Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Les pollinisateurs sont en danger

Les pollinisateurs sont en danger

Dernièrement, un rapport a été émis par la Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et services écosystémiques, cette dernière stipule que le déclin des pollinisateurs affecte la production agricole au niveau mondial. La diminution des individus chez certaines espèces d’oiseaux ou d’insectes peut sembler banale à première vue mais, elle s’avère cependant d’une extrême gravité. En effet, « au moins trois quarts des cultures mondiales, dont les céréales, les fruits et les légumes, dépendent en partie des pollinisateurs » (La presse, 26 février 2016). Nous avons déjà de la difficulté à nourrir toutes les bouches de la planète qu’un autre obstacle s’impose. De nombreux facteurs aillant menés à cette situation seraient dus à l’homme. De là l’importance de mieux comprendre la problématique et de se questionner sur l’expansion de celle-ci, car un jour, c’est la survie de certains qui sera en jeu si ce n’est pas déjà le cas.

Afin de mieux cerner la problématique du déclin des pollinisateurs, il faut d’abord être conscient de leur rôle dans l’industrie agro-alimentaire. Les « pollinisateurs » sont les insectes et les oiseaux qui assurent le processus de pollinisation. En visitant plusieurs plantes, ils transportent le pollen d’une plante à une autre et permettent donc à celles-ci de se reproduire. Environ trois quarts des plantes dépendent de ce processus pour se reproduire, on parle entre autre de fruits et de légumes. Bref, les pollinisateurs sont un élément indispensable, car ils permettent de préserver la biodiversité en plus de contribuer à la productivité des cultures.

Malheureusement, divers facteurs sont en cause dans le déclin de ses êtres importants dans le processus de reproduction des plantes. De plus, les abeilles sont considérées comme un bon indicateur de la qualité de l’environnement dans lequel elles évoluent. C’est ainsi que l’on peut découvrir l’ampleur du problème qui se cache sous la diminution des populations de pollinisateurs. Voici certains des facteurs qui entraînent le déclin des abeilles et des autres populations : l’exposition aux pesticides, les parasites et les organismes nuisibles, la perte d’habitat et les changements climatiques. La majorité de ses conditions ont été amené par l’être humain. Oui, les pesticides empêchent les parasites de s’attaquer aux cultures mais, à quoi bon serviront ils lorsque les pollinisateurs ne pourront plus assurer la productivité de celles-ci ? Oui, il faut réduire les forêts pour faire des champs mais, à quoi bon serviront ces champs lorsque les pollinisateurs n’auront plus d’endroit où habiter ?

Sur une note plus positive, plusieurs options sont étudiées pour protéger les pollinisateurs, la santé de la population et l’environnement. En effet, le ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la lutte contre les changements climatiques a lancé une stratégie qui prendra place entre 2015 et 2018. Celle-ci vise à augmenter les restrictions pour l’utilisation des pesticides, à réduire l’exposition à un des pesticides très nocifs (néonicotinoïdes) et à limiter les risques de contamination. Si le sujet vous intéresse et que vous souhaitez en apprendre plus, j’ai laissé quelques liens à titre de complément.

http://www.lapresse.ca/environnement/201602/26/01-4954877-le-declin-des-pollinisateurs-menace-la-production-agricole-mondiale.php

http://www.agrireseau.net/apiculture/documents/D%C3%A9clin%20poll_FR_MC3_M_Chagnon.pdf

http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/pesticides/strategie2015-2018/pollinisateurs.htm

http://www.omafra.gov.on.ca/french/pollinator/discuss-paper.pdf

https://curio.ca/fr/video/emission-speciale-le-declin-des-insectes-pollinisateurs-5443/

 


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • wawa wawa 23 mars 05:45

    un peu court, aurait mérité d’etre plus détaillé


    • alinea alinea 23 mars 12:53

      Non, c’est bien, on met l’article de côté et on prend le temps de regarder les liens.
      Merci


      • adrien 25 mars 13:05

        Les insecticides néonicotinoïdes systémiques (acétamipride, thiaclopride, clothianidine, imidaclopride, thiaméthoxame, dinotéfurane …) agissent sur le système nerveux central des insectes : L’impact neurotoxique est plus modéré chez les mammifères, par rapport aux organophosphorés et aux carbamates. Mais leur absence de sélectivité est nuisible aux insectes pollinisateurs, dont les abeilles mellifères, ce qui a entrainé l’interdiction du traitement des semences avec des produits phytosanitaires contenant du clothianidine, du thiaméthoxame et de l’imidaclopride et bientot de toute la gamme si le vote récent des députés est entériné.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

annfred3


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès