• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Méditerranée (Mare nostrum) : une mer assassinée – Réchauffement (...)

Méditerranée (Mare nostrum) : une mer assassinée – Réchauffement climatique, pollution, surpêche

JPEG

Qui se soucie encore de l’avenir de la Méditerranée, de son climat et de sa biodiversité ?

Les 18 et 19 juillet 2016 avait lieu à Tanger la MEDCOP22, malgré l’importance de ce sujet pour l’avenir de tous les Méditerranéens (lire infra) et le séminaire « Climat, biodiversité, croissance bleue : quelles solutions pour la Méditerranée ? » organisé par le ministère de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer le 27 juin dernier, aucun média méridional ne s’est fait, en France, le relais de cette information. À décharge, les terribles tragédies qui en peu de temps ont touché la France entière, et plus particulièrement le Sud, « notre » Sud de France. Cependant, il est vrai aussi que pour les médias, mieux vaut surfer sur la vague des émotions et de l’indignation que de jouer le rôle, tant méprisé, de lanceur d’alerte. C’est une question… de rendement. Or, dans notre société actuelle, le profit est aussi une question de survie qui est venue peu à peu suppléer nos idéaux humanistes qui faisaient la réputation de la France dans le monde entier. Nous aurions bien besoin, à l’heure actuelle, de mener une véritable réflexion de fond, à l’échelle individuelle, locale et nationale, sur ce qui constitue le socle de nos valeurs communes héritées du Siècle des Lumières et de la Révolution française.

Pour parvenir à cela, nous devrons dépasser les clivages actuels et vaincre notre principal obstacle : le déni… « L’ennemi de la vérité n’est pas le mensonge, mais le déni entretenu par certaines croyances qui vont s’imposer à nous comme des certitudes. » (Jacques Salomé, 2012, La vie à chaque instant).

Vaincre ce déni est une nécessité pour dépasser les clivages dans lesquels nous enferment les tristes évènements qui viennent de toucher notre pays. Il en est de même sur tous les sujets de crise actuels. Au final, cela fait beaucoup de problèmes à résoudre d’un coup. Y parviendrons-nous ?

La question se pose d’autant plus que le cadet de nos soucis, comme en atteste le traitement de l’information par nos médias, à savoir la protection de l’environnement, risque très vite de devenir le plus important de nos problèmes.

Tentons d’analyser pourquoi !

Introduction :

Les premières traces de vie sur terre sont apparues dans les océans sous forme de bactéries il y a de cela 3,5 milliards d’années. Connu sous le nom d’algue bleue – d’où la couleur si caractéristique de notre planète vue de l’espace –, ce phytoplancton est à l’origine de la vie sur terre.

Nous avons coutume de considérer que les forêts sont les poumons de la planète, mais en réalité, ce sont les océans qui assurent près de 70% de nos besoins en oxygène[1]. Notre écosystème mondial aux interactions complexes entre eau, air, terre et feu (soleil, volcan, etc.) est donc fortement dépendant du bon état écologique de ses mers.

Parmi elles, la Méditerranée occupe une place exceptionnelle à plus d’un titre.

Ce qui frappe ses visiteurs aux premiers abords est la beauté de ses paysages ainsi que celle de ses fonds marins. À elle seule, sa biodiversité représente près de 18% des espèces marines connues à ce jour alors qu’elle couvre moins de 1% de la surface totale des océans.

Le revers de la médaille, c’est que son extraordinaire richesse est proportionnelle à sa fragilité. C’est l’une des raisons pour lesquelles la Méditerranée est reconnue comme faisant partie des 25 premiers points chauds de la biodiversité mondiale.

Cependant, cette diversité est aujourd’hui plus que jamais menacée de disparition. Les dangers qui la guettent ont pour noms réchauffement climatique, pollutions et… surpêche.

Le réchauffement climatique :

Quels liens existe-t-il, me direz-vous entre le réchauffement climatique et l’état des mers et des océans ?

Rassurez-vous, vous n’êtes pas les seuls à ignorer ces informations puisque les organisateurs de la dernière COP21 n’avaient même pas prévu de traiter cette question dans leur agenda. Sans l’intervention d’un collectif de scientifiques et de chercheurs, d’élus de communes littorales et d’associations de protection de l’environnement dont le porte-parole fut le Prince Albert II de Monaco, l’importance des océans dans le changement climatique en cours n’aurait même pas été traitée à ce rendez-vous international.

Ces liens sont pourtant nombreux et ont pour certains étaient rappelés par le dernier rapport du GIEC (Groupe d’expert intergouvernemental sur l’évolution du climat).

Nos activités industrielles dégageant des gaz à effet de serre, notamment du CO2, contribuent au réchauffement climatique et à l’acidification des mers et des océans.

Or, cette acidification est nocive à de nombreux organismes marins… tels que le phytoplancton, invisible à l’œil nu et pourtant si essentiel à notre survie puisqu’il fournit, nous l’avons vu, près de 70% de l’oxygène planétaire.

Dans le système climatique complexe de notre planète, les océans ont absorbé plus de 90% de l’énergie dégagé par le réchauffement climatique ce qui a déjà entrainé de nombreux changements sous la surface des mers : migration et/ou apparition de certaines espèces, parfois invasives et entrant en concurrence avec les espèces endémiques tout en les menaçant de disparition.

Cependant, le changement majeur s’effectue à l’échelle invisible, celle du phytoplancton.

En effet, ce microorganisme ne sert pas uniquement de base à la chaîne alimentaire marine, outre le fait qu’il produise l’essentiel de l’oxygène terrestre, il « piège » aussi une partie non négligeable du CO2 que nous dégageons de par nos activités : c’est la pompe à carbone océanique.

Ainsi, les services écosystémiques marins en termes de régulation et d’approvisionnement ont été estimés entre 15 000 et 51 000 milliards d’euros chaque année, soit plus que le produit national brut de tous les pays du monde[2].

C’est dire l’utilité des mers et des océans pour l’ensemble de l’humanité.

En contrepartie que faisons-nous pour eux ?

Nous les polluons à un point tel qu’aujourd’hui nous mettons en danger de mort les organismes à l’origine de la vie sur terre.

Chercher l’erreur !

La pollution :

L’accent mis depuis quelque temps sur cette problématique est encourageant, mais très nettement insuffisant au regard de la gravité des faits.

Je reste abasourdi lorsque je lis certains articles de presse qui donnent la parole à des « experts qui n’ont jamais vu la mer », comme je les nomme ironiquement tant leur déni du désastre en cours est gravissime.

Si je peux les comprendre pour diverses raisons qui relève d’une problématique que j’introduis dans mon ouvrage (les effets indirects du lobbying de certaines industries), ce n’est pas pour autant qu’il faille les excuser, car selon les bons mots d’Albert Einstein : « Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent et laissent faire ».

Or, si tant de gens regardent et laissent faire, c’est avant tout parce qu’ils sont sous informés et manipulés par des autorités qui sous couvert d’expertise peuvent dire et écrire des conneries monumentales sur la situation réelle des mers et des océans… et tout particulièrement sur notre Méditerranée.

Au court de ma carrière, j’ai ainsi lu et entendu des propos qui m’ont fortement choqué, non pas pour leurs inexactitudes, mais pour la puissance des dénis qu’ils exprimaient.

Parmi toutes les agressions polluantes que nous infligeons à la Méditerranée, il en est une de particulièrement scandaleuse et pernicieuse à souhait : c’est celle provoquée par les fabricants de pesticides qui osent s’autoproclamer industrie phytopharmaceutique ou phytosanitaire.

Je ne saurais développer plus avant ce point sans m’éterniser longuement sur la question.

J’aborde cette problématique dans mon livre où le lecteur curieux pourra y trouver tous les arguments scientifiques me permettant d’affirmer la nuisance de gens que je n’hésite aucunement à qualifier de « chiminazis ». Un terme choisi à dessein pour des raisons bien précises afin que le profane puisse mesurer simplement et très exactement le niveau de nuisance de cette industrie qui depuis près d’un siècle s’emploie à nous berner et à corrompre nos gouvernants pour s’assurer des profits conséquents ne reposant que sur du vent.

Et comme toujours lorsqu’un acte criminel est intentionnellement organisé, il convient de détourner les regards des curieux afin que le crime puisse se poursuivre en toute impunité. C’est la fonction sociale dévolue aux boucs émissaires.

En Méditerranée, les plus gros pollueurs impliqués tout à la fois dans le réchauffement climatique et les atteintes à l’environnement, à savoir les industriels semeurs de morts que sont les fabricants de pesticides, se sont trouvés de parfaits boucs émissaires, à savoir les pêcheurs que l’Europe, aux ordres des lobbys de l’industrie agrochimique comme en atteste le très délicat dossier des perturbateurs endocriniens[3], désigne comme responsable de la disparition des ressources marines à cause de la surpêche.

La surpêche :

En Méditerranée, l’Europe ne cesse de marteler l’information, reprise en cœur par l’ensemble de la presse écrite depuis plus d’un an maintenant : « Les faits sont incontestables : les stocks halieutiques de Méditerranée s’amenuisent. Certains sont quasi épuisés. Au total, 93 % des stocks de poissons évalués sont surexploités[4]. » « Plusieurs raisons expliquent l’état critique des stocks de poissons », surenchérit cet article. « La pollution et le changement climatique jouent certainement un rôle. Mais il ne fait aucun doute que l’exploitation massive des ressources halieutiques est l’une des causes principales. » (Sic ! C’est moi qui souligne.)

Plusieurs choses importantes sont à connaître au sujet de cette soi-disant surpêche :

  • La première, c’est qu’elle est le fruit incontestable de l’irresponsabilité européenne en matière de politique commune de pêche (PCP). Ce fait est d’ailleurs reconnu dans un communiqué de presse du parlement européen[5] : « La surpêche est généralement considérée comme le pire échec de la PCP actuelle, qui date de 2002. La nouvelle PCP devrait entrer en vigueur en 2014. »
  • La seconde, depuis 2008, plusieurs plans de sortie de flotte ont réduit le nombre des chalutiers méditerranéens, faisant passer leur nombre de 161 unités à 61. Cette mesure censée assurer la pérennité de la ressource pour les professionnels encore en exercice s’avère être totalement inefficace puisque les apports sous criée des chalutiers restants ont chuté d’autant.
  • La surpêche est définie en fonction du Rendement maximum durable (RMD). Cette mesure « est la plus grande quantité de captures que l’on peut extraire d’un stock halieutique à long terme et en moyenne, dans les conditions environnementales existantes (moyennes), sans affecter significativement le processus de reproduction [définition FAO] », nous informe le glossaire de l’Ifremer[6]. Problème, cette mesure est très fortement contestable, car elle ne prend pas en compte les changements de productivité liés à la pollution qui contribue à la stérilisation des mers et des océans. Autrement dit, elle exonère les véritables responsables de cette surpêche en luttant contre les effets au lieu de s’attaquer aux causes du problème.
  • Un précédent communiqué de presse de la commission européenne[7] stipulait que : « D’après les données sur les stocks halieutiques pour la Méditerranée, la situation est médiocre : au moins 96 % des stocks de poissons benthiques de la Méditerranée sont surexploités et, pour les stocks vivant en eaux médianes comme la sardine et l’anchois, ce chiffre est d’au moins 71 %. » Il s’avère qu’une récente étude sur la sardine et l’anchois réalisée par Ifremer Sète[8] a rendu publiques ses conclusions sur la disparition des stocks du petit pélagique de méditerranée. En cause non pas la surpêche comme nous l’assène à tue-tête l’Europe depuis 2014, mais un défaut dans la qualité de nourriture (le plancton) dont se nourrissent ces poissons. Une façon policée d’incriminer la pollution sans le dire puisque la seule raison pour laquelle la qualité du plancton diminue est due à la pollution et en particulier à la pollution chimique incompatible avec ces organismes marins pourtant si utiles à notre survie sur terre. Comme nous l’avons vue. La question que nous devrions donc tous nous poser est la suivante : pourquoi devrait-on prendre des gants pour incriminer les pollueurs et leurs méfaits (que l’on pense aux atermoiements de l’Europe sur le glyphosate, substance de base du Roundup, le pesticide le plus vendu au monde, reconnus mortels pour l’environnement marin ou encore sur la définition des « perturbateurs endocriniens » qui a soulevé un « tôlé » chez les spécialistes) alors que cette même Europe ne se gêne absolument pas pour incriminer une profession, menaçant de disparition toute une filière, pour des faits dont elle est majoritairement responsable ?

En d’autres termes, les pêcheurs et la filière pêche méditerranéenne payent les pots cassés pour des atteintes à l’environnement commis par d’autres… avec la complicité irresponsable d’une technocratie européenne totalement déconnectée des réalités du terrain.

Voilà très succinctement résumée la situation que doit affronter aujourd’hui l’ensemble des professionnels vivant de l’activité pêche en Méditerranée.

Conclusion :

C’est le déni organisé de la situation tragique que vit la partie de la Méditerranée la plus riche en biodiversité et le fait que ses pêcheurs tiennent lieu de bouc-émissaires auprès des autorités qui m’ont poussé à écrire l’essai que je présente ici. Des faits qui interrogent sur la finalité d’une telle politique et posent la question du « déficit de démocratie » que nous pouvons constater dans ce dossier comme dans bien d’autres désormais. Un « déficit » qu’a très bien souligné le film d’investigation édifiant « Océans, la voix des invisibles[9] », de Mathilde Jounot.

Philippe Vergnes

N. B. :

Parce que s’informer et partager l’information c’est déjà agir, je joins à cet article une lettre ouverte qui sera expédiée à tous les parlementaires, quels qu’ils soient, accompagnée d’un exemplaire du livre Méditerranée : une mer assassinée – Le crime parfait et d’une pétition en ligne afin d’inciter l’Assemblée nationale à réunir une nouvelle commission d’enquête parlementaire sur « la pollution du littoral méditerranéen et sur les mesures à mettre en œuvre pour la combattre et assurer la défense de la nature » qui visera des objectifs plus ambitieux encore que celle qui avait été mise en place en 1974 et qui avait permis, à l’époque, une prise de conscience ayant permis d’apporter des solutions pérennes sur les problèmes d’assainissements qui se posaient alors. Aujourd’hui, les dangers qui guettent cette mer sont d’un tout autre niveau, hautement plus toxique et dangereux pour la faune et la flore et l’ensemble de la chaîne trophique, d’où l’extrême urgence d’une telle commission d’enquête.

Synopsis du livre :

La biodiversité de la Méditerranée occidentale vit aujourd’hui ses dernières heures dans un silence de cathédrale. Cette « apocalypse » annoncée à l’horizon 2030 par le rapport de l’office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques enregistré à l’Assemblée nationale et au Sénat le 21 juin 2011 est d’ores et déjà un fait acquis. Seuls un effort titanesque et une forte prise de conscience de la part de la société civile pourraient encore sauver ce qui peut l’être. La raison imposerait de mettre en œuvre un plan d’urgence pour susciter cet élan salvateur, car nos dirigeants s’illusionnent autour de la Directive cadre « Stratégie pour le milieu marin » (DCSMM) et de son Plan d’action pour le milieu marin (PAMM) basés sur une évaluation initiale des eaux marines et un programme de surveillance qui éludent les principales observations attestant des plus importantes dégradations subies par cette mer. Ce qui signifie très clairement que les objectifs visés par cette directive ne seront jamais atteints à l’horizon 2020 comme initialement prévu par ce texte… ni même en 2050, tant le déni qui imprègne cette évaluation est patent pour les acteurs de la filière pêche méditerranéenne. Est-ce pour cette raison qu’ils ont été écartés des travaux ouvrant la voie aux futures décisions qui seront prises à leurs dépens ?

Aujourd’hui, il ne s’agit plus de tergiverser, car le temps nous est compté. La convention de Barcelone de 1976 a montré ses limites et son incapacité à endiguer les flux de pollutions « émergentes » qui gangrène aujourd’hui la Méditerranée. L’extrême urgence de la situation tragique que vit cette mer exigerait de réunir une nouvelle commission d’enquête visant des objectifs plus ambitieux encore que ceux qui avaient été fixés en 1974 par celle que nos parlementaires avaient, à l’époque, votée à l’unanimité.

 

[1] Goudet, Jean-Luc (2016, juin), « Journée mondiale de l’océan : dix chiffres étonnants à connaître », sur le site Futura-Sciences.com. Consulté le 17 juin 2016.

[2] Barroux, Rémi (2015, juin), « Le réchauffement climatique va bouleverser la biodiversité marine », sur le site lemonde.fr. Consulté le 5 mars 2016.

[3] Les perturbateurs endocriniens sont un sujet très délicat à aborder dans cet article, mais je puis d’ores et déjà vous révéler ce qu’ils représentent : les perturbateurs endocriniens, au rang desquels rentrent la plupart des pesticides, sont le plus grand scandale sanitaire à venir de l’histoire de l’humanité… et je pèse mes mots. Avec cette bombe à retardement, exit l’affaire de la vache folle, du sang contaminé, du médiator, du virus H1N1 et j’en passe… Nos dirigeants, et l’Europe en tête font tout pour retarder l’explosion de cette bombe en n’hésitant pas à prendre des décisions qui favorisent les fabricants de pesticides, et ce même si certaines résolutions vont à l’encontre des règlements qu’elle édicte. Informez-vous simplement sur la controverse que la toute récente définition européenne des perturbateurs endocriniens a provoquée au sein de la communauté scientifique pour commencer à comprendre sur quoi nous mettons le doigt. Pour approfondir ce sujet, lire notamment :

Horel, Stéphane (2016, juin), « Perturbateur endocrinien : tollé contre Bruxelles », sur le site lemonde.fr. Consulté le 17 juin 2016.

Foucart, Stéphane (2014, octobre), « Perturbateur endocrinien : les raisons du retards européen », sur le site lemonde.fr. Consulté le 17 juin 2016.

[4] Commission européenne, Affaire maritime et pêche (2016, avril), « Pêche en Méditerranée : reconstituer les stocks pour redonner un avenir aux pêcheurs par Karmenu Vella » sur le site ec.europa.eu. Consulté le 17 juin 2016.

[5] Parlement Européen, communiqué de presse (2012, décembre), « Stop à la surpêche : une réforme majeure pour une “Europe bleueˮ approuvée en commission de la pêche », sur le site europarl.europa.eu. Consulté le 17 juin 2016.

[6] Ifremer (2013 juillet), « Rendement maximal durable (RMD) : concilier conservation et exploitation », sur le site ifremer.fr. Consulté le 17 juin 2016.

[8] Saraux, Claire (2016, avril), « Anchois et sardines faméliques en Méditerranée, la faute au plancton ? » sur le site Theconversation.com. Consulté le 5 avril 2016.

[9] Le Marin (2016, mars), « “Océans, la voix des invisiblesˮ, un film édifiant », sur le site lemarin.fr. Consulté le 16 juin 2016.

Ce documentaire est disponible en location pour la modique somme de 1€ ou en téléchargement au tarif de 10€ au lien suivant : https://vimeo.com/ondemand/oceanslavoix/160984621. À voir absolument pour comprendre les enjeux de la « surpêche ».


Moyenne des avis sur cet article :  2.72/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

139 réactions à cet article    


  • Francis JL 30 juillet 2016 09:12

    Très bien. On ne peut qu’être d’accord avec l’auteur.


    • Daniel Roux Daniel Roux 30 juillet 2016 09:41

      "Les premières traces de vie sur terre sont apparues dans les océans sous forme de bactéries il y a de cela 3,5 milliards d’années. Connu sous le nom d’algue bleue – d’où la couleur si caractéristique de notre planète vue de l’espace –, ce phytoplancton est à l’origine de la vie sur terre."

      Pour la crédibilité de l’article, il serait nécessaire de reprendre ce chapitre. L’auteur devrait se contenter de reprendre le consensus scientifique qui se résume à ceci.

      http://www.futura-sciences.com/magazines/terre/infos/actu/d/paleontologie-origine-vie-these-sources-hydrothermales-renforce-63679/

      Pour le reste et pour paraphraser le chapeau sous le titre : Tout le monde se fiche de l’avenir, non pas de la planète, qui en a vu d’autres, mais de l’humanité.

      Perso, mon opinion est faite : Nous allons subir une nouvelle extinction de masse comme il y en a eu déjà tant, par l’augmentation catastrophique de la température. Quelques espèces en réchapperont, probablement la notre, réduite à quelques centaines de milliers, sur les côte maritimes ou près de grands lacs, et une nouvelle ère commencera.


      • Abou Antoun Abou Antoun 30 juillet 2016 10:23

        @Daniel Roux
        Nous allons subir une nouvelle extinction de masse comme il y en a eu déjà tant, par l’augmentation catastrophique de la température. Quelques espèces en réchapperont, probablement la notre,
        La nôtre est une des plus fragiles, ne subissant plus aucune sélection naturelle et je doute que, privée de ses gadgets, de son confort, de son assistance médicale, elle puisse se perpétrer. Mais enfin, la Nature est prévoyante, il y a peut-être parmi nous des ’survivors’.


      • Daniel Roux Daniel Roux 30 juillet 2016 11:12

        @Abou Antoun

        C’est un processus qui s’étend sur des centaines de milliers d’années, le temps que de nouveaux équilibres climatiques se mettent en place.

        Il y a encore quelques régions où les humains sont encore soumis à la sélection naturelle, en Afrique, en Asie et en Amérique du Sud, notamment.

        Vous savez sans doute que l’humanité actuelle est issue d’un unique groupe humain de quelques milliers d’individus et que tous les autres espèces humanoïdes ont disparu lors de précédentes catastrophes dont un épisode de réchauffement et une éruption volcanique cataclysmique, le Toba.

        C’est ce qu’on appelle des goulots d’étranglements dans l’histoire des espèces.


      • Abou Antoun Abou Antoun 30 juillet 2016 12:10

        @Daniel Roux
        Vous savez sans doute que l’humanité actuelle est issue d’un unique groupe humain de quelques milliers d’individus et que tous les autres espèces humanoïdes ont disparu lors de précédentes catastrophes dont un épisode de réchauffement et une éruption volcanique cataclysmique, le Toba.
        Je connais en effet cette théorie. Mais à l’heure actuelle il ne s’agit que d’une théorie parmi d’autres comme celle-ci. Ma formation ne m’autorise pas à prendre position dans ce débat de spécialistes.
        Pour ce qui concerne la prochaine extinction de masse il s’agira d’un phénomène brutal lié à la surpopulation, l’épuisement des ressources, l’accroissement de la pollution, tous facteurs conjugués qui déboucheront tôt ou tard sur des conflits. L’hypothèse d’un conflit nucléaire est une possibilité, pas une certitude. Ce qui semble se dessiner dans l’immédiat c’est plutôt une guerre civile généralisée, mais en fait l’un peut déclencher l’autre ou vice-versa. Le processus d’extinction ne devrait prendre que quelques dizaines d’années, la survie de l’espèce humaine est loin d’être sûre. Mais enfin la planète s’en moque et la vie se perpétuera sous une forme ou sous une autre. Il semble que certains insectes (arachnides) soient complètement insensibles aux radiations.
        La prochaine ère géologique verra le règne du scorpion ...
        Tout cela est peut être programmé ; l’anthropocène n’aura alors été qu’une très courte parenthèse dans l’histoire de la planète. Les hommes devraient être plus modestes.


      • Philippe VERGNES 30 juillet 2016 12:29

        @ Daniel Roux, bonjour,


        « Pour la crédibilité de l’article, il serait nécessaire de reprendre ce chapitre. L’auteur devrait se contenter de reprendre le consensus scientifique qui se résume à ceci. »

        Merci pour le lien, mais le contenu de cet article n’invalide en rien le passage incriminé. Il donne simplement une origine à l’algue bleu. Or, pour la commodité du propos, et par simplification pour ne pas surcharger de trop ces écrits, c’est bien les propriétés de cette cyanobactérie qui, grâce à la photosynthèse et à la production d’oxygène, peuvent être considérées comme à l’origine de la vie sur terre.

      • JC_Lavau JC_Lavau 30 juillet 2016 17:21

        @Daniel Roux. Oui, pour le coup du bleu, tu as bien fait de mentionner l’ineptie.
        Pour le reste, ton coup du « réchauffement », compte là dessus et bois de l’eau claire.
        Les témoins de géotruc aussi ont prédit l’Armageddon pour l’année prochaine sept ou huit fois. Pourtant eux aussi comptent qu’ils ont la vérité vraie dans leur secte. Comme toi dans la tienne.


      • alinea alinea 30 juillet 2016 18:23

        @Abou Antoun
        Mais l’homme n’est pas modeste ! on vient de lire un article qui tire un fil du : on est en train de tout tuer et de tous crever, et il y en a qui trouvent à redire !!


      • alinea alinea 30 juillet 2016 18:36

        @Abou Antoun
        Mais les occidentaux ne sont pas notre espèce à eux tout seuls ! il y a l’homme rouge qui a vu tout cela bien avant nous ! et puis des hommes des bois qui survivent, miraculeusement !


      • Le p’tit Charles 30 juillet 2016 10:09
        La Méditerranée disparaîtra dans quelques milliers d’années, l’Afrique avance vers nous de 2 à 3 cm (inexorablement) par an..le Détroit de Gibraltar sera fermé dans encore moins de temps, ce qui transformera cette mer en marre aux canards...alors la surpêche ne sera qu’un lointain souvenir...comme le CO2 d’ailleurs, vaste fumisterie orchestrée par des mafieux en manque d’argent... !

        • Le p’tit Charles 30 juillet 2016 10:10

          @Le p’tit Charles......Réveillez vous braves gens...on vous prends pour des c..... !


        • Le p’tit Charles 30 juillet 2016 15:31

          @Le p’tit Charles..............Le déplacement de la plaque africaine se fait vers le nord-est, à une vitesse de 2,15 centimètres par an ou à une vitesse de rotation de 0,927° par million d’années selon un pôle eulérien situé à 59°16’ de latitude nord et 73°17’ de longitude ouest (référentiel : plaque pacifique).

          Son contact divergeant avec la plaque arabique vient de ce que celle-ci se déplace vers le nord plus rapidement que la plaque africaine.

          Les zones de convergence sont situées au nord de la plaque, en mer Méditerranée. À terme, la mer Méditerranée est condamnée à disparaître....Wikipedia


        • JC_Lavau JC_Lavau 30 juillet 2016 17:37

          @Le p’tit Charles. Zone en surrection, future ouverture d’océan : les Afars.


        • mmbbb 30 juillet 2016 19:50

          @Le p’tit Charles et la Corse sera rattachée a la france et les Corses ne nous feront plus chier avec leur independance, un pont suffira a relier cette ile au continent Les dockers corse ne pourront plus faire greve c’est con


        • mmbbb 1er août 2016 08:13

          @Le p’tit Charles dans 1 milliard d’annees, le soleil commencera a entrer en expansion, Les eaux commenceront à bouillir et le poisson sera deja cuit prêt a la consommation


        • JC_Lavau JC_Lavau 30 juillet 2016 17:34

          La surpêche existe.
          Des pollutions existent. Il serait adulte, et il serait sain, d’énumérer lesquelles : quels produits, où, quand, en quelles quantités et teneurs, et si possible avec quels effets. Ici rien de semblable, rien d’adulte.

          En déduire que « réchauffement climatique » existe, que « acidification des océans » existe, c’est de la faute de raisonnement préfabriquée.
          Et qui sont les charlatans qui vous ont préfabriqué ces canulars et ces fautes de raisonnements ? Bin, des banksters et des fortunes pétrolières... Il leur a suffi d’acheter quelques scientifiques de troisième ordre, et de leur garantir des carrières monstrueusement anormales. Après quoi leur presse aux ordres reprend le canular en boucle, et les idiots utiles se précipitent là dessus. Les journalistes et le grand public sont si nuls en sciences, qu’ils gobent n’importe quoi.


          • Philippe VERGNES 30 juillet 2016 18:35

            @ JC_Lavau, bonjour,


            Intéressante réaction, mais ne vous en déplaise, sur le coup vous êtes à côté de vos pompes.

            C’est un peu comme pour toutes les théories du complot, il est tout aussi stupide de voir des complots partout que de croire qu’ils n’en existent pas. Dans un monde où la pensée qui s’y développe est de plus en plus schizophrène et manichéenne, il devient très difficile de tenir une position intermédiaire.

            Je réponds donc point par point à vos arguties (qui ne sont sur ce sujet qu’affirmations péremptoires).

            « La surpêche existe » : bien sûr qu’elle existe, de même que la pêche illégale ou irresponsable, etc. Cependant, la surpêche peut aussi servir de prétexte à certains pour fuir leur responsabilité dans la disparition de la biodiversité comme c’est le cas en Méditerranée.

            « Des pollutions existent » : j’ai écris 260 pages sur ces pollutions en m’attaquant plus particulièrement à celle qui constitue actuellement la plus grave menace pour la biodiversité, c’est la raison pour laquelle je ne reviens pas dans cet article sur le sujet, car il m’aurait entraîné dans de trop longues explications, alors que l’urgence aujourd’hui est de dénoncer le lobbying de l’Europe contre la surpêche en Méditerranée, car le problème le plus important est ailleurs.

            Être adulte, c’est d’abord de lire un article en essayant de le comprendre, et..., si par malheur l’auteur de l’article en question n’est pas parvenu à se faire comprendre, d’établir un dialogue avec lui pour éclaircir certains les points qui, aux yeux d’un critique tel que vous, vous semblent litigieux. (Mais cet article à surtout été écrit pour prendre la défense des pêcheurs face à une immense injustice qu’ils subissent sans qu’aucun média ne la dénonce.)

            « En déduire que »réchauffement climatique« existe, que »acidifications des océans« existe, c’est de la faute de raisonnement préfabriquée » : j’attends avec impatience une argumentation SÉRIEUSE sur ces questions-là, car voyez-vous, pour un habitant du bord de la Méditerranée qui tire ses moyens de subsistances de l’observation et de l’exploitation des ressources de la Méditerranée depuis près de 35 ans, seuls les « autistes », les résidents « EHPAD » (traduction personnelle : établissement hospitalier pour personnes âgés dépressives), les fonctionnaires décérébrés et justement, ceux que vous appelez les scientifiques aux ordres ou les idiots utiles (oui d’accord, cela fait au final pas mal de monde, surtout par chez nous) peuvent encore ignorer les changements climatiques en cours et la modification conséquente des propriétés physiques et de la composition chimique de l’eau de mer : baisse du ph = acidification.

            Tout le problème consiste ici, comme dans beaucoup d’autres problématiques, de savoir distinguer le bon grain de l’ivraie et ce n’est pas par le dénigrement que vous y parviendrez. Tout au contraire, une telle attitude sert plutôt les banksters et les fortunes pétrolières que vous vous plaisez tant à dénoncer, car ce faisant vous vous faites complice de la dichotomie que cherche à installer nos esclavagistes afin d’échapper à leurs méfaits (pendant que l’on s’étripe, on les oublie... malheureusement).

          • JC_Lavau JC_Lavau 30 juillet 2016 22:58

            @Philippe VERGNES. Ta naïveté est sans limites, tu raisonnes sous la dictature de l’émotion, voire par insultes car tu n’as aucune formation scientifique. On t’a déjà tout expliqué sur cette escroquerie à l’échelle planétaire, encore plus énorme que celle de Trofim Lyssenko, mais en vain car demeurer sous ta secte est ta priorité.

            Fraude : nulle trace de corpus expérimental soutenant « acidification des océans »
            www.agoravox.fr/actualites/citoyennete/article/fraude-nulle-trace-de-corpus-152331
            La fraude à « 70 % des arbres menacés par le changement climatique »
            www.agoravox.fr/actualites/citoyennete/article/la-fraude-a-70-des-arbres-menaces-153196
            Non, le dioxyde de carbone est incapable de diriger le climat
            www.agoravox.fr/actualites/medias/article/non-le-dioxyde-de-carbone-est-154558
            Le GIEC n’est pas sans précédents dans l’histoire de l’humanité
            www.agoravox.fr/actualites/citoyennete/article/le-giec-n-est-pas-sans-precedents-153653
            Ces ruses pour compromettre des milliers de scientifiques naïfs
            www.agoravox.fr/actualites/environnement/article/ces-ruses-pour-compromettre-des-154986

            Gang Intergouvernemental d’Escrocs Carbocentristes, et fraude à l’évolution climatique :
            deonto-ethics.org/impostures/index.php ?board=30.0

            Il se peut que SPIP vérole encore une fois la transmission de liens, mais comme ils sont écrits en clair, cela ne devrait pas gêner grand monde.


          • Philippe VERGNES 31 juillet 2016 00:37

            @ JC_Lavau,


            C’est fou cette propension à chercher la paille dans l’œil du voisin tout en ignorant la poutre que l’on a dans le sien. Pour ce qui est de mes « insultes » elles ne font que répondre aux vôtres : si je suis un idiot utile, vous êtes un autiste.

            Le respect dans un débat contradictoire passe obligatoirement par l’absence d’une quelconque forme de mépris. Le votre est patent dans nombres de vos échanges, c’est à croire qu’à vos yeux nous sommes tous des « naïfs », des « idiots utiles », des « sectaires », etc.

            Mais vous avez raison, je n’ai pas de formation scientifique et très heureusement, à voir ce que les scientifiques en font dans de nombreuses disciplines, je ne peux que m’en réjouir. N’est-ce pas vous, qui justement, dénoncez les impostures scientifiques à toutes volées ?

            Cela dit, j’ai des yeux pour voir et observer et un cerveau dont la logique n’a pas à pâlir de la votre. Et justement, en ce qui concerne la situation de la mer Méditerranée, cela fait 35 ans que j’accumule diverses observations et statistiques basées sur des faits réels et non pas des expérimentations de laboratoires.

            De ces statistiques, de nombreuses conclusions s’imposent :
            1/ La surpêche, en Méditerranée, sert de prétexte à cacher des agressions bien plus graves telles que diverses pollutions et notamment les pollutions chimiques. On se trouve là en plein mécanisme du bouc émissaire avec les pêcheurs et toute la filière pêche en ligne de mire.
            2/ Le lobbying mené tambour battant par l’Europe contre la surpêche cache en réalité la responsabilité de nos technocrates et de leur politique commune des pêches dans la disparition de la biodiversité actuellement constatée dans cette mer.
            3/ Compte tenu de la promiscuité de l’Europe envers l’industrie agrochimique, fortement impliquée dans la disparition de la ressource, on comprend mieux le mensonge organisée par l’UE.
            4/ etc.

            Si vous lisiez les liens vers toutes les informations que je communique, vous sauriez que je soulève beaucoup de question quant à la crédibilité de certaines analyses « d’experts », mais je m’exprime de façon bien moins virulente que vous pour la simple et bonne raison que contrairement à vous, je marche sur des œufs dans ce dossier, et que de par ma position, j’ai une infime chance de pouvoir convaincre les principaux concernés qu’ils sont victimes d’une monumentale escroquerie : à savoir les pécheurs eux-mêmes. Et ce n’est certainement pas en vous imitant que j’y parviendrais.

            Par contre, un dernier détail, tous vos beaux calculs et vos belles analyses ne remplaceront jamais, je dis bien JAMAIS, l’expérience de terrain. Or, c’est bien beau de se porter en contradicteur patenté sur le réchauffement climatique, l’impact carbone, la montée des eaux, etc. (qui peuvent certes avoir d’autres causes que celles dont on nous bassine), encore faut-il être en mesure d’expliquer l’inexplicable : à savoir la perte de la biodiversité autrement que par celle, inique et « fausse », d’une surpêche qui n’est que la conséquence de nombreuses erreurs d’une Europe qui ne veut pas reconnaître ses torts. A défaut, l’idiot utile... « c’est malheureusement celui qui dit qui est ».

          • JC_Lavau JC_Lavau 31 juillet 2016 00:50

            @Philippe VERGNES. On a compris : les instruits sont tes ennemis car ils en savent trop.


          • Philippe VERGNES 31 juillet 2016 01:26

            @ JC_Lavau,


            Vous prenez votre cas pour une généralité.

            En l’occurrence et relativement au sujet de cet article, vous êtes dans l’incapacité de donner une explication raisonnable sur la disparition de la biodiversité méditerranéenne. Il est curieux que dans votre « guéguerre » contre toutes formes d’impostures vous oubliez ce dernier point essentiel en concentrant votre argumentation sur la forme plutôt que sur le fond, à savoir la préservation de la vie et du vivant.

            Si c’est cela que vous appelez « instruction », alors, très honnêtement, je préfère ma condition « d’ignorant », mais bien vivant, à votre instruction morbide et mortifère qui n’a finalement strictement rien à envier aux soi-disant imposteurs que vous pourchassez partout de votre vindicte. C’est à croire que vous les haïssez en raison du fait qu’ils ne savent pas reconnaître votre « immense » talent. (Il me semble bien que j’ai déjà vu cela quelque part, mais ma mémoire me fait défaut sur ce coup-là.) 

          • JC_Lavau JC_Lavau 31 juillet 2016 08:34

            @Philippe VERGNES.
            Une autre militante paranoïaque arguait d’avoir consacré toute sa vie au militantisme, DONC elle avait tout compris et savait tout :
            http://deonto-famille.info/index.php?topic=27.0
            Michèle Dayras, vierge et martyre de son état, proclame que tous les hommes sont des salauds en puissance, et que les hétérosexuelles sont des traîtresses car parfois elles pactisent avec l’ennemi héréditaire.


          • Philippe VERGNES 31 juillet 2016 09:55

            @ JC_Lavau,


            C’est votre vie que vous nous racontez-là ?

            Très honnêtement, je ne voudrais pas vous vexer, mais je m’en tamponne un peu...


            Lorsque vous aurez appris à traiter vos contradicteurs avec moins de condescendance, peut-être pourrions-nous attaquer le fond du problème, à savoir, parmi tous les prétextes invoqués par l’intelligentsia technocratique bruxelloise pour expliquer la disparition de la biodiversité en Méditerranée (je précise) quel est celui (ou ceux) que l’on peut raisonnablement incriminer selon vous ?

            Car c’est bien là le fond du problème, pour nos technocrates, c’est surtout la surpêche et un peu la pollution, voire le réchauffement climatique. Pour moi, bien que cette problématique soit multifactorielle, c’est surtout la pollution et en particulier la pollution chimique, la surpêche et le réchauffement climatique actuel (qui sur la Méditerranée, quoique vous en disiez, est particulièrement marqué et remarqué cette dernière décennie) n’entrent en ligne de compte que pour une faible part.

            Après, votre guéguerre climatosceptique sur l’imposture du GIEC, j’en ai rien à battre... Toute manipulation, aussi importante soit-elle, est toujours basée sur un fond de vérité et être dans l’incapacité de trier le bon grain de l’ivraie n’aide absolument pas à la faire émerger.

            Tout votre savoir ne sert strictement à rien si vous êtes dans l’incapacité de le mettre au service d’une cause juste.

          • Francis JL 31 juillet 2016 10:02

            @JC_Lavau
             

             permettez moi d’intervenir dans cet échange : la question ici n’est pas de savoir si le réchauffement climatique est une réalité ou non, mais de contester les politiques, les mesures et les actions qui sont mises en oeuvre sous couvert de ce présumé réchauffement lequel n’est à aucun moment mis en doute par les pouvoirs agissants : politiques, financiers, industriels, économiques.
             
            Par exemple, on est sommé de de croire au changement climatique mais pas à la géo-ingénierie !
             
            Ce n’est plus : faites ce que je dis pas ce que je fais, mais croyez ce que je dis ne regardez pas ce que je fais.

          • berry 31 juillet 2016 10:21

            @Philippe VERGNES
            La faune redevient abondante en quelques années dans les réserves sous-marines, comme à Port-Cros.

            Le responsable est donc trouvé : c’est la surpêche


          • Philippe VERGNES 31 juillet 2016 10:36

            @ JL, bonjour,


            Merci !

            Ben voilà : « ... la question ici n’est pas de savoir si le réchauffement climatique est une réalité ou non, mais de contester les politiques, les mesures et les actions qui sont mises en oeuvre sous couvert de ce présumé réchauffement... »

            En fait, en matière de discours officiel, ce qui se passe au niveau de la Méditerranée est simple : on incrimine injustement une profession et toute une filière comme cause première de la disparition de la biodiversité tout en prenant soigneusement soin de ne pas parler d’autres facteurs qui entrent en jeu, comme la pollution et plus particulièrement la pollution chimique.

            On commence à bien connaître désormais ce tour de prestidigitation de nos édiles pour détourner l’attention du peuple des véritables problématiques à traiter en priorité et ce, dans le seul but d’enrichir toujours les mêmes au détriment de la santé des gens.

            Comme je le disais en réponse à Alinéa, ce que cache toute cette affaire n’est ni plus ni moins que le plus grand scandale sanitaire que le monde ait jamais connu. Tout ça pour protéger une élite psychopathe... c’est le moins que l’on puisse dire.

          • Philippe VERGNES 31 juillet 2016 10:46

            @ berry, bonjour,


            Cela fait quarante ans que je plonge dans toutes la Méditerranée nord occidentale, et pas que dans les réserves sous-marines pour touristes. Le poisson, son comportement, ses mœurs, ses habitats, ses saisonnalités, etc., je connais... c’est mon métier.

            Si vous voulez vraiment savoir ce qui se passe, on peut en discuter, mais si c’est pour raconter les mêmes conneries que nos technocrates qui prennent conseil auprès d’expert qui n’ont jamais vu la mer, laisser tomber : vous n’y connaissez strictement rien du tout.

          • joletaxi 31 juillet 2016 10:49

            @Philippe VERGNES

            Toute manipulation, aussi importante soit-elle, est toujours basée sur un fond de vérité et être dans l’incapacité de trier le bon grain de l’ivraie n’aide absolument pas à la faire émerger.

            c’est ce qui s’appelle se tirer une balle dans le pied non ?

            sinon, qu’est-ce que l’on peut faire devant cette catastrophe épique ?
            acheter le bouquin de l’auteur et recevoir en cadeau exceptionnel un paquet de sciure pour éviter le terrible gaspillage d’eau dans nos toilettes

            ici sur la plage des sain tes Marie, l’eau est gazeuse en dehors du fait d’être radioactive,

            pensez aux enfants, mon dieu pensez aux enfants


          • Francis JL 31 juillet 2016 10:50

            @Philippe VERGNES, bonjour, 

             
            ’’En fait, en matière de discours officiel, ce qui se passe au niveau de la Méditerranée est simple : on incrimine injustement une profession et toute une filière comme cause première de la disparition de la biodiversité tout en prenant soigneusement soin de ne pas parler d’autres facteurs qui entrent en jeu, comme la pollution et plus particulièrement la pollution chimique.’’
             
             C’est bien ce que j’avais compris.



          • JC_Lavau JC_Lavau 31 juillet 2016 10:53

            @Philippe VERGNES. Tiens ? C’est toi qui sais à la place de tout le monde quoi est « une cause juste » ?
            C’est beau l’omniscience innée...
            Ça a toujours été comme ça dans ta famille ? Raconte !


          • Philippe VERGNES 31 juillet 2016 10:55

            @ JL,


            Et un grand merci pour le préciser, car ce n’est manifestement pas le cas de tout le monde. Mais bon...

          • Philippe VERGNES 31 juillet 2016 11:00

            @ JC_Lavau,


            Parce que la défense de la vie et du vivant n’est pas une « cause juste » à tes yeux ?

            Tu m’en diras tant... ça explique beaucoup de chose.

            Tu prends décidément toujours ton cas pour une généralité... heu... c’est quoi au juste l’omniscience ? smiley

          • JC_Lavau JC_Lavau 31 juillet 2016 11:11

            @Philippe VERGNES : " le réchauffement climatique actuel (qui sur la Méditerranée, quoique vous en disiez, est particulièrement marqué et remarqué cette dernière décennie)".

            Au long des quatre milliards et demi d’années précédentes, les fluctuations climatiques ont été nombreuses à toutes les échelles. On a vu la presse étazunienne s’affoler de la prochaine glaciation qui avait déjà commencé. Et auparavant en 1922, le consul Icks avertissait d’un changement climatique colossal en cours... Mais qui s’est amplement renversé depuis.

            Le dernier Credo à la mode :
            Je crois au GIEC tout puissant,
            à l’extinction du Gulf Stream pour nous punir de nos péchés,
            à la submersion des atolls quelle que soit l’évolution verticale de leurs planchers océaniques,
            à la disparition des glaciers de l’Himalaya en 2035.
            Je crois que la neige est un souvenir du passé que nos enfants ne verront plus,
            je crois en des usines d’enfouissement du dioxyde de carbone, et tant pis pour la minorité de riverains malchanceux,
            je crois que la spéculation sur les indulgences-carbone est une bénédiction pour la planète,
            je crois que l’ours blanc est menacé par le réchauffement climatique,
            je crois à l’acidification des océans puisque les plus grands simulateurs l’ont brillamment simulée,
            Je crois que l’érosion chimique des continents va s’arrêter puisque le GIEC l’a complètement oubliée,
            Je crois que désormais les rivières ne charrieront plus aucun cation, seulement des anions HCO3+. D’ailleurs les lois de la chimie sont des lois que nous n’avons pas votées, et que nous abolirons dès que nous aurons tous les pouvoirs, quand nous aurons la dictature mondiale.
            Je crois que le Soleil est une étoile invariable,
            je crois que Greenpeace n’est pas actionnaire de BP,
            je crois que le climat va se dérégler et échapper à toutes les prévisions sauf celles du GIEC,
            je crois qu’il y aura 50 000 000 de réfugiés climatiques en 2010, oups ! en 2020, enfin en 2050, quoi,
            Je crois que la physiologie végétale c’est tout des menteries inventées par le démon. D’ailleurs nous en abolirons les lois dès que nous aurons tous les pouvoirs, quand nous aurons la dictature mondiale.
            Je crois que la dynamique des sols, c’est tout des menteries inventées par le démon (et que nous abolirons dès que nous aurons tous les pouvoirs).
            Je crois qu’à Libé Sylvestre Huet est honnête, courageux et indépendant de son patron, lequel est encore plus honnête encore.
            Je crois qu’à Li Monde Stéphane Foucart est honnête, courageux et indépendant de son patron, lequel est encore plus honnête encore.
            Je crois que Jean Jouzel est assis à la droite du GIEC le tout-puissant.
            Je crois que l’atmosphère de Vénus est dispensée de la loi de la compression adiabatique, parce que les lois de la physique et de la thermodynamique ce sont des lois que nous n’avons pas votées (et que nous abolirons dès que nous aurons tous les pouvoirs). D’ailleurs les deux gradients adiabatiques dans l’atmosphère terrestre, nous ne les avons pas votés non plus, alors ils sont désormais abolis.
            Amen.


          • JC_Lavau JC_Lavau 31 juillet 2016 11:23

            @Philippe VERGNES. DONC l’acidification des océans existe ?

            On avait déjà eu comme cela 347 arguments prouvant l’existence du dieu du Vatican. Ils sont souvent applicables aux affirmations des carbocentristes.
            « Vous voyez ce bûcher, là ? Donc dieu existe ! »
            « Vous voyez ce bûcher, là ? Donc le Réchauffement Climatique Anthropique existe ! »
            ...

            219. ARGUMENT PAR LE JEU VIDEO JAPONAIS MAL TRADUIT
            (1) Quelqu’un a mis nous la bombe.
            (2) Nous recevons signal.
            (3) Ecran principale allume.
            (4) Comment allez vous, messieurs.
            (5) Toute ta base sont appartienne à nous.
            (6) Quoi tu dire !
            (7) Tu as pas chance de survivre fais du temps.
            (8) Ha ha ha ha....
            (9) Bouge *zig.*
            (10) Tu sais ce que tu fais.
            (11) Pour grande justice, détruis chaque *zig.*
            (12) Donc le Réchauffement Climatique Anthropique existe.

            ...

            (1) Parlons peu, parlons bien, venons-en aux faits.

            (2) Parfait, quand est-ce qu’on commence ?

            (3) Donc l’acidification des océans existe.

            ...


          • Philippe VERGNES 31 juillet 2016 11:38

            @ JC_Lavau,


            Bon... si je vous tiens le bec, connaissant par avance votre pugnacité à vouloir à tout prix « lyncher » vos contradicteurs, c’est que je vous aime bien malgré toute l’énergie que vous mettez à vous faire détester.

            Alors on peut si vous le souhaitez continuer dans le sens où vous avez orienté ce dialogue, qui n’en est plus un depuis un moment, et poursuivre sur le même ton ou bien parler du vrai problème de fond, à savoir : la disparition de la biodiversité dont on impute la faute à un bouc émissaire, la surpêche, organisée soi-dit en passant par ceux-là même qui aujourd’hui l’incrimine.

            Quel que soit votre choix, c’est tout bénef pour moi, vos pitreries me font rire. (A défaut de sérieux, on se console comme on peut.) smiley

            Autrement, si vous souhaitez répondre à la question de savoir à quoi est dû la disparition de la biodiversité, selon vous, cela m’intéresse, je suis tout « ouïe ». Bien que les causes soient toujours multifactorielles, depuis le temps que je planche sur le problème, le principal facteur est pour moi la pollution chimique et notamment l’emploi dans l’agriculture de pesticides et autres produits biocides. A quoi est venu s’ajouter au fil des ans, de nombreux autres produits de consommation courante, malheureusement. Mais au final, ce sont toujours aux mêmes que ce crime, car c’en est un, profite.

          • JC_Lavau JC_Lavau 31 juillet 2016 14:38

            @Philippe VERGNES. S’il y a probablement allusion à des faits qui seraient réels, tout cela est noyé sous un tsunami d’affects délirants.
            Ne mérite rien de plus que la poubelle.


          • Philippe VERGNES 31 juillet 2016 15:08

            @ JC_Lavau,


            Il est vrai que question délire... vous en connaissez un sacré rayon. smiley

            Parler de la vie, du monde du vivant, de la biodiversité et des atteintes que notre modèle de société leur font subir « ne mérite rien de plus que la poubelle » selon vous ?

            Bah ma foi, si tel est le cas, cela en dit suffisamment long sur votre état d’esprit et le véritable « dieu » que vous servez qui n’a strictement rien à envier à ceux que vous critiquez sans cesse, quels qu’en soient les prétextes.

            Par contre, question affect, je crois qu’il y bien longtemps que vous avez oublié la véritable signification de ce mot. C’est courant chez ceux qui utilisent à outrance la rationalisation en abandonnant toute affectivité justement. Dans la vie, tout est une question d’équilibre et vous nous montrez tous les jours ici vers où penche la bascule chez vous.

            Grand bien vous fasse, mais au final, et très honnêtement, je plains sincèrement les gens comme vous... smiley

          • JC_Lavau JC_Lavau 31 juillet 2016 16:06

            @Philippe VERGNES. C’est cela, oui... Tu es maître de ton article, tu prétends porter des coups décisifs pour la biologie de la Méditerranée, et tu es incapable de cesser de te mélanger avec la propagande carbocentriste dont le GIEC est un des principaux acteurs, et Li Monde l’un des propagandistes forcenés.
            Tu demeures incapable d’exhiber un état des lieux daté ni mesuré. Tes affirmations - non sourcées - sont bourrées d’erreurs énormes.
            Tu es infoutu de nous présenter des études factuelles, en particulier sur les probables évolutions du plancton méditerranéen.
            Tu te contentes d’accuser indistinctement n’importe qui n’importe comment.

            Et c’est moi qui serait « à plaindre » ?

            Je ne suis pas en charge de ta paranoïa, et n’en demande pas la charge.
            Il demeure de mon devoir de prévenir les autres lecteurs : Attention ! Paranoïaque en pleine crise !


          • Philippe VERGNES 31 juillet 2016 17:00

            @ JC_Lavau,


            J’ai essayé de lire vos articles imbuvables, car incapables de se mettre à la portée d’un profane. C’est drôle... tout ce que vous me reprochez, c’est précisément ce qui manque à vos articles.

            Comprenne qui pourra !

            « Il demeure de mon devoir de prévenir les autres lecteurs : Attention ! Paranoïaque en pleine crise ! »

            Alléluia !!! (LOL !)

          • JC_Lavau JC_Lavau 31 juillet 2016 18:03

            @Philippe VERGNES. En somme : plus tu es nul, et plus tu es compétent pour traiter autoritairement de ce qui te dépasse.

            N’aurait-on pas déjà un proverbe Shadok qui aurait dit la même chose ?


          • mmbbb 1er août 2016 08:41

            @JC_Lavau vous vous êtes finances par ESSON . c’est votre droit mais ne nous prenez pas pour des benets Vous vous appuyés sur des articles d’Agora , il eut ete plus honnête de citer des articles par exemple des articles du magazine SCIENCE. Ces etudes sont generalement le fruit d’un corpus de scientifiques et souvent internationaux Mais pas des scientifiques qui sont payes par des firmes comme dans les annees 60 ou la cigarette netait pas un produit dangereux Il est etonnant que les coraux blanchissent par exemple, il etonnant que les arbres croissent plus facilement, il est etonnant que les oiseaux changent leur migration, il est etonnant...... Ces faits ont ete mesures par des scientifiques Allez interroger des ornithologues ces scientifiques de l ombre qui loin de toutes polemiques ne font qu observer et etablir des statistiques sur le long terme Quant aux oceans et mers ils sont en tres bonne sante Tuer une baleine blanche vous n’aurez pas besoin d epices la chair contient deja du mercure du plomb etc Quant a votre reflexion sur le changement climatique, elle typique comme celles des liberaux de Contrepoints et l’on peut deviner a dessein l’objectif, demolir le GIEC afin d echapper aux normes contraignantes anti polluantes Il est evident que tout se focalise sur le CO2 et c’est l’arbre qui cache l’a foret , les problemes de pollution et le changement rapide des biotopes dont l’activite humaine est responsable sont ainsi elude Et surtout ne parlons pas de l explosion demographique


          • JC_Lavau JC_Lavau 1er août 2016 09:39

            @mmbbb. Tiens ? Encore un paranoïaque en pleine crise, autrement dit toujours sous télécommande complète par une secte paranoïaque.
            Selon la secte, les accusations délirantes de la sorte varient et se contredisent en tous sens. J’ai déjà rempli tout un sottisier, mais là tu fournis de nouveaux matériaux pour le sottisier.


          • JC_Lavau JC_Lavau 1er août 2016 11:15

            @JC_Lavau. Je n’ai pas été assez clair : en ce sens que la paranoïaque secte dirige les symptômes des individus individuellement paranoïaques qu’elle a recrutés.

            Je rappelle qu’on toutes les preuves que Rockefeller (Exxon), BP et Shell furent les premiers financiers du bobardement carbocentriste dès 1971, que c’est une information publique.


          • Philippe VERGNES 1er août 2016 11:39

            @ JC_Lavau,


            Vous n’avez strictement rien compris au sujet de fond de cet article, de fait, s’il y a bien quelqu’un qui délire ici... c’est bien vous. Et dans votre délire hystérique, vous en oubliez l’essentiel : les effets concernant la perte de la biodiversité et de son très mauvais état de santé étant avérés, on attend toujours de vous que vous puissiez nous faire part de votre opinion autre que celle avancée par la doxa dominante que vous n’avez de cesse de critiquer sans jamais proposer d’autres explications.

            De fait, vous n’êtes pas victime du système que vous haïssez tant, mais bel et bien complice. Ce qui change tout, car ainsi, que vous en ayant conscience ou non, vous servez bien les maîtres que vous prétendez combattre. Le déni fait des ravages, y compris même chez les gens particulièrement instruits. Vous en êtes un parfait exemple.

          • JC_Lavau JC_Lavau 1er août 2016 11:57

            @Philippe VERGNES. Si tu veux parler de la Méditerranée, alors parle de ce que tu connais et as vérifié sur la Méditerranée.
            A la place, tu gaspille tes forces à prouver ton allégeance à une secte chargée de bobarder.


          • JC_Lavau JC_Lavau 1er août 2016 12:05

            @JC_Lavau. Grammaire ! Tu gaspilles.


          • Philippe VERGNES 1er août 2016 14:22

            @ JC_Lavau,


            J’en suis désolé, mais je ne suis nullement responsable des défauts d’interprétations que le lecteur peut commettre en lisant les articles proposés à la publication. J’essaie d’abord de ne pas faire ce genre d’erreur moi-même et c’est déjà bien assez de boulot comme ça. Si en plus il fallait que je m’inquiète de ménager la susceptibilité de tous les lecteurs, ce serait purement et proprement impossible tant les sensibilités de chacun sont différentes.

            Au lieu de monter sur vos grands chevaux sans autre forme de procès, il vous appartient, avant toute critique, de vous enquérir auprès de l’auteur d’un article de ses intentions, si tant est qu’elles n’aient pas été suffisamment claires pour vous, et non pas de partir sur un délire climatosceptique entraînant avec vous des comparses qui n’ont pas plus que vous compris le fond de cet article.

            Si vous aviez correctement lu et compris cet article, vous auriez relevé le fait que ce n’est pas moi qui lie le réchauffement climatique, la pollution et la surpêche comme causes explicatives de la disparition des ressources méditerranéennes, mais bien le discours officiel propagandiste qui de surcroît, incrimine plus particulièrement la surpêche, et donc à travers elle toute une filière, en prenant bien soin d’épargner les principaux protagonistes de cette perte de biodiversité qui ne sont rien de moins que ceux-là même que vous combattez becs et ongles.

            Autrement dit, en vous en prenant à moi et à cet article sans chercher à comprendre au delà de l’usage de mots ou d’expressions qui vous hérissent les poils, vous faites le jeu de ceux-là même que vous combattez par ailleurs. C’est vraiment l’histoire du serpent qui se mord la queue. Je ne connais guère d’attitude plus stupide que ça. A ce sujet, c’est malheureusement bien vous qui agissez à l’affect tout en ne manquant pas au passage de me le reprocher. Bel exemple d’inversion !

            Aussi, le problème pour moi peut se résumer plus simplement, si j’arrive à prouver que la surpêche n’est qu’un facteur mineur dans la disparition des ressources méditerranéennes, et non pas un facteur majeur comme cela nous est rabâché par la presse aux ordres - ce que me permet de faire les quelques études que je présente dans mon ouvrage -, il ne restera plus qu’aux décideurs à se pencher plus attentivement sur les deux autres facteurs qu’ils incriminent, à savoir le réchauffement climatique et la pollution. Et si la même démarche peut-être faite au sujet du réchauffement climatique (quoi qu’avec certaines nuances puisque cet argument, compte tenu des changements climatiques indéniables que nous observons depuis peu sur les côtes méditerranéennes, est assez puissant), alors l’attention sera enfin portée sur ce sur quoi je souhaite qu’elle soit portée depuis plus de vingt cinq ans, c’est-à-dire la pollution chimique, véritable cause, à mon sens et depuis longtemps, de la disparition de la biodiversité méditerranéenne.

            Le chemin est très clair, la démarche beaucoup moins puisque non comptant de me heurter aux principaux faiseurs de pollutions chimiques, qui ne sont ni plus ni moins que ceux que vous désignez sous le terme de secte carbocentriste, je dois en plus me coltiner des types tels que vous qui n’ont aucune stratégie politique à proposer, mais qui savent hurler aux loup et sont programmés comme des ressorts dès qu’ils entendent des termes tels que « réchauffement climatique » ou bien « CO2 ».

            La division est le but de la secte paranoïaque que vous dénoncez, à juste titre je dois dire. Cependant, en vous comportant comme « ils » souhaitent que vous vous comportiez, vous faites leur jeu et réalisez leurs désirs les plus intimes tout en prétendant vous y opposer. Si vous n’êtes pas en mesure de comprendre cela, il vaudrait mieux que vous n’interveniez pas dans les discussions, cela qui vous éviterez d’être complice d’un système que vous haïssez tant.

          • JC_Lavau JC_Lavau 1er août 2016 18:09

            @Philippe VERGNES : « principaux faiseurs de pollutions chimiques, qui ne sont ni plus ni moins que ceux que vous désignez sous le terme de secte carbocentriste ».

            Non.
            Les sectes sont les sectes.
            Leurs marionnettistes sont autres.
            Jean Jouzel n’est pas un marionnettiste, mais une marionnette, un corrompu aux ordres.
            Thomas Mann n’est pas un marionnettiste, mais une marionnette, un corrompu aux ordres.
            Le Climatic Research Unit, à l’origine du GIEC n’est pas un marionnettiste, mais une équipe de marionnettes, corrompues aux ordres.
            L’IPCC n’est pas un marionnettiste, mais un corps de marionnettes, de corrompus et faussaires aux ordres.

            Comme je l’ai déjà rappelé plusieurs fois, les financiers à l’origine du coup sont des fortunes pétrolières. Les mêmes qui ont dirigé leurs meutes d’idiots utiles contre les quelques moyens de quelque indépendance énergétique de la France. Avec mort d’idiot utile inclusivement.

            Sur Agoravox, Cabanel, Victor et Gérard ou mmbbb ne sont pas des marionnettistes, mais des pantins.

            Si tu veux faire du travail utile, IDENTIFIE les pollutions, afin qu’on puisse remonter aux pollueurs, et tenter de leur faire subir les rigueurs de la loi. Alors que quand tu ruses pour nous manipuler à l’émotion sur des cucuteries, genre « réchauffement Climatique Anthropique », tu ne peux que nuire à ta cause.


          • Philippe VERGNES 1er août 2016 19:25

            @ JC_Lavau,


            « Comme je l’ai déjà rappelé plusieurs fois, les financiers à l’origine du coup sont des fortunes pétrolières. »

            Et c’est bien d’eux auxquels je fais également allusion, car c’est bien la révolution verte, pilotée par les fondations Rockfeller et Ford principalement, qui est directement responsable de la perte de la biodiversité marine.

            « Si tu veux faire du travail utile, IDENTIFIE les pollutions, afin qu’on puisse remonter aux pollueurs, et tenter de leur faire subir les rigueurs de la loi. »

            C’est ce qui est en train de se faire avec tous les obstacles, politiques en premier lieu, que vous pouvez imaginer. D’autant que le déni de cette responsabilité a parfaitement bien été organisé par le lobbying des industries agrochimiques. 

            « Alors que quand tu ruses pour nous manipuler à l’émotion sur des cucuteries, genre « réchauffement Climatique Anthropique », tu ne peux que nuire à ta cause. »

            Je ne peux être accusée de ruser de la sorte pour la simple et bonne raison que je n’ai jamais parlé de réchauffement climatique ANTHROPIQUE me contentant simplement de reprendre les termes employés par la propagande européenne en la matière qui parle de réchauffement climatique sans rentrer dans le détail, car pour eux, il est évident que c’est la surpêche et point barre qui est responsable de la disparition de la biodiversité méditerranéenne.

            Je suis en train de faire ce qu’il y a faire pour éliminer cet argument inique au niveau méditerranée puisque la pêche en Méditerranée ne peut être comparée à la pêche en atlantique et que c’est bien sur cette confusion que tous les pourvoyeurs de la Méditerranée jouent pour continuer à la polluer sans risques. Si j’y parviens, « on » m’opposera probablement alors l’argument du réchauffement climatique. D’ici là, j’en saurais assez pour savoir quoi répondre : https://www.youtube.com/watch?v=MXcY8Cf6hsI (je suis abonné à sa chaîne, j’adore la pédagogie de ce jeune homme, même si cela peut vous paraître simpliste, c’est au moins abordable pour un profane tel que moi).

            Mais en attendant, je ne vais pas perdre mon temps sur des suppositions, j’aviserais en temps voulu, car cela fait près d’un demi siècle que tout le monde ferme les yeux sur ce qui se passe en Méditerranée tout en prétendant s’en occuper. Donc, je ne m’affole pas. C’est aux professionnels de savoir ce qu’ils veulent faire et actuellement, il y a une réelle volonté de faire émerger toute la vérité qui est dissimulée depuis des années sur la situation réelle de cette mer. J’ignore si c’est le bon moment pour agir ou pas, je sais simplement que de nombreux professionnels sont d’accord avec moi. Reste à savoir s’ils seront capables de prendre le train en route. Avec les éléments que je leur fournis dans mon ouvrage, il y a matière à...

          • chantecler chantecler 2 août 2016 06:23

            @JC_Lavau
             smiley
            Pas mal !
            (admiratif) !


          • Francis JL 2 août 2016 08:30

            @JC_Lavau, 

             
            tes réactions pavloviennes qui se manifestent à chaque fois que quelqu’un parle de réchauffement climatique sont celles d’une marionnette ! 
             
            Et devine qui sont les marionnettistes ? Ceux qui tirent les marrons du feu et qui se moquent bien de savoir si l’on est carbpphile ou carbophobe, pourvu que l’on se tape sur la gueule.
             
            Je reconnais à Philippe Vergnes de l’avoir bien compris, et de faire ici un travail utile. Tu lui fais là un bien mauvais procès.

          • chantecler chantecler 2 août 2016 14:00


            Je parlais du commentaire de 11h11 ...
            ... !
             smiley


          • alinea alinea 30 juillet 2016 18:17

            Je vous crois sur parole, tant je hais les chimistes dits Big Chimie.
            Néanmoins, ne me faîtes pas croire que l’invention de la congélation, des bateaux usines ( plus probablement en océans, on est d’accord), la conserverie, qui fait que le population mondiale peut se goinfrer de poissons tous les jours, alors qu’il y a cinquante ans, seuls les côtiers et quelques rares bourgeois citadins des terres en mangeaient, ne concourent pas à la surpêche.
            Bien évidemment le Rhône est un égout, pour ce qui est de chez nous, les Espagnols ne sont pas très regardants, quant au Maghreb je ne sais pas...
            Nos mers et océans sont des dépotoirs, les produits qu’on en consomment sont pollués. Oui.
            Mais tout est lié ! il nous faut radicalement changer nos modes de vie ; l’humain en crève à petit feu, mais ça continue !
            Une enquête parlementaire ? Mais ils sont ignorants et indifférents nos parlementaires, même notre Ministre a autorisé les boues rouges, parce que, hein...
            Vous tirez le fil de la méditerranée, on peut tirer celui des océans, - et du continent de plastique, de nos forêts, et de l’huile de palme si rentable, de notre faune, de notre eau douce, de notre air..
            Nous avons fait de la planète un dépotoir, mais ce n’est pas grave, Big Pharma nous fait vivre plus longtemps !!
            (Excusez ma colère, elle s’exprime, mais vous n’y êtes pour rien !!)


            • Philippe VERGNES 30 juillet 2016 18:50

              @ alinea, bonjour,


              Pas de souci.

              J’apporterais simplement une précision sur la spécificité de la Méditerranée.

              Ce que vous dénoncez concernant la surpêche n’existe pas dans les eaux littorales méditerranéennes où toutes les pêcheries, à l’exception du thon, sont par définition des « petits métiers » (sorties au petit jour, rentrées le soir). Par contre, la pollution, et plus particulièrement la pollution chimique fait de tels ravages que la condition physique des espèces qui vivent dans ces eaux est déplorable... à un point tel que l’on peine à imaginer, c’est ce que je signale depuis des années sans jamais être écouté.

              En fait, concernant l’enquête parlementaire, il y a eu un précédent et c’est aujourd’hui le seul moyen qui reste pour faire prendre conscience à nos dirigeants... et surtout au grand public, de la moïse dans laquelle on se trouve. Mais je ne rêve pas... on verra par la suite. L’action est lancée et les professionnels ont beaucoup à dire sur le sujet. La balle sera bientôt dans leur camp pour agir (ce que redoutent bons nombres de politiques qui les tiennent éloignés des décisions prises à leur encontre).

            • alinea alinea 30 juillet 2016 18:59

              @Philippe VERGNES
              J’ai signé cette pétition évidemment, mais c’est tellement plus profond et plus grave, et, de plus, il n’y a pas que nous.
              Le jour où je verrai des politiques s’intéresser à cela, et une majorité de consommateurs prêts à se priver, je serai plus optimiste ! mais j’approuve votre démarche et votre travail, si nécessaire.


            • Philippe VERGNES 30 juillet 2016 19:14

              @ alinea,


              Merci !

              Bien évidemment...

              Cette gravité je l’explique en partie dans mon livre pour lequel je prévois une suite, car je n’ai pas pu insérer le dixième des informations dont je dispose à ce jour sur toutes les affaires qu’impliquent ce vaste sujet.

              Dans ce premier tome, si j’y traite les fabricants de produits chimiques de « chiminazis », ce n’est ni sans raisons ni sans preuves. Je m’en explique sur tout un chapitre avec exemples documentés à l’appui.

              Par ailleurs, il faut bien comprendre les interactions profondes et complexes entre tous les protagonistes de cette affaire, car ce qu’elle cache en toute fin de compte n’est ni plus ni moins que le plus grand scandale sanitaire que la planète ait connu à ce jour. La vérité commence peu à peu à émerger, mais le grand public et la société civile doivent sortir de leur torpeur. Une commission d’enquête n’est qu’un outil en ce sens. Il y a heureusement d’autres moyens.

              (Au sujet de cette « vérité » qui émerge peu à peu, lire notamment le communiqué de presse de l’Anses).

            • chantecler chantecler 31 juillet 2016 07:34

              Oui,
              Je ne sais pas si cet article est simplificateur par nécessité , manque de place pour développer ,ou par volonté .
              Il me semble que le principal problème qui se pose à l’humanité aujourd’hui est la cupidité , démultipliée par l’individualisme forcené , par le système qui l’encourage et par les groupes ad hoc qui l’exploitent à fond.
              Un être cupide isolé ne pose que peu de problème.
              Le groupe devrait en outre le ramener à la raison .
              Une transnationale qui ne vit que dans l’objectif de toujours augmenter ses bénéfices à court terme sans tenir compte des autres paramètres humains : le bien être ,le respect de tous ,qui fonctionne de façon autiste , genre « après nous le déluge » ou « tout ce qui n’est pas interdit est autorisé » ou encore « tous les moyens sont bons pour arriver au but » (de l’enrichissement , on appelle ça bénéfices , rentes, etc ...).
              Bref dans l’article l’auteur minimise la surpêche ,pour dénoncer avec force la chimie agroalimentaire .
              Dont les pesticides qui sont véritablement des poisons cellulaires et génétiques et qui induisent des cancers, des leucémies ...
              Or ($) , :
              Toute la chimie qui se déverse dans nos océans est toxique .
              Le pétrole surexploité , avec les naufrages de tankers ,les marées noires ,les dégazages sauvages les puits qui fuient .
              Les déchets nucléaires qui y sont déversés car peu contrôlés .
              Mais plus généralement ce qui met en péril la mer , met de la même façon et par les mêmes motifs en péril la terre et ici je parle de la vie sur terre : c’est un tout .
              Alors une fois que j’ai dénoncé la cupidité endémique et absolue que l’on rencontre dans les temps modernes , ai-je fait avancer le schmilblick ?
              Oui et non .
              A nous les humains , « les gens de bonne volonté ? » , majoritaires ou non , de trouver les solutions , d’imposer les lois et les règles pour la contenir , voir l’abolir .
              De mettre au pas les délinquants .
              Quand on met au point une machine ,on s’intéresse au moteur certes , mais aussi au moyen de la freiner ou de l’arrêter .
              Que certaines fusées par exemple puissent traverser l’espace à des vitesses vertigineuses pour aller sur Mars c’est pas bien important .
              Mais imaginer des trains à très grande vitesse que l’on ne pourrait contrôler , stopper , là ça filerait les chocottes .
              Pourtant de grandes catastrophes sont survenues , qui devraient inciter à plus de modestie et à prendre des décisions fermes et unanimes : le Titanic , Fukushima , les Crises financières, boursières ,(1929) l’effondrement de banques systémiques , etc etc ...
              Et je n’aborde pas ici les grands déséquilibres et les grandes injustices de notre monde : nous en déplorons les effets , pour mieux en ignorer les causes et les responsabilités .
              Sommes nous des autruches, des aveugles, sommes nous aspirés dans le déni , l’irresponsabilité ou l’envie de détruire ?
              Ou des humains qui confrontés à l’erreur peuvent en tirer des enseignements et rectifier ?
              ...


              • Philippe VERGNES 31 juillet 2016 09:31

                @ chantecler, bonjour,


                Réducteur par nécessité forcément...

                Vous connaissez beaucoup de lecteurs qui aient la patience de lire des articles de plus de 3000 mots ?

                Concernant la surpêche en Méditerranée, je ne minimise rien du tout. Je dénonce simplement les véritables responsables de cette surpêche qui, contrairement à ce que l’on fait croire ne sont pas les pêcheurs eux-mêmes, mais bien la PCP (l’équivalent pour la mer de ce qu’est la PAC à l’agriculture). Par ailleurs, cette surpêche est en Méditerranée bien moins grave que le problème de pollution dans la perte de la biodiversité.

                Donc, à vouloir protéger la biodiversité, il faut commencer par enrailler ce qui lui porte le plus préjudice, c’est-à-dire les pollutions et au tout premier rang duquel nous retrouvons la pollution chimique. Commençons déjà par mettre un frein à cette folie-là et peut-être commencerons-nous à y voir plus clair.

                Un dernier détail concernant la surpêche en Méditerranée : la flottille des chalutiers a été divisée par trois en moins de dix ans avec pour conséquence tout à fait inattendue de rendre les unités de pêche encore en activitées trois fois moins productives qu’avant. Il serait plus que temps de comprendre comment et pourquoi un tel résultat illogique est possible...

              • chantecler chantecler 31 juillet 2016 13:17

                @Philippe VERGNES
                Bonjour !
                Trois fois plus je suppose ?
                Ben oui,
                C’est pas suffisant d’édicter des lois , des circulaires, des traités , si on ne se donne pas les moyens de les faire appliquer.
                Je ne parle même pas des commissions, des symposium et des grands raouts pour « sauver le monde ».
                Toute l’hypocrisie et là .
                Cdt.
                Cr.


              • Philippe VERGNES 31 juillet 2016 13:41

                @ chantecler,


                Non, non... j’ai bien écris trois fois MOINS. En Méditerranée, la pression de pêche a été divisée par trois ces dix dernières années (je suis en train de rassembler tous les éléments pour les mettre sous le nez de nos technocrates) et dans le même temps, leur production individuelle à chuter d’un facteur de un à trois selon les unités.

                Alors la surpêche... vous m’avez compris !

                Le problème est beaucoup, beaucoup plus grave que n’en ont conscience nos édiles qui sont totalement dans le dénis sur ces questions-là (et sur bien d’autres d’ailleurs).

                En fait, de par les pollutions, chimiques notamment, que nous infligeons au milieu marin, nous sommes en train de rendre les mers totalement stériles. Ce qui implique politiquement de lourdes conséquences puisque l’Europe a émis en 2008 une directive cadre « stratégie pour le milieu marin » (DCSMM) qui renforce la directive cadre sur l’eau de 2000 (DCE) dont les objectifs ne seront JAMAIS atteints. Du coup, il faut enfumer tout le monde par une vaste propagande pour ne pas faire connaître le problème. Pendant ce temps, la Méditerranée se meurt et chaque jour qui passe et enterre un peu plus l’espoir d’enrailler le problème.

              • Robertlemontagnard (---.---.81.142) 31 juillet 2016 11:49

                J’aimerais voir JC_Lavau émettre un argument scientifiquement recevable en ce qui concerne le réchauffement climatique actuel et notre non responsabilité dans ce réchauffement.

                • JC_Lavau JC_Lavau 31 juillet 2016 12:03

                  @Robertlemontagnard. Rappel sur cette escroquerie à l’échelle planétaire, encore plus énorme que celle de Trofim Lyssenko :

                  Fraude : nulle trace de corpus expérimental soutenant « acidification des océans »
                  www.agoravox.fr/actualites/citoyennete/article/fraude-nulle-trace-de-corpus-152331
                  La fraude à « 70 % des arbres menacés par le changement climatique »
                  www.agoravox.fr/actualites/citoyennete/article/la-fraude-a-70-des-arbres-menaces-153196
                  Non, le dioxyde de carbone est incapable de diriger le climat
                  www.agoravox.fr/actualites/medias/article/non-le-dioxyde-de-carbone-est-154558
                  Le GIEC n’est pas sans précédents dans l’histoire de l’humanité
                  www.agoravox.fr/actualites/citoyennete/article/le-giec-n-est-pas-sans-precedents-153653
                  Ces ruses pour compromettre des milliers de scientifiques naïfs
                  www.agoravox.fr/actualites/environnement/article/ces-ruses-pour-compromettre-des-154986

                  Gang Intergouvernemental d’Escrocs Carbocentristes, et fraude à l’évolution climatique :
                  deonto-ethics.org/impostures/index.php ?board=30.0

                  Il se peut que SPIP vérole encore une fois la transmission de liens, mais comme ils sont écrits en clair, cela ne devrait pas gêner grand monde.


                • christophe nicolas christophe nicolas 31 juillet 2016 12:51

                  Je ne comprends pas tout. Lorsque la température monte, l’eau dégaze du CO² et non l’inverse. Ce n’est parce qu’il y a plus de CO² dans l’air que l’eau en absorbera plus, vous inversez les causes et les effets.


                  Pourquoi parlez vous de réchauffement climatique en rapport avec le CO², ce n’est qu’un outil politique, quel rapport avec la faune et la flore ? 

                  Il fait plus chaud depuis un siècle mais On va vers un sévère refroidissement climatique pour les prochaines dizaines d’années. Je vais vous reprendre la démonstration.

                  L’influence du soleil n’est pas due à l’énergie rayonnée mais en rapport avec son champ magnétique qui est important lorsque son activité est importante. Ce champ magnétique nous protège des astroparticules qui ionisent l’air en haute altitude. Cette ionisation permet de créer des noyaux de condensation pour la vapeur d’eau ce qui augmente l’albédo. Forte activité solaire, il fait chaud, faible activité solaire, il fait froid. Il se trouve actuellement que le pole nord magnétique s’est positionné récemment sur le pôle nord géographique, c’est donc la zone la plus froide et la plus sèche du globe qui reçoit le plus d’astroparticules mais cet effet temporaire réchauffant sera fini dans une dizaine d’années. De plus, le champ magnétique terrestre a tendance à s’affaiblir donc dans une dizaine d’années, tous les curseurs passeront au rouge pour un refroidissement.

                  De plus, il se trouve que la consommation des hydrocarbures libère des molécules susceptibles d’être ionisées dans l’atmosphère qui peuvent alors se combiner pour former des noyaux de condensation pour la vapeur d’eau ce qui a plutôt un effet refroidissant et non réchauffant par le CO² comme on le prétend. Il est donc urgent de diminuer la consommation des hydrocarbures de manière préventive et de préparer des sources d’énergie efficaces pour le refroidissement climatique, je parle des récentes découvertes en matière de fusion froide et autres principes sur lesquels je ne vais pas m’étendre ici mais je ne parle pas des énergies éoliennes et solaire qui se révéleront ruineuses et inefficaces pour les pays nordiques.

                  Dans cette affaire, on voit que la psychologie de masse est d’une stupidité qui fait frémir. Si vous donnez tous les moyens pour prouver que le réchauffement climatique est une réalité et que vous couper tous les moyens aux contradicteurs, cela s’appelle un abus de position dominante doublé d’un mensonge par omission ce qui dénote un esprit retors et malsain. Telle est la technique actuelle pour « mentir sans mentir ».



                  • Philippe VERGNES 31 juillet 2016 14:10

                    @ christophe nicolas,


                    Dans cette affaire, on voit surtout que votre ignorance du fonctionnement du milieu marin vous fait rentrer dans le même délire climatosceptique que JC Lavau ci-dessus.

                    En fait, je n’en ai strictement rien à foutre du réchauffement climatique. Je note cependant que c’est un prétexte qu’avancent nos technocrates pour justifier de la perte de la biodiversité marine et stigmatiser au passage le monde de la pêche professionnelle en l’accusant de surpêche tout en passant outre sur le principal problème qui justement cause la perte de cette biodiversité.
                    Concernant le CO2, l’affaire est simple, les océans sont remplis de petites bêtes qu’on appelle plancton qui elles se chargent de la recapture du CO2 bien mieux que ne le font les échanges chimiques eau/air puisque par le biais de ce qu’on appelle la pompe biologique, les océans font office de puits à carbone et le stocke pour des milliers d’années. Or, si pour une raison x ou y le plancton disparaît, il n’y a plus de recapture de CO2.

                    De fait, ça m’arrange bien que le GIEC incrimine le CO2 comme cause du réchauffement climatique, car en fait, si la volonté de nos édiles étaient réellement de réduire nos émissions de CO2, ben alors il faudrait commencer à se préoccuper sérieusement du bon état de santé de notre plancton mondial. Or, toutes nos activités à terre concourent à sa destruction.

                    Bref, pour ne pas m’éterniser sur le sujet, j’en conclurais en constatant simplement que toute votre « science » vous rend incapable de comprendre les enjeux politiques qui se cachent derrière cet enfumage, ou pas, du réchauffement climatique.

                    Pour être plus clair, vous tombez totalement dans le panneau de nos insupportables manipulateurs en chef en entretenant une dichotomie qui fait plus particulièrement le jeu de nos édiles. En favorisant la forme sur le fond, vous ne servez finalement que ceux que vous prétendez combattre. Faut vraiment en tenir une couche pour tomber dans ce genre de piège tout en se prenant pour intelligent.

                  • JC_Lavau JC_Lavau 31 juillet 2016 14:16

                    @Philippe VERGNES a fourni une confirmation qu’on ne discute pas avec les paranoïaques. De toutes manières, ils ne raisonnent que par insultes.


                  • Philippe VERGNES 31 juillet 2016 14:32

                    @ JC_Lavau,


                    Comme je vous l’écrivais tantôt, c’est drôle cette propension que vous avez à si bien parler de vous au travers des définitions que vous donnez de vos contradicteurs. Miroir mon beau miroir, vous connaissez la chanson... ici, ne vous en déplaise, je ne suis que votre propre reflet. Vous vous sentez persécuté pour intervenir à tout bout de champ à tort et de travers ? smiley

                    Autrement, vous n’avez rien à répondre à mon post ci-dessus de 11:38 ?

                  • julius 1ER 31 juillet 2016 15:32

                    Le Capitalisme appliqué :

                    .....à la pêche = catastrophe 
                    .....à l’agriculture = catastrophe
                    ....à la chimie = catastrophe
                    au système bancaire= catastrophe
                     
                    et c’est un inventaire à la Prévert qu’il faut faire .........
                    aussi continuons à vivre dans le déni !!!!!!!!!!!!!!!!!

                    • Philippe VERGNES 31 juillet 2016 15:39

                      @ julius 1ER, bonjour,


                      Voilà... parfaitement bien résumé !

                    • joletaxi 31 juillet 2016 16:04

                      un peu de lectures(par des scientifiques hein,pas des charlots phd et tout le toutim)

                      concernant l’extinction imminente de la biodiversité

                      https://wattsupwiththat.com/2010/01/04/where-are-the-corpses/
                      http://www.theresilientearth.com/?q=content/price-biodiversity

                      mince, encore de la sciences nintendo

                      et pour le plancton, bingo

                      https://wattsupwiththat.com/2015/11/27/increased-carbon-dioxide-enhances-plankton-growth-opposite-of-what-was-expected/

                      https://wattsupwiththat.com/2016/02/02/phytoplankton-rapidly-disappearing-from-the-indian-ocean-or-not/

                      bon, ce n’est qu’un autre avis hein, surtout n’allez pas conclure que cela va bien, cela va très très mal, ’on va vers un désastre entièrement à cause du capitalisme

                      notez que pour un système qui va à notre perte, il y a des côtes positifs

                      http://www.contrepoints.org/2013/07/06/130117-pauvrete-capitalisme-et-liberalisme-ce-quon-ne-vous-diit-pas

                      saloperie va, encore des tas de gens qui seraient morts, préservant notre belle gaia, et qui en plus vont consommer, un comble, pire, employer des trucs chimiques,

                      non, non, ça va mal,en plus, le réchauffement qui est en panne depuis 20 ans, ça la fout mal non ?
                      un résumé rigolo

                      https://rclutz.wordpress.com/2016/07/28/climate-whack-a-mole/

                      je crois que l’on va avoir de l’orage... du jamais vu à cette époque de l’année, ma grandmère me disait....


                      • Philippe VERGNES 31 juillet 2016 17:52

                        @ joletaxi,



                        Et encore, ce n’est là qu’un seul type de pollution... visible, elle !

                        Car pour ce qui est des pollutions chimiques, et notamment celle due à l’industrie phytosanitaire impliquée dans la plupart des maladies de notre époque à en croire le rapport de l’Inserm de 2013 et celui que vient de publier l’Anses, c’est encore pire.

                        Mais il est vrai que les scientifiques de l’Inserm et de l’Anses sont du même tonneau que ceux du GIEC, n’est-ce pas ???

                        Si ce n’était aussi grave ce serait à mourir de rire à défaut de mourir d’autre chose.

                      • JC_Lavau JC_Lavau 31 juillet 2016 18:06

                        @Vergnes. Il y a des déchets en plastique DONC le réchauffement climatique existe et les océans s’acidifient.
                        Logique de Shadok.


                      • Philippe VERGNES 31 juillet 2016 18:36

                        @ Lavau,


                        Plus délirant qu’un Lavau tu meurs !

                        Mais n’est-ce pas là l’objectif de tout délirant qui se respecte ? smiley

                        Bon, j’ai acheté un traducteur pour décrypter certains de vos articles, mais très honnêtement, vous gagnerez beaucoup en crédibilité et en visibilité si vous n’étiez pas aussi pédant. Votre style est proprement imbuvable !

                        Typiquement celui d’un frustré aigri qui n’as pas eu sa dose de reconnaissance auprès de ces pairs.

                        Sinon, comment l’homme de science que vous êtes explique, autrement que par l’acidification des océans, le blanchiment des coraux et l’affaiblissement des coquilles d’escargots, d’oursins, d’huîtres, de moules et autres coquillages marins ? Ce serait intéressant de connaître votre avis, car au niveau scientifique, personne ne donne d’autres explications sur un phénomène pourtant bien réel qui interroge tous les professionnels de la mer.



                      • JC_Lavau JC_Lavau 31 juillet 2016 18:39

                        @Philippe VERGNES. Avant de discourir des causes, assurons-nous des effets.


                      • joletaxi 31 juillet 2016 18:44

                        @Philippe VERGNES

                        allez encore un peu de lectures(on ne lit pas assez, c’est vrai)

                        https://wattsupwiththat.com/2015/12/17/an-ocean-of-plastic/

                        https://wattsupwiththat.com/2015/12/24/are-we-really-choking-the-ocean-with-plastic-tracing-the-creation-of-an-eco-myth/

                        notamment celle due à l’industrie phytosanitaire impliquée dans la plupart des maladies de notre époque

                        ben voyons
                        pas très sympa pour les antinucs ça, Cabanel va vous expliquer
                        vous avez surement des tas d’exemples ?

                        On ne s’explique cette longévité hein...

                        allo patron, ça va mal, même très mal


                      • Philippe VERGNES 31 juillet 2016 19:12

                        @ JC_Lavau,


                        Vous m’excuserez, mais les effets, je les constate tous les jours dans mon activité. A moins d’être aveugle, sourd et muet... ou complètement autiste, il est difficile de ne pas les voir surtout en ce qui concerne la disparition de certaines espèces.

                        Je peux vous dresser la liste si vous voulez, mais elle est longue concernant la perte de la biodiversité méditerranéenne qui en aucun cas ne peut être imputable à la surpêche puisqu’en premier lieu les espèces ayant disparu n’ont quasiment jamais été, ou que très peu, exploitées par l’homme.

                        En lien avec l’acidification des océans, la décalcification des coquillages n’est qu’un exemple parmi d’autres. Autre exemple peut-être plus explicite pour lequel on impute l’acidification des océans (mais aussi le stress thermique ou la pollution), le blanchissement des coraux qui est un phénomène que l’on peut observer à l’échelle mondiale : http://www.ocean-climate.org/wp-content/uploads/2015/03/FichesScientifiques_coraux-changement-climatique.pdf

                      • Philippe VERGNES 31 juillet 2016 19:38

                        @ joletaxi,


                        Un peu de lecture en français dans le texte :
                        Il paraîtrait que ce dernier rapport en sept volumes et plus de mille pages contiendraient des informations pouvant servir aux professionnels pour se retourner contre les fabricants de pesticides. J’en saurais plus lorsque je l’aurais terminé.

                        Quant aux liens entre pesticides et les « maladies de notre époque », lisez le rapport de l’Inserm avant de jacasser. smiley

                      • joletaxi 31 juillet 2016 20:35


                        dès les premiers paragraphes,on se demande si c’est Seralini qui a concocté ce rapport ?

                        « certaines maladies neurologiques (maladie de Parkinson, maladie d’Alzheimer, troubles cognitifs.. »
                        si vous trouvez une seule étude qui lie les pesticides, la maladie d’ Alzheimer, de Parkinson, je suis preneur
                        d’ailleurs,comme on n’en sait rien des mécanismes, cela pourrait tout aussi bien être le fait des pokemon, allez savoir ?
                        quant aux troubles cognitifs, les auteurs de l’étude seraient-ils atteints ?

                        encore une fois, expliquez moi la longévité tout à fait exceptionnelle de notre époque, alors que nous sommes littéralement empoisonnés par tous ces « machins chimiques » ?
                        et en plus, pendant des années, on a fait n’importe quoi avec les produits, c’était pas cher, et suivant l’adage, « trop fort n’a jamais manqué »
                        que de fois, j’ai vu des agriculteurs manier ces produits « en bras de chemises »

                        ce sont des produits dangereux, et ils ne sont utiles que dans un cadre précis et restreint, surveillé, avec toutes les précautions d’usage.

                        Mais j’attends avec impatience le jour où la France aura interdit tous les pesticides
                        la carotte va devenir un placement d’avenir
                        Pour le pinard, ... ben on boira de la bière , ça au moins c’est sain


                      • Philippe VERGNES 31 juillet 2016 20:54

                        @ joletaxi,


                        LOL !

                        Dans le genre « expression du déni » que j’explicite en introduction de mon article, vous nous faites là une parfaite démonstration.

                        C’est vrai qu’avec un pourcentage d’atteinte de la cible jamais supérieur à 0,3 %, les pesticides sont des produits miracles qui profitent à tout le monde. (En effet, puisque 99,7 % s’envole dans la nature pour notre plus grand bien.)

                        MDR !

                        Le rapport Inserm est une méta-analyse de plus de 800 études mondiales. Vous trouverez des dizaines d’études citées par ce rapport concernant l’objet de votre question. Suffit de lire ! Mais c’est vrai... on ne lit jamais assez... smiley !

                      • chantecler chantecler 31 juillet 2016 21:05

                        @Philippe VERGNES
                        Bonsoir ,
                        Ca : " la perte de la biodiversité méditerranéenne qui en aucun cas ne peut être imputable à la surpêche puisqu’en premier lieu les espèces ayant disparu n’ont quasiment jamais été, ou que très peu, exploitées par l’homme."
                        c’est discutable .
                        Parce que les bateaux usines font des dégâts effarants .
                        Ils raclent , ramènent tout , mais rejettent ce qui n’est pas vendable à la mer .
                        C’est pour ça que par exemple on ne trouve pas de la viande de dauphin chez nos commerçants ...
                        Ce qui ne veut pas dire que les dauphins ne sont pas piégés et tués dans les filets ...
                        *
                        (D’autre part un nombre impressionnants d’animaux marins meurent piégés par ou de l’ingestion des débris plastiques (sacs , bouteilles , etc ) jetés dans les océans ....
                        Et en Méditerranée il y en a paraît il des millions de tonnes .)
                        Evidemment il ne s’agit pas de surpêche ici mais ce serait intéressant de savoir qui jette ses détritus plastiques


                      • JC_Lavau JC_Lavau 31 juillet 2016 21:26

                        @Philippe VERGNES. « Halte-là camarade chercheur, pas d’erreurs ! Tu es payé sur l’argent RCA, c’est que tu milites RCA. Mais si tu fais la grève du zèle et entreprend de vérifier vraiment, alors tu n’est plus un gentil militant, mais un chien de mutin et un enquêteur dangereux, et je dois procéder à ton licenciement immédiat ! »


                      • Philippe VERGNES 31 juillet 2016 21:28

                        @ chantecler,


                        En fait, non... ce n’est pas discutable dans le sens où je parle d’espèces qui n’ont réellement jamais fait l’objet d’une exploitation par l’homme et qui ont quand même disparu où quasi disparu de zones où elles étaient bien présentes.

                        Dans les eaux côtières de la Méditerranée, la pêche industrielle n’existe pas.

                        Le problème du plastique fait partie des pollutions dites « émergentes » avec les pollutions par les nouvelles molécules dues à l’industrie des cosmétiques. Ce qui aggrave encore plus la situation. C’est sûr !

                      • JC_Lavau JC_Lavau 31 juillet 2016 22:40

                        @Philippe VERGNES. Au temps de mes secondes études, céramiques, dispersoïdes, électrochimie, chimie analytique, minéralogie, minéralurgie, géochimie, pédologie, c’étaient les acides forts et les bases fortes qui faisaient le pH, tandis que les bases faibles et les acides faibles ne font que le pouvoir tampon.
                        Mais ça, c’était avant que les lumières du RCA n’illuminent tous les media aux ordres. A présent que l’astre du RCA darde de ses rayons mortels tous ceux qui en savent trop, v’la que c’est l’acide faible HCO3- qui fait le pH de l’eau de mer... Evacués le volcanisme sous-marin, les néosynthèses marines, les subductions, l’érosion chimique des continents, l’érosion mécanique et chimique des côtes, les prélèvements biologiques... A présent, tels Sganarelle qui plaçait le coeur à droite et le foie à gauche, eux aussi refont la géochimie sur des bases toutes nouvelles.


                      • Philippe VERGNES 31 juillet 2016 23:30

                        @ JC_Lavau,


                        Peut-être... je ne suis pas à même de pourvoir en juger. Cela ne répond cependant pas à ma question et ne résout pas l’énigme des observations que l’on peut faire in situ en ce qui concerne la disparition de certaines espèces qui ne sont même pas exploitées par l’homme.

                        Ce qui remet fortement en question les accusations envers la surpêche que l’Europe ne cesse de proférer pour, à mon sens, mieux détourner l’attention sur les pollutions qu’elle tolère (et dont elle est activement complice).

                      • Yanleroc Yanleroc 3 août 2016 10:51

                        @JC_Lavau


                        Sur l’Amplitude thermique, les Contrails au lendemain du 11/09, les noyaux de condensation, l’Obscurcissement planétaire, et ses répercutions,les précipitations, à l’époque, le coupable était la mauvaise gestion des sols, comme aujourd’hui, la surpêche. 

                      • chantecler chantecler 2 août 2016 06:45

                        P.Vergnes et J.C Lavau :
                        Vous me faites penser à G. Lauzier dans « repas de famille »...
                        https://fr.wikipedia.org/wiki/G%C3%A9rard_Lauzier
                        C’était dans un des tomes de « tranche de vie ».
                        A part ça je viens de réapprendre qu’il est décédé ...


                        • Montagnais Montagnais 2 août 2016 17:04

                          Quel travail impressionnant l’Auteur ! Quel bel article, travaillé, argumenté, motivé .. ! Et quelles belles passes d’armes avec Lavau !


                          Savantes ! 

                          Mais .. vous fatiguez pas trop .. c’est Game over assuré, Game Over

                          On arrête pas le « développement » hein ? la Démographie ? la Démocratie ? la Démagogie, la production de ferrailles en furie, la spirale gigantesque (quantique dirait notre ami Dugué) de l’économie de l’inutile ? la production de déchets .. l’épuisement ..

                          Game Over / Et si c’est pas demain, c’est pour bientôt, soyons optimistes

                          .. ça vaut même pas qu’on se fende d’un seul argument

                          Bien à vous

                          NB : le désastre assuré et ultime a du bon : on va enfin vivre autrement ! Ouf ! Il était temps ..

                          • Philippe VERGNES 2 août 2016 20:58

                            @ Montagnais, bonsoir,


                            Merci et...

                            Lorsque l’on voit ça, il n’y a plus grand chose à espérer du genre humain... en ce sens vous avez bien raison.

                            Oui, mais voilà, pour moi, « l’important n’est pas la destination, mais le chemin pour y parvenir » ou si vous préférez : « le bonheur ne se trouve pas au sommet de la montagne, mais dans la façon de la gravir » (Confucius).

                            Or, il se trouve que si j’ai bien conscience de ne jamais pouvoir atteindre le sommet de cette montagne-là, ce n’est pas une raison suffisante pour moi pour ne pas tenter de la gravir. Au moins n’aurais-je aucun regret. smiley

                          • Yanleroc Yanleroc 3 août 2016 09:34

                            @Philippe VERGNES

                            Bonjour Philippe, vous avez fait pour moi un sans faute , tant dans l’article que dans vos réponses. 

                            Je me suis réjouis à vous lire, et croyez bien que Lavau, Jo et parfois Chanteclerc, n’ont pas fait le poids.
                            Mr. Lavau ( je dis Mr. sans ironie, car je l’écoute) à carrément joué le troll de service, à son insu, c’est dommage. 
                            C’est vrai que la picole et les regrets, quand on se sait intelligent et instruit, ça fait partir en couilles parfois. Respect quand-même ! (mais l’Instruction est sans limite).

                            Il me semble pourtant, Philippe, 
                            que vous faîtes beaucoup de circonvolutions, en ne nommant pas le principal acteur peut-être, de la pollution chimique, dont vous nous avez bien expliqué avec calme, qu’elle était la cause principale de la mort des océans, Lavau (Mr.) nous a parlé de la magnétosphère du soleil, dont je me demande s’il ne s’est pas emmêlés les pinceaux, avec les magnétosphères du soleil et de la terre, bref. 

                             N’auriez vous pas minimisé, mis en attente, le fait que la pollution chimique aérienne (et là vous m’avez déjà compris je suppose), est la principale pourvoyeuse ? 
                            Pas seulement celle des autos et des usines, mais celle qu’on épand volontairement à haute altitude afin de lutter contre ce fameux réchauffement et/ou changement climatique, mais qui en est, en fait, une cause prépondérante.

                             L’ Albédo augmenté est bien réel mais il est causé principalement pour moi, par le voile que des putains d’avions étendent dans et sur l’atmosphère. 

                            Pas d’avions ciel bleu. Avions, ciel voilé !!

                            Aujourd’hui, en BdR, pas loin de chez Jo le taxi, auquel je rappelle que la cécité est rédhibitoire pour un conducteur, il y a épandages.
                             
                            Là je les vois de ma fenêtre, Jo les verra entre ses doigts de pieds, et les vapeurs d’ Anisette peut-être.
                            Je vous fait grâce des liens sur Acseipica et les documents sur la Géo-ingénierie, dont a parlé JL, tout le monde connaît ici (sauf Alinéa, que je salue, mais qui n’a pas encore conclu sur le sujet). 

                            Mais c’est marrant « personne » n’en parle !
                            ..enfin, vous n’en avez pas parlé expressément.

                            Ne peut-on pas considérer que ces épandages massifs bien qu’irréguliers, sont la cause sinon principale, aggravante ou déterminante ? 

                            L’activité solaire et le CO2, (qui est bien anthropique dans la mesure ou les hommes modifient volontairement le climat), n’expliquent pas ce qui sort du cul des avions,et ces avions ont zébré le ciel aujourd’hui et hier notamment.

                            Faut sacrément être couillon pour ne pas voir le spectacle, quand on a les pieds dans l’eau, et ne pas comprendre que les Chemtrails (et quand bien même, ce ne serait que des Contrails) sont responsables d’un voile ..qui nous arrange bien ce moment. 
                            Et c’est ce qui est grave car ces dernières semaines ou le ciel bleu(pas trop clair) s’est imposé, en l’absence de filtre, j’en suis venu à souhaiter « l’arrivée des Chemtrails » pour qu’ils nous rafraîchissent et que je puisse bosser.

                            Excusez moi pour avoir cassé l’ambiance avec des mots tabous mais j’espère que vous répondrez clairement et en profondeur sur cet aspect de la pollution chimique aérienne des mers. Merci pour votre travail. Que Cabanel soit remercié également. Alléluilla.



                          • Yanleroc Yanleroc 3 août 2016 09:46
                            « Oui, mais voilà, pour moi, « l’important n’est pas la destination, mais le chemin pour y parvenir » ou si vous préférez : « le bonheur ne se trouve pas au sommet de la montagne, mais dans la façon de la gravir » (Confucius).

                            Or, il se trouve que si j’ai bien conscience de ne jamais pouvoir atteindre le sommet de cette montagne-là, ce n’est pas une raison suffisante pour moi pour ne pas tenter de la gravir. Au moins n’aurais-je aucun regret.  »

                            CQFD. Merci.

                            On pourrait rajouter que Theilhard de Chardin avait dit à Henry de Monfreid, sur le pont de son bateau, « que l’homme n’était pas encore prêt a voir ce qui est de l’autre coté de la montagne  ! » C’était il y a plus d’un demi-siècle. 

                          • Yanleroc Yanleroc 3 août 2016 10:14

                            C’est en fait christophe nicolas qui nous explique la protection que nous apporte la magnétosphère solaire, et la responsabilité des hydrocarbures, qui justifie ainsi l’ Albédo, par l’ionisation de l’air en haute altitude, et qui en créant des noyaux de condensation, fait apparaître la vapeur d’eau. D’accord, sauf que il n’y a pas que le soleil qui sache faire cela. 

                            Les hommes, plus forts que le reste de l’Univers, pratiquent la géo-ingénierie, et ça marche...pour ce qui est de faire baisser les températures... 

                            « L’influence du soleil n’est pas due à l’énergie rayonnée mais en rapport avec son champ magnétique qui est important lorsque son activité est importante. Ce champ magnétique nous protège des astroparticules qui ionisent l’air en haute altitude.  »
                            Ce Champ magnétique, vous voulez parler du champ terrestre, non ? 

                            En tout cas vous n’avez pas dénoncé non plus « les manipulations climatiques », comme étant responsables du contrôle des températures, et de la pollution des mers à cause des retombées évidentes, un jour ou l’autre.


                          • Philippe VERGNES 3 août 2016 10:30

                            @ Yanleroc, bonjour,


                            Et merci pour ce commentaire et votre lecture critique de cet article.

                            Dans ce déjà long article, pour tenter de sensibiliser un tant soit peu le lecteur aux problématiques environnementales, j’ai du faire certains choix. Ce qui signifie que je me suis censuré sur certains aspects de cette pollution chimique.

                            J’ai également du procéder ainsi avec mon livre, car ce dernier, la pétition que j’ai lancé, la création d’une association, ainsi que la lettre ouverte que je suis en train d’expédier à tous nos parlementaires accompagnée d’un dossier de presse s’inscrivent dans une démarche de politique citoyenne. Donc, je prends soin de ne pas soulever certains tabous (déjà que je secoue le « cocotier » avec ce que j’avance dans mon essai) pour ne pas me « griller » intégralement auprès de certains élus locaux avant même d’avoir pu bouger le petit doigt.

                            Pour info, l’ouvrage présenté ici n’est que le tome I sous-titré « Le crime parfait », en fonction des réponses, ou des non-réponses, que je recevrais suite à mes démarches, j’adapterais mon second tome dont le sous-titre sera très probablement « J’accuse ». A cet effet, j’ai déjà en réserve un article que j’avais initialement titré « La théorie complotiste des chemtrails prend l’eau » que je devrais intégré et développer dans ce second tome.

                            Mais comme je vois que vous êtes déjà bien branché sur la question, je vous informe par avance que les « chemtrails » n’existent pas, car ils ne sont tout simplement pas reconnus officiellement. Par contre, si vous souhaitez vraiment savoir ce qui se passe au niveau des manipulations climatiques, allez jeter ne serait-ce qu’un œil sur le site de l’ANR (l’Agence Nationale de Recherche) et de son appel à proposition lancé en 2012 (observer bien la photo).

                            Si vous avez la patience, lisez les rapports rédigés suite à cet appel et jetez également un œil au schéma de la page 6 du document de synthèse. Tout est expliqué et vous comprendrez alors que les « chemtrails » n’existe pas.

                            Non, les « chemtrails » n’existent pas... Il n’y a que les esprits dérangés et complotistes qui peuvent inventer des trucs pareils...

                            En revanche, ce qui existe bel et bien et font l’objet d’une recherche mondiale, ce sont les procédés « d’injections d’aérosols stratosphériques » ou bien les techniques « d’ensemencement » des nuages par injection de sels marins, ou encore de « fertilisation » du plancton des mers et des océans, etc.

                            Prenez le temps de la lecture de ces quelques rapports et vous saurez également d’où proviennent les produits destinés à être injecté dans la stratosphère ou la troposphère. smiley !!!

                            Personnellement, je suis obligé de procéder par ordre et je ne peux pas m’attaquer encore à tous les problèmes touchant la Méditerranée. Il faut d’abord dénoncer les mensonges du discours officiel qui tend à faire croire que tout va de mieux en mieux en Méditerranée et que la situation s’arrange alors que les choses empires de façon exponentielle, et que s’il n’y a plus de poisson, c’est la faute aux pêcheurs.

                            Rien que là, c’est déjà un boulot de Titan. Alors si je dois en plus me coltiner le reste, je crains bien ne pas faire de vieux os. smiley !!!

                          • Yanleroc Yanleroc 3 août 2016 12:23

                            Je comprends très bien vos obligations et priorités mais de là à dire que les Chemtrails n’existent pas etc, est un rien ironique, car paradoxalement,vous dîtes qu’il existe bel et bien des programmes d’ensemencement des nuages et des" procédés « d’injections d’aérosols stratosphériques ». par quel moyen ?.. et est-ce que ce ne sont pas cela les Chemtrails, la résultante d’injections ?.

                            Ben si !
                            Merci pour vos conseils de lecture, mais êtes vous sûr d’avoir lu tout ce qui se dit sur le sujet vous-même ou faîtes vous semblant ? Je connaissais vos liens. CNRS, prudence : la géo-ingénierie existe mais pas les Chemtrails. 

                          • Philippe VERGNES 3 août 2016 12:47

                            @ Yanleroc,


                            Je faisais du seconde degrés.

                            Je ne parle pas du CNRS mais bien de l’ANR. Pas pareil !!!

                            Regardez la photo de l’appel à projet de l’ANR et vous comprendrez un peu mieux. Ensuite, la lecture des rapports de cette agence est assez éloquente : « chemtrails » = « injection d’aérosol stratosphérique », mais les chemtrails n’existent pas, seuls les complotistes en parlent. Par contre il existe bel et bien des « injections d’aérosols stratosphériques ».

                            Bon... avec une telle rhétorique vous me direz, il n’est pas étonnant que plus personne y comprenne quelque chose. Mais c’est justement ça le but : foutre une telle merde que tout le monde soit pris dans la même confusion, cela permet de détourner l’attention sur qui fout ce bordel...

                            Les « chemtrails »... heu pardon !, les « injections d’aérosols stratosphériques » je les observe depuis un bon moment, et lorsque l’on connait leur composition, du moins celle qui est mentionnée par les rapports cités supra... ben on se demande bien si c’est pas ce truc qui principalement « acidifie » les océans. Mais chut... faut surtout pas en parler ! smiley

                          • Yanleroc Yanleroc 3 août 2016 15:17

                            @Philippe VERGNES

                            D’ aaaacord !
                             j’ai faillis être déçu !

                            ..pas en parler, vous peut-être et je comprends, mais moi je ne m’en prive pas. Il est difficile de mesurer l’impact de l’information sur les gens à ce propos mais ce n’est pas une raison pour laisser tomber comme vous le disiez. A chacun sa petite part de grignotage sur l’iceberg, le nombre en viendra à bout. Nicolas Hulot, Hubert Reeves n’ont pas assuré sur ce coup là. et le gros de la population non plus par manque de temps de cerveau disponible. C’est donc à nos élus de monter au créneau, mais ils ont bien trop peur du ridicule surtout depuis qu’on leur a dit, et ils l’ont cru, que les cons ça osaient tout.
                            Le seul politique et scientifique crédible aux yeux de ceux qui s’en servent, sera celui qui s’avance seul et sans peur, 
                            comme Bayard smiley 

                            Sur l’acidification des océans, c’est aux scientifiques à faire leur boulot en âme et conscience.
                            Heureusement beaucoup le font, mais les autres préfèrent faire la chasse au complotiste, comme si c’était une tare. Les zététiciens se cachent derrière un pseudo-rationalisme et freinent les avancées par manque d’imagination etc..
                            Les retombées d’aluminium entre autres, détruisent le vivant, par bêtise, par peur, ou dans un but bien précis, mais elles sont bien là. 
                            L’ aluminium, les Chemtrails, Haarp, la Manipulation, les mutations de certaines espèces de poissons ou mammifères bizarres, sont aussi réels que les Ovnis, mais cela fait partie de ce que nombre d’entre nous ne voit pas encore. Comme Jojo.

                          • Philippe VERGNES 3 août 2016 15:28

                            @ Yanleroc,


                            Je dois partir bosser, je reviendrais répondre ce soir, car justement cette question est au programme de la suite de mon ouvrage présenté dans cet article.

                            J’ai déjà accumulé pas mal d’infos des plus officielles sur la question des « injections d’aérosols stratosphériques » (et pas des « chemtrails » hein... faux pas confondre !), mais il m’en faudra d’autres très certainement. Notamment en ce qui concerne l’usage d’aérosols sulfurés.
                            Aussi, si vous avez des docs à ce sujet, je suis preneur.

                            Il est dommage que JC_Lavau soit « bouché » sur ces questions, car ses connaissance pourrait être précieuses dans ce débat. Bon en même temps, je sais maintenant comment l’attirer sous un article... suffit juste de dire « réchauffement climatique » et il accourt. smiley

                            A plus,

                          • Yanleroc Yanleroc 3 août 2016 18:18

                            @Philippe VERGNES

                            Est-ce que kristen Méhgan n’en parle pas ? Elle était responsable de l’approvisionnement et du traçage en produits chimiques. pour l’ US air force. On lui a demandé de la fermer.

                          • Philippe VERGNES 4 août 2016 09:16

                            @ Yanleroc,


                            Oui, j’ai vu les quelques vidéos disponible sur Internet où elle apparaît.
                            Disons que dans la mesure où ce genre de source peut être facilement dénigré et disqualifié, je recherche plutôt des sources officielles qui ne peuvent pas être facilement attaquées. L’ANR en est une. J’en ai trouvé d’autres.

                            C’est important parce que lorsque vous vous retrouvez face à un contradicteur qui vous traite de « complotiste » parce que vous parlez de « chemtrails »... heu pardon !, « d’injection d’aérosol stratosphérique » vous n’avez plus qu’à lui répondre : « j’ignorais que l’ANR était complotiste ». Ce qui d’ordinaire tant à discréditer et à ridiculiser ce genre d’attaque. C’est bien là le but !

                          • mariestan 3 août 2016 10:29

                            P Vergnes envoie ce type bouler ! il a des idées arrétées et il se plait à manger de l’écolo, il n’y a hélas rien à tirer de ce type pour la défense de la belle bleue...que j’ai connu si belle dans mon enfance mais aujourd’hui plus de crabes dans les rochers plus de petits poisson sur le bord mais des tonnes de plastique ! les enfants ne connaitront plus jamais cette mer là ; nous n’en avons qu’une


                            • Yanleroc Yanleroc 3 août 2016 13:34

                              @mariestan
                              « P Vergnes envoie ce type bouler »

                              Bonjour, précisez de qui vous parlez smiley

                              Il y a encore encore de belles zones de mouillage en méditerranée, notamment à Port-Cros, ou le plaisancier est interdit de pêche même pour sa propre consommation, ce qui est autorisé en mer. Il y a encore des fonds clairs, même au Frioul, et des poissons.
                              Aux baléares, il y a nombre de beaux fonds, avec sans doute beaucoup moins de poisson, 
                              pour beaucoup de raisons mais surtout parce qu’il y a beaucoup plus de retombées atmosphériques venant de l’industrie chimique par les fumées et les programmes d’ ensemencement des nuages, manipulation climatiques et épandages, qu’avant.

                              En bref, le ciel est encore plus pourri que les fonds marins les plus atteints.

                              Il suffit de lever la tête !


                            • JC_Lavau JC_Lavau 3 août 2016 16:18

                              Ne pas oublier de présenter le corpus expérimental qui validerait l’affirmation « acidification des océans ».
                              Jusqu’à présent je n’ai rencontré que de la fraude organisée, autour de zéro corpus expérimental. Ce fut même l’objet de mon premier article ici.
                              http://www.agoravox.fr/actualites/citoyennete/article/fraude-nulle-trace-de-corpus-152331

                              Faut-il vous rappeler les techniques de fraude utilisées par ces fraudeurs institutionnels ?


                              • Philippe VERGNES 3 août 2016 20:43

                                @ JC_Lavau,


                                « Faut-il vous rappeler les techniques de fraude utilisée par ces fraudeurs institutionnels ? »

                                 smiley

                                Dois-je vous rappeler quel est mon autre sujet de prédilection ?

                                A ce titre, je vous recommande chaudement la lecture du nouveau livre d’Ariane Bilheran, « Psychopathologie de la paranoïa » paru tout récemment aux éditions Armand Colin. C’est une amie et je la tiens pour l’une des plus grandes spécialistes françaises du sujet. C’est également elle qui a préfacé mon livre présenté ici. Mais comme je ne vous demande pas de me croire sur parole, lisez ce que pense de cet ouvrage Marie Pezé, l’une des plus grandes spécialistes en France du harcèlement au travail au même titre que Marie-France Hirgoyen ou Christophe Dejours. Son avis est consultable sur ce lien.

                                Aussi, il est regrettable que vous oubliez un point essentiel dans la contagion du délire paranoïaque : c’est que ce genre de délire repose toujours sur une part de vérité et que pour en sortir, il faut avoir accès à ce noyau de vérité pour l’analyser correctement et dénouer la pelote de nœud qu’a su créer au fil du temps le délire paranoïaque. Et c’est très exactement ce que je fais, là où de votre côté vous rejetez tout en bloc sans prendre conscience que ce faisant, vous tombez également aussi dans le piège tendu par ce genre de délire. C’est complexe, je l’avoue, mais vous devriez pourtant être à même de le comprendre au regard de vos propres recherches sur le sujet. C’est ce qui s’appelle, « savoir trier le bon grain de l’ivraie ».

                              • JC_Lavau JC_Lavau 3 août 2016 20:51

                                @Philippe VERGNES. il n’y a aucune concession à faire à un fraudeur invétéré, par exemple un clergé d’une secte. Il fraude, on le bannit. Terminé.


                              • Philippe VERGNES 3 août 2016 21:40

                                @ JC_Lavau,


                                Il n’est pas question de faire la moindre concession à un fraudeur invétéré, il est juste question de lui couper l’herbe sous les pieds pour faire en sorte qu’il ne puisse pas contaminer l’ensemble de la société par la propagation de son délire. Là est l’enjeu !

                                Avec votre méthode, on renforce le délire du fraudeur et on participe au clivage de la société qui dès lors prendra position soit pour, soit contre. Ce qui au final fait le jeu du fraudeur. Pas cool comme solution !

                              • JC_Lavau JC_Lavau 3 août 2016 22:22

                                @Philippe VERGNES.
                                Es-tu bien sûr que tu te comprends ?
                                Moi non plus.


                              • Philippe VERGNES 3 août 2016 22:46

                                @ JC_Lavau,


                                Alors... quel serait donc l’effet de l’acide sulfurique sur l’environnement, les mers et les océans si un tel produit était injecté dans la stratosphère ?

                                Ne me dites pas que vous n’en avez aucune idée... j’aurais du mal à vous croire.

                              • JC_Lavau JC_Lavau 3 août 2016 16:54

                                J’ai déjà lu des tas d’insinuations paranoïaques affirmant à des « épandages atmosphériques volontaires », selon un vaste complot qui embrasserait toute l’aviation civile, mais jamais le moindre fait expérimental vérifiable.


                                • Yanleroc Yanleroc 3 août 2016 17:39

                                  @JC_Lavau
                                  Commencez par regarder le ciel tous les jours tout le temps et on en reparle.

                                  Ensuite la doc et les témoignages abondent. 

                                  pas de preuves hein ? 
                                  Pas de preuves sur les ovnis non plus. Et pourtant ..

                                  On dirait que vous ne lisez que des revues scientifiques, moi je lis les deux dans les limites de mes capacités bien sûr, en Science aussi, mais là je fait confiance aux scientifiques..certains.
                                  le tout étant bien sûr de trouver les bons.
                                   Des scientifiques reconnaissent les épandages comme JPP, mais pas vous hein ?
                                  par manque d’ investigations et d’intérêt sans doute, ou par blocage et peur de la fameuse dissonance induite par la remise en question.

                                  Avez vous regardé les vidéos concernant l’ Obscurcissement planètaire  ?


                                • JC_Lavau JC_Lavau 3 août 2016 18:42

                                  @Yanleroc. Que tu aies une frousse bleue, j’avais compris.
                                  Mais des preuves ?

                                  JPP, oui, je connais, il écrit plus vite que son ombre, et n’a jamais le temps de se relire ni de se corriger.


                                • JC_Lavau JC_Lavau 3 août 2016 20:07

                                  @Yanleroc : « Commencez par regarder le ciel tous les jours ».
                                  Il fait beau, j’habite près de deux aéroports ; pas une seule traînée de condensation aujourd’hui.
                                  Le devin dessiné par Uderzo, était perturbé dans ses perceptions extra-sensorielles s’il y avait un esprit fort dans la maison. Toi aussi sans doute ?

                                  Dans ta guerre contre les instruits, tu peux relever que moi j’ai fait de la méca-flu et de la thermodynamique et en ai eu l’usage professionnel quelques années. Sans parler du la vigilance du marin aux signes météo. Dans ces conditions, voilà longtemps que ça ne me surprend plus qu’il y ait des jours et des heures avec traînées de condensation, et d’autres sans. C’est comme cela, la physique de l’atmosphère, même si ça te fait mal aux seins.

                                  Sur un plan strictement pratique, les arguments-vidéo, tu peux te les remballer. Ça fait vite planter ma bécane, d’une part. D’autre part les gonzes et les gonzesses qui usent de ruse voire de charme pour me dicter quoi penser et quoi ressentir, non merci, plus jamais ça ! Il y a comme cela une envahissante que j’ai dû endurer plus de soixante ans, alors je suis définitivement saturé. Plus jamais ça !

                                  Des arguments écrits, SVP. Et surtout des preuves écrites, vérifiables.


                                • Philippe VERGNES 3 août 2016 20:19

                                  @ JC_Lavau,


                                  Puisque vous êtes revenu, j’aimerais que vous puissiez me dire quelles sont les conséquences pour l’environnement, les mers et les océans, que pourraient avoir, selon vous, des injections massives d’acide sulfurique dans la stratosphère ?

                                  Il ne s’agit pas là d’apporter une quelconque preuve que les « chemtrails » existent et tout le tralala... Non... pour le moment, je souhaite simplement en rester sur le plan des hypothèses et des probabilités scientifiques. Je cherche simplement un avis scientifique eu égard à cette hypothèse. Nous verrons pour la suite après.

                                • JC_Lavau JC_Lavau 3 août 2016 20:45

                                  @Philippe VERGNES. N’oublie pas de commencer par les fabriquer, tes tonnes d’acide sulfurique. Parce que les sources naturelles sont assez vite énumérées : volcans, réduction thermique du zinc quand le minerai est un sulfure, réduction thermique du cuivre quand le minerai est un sulfure, dans l’antiquité métallurgie du plomb argentifère, combustion de carburants soufrés : charbon et fioul lourd.

                                  Si fabriquées puis vendues, des traces comptables sont faciles à trouver.


                                • Philippe VERGNES 3 août 2016 21:56

                                  @ JC_Lavau,


                                  Pas de souci de fabrication, les procédés de désulfuration du pétrole en produisent en quantité illimitée.

                                  « Si fabriquées puis vendues, des traces comptables sont faciles à trouver. »

                                   smiley

                                  Là est toute la question. A quoi donc peut bien servir la directive « secret d’affaire » que vient de pondre l’Europe, selon vous ?
                                  Donc, si je dispose d’une quantité illimité d’acide sulfurique et que je « l’injecte » dans la stratosphère, quels pourraient en être les effets sur l’environnement, les mers et les océans ?

                                • JC_Lavau JC_Lavau 4 août 2016 09:41

                                  @Philippe VERGNES. « Illimitée », seulement dans tes fantasmes.
                                  Tout acide sulfurique a un coût, et on consulte son prix du marché dans la mercuriale de l’Usine Nouvelle ou du Moniteur du Bâtiment et des Travaux Publics, pour la France.
                                  Qui va payer le fournisseur, qui n’a rien d’un philanthrope désintéressé ?

                                  Selon toi, c’est des états qui n’ont rien de mieux à faire des impôts qu’il collectent...
                                  Et il n’y a pas de Cour des Comptes ?
                                  Tu ne lui poses pas de questions non plus ?


                                • Philippe VERGNES 4 août 2016 10:19

                                  @ JC_Lavau,


                                  T’es oui ou non capable de répondre à une question aussi simple que celle de savoir quelles seraient les conséquences pour l’environnement, les mers et les océans d’injections d’aérosols stratosphériques à base d’acide sulfurique ?

                                  Pour le reste, laisse tomber pour l’heure, c’est hors sujet au niveau de l’hypothèse telle que je te l’ai présentée. Si tu cherches à ruser pour éluder la question, tu ne vaux guère mieux que ceux que tu n’as de cesse de critiquer. C’est pourtant facile à comprendre !

                                • Yanleroc Yanleroc 4 août 2016 11:10

                                  @Philippe VERGNES


                                  Si son ordi plante sur une vidéo You tube, ça augure mal de la mise à jour du logiciel (au sens large) ! 

                                  On a beau vouloir ne compiler que des preuves en béton, on ne peut faire l’économie de vidéos et de témoignages afférant au sujet :: ça met sur la piste généralement.

                                  Vous connaissez sans doute Acseipica et le rapport Case Orange,ainsi que le livre de Claire Severac, complotiste certes, mais dont l’ouvrage comporte un grand nombre de liens.

                                  Mais vous savez, preuves en béton ou pas, quand les conséquences et les applications dérangent, la preuve ne vaut plus rien, elle n’est qu’un élément perturbateur qu’il faut vite faire disparaître d’une façon ou d’une autre. Au mieux accepter une promotion.

                                  On attend la réponse de Lavau,... sur l’Aluminium aussi.
                                  Je suis désolé de ne pouvoir poursuivre mais j’ai une connexion wifi faiblarde pour l’instant.

                                • JC_Lavau JC_Lavau 4 août 2016 11:18

                                  @Philippe VERGNES. Tiens ? Tu as déjà oublié que l’expérience est faite naturellement, à chaque grosse éruption volcanique ? Pinatubo par exemple.
                                  C’est même comme cela que je me suis aperçu que Gilles Delaygue fraude ses élèves, dans ses cours et TP, pour les convertir en militants supplétifs : Il leur donne des relevés de carottages antarctique, donnant seulement les taux de CO2 dans les microbulles, mais aucun relevé de pH par micro-électrodes dans la glace même. Là on relève l’imposteur professionnel. De plus il prend soin d’avoir un pas temporel tellement gros, qu’on ne peut plus déceler le retard d’environ 800 ans du CO2 atmosphérique sur la température des océans.


                                • Philippe VERGNES 4 août 2016 11:57

                                  @ JC_Lavau,


                                  Tu ne réponds toujours pas à ma question pourtant simple : quelles seraient les conséquences pour l’environnement, les mers et les océans d’injections d’aérosols à base d’acide sulfurique dans la stratosphère ?

                                  Je ne te demande pas un discours pour savoir qui le fait, comment, pourquoi, qui payent, etc., je te pose simplement une question scientifique à laquelle un homme de science devrait être en mesure de répondre. Si c’est pas de ton domaine de compétence, y’a qu’à le dire, c’est pas compliqué tout de même.

                                  Ici, tes circonvolutions pour éviter la question démontre sans contestation possible que c’est bien toi qui est dans l’affectif et qui n’est plus en mesure de raisonner rationnellement à partir d’une hypothèse toute simple.

                                • Francis JL 4 août 2016 11:59

                                  @JC_Lavau, Philippe Vergnes, 


                                  pardon pour cette intervention entre vous, je voudrais réagir à cete question posée par JC_Lavau :
                                   
                                  ’’Tout acide sulfurique a un coût, ... Qui va payer le fournisseur, qui n’a rien d’un philanthrope désintéressé ? ’’
                                   
                                  Cette question est dans le cadre de mon article COP21+TAFTA : les Etats sont pris entre le marteau de leurs engagements COP21 contre le réchauffement climatique, et l’enclume des sanctions éventuelles prévues par le TAFTA s’ils s’en prennent aux multinationales polluantes. La géo-ingénierie est la panacée idéale (pléonasme !) : en effet, non seulement les Etats peuvent dire qu’ils agissent conte le réchauffement climatique, mais en plus, ils se font des copains au sein des multinationales !
                                   
                                  Elle est pas belle la vie, au Libéralistan ?
                                   
                                   Donc, oui JC_Lavau, ce sont bien les Etats qui paient ces épandages. Mais chut, il ne faut pas le dire.


                                • Philippe VERGNES 4 août 2016 12:12

                                  @ Yanleroc,


                                  Je connais l’association, mais je n’ai pas encore eu le temps de consulter tous les documents qu’elle a mis en ligne. Question lecture rapports et livre, malheureusement, je n’ai pas le temps de me pencher sur le sujet, car j’ai une pile de deux mètres de haut de livre à lire sur la problématique que je dénonce dans cet article. En plus ça devient urgent, car le ministère de l’environnement vient de lancer une consultation publique le 2 août pour un « projet national pour la mer et le littoral » avec un plan spécial pour la Méditerranée et j’ai 25 ans de données compilées à classer avant de répondre (heureusement, c’est un travail que j’avais en partie réalisé au travers de mon bouquin, car pour le seconde tome, je serais jamais près et va falloir que je résume).

                                  « Mais vous savez, preuves en béton ou pas, quand les conséquences et les applications dérangent, la preuve ne vaut plus rien, elle n’est qu’un élément perturbateur qu’il faut vite faire disparaître d’une façon ou d’une autre. »

                                  Oui, c’est pour cela que je parle de déni en introduction de mon article. Et contre cela, même les psys n’ont pas de recette miracle.

                                • Philippe VERGNES 4 août 2016 12:35

                                  @ JL,


                                  Personnellement, je n’en doute pas, mais laissons là pour le moment cette question pour ne pas donner l’occasion à JC_Lavau de digresser encore par rapport à la question initiale sans cesse posée et reposée. Son avis scientifique compte aussi et il serait vraiment intéressant de savoir ce qu’il pense du cas des injections d’aérosols stratosphériques.

                                  Par contre, comme vous avez quelques notions d’économie, de marchés, d’économie de marché, etc. je vous pose une petite « colle » sous forme de boutade. Imaginez que vous soyez un riche industriel aux moyens quasi illimités et que dans votre production vous vous retrouviez avec un stock quasi « illimité » de résidus, je donne un exemple au hasard... smiley d’acide sulfurique, que vous ne parvenez pas à rentabiliser.

                                  Donc, vous êtes un riche homme d’affaire, les Etats vous mangent dans les mains depuis la première guerre mondiale, et vous vous retrouvez avec un stock de marchandise inutile sur les bras. Que faites-vous pour écouler votre stock ? Où si vous préférez, comment vous y prendriez-vous (en tant que riche homme d’affaire tout-puissant) pour rentabiliser ce surplus de marchandise qui à l’origine est impossible à « fourguer » sur un quelconque marché en quantité industrielle ?

                                  Dans le cas où vous ne connaîtriez pas la réponse, je vous laisse le soin d’imaginer la méthode.

                                • Francis JL 4 août 2016 12:55

                                  @Philippe VERGNES
                                   

                                   ’’laissons là pour le moment cette question’’ : Au contraire, il m’a semblé que l’on devait y répondre avant d’exiger de lui qu’il réponde à celles qui lui sont posées.
                                   
                                  Ceci dit, je serais un très mauvais riche homme d’affaire et vous me posez là une colle. Cependant, si je devais donner une réponse, je m’inspirerais de cette petite vidéo très pertinente :
                                   

                                • JC_Lavau JC_Lavau 4 août 2016 13:15

                                  @Philippe VERGNES. A présent je sais de source sûre, directement de la bouche même du cheval, que j’ai affaire à un malade mental. Paranoïaque avions-nous déjà précisé depuis quatre jours (31 juillet, 8 h 34).


                                • Philippe VERGNES 4 août 2016 13:44

                                  @ JC_Lavau,


                                  Si nous devions nous fier à vos compétences en matière de diagnostic clinique, tous vos contradicteurs sur ce site, sans exception, sont des malades mentaux paranoïaques. Ce qui au final, finit par faire une sacrée liste. C’est-à-dire que selon vous : tout le monde est paranoïaque, sauf vous !

                                  Bon, si vous n’avez pas encore compris que ce genre de discours me donner mal au ventre à force de me faire me tordre de rire, c’est qu’en matière de science humaine et malgré toute votre formation, vous avez d’immenses carences.

                                  Mais pour ce qu’il en est de vos connaissances scientifiques, pouvez-vous me donner un seul exemple où j’aurais personnellement mis en doute vos compétences, je vous prie ?

                                  Je serais bien curieux de savoir à quel moment j’ai pu m’adonner à une quelconque disqualification de votre savoir scientifique en matières de sciences dures.

                                  Ceci dit, vous êtes encore en train de ruser pour ne pas répondre à ma simplissime question : quels seraient, selon vous, l’impact sur l’environnement, les mers et les océans si on injectait des aérosols à base d’acide sulfurique au niveau de la stratosphère ?

                                  C’est pourtant pas une question piège. (A moins que vous ignoriez la réponse, auquel cas votre attitude ici démontre que vous trollez et que vous tentez d’esquivez la réponse par des attaques ad hominen dont on sait très bien vous et moi qu’elles sont une arme défensive dans la panoplie des techniques paranoïaques et perverses. Ne dit-on pas justement que l’une des particularités du paranoïaque est d’opérer par projection ? Autrement dit, d’attribuer à autrui ses propres tares ?)

                                • JC_Lavau JC_Lavau 4 août 2016 14:13

                                  @Philippe VERGNES.
                                  Combien de fois faudra-t-il te rappeler que cette manip est faite à chaque éruption volcanique majeure ?
                                  Etudier les documents, carottages inclusivement.

                                  Pour le Laki, la mortalité fut due principalement au fluor.


                                • Philippe VERGNES 4 août 2016 14:31

                                  @ JL,


                                  Haaa je les adore moi ces petits jeunes ! (Ils sont plusieurs sur Internet à faire preuve de pédagogie pour nous informer de ces abus de pouvoir en tout genre et autres manipulations perpétrées par « l’establishment ».)

                                  On appelle cela le système des portes tournantes. (Il le dit en fin de vidéo en fait ! J’ai écris cela en même temps que j’écoutais la vidéo.)

                                  Autre exemple récent qui me concerne plus particulièrement relativement au sujet de cet article : « Une conseillère du ministère de l’Agriculture rejoint le lobby des semenciers ». C’est l’un des effets des « relations publiques », autrement dénommées « lobby » pour lequel je réserve deux chapitres dans mon livre afin que l’on comprenne bien de quoi il en retourne en matière de PAC (Politique Commune Agricole) et de PCP (Politique Commune des Pêches). Parce que l’une et l’autre sont comme bonnet blanc et blanc bonnet, mais que la PAC a une longueur d’avance sur la PCP.

                                  En fait de « colle » (qui n’en était pas une), c’est très simple : lorsque vous avez les moyens et que vous disposez d’un stock de marchandise dont vous ne savez que faire, vous créez le besoin et c’est là que rentre en ligne de compte toutes les stratégies des « relations publiques » (le lobbying) et tous leurs travers auxquels on a droit et que l’on peut désormais observer (il serait temps). Pour liquider les résidus du raffinage du pétrole « on » a d’abord créé de toute pièce la « révolution verte » et l’usage des pesticides, mais comme il restait encore trop de résidus à écouler, « on » y a rajouté la lutte contre le réchauffement climatique.

                                  Au final, vous posez certes une question essentielle, celle que nous devrions tous nous poser avant même de commencer à débattre : c’est de savoir à qui profite le crime. Le « cui bono fuerit » de Ciceron. Or, il se trouve qu’en la circonstance, tant pour ce qui concerne les conséquences de l’usage intensif de pesticides pour l’environnement marin - que je dénonce dans mon ouvrage -, que le réchauffement climatique, se sont exactement les mêmes acteurs à qui profitent le crime.

                                  Étrange coïncidence ne trouvez-vous pas ?

                                  (Pardonnez pour les fautes, mais j’ai pas le temps de me relire. J’suis toujours à la « bourre » !)

                                • Philippe VERGNES 4 août 2016 14:41

                                  @ JC_Lavau,


                                  Pour ce qui est des éruptions volcaniques, vous n’ignorez pas que c’est l’éruption volcanique du Pinatubo en 1991 qui a donner l’idée aux scientifiques d’injecter des aérosols à base d’acide sulfurique dans la stratosphère tout de même ?

                                  Or, il se trouve que de l’acide sulfurique, les mêmes que vous incriminez dans la « farce » du réchauffement climatique (qui sont aussi les mêmes que ceux que j’incrimine dans mon livre à propos de la « révolution verte ») en ont des quantités « faramineuses » à revendre. (Voir ma réponse à JL ci-dessus.)

                                  Le « cui bono fuerit », ça vous parle, non ?

                                • Francis JL 4 août 2016 14:45

                                  @Philippe VERGNES
                                   

                                   le plus étonnant, avec ces épandages volontaires (chemtrails ?) : on lutterait contre la pollution par la pollution, contre le mal par le mal ?


                                  Dit autrement : les épandages volontaires d’acides feraient baisser la température que les rejets intempestifs font monter ? Y a-t-il quelqu’un qui y comprenne quelque chose ?
                                   
                                   Selon moi, la géo-ingénierie existe, et ce sont les contribuables qui paient, sans en être informés ; de plus, les résultats de cette géo-ingénierie demeurent mystérieux.

                                • JC_Lavau JC_Lavau 4 août 2016 14:47

                                  @Philippe VERGNES. Par la même méthode :
                                  Etant donné que 1 cheval = 12 oiseaux,
                                  démontrer que Pi est irrationnel.


                                • Philippe VERGNES 4 août 2016 15:09

                                  @ JC_Lavau,


                                  C’est cela oui... j’en parlerais à votre cheval !

                                  Il saura très certainement résoudre l’équation. smiley

                                  Sinon ce serait quoi l’effet sur l’environnement, les mers et les océans des injections d’aérosols stratosphériques ???

                                  Les pluies que l’on dit acides ne sont-elles pas la conséquence des éruptions volcaniques que vous citez précédemment ? Et si oui, cela ne pourrait-il pas avoir de conséquence sur la supposée acidifications des océans ?

                                • Philippe VERGNES 4 août 2016 15:10

                                  @ JL,


                                  Vous soulevez une question très importante à mon sens puisque vous évoquez là une logique paradoxale.

                                  J’y reviendrais plus tard. J’suis à la bourre pour aller bosser.

                                • Francis JL 4 août 2016 16:04

                                  @Philippe VERGNES,

                                   
                                  ne vous laissez pas distraire : la logique du profit n’est pas comme la logique des mathématiciens, sujette aux paradoxes. Dit autrement : les paradoxes ne concernent que la logique pure, là où les valeurs sont abstraites et indiscutables. Et là encore, les paradoxes n’y sont toujours qu’apparents aussi longtemps qu’on n’a pas débusqué l’impureté.
                                   

                                • Philippe VERGNES 4 août 2016 19:52

                                  @ JL,


                                  Je réponds tout d’abord ici à votre message de 14:45.

                                  Alors je ne sais pas si c’est dû au hasard, mais votre lien vers un site Canadien m’a tout de suite fait percuter. Cela fait plus d’une dizaine d’années, à l’époque où j’ai commencé à écrire sur les perversions narcissiques et les psychopathies (2004), que j’axe mes recherches sur des sites canadiens pour la simple et bonne raison qu’en matière de psychopathies et de prise en charge de ce trouble de la personnalité, il est reconnu que les Canadiens ont près de 35 ans d’avance sur nous, Français (pas sur les perversions narcissiques toutefois qui est bien une théorie franco-française).

                                  Vous venez donc de me faire penser à effectuer une recherche sur le site que vous me communiquez avec les entrées : « injection d’aérosols » et là bingo...

                                  Je copie colle le résumée de l’une des études présentées sur ce site, JC_Lavau va adorer (c’est moi qui souligne en italique et gras dans le texte) :

                                  « Robock, A., L. Oman et G.L. Stenchikov. « Regional climate responses to geoengineering with tropical and Arctic SO2 injections », dans JGR, vol. 113, D16101, doi:10.1029/2008JD010050, 2008, 15 p.
                                  Un modèle climatique mondial (MCM) est utilisé afin d’examiner les conséquences d’une injection d’aérosols de sulfate dans la stratosphère. Il est possible de réduire le réchauffement climatique, mais l’approvisionnement alimentaire et en eau a une incidence sur les tendances de précipitation régionales. Un réchauffement très rapide se produit si l’on suspend l’initiative de géoingénierie, en mettant en évidence l’un des risques d’une telle approche en l’absence de réductions parallèles des émissions des gaz à effet de serre.
                                  Des solutions en géoingénierie en matière de réchauffement climatique sont à l’étude, en raison d’une croissance continue des émissions de gaz à effet de serre. Une catégorie d’approches en géoingénierie comprend la réduction de la quantité de rayonnement solaire comme un moyen d’induire le refroidissement du système climatique. L’une des possibilités envisagées, soit une injection d’aérosols dans la stratosphère, a récemment fait l’objet d’une attention particulière. Cette étude par Robock et coll. comprend un rapport sur la première expérience du MCM extensive, axée sur l’évaluation de la réaction du système climatique transitoire à l’injection d’aérosols de sulfate dans la stratosphère. On a effectué des expériences pendant 40 ans, afin d’étudier les changements climatiques seulement (en utilisant le scénario A1B du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), ou en combinaison avec la géoingénierie. Pour les études de géoingénierie, on a injecté du dioxyde de soufre (SO2) à un taux constant (qui variait entre les expériences) pendant 20 ans, dans la stratosphère tropicale ou arctique. Ensuite, on a suspendu les émissions et continué les expériences sur un autre 20 ans afin de mesurer la réaction continue du système climatique. Les résultats ont permis de constater que l’augmentation des concentrations d’aérosol stratosphérique fait en sorte de réduire le réchauffement climatique, avec des réductions supérieures pour des injections plus importantes de SO2. Les injections de SO2 dans la stratosphère arctique ont une incidence inférieure aux injections dans la stratosphère tropicale, en partie en raison d’un cycle de vie plus court des aérosols arctiques. Par conséquent, si l’on pouvait injecter une quantité suffisante d’aérosol dans la stratosphère, sur une base continuelle, cela permettrait de refroidir la planète et même d’inverser le réchauffement climatique. Cependant, le réchauffement climatique revient très rapidement aussitôt que l’expérience de géoingénierie est suspendue, de façon telle que le taux de réchauffement dépasse celui prévu dans le scénario A1B. Il s’agit d’un rappel des risques de se fier à de telles initiatives afin d’atténuer le réchauffement climatique. L’étude comprenait également les incidences sur d’autres aspects du climat, à l’échelle régionale de même qu’à l’échelle globale. Ce qui est important, ce sont les constatations à l’effet que l’injection d’aérosols de sulfate dans la stratosphère tropique a entraîné le changement des moussons en Afrique et en Asie avec des graves répercussions sur l’approvisionnement alimentaire et en eau dans ces régions. Le fait que la géoingénierie arctique a eu des répercussions bien au-delà de l’Arctique est un résultat qui ne permet pas d’appuyer les propositions consistant à utiliser la géoingénierie arctique dans le but de limiter la fusion de la glace marine en été. »

                                  Bon, ce n’est pas le premier document officile allant en ce sens sur lequel je tombe, mais si vous savez lire entre les lignes, vous savez pourquoi parler de « chemtrails »... ben c’est complotiste, et vous savez également pourquoi une fois que l’on a commencé les injections d’aérosols dans la stratosphère... ben, on ne peut plus faire machine arrière.

                                  De tels procédés sont typiquement ceux de psychopathes totalement irresponsables. Ce qui m’amènera à répondre plus tard sur la question de la logique paradoxale de telles personnalités.

                                • Francis JL 4 août 2016 20:27

                                  @Philippe VERGNES


                                   Les textes des experts me font toujours penser à Bernard Gireaudeau dans le film Ridicule : 

                                   
                                   Les experts, par définition, sont capables de prouver une chose, et son contraire. Je ne parlerai pas de logique paradoxale, ce qui nous égarerait, mais j’insiste, de logique du profit, ou si l’on préfère, la logique du prince lequel on le sait, a toujours raison.

                                • JC_Lavau JC_Lavau 4 août 2016 20:39

                                  @Philippe VERGNES.
                                  Trop géniales, les erreurs de lecture et de traduction.
                                  Leurs « expériences » ne poussent que sur ordinateur, et modèle IPCC : « We use the Community Climate System Model version 3 to evaluate simulations ».

                                   smiley


                                • Philippe VERGNES 5 août 2016 04:43

                                  @ JC_Lavau,


                                  J’ai perdu, mon message de réponse. Je ne le refais pas, mais merci à vous pour cette précision nécessaire afin de pouvoir discerner le vrai du faux dans ce genre de dossier et les probables sources d’erreurs possibles.

                                • Philippe VERGNES 5 août 2016 05:22

                                  @ JL,


                                  Sur la logique paradoxale oui et non (normal, c’est paradoxal !)

                                  Vous avez raison sur la logique des mathématiciens sujette aux paradoxes. Les scientifiques n’aiment pas les paradoxes qu’ils appellent « singularités », car cela remet en cause leur théorie lorsqu’ils en rencontrent. Mais à noter que c’est aussi ce qui leur permet d’investiguer toujours plus loin dans la recherche. (Une propriété propre aux paradoxes justement.)

                                  Cependant, les paradoxes sont nombreux et il convient de les classer selon une typologie qui leur est propre. Certains sont de purs jeux de l’esprit, d’autres sont carrément mortels pour la psyché. C’est ce que Racamier a appelé les paradoxes fermés qui ne figurent pas parmi la typologie en lien ci-dessus (les paradoxes fermés sont un point aveugle des systémiciens ayant découvert les paradoxes pathogènes).

                                  Vous avez également raisons lorsque vous dîtes que « la logique du profit n’est pas comme la logique des mathématiciens ». Toutefois, derrière les logiques vénales ce cache également une autre logique qui puise sa source dans certaines pulsions connues sous les appellations de pulsions de mort, d’emprise, de destruction, etc. C’est le domaine des perversions et de la paranoïa. Un champ d’investigation complexe qui ne peut réellement se comprendre que si l’on approfondit nos connaissances sur les paradoxes pragmatiques et les paradoxes fermés qui en font partie.

                                  Par ailleurs, il existe un lien étroit entre logique du profit et pulsion de mort. C’est ce qu’a clairement mis en évidence le regretté Bernard Maris dans son ouvrage « Capitalisme et pulsion de mort ». Cette pulsion de mort que l’on retrouve à tout les niveaux de notre société aujourd’hui et dont les atteintes à l’environnement ne sont que l’une des conséquences. (On pourrait également en parler pour le terrorisme, les va-t-en-guerre, etc.)

                                • Francis JL 5 août 2016 08:32

                                  @Philippe VERGNES
                                   

                                   je suis désolé, je ne vous suivrai pas dans ce hors sujet stérile que vous vous infligez vous-même sous cet article qui méritait qu’on s’y attarde mais qui commence à se noyer sous des détails insignifiants.
                                   
                                   Ces polémiques de pseudo-experts au sujet des relations de causes à effets, ou des motivations et travers sont justement de genre ces choses qui nous rendent impuissants devant des pouvoirs qui n’ont que faire de la logique et du bon droit, puisque, le droit, ils le prennent. Point barre.
                                   

                                   « Nous sommes un empire, maintenant, (poursuivit-il,) et lorsque nous agissons, nous créons notre propre réalité. Et pendant que vous étudiez cette réalité, judicieusement, comme vous le souhaitez, nous agissons à nouveau et nous créons d’autres réalités nouvelles, que vous pouvez étudier également, et c’est ainsi que les choses se passent. Nous sommes les acteurs de l’histoire (...). Et vous, vous tous, il ne vous reste qu’à étudier ce que nous faisons. » (Un conseiller de GW Bush)


                                • Philippe VERGNES 5 août 2016 12:20

                                  @ JL,


                                  C’est parfaitement votre droit et peut-être bien en effet que cette voie n’est qu’un leurre, mais ce qui m’intéresse pour le moment, c’est de comprendre les processus à l’oeuvre qui peuvent conduire justement à toutes formes de destruction : violences, guerres, pollutions, etc.

                                  Votre citation nous exhorte nous-mêmes à l’action, et ce serait une bonne chose que de le faire concrètement, mais combien d’entre nous se plaignent et restent bien tranquillement assis sur leur canapé sans bouger le moindre petit doigt pour défendre une cause qui nous semble juste ? Bien peu... trop peu à mon sens. En tout cas, pas assez pour que les choses puissent évoluer favorablement dans le sens des plus défavorisés.

                                  Dès lors, on se console avec le peu qui nous reste. (Ce qui de mon côté n’est pas incompatible au fait de mener des actions.)

                                • PIPO 17 août 2016 14:34

                                  bonjour Philippe,
                                  vous avez raison de les nommer « Chiminazi » :

                                  https://www.youtube.com/watch?v=PMhqLQRpjhw

                                  On en revient toujours à votre sujet de prédilection et à une nécessaire prise de conscience mondiale, plus que jamais urgente.
                                  Au boulot

                                  Merci (encore),

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité