Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Masdar : une ville au milieu du désert, respectueuse de l’environnement

Masdar : une ville au milieu du désert, respectueuse de l’environnement ?

C’est le projet d’urbanisme écologique qui se veut le plus ambitieux au monde. Masdar, située près de l’aéroport d’Abou Dhabi dans les Émirats Arabes Unis, coincée dans une partie de désert assez inhospitalière, est une ville totalement nouvelle. Focus sur cette cité du futur essayant d’être 100% écologique et dont on n’a pas fini d’entendre parler.

Masdar, un projet novateur et ambitieux :

D’après les dernières estimations (2013), ce tout petit pays des Émirats Arabes Unis dispose de la 6ème réserve de pétrole au monde et de la 7ème réserve de gaz. Conscient que ces énergies ne sont pas illimitées, le gouvernement a réfléchi à des possibilités concernant les ressources du futur, afin de garder un poids important dans les décisions énergétiques mondiales.

Masdar, qui veut dire « la source » en Arabe, est un projet faramineux initié par la famille régnante d’Abou Dhabi, le Sultan Ahmed Al Jaber. Lancé en 2008, la ville allait avoir pour objectif zéro émission, zéro déchet. C’est une première pour un pays exportateur de pétrole de se lancer dans un projet écoresponsable.

Ville d’environ 6 km carrés, Masdar devrait pouvoir abriter entre 40 et 50 000 habitants et environ 40 000 travailleurs extérieurs. Ces objectifs ont été retardés à 2025. Ville carrée, compacte, protégée par les vents du désert, elle a tout de la ville futuriste en termes de production d’énergie.

Fini les voitures, elles sont toutes garées dans un immense stationnement à l’entrée de la ville. Les déplacements se font à pied (aucun logement n’est à plus de 200 mètres des commerces) ou en vélo. D’étranges voitures électriques, totalement autonomes, qui se faufilent à travers d’immenses tunnels, sont également à la disposition des habitants, uniquement dans le centre-ville. Les ingénieurs cherchent à l’heure actuelle un autre moyen de circuler dans toute la ville, comme le bus électrique ou la voiture solaire.

Au fil du temps, logements, bureaux et commerces sont sortis de terre. Uniquement des bâtiments à hautes efficacités énergétiques. En 2009, un choix jusqu'alors improbable, s’est concrétisé. L’Agence Internationale pour les énergies renouvelables a installé son siège à Abou Dhabi, preuve du développement en la matière du petit Emirat.

 

Un projet ralenti par la crise.

Malgré des efforts inestimables pour rendre cette ville totalement propre, le projet Masdar a dû être revu à la baisse du fait de la crise économique qui a frappé le monde dès 2008. Le budget a été réduit de 4 milliards de dollars (pour atteindre tout de même 20 milliards environ). Les toits solaires sont remplacés par des fermes photovoltaïques, le système de transport libre était envisagé dans toute la ville, mais a été réduit uniquement au centre. Enfin le dessalement de l’eau, qui était prévu grâce au soleil ne se fera finalement pas. L’eau des puits étant trois fois plus salée que celle de la mer, cela aurait nécessité trop d’énergie. L’usage de l’eau sera donc très contrôlé, aucun gaspillage ne sera toléré.

 

A Masdar, le bien-être au centre des préoccupations.

Mais là où la ville n’a pas le droit à l’erreur, c’est bien à la question de l’électricité solaire, énergie qu’il est fort judicieux d’exploiter dans cette partie du globe. L’Émirat doit faire face à des températures extrêmes ainsi qu’un dessalement intensif de ses eaux, ce qui lui fait consommer du gaz naturel en grande quantité afin de produire de l’électricité.

Pour cela, les ingénieurs ont différents projets en tête. Le principal étant une centrale solaire thermodynamique située à 150 kilomètres de la ville. Cette centrale pourra fournir d’importantes quantités d’électricité grâce aux rayons du soleil, mais également au-delà de la période d’irradiation solaire.

De plus, les bâtiments de la ville ont été construits de façon à ce qu’ils fassent de l’ombre les uns sur les autres afin de laisser aux habitants une température supportable. Très loin donc des 50 degrés habituels du désert. Ces constructions permettent également un besoin moindre en termes de climatisation. Un tube de six mètres de large a également été construit afin de détourner les vents frais et en faire profiter la ville, tout cela accompagné de quelques brumisateurs.

Touchée elle aussi par la crise économique, et donc parfaitement ancrée dans la réalité de la conjoncture actuelle, Masdar n’est donc pas un simple « caprice » d’émir. C’est bel et bien un exemple de ce que doivent être les villes de demain, propres, responsables et autonomes. Le monde entier ne pourra suivre cet exemple, car bien trop couteux, mais si Masdar n’est pas un modèle de développement, elle est bien un modèle d’innovation.

Peu de communiqués sont relayés concernant cette ville du futur. Masdar aurait dû être fonctionnelle dès 2016. Désormais, l’objectif officiel est d’avoir 40 000 résidents ainsi que 1500 entreprises d’ici 2025.

 

Quel avenir pour Masdar ?

Même si tous les moyens, humains et financiers, ont été mis en œuvre afin de faire de cette ville un véritable modèle pour le monde entier, ce projet soulève quelques questions épineuses et controversées sur le sujet. Première interrogation, la condition de vie des travailleurs locaux. De nombreux scandales ont déjà éclatés concernant les travailleurs dans cette partie du monde. Une affaire « Masdar », accompagnée de quelques révélations n’est donc pas à exclure dans les années à venir. D’autres questions restent également en suspens, notamment sur le bien-fondé écoresponsable de ces constructions ? Masdar fonctionnera-t-elle réellement simplement à l’aide d’énergies renouvelables ? Comment le problème de l’eau va-t-il être réglé sur le long terme ? Le modèle « Masdar » pourrait-il être transposé dans des villes d’une plus grande importance, ailleurs dans le monde ? Autant de questions auxquelles il est difficile de répondre à l’heure actuelle.

Pierre Videau / Passion Terre

 

Sources :

http://www.courrierinternational.com/article/2014/02/04/masdar-la-cite-laboratoire

http://www.ecosources.info/actualites/373-masdar


Moyenne des avis sur cet article :  3.5/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • foufouille foufouille 6 juin 2015 14:00

    D’après l’institut officiel de statistique, les Émirats arabes unis comptaient 8 264 070 habitants en 2010 dont 7 316 073 étrangers, soit 88,5 % de la population1..
    pas un exemple comme tu dit.


    • La mouche du coche La mouche du coche 6 juin 2015 16:46

      Cet article est un publi-reportage immonde.


    • PassionTerre PassionTerre 8 juin 2015 15:24

      @La mouche du coche Bonjour, pouvez-vous développer ? Dans cet article ce ne sont en aucun cas des affirmations mais des suppositions comme le titre par exemple une ville au milieu du désert, respectueuse de l’environnement ? Le point d’interrogation est quand même très important.


    • sls0 sls0 7 juin 2015 04:22

      40-50.000$ par personne ça commence à compter.
      Une partie de cette somme c’est de la main d’oeuvre qui ne coute pas cher localement, le reste c’est de la fourniture, plus il y a de fournitures plus le bilan carbone est mauvais. Vu le cout je me pose des questions, une tonne de béton c’est 235kg d’équivalent carbone, verre 414kg, laine de verre 580kg, ect....
      C’est 120kg/m² pour un logement, si on fait dans le grandiose ça un cout carbone.

      On peut faire les bilan carbone d’une ville mais je ne vais pas vous embêter avec ça c’est 200 postes à renseigner avec 1500 données.
      Il faut la taille comme AlternConsult pour faire des villes, ils ont fait Paris, Madrid, Tanger,....

      C’est parfois plus facile faire une maison autonome en zone tempérée qu’en zone chaude, exemple un puits canadien en France c’est 12-13°, chez eux c’est 25-26°.

      Pour ceux qui veulent approfondir ou se faire une idée des équivalents carbone il y a bilan carbone guide des facteurs d’émissions, c’est un pdf.

      Cocorico, c’est l’ADEME qui a sortie ce guide avec le tableur qui va bien et c’est parti pour être employé mondialement, c’est la preuve que c’est bien fait.

      Dans les années 80 j’avais un ami qui dirigeait une grosse boite de céréales en Arabie, déjà à l’époque ils réfléchissaient à l’après pétrole.

      L’endroit se prête bien pour des centrales solaires thermodynamiques, il n’y a pas besoin de stockage comme pour le photovoltaïque, une batterie tient 1500 cycles.
      Le climat étant différent le photovoltaïque peut servir spécifiquement pour la climatisation, on se passe de batteries.


      • ecolittoral ecolittoral 14 juin 2015 11:49

        Il faut arrêter avec les « éco quelque chose » ou « respectueuse de ceci ou cela ».

        Cette ville poussera sur le sable parce que, dessous, il y a du pétrole et du gaz pour l’alimenter. Point final.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès