Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Margerie, le Valentin de Total

Margerie, le Valentin de Total

Le géant pétrolier français, non content d’engranger des bénéfices records, s’est trouvé un nouveau soupirant le jour des amoureux. Heureux en argent, heureux en amour... Pour l’instant.

La fête des amoureux a été dignement célébrée dans le si fascinant monde pétrolier. Le géant Total a déposé une rose aux pieds de l’un de ses fidèles de plus de trente ans, Christophe de Margerie. Et en a fait, le 14 février son très officiel pédégé. Certes l’idylle a depuis longtemps été éventée. Depuis six mois son nom était claironné pour prendre la succession de Thierry Desmarest.

Christophe de Margerie

Mais la rose a des épines, judiciaires il s’entend, qui risquent d’entacher l’honorabilité du beau couple. Principal caillou dans la godasse du géant du brut, le scandale irakien de Pétrole contre nourriture auquel de Margerie ne serait pas vraiment étranger.

Pour rappel, soumis à embargo de l’Onu dans les années 1990, l’Irak ne pouvait vendre son pétrole que pour acheter denrées alimentaires et médicales pour son bon peuple. Sauf que de petits malins, notamment des proches de feu Saddam Hussein et de Tarek Aziz, son plus francophile ministre, ont mis sur pied un marché parallèle, et vendaient au plus offrant leurs propres barils... sans aucun contrôle. Total s’est joint au petit manège et a abreuvé nombre d’intermédiaires en menue monnaie pour siphonner l’or noir irakien. Parmi ces honorables prestataires au service du pétrolier, un nom revient obstinément, celui de l’avocat libanais Elias Firzli (cf. Les Marges brutes de Margerie), proche de Tarek Aziz et dont les comptes bien remplis ont déversé leur trop-plein vers des hauts fonctionnaires irakiens.

Responsable jusqu’en 1999 du Moyen-Orient pour Total, de Margerie se veut bien au-dessus de telles pratiques. Et le simple énoncé d’un début de soupçon quant à son rôle dans l’affaire fait frémir sa si folklorique moustache. Un brin insultant pour l’abondante littérature pondue sous l’égide du juge Courroye depuis 2002, l’affable Christophe argue que le dossier est vide. Pas suffisamment pour en tout cas pour lui éviter une mise en examen en bonne et due forme pour complicité d’abus de biens sociaux et corruption d’agents publics étrangers.

Ménage à trois avec la Justice

Un élément a conduit le nouveau patron de Total dans le bureau du juge. Le document (en ligne sur www.bakchich.info) consiste en l’étude de quatre scellés, belle récolte obtenue par les grâces d’une commission rogatoire internationale délivrée le 1er août 2002. L’examen des scellés révèle une partie des sommes versées à Firzli par Total, entre 1998 et 2003. L’intermédiaire libanais paraît être un adepte des « frais ». Très précis, les poulets détaillent quatre virements bancaires. L’argent a quitté les caisses du pétrolier pour aller visiter les alpages suisses et la bucolique Banque française de l’Orient, à Genève. 696 000 dollars ont été dûment octroyés au modeste prestataire du pétrolier, en règlement de frais généraux. Des sommes assez élevées pour des services qui le sont sans doute autant. Ses missions ont été suivies en haut lieu, puisque les opérations bancaires ont toutes été validées par Messieurs A. Lechevalier et C. de Margerie.

Pour sa défense, le boss avait alors joué au ravi, et aiguillé la flicaille vers les filiales « trading » de Total (cf. Margerie les doigts dans le baril). Pas très « corporate »...

Autre petit souci moyen-oriental pour le tout frais n°1 de Total, une information judiciaire ouverte en décembre dernier (cf. Iran bien qui Iran le dernier). Le groupe est légèrement soupçonné, toujours par le juge Courroye, d’avoir versé 41 millions de francs suisses de commissions pour obtenir des contrats gaziers au pays des mollahs en 1997 et 1998. Donc toujours à l’époque où de Margerie coiffait, pour Total, la région. Gênant.

Enfin, dernière affaire pas encore bien sortie de la couveuse, l’enquête préliminaire ouverte début janvier à Paris pour corruption d’agents publics étrangers, susceptible de mettre en cause le pétrolier français. Les relations troubles que Total auraient nouées autour de la Société nationale des hydrocarbures camerounais (SNH) intriguent la Justice française et le juge Courroye, également chargé de ce dossier.

Autant d’éléments qui laissent augurer d’un très prochain ménage à trois entre Total, de Margerie et Dame Justice.


Moyenne des avis sur cet article :  3.26/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • Rdlm (---.---.114.107) 19 février 2007 20:00

    C’est un fan de la star ac’ !!! smiley

    Il ne peut donc pas être si méchant !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès