Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Meurtre annoncé de Margaux ou l’écologie selon les politiques

Meurtre annoncé de Margaux ou l’écologie selon les politiques

Au moment où les politiques de tous bords n’ont qu’un mot à la bouche, environnement, et en bandoulière le slogan principe de précaution, les politiques et les hauts fonctionnaires, tous unis dans un élan sacré, s’apprêtent à assassiner un terroir, à ruiner un écosystème particulièrement sophistiqué qui a fait ses preuves depuis trois siècles, à défigurer une région qui comptait sur l’oenotourisme pour trouver un second souffle.

Il s’agit du projet, dévoilé le 26 avril 2006 aux populations du Blayais, Bourgeais et Médoc, de la construction d’une autoroute (deux fois trois voies) et d’une ligne LGV Paris-Espagne contournant par l’Ouest l’agglomération bordelaise, fièrement baptisée Grand contournement de Bordeaux :

  • Largeur de l’emprise : un kilomètre

  • Prévision du trafic : 25 000 camions /jour (pour commencer)

  • Concession (par adjudication ?) donc autoroute payant

  • Une seule sortie à Martignas (banlieue Sud de Bordeaux), aucune desserte de la presqu’île du Médoc
  • Deux tracés ont été retenus par le préfet et la DDE après un simulacre de concertation (aucune objection ni la moindre proposition alternative n’ont été entendues). Tous deux dévasteraient les sites naturels, archéologiques et vignobles de Blaye, Bourg-du-Médoc et en particulier de Margaux !

    • Bouleversement du fragile mais génial écosystème conçu et réalisé au XVIIe siècle par les ingénieurs néerlandais, qui a permis le développement des vignobles uniques au monde du Médoc, par la réhabilitation des zones humides, éponges qui servent de réservoir aspirant et refoulant, nécessaires à l’existence d’un terroir exceptionnel, et protège les populations contre des catastrophes naturelles du type décembre 1999 ou Nouvelle-Orléans. Perte d’une flore rare (Natura 2000).
    • Bouleversement climatique par rejet de CO2 dont on ne peut encore mesurer les effets précis mais qui paraît inéluctable quand on connaît ceux causés à la forêt de Fontainebleau par l’A7 et les modifications apportées aux vignobles en bordure du périphérique bordelais actuel.
    • Pollution visuelle des sites dédiés à l’oenotourisme, dont ceux de Margaux ne sont pas les moindres, nouvelle ressource de la région et levier efficace pour lutter contre la concurrence étrangère. (En France on ne se préoccupe pas beaucoup de la pollution visuelle, mais elle scandalise nos visiteurs étrangers).

    Le Médoc compte quatre premiers grands crus classés et cinquante-cinq grands crus classés en 1855. A elle seule, l’appellation Margaux totalise un premier grand cru classé qui porte son nom et vingt-et-un grands crus classés, onze crus bourgeois, sept crus bourgeois supérieurs, deux crus bourgeois exceptionnels ! Les amateurs et professionnels du monde entier ont pour cette région les yeux du croyant pour les lieux saints.

    Pourquoi sacrifier ce capital inestimable ?

    La filière représente annuellement l’équivalent de la vente de cent cinquante airbus. Est-il raisonnable de compromettre son image, son potentiel de production et son écosystème ?

    Cette autoroute sera-t-elle utile ?
    Pas pour les populations concernées par son tracé, qui ne seront pas desservies ni désenclavées. Elle n’apportera aucun soulagement au périphérique actuel déjà saturé par le trafic local, car les camions n’empruntent pas l’autoroute A10 (payant) mais la RN10 (gratuite) et n’auront aucune raison d’utiliser un contournement plus long et payant.

    Y a-t-il d’autres solutions ?
    Oui. Ferroutage, merroutage, doublement du périphérique existant, autres tracés moins dommageables pour l’environnement. Tout cela a été proposé, mais pas entendu, ou refusé sous des prétextes peu sérieux et quelquefois cyniques (voir les déclarations du préfet au magazine Le Point n°1776 du 28/09/06.)

    La DDE avance que les tracés retenus sont les plus courts.
    Ceci est honteusement faux. La simple lecture d’une carte suffit à prouver le contraire.

    Le préfet prétend que ces tracés ne touchent pas le vignoble.
    Ceci est honteusement faux. Après nombre de péripéties, seuls ceux des plus grands crus n’ont pas été sacrifiés aux bulldozers. Mais beaucoup d’autres disparaîtront et à côté, des terroirs actuellement en attente de classement, car de grande qualité, seront définitivement perdus pour l’humanité. Mais les dommages causés à l’ecosystème seront aussi ressentis par les plus grands crus, même par ceux qui ne seront pas exactement limitrophes de l’autoroute.

    Le préfet déclare (au Point) qu’il attend toujours qu’on lui démontre, chiffres en mains, l’étendue de ces dommages. Il sait pertinemment qu’il faut plusieurs décennies après la construction d’un tel ouvrage pour satisfaire cette demande. On a aujourd’hui les résultats des ouvrages existants depuis trente ans, et ce n’est pas encourageant...

    Le préfet déclare à Sud-Ouest et au Point que les ingénieurs hydrauliciens du XXIe siècle sont certainement aussi bons que ceux du XVIIe. Il a raison : le gouvernement hollandais, affolé par la catastrophe de La Nouvelle-Orléans, a procédé à l’examen des polders construits pendant la seconde moitié du XXe siècle. Ses ingénieurs lui recommandent de déplacer les populations de ces polders et de détruire les digues gigantesques édifiées récemment pour reconstituer les zones-éponges humides indispensables pour protéger l’ensemble du territoire.

    Exactement comme au XVIIe siècle !

    On voit que l’intérêt pour l’environnement des politiques et des fonctionnaires relève du seul discours, et qu’ils tiennent un double langage.

    Les citoyens de la Gironde, et particulièrement ceux des zones concernées, sont atterrés.

    Devant des pouvoirs publics autistes, ils lancent ici un cri d’alarme. Ils demandent à leurs concitoyens de venir à leur secours en se joignant à leur protestation. De nombreux collectifs ont ouvert des sites sur le sujet, il suffit de les consulter sur Internet. En particulier, celui de Margaux (www.margaux-danger.com) est parfaitement explicite et comprend de nombreuses cartes routières et géologiques.

    Merci

    Un vigneron enragé


    Moyenne des avis sur cet article :  4.67/5   (326 votes)




    Réagissez à l'article

    105 réactions à cet article    


    • Yvance77 (---.---.234.111) 8 décembre 2006 12:25

      Bel article partisan certes, mais avec raison. Mais ce qui me sidère c’est que ces cris d’impuissance, le citoyen lambda l’entend, mais le politique, le financier, le maitre d’ouvrage qui eux sont aussi des citoyens touta autant, sont autistes ... je me demande toujours comment c’est possible.

      La considération finacière expliquerait elle tout ?


      • parkway (---.---.18.161) 8 décembre 2006 16:06

        OUI ! Yvance, oui !

        il n’y a plus que ça qui compte pour ces gens là !

        la preuve ? mais il n’y a personne contre ce genre de projets !!!!

        où sont-ils les braves politiques ? les braves patrons ?

        que font-ils ?

        je ne suis pas contre la richesse des vignerons, car ces gens là reçoivent le fruit de leur travail allié à leur savoir-faire, et je dis bravo ! vous méritez votre argent !

        La révolution, je vous dis, y’a plus que ça !


      • Un vigneron enragé Un vigneron enragé 8 décembre 2006 16:15

        Les politiques s’intéressent aussi,aux bulletins de vote. Le parcours repéré par les plus hautes instances est celui qui coûte le moins cher en bulletins de vote mais pas en euros ni en dommages irréversibles à l’environnement. celui-ci n’est pas seulement fait de terre, air et sous-sol mais aussi de vision et ce dernier point ne semble pas du tout intéresser les français. Les produits de ce terroir bien particulier et unique s’exportent à plus de 60% mais pas un politique ne peut se soucier de ce que peuvent penser les étrangers qui nous envoient pourtant des devises... Preuve de ce que j’avance : le même projet concernait le Libournais et les Côtes du Rhône. Les pouvoirs publics ont reculé dans ces deux régions viticoles (St.Emilion -Pomerol et Condrieu, Côte Rôtie) parce que la densité de population est grande. Le Médoc est peu peuplé. Donc pour ces messieurs Margaux est beaucoup moisn intéréssant.


      • Jean-Christophe Loric jean-christophe 8 décembre 2006 17:42

        bravo pour cet article, j’espere qu’il permettra de mobiliser quelques figures locales contre le projet et ainsi de peser sur ces fameux buletins de vote.


      • Denis COLLIN (---.---.11.124) 9 décembre 2006 16:23

        Et oui ! Marx parlait des « eaux glacées du calcul égoïste ». Mais qui lit encore Marx ? Pourtant on n’a rien de trouvé de plus précis : « le capital détruit les deux sources de la richesse : la terre et le travail. »


      • (---.---.30.190) 8 décembre 2006 12:32

        bonjour, un article partisan, l’auteur aussi défend ses intérets financiers, pourquoi ne pas le dire plus clairement ce n’est pas honteux c’est bien joli la défense du terroir, de l’environnement etc... mais pourquoi ne pas défendre la population contre ce fléau qu’est l’alcool ? (responsable de beaucoup plus de morts que la pollution, la perte de biodiversité etc....)


        • Antoine (---.---.123.26) 8 décembre 2006 12:43

          Il dit bien dans sa bio que c’est un vigneron de Margaux non ?

          Moi j’ai trouvé cet article très intéressant car ça illustre bien les abus de pouvoir de nos classes dirigeantes et du manque de concertation au niveau local. Ca en dis long sur l’état de la démocratie dans notre pays.


        • Jojo2 (---.---.158.64) 8 décembre 2006 15:36

          Le Haut Brion, qu’est pas dégueulasse, est coincé dans une zone pavillonaire...Qui sait si le Margaux va pas y gagner d’être sous un échangeur ?

          Non, je déconne... smiley


        • Un vigneron enragé Un vigneron enragé 8 décembre 2006 16:02

          Même les vitiulteurs sont CONTRE l’alcoolisme et sont tous d’accord pour combattre ce fléau.

          Aujourd’hui on ne produit plus de vin pour boire ! seulement pour déguster. Le bon vin coûte cher à produire et donc cher à acheter. En particulier les vins du Médoc et de Margaux ne contribuent pas à l’alcoolémie. Leur prix de revient est déjà dissuasif pour toute tentation d’abus !

          De même le caviar ou le foie gras ne contribuent pas à l’explosion du taux de colestérol.

          Tous ces produits sont faits pour être dégustés avec modération et le meilleur modérateur reste leur prix !

          De ce côté là, les viticulteurs ne sont pas culpabilisés. Une étude sérieuse montre clairement que plus on dissuade les consommateurs de boire des produits de qualité plus on développe l’alcoolémie des produits bon marché à fort taux d’alcool.

          Les pays Scandinaves qui sont pionniers sur le sujet, n’ont jamais pu éradiquer l’alccolémie et favorise au contraire la consommation du vin.


        • (---.---.30.190) 8 décembre 2006 16:23

          eh bien c’est un argument non recevable ! j’ai connu un chef d’entreprise qui éclusait entre 3 et 5 l par jour d’un excellent muscat de riversalte à environ 35 euros le litre (il avait peut-être des prix de gros ?) tout dépend de l’argent que l’on met dedans (il me semble que certaines drogues coûtent très cher par gramme, cela n’empêche pas les gens d’en acheter !)


        • (---.---.30.190) 8 décembre 2006 16:25

          ah oui j’oubliai, l’alcoolémie c’est le taux d’alcool dans le sang, donc pour ce que vous voulez dire il faudrait plutôt dire alcoolisme


        • Un vigneron enragé Un vigneron enragé 8 décembre 2006 16:26

          Haut Brion, Graves et d’autres crus en Sauternais sont près d’un autoroute, oui. En sont-ils contents ? Pour ce qui est des effets, il faut attendre et ,hélas, trop longtemps pour pouvoir faire marche arrière. Peut-on prendre de pareilles décisions dans l’ignorance de ce qui peut arriver ? On sait quand même ce qui est arrivé à la forêt de Fontainebleau...(autorotue A7). A noter que lors de la création du périphérique suburbain de Bordeaux, des hectares de terroir IRREMPLACABLES pour l’humanité ont été sacrifiés sur le site de LA MISSION HAUT BRION sans que personne (ou presque) ne s’en émeuve en France. Ailleurs on nous pense fous. Déplacer le trajet d’un autoroute parait à long terme moins extravagant que de détruire sites et terrroirs.


        • (---.---.30.190) 8 décembre 2006 16:29

          je ne vois pas en quoi le caviar peut jouer sur le taux de cholestérol, pour le foie gras, et bien sachez qu’il cause de nombreux soucis de santé dans les régions productrices (alsace, gers...)(et ne me parlez pas de french paradox !! demandez seulement à la direction générale de la santé les causes de mortalité par région, certaines corrélations sont très interessantes...)


        • Un vigneron enragé Un vigneron enragé 8 décembre 2006 16:30

          Avouez qu’il y en a très peu. Vous l’aveez dit à €.35 le flacon ce ne peut plus être un fléau pour la société, seulement pour quelques uns dont les problèmes les condui-ront de toute façon vers d’autres drogues. a titre de curiosité j’aimerais bien connaître un Muscat de rivesaltes à € 35 la bouteille. Les producteurs de cette région se plaignent de leur prix de vente..


        • (---.---.30.190) 8 décembre 2006 16:50

          un exemple rapide : Muscat de Rivesaltes - Domaine Cazes 2004, AOC - la bouteille 75cl 25 euros je suppose qu’il doit en exister de plus cher mais je n’ai pas le temps de chercher ce que vous ne semblez pas comprendre c’est que le prix ne dissuade pas un alcoolique, comme nous le montrent les exemples de la cocaïne, de l’heroïne etc... le prix ne change rien quand la personne est addict (d’où des vols etc... quand l’argent manque pour se procurer la dose) dire que c’est en augmentant les prix que cela va changer les comportements c’est aussi illusoir que de créer un tiquet modérateur pour nos consultations médicales... ce qui risque de changer c’est le changement d’alcool pour les jeunes (pourquoi boivent ils autant de bière ?) mais ceux qui ont déjà franchit le cap c’est trop tard sans traitements lourds (l’alcool est la première cause de mortalité évitable en france !!)


        • (---.---.30.190) 8 décembre 2006 16:57

          PS je n’accuse pas l’auteur de quoi que ce soit sur l’alcoolisme, ma propre famille produit du cognac depuis plus de 250 ans je voulais seulement préciser que son intervention est plus motivée par ses propres intérets financiers que pour la défense environnementale (pouquoi nous parler autant d’oenotourisme ?


        • Jojo2 (---.---.158.64) 8 décembre 2006 16:59

          « Déplacer le trajet d’un autoroute parait à long terme moins extravagant que de détruire sites et terrroirs. »

          Je suis bien d’accord. Je plaisantais, j’avais même mis un smiley...


        • Pruls (---.---.49.8) 10 décembre 2006 23:58

          J’aimerais réagir sur la notion de concertation :

          Qu’est ce que c’est ? Que faut il pour que cela soit réel ? Comment met on un dispositif efficace pour que ca fonctionne ? Quel dispositif ?

          Le citoyen lambda, si on le prend pas par la main, ne vient pas donner son avis. C’est à peine si il vote ; alors...


        • Voltaire Voltaire 8 décembre 2006 12:58

          A la lecture de ce texte, un doute me vient...

          le gouvernement actuel semble avoir de bons amis dans le domaine de la construction et gestion des autoroutes (voir la privation des autoroutes à prix d’amis...). L’intérêt principal de ce contournement ne serait-il pas... ? Bon, j’avance un peu sans preuve, donc prudence, il faudrait étudier le dosser bien sûr.

          Mais sur le principe, il y a plusieurs arguments ennuyeux : l’absence de desserte de la presqu’ile (pas facile d’aller dans le Médoc !), et l’encouragement au transport routier plutôt que ferroviaire.

          D’un autre côté, il faut voir l’intérêt général en parallèle des intérêt particuliers (j’ai beau apprécier les bon vins, ce ne serait pas une catastrophe de voir disparaitre quelques parcelles de bordeaux.... et les vignerons bordelais ne sont pas les plus accueillants non plus). En fin de compte, c’est sans doute l’argument environnemental qui devrait l’emporter dans ce type de dossier.


          • LE CHAT (---.---.75.49) 8 décembre 2006 14:40

            j’espère que tu as raison cher voltaire ,et que la sauvegarde du patrimoine sera la solution retenue .

            Quand au ferroutage pour du vin de bordeaux , alors là , pas de danger ! je bosse dans la logistique et le ferroutage reste un concept très virtuel .Hors de l’axe lille-paris-marseille , il est hautement improbable quand la SNCF a diminué le nombre de wagons par 2 depuis 20 ans. de plus , vu le prix de la marchandise , ça voyage uniquement dans des tautliner équipées de balises . Le ferroutage est à l’heure actuel un gadget dans le blabla sirupeux de nos politiciens qui ne comprenent que dalle à la logistique .Le tunnel lyon-torino est encore loin.......


          • Un vigneron enragé Un vigneron enragé 8 décembre 2006 16:38

            Le projet en question ne vous permettra en aucune façon d’aborder le Médoc autrement que via Bordeaux. Alors ? désolé que vous n’ayez pas reçu l’accueil que vous attendiez dans la presqu’ile. Vous n’avez pas eu de chance car je connais quand même beaucoup d’endroits où vous seriez reçu à bras ouverts. Le Médoc précisément voit dans l’oenotourisme son développement futur mais les investisse- ments qu’il prépare, seront dépensés en pure perte si des projets de ce type voient le jour.


          • Gasty Gasty 9 décembre 2006 10:32

            et les vignerons bordelais ne sont pas les plus accueillants non plus

            Cher Voltaire la formule est bien gentille.


          • Anthony Meilland Anthony Meilland 8 décembre 2006 13:47

            Soyons un peu provocateur. vous dites :

            « Tous deux dévasteraient les sites naturels,... »

            J’ai recherché le tracet de ce projet (ici et ) et j’ai ensuite ouvert Google Earth pour essayer de découvrir ces fameux sites naturels (Ok, c’est un peu dur de voir un site naturel depuis le ciel, mais bon c’était le mieux que je pouvais faire en restant devant mon écran)

            J’avoue avoir du mal à les localiser. Je n’ai trouver que des quartiers résidentiels, des exploitations agricoles, ainsi qu’une pseudo zone industrielle au alentour de la Garonne !

            Pouvez-vous m’aider à identifier ces zones ? smiley

            Dans mon département (Alpes Maritimes), ça fait 20 ans qu’on attends la construction d’une deuxième autoroute pour déservir l’arrière pays et améliorer le contournement de Nice. Donc je suis un peu jaloux de ce beau projet !

            J’attend aussi la finalisation de la construction de l’autoroute reliant Grenoble au Sud-Est !

            Vive les autoroutes !


            • Un vigneron enragé Un vigneron enragé 8 décembre 2006 16:56

              Un milieu naturel amenagé, voilà ce qui constitue la pres-qu’île du Médoc totalement insalubre et même dangereuse jusqu’au XII° siècle. Là, Louis XIV fait venir des ingénieurs hydrauliciens hollandais pour réhabiliter ce terroir. Ceux-ci construisent un ecosystème extrêmement savant permettant de réguler le régime des eaux fluviales et soumises à marée et pluviales. Cet ensemble qui s’étend sur 100 kms au nord de Bordeaux a permis depuis l’épanouissement d’un magnifique massif forestier et d’un vignoble de renommée mondiale.

              Mais cet équilibre est fragile parce qu’appuyé sur la nature et une compréhension accomplie de la nature.

              Y toucher brutalement par l’implantation brutale d’ouvrages lourds est inconsidéré.

              Vous attendez un nouvel autoroute dans votre région : êtes-vous sûr qu’au delà d’un avantage apparent immédiat, vous y trouverez votre compte et celui de vos enfants ? Je crois savoir que votre région est régulièrement soumise à des inondations graves. Celles-ci sont favorisées par la cons-truction d’ouvrages de ce genre qui arrêtent le ruisselle- ment naturel et suppriment les zones humides - éponges.


            • (---.---.30.190) 8 décembre 2006 17:02

              « Mais cet équilibre est fragile parce qu’appuyé sur la nature et une compréhension accomplie de la nature » quelle belle phrase complètement idiote du point de vue scientifique ! 1.toute modification de notre milieu par l’homme n’est pas naturelle puisque faite par l’homme 2.aucun territoire métropolitain ne peut être considéré comme vierge de toute intervention humaine donc tout territoire n’est plus naturel (on dit plutôt « primitif ») la seule différence entre l’intervention d’hier et celle d’aujourd’hui c’est que nous comprenons aujourd’hui que nous détruisons des niches écologiques.


            • (---.---.30.190) 8 décembre 2006 17:07

              « Un milieu naturel amenagé, voilà ce qui constitue la pres-qu’île du Médoc totalement insalubre et même dangereuse jusqu’au XII° siècle » vous dites que vous défendez la biodiversité mais celle de ces marais, qu’en pensez vous ? fallait-il intervenir pour le confort de plus grand nombre ou détruire la biodiversité (très importante dans les marais !) vraiment vous la défendez quand cela vous arrange !


            • nico de margaux (---.---.130.160) 14 décembre 2006 18:44

              ce projet est un exemple parfait de notre pseudo « democratie » A quand une réaction ??? En effet, si nous, jeunes français, ne réagissons pas, nous sommes MORT Laissons les gens travailler, gagner de l’argent, aidons les à dévelloper leur région.... au lieu de ça, nos chers politiques et hauts fonctionnaires nous considèrent uniquement comme des « vaches à lait » Attention, à force de tirer la corde va casser. Battons nous pour sauver cette appellation prestigieuse qu’est margaux, c’est peut être la première bataille d’une longue guerre contre nos énarques. Pensez-y pour vos prochains bulletins, un changement , oui , mais un vrai !!!


            • benalgue (---.---.139.175) 8 décembre 2006 13:50

              excellent article qui aurait pu être rédigé par n’importe écologiste engagé....c’est presque certain il y a pot de vin et interet financier de certains...ce qui permet helas ce genre de crime contre l’environnement. les autorouttes sont bruyantes innesthetiquent puent et coutent chères à l’usager...alors mille fois oui à la sauvegarde de nos régions vigneron ou pas... @ l’auteur : et ou donc sont les verts ? avez vous leur appui


              • Un vigneron enragé Un vigneron enragé 8 décembre 2006 17:00

                Les Verts ne se manifestent pas tellement !

                Cela nous déçoit énormément d’autant plus qu’en ce moment beaucoup seraient disposés à les écouter !...

                Et même à les accompagner dans quelques mois...


              • bj33 (---.---.201.188) 11 décembre 2006 10:13

                Un petit accompagnement comme il y en a eu au moment de la chasse à la touterelle ?


              • Céline Ertalif (---.---.9.238) 8 décembre 2006 14:18

                Je ne suis pas qualifiée pour prendre parti et je n’ai jamais étudié le sujet.

                Il faut tout de même dire une chose, car c’est sûrement une motivation essentielle des promoteurs de ce projet : le port du Verdon est un sinistre échec. Depuis des siècles Bordeaux et Nantes sont en concurrence. Une infrastructure portuaire est un catalyseur économique considérable qui a besoin de voies de communication puissantes. Or depuis 30 ans, le couple Saint Nazaire / Nantes a été incomparablement plus efficace que Le Verdon / Bordeaux.

                Encore une fois, je ne veux rien justifier. Mais sans un minimum d’information sur cet enjeu-là, il n’y a pas de discussion.


                • Un vigneron enragé Un vigneron enragé 8 décembre 2006 17:05

                  Hélas, les promoteurs de ce projet n’ont pas le Verdon en tête. Celui-ci se trouve à 100 kms au nord de la première sortie de cet autoroute de contournement. On ne voit pas le service que cela pourrait rendre à cet avant port. Pour le nord Médoc, il faut un franchissement de la Gironde beaucoup plus au nord (Meschers-Talais).


                • Cochonouh Cochonouh 8 décembre 2006 15:09

                  Dans 50 ans, il n’y aura plus de pétrole, donc inutile de construire de nouvelles autoroutes.

                  Dans 50 ans, le niveau des océans aura tellement augmenté que le Médoc sera sous l’eau, pour cultiver la vigne ça va devenir difficile.


                  • LE CHAT (---.---.75.49) 8 décembre 2006 15:37

                    très drôle , cochonouh , tu as juste oublié de dire qu’en plus y’aura plus de poissons dans l’eau , donc plus besoin de produire le pinard qui va avec !


                  • Cochonouh Cochonouh 10 décembre 2006 10:51

                    À part l’Entre-deux-mers, le Médoc ne produit pas de vin spécialement dédié aux poissons.

                    C’est pour ça qu’avec les huîtres on te servait souvent (j’emploie le passé car la tradition semble se perdre) une petite saucisse grillée : tu pouvais boire ton Listrac (Margaux si tu veux, c’est un peu cher pour moi) préféré.


                  • Le Hérisson (---.---.121.162) 8 décembre 2006 15:10

                    Les projets routiers, y compris privés, sont de l’apanage de l’une des directions les plus puissantes de France, affiliée au ministère de l’Equipement ou du Transport : la direction des routes qui se trouve tout en haut d’une tour de la Défense. j’ai interviewé un précédent directeur.

                    Evidemment, profil type : enarque, polytechnicien, école des mines... Il m’avait montré à l’époque le projet de pont qu’il prévoyait pour Millau. Il s’agissait du projet le moins écologique, le plus coûteux et le moins esthétique de tous ! Pourquoi avait-il choisi celui là ? Mystère. Malgré son entêtement et tout son poids, il fut (fait rarissime) mis en minorité. Pourquoi ? Parce qu’il y a dans la région un homme à l’époque très influent : Giscard, qui adopta une position opposée à celle du directeur des routes. Il quitta son poste peu après cette épisode.

                    Mais en décembre 1999, quelle ne fut pas ma surprise de voir le même personnage, sur toutes les chaînes de télé. Certains d’entre vous doivent s’en souvenir car s’il intervenait ainsi, c’est qu’il était devenu préfet d’un département maritime de l’ouest, en charge du plan de lutte contre la marée noire de l’Erika. Il était venu à la télé expliquer benoitement qu’il avait opté pour la mise en place de bouées flottantes sur la mer pour empêcher la marée noire de venir sur les côtes et que, croix de bois, croix de fer, la marée noire serait arrêtée. On a ensuite vu le résultat ! Les fameuses bouées n’ont servi à rien.

                    Je suppose que cet ex directeur des routes et peut être ex préfet doit toujours avoir un bon poste dans la haute administration... Les projets dont parle l’auteur se créent avec des gens comme ça et s’il n’y a pas une résistance très forte, soit des élus, soit de la population, ils passent quand même malgré leur absurdité.


                    • Helios (---.---.132.254) 8 décembre 2006 15:32

                      Et le respect, B...l !

                      Voila ce que les indigènes de France se disent lorsqu’un parisien fonctionnaire décide. Qu’il soit vrai ou faux que quelques parcelles de margaux disparaissent, peu importe. ce sera dommage, sans plus. Ce qui est par contre catastrohique, mais, désolé, j’y reviens, c’est qu’une poignée de gens aux pouvoirs administratifs etendus, arrivés a leur postes grace au soutien de leurs amis politiques, puissent mépriser à ce point le reste de la France.

                      Evidement, la centralisation, c’est ça. cela a des avantages (equité) et des inconvenients, mais cela marche, quand les hommes sont dotés d’une ethique et savent ce que l’ntérêt du pays veut dire. Or, ceux qui sont arrivés là, pistonnés plutôt que grace a leurs merites, l’equation n’est plus la même. Gageons que l’attribution des marchés sera « transparente » mais il y aura tant a dire dessus.

                      Quand je pense que nos hommes politiques, Sego, sarko et quasiment tous les autres se plaignent. Ils ne recoltent que ce qu’ils ont semés. C’est vrai, que pour arriver, eux aussi, là ou ils sont, qu’ont ils fait réellement ?

                      Le Medoc, va mourrir, ben oui, ce n’est pas la faute du prefet, c’est la faute du syndicat des vignerons, qui a mis a sa tête le copain du copain et de proche en proche.... vous m’avez suivi ???


                      • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 8 décembre 2006 15:51

                        Dans ce monde moderne, il est normal que chacun défende son bifteck !

                        Par contre force est de reconnaître que c’est grâce à Agoravox, que notre vigneron en colère à la faculté de se faire entendre !

                        Au fait dis nous Vigneron Enragé, sur d’autres médias as-tu pu t’exprimer !

                        @+ P@py


                        • Un vigneron enragé Un vigneron enragé 8 décembre 2006 17:14

                          Oui, sans l’existence d’agoravox je n’aurai rien pu dire à personne car ce discours dérange et personne ne veut l’entendre. Les media traditionnels ont commis sur le sujet quelques articles bâclés donnant la plus belle part à la version des pouvoirs publics (préfecture, DDE etc..) et pour ne pas les nommer les élus locaux qui ne voient jamais plus loin que l’échéance de leur prochaine réelection... et s’imaginent qu’un autoroute (sans sortie pour leur commune) leur permettra de créer des zones industrielles et donc des T.P. (TAXES PROFESSIONNELLES) qui sont pour les maires des communes rurales le NIRVANA.


                        • LE CHAT (---.---.75.49) 8 décembre 2006 16:03

                          tous bourés dès huit heures , soutien aux viticulteurs !

    Ajouter une réaction

    Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

    Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


    FAIRE UN DON






    Les thématiques de l'article


    Palmarès