


      • sisyphe sisyphe 18 juillet 2008 00:49

        par Dorice (IP:xxx.x0.143.46) le 17 juillet 2008 à  15H43

         
        "question goûts, faut demander l’avis des femmes" : alors je vous le donne momo, il n’y a rien de plus beau et classe qu’un homme en costard, cravate et ... boutons de manchette

        Ouais ben les femmes, c’est comme les hommes ; y en a qui ont des goûts de chiotte...
        Alors, prononcez vous en votre nom, pas en celui des femmes : merci.

      • Dorice Dorice 18 juillet 2008 16:57

        En effet, j’ai oublié " mien". Sachez que je n’ai pas la prétention de répondre pour la majorité des femmes, surtout en plus sur ce domaine où je sais que je pouvais passer que pour une réac en aimant les costards, cravates et boutons de manchettes.

        En tout cas, je constate qu’il ne faut pas faire un faux pas sur ce site sinon tu te fais dégommer.

        Morice, je vous plains sincèrement de vous faire agresser toute la journée. Oh je viens de plaindre morice, je vais me prendre combien de votes négatifs encore ?


      • gecko gecko 17 juillet 2008 15:45

        ouaip moi tout ce que j en dis c’est qu on a la classe ou qu on l a pas... avec ou sans cravate d’ailleurs...


        • morice morice 17 juillet 2008 15:48

           En plus, c’est l’habit des plus grands voleurs, des plus grands escrocs. Quand je vois un type en costard, j’ai pas confiance.
          marrant, je suis pas loin de penser pareil : aurait-on dévoyé le costard à ce point ???


          • Halman Halman 18 juillet 2008 11:52

            Ah oui, le costume de clown commercial qu’on vous oblige à mettre pour mieux raconter des fadaises à vos clients. Rassurez vous les clients ne sont pas dupes et vous voient arriver de loin pour les entuber.

            Mon banquier qui se croit élégant en costume à carreaux du style du canapé du Pere Noël est une ordure.


          • morice morice 17 juillet 2008 15:57

             par Julien Larsen (Paris)
            (IP:xxx.x1.245.1) le 29 mai 2008 à 12H53 

            Vous avez tout à fait raison. Un fumeur de cannabis ne fait de mal à personne, lui !!! La peine de mort pour les delinquants sexuels, je suis d’accord, oeil pour oeil, dent pour dent !!!! Vous allez voir, dans quelques années, ce sera "cool" d’ être pedophile et on nous demandera d’ être tolérants à l’ egard de ces malades !!!! L’ occident tout entier est tombé une phase de decadence qu’ a connue, jadis, la Republique d’ Athenes.... Il est donc normal de se prémunir contre cela et de se tourner vers la religion.

            • Djanel 17 juillet 2008 20:03

              Julien Larsen (IP:xxx.x4.80.211) le 17 juillet 2008 à 15H56

              Moi, au boulot, je porte le costard et la cravatte. J’ ai le plus grand respect envers mes clients ! Ridicule voir insultant cet article !

              Je vous signale que l’article ne fait que 4 lignes. Si vous devez porter le costume trois pièces avec cravate au boulot, cela ne permet pas de vous prendre pour un membre permanent de l’élite nationnale car vos jugements démontrent que vous n’êtes qu’un fat.

              Quelle décadence attribuez-vous à la république d’Athènes ? La république d’Athènes fut détruite par Philippe Roi de Macédoine et père d’Alexandre le grand.


            • Halman Halman 18 juillet 2008 12:00

              Et qui sont ces décideurs patrons d’usines qui prennent les décisions les plus polluantes ? Bin oui, des cravatés dans leurs bureaux climatisés et leurs bagnoles 4*4 vitres tintées et gps à la mode. Pas vraiment l’ouvrier de base qui se détend comme il peut le week end en jeans alors que les cravateux sont bloqués en réunions avec leurs patrons pour faire les beaux et les lèches culs le week end aussi, au golf et au restau.

              Pendant ce temps là, nous tranquilles dans nos planeurs, derrière nos telescope, au soleil avec la copine, cool.

              En vieux jeans moulant et tellement agréable à porter, le col ouvert au soleil et à l’air, relax.


            • Serviteur Serviteur 17 juillet 2008 16:11

              Bof c’est traditionnel ce genre d’accessoire et puis ça permet de mesurer le degré de rigidité d’un rendez vous / soirée et donc d’adapter son comportement en fonction.

              Quand au machisme de M. S..... je dois dire que vous lui faite un faut proces car quoi de plus sexy qu’une femme en chemise blance assortie d’une cravate noir négligement nouée ? Bon des tas de choses sont plus sexy mais quand meme ça le fait !-> de cette phrase vous pouvez deduire que je ne porte actuellement pas de cravate

              petit exemple : http://img171.imageshack.us/img171/118/winonaryder02avan9.jpg


              • Avatar 17 juillet 2008 16:27

                <Exact Serviteur,

                La cravate sied mieux a la gente féminine :

                http://imagesforum.doctissimo.fr/mesimages/3781413/dsc1243.jpg

                Mais on peut faire une cravate pour deux, la "cravate du notaire". smiley

                Pour les incultes, écrire à Larsen smiley


              • Halman Halman 18 juillet 2008 12:05

                Chacun ses gouts Serviteurs, moi je trouve ça anti bandant au possible la nana en cravate, à la mode dans un certain milieu artistique du cinéma branché.



              • Castor 17 juillet 2008 16:18

                sans doute le meilleur article de Morice.
                Merci mon grand.


                • Olga Olga 17 juillet 2008 16:36

                  Salut Julien

                  Tu vas pas nous faire ton calimero ?
                  Un grand garçon comme toi...


                • Avatar 17 juillet 2008 16:39

                  A Tous,

                  C’est une hallu ou l’article de momo a rétréci au lavage ?


                • Castor 17 juillet 2008 16:57

                  pardon julien,
                  ce ne serait pas plutôt conducteur et répulsif ?


                • Olga Olga 17 juillet 2008 17:03

                  Morice

                  Je suis déçue : pas un seul mot en anglais (je me sens intelligente quand j’arrive à comprendre les passages en anglais de vos articles ; par contre je me sens un peu conne, de ne pas toujours comprendre les passages en français...C’est très rare heureusement).
                  Je suis rassurée : Après avoir appris, suite à une fuite inopportune, que vous alliez écrire un article concernant François de Rugy, j’étais plutôt inquiète pour son matricule. J’apprécie la vertitude de ce jeune député (pas encore dépité mais ça ne saurait tarder...) et j’aurais peu apprécié, si vous l’aviez "attaqué".
                  Mais non, tout va bien, c’est juste une histoire de cravate. En voilà d’une idée qu’elle est bonne. Foutez-moi toutes ces cravates au feu ! Vous avez vraiment l’air tarte (sauf julien Larsen, bien sûr, qui sait rester classe en toute occasion) avec ce bout de tissu qui pendouille au cou (je ne serai pas tenue pour responsable des jeux de mots et autres calembours, qui pourraient survenir suite à cette phrase malheureuse).


                • Castor 17 juillet 2008 17:15

                  Tu vois Julien, si le gouvernement cédait à la demande de régulariser les prostituées, on pourrait leur appliquer les règles applicables à tout commerçant, en l’occurrence punir le refus de vente...

                  comme ça, tu pourrais contraindre la troisième à te prendre comme client, chose qu’elle peut aujourd’hui te refuser et qui explique ton score de 2/3...
                   smiley


                • Castor 17 juillet 2008 17:30

                  Mon Julien,

                  ne sois pas triste, un jour tu auras toi aussi un plus gros zizi, avec lequel tu pourras jouer derrière les arbres.
                  En attendant, je souhaite que tu arrêtes de me regarder faire, je trouve ça malsain et pour tout dire, pas très bon pour ton développement, intellectuel comme sexuel.


                • Castor 17 juillet 2008 17:49

                  Tu l’as dit mon chéri...


                • Castor 17 juillet 2008 18:23

                  rhôôôô, Julien, le sous-entendu que voilà...
                  Alors quoi, tu vas nous faire une diatribe comme quoi t’as rien contre les homos ?
                  Si elle est du même tonneau que ta tirade sur les femmes, ceux qui sont concernés vont apprécier...
                  Jusqu’ici, je te trouvais rigolo et rafraichissant.
                  Finalement, je trouve que tu as autant d’esprit qu’une loutre, foi de Castor.

                  Bye chéri.


                • quen_tin 17 juillet 2008 18:40

                  C’est qui le plus fort ?
                  On vote ?


                • sisyphe sisyphe 18 juillet 2008 00:54

                  par Julien Larsen (Paris) (IP:xxx.x4.80.211) le 17 juillet 2008 à 16H43

                   
                  En effet, j’ ai une personnalité complexe mais ce n’ est pas parceque je suis un seducteur compulsif que je ne respecte pas les femmes, ça n’ a rien

                  Vas y julien, c’est bon ....

                • rocla (haddock) rocla (haddock) 17 juillet 2008 16:36

                  maintenant on a la cravate , le noeud et la tête de noeud ...


                  • Lucien Bretzel 17 juillet 2008 16:45

                    Tiens, aujourd’hui, morice fait dans la dépêche.

                    Quel talent ce momo smiley


                    • Avatar 17 juillet 2008 16:57

                      Je ne sais s’il faut en rire.

                      Mais des explications des gestionnaires du site ou de l’auteur seraient les bienvenues.

                      Comme d’habitude on n’en aura pas des responsables du site.

                      Comme pour ce fil ou le trucage des votes est manifeste et fort louche :

                      Plus de 900 votes négatifs la nuit pour une vingtaine d’intervenants différents :

                      http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=42202


                    • Avatar 17 juillet 2008 17:00

                      J’attends toujours une réponse à mon mail demandant des éclaircissements sur ce dernier....

                      A Morice,

                      Que se passe-t-il ?

                      Edward aux ciseaux d’argent a mutilé votre texte.... ?


                    • Gasty Gasty 17 juillet 2008 20:18

                      C’est vrai ! c’est bizarre. J’ai fait une copie d’écran.


                    • morice morice 17 juillet 2008 16:52

                       par Lucien Bretzel (IP:xxx.x48.59.48) le 17 juillet 2008 à  16H45 

                       
                      Tiens, aujourd’hui, morice fait dans la dépêche. 

                      Quel talent ce momo

                      ce qui veut dire ?

                      • Lucien Bretzel 17 juillet 2008 16:59

                        salut momo

                        ça veut dire que, comme Avatar, je n’ai que les 5 premières lignes de l’article. smiley


                      • morice morice 17 juillet 2008 17:03

                         Ça s’appelle comment ce charcutage.... sinon du hacking et de la destruction de site ? 


                        • morice morice 17 juillet 2008 17:06

                           par Lucien Bretzel (IP:xxx.x48.59.48) le 17 juillet 2008 à 16H59 

                           
                          salut momo 

                          ça veut dire que, comme Avatar, je n’ai que les 5 premières lignes de l’article.

                          normal, VOUS en êtes responsable, et venez de passer la DERNIERE LIMITE à ne PAS FAIRE !! avant vous VOLIEZ, maintenant vous DETRUISEZ ! votre FOLIE a pris le dessus !!! 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès