Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Lot : ça sent le schiste !

Lot : ça sent le schiste !

Après l'annonce d'un permis exclusif pour la recherche de gaz de schiste sur le Larzac, coté Aveyron, accordé à une société américaine, c'est au tour du département du Lot d’être victime de l’appétit vorace des sociétés pétrolières. Une demande de permis d'exploration a en effet été exprimée par la société anglaise 3Legs Oil and Gaz pour un site de 5.710 km² sur Cahors. La demande a été mise en concurrence (Journal Officiel du 24 août 2010), mais aucun autre concurrent ne s’étant manifester sur ce secteur, c’est bien cette société britannique qui remporte le droit de recherche du gaz de schiste sur notre département, et éventuellement d’en assurer l’extraction.

Qu’est ce que le gaz de schiste, comment l’exploite t-on, quels sont les enjeux pour l’environnement ? Autant de question auxquelles nous allons tenter de répondre au travers de ce dossier. La diminution des ressources pétrolières poussent les multinationales de l’énergie à exploiter des gisements qui étaient encore non rentables il y a quelques années et à développer des techniques d’extraction nouvelles. Peu importe que l’exploitation de nouveau gisements, à l’aide de ces techniques extrêmement polluantes et dangereuses pour la santé publique fassent aujourd’hui polémique en Amérique du Nord, puisqu’il y a énormément d’argent en jeu. Peu importe que le gouvernement français nous ait « enfumé » avec le grenelle de l’environnement, puisqu’il n’en reste presque rien aujourd’hui, et qu’avant son départ du ministère, Jean-Louis Borloo a signé les permis d’explorer et livré une partie du territoire national aux marché financiers.

Nous vous laissons donc découvrir ce dossier. Il est urgent de réagir. Plusieurs réunions publiques ont déjà eu lieu dans le Larzac et José Bové est même revenu du parlement européen pour se saisir de la lutte citoyenne et environnementale qui va s’engager. Un collectif citoyen lotois se forme et va tenter d’informer, dans un premier temps, les élus de notre département sur l’urgence de la situation. Nous avons contacté la préfecture du Lot, qui doit nous informer des procédures qui seront suivies et du calendrier prévisible. La société 3 Legs Oil and Gaz, quant à elle, reste sourde à nos demandes de renseignements… Si vous souhaitez vous aussi agir, rejoignez le collectif qui se forme. Les taches ne manquent pas, informations, réunions publiques, déplacement, site internet, etc. Si vous n’avez pas de temps disponible pour participer à ce mouvement citoyen mais un peu de sous d’avance, vous pouvez le soutenir financièrement !

 

Gaz de schistes : une bataille économique mondiale, une nouvelle catastrophe pour l'environnement

Les gaz de schistes connaissent présentement un essor extraordinaire aux États-Unis. En Europe, les compagnies pétrolières commencent à s'intéresser sérieusement à cette ressource de gaz non conventionnels. Leur exploitation causant une dégradation environnementale incommensurable, les écologistes et environnementalistes sont en alerte. C'est dans une certaine discrétion complice que la course aux gaz de schistes vient de commencer en France et le département du Lot est concerné. Situation cornélienne : son exploitation pourrait assurer une indépendance énergétique mais nous coûterait un cuisant désastre environnemental. Sachant que nos caprices économiques se conjuguent à une incurable myopie écologique, l'issue ne fait hélas aucun doute.

Gaz de schistes : kézako ?

C'est un gaz naturel dont le berceau se situe dans des roches mères organiques, comme les schistes noirs à grain fin. Les prémices de la formation d'un gaz naturel sont la photosynthèse, processus selon lequel les végétaux utilisent l'énergie solaire pour transformer le dioxyde de carbone et l'eau en oxygène et en hydrates de carbone. Au fil de la genèse et de la surcharge sédimentaire, ces hydrates de carbones générés par l'enfouissement des végétaux et de leurs résidus ingérés par les formes animales, se transforment en hydrocarbures sous l'effet de la chaleur induite par la pression. Cette quasi-percolation incite une majeure partie du gaz naturel à migrer des roches mères vers des roches plus poreuses tels le grès et le calcaire. On nomme « gaz de schistes » ceux demeurant dans des roches sédimentaires argileuses très compactes et très imperméables, tels les schistes, et qui renferment au moins 5 à 10 % de matière organique.

Une autre théorie presque oiseuse et dite « inorganique », avance l'hypothèse que les hydrocarbures ne sont pas issus de matières vivantes enfouies, mais auraient été emprisonnés dans la Terre lors de sa formation.

À part quelques rares pays n'ayant pas de bassins sédimentaires, on peut trouver des « shale gas » à peu près partout. Les réserves mondiales représenteraient quatre fois les ressources de gaz conventionnel. De quoi, si on arrivait à les exploiter, changer la donne de la géopolitique liée aux énergies fossiles. C'est aussi et alors l'occasion pour l'Occident de reprendre la main face à la Russie et aux pays du Sud producteurs de gaz et de pétrole. Un enjeu faramineux et face auquel le souci environnemental fera pâle figure.

La révélation de tels gisements exploitables représente, pour la société énergivore d'un nouvel âge que l'on qualifie « d'oléocène », une manne considérable : du gaz dans le sous-sol d'un bout à l'autre de la planète, des milliers de milliards de mètres cubes en Europe, sept fois plus en Amérique du Nord et encore davantage en Asie et censément en quantité astronomique en Australie… Des décennies de gaspillage énergétique sont enfin possibles sans recours aux énergies alternatives et renouvelables, de quoi nous combler, nous enchanter !

Une solution écologiquement finale

Ces types de gaz sont dits non conventionnels parce qu'ils ne peuvent pas être exploités avec les modes de production classiques. Ils sont aujourd'hui produits en grande quantité aux États-Unis où ils représentent déjà plus de 10 % de la production gazière contre seulement 1 % en 2000. En Amérique du Nord, où tout ce qui est exploitable est exploité sur un mode minier et sans vergogne, l'engouement pour cette nouvelle providence a été favorisé par une réglementation environnementale moins contraignante, un droit de propriété privé étendu au sous-sol, le faible coût des forages associé aux avancées technologiques, le tout boosté par des incitations fiscales.

Une telle exploitation ravageuse n'est rendue possible que grâce à la technique de fracturation hydraulique des roches, ainsi qu'à une récente amélioration des méthodes d'extraction, en particulier par forage horizontal. Les gaz de schistes étant dispersés dans la roche imperméable, il est donc nécessaire de forer d'innombrables puits en fracturant la roche. Chaque puits exploitable ne l'est que brièvement, un suivant doit donc être foré quelques centaines de mètres plus loin, et ainsi de suite… À deux ou trois mille mètres de profondeur, la réunion des micro-poches à l'aide d'un explosif détonné pour chacune des brèches occasionne un véritable séisme. La fracturation se fait par un mélange d'eau en grande quantité, de sable et de redoutables produits chimiques propulsés à très haute pression (600 bars), méthode qui génère la remontée du gaz à la surface avec une partie du redoutable liquide de fracturation. Chaque « frack » nécessite quasiment 15 000 mètres cube d'eau (soit 7 à 15 millions de litres), un puits pouvant être fracturé jusqu'à 14 fois.

Le 4 septembre, quatre chercheurs états-uniens ont publié la liste des produits chimiques qui, ajoutés à l’eau, servent à briser le roc (2). Ils ont identifié 944 produits utilisés par l’industrie. On ne connaît pas la composition de la moitié d’entre eux… Dans les 353 molécules clairement identifiées, une bonne partie (entre 37% et 52% des molécules) affecte les systèmes nerveux, immunitaire, rénal ou cardiovasculaire. Un quart sont cancérigènes. La plupart peuvent contaminer les eaux (3).

De tous les produits utilisés dans la fracturation hydraulique des roches, le sel est désigné comme l’ennemi numéro un. Les acides se dissiperaient dans le sous-sol au contact d’autres minéraux. Lors de cette réaction, des sels se formeraient et s’ajouteraient aux sels présents à l’état naturel. Les concentrations seraient particulièrement élevées dans les eaux récupérées, soit près de 10.000 parties par million, un niveau équivalent à l’eau saumâtre des estuaires. Cela peut nuire aux réserves d’eau douce environnantes comme au traitement de ces eaux usées.

Si, malgré tout, les exploitations de gaz de shale dévastent un peu moins l’environnement que l’extraction des sables bitumineux, leur propagation risque d’aggraver le dérèglement climatique. Comparée au charbon ou au pétrole, la combustion de gaz naturel génère moins d’émissions de CO2. Mais selon une évaluation préliminaire faite par des chercheurs de l’Université de Cornell (New York) (4), les multiples forages nécessaires à l’extraction du gaz de schiste produisent des émissions plus importantes que l’exploitation pétrolière conventionnelle.

L’étude cumule l’ensemble des émissions liées à la filière, de l’exploration à la combustion du méthane, en passant par le forage et les inévitables fuites. Résultat : 33 grammes équivalents CO2 pour le gaz de shale, contre 20,3 grammes pour le diesel ou l’essence, pour la même quantité d’énergie produite. « Il semble probable que son utilisation soit beaucoup moins attrayante que celle du pétrole et elle n’est pas significativement meilleure que l’utilisation du charbon en ce qui a trait au réchauffement du climat », conclut l’étude.

L'impact environnemental n'est donc pas neutre. L'eau utilisée doit être ensuite traitée car elle est souvent salée et contient des métaux lourds. La multiplication des forages et des réseaux de pipes affectent gravement les paysages, d'autant plus que la zone de drainage autour des puits étant faible, il peut y avoir un puits tous les 500 mètres.

Selon un rapport réalisé l'an dernier par l'EPA (Agence de protection de l'environnement américaine), l'activité du gisement de Barnett Shale, dans le nord du Texas, pollue plus que le tout le trafic automobile de cette ville de 725 000 habitants. Sous la ville de Fort Worth, des milliards de mètre cubes de gaz sont extraits chaque mois des couches profondes de roches de schistes, et des torrents de gaz sont drainés par des milliers de camions. Et si les habitants retrouvent même la présence du gaz à la sortie de leurs robinets, c'est que l'eau achemine des traces de produits chimiques injectés dans les puits. Du seul point de vue paysagé, par exemple dans le Colorado, à Garfield County, le désert est désormais hérissé tous les 200 mètres de puits de gaz de schiste.

La polémique enfle en Amérique du Nord, l’Europe reste sourde

Le gaz de shale crée de vives polémiques et défraie la chronique outre-Atlantique. Plus le débat sur cette nouvelle énergie avance, plus la population s’y déclare opposée. C’est le cas d’un Québécois sur deux selon un sondage (1) réalisé mi-octobre.

A la suite d’un accident grave, survenu en Pennsylvanie « très similaire à l’accident du golfe du Mexique », la trop forte pression dans un puits de forage y a provoqué une explosion, entraînant des déversements toxiques pendant plus de 15 heures. Sous la pression de mobilisations citoyennes, l’État de New York vient de voter, le 30 novembre dernier, un moratoire sur l’extraction du gaz.

Sur le continent européen, les bassins les plus intéressants sont situés en Europe du Nord et de l'Est et plus au sud, notamment en France dans le bassin du Sud-est. Le consortium Gash, auquel participe IFP Energies nouvelles, s'applique à établir une cartographie de ce type de ressources. Total vient d'obtenir un permis d'exploration dans la région de Montélimar. Des permis ont aussi été pris en Suède par Shell, en Allemagne par Exxon Mobil, en Pologne par presque tous les majors, ainsi qu'en Lituanie. Il faut noter que l'impact sur l'environnement ne sera pas du même ordre dans la petite et vieille Europe qu'aux États-Unis qui possèdent d'immenses espaces inoccupés. Le sujet prête donc ici davantage à débat sachant qu'il sera illusoire d'imposer des techniques d'exploitations rationnelles et respectueuses de l'environnement.

Savoir s'asseoir sur le Grenelle de l'environnement

L'atout d'un ministère de l'écologie, c'est de manier les paradoxes en usant du consensus économique, c'est d'exploiter le patrimoine tout en faisant accroire à sa sauvegarde pérenne, tel l'Office National des forêts qui partout protège les arbres en les coupant. Il va sans dire que dans un système qui s'auto-dévore il n'est guère possible de produire et de construire sans détruire. Que pouvait donc faire d'autre Jean-Louis Borloo, homme politique et non écologue militant d'une Terre-patrie, que d'accorder des permis de recherche ? Ils ont été confiés au pétrolier français Total associé au géant Texan Schuepbach (allié « par précaution » à GDF-Suez) pour un total de 9700 kilomètres carrés dans les régions de Montélimar, Nant et Villeneuve de Berg, soit une gigantesque et double cicatrice depuis Montpellier et Montélimar jusqu'aux confins du Parc naturel des Cévennes. Un permis de recherche est un euphémisme implicite qui signifie permis d'exploiter. Et le Larzac (et José Bové…) de ressortir la hache de guerre… Dans quelques mois, Total, GDF-Suez et Schuepbach Energy vont y creuser pour évaluer la rentabilité d'exploitation des milliards de mètres cubes de gaz qui doivent s'y cacher.

La technique de la fracturation hydraulique va à l'encontre de certains engagements arrêtés par le Ministère de l'Écologie qui a pourtant signé l'attribution des permis. Le Grenelle doit, par exemple, protéger les sources d'eau potables et les écosystèmes sensibles. Le Grenelle doit aussi réduire la gestion des émissions de gaz à effet de serre. La région choisie étant frappée d'une sécheresse endémique, tout particulièrement en Ardèche et en Drôme, les quantités d'eau à mobiliser sont incompatibles avec le principe de préservation des ressources aquifères énoncé à l'article 27 du même Grenelle.

Suivant notre devise d'exploiter la Terre jusqu'à la moelle, nous allons droit à un emballement herculéen de la si vaste et si complexe machine climatique, et la France ne va pas s'épargner d'y participer. A la clé : une indépendance énergétique qui vaut bien une catastrophe environnementale finale et réussie.

(1) Ce sondage, réalisé entre le 9 et le 16 octobre 2010, indique qu'un Québécois sur deux se dit désormais « défavorable » au développement des gaz de schiste. Il est à noté que le même sondage, réalisé 6 semaines auparavant, ne révélait que 35% de citoyens défavorables. Alors que s’est il passé pour que l’opinion publique bascule ainsi ? Le scandale écologique a éclaté et les médias québécois s’en sont fais l’écho. Malgré une forte campagne de communication-propagande de l’industrie gazière, 78 % des personnes qui se disent informées réclament un moratoire complet sur la filière. Ce groupe de 78 % représente 57 % de la population totale du Québec.

(2) Etude des chercheurs Colborn, Kwiatkowski, Schultz et Bachran, International Journal of Human and Ecological Risk Assessment

(3) Seulement 353 ont un code officiel du Chemical Abstract Service, une initiative de la Société américaine de chimie.

Dans le détail, sur ces 353 molécules connues, 52% affectent le système nerveux, 40%, le système immunitaire, 40%, le système rénal, et 46%, le système cardiovasculaire. Le quart sont cancérigènes et mutagènes ; 37% peuvent affecter le système endocrinien qui régularise la chimie corporelle ; et 40% ont des impacts reconnus sur l’environnement. Plus du tiers, soit 37%, sont volatiles et la plupart peuvent évidemment contaminer les eaux (source : Le Devoir au Québec).

(4) Étude de l’Université Cornell, sous la direction du professeur Robert Howart, dans le cadre de l’évaluation globale de la filière des gaz de shale de l’Agence de protection de l’environnement aux États-Unis.

A la suite du dossier sur le gaz de schiste dans notre dernier numéro (si vous n’avez pas tout suivi, reportez-vous à l’encadré « Pour ceux qui ont loupé un épisode »), nous vous annoncions la création d’un collectif citoyen pour lutter contre ce projet criminel. La première réunion de coordination de ce collectif a eu lieu à Cahors, le vendredi 28 janvier et les choses évoluent maintenant très vite, tant dans notre département (nous avons saisi la préfecture du Lot qui a confirmé nos craintes, voire l’encadré) qu’au niveau national. Le fait que ce gouvernement tente d’imposer, sans aucune concertation préalable, (ne serait-ce qu’avec les élus), l’exploitation du gaz de schiste et des sables bitumineux semble, pour le moins, choquer les élus. La réaction des citoyens, notamment dans le Larzac, est vive, s’organise, les collectifs multiplient les réunions publiques, informent, et l’inquiétude des populations grandit.

La venue de José Bové dans le Larzac a forcé certains médias (Le Monde, Politis) à briser l’Omerta sur ce sujet et l’on commence à entendre quelques observations, encore timidement relayée, de responsables de partis politiques.

Le gouvernement, qui ne tient pas à mettre en exergue cette affaire, a répondu aux nombreuses demandes de moratoires qui voient le jour (dont celle de Martin Malvy le 28 janvier) par l’intermédiaire de la Secrétaire d’Etat (Développement Durable) Nathalie Kosciusko-Morizet : « la réglementation en vigueur (code minier et code de l'environnement) n’autorise pas une telle mesure  ». Autrement dit : Circulez, il n’y a rien à voir !

Enjeux financiers et stratégiques énormes, corruption

Une chose est sure, les enjeux financiers et stratégiques (indépendance énergétique) sont bien trop importants pour que le gouvernement fasse machine arrière facilement. D’autant plus que quand il est question de gros sous, nombreux sont ceux qui s’en mettent plein les poches : Greenpeace publie une information intéressante sur sont site, qui n’est, pour l’instant, toujours pas reprise par les médias : « Parmi les acteurs (NDLR : les compagnies pétrolières) on trouve Vermilion, une entreprise canadienne déjà présente pour l’extraction de pétrole conventionnel dans le Bassin parisien, premier producteur de pétrole en France. On trouve également Toreador Resources Corporation et Hess Oil France. Le vice-président de Toréador n’est autre que Julien Balkany, le demi-frère de Patrick Balkany, député maire de Levallois-Perret.  » Et nous n’en sommes qu’au tout début… Quand les journalistes (les vrais !) vont commencer à vraiment s’intéresser aux enjeux et dessous de l’exploitation de ces ressources, les scandales vont se succéder. Comment les hommes et des femmes de ce gouvernement, qui portent la responsabilité d’un mandat confié par le peuple pour gérer les intérêts d’une nation mais également les bien communs, la Santé Publique, l’environnement, peuvent à se point trahir les valeurs dont ils se réclament, au profit d’intérêts privés, voire de leurs propres intérêts ? Comment de telles élites, dans un des pays les plus riche de la planète, peuvent à se point faire mine d’ignorer ce qui se passe outre-Atlantique, œuvrer à une catastrophe environnementale majeure dans leur propre pays et agir contre les intérêts de leurs concitoyens ?

Le collectif citoyen lotois

En introduction, je vous parlais de la première réunion du collectif citoyen lotois. L’annonce a été discrète, puisque uniquement relayée par Antenne d’Oc et le Lot en Action, mais l’information a circulé rapidement dans les réseaux. Une bonne cinquantaine de personnes sont venues de tout le département (militants, acteurs du milieu associatif, élus) pour voir le film Gasland. Je vous conseille vivement de prendre le temps de regarder ce film, avec attention (vous pouvez le voir sur internet, en streaming, sur le site du Lot en Action ou encore celui du Cercle de Gindou). L’exploitation des gaz de schiste, qui se généralise depuis plus de 5 ans aux Etats-Unis et au Canada, provoque des dégâts sans précédent sur l’environnement et la Santé Publique. Malgré les pressions énormes, la propagande gigantesque et la corruption, les associations qui se battent sur le terrain commencent à être entendues et l’Etat de New York, inquiet devant l’ouverture de nouveaux puits en Pensylvanie (au nord-ouest de la ville de New York, région sauvage et protégée, réservoir d’eau qui alimente près de 15 millions d’habitants en eau potable) vient de déclarer un moratoire sur l’exploitation du gaz. Au Canada, l’opinion publique commence à basculer et se déclare également favorable à un arrêt immédiat du massacre.

Regardez ce film, faites en des copies (le réalisateur a abandonné ses droits et le film est en libre diffusion) et informez vos voisins, vos élus. Vous trouverez un dossier d’information complet sur le site.

Le collectif va organiser une réunion publique d’information à Cahors, le 9 février prochain, à la Bourse du Travail (20h30). D’autres réunions publiques vont avoir lieu et nous vous en tiendrons informés. Une version plus courte du film Gasland (30 à 45mn) est en cours de montage. Des textes qui synthétisent les informations sur ce sujet également, des tracts, un site internet pour centraliser les informations, la documentation, les annonces de réunion, les besoins, etc. Bref le collectif se met en marche. Une réunion de coordination nationale va avoir lieu en février (Drome). Les procédures d’attribution des permis étant plus avancées dans l’Ardèche, les forages d’explorations doivent débuter au mois de mars. Des propositions d’achat de terres auraient déjà été faites auprès de gros propriétaires terriens. Les citoyens sont en alerte et espèrent que la solidarité ne sera pas un vain mot, et que nous saurons, au moment de l’arrivée des premières divisons de foreuse blindées, nous rendre massivement sur les lieux pour prêter mains fortes aux équipes militante. A l’instar du réseau Sortir du Nucléaire, nous devrions être capable de nous mobiliser et de louer des bus.

Nous devons tous être acteurs et solidaires si nous souhaitons faire reculer les bandits criminels qui nous gouvernent. Si vous souhaitez avoir des informations complémentaires, participer à cette lutte collective, la soutenir, organiser une réunion d’information sur votre commune, participer à la veille citoyenne etc. Contactez le collectif : 05 65 20 58 03 / 06 09 71 64 03 / mail : nonaugazdeschiste@free.fr

Un référendum, vite !

Une autre initiative intéressante a été avancée : celle du référendum. La loi permet à un élus, pour une décision qui est dans le domaine de compétence de sa commune ou de son département, d’organiser un référendum. Si plus de 50% des inscrits se déplacent pour voter, le résultat s’impose légalement. Au-delà de l’aspect technique (la Région, le Département ou la Commune doivent ils être consulté pour accorder les permis), la votation sur un sujet qui touche notre environnement et la Santé Publique est légitime. Les élections cantonales approchent à grand pas, et la moitié des Conseiller Généraux vont être renouvelés. C’est le moment idéal pour organiser une votation, légale ou non (référendum officiel ou référendum d’initiative citoyenne). Nous adressons une lettre ouverte aux élus (voir encadré) dans ce journal et la transmettrons à tous les conseillers généraux dans les jours qui viennent.

L’aberration de l’exploitation, l’aberration de nos modes de consommation

Si les compagnies pétrolières continuent à exploiter la planète et les ressources fossiles jusqu’au bout du bout et font tout pour maintenir l’économie mondiale sous le joug de la dépendance au pétrole, nous en sommes totalement responsables. En refusant de regarder en face la réalité (le pic pétrolier est derrière nous) et de changer nos modes de consommation énergétique, nous confirmons chaque jour notre adhésion au système et donnons des chèques en blanc aux multinationales de l’énergie (Areva compris puisque la logique est la même pour le nucléaire). Et il y quelque chose de profondément indécent à se battre contre la venue de ces pollueurs criminels dans nos jardins si nous ne sommes pas capables, dans le même temps, de nous positionner clairement en changeant nos comportements. Quelque chose qui relève du « Continuez à polluer et à tuer, mais pas chez moi. Continuez à bousiller l’avenir des générations futures, m’en fout, serai plus là dans 50 ans »… L’exploitation du gaz de schiste ne doit pas voir le jour dans ni dans le Lot, ni dans le Larzac, ni où que ce soit. Des liens se tissent avec les Canadiens et les associations aux Etats-Unis. Nous devons les renforcer (leur expérience va nous être très utile dans cette lutte) et surtout ne pas s’arrêter à faire plier notre gouvernement. Cette lutte doit viser à faire cesser définitivement ce type d’exploitation sur toute la planète, mais doit être également l’occasion d’imposer un débat mondial sur l’énergie (les plus gros consommateurs étant des pays « riches », majoritairement sous des régimes démocratiques). Réveillons-nous, éveillons nous !

Lettre ouvertes aux élus du Lot

Mesdames et Messieurs les élus, Sénateurs, Députés, Conseillers régionaux, Conseillers Généraux, Maires et Conseillers municipaux.

Le 1er mars 2010, le Ministère de l’Ecologie, sous la plume de Jean-Louis Borloo, signait des permis d’exploration de gaz de schiste et de sables bitumineux à plusieurs compagnies pétrolières, portant sur près de 10% du territoire français. Cette décision a été prise sans aucune concertation, ni des élus, ni des populations et dans le silence assourdissant des médias. Le Lot est concerné sur sa presque totalité (zone dite de Cahors, 5 710 km2, permis d’explorer du gaz de schiste).

Si ce type d’exploitation de gisements profonds est très récent (depuis 2005 sur le continent Nord-Américain), les conséquences pour l’environnement et la Santé Publique commencent à faire scandale outre-Atlantique. L’Etat de New-York vient de déclarer un moratoire. Au Canada, l’opinion publique vient de basculer, suite à des incidents majeurs, et se déclare majoritairement pour une cessation immédiate de ce type d’exploitation. De nombreux élus en France, commencent à se saisir du dossier et réclament également le « gel » des autorisations d’explorer et l’instauration d’un débat public (à l’instar du Président de notre Région, Martin Malvy, le 28 janvier).

La loi vous permet de demander un référendum sur vos communes ou sur le département. Le « collectif citoyen NON au gaz de schiste » vous demande d’organiser ce référendum. Les prochaines élections cantonales, en mars, vont appeler la moitié des électeurs du Lot à venir devant les urnes. C’est une occasion unique, puisqu’il est nécessaire d’agir très rapidement. Les premiers forages d’exploration devant commencer dès le mois de mars dans le Larzac, la société 3Legs Oil & Gas, bénéficiaire du permis d’explorer dans le Lot, ne tardera pas à déployer ses troupes sur notre territoire.

Vous avez également la possibilité de demander, à l’instar de la commune de Villeneuve de Berg, en Ardèche (vous trouverez ci-dessous la délibération prise par le conseil municipal de cette commune le 13 janvier dernier), un moratoire sur le gaz de Schiste, d’exiger qu’un vaste débat public ait lieu avant toute exploitation du sous-sol français et de prendre des délibérations pour refuser toute exploitation sur notre territoire.

Le collectif reste à votre entière disposition pour vous apporter toutes les informations complémentaires que vous jugerez utiles.

Délibération du conseil municipal de Villeneuve de Berg relative au gaz de schiste

Le conseil municipal de Villeneuve de Berg réuni le jeudi 13 janvier 2011 exprime sa plus grande inquiétude à l’évocation du projet de prospection du gaz de schiste sur la commune.

La consultation des élus locaux s’est traduite par des explications techniques générales.

Le dossier présenté et délivré par GDF SUEZ est un dossier à minima évitant soigneusement de répondre aux questions que l’on est en droit de se poser. Car les récentes études sur l’extraction du gaz de Schiste au Etats-Unis et au Canada sont loin de nous rassurer.

Si nous laissions faire les conséquences peuvent pourtant s’avérer lourdes. Ainsi dans l’Ardèche méridionale dont fait partie Villeneuve le tourisme tient une grande place dans l’économie. Il s’en trouverait profondément affecté, de même que la qualité de vie, l’environnement, le patrimoine le développement des produits bio, tout ce qui fait de l’Ardèche un département reconnu par tous comme un département sain.

Quant à la commune de Villeneuve qui semble être en première ligne et rapidement concernée, l’économie locale serait gravement touchée car comme pour l’Ardèche méridionale le tourisme joue un rôle important. N’oublions pas que la vieille bastide royale d’Olivier de Serres et d’Antoine Court est classée station verte de vacances, qu’elle possède un camping 5 étoiles à proximité du lieu protégé, que la magnifique vallée de l’Ibie conduit à la Grotte Chauvet.

Quels sont les inconvénients connus à ce jour ?

- un besoin en eau pour exploiter énorme : chaque puits peut être fracturé entre 15 et 20 fois, chaque fracturation consommant entre 7 et 28 millions de litres d’eau. Où sera pompée cette eau ? Le dispositif Grenelle 1et 2 ne devait-il pas préserver les ressources en eau ?

- 600 produits dont la composition de certains est tenue secrète sont envoyés jusqu’à – 3000 m d’où pollution et danger pour l’écosystème.

- Une noria de camions sur les routes (200 par jour)

- Une pollution visuelle avec les installations au sol.

Tous ces inconvénients et ces incertitudes pour quel bénéfice ? Sans doute ni pour le particulier, ni pour les collectivités mais pour la multinationale groupe SUEZ qui voit le moyen de faire des bénéfices énormes.

Le droit à l’énergie pour toutes et tous est un droit qu’il faut rendre compatible avec les exigences d’un développement durable. D’autres solutions compte tenu de ce contexte existent pour planifier la transition énergétique.

Le conseil municipal de Villeneuve de Berg demande un moratoire sur le gaz de Schiste et exige qu’un vaste débat public ait lieu avant toute exploitation du sous-sol français. En cas de refus il s’opposera par tous les moyens à ce projet pour préserver l’avenir de nos enfants.


Moyenne des avis sur cet article :  4.78/5   (36 votes)




Réagissez à l'article

33 réactions à cet article    


  • colza 4 mars 2011 09:28

    Excellent dossier, merci !
    Il me semble impossible, au vu des dégâts environnementaux constatés aux USA (imaginez le paysage du Colorado transposé dans nos paysages !), d’accepter ne serait-ce que des forages exploratoires en France.
    Il ne faut pas oublier que ces forages exploratoires mettent aussi en oeuvre des fracturations, sinon comment savoir si il y a du gaz en quantité exploitable.
    Seule une mobilisation de tous ceux qui n’acceptent pas d’être mis devant la fait accompli permettra de faire reculer le gouvernement et les sociétés pétrolières.
    Après, il sera trop tard !


    • epapel epapel 4 mars 2011 23:02

      L’Union européenne (UE) représente 17% de la consommation mondiale de gaz et
      en importe plus de la moitié. Ses principaux fournisseurs sont la Russie (25%), la
      Norvège et l’Algérie. En 2020, l’UE ne produira qu’un tiers de ses besoins et, dès
      2030, sera dépendante à plus de 80%.

      Et on fait comment pour s’en sortir ?


    • TSS 4 mars 2011 10:03

      Pendant que de la main gauche ils amusaient t la populace avec le grenelle de l’environnement

       de la main droite ils signaient les autorisations de forages qui vont être devastateurs !!

      Bravo les illusionnistes BOORLO et KOSCIUSKO-MORIZET !!

      Ne pas oublier que Boorlo est l’avocat de Tapie !! cela aurait dû mettre la puce à l’oreille... !!


      • bluboux bluboux 4 mars 2011 11:27

        Pour suivre l’actualité sur ce sujet et en savoir plus, consultez le dossier complet sur le site :
        http://www.lelotenaction.org/rubrique,gaz-de-schiste-tout-savoir,589039.html


        • colza 4 mars 2011 11:42

          Merci, très intéressant.
          Bien que n’habitant pas le Lot, j’ai mis ce site dans mes favoris.
          Les problèmes sont les mêmes partout.


        • BOBW BOBW 4 mars 2011 11:40

          Ils sont en train de « nous posséder sur tous les plans » local-national- européen
          voir


          • joletaxi 4 mars 2011 11:51

            Cela fait 10 ans que cette exploitation a pris de l’ampleur aux USA.Ce n’est pas 10 mais 20 % de la production qui est a assuré,et cela va augmenter.


            Il n’y aurait pas de réglementation environnementale aux USA ?
            Mais toutes les normes environnementales sont nées aux USA.Vos pots catalytiques ils ont été imposés où croyez-vous ?Les premiers parcs naturels ils ont été créés où à votre vais ?
            Parlez donc de l’EPA aux entrepreneurs américains !Je ne suis pas ur que si ces réglementations étaient appliquées ici ,vous ne descendriez pas dans la rue !
            Voilà un autre avis :


            Mais libre à vous de défendre votre point de vue.Après tout, l’importation de gaz algérien profite à ces populations(enfin peut-être un jour ?)
            Je n’ai pas lu l’article, mais j’ai vu une photo avec des éoliennes.
            Je suppose que vous ne verrez pas d’inconvénients à ce que l’on implante quelques milliers d’éoliennes dans votre coin ?
            Cela me rassurait, ce serait autant de ces « beautés » qui ne viendront pas dans ma région.




            • paoum 4 mars 2011 16:27

              aux USA, il y de nouvelles lois qui autorise les compagnies d’extraction à ne pas tenir compte des lois sur l’environnement...

              renseignez-vous un peu au lieu d’écrire des bêtises...

              les éoliennes ne tuent pas et ne ravagent pas la nature ( si ce n’est visuellement, pour certains).


            • joletaxi 4 mars 2011 18:09

              Il y a eu des morts par le gaz de schiste ?

              Avec le gaz conventionnel il y en a toutes les semaines, mais sur les sites d’exploitation des gaz de schistes ,c’est un scoop.
              Les éoliennes se contentent de découper en rondelles les oiseaux de passage(ils n’ont qu’à faire un détour après tout) et les chauve souris, mais qui se soucie des chauve souris ?

              Le jour où nos écolos auront réussi à imposer les doubles coques le long de nos côtes, j’accepterai vos critiques sur les administrations environnementales US.
              Et le jour où les normes US en matière de clean air act seront établies chez nous dans nos ville , on en reparlera.

              Je suis d’accord qu’il faut dénoncer toutes les dérives des autorités, et que l’on se doit de demander la transparence sur des projets de ce genre.
              mais raconter n’importe quoi n’est pas très utile à la défense de votre cause.
              Et sur 20.000 puits en exploitation aux USA, il semblerait que les problèmes soient marginaux.

              Que je sache, on a pas demandé mon avis non plus pour imposer l’éolien, qui va faire exploser ma note d’électricité, et qui a dévalorisé le foncier de 20 %,mais ça c’était un projet très écolo, comme l’éthanol, qui affame les pays pauvres,comme le bannissement du DDT, etc..

              Mon intervention n’a d’autre but que de vous signaler qu’il y a d’autres enjeux financiers et économiques qui interviendront dans la décision, et que placarder des affiches du genre appel du 18 juin, la nation debout devant l’envahisseur, cela n’est pas très sérieux


            • TSS 4 mars 2011 20:12

              Il y a eu des morts par le gaz de schiste ?

              pas par le gaz mais par echange de coups de fusil entre les residents et les milices qui

              protègent les forages... !!


            • paoum 5 mars 2011 01:17

              je lui dit que les lois sont bafouées, il me répond que tant qu’il n’y a pas de morts, tout va bien !!
              ...comme l’amiante en son temps ?...

              je n’ai aucune critique à faire sur les administration environnementales ricaines, elles sont impuissantes faces aux conséquences possibles (probables) de ces industries ultrapolluantes, et ce, de par la loi. ( cf : gazland ).

              je suis d’accord avec vous : établissons le « clean air » et tout ça, et tout ça !

              - "Le jour où nos écolos auront réussi à imposer les doubles coques le long de nos côtes,...« 

              pourquoi »imposer«  ?ça devrait aller de soi pour des industries responsables, ce n’est donc pas le cas !

              - »il semblerait que les problèmes soient marginaux."

              tellement marginaux qu’on en entend pas parler, c’est sûr !
              le souci c’est que ce sont de graves problèmes, c’est ça le souci.

              pour finir, l’ethanol est une horreur, c’est clair, mais il faut bien une goutte d’eau pour faire déborder le vase, non ?
              et bien d’abord on se réveille, ensuite on le renverse... le vase...


            • g.jacquin g.jacquin 4 mars 2011 11:56

              Et maintenant le Lot... demain, une vingtaine d’autres départements seront concernés !

               

              Seule la mobilisation compte ! dans un premier temps, des élus (enfin ceux qui ne pactisent pas !!!) et si cela ne marche pas... du peuple !

               

              Je réitère :

               

              80 parlementaires signent une motion contre l’exploitation du gaz de schiste

              Publié à 16 h 52 - Ecrite à l’initiative du député de Lozère Pierre Morel-à-L’Huissier (UMP) et Pascal Terrasse (PS, Ardèche), une motion parlementaire « contre l’exploitation du gaz de schiste  », a été cosignée par 80 parlementaires de tous bords . « Nous, parlementaires de toute la France et de tous bords politiques, avons décidé de nous unir afin de porter les inquiétudes de nos concitoyens et des élus locaux de nos territoires quant à l’exploitation industrielle du gaz de schiste  », affirme le texte. « A la vue des impacts présents aux Etats Unis et au Canada (...), il n’est pas concevable qu’une quelconque exploitation de ce gisement soit mise en oeuvre sur l’ensemble des sites français », ajoute-t-il. « Le manque de transparence évident de la part de l’Etat et l’incohérence entre le souci de préserver l’environnement et l’annonce de l’exploitation du gaz de schiste nous pousse à réagir  », poursuivent les parlementaires. « La suspension des travaux d’exploration jusqu’aux résultats du rapport sur les enjeux environnementaux de l’exploitation du gaz de schiste n’est pas suffisante. Il faut immédiatement que l’Etat fasse marche arrière et stoppe toutes les initiatives prises au nom notamment du principe de précaution qui a valeur constitutionnelle (...) Notre détermination est totale, nous ne nous laisserons pas imposer le gaz de schiste ! », concluent les parlementaires. Pierre Morel-à-L’Huissier et Pascal Terrasse ont déjà décidé, courant février, de créer « un comité de surveillance et de précaution sur le gaz de schiste ». Une mission d’information pilotée par les députés François-Michel Gonnot (UMP) et Philippe Martin (PS) devrait rendre un rapport le 8 juin.


              • non666 non666 4 mars 2011 12:28

                « Une autre théorie presque oiseuse et dite « inorganique », avance l’hypothèse que les hydrocarbures ne sont pas issus de matières vivantes enfouies, mais auraient été emprisonnés dans la Terre lors de sa formation »

                L’autre « théorie » est celle du pétrole et des hydrocarbures d’origine abiotique.
                Elle n’est pas plus oiseuse que celle qui pretend que le pétrole n’est qu’une decomposition des forets du primaire.

                1) Meme en recouvrant la totalité des terres emergées de foret, on n’aurait pas assez de matiere pour expliquer la quantité de pétrole extrait depuis 1 siecle...

                2) Si la terre s’est faite par acretion de matière cosmique, il est logique de trouver les metaux (coeur fereux) au centre de la planete et les carbones dans les couches intermediaires : c’est ce qu’il se produirait dans une centrifugeuse.
                Les mouvements tectoniques , les pressions enormes expliquent fort bien la concentration et la creation de ces hydrocarbures.

                3) Si le pétrole n’est que le produit de sediments, comment expliquer que certains gisements exploitées et vidé dès les années 50 soient à nouveau exploitable aujourd’hui aux meme profondeurs ?

                Ce sont les sovietiques qui eurent la première revelation de cette origine abiotique du pétrole. Ils expliquerent dès le départ que ce pétrole agirait comme un fluide lubrifiant sur certains mouvements tectoniques.
                Il y a un probleme ; si le pérole se trouve partout, alors le marché du pétrole ne depends plus de certaines reserves au moyen orient controlées par les grandes compagnies anglo-saxonnes.
                Quel pretexte pour imposer le dollar comme moyen de paiement international et prelever la dime imperiale sur le commerce mondial alors ?

                Si on ajoute a cela la machine a tremblement de terre inventée par les sovietiques , on comprends mieux deux evenements recents : la « fuite » des forages extraordinairement profonds sur la cote sud des etats unis et les tremblements de terre planifié a l’avance a haiti ou le petrole afleure sur une zone de faille.


                • cevennevive cevennevive 4 mars 2011 14:17

                  Bonjour non666,

                  Je viens de lire avec grand intérêt votre commentaire.

                  Vous soulevez des problèmes et des interrogations qui éveillent mon intérêt, mais qui me laissent sur ma faim...

                  Pourriez-vous, un de ces jours, nous faire un article sur ce sujet ?

                  Je suis bien certaine que devant la pléthore des articles sur le gaz de schiste, certains des internautes de nos amis ne lisent plus les articles sur ce sujet désormais, et donc ne lisent pas non plus les commentaires (surtout les gens comme joletaxi...).

                  Personnellement concernant le gaz de schiste, je milite à mon humble niveau.

                  Mais en ce qui concerne le sujet de votre commentaire, j’aimerais en savoir plus. Merci et cordialement.


                • g.jacquin g.jacquin 4 mars 2011 16:09

                  @Cevennevive

                  Attention à ne pas se disperser !!!!

                  Non666 parle de théories... Nous nous parlons de la vraie vie !!! celle qui consiste à ce que quelques énergumènes nous pourrissent la vie !

                  La réalité est simple... Les tarifs du gaz, s’ils n’étaient pas indexés sur le pétrole, devraient être 5 fois moins cher !

                  Or à cinq fois moins chères, il est évident que les coûts de production du gaz de schiste sont largement au dessus des seuils de rentabilité !!!

                  Il est plus simple pour les bandits du gouvernement de faire payer les Français plutôt que de se dispenser des montants des taxes associées s’ils rompaient cette indexation.

                  Et en plus, ils se donnent d’autres moyens de faire du fric grâce au gaz de schiste !

                  Voilà un lien intéressant :

                  <http://www.ceri-sciencespo.com/archive/2010/septembre/dossier/art_sm.pdf&gt ;


                • joletaxi 4 mars 2011 18:17

                  Oui, c’est idiot hein, il y a des gens qui émettent d’autres avis.

                  En plus ces mêmes s’opposent aux éoliennes, faut-il qu’ils soient idiots ?
                  Et cerise sur le gâteau, ils pensent que le réchauffement climatique anthropique n’est pas avéré,là ils tombent dans la débilité.
                  Si vous ajoutez qu’ils ne mangent pas bio, qu’ils ne trient pas bien leurs ordures, qu’ils roulent en 4X4,qu’ils voyagent en avion,et qu’ils ont des gros chiens, je vous suggère de les dénoncer à l’équipe 10/10 pour les faire exploser.
                  Ne perdez pas de vue qu’ils sont nombreux, très nombreux,peut-être même une majorité.

                • g.jacquin g.jacquin 4 mars 2011 20:27

                  Hé...JO !!!

                  Comprends pas ce que vous ecrivez ! Traduisez que diable !


                • epapel epapel 4 mars 2011 21:51

                  Elle n’est pas plus oiseuse que celle qui pretend que le pétrole n’est qu’une decomposition des forets du primaire.
                  1) Même en recouvrant la totalité des terres emergées de foret, on n’aurait pas assez de matiere pour expliquer la quantité de pétrole extrait depuis 1 siecle...
                  Le pétrole ne vient pas des forêts mais de la sédimentation du plancton et du zoo plancton des océans. En partant de l’erreur on aboutit nécessairement au même endroit.
                  Et de toute façon cet argument est totalement inepte car il n’est sous-tendu par aucun raisonnement.

                  Il y a un probleme ; si le pérole se trouve partout, alors le marché du pétrole ne depends plus de certaines reserves au moyen orient controlées par les grandes compagnies anglo-saxonnes.
                  Et à se demander pourquoi Total (qui est une compagnie française) s’échine à vouloir exploiter le gaz de schistes : c’est complètement stupide s’il y a du pétrole partout. 

                  Les mouvements tectoniques , les pressions enormes expliquent fort bien la concentration et la creation de ces hydrocarbures.

                  Chiche : exhibez l’explication si elle existe.

                  Quel pretexte pour imposer le dollar comme moyen de paiement international et prelever la dime imperiale sur le commerce mondial alors ?
                  Pourquoi les USA sont-ils obligés d’importer du pétrole et de subventionner l’éthanol agricole, alors ?

                  Comme vous dites, s’il y a un problème c’est dans votre explication.

                  Si la terre s’est faite par acretion de matière cosmique, il est logique de trouver les metaux (coeur fereux) au centre de la planete et les carbones dans les couches intermediaires : c’est ce qu’il se produirait dans une centrifugeuse.

                  Puis de la terre puis de l’eau, puis une enveloppe gazeuse. Mais dites moi, pourquoi l’eau et la terre qui sont plus denses serait au dessus avec cette théorie ?

                  Les mouvements tectoniques , les pressions enormes expliquent fort bien la concentration et la creation de ces hydrocarbures.
                  Les hydrocarbures, ce sont des atomes de carbone liés à des atomes d’hydrogène, or on ne le trouve que dans l’eau qui est essentiellement en surface.L’hydrogène viendrait d’où, alors ?

                  Si le pétrole n’est que le produit de sediments, comment expliquer que certains gisements exploitées et vidé dès les années 50 soient à nouveau exploitable aujourd’hui aux meme profondeurs ?
                  C’est parce qu’entre temps de nouvelles technologie d’extraction beaucoup plus performantes on vu le jour et que l’augmentation des prix du brut font qu’il est rentable de les utiliser sur d’anciens puits.

                  Ce sont les sovietiques qui eurent la première revelation de cette origine abiotique du pétrole.
                  Des collègues de Lyssenko sans doute et tant d’autres découvertes du soviétisme.

                  Si on ajoute a cela la machine a tremblement de terre inventée par les sovietiques , on comprends mieux deux evenements recents : la « fuite » des forages extraordinairement profonds sur la cote sud des etats unis et les tremblements de terre planifié a l’avance a haiti ou le petrole afleure sur une zone de faille.
                  Et un petit délire conspirationniste, un. Une autre conclusion eut été surprenante.


                • non666 non666 4 mars 2011 23:08

                  Meme Wikipedia, l’encyclopedie en ligne si proche des lectures anglo-saxo-judeo-compatible de la realité en parle :
                  http://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9orie_du_p%C3%A9trole_abiotique
                  La recherche des references à la BN ou a la TGB et pour certaines à la bibliothèque du centre Pompidou aidera surement.
                  Si vous vous trouvez des experts de chez Schlumberger, ils vous en diront surement aussi un mot.

                  Sinon, meme en français , on trouve plein de trucs , la dessus
                  http://petrole-abiotique.blogspot.com/
                  http://blogs.mediapart.fr/blog/vincent-verschoore/020710/bp-le-golfe-et-le-petrole-abiotique


                • epapel epapel 5 mars 2011 18:30

                  Dans Wikipedia on peut lire notamment :

                  La découverte de gisements pétrolifères et gaziers au sein de terrains cristallins, en particulier dans la région de l’Oural et en Sibérie occidentale, est souvent mise en avant pour justifier la validité de cette théorie et certaines recherches ont démontré expérimentalement la possibilité que des hydrocarbures lourds soient formés dans des conditions proches de celles trouvées dans le manteau terrestre. Cependant, selon Geoffrey Glasby, les gisements découverts l’ont été grâce aux méthodes « classiques » et la théorie abiotique est aujourd’hui largement oubliée dans l’ex-Union soviétique.


                • epapel epapel 4 mars 2011 22:58

                  Il s’agirait d’une révolte contre notre addiction à l’énergie abondante et bon marché, non ?


                • Thucydide Thucydide 4 mars 2011 14:05

                  Une vue très complète du problème
                   ici

                  A voir absolument : Gasland en VOSTFR

                  • L’exploitation de gaz de schiste n’est concevable qu’à raison d’un forage tous les 200-250 mètres avec pour chacun d’eux une noria de 200 camions et la consommation de millions de litres d’eau incroyablement chargée de composés chimiques ultra agressifs.
                  • Seule la moitié de l’eau utilisée est récupérée, l’autre moitié restant dans le sol sans aucun contrôle.
                  Ce qui devient très intéressant pour les observateurs parce que :
                  • on parle de potentiels de production en Seine et Marne...
                    Un forage tous les 200 mètres en Région Parisienne avec de l’eau polluée et inflammable, ça aurait plus de gueule que celle des coins d’Ardèche ou du Gard aux confins de la civilisation, non ?
                  • Idem pour l’Italie : c’est la Lombardie et non les Pouilles qui serait concernée
                  • Idem pour l’Allemagne dont les campagnes ont beaucoup plus de valeur intrinsèque que les puztas de Moldavie ou d’Ukraine.
                  Nous attendons avec intérêt de noter comment seront données les autorisations d’exploitation dans ces trois zones particulièrement bien fréquentées, les paris sont ouverts.

                  • JL JL 4 mars 2011 14:27

                    Merci pour ce dossier important.

                    Selon moi, l’extraction des gaz de schiste n’a pas pour but de nous procurer de l’énergie mais d’enrichir nos industries. C’est avant tout une gigantesque pompe à fric, puisque le coût en terme de perte de patrimoine national et donc collectif sera disproportionné au regard du bénéfice que les citoyens en retireront.

                    Ne pouvant plus coloniser les pays du tiers monde, nos multinationales sont en train de se préparer à coloniser la France, avec les conséquences que l’on sait sur les environnements et les populations colonisés. Il est temps de mettre le holà à cette industrialisation démente et sur laquelle nous avons jusqu’ici fermé hypocritement les yeux : parce que ça va nous détruire comme nous avons détruit des pays loin de nos regards..

                    Dans les années 70, un petit village du bout de la France a su faire reculer un projet de centrale nucléaire à Plogoff ! Les Français ne sauraient pas empêcher ce qui sera l’équivalent de plusieurs centrales ayant déjà explosé avant même que de produire ? Car c’est cela que l’exploitation de ces gaz promet.

                    Il faut mettre un terme à cette Machine économique qui, pour produire toujours plus de profits, en fait, d’inégalités, crée des montagnes d’objets et ravage notre environnement en même temps qu’elle empoisonne toute vie sur terre.


                    • colza 4 mars 2011 14:50

                      Entièrement d’accord.
                      Dans le même ordre d’idée, on peut lire sur Wikipédia :
                      "En octobre 1971, le gouvernement français, sous la direction du ministre de la Défense, Michel Debré, décida de l’agrandissement du camp militaire. Les paysans et leurs sympathisants s’opposèrent à ce projet d’extension, qui fut finalement annulé en 1981 par le nouveau Président de la République, François Mitterrand, après dix ans de luttes non-violentes."
                      A méditer et ne pas oublier...



                    • colza 4 mars 2011 14:52

                      Tout le monde aura compris, je pense, qu’il s’est agit alors du Larzac !


                      • BOBW BOBW 4 mars 2011 17:39

                        Précision pour le lien voir --->FRANCE--->Rappel des faits et évènements politico-historiques qui marquèrent l’Histoire de l’Occitanie



                      • BOBW BOBW 4 mars 2011 17:44

                        Mille excuse pour le lien : voir http://spartakoid.no-ip.org/ --->FRANCE---> Rappel des faits et évènements....



                      • Le péripate Le péripate 4 mars 2011 18:20

                        Oui, c’est terrible. La France a évidemment vocation à être une sorte de zoo pour touristes chinois qui viendront voir comment on vivait avant.
                        Un béret, une baguette et voilà un emploi de figurant !


                        • epapel epapel 4 mars 2011 22:09

                          C’est déjà le cas : première destination touristique mondiale talonnée par les chinois.


                        • René 03 René 03 12 mars 2011 15:38

                          Il serait temps de s’arrêter et penser aux générations futures.


                          Dans sa folle course vers ses besoins en d’énergies l’humanité se précipite vers sa propre destruction par l’épuisement des ressources et la destruction de son habitat.

                          • gg46300 12 février 2014 23:09

                            Il est temps d’ouvrir ce qui nous sert d’yeux et d’oreilles, on peut remplacer les énergies fossiles par tant de choses ! et le système par tant de solutions !
                            le nucléaire a fission peut être remplacé par la fusion, beaucoup plus rentable, encore faudrait-il laisser les scientifiques libre de travailler dessus, le pétrole peut être remplacé par l’eau avec des moteurs a hydrogène par électrolyse... j’en passe.
                            si assez de gens se réunissent pour voter des lois impensables, pourquoi autant d’autres ne pourraient pas faire de même pour les réfuter !
                            on peut se rendre compte d’énormément de choses comme celles si en cherchant un peu, et en le voulant surtout, personnellement je me sert de mes cours de lycée (2nd + 1ere ; je suis en première s et nous sommes beaucoup a en parler) et de certains ouvrages, films ou livres, et en réunissant le plus de monde possible, surtout des jeunes, on pourrait avancer plus vite, grâce aux réseaux sociaux, au bouche a oreille...
                            de plus si les lycées et collèges étaient sensibilisés, il y aurait un effet de pression comme cela c’est passé dans le lot pour les transports scolaires.
                            je pense que d’ici quelques mois, le lycée G.Monnerville aura un journal dans lequel nous pourrons faire passer des infos (le lycée Léo Ferré de Gourdon utilise ce principe)
                            les établissements scolaires communiquent beaucoup, que ça soit par le sport, les Conseils de Vie Lycéenne et Collégienne (CVL et CVC), ou par les association.

                            le lot et les autres lieux attaqués par les « grands » politico-économistes des marchés multinationaux ne doivent pas sentir le schiste et encore moins le ressentir !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès