Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Liaison ferroviaire Lyon-Turin : un projet inutile et nuisible

Liaison ferroviaire Lyon-Turin : un projet inutile et nuisible

 Le projet de liaison Lyon-Turin est l’un des 30 projets prioritaires à l’horizon 2020 du Réseau Trans-Européen de Transport (RTE-T). Il s'inscrit dans l’axe Lyon - Trieste - Divaca-Koper - Ljubljana - Budapest - frontière ukrainienne, contenant la partie ferroviaire transalpine Lyon-Turin.

Mais son coût astronomique, les prévisions fantaisistes, les discours de ses promoteurs en contradiction totale avec les faits, les chiffres et les statistiques imposeraient d’arrêter immédiatement ce projet car c’est en définitive le contribuable qui payera la gabegie…

Le projet de liaison Lyon-Turin est revenu sur le devant de la scène médiatique début 2015 avec la signature par François Hollande et Matteo Renzi, réunis à l’occasion d’un sommet franco-italien, de l’avenant à l’accord de 2001 qui permet de lancer les premiers travaux. 

Avec 140 km de ligne nouvelle dont 86 km enterrés, la nouvelle liaison doit mettre Paris à 4 heures de Milan, contre 7 actuellement. Ses promoteurs veulent officiellement développer le fret entre la France et l’Italie et désengorger les voies routières. 

Le tracé des accès français concerne 3 départements (le Rhône, l’Isère et la Savoie) et traverse 71 communes, dont 43 à l’air libre. Il s’appuie sur la réalisation de deux tunnels, l’un de 53,1 km qui reliera Saint-Jean-de-Maurienne (Savoie) à Venaus (Val de Suse), et l’autre de 12,2 km entre Venaus et Bruzolo. Le percement du tunnel sous les Alpes doit débuter en 2016. 

Un projet très discutable sur les plans financier, technique et environnemental 

Pour l’ensemble de la ligne, le coût estimé par la Cour des comptes est de 26 milliards d’euros (valeur 2010). Mais comme en matière de grand travaux, la réalité dépasse toujours les prévisions, il faut s’attendre à ce que la note finale dépasse allégrement les 30 milliards d’euros. Pour la seule partie française, le coût prévisionnel de 13 milliards d’euros représente 20 fois le coût de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes ! 

Aucun financement n’est assuré pour finaliser complétement le projet. C’est seulement en mars 2015 que la France et l’Italie ont déposé une demande de financement européen portant sur 40% des 8,5 milliards d’euros que coûtera la construction du premier tunnel transalpin. L’Union européenne ne peut s’engager sur la période après 2020 et la poursuite du financement est donc une autre affaire. 

En août 2012, la Cour des comptes indiquait déjà : « Le choix technique a été retenu de réaliser un tunnel de base de grande longueur alors que sur d’autres tronçons, d’autres États (Slovénie, Hongrie) ont opté, pour des raisons financières, pour une modernisation progressive des voies existantes. Il apparaît que d’autres solutions techniques alternatives moins coûteuses ont été écartées sans avoir toutes été complètement explorées de façon approfondie.  » 

En juin 2013, la commission Mobilité 21 sur les infrastructures de transport dressait le constat « qu’avant 2018, sans évolution des ressources de l’Agence de Financement des Infrastructures de Transport en France (AFITF), compte-tenu des engagements déjà pris pour les quatre lignes LGV en cours de construction, les appels à projets pour la mobilité urbaine ou encore le renouvellement des matériels thermiques des trains d’équilibre du territoire, le budget de l’AFITF n’offre aucune marge de manœuvre pour financer de nouvelles dépenses.  » 

Le 15 juillet 2015, dans un courrier adressé à Manuel Valls, Premier ministre, Michèle Rivasi, députée européenne EELV, soulignait que « Monsieur Hubert du MESNIL, actuel président de Lyon Turin Ferroviaire et président de Réseau Ferré de France jusqu’à fin 2012, a fait publier un dossier d’enquête publique sur le projet Lyon Turin dans lequel on lit que la ligne ferroviaire existante, qui a été entièrement rénovée et mise au gabarit GB1 (soit 80% du parc des camions qui circulent entre la France et l’Italie), dispose d’une capacité de 120 trains de fret par jour (notice pièce C page 12). Il en circule actuellement une vingtaine par jour (7.027 par an), il subsiste donc 100 possibilités de circulation par jour, ce qui permet de proposer aux transporteurs 700.000 places pour des camions par an (100 trains jour X 20 camions X 350 jours d’exploitation). »

En France, les associations opposées à ce projet : France nature environnement, la commission internationale pour la protection des Alpes, la Coordination Ain Dauphiné Savoie, le Mouvement Région Savoie, considèrent que le débat public, tant sur le plan technique que financier, ne s'est pas déroulé dans des conditions satisfaisantes. Les règles issues de la Convention d’Aarhus sur l'accès à l'information, la participation du public au processus décisionnel et l'accès à la justice en matière d'environnement (signée le 25 juin 1998 par trente-neuf états dont la France et l’Italie), n'ont pas été mises en place. Elles mettent en garde en outre sur la présence de roches amiantifères et uranifères dans le massif d'Ambin, le problème du drainage des eaux souterraines dans les tunnels, la maîtrise des inévitables émissions de poussières et de bruits, etc. 

En Italie, la virulence des opposants au projet a conduit le pays à modifier le tracé, ce qui a occasionné un surcoût de 2 milliards d’euros et un retard de cinq ans et demi. 47 opposants, qui avaient fait irruption sur le chantier et s’étaient heurtés aux forces de l’ordre italiennes, ont été condamnés en janvier 2015 à des peines de prison. 

Cette liaison Lyon-Turin est en fait est un projet du 20ème siècle conçu par un lobby dont le rêve est un retour à la croissance des 30 glorieuses, mais ne répondant pas au défi du 21ème siècle miné par la crise économique sociale et écologique. Elle est emblématique d’un mode de production et d’un choix de société sous-tendu par le dumping social, où il faut toujours plus de marchandises, toujours plus de transport pour aller toujours plus vite et plus loin en saccageant au passage l’environnement. 

Le récent et tragique accident à Puisseguin en Gironde, qui a fait 43 morts, prouve si besoin était qu’il vaudrait mieux consacrer des crédits budgétaires à l’amélioration des réseaux d’infrastructure existants, pour éviter des drames sur des routes trop étroites pour les poids-lourds et autocars, plutôt que de se lancer dans des projets titanesques dont on peine à trouver les financements… 

 

 Photo Creative Commons par Yahoo images 

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.75/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • Croa Croa 30 octobre 2015 23:33

    Oui c’est cher MAIS C’EST LÀ TOUT L’INTÉRÊT. Les banques ont besoin de vendre du crédit... Toujours plus de crédits ! Ça ne sert à rien... Et alors ? Nos ’’élites’’ sauront bien ’’vendre’’ ça tout de même au peuple imbécile (en fait c’est à ça qu’ils servent, à la ’’com’’ du véritable pouvoir !) 


    • fred.foyn Le p’tit Charles 31 octobre 2015 07:28

      Un de plus...C’est une manie chez les politichiens de vouloir laisser leur nom sur une réalisation pendant leur court séjour au pouvoir...Sur une plaque..un écrit..bref voir leur nom gravé dans le « Marbre »...L’EGO DE NAINS...comme ces petites figurines du même nom..

      Combien de milliards sont dépensée chaque année... ?...Lisez tous les ans le livre de la cour des comptes qui vous donne un aperçu de la gabegie...ENORME... !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès