Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Mais à quoi joue-t-on avec... l’environnement ?

Mais à quoi joue-t-on avec... l’environnement ?

Que de contradictions sur le sujet OGM ! D’un côté les partisans du Grenelle, favorables à l’application des mesures décidées par des gouvernants et des scientifiques (principe de précaution, gel de la mise en culture des OGM, etc.). De l’autre, le lobby des semanciers et des politiques plus intéressés par le profit économique généré par la culture OGM. Du coup, on s’y perd et l’environnement aussi.

La semaine du 2 au 9 février 2008 aura été des plus paradoxales concernant l’application de mesures sur la mise en culture d’OGM. Commençons par les bonnes nouvelles (enfin ne crions pas victoire tant que l’article n’aura pas été lu jusqu’au bout). Le jeudi 7 février, le Journal officiel a inscrit la suspension de culture OGM MON810 suite à l’activation par le gouvernement français de la clause de sauvegarde auprès des instances européennes. En clair, le maïs produit par la firme multinationale MONSANTO est interdit officiellement en France. Toutefois le conseil d’Etat examinera prochainement la plainte probablement portée par le lobby des producteurs de maïs OGM. Ceux-ci espèrent encore pouvoir semer le maïs au printemps. Soulignons que, Jean-Louis Borloo, ministre de l’Environnement soutient la clause de sauvegarde préalablement décidée lors du Grenelle. Là où le bât blesse, le Sénat ainsi que Michel Barnier, ministre de l’Agriculture, souhaitent enterrer certaines décisions du Grenelle de l’environnement dont l’objectif est de briser le consensus entre partisans OGM et partisans de la recherche confinée. Ainsi, malgré l’interdiction de l’OGM MON810, Michel Barnier souhaite de nouveaux essais en plein champ dès 2008 ! (Alors même qu’une partie de la communauté scientifique constate le danger de la mise en liberté de l’OGM dans l’air et de son pollen. L’efficacité de la recherche OGM serait d’ailleurs plus grande dans un milieu confiné. Relevons qu’aux Etats-Unis, cette même semaine, une étude prouve la résistance d’un insecte, Helicoverpa zea, à l’OGM qui produisait pourtant son propre insecticide)

Le Sénat a, quant à lui, adopté un texte sur les OGM le vendredi 8 février où la liberté sera donnée à ceux qui veulent produire des OGM. Cela signifie que l’agriculteur souhaitant produire de l’OGM, pourra le faire même s’il est entouré de parcelles bio ou AOC. Conséquence : alors qu’au Canada, une étude a montré que le pollen pouvait atteindre plusieurs dizaines de kilomètres, les parcelles bio ou AOC seront contaminées par l’OGM. Paradoxe : aucune entreprise d’assurance ne souhaite assurer les agriculteurs pro-OGM évaluant le risque de dédommagement aux agriculteurs contaminés trop grand. En effet, le texte laisse prévisager le recours aux agriculteurs contaminés un dédommagement financier. La contamination OGM est irréversible, c’est-à-dire qu’une parcelle bio infectée par l’OGM doit être totalement détruite pour pouvoir espérer l’élimination de la contamination. Mais l’environnement et la santé humaine ne seront quant à eux jamais dédommagés.

PS  : le Sénat a aussi décidé de la création, contre l’avis du Grenelle, d’une Haute Autorité sur les OGM qui pourra accepter ou non de la mise en culture d’OGM. Une instance présidée par un scientifique et il est évidemment sous-entendu, un scientifique favorable à la mise en culture en plein air des OGM.


Moyenne des avis sur cet article :  4.8/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • TSS 14 février 2008 13:28

    les proprietaires effectifs des grandes exploitations agricoles(ceux qui ont porté plainte) sont des fonds de pension qui n’ ont strictement rien à foutre de la santé des gens !seul le rapport de 15%/l’an les interesse !!


    • eugène wermelinger eugène wermelinger 14 février 2008 17:22

      Alors là, je comprends mieux. Qui est-ce qui a intérêt à ce que les pensions ne soient pas payées ? Si ce ne sont les fonds de pension ! Leur idéal serait la disparition des personnes de plus de 65 ans. On va leur faire bouffer du transgénique. Il faut investir dans les pompes funèbres.


    • urza2020 14 février 2008 14:43

      Voici un article parlant de la resistance dévelloper par la chenille Helicoverpa zea :

      www.futura-sciences.com/fr/sinformer/actualites/news/t/genetique-1/d/ogm-un-papillon-fait-de-la-resistance_14543/

       


      • nounoue david samadhi 14 février 2008 15:25

        y’en à marre marre marre, il faudrait creer une commission pour mettre tous les elus aux smics sa permettrait d’y voir beaucoup plus clair, moi je crois que toutes l’energies de l’écologie à été manger pendant l’election et que maintenant tous le monde se referme comme un huitre en attendant la chute de l’empereur ...

        Et pourquoi je ne pourrais pas decreter que mon appartement est un paradis fiscal, je pourrais aussi decreter que mon balcon peu accuillier des ogms et que mes toillette des nouveaux produits à base de nanotechnologies ... encore et encore

        bref un monde ou chacun pourra etre son propre maitre en gros l’anarchie du fric :)

         


        • poetiste poetiste 14 février 2008 16:57

           

          Gêne.

           

          Si le maïs transgénique n’est pas bon pour les chenilles, c’est qu’il n’est pas bon pour nous. Il ne faut pas sous-estimer le goût et le discernement des chenilles, elles sont des gastronomes avisées et infaillibles. En ignorant ainsi l’intelligence de la nature qui élabore le plus judicieusement et le plus savamment possible une harmonie entre les animaux et les plantes, on se fait apprenti sorcier fou. Le tropisme du profit a encore frappé. Tout le monde se prosterne devant le dieu « argent » qui porte aussi le nom de « nerf de la guerre ». La religion du fric fait perdre le bon sens dont chacun croit être pourvu mais comme il a disparu, comment voudrions-nous qu’il soit partagé ? Tout le monde s’agenouille devant les lobbies pharmaceutiques ; chantons tous cela ensemble ! Il ne s’agit même pas de parler d’un « principe de précaution » devant une expérimentation qui hypothèque l’avenir de la santé de nos enfants, c’est quasiment parier sur la vie sans vergogne pour cause d’âpreté au gain. C’est le jeu de la roulette russe. Est-ce que les labos pharmaceutiques peuvent se projeter une vingtaine d’années dans le futur pour constater les dégâts ? Certainement pas ! Le sacro-saint profit porte des œillères et forcément, va au plus pressé, au plus court terme, « time is money ». Le rouleau compresseur a raison de vous ; écartez-vous ! Je le dis tout de go, dame nature sait très bien ce qu’elle fait et sait se défendre de ses dysfonctionnements. Elle élimine ceux qui transgressent ses lois ; elle a toujours le dernier mot. Elle n’agit pas selon une morale mais selon une programmation intelligente qu’elle réinvente toujours. Si une morale doit intervenir, c’est celle des scientifiques qui savent mieux que personne tout ce qu’ils ne savent pas , comme l’observation peut tromper l’expérimentateur et comme des effets secondaires peuvent échapper à l’analyse. Einstein s’est demandé s’il n’aurait pas mieux valu qu’il fût plombier. La science va toujours trop vite, est trop vite récupérée pour le profit et pour la guerre. L’introduction de gènes étrangers dans une plante vivante est une espèce de viol. Le bon sens des chenilles est de manger que ce qui peut les maintenir en vie. Si elles n’ont rien à manger, elles attendent leur heure et des circonstances plus favorables. Elles peuvent aussi se mithridatiser et gagner la guerre contre les expérimentations transgéniques. Je n’ai aucune crainte pour les chenilles. Ce serait plutôt les abeilles qui forceraient ma compassion car elles élaborent le meilleur produit du monde : le miel. Dire qu’elles vont butiner sur des fleurs transgéniques sans qu’elles s’en aperçoivent et sans qu’elles en soient affectées, ce serait aussi sous-estimer ces petites bêtes si courageuses qui ne réclament jamais de salaire pour leur travail acharné. La manipulation transgénique, ne nous leurrons pas, n’est qu’une histoire de marchés et de gros sous. Qui serait assez naïf de croire que des lobbies pharmaceutiques puissent devenir subitement humanitaires. C’est pourtant un argument qui a été avancé sans rire, par les dites sociétés multinationales. Tout est possible dans la jungle de la mondialisation. La ruée vers l’or converge vers les pays dits « émergeants » : technologie plus main d’œuvre à bas prix, c’est l’Eldorado de l’entreprise sans états d’âme. Bon ! Il est vrai que la finance n’a jamais eu de scrupules pour arriver à ses fins mais quand la planète est en danger, les petites gens ont quelques raisons de se mobiliser, de redonner du bon sens à la folle machine. La manipulation transgénique est sans doute la brèche qui va s’ouvrir et laisser libre cours à des expériences plus aventureuses encore. La vache folle, le sang contaminé, les hormones de croissance, toutes ces calamités ne semblent pas être des signes bien perçus pour nous suggérer ce qui nous attend dans l’avenir. La stratégie de l’argent est sans trop de failles. Ah ! Si la mobilisation pour la vie avait la même organisation, quel miracle ce serait ! Il existe des chercheurs qui vont dans le sens de la nature et de la vie, qui n’ont pas de certitudes infatuées de leur science. Ceux-là vont-ils sauver les abeilles ? Petits enfants, ne croyez pas les PDG qui vous disent que les OGM sont issus de leur compassion pour les pays pauvres. Si vous croyez ça, vous êtes déjà transgéniques. On ne butine pas avec ça !


          • Mougeon Mougeon 14 février 2008 18:29

            Qu’on ne cuisine que des OGM dans la cantine des Sénateurs, comme cela ils n’auront que ce qu’ils méritent...

             


            • Atlantis Atlantis 16 février 2008 20:28

              je propose même le gavage


            • Mikhal Mikhal 21 février 2008 09:45

              Voici un article qui présente brièvement une enquête réalisée en Suisse au sujet de 100 produits de consommation alimentaire courante. Comme son titre l’indique, c’est édifiant ! La contamination des produits non OGM est vraiment déjà en marche.

              Lien : http://www.tsr.ch/tsr/index.html?siteSect=200001&sid=8758481
              (supprimez l’espace entre html et ?)


              • Mikhal Mikhal 21 février 2008 09:46

                Voici [un article->http://www.tsr.ch/tsr/index.html?siteSect=200001&sid=8758481] qui présente brièvement une enquête réalisée en Suisse au sujet de 100 produits de consommation alimentaire courante. Comme son titre l’indique, c’est édifiant ! La contamination des produits non OGM est vraiment déjà en marche.


                • raannemari 26 février 2008 18:01

                  Pour tous ceux que cela inquiète, voir l’excellent documentaire "Le monde selon MONSANTO" de M.D. Robin sur ARTE le 11 mars 2008, je l’ai vu hier sur la RTBF, c’est tout simplement terrifiant !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès