Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Mal bouffe et obésité : l’urgence sanitaire

Mal bouffe et obésité : l’urgence sanitaire

Cet article vient compléter l’article "Quand l’économie de marché cible les enfants" publié sur Agoravox.

Depuis le 1er janvier 2008, afin de faire face à une montée croissante d’une population de plus en plus obèse, le Royaume-Uni a décidé d’interdire les publicités pour les aliments contenant un très fort tôt de graisse, sucre et sel dans les émissions télévisées pour les moins de 16 ans.

Cette mesure gouvernementale intervient au moment où une étude publiée en octobre 2007 affirme de façon alarmante que la moitié des Britanniques seraient obèses dans les prochaines vint-cinq années.

On constate que l’action engagée par la nation de l’outre-Manche est beaucoup plus percutante et offensive que l’initiative française. En effet, alors que plus d’un million d’enfants français sont les victimes d’obésité, un seul message de prévention est affiché sous les publicités faisant la promotion des aliments et boissons déséquilibrées.

En 2004, l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments éditait un rapport titré « Glucides et Santé ». Ce document recommandait une révision urgente et complète des spots publicitaires en affirmant que « la publicité, en particulier à la télévision, sur l’alimentation des enfants doit être totalement revue car, à cet âge, on ne peut pas être lucide sur le caractère publicitaire des messages ».

Malgré les alertes sanitaires et la mobilisation des associations de défense des consommateurs, les grosses industries agroalimentaires ne semblent pas très motivées et enthousiastes pour confronter sérieusement ce problème de santé publique. Il faut ajouter que la recette financière est très importante dans cette part de marché, surtout au sein de la jeunesse.

Toutefois, depuis 2005, d’importants et de nombreux organismes se sont regroupés (1) pour dénoncer les méfaits de la « mal bouffe » et ainsi faire pression sur les autorités compétentes pour exiger la suppression des publicités promouvant les produits surchargés en sucre.

Cette mesure est déjà en vigueur au Canada et en Suède.

Pour Alain Bazot, président de l’UFC-Que Choisir, « Le problème aujourd’hui, c’est la cacophonie ambiante des messages et le matraquage publicitaire qui vante les produits trop gras ou trop sucrés avant et après les programmes destinés aux enfants. D’autres pays l’ont fait, comme la Grande-Bretagne. Il est possible de mettre en place un encadrement obligatoire, c’est une question de volonté politique ».

On constatera simplement que les enfants de France, d’Europe ou du monde entier sont les victimes d’une société de consommation violente et outrancière. Les enfants sont les convoités et les exploités des grandes industries publicitaires, agroalimentaires ainsi que des opérateurs de la téléphonie mobile.

Nos enfants n’ont pas encore, eux, la chance de s’épanouir et de s’émerveiller, qu’ils sont déjà les esclaves modernes d’un système de la finance sauvage.

Aujourd’hui, bien faire manger et bien éduquer ses enfants sont des actes civiques et citoyens modernes et responsables. Chaque citoyen se doit pour sa santé de respecter son corps et son âme et de rejeter en force cet esprit de soumission de la consommation sous-alimentaire.

C’est cet esprit de résistance humaine et révolutionnaire qui permettra aux citoyens d’entreprendre la renaissance de l’humanité et de notre environnement écologique et social.

Source

1 - L’Association française des diabétiques (AFD), l’Association nationale des directeurs de la restauration municipale (ANDRM), le CCC (Association de la restauration collective en gestion directe), la Fédération des conseils de parents d’élèves des écoles publiques (FCPE), la Fédération des parents d’élèves de l’enseignement public (PEEP) et l’UFC-Que Choisir.


Moyenne des avis sur cet article :  4.5/5   (32 votes)




Réagissez à l'article

41 réactions à cet article    


  • Jean-Michel (---.---.127.10) 4 janvier 2008 10:53

    La publication de photos de mineurs est interdite sans l’autorisation des parents !


    • Alake (---.---.1.38) 4 janvier 2008 11:18

      @ Jean-Michel C’est ce que j’allais dire smiley

      Il faudrait au moins flouter les visages.

      @ l’auteur

      récemment je suis tombée sur des programmes pour enfant et j’ai été effectivement frappée par le flot de publicité pour des sucreries avant, pendant et après les programmes. Les enfants sont facilement influençables, c’est vrai mais ce sont les parents qui font les courses donc c’est à eux de dire non aux sucreries et d’éduquer les enfants.

      Quant aux messages « manger, bouger » je doute de leur efficacité : les enfants ne les lisent probablement pas car ils sont captivés par les images qui défilent et les adultes finissent par ne plus les voir.


    • jimbo (---.---.193.138) 4 janvier 2008 14:42

      La publication de photos de mineurs est interdite sans l’accord des parents...

      Certes... Mais qui nous dit que les parents du garçon dont on peut voir la photo n’ont pas donné leur accord ?


    • haddock (---.---.105.19) 5 janvier 2008 07:17

      Qu’ est-ce qui vous fait croire que c ’est des mineurs ?


    • (---.---.2.4) 4 janvier 2008 12:54

      à force de lobbying l’industrie agro alimentaire a réussi à ce qu’au lieu d’interdire les pubs pour les produits gras, sucrés et salés, on ait seulement écrit l’adresse d’un site qui nous dit qu’il faut bouger.

      Aux Etats unis ils ont déjà perdu un an d’espérance de vie à cause de l’obésité, qui coute + cher à la sécu que l’alcool et le tabac réunis. No comment


      • trape (---.---.65.251) 4 janvier 2008 14:15

        C’est facile d’accuser l’industrie agro-alimentaire, la finance sauvage et tous les clichés « de gauche » de ce type même si l’industrie a une grosse part de responsabilité dans le chaos diététique actuel. N’oublions jamais que la première responsabilité incombe aux parents, chargé de l’éducation nutrtitionnelle et de son application.« Coca cola », chips, « Nutella » et autres agents de la mal-bouffe quotidienne de trop nombreux enfants, ne sont pas interdits dans une consommation exceptionnelle. Une fois de plus, le discours est mis sur la responsabilité sociétale et non pas personnelle de l’individu et de son comportement... D’autres étiologies semblent se pointer, dans les études épidémiologiques, dont celle de la susceptibilité génétique de certaines etnies.Là, malheureusement l’individu a peu de moyens d’agir sinon d’être encore plus vigilant et responsable de lui-même. D’autres facteurs étiologiques, plus obscurs pointent comme la piste infectieuse (adénovirus qui induisent la différenciation des pré-adipocytes en adipocytes, par exemple) pour essayer d’expliquer ce fléau de l’obésité infantile.


        • Ceri 4 janvier 2008 14:48

          figurez vous que l’obésité c’est surtout dans les couches populaires, pour 2 raisons
          - le manque d’information sur la nocivité de certains aliments. Quand on dit à certains parents que le coca c’est nocif, saturé en sucre etc, ils l’apprennent.
          - le bas cout des produits les plus dégueulasses.


        • Zalka Zalka 4 janvier 2008 14:58

          Et le coût exorbitant d’un diététicien personnel !


        • eugène wermelinger eugène wermelinger 4 janvier 2008 16:48

          .... et croyant avoir compris le message, ils passent du coca standard au coca light qui contient des édulcorants encore bien plus dangereux .... Espérons que cela ne soit pas seulement d’une année que l’espérance de vie va diminuer pour ces benêts.


        • Zenobia Zenobia 4 janvier 2008 19:02

          Des tomates et du thon sont beaucoup plus onéreux pour une famille à très bas revenus que ces saloperies de chips et autre.... La mal-bouffe est un système tellement pervers qui fait que les moins nantis paient un maximum vu la masse qui s’en nourrit aux grosses entreprises agro-alimentaires... qui dans le même temps ouvrent des filiales de produits dits de santé ou nutritionistes... Sans oublier cette énorme arnaque de certains produits protéinés, qui se vendent par le système MLM, où on vous assure que par exemple le soja ne vient pas de produits OGM.... Et tout ceci va dans quelles caisses, sinon celles d’énormes sociétés multinationales ????? et de fonds... divers et variés.... Remarquez, raccourcir ainsi la durée de vie de nos enfants, est sans doute à terme une solution à la surpopulation de la planète.....C’est un pur scandale !!!


        • haddock (---.---.105.19) 5 janvier 2008 07:18

          y en a même ils passent du coca l’ âne .


        • maxim maxim 4 janvier 2008 15:02

          c’est vrai que c’est un problème grave ......

          regardez par curiosité le nombres de calories contenues dans une barre chocolatée ,dans un paquet de chips,ou dans une boisson type soda ou Coca Cola ,presque autant que dans un repas complet pour l’un ou l’autres des exemples donnés ..

          surtout qu’en général ,n’étant pas rassasié et l’effet sucré stimule la fabrication d’insuline qui redonne la sentation de faim ,le gamin en reprend une autre si ce n’est pas tout le paquet ,ou vide la bouteille s’il s’agit de soda .....

          en plus des grignotages devant la télé ,et on obtient dans un court délai des gosses obèses ..

          il suffit de regarder le nombre de gamins en surpoids à la sortie des écoles .


          • biztoback 4 janvier 2008 15:29

            C’est facile d’accuser les parents, avez-vous entendu parler de « l’enfant roi » ?

            Ce sont les boites de communications qui poussent les enfants à manger ces conneries, ces mêmes enfants sui poussent leurs parents à acheter. Une majorité des publicitées ciblent la jeunesse, ce n’est pas un hazard.


          • Ceri Ceri 4 janvier 2008 22:12

            OK pour l’enfant roi, comme on dit.

            Mais c’est aux parents (les « adultes ») de gérer ça.


          • ekarine (---.---.202.212) 4 janvier 2008 18:27

            @Seb59

            Les parents n’ont pas tous le même niveau de culture, de compréhension, d’éducation ou même de force de caractère face à des publicités qui impactent aussi les adultes. Les magniats de la communication, avec le concours de psychologues, sont passés maîtres dans l’art de manipuler le mental des populations. Bien sûr, les enfants y sont plus sensibles que les adultes mais les adultes ne sont pas en reste, loin de là. Nous subissons tous un véritable matraquage de publicité, il est impossible d’y échapper à moins de vivre au fin fond d’un bois ou sur une île déserte. La télévision n’est pas le seul vecteur : mailing sauvage (des centaines de tonnes de papier chaque année dans nos boîtes aux lettres), affiches dans les rues, les gares, les stations de métros, les métros eux mêmes, sur les devantures de librairies, publicités dans les magazines, etc. Dès la maternité, une mère allaitante se verra glisser quelques feuillets publicitaires par son pédiatre sur les vertus de tel ou tel lait « maternisé »... Quant aux publicités destinées aux enfants, que ce soit pour les jeux où « l’alimentation », nombre d’entre elles suscitent la « roi attitude » et compliquent un peu plus la tâches éducative des parents. Ajoutez à celà une cinquantaine d’années de vulgarisation psy qui ont poussé de nombreuses mères à croire, entre autre, qu’il ne fallait pas brider les désirs de son enfant sous peine de le traumatiser... Va falloir quelques générations pour réparer les dégâts, qui ne sont pas que d’ordre alimentaire.


          • Pie 3,14 4 janvier 2008 20:47

            Cuisinez-vous ?


          • Ceri Ceri 4 janvier 2008 22:17

            exactement.

            je crois que vous ne vous rendez pas compte de la situation dans laquelle vivent un certain nombre de familles. Certaines familles sont complètement défavorisées économiquement et culturellement.

            Certains parents ne pensent même pas à mettre une poubelle dans l’appart’, du coup les enfants balancent tout par terre. On leur dit « et si vous mettiez une poubelle ? » réponse : ah oui, j’y avais pas pensé.

            Alors dans ces cas là, et c’est là que l’obésité est la plus fréquente, comment sensibiliser les gens ?

            Ce n’est pas avec la pub, c’est certain, alors comment ?


          • Mjolnir (---.---.152.193) 4 janvier 2008 16:33

            @L’auteur

            Attention à vous, on va vous accuser de fascisme en prétendant que vous voulez régir la vie des autres, et on vous dira que les gens sont libres de manger ce qu’ils veulent et de nourrir leurs enfants comme ils le veulent, tout en vous traitant de « bien pensant » et « d’ayatollah de l’hygiène ».

             smiley


            • Lil_Pims 4 janvier 2008 17:12

              Il est etonnant de voir que peu de commentaires font le rapport entre milieu social et obesite. C’est assez facile de jeter le discredit sur les parents ou le gouvernement.

              Le probleme est legerement plus complexe qu’il n’y parait. Non seulement le matraquage commercial est tres performant (il a ete demontre que la publicite McDo est tellement reussie qu’ils seraient en mesure de faire avaler absolument n’importe quoi aux momes, voir mm de mettre les haricots verts a la mode !) mais c tout une problematique de societe qui transparait la.

              Si on etudie de plus pres les groupes les plus touches, tjs la meme remarque, ce sont les milieux les plus pauvres tant financierement que culturellement. De plus, l’obesite peut aussi etre comparee a un reel virus car les individus se « transmettent » leurs modes de vie. Plus l’on cotoit de personnes en surpoid plus on est enclin a trouver cette situation normale. Il ne s’agit plus juste des parents mais des proches, des amis, des connaissances...

              Alors oui c bien beau de montrer du doigt les parents responsables de l’alimentation de leurs enfants, ou bien les restaurants fast-food et leurs pubs, mais il ne faudrait pas non plus oublier une partie du pb. C’est notre societe de consommation de masse dans son ensemble qui devrait revoir sa copie


            • (---.---.112.46) 4 janvier 2008 18:31

              @ Lil_Pims : Tout le monde devrait revoir son problème , et donc la société de consommation qui a été érigée avec l’aval des partis politiques et celui dit de « gauche » était loin d’être le dernier puisque les parents ne devaient plus « polluer » leurs enfants avec des idées « de droite » qu’ils disaient dans leurs réunions ,du genre : il fallait les nationalisations, le partage des profits qui fut réalisé mais au profit de quelques uns seulement et cela n’avait pas été expliqué comme cela car les sociétés ont été égarées, même perdues !

              Il faudrait donc mettre sur pied une société de justes relations entre les Hommes et vite stopper cette société stupide de consommation à la Giscard.


            • ekarine (---.---.202.212) 4 janvier 2008 21:35

              @IP:xxx.x49.112.46

              Mais lol ! Quel rapport avec la gauche... Le fait de primer l’économie de marché et les profits à la santé publique relève plutôt des visions politiques de droite. Quoique... indépendemment des partis celà relève de visions corrompues du court, moyen et long terme


            • Lil_Pims 4 janvier 2008 21:39

              N’importe quoi. Vous venez mettre sur le tapis un pb de clivage gauche/droite francais qui n’a pas sa place ici. C’est un phenomene de notre societe consummeriste dans son ensemble dont il est question. Je ne vois vraiment pas ce que vient faire Giscar dans cette histoire !


            • joseW 4 janvier 2008 16:55

              Très bon article.

              Cette mondialisation de la malbouffe et des macdaubes est un drame aux USA et pourrait rapidement le devenir en France si ce nouvel ordre mondial culinaire s’imposait définitivement en France comme en Europe. smiley

              De nombreuses maladies sont liées au surpoids, sans parler des pertes au niveau du goût, des richesses culturelles ou des activités physiques...

              Pour aller plus loin sur ce sujet de la malbouffe :


              • jeanclaude (---.---.167.188) 4 janvier 2008 17:40

                Je vais être de mauvaise foi. Quand j’étais enfant, après la guerre, dans une famille ouvrière, il n’y avait pas de problème d’obésité. Il est vrai que ma mère ne travaillait pas et faisait la cuisine traditionnelle, mon père tenait un jardin ouvrier. A 10 heures à l’école, c’était deux tranches du pain de 500 g, tartinées à la vache-qui-rit. Je me rends compte aujourd’hui que j’étais un privilégié.

                C’est clair qu’en théorie sauf cas de métabolismes rares, nul ne devient obèse nécessairement. Il y faut des conditions, pas toujours faciles à réunir : mère disponible, mère attentive - l’information elle peut l’avoir, même en milieu populaire, il suffit d’emprunter un livre de cuisine à la bibliothèque municipale la plus proche.

                Il faudrait aussi restreindre le temps que les enfants regardent la télé - c’est hélas plus difficile en milieu populaire. Mais ce temps à publicité est aussi un temps perdu pour des études efficaces.

                Enfant, la radio était dans la cuisine. Mais pas la télé - on n’en avait pas - et dans toute les familles apparentées, elle n’y est toujours pas.

                Donc, même si celà fait ringard, un peu de morale et de retenue traditionnelle et la moitié du problème est réglée. Bien sûr que s’il y avait les mêmes interdictions qu’en Grande Bretagne, encore mieux. Qu’attend Bachelot, qu’attendent les associations familiales ?


                • Lil_Pims 4 janvier 2008 17:49

                  Tout petit commentaire sur le « mere disponible, mere attentive » Effectivement un peu vieux jeu compte tenu de notre siecle smiley J’aurais prefere le terme parents disponibles, parents attentifs...


                • Lowlow007 (---.---.177.71) 4 janvier 2008 18:23

                  Chez moi, pas de coca, pas de macdo, pas de pizza surgelée, de ketchup, mayo, sauces de merdes...c’est clair que les produits les plus chers sont souvent les plus immondes, surtout dans leurs compositions : Coca cola : 76 morceaux de sucre (de betterave)...dans le Macdo, c’est glucide et lipide en masse, vitamines ? Proche du néant, en plus c’est étudié juste pour que vous ayez encore faim après en avoir mangé un ! Le sandwich du midi pressé stressé : pain mayo, sucre, sel, etc., on met trois feuilles de salade javellisée et hop, ça a l’air sain !le pain, n’en déplaise à certain, est nocif à long terme, comme tous les produits raffinée : sucres, levure, farine...préférez le fructose et les sucres naturels pain complet,, et puis mettez vous au café sans sucre, c’est tellement meilleur, il faut s’y faire ! Chez une enseigne qui fait des surgelés, vous avez des petits bols de 1 personne, en légumes vapeurs, sans sel ni graisse, c’est excellent, et ça reste de la cuisine rapide...c’est un exemple. Boire de l’eau est le meilleur désaltérant. Buvez un grand verre d’eau avant le repas, et déjà vous aurez moins faim. Le coca est un vrai poison, surtout combiné avec certaines graisses, je crois. Surtout, faites une activité physique et pas les gros ! Les maigres aussi ! Tiens un petit truc tout con, au lieu de sortir à votre station de métro habituelle, sortez donc à celle d’avant ou celle d’après, vous verrez que non seulement, vous irez mieux mais qu’en plus vous redécouvrirez votre quartier..


                  • antireac (---.---.80.82) 6 janvier 2008 14:42

                    Réactionnaire ! Il faut manger de tout sans arrières pensées pseudo-dietetiques à la mode.


                  • Christoff_M Christoff_M 4 janvier 2008 18:51

                    Il y a un problème de culture et d’éducation derrière tout cela... est ce que vous croyez vraiment que tout ça n’est pas lié à une baisse du niveau général, à une volonté de créer une sous classe de laborieux pour l’Europe à venir, de gens qui ont peu d’esprit critique, qui remplissent leur caddies dans les grandes surfaces et qui achètent des produits de m..., peu chers sur l’étiquette, mais très chers au kilo par rapport à leur médiocrité...


                    • Lowlow007 (---.---.177.71) 4 janvier 2008 18:59

                      complétement d’accord avec vous ! le niveau baisse, je crois que c’est fait exprès pour maintenir les boeufs dociles..


                    • Myasitchev 4 janvier 2008 19:30

                      L’analyse de Seb59 et la réponse de ekarine me semblent intéressantes : les parents doivent éduquer leurs enfants, avec les meilleurs moyens disponibles. S’ils n’ont pas de compétence en diétitique, il y a peut-etre une question à se poser : sommes-nous alors dans l’éducation ou dans l’instruction ? Le problème de l’obésité des enfants relèvent à mon avis des deux :
                      - parents et enfants ne savent pas ou peu s’alimenter de manière équilibré : ils n’ont pas de connaissance diétitique. L’Ecole peut, et je dirais même doit leur expliquer à quoi servent protides glucides lipides et kilocalories.
                      - Les parents sauront alors expliquer POURQUOI il ne faut pas manger tel ou tel aliment en excès et, comme souvent avec les enfants, ceux-ci comprendront les consignes données.
                      - parents et enfants savent s’alimenter de manière équilibrée mais ne le font pas, de façon délibéré, soit par praticité (coût/délai de confection d’un repas etc...) soit par goût. Regrettable mais c’est leur choix : chacun est responsable.

                      je pense donc que l’école a un rôle à jouer. Les cours de diétitique que j’ai suivi au lycée m’ont plus qu’aider puisque j’ai modifié mon régime alimentaire (je ne mange de la viande ou du poisson qu’à un seul repas de la journée, mes apports protéinés étant largement excessifs).

                      Maintenant, autre question : les parents sont-ils vraiment en mesure d’influencer suffisamment de façon directe (c’est-à-dire autrement que par l’exemple) le comportement alimentaire de leurs enfants ?


                      • MarieClaire (---.---.29.56) 4 janvier 2008 19:36

                        La mal bouffe et l’obésité qui en découle sont le fruit d’un amalgame de fait : Le manque d’éducation des parents, protides lipides glucides sont du chinois pour la plupart, la composition sur les produit ne fait que donner bonne conscience aux fabricants. L’influence néfaste du marketing à grands coup de pub visant majoritairement les enfants, il n’y a qu’à regarder une emission enfantine pour être sidérèe par le nombre de publicités pour des produits gras, sucrés et sans qualité nutritionnelle. Le message sur le fait de manger des fruits ou des lègumes est très bien mais inutile, la plupart du temps les enfants sont seuls devant la télé et en plus ne savent pas encore lire, encore un moyen d’avoir bonne conscience. La supppression de la publicité durant les emissions enfantines serait plus efficace. Enfin dernière remarque, même s’il est vrai que les couches sociales les plus en difficulté sont exposées à cette mal bouffe, on ne peut que constater qu’elles préfèrent aller acheter des produits bas de gamme dans des magasins discount,pour avoir encore plus de produits sucrés et gras et ainsi garder un part de leur revenu pour des produits que je qualifierai d’inutiles quand c’est la santé qui prime ( produits en question cigarettes, appareils multimédia...) Il y aurait encore beaucoup de remarques à faire, mais le plus important est de changer les mentalités, d’éduquer les adultes et les enfants et que tout le monde se mobilise contre la mal bouffe de nos enfants !!!!


                        • ekarine (---.---.202.212) 4 janvier 2008 20:08

                          Marie-Claire « protides lipides glucides sont du chinois pour la plupart »

                          Tout à fait, et ce qui est dramatique, c’est que « protides-glucides-lipides » ne sont que le le B A ba de la nutrition. Vitamines et nutriments ne sont souvent pas évoqués alors qu’ils sont LES facteurs de santé et de prévention. la synergies entre vitamines et nutriments présents, dans nombre d’aliments, ne sont tout bonnement pas immitables par les produits pharmaceutiques vendu à prix d’or avec la promesse de contrebalancer nos carences. Les aliments, lorsque bien compris, sont les premiers médicaments à notre disposition pour préparer le corps à se défendre, procurer l’énergie et éventuellement, rétablir l’équilibre de certaines fonctions. L’équilibre alimentaire s’acquiert dès les première années de la vie. Les américains épargnés par l’obésité sont ceux qui ont conservé les habitudes alimentaires de leurs aïeux européens, notamment le simple fait de manger à table et en famille... Le sujet est si vaste...


                        • (---.---.10.140) 4 janvier 2008 21:49

                          ..mon ils a une alimentation complétement déséquilibré, tres riches en sucre mais il est maigre comme un clou. Nous faisons pourtant tout sa mére et moi pour qu’il devienne obése et réponde enfin au canons esthétiques de la beauté mais rien n’y fait. Il est absolument urgent de taxer tout ces produits pauvres en bonne graisse et en bon sucre qui font l’objet d’une surconsommation dans les milieux pauvres. Nous aussi avons droit a l’obésité


                          • (---.---.10.140) 4 janvier 2008 23:09

                            mangez du foi gras c’est gouteux


                            • maxim maxim 4 janvier 2008 23:53

                              aux enfants et aux adultes également ,il faut apprendre qu’on ne sert pas de pain avec les pâtes ,le riz ,les patates,bref ,tous les farineux .... manger le moins possible de charcuterie ,de mouton,de boeuf ( mais oui,bien trop gras !)préférer les volailles cuites au four et consommées sans la peau ,le cheval,le gibier ( lapin)les poissons grillés ou cuits à la vapeur ,les oeufs ( pas plus de trois par semaine, le jaune est chargé en cholesterol !!!)les légumes à volonté cuits à la vapeur avec une noix de beurre cru ou un peu d’huile d’olive ,les salades,les fruits en dehors des repas ( pris en dessert ils font fermenter le contenu de l’estomac )...

                              pas de croissanterie au petit dejeuner ,de préference pain grillé ,avec très peu de beurre ,confiture de temps en temps avec modération ..... pas de pizzas,quiches ,hamburgers,et autres saloperies de la même sorte ....limiter au maximum les graisses animales .....le pain ,plutôt du complet ...pour du pain blanc,faites le griller pour qu’il perde son eau et brûle son amidon ...

                              pas de pâtisseries avec crème ,si l’on doit en donner une, opter pour quelque chose de sec genre sablé ou macaron ( avec modération)y aller mollo avec le chocolat,les friandises ,bref tout le sucré et le gras ....

                              boisson,de l’eau ,uniquement ,pour les adultes un verre de vin rouge de qualité à la fin du repas du soir ( pour les phénols et le tanin),café léger ou thé ....

                              éviter les fromages gras ou fermentés ,préferer ceux a pâte cuite ,le mieux,le fromage blanc à 0% qu’on peut consommer à volonté en cas de creux ....

                              et puis bouger bien sûr .....

                              et vous et vos enfants serez en forme ,sans les formes !


                              • ekarine (---.---.202.212) 5 janvier 2008 09:04

                                Il est vrai que certaines pratiques alimentaire sont meilleures que d’autre mais il est faux de vouloir créer un modèle alimentaire adapté à tous. L’éducation joue un grand rôle, et une grande part de celle-ci provient des écoles. Les cantines devraient avoir les moyens de faire un effort en ce sens mais le prix du « panier » étant dérisoire, c’est le dernier lieu d’éducation au goût et aux saines habitudes. J’aime cuisiner, j’ai un régime alimentaire de type plutôt méditerranéen. Ouaou, c’est bien, c’est une sage façon de se nourrir ! Ben non, je n’ai aucun mérite, c’est parce que ces habitudes là m’ont été inculquées dès l’enfance. C’est parce que j’y trouve un grand plaisir aussi. Le plaisir en alimentation ne doit pas être négligé non plus. On peut parfaitement se nourrir de manière équilibrée avec des plats vraiment délicieux mais ça ne s’apprend pas du jour au lendemain. Outre le fait de savoir faire la cuisine, encore faut-il avoir le temps. Des parents qui rentre du travail à 19h30 (ou plus) tous les soirs doivent faire le choix entre cuisiner un bon petit plat au risque d’y laisser leur santé en terme de fatigue et de rogner sur le temps de sommeil de leurs enfants ou bien opter pour la facilité et chauffer un plat préparé industriel. Les plats préparés sont très inégaux et l’éducation passe aussi par la lecture et la bonne compréhension des étiquettes. Personnellement, j’évite d’acheter des aliments lorsque les ingrédients mentionnés sur l’étiquette ne sont pas des ingrédients que je mettrais dans ma cuisine. Il y a une multitude d’additifs alimentaires dont on sait qu’ils sont mauvais pour la santé et qui sont pourtant largement utilisés par l’industrie aggro-alimentaire sans que les pouvoirs publics y mettent leur nez de manière sérieuse. On a beaucoup tapé sur les fumeurs ces derniers temps, par rapport au surcoût généré en terme de santé, que dire des « mangeurs » malades de ce que les industriels mettent dans leurs assiettes. Mais qui est responsable ? Le mangeur mal informé ou l’industriel qui, en connaissance de cause, diminue ses coûts de production en utilisant des produits et des dosages mauvais pour la santé, où bien encore les politiques qui laissent faire et se donnent bonne conscience en lançant des campagnes de sensibilisation plutôt culpabilisantes pour le consommateur final (le tout avec notre argent, faut-il le rappeler) ? La situation est d’autant plus dramatique que l’on sait que le risque d’obésité se transmet particulièrement bien de génération en génération et qu’on a sous les yeux, au travers de l’exemple américain, une connaissance assez précise de ce qui nous pend au nez dans les futures années.


                              • (---.---.66.72) 5 janvier 2008 07:07

                                Encore un de ces dossiers presses « anglais »

                                L’Autriche a imposé la viande de volaille et moins de graisses dans les saucisses vendues au coin de la rue. Ses Wienerwald qui vendaient dans le monde entier des poulets frits ont fermé leurS portes. Ronald et ses Macdos n’ont pu installer leurs bouibouis qu’en proposant des repas plus légers en calories.

                                La Santé Publique ne peut être qu’autoritaire. Des lois simples et les appliquer. Au désespoir de l Industrie Pharmaceutique c’est la surconsommation de sel qui est responsable de la surmortatilité des affections vasculaires et cérébrales. Dans ces groupes multinationaux parachimiques on a même calculé que ce sel en plus nécessitait de boire près d’un litre d’eau en bouteilles bien sûr en plus.

                                On peut faire du saucisson du fromage du jambon aussi goûteux sans sel.

                                Le vin par exemple est saucé pour vieillir 1o ans derrière les fagots http://www.wineterroirs.com/2007/09/additives_shop.html

                                http://www.wineterroirs.com/2007/10/home_bottling.html

                                Tout gosse a l’école au lieu de suivre les cours de niaiseries des Grands mâitre-queue lors de la semaine Saveur devrait apprendre de servir de la cuisine et des vicTuailles. Comme si donner dans la bouffe du quotidien était se rabaisser pour les Professeurs d’Ecole.

                                http://www.chefsimon.com/gm.htm La Gastronomie moléculaire est surtout française http://fr.wikipedia.org/wiki/Gastronomie_mol%C3%A9culaire. née sur/autour des paillasses de Jean-Marie Lehn prix Nobel de chimie en 1987.

                                Comme quoi on trouve de tout parmi les chercheurs...


                                • Christoff_M Christoff_M 6 janvier 2008 02:27

                                  depuis que l’on parle de réformer l’école, on pense que l’on peut apprendre plein de choses en plus des programmes...

                                  vu les pietres résultats, il serait peut etre urgent de revenir à des basiques, lire compter , écrire, ce que l’école ne fait plus depuis un moment en bourrant les grilles de choses inutiles... l’école doit donner des outils, amener les gosses à réfléchir, à savoir formuler un avis, à s’adresser aux autres et à savoir mettre par écrit, une idée, un avis, une synthèse, ce serait déja beaucoup...

                                  Après les langues, la géo, le reste vient sans problème avec un esprit critique structuré !!

                                  Mais apprendre les gouts et les couleurs, c’est une erreur ; le gout en cuisine c’est une question d’éducation, comme le choix des lectures, et il faut laisser faire l’élève lui meme !! un peu d’autonomie dans notre pays d’experts et de conseillers, ça ne ferait peut etre pas de mal pour sortir du moule unique... et avoir cette classe politique actuelle qui est terriblement scolaire dans la plus mauvaise acceptation du terme « scolaire »....

                                  Accepter des notations à un certain age c’est ridicule, c’est la preuve de personnes qui ne sont pas sortis du système scolaire dans ce qu’il a de plus puéril !! Evaluation et bon points, cela me rappelle un fameux cabinet Andersen qui est passé dans une de nos filiales qui fut complètement dénaturée et lessivée au bout de deux ans avec des charettes à la clé... les super cerveaux qui viennent vous expliquer comment travailler alors qu’ils n’ont jamais rien produit de leurs dix doigts... la malbouffe les boulimiques ne sont que le pur produit de spécialistes qui donnent des conseils !!

                                  Vous n’avez pas remarqué que plus il ya de psys plus il y a de malades... plus on prle de nutrition, plus il y a des gens influençables qui font n’importe quoi sans parler de ceux qui ont vraiment un problème de glandes ou hériditaires, qui écoutent les charlatans qui pullulent sur un marché créé par des marketteurs de tous bords, coachs à toutes les sauces qui sont la pour faire une rente sur le dos du mal nourri...


                                  • ernst (---.---.177.224) 6 janvier 2008 04:06

                                    Pas que le déséquilibre alimentaire dans la mal bouffe.Sa quantité également.

                                    Tous ces biscuits, barres chocolatés sortis des cartable à dix heures et à quatre heures. Pour des enfants qui sont restés immobiles six ou sept heures dans la journée. Sans compter la station allongée coca popcorn pour la télévision après la classe !....

                                    Une pomme remplacerait avantageusement le coupe faim d’entre repas..Et ça, c’est une question de mode. Présenter un spot avec des enfants obèses mangeant des barres céréales chocolat et une ravissante qui croque une pomme. Ambiance Hollywood chewing gum.Vous verrez l’impact !...Les armes de la mal bouffe sont trop bien mises au point pour ne pas utiliser leur méthode. La pub est capitale.

                                    Ègalement prévoir, à la place de la dernière heure d’étude surveillée un choix avec un cours de gymnastique, de danse moderne...


                                    • marité 13 janvier 2008 12:59

                                      Bonjour à tous,
                                      Nous sommes étudiantes en alimentation et, dans le cadre d’un projet, nous aimerions que vous répondiez à ce petit questionnaire.

                                      Cela ne vous prendra que 2 minutes pour y répondre et nous sera d’une grande utilité !

                                      Merci beaucoup.

                                       

                                      <a href="http://www.surveymonkey.com/s.aspx?sm=FGAOjNLx5nG22WR6C5i7pw_3d_3d&quot ;&gt ;Click Here to take survey</a>

                                       

                                      Si le lien ci-dessus ne fonctionne pas, cliquez sur celui-ci : (ou copiez-collez le sur la barre Internet)

                                      http://www.surveymonkey.com/s.aspx?sm=FGAOjNLx5nG22WR6C5i7pw_3d_3d

                                       

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès