Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Mon lombricomposteur d’appartement fonctionne à merveille (...)

Mon lombricomposteur d’appartement fonctionne à merveille !

Dans un précédent article je vous avais raconté comment la ville du Havre m’avait offert un lombricomposteur d’appartement. Vous avez été très nombreux à aimer cet article et à me demander des renseignements. Après un temps d’adaptation des vers et de leurs maitres, mon composteur fonctionne parfaitement.

Ainsi, deux semaines après avoir été chercher le lombricomposteur à la CODAH, on est venu me livrer mes vers. Deux semaines peuvent paraître très longues, j’étais très impatient de voir le « truc » fonctionner. Ils sont arrivés en Chronopost ! Un kg de terre avec quelques milliers de vers. Je les ai tout de suite installés dans leurs appartements, bien confortablement installés sur leur lit de fibre de coco. Après, mauvaise nouvelle, il a fallu encore être patient, dix jours sans leur donner à manger, le temps qu’ils s’adaptent à leur environnement. J’ai tenu 5 jours et je leur ai livré leur premier colis d’épluchures et de rouleaux de papier toilette…

250px-Redwiggler1

Petit rappel sur le menu de ces fragiles invertébrés : ils mangent presque tout, presque car il faut tout de même faire attention à ce qu’on leur donne, et aussi parce qu’ils deviennent difficiles en cas d’abondance (tiens, comme nous). Ainsi on peut leur donner toutes les épluchures et déchets de légumes, finement émincés (sinon ils mangent aussi mais plus lentement). On peut aussi (et il le faut) leur donner des matières cartonnées, cela leur permet d’équilibrer et d’assécher leur milieu. Sinon on se retrouve rapidement envahi de petits vers blancs.

Les premiers jours, je n’ai vu aucune évolution, et l’engrais attendu en litres ne coulait pas. Après deux autres semaines, une première goutte tomba dans le bocal provoquant une joie hors de propos au sein de ma petite famille. Depuis, nous ajoutons quotidiennement environs 500g de déchets verts et de cartons, et, quotidiennement il tombe quelques gouttes de précieux liquide…

P1090145

Ainsi, mon lombricomposteur fonctionne très bien et nous sommes satisfaits de cette « acquisition ». Le composteur fonctionne pratiquement de lui même, son utilisation est très simple lorsque l’on a pris quelques habitudes. Il faut avant tout faire attention à ne pas leur donner d’ail et de peau de pomme de terres (la peau cuite ne pose aucun problème). Il est nécessaire aussi de ne déposer aucune graines, effectivement, le milieu très riche les fait germer rapidement. Ainsi j’ai eu une petite centaine de pousses de melon après en avoir mangé et jeté un seul. Pour réguler l’acidité de l’ensemble il est important aussi de déposer de temps en temps quelques coquilles d’œuf. En plus des rouleaux de papiers toilettes et de sopalin (si vous utilisez encore inutilement les arbres pour vous moucher ou pour vous essuyer les mains), ces matières sèches et acides ne m’ont pas évité d’avoir les fameux petits vers blancs. Ils ne sont pas dérangeants, mais ils ont tendance à être plus fugueurs que les rouges qui eux fuient la lumière. Pour en limiter le nombre, il suffit de placer de vieux croutons de pains préalablement humidifiés dans le composteur. Les vers blancs, et uniquement ceux-ci se jettent sur ces idéales pouponnières, il suffit ensuite de jeter ce pains aux oiseaux qui adorent le pain et les vers.

P1090144

Pour répondre à une des questions les plus communément posées, le lombricomposteur ne dégage presque aucune odeur. Lorsque j’ouvre le couvercle pour sécher un peu l’ensemble, une légère odeur de sous-bois se dégage, mais vraiment très légère. Ceux qui ont leur odorat détruit par le tabac ne sentent absolument rien. Quant à l’engrais, il est totalement inodore. Je laisse le robinet ouvert au dessus de mon bocal pour ne pas oublier de vider le réservoir, et le liquide noirâtre ne sent vraiment pas. Le chat des voisins s’en accommode et aime à dormir sur mon meuble à chaussures posé à quelques centimètres du lombricomposteur. Pour éviter d’incommoder mes vers en ouvrant le couvercle et en les baignant de lumière, nous ne leur faisons qu’une livraison par jour. Un récipient dans la cuisine reçoit les déchets que nous déposons à chaque fois que je cuisine.

Nous sommes de gros consommateurs de fruits et légumes, et pour l’instant nos vers reçoivent plus qu’ils ne peuvent digérer, mais ils vont se multiplier jusqu’à atteindre un nombre suffisant pour ingurgiter tout ce que nous leur donnons. Pour l’instant, avec la profusion de nourriture ils se permettent d’être sélectifs : ils délaissent les oignons ou le choux-fleur pour se jeter sur les fraises ou le melon. Une des questions souvent posées est de savoir si nous n’allons pas être envahis. Comme pour tout les biotopes naturels la régulation se fait d’elle même, lorsque les vers n’ont plus assez à manger, ils arrêtent de se reproduire. Comme ils n’aiment pas la lumière ils ne sortent jamais du lombricomposteur, même la nuit. En revanche, lorsque le temps est humide, par réflexe de survie les vers remontent à la surface et j’en retrouve quelques uns agglutinés sous le couvercle. Donc si vous n’aimez pas voir ces petites bêtes, pourtant attachantes, comme ma femme ne leur donnez pas vous-même à manger lorsque par peur d’inondation ils remontent des profondeurs de la terre.

P1090147

Outre une intéressante expérience sociale, le lombricomposteur permet de faire le meilleur engrais et le meilleur compost, naturel et gratuit. Le lombricomposteur permet aussi de réduire de 40% nos déchets qui je le rappelle sont brulés (brûler des légumes composés à 80% d’eau est une des absurdités de notre monde moderne, nous dépensons énormément d’énergie pour brûler cette eau). Alors jetez vous sur les lombricomposteurs, achetez en, construisez en ! Ils sont faciles d’utilisation et réellement bon pour la planète. Et ci certains vous taxent de « bobo », sachez que si nous étions tous ces « bobos » nous pourrions sauver la planète. Mieux vaut être bobo et suivre la mode du bio que de continuer de brûler de l’eau ou de prendre sa voiture pour aller acheter le pain ou porter les enfants à l’école. Le seul risque est que, comme toutes les modes, celle du bio trépasse. Mais je m’égare du sujet qui est UTILISEZ UN LOMBRICOMPOSTEUR !

Enfin si vous souhaitez vous y mettre je rappelle quelques adresses utiles, celle de verslaterre.fr qui vend l’appareil, celle-ci qui propose des moyens pour en fabriquer et cette bourse au vers nationale où vous ne manquerez pas de trouver un écocitoyen dans votre région pour vous offrir quelques-uns de ses précieux vers. Car je le rappelle, le lombricomposteur d’appartement n’est pas comme un composteur de jardin, il ne fonctionne pas avec les vers de terres. Enfin si vous avez le moindre doute ou la moindre question, n’hésitez pas à vous rendre sur le forum de verslaterre.fr ou sur celui très bien fait du site écocitoyen de consommer durable.

 source : LGV

lire mon precedent article sur le sujet


Moyenne des avis sur cet article :  4.38/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • Annie 23 juin 2009 12:58

    Question d’une néophyte en la matière : d’où proviennent ces vers blancs ?


    • Patapom Patapom 23 juin 2009 14:32

      Ce sont sans doute des larves de cétoine. Ca donne de jolis insectes. =)
      Quant à leur présence en ces lieux, j’imagine que ces larves sont partout, à l’état microscopique, et se développent lorsque les légumes ou les fruits commencent à pourrir. Un peu comme les spores de champignons.


    • ecophonie ecophonie 23 juin 2009 14:36

      J’y connais rien non plus mais ça ne serait pas des asticots pondu par une mouche qui passait par là tout bêtement.


    • LE CHAT LE CHAT 24 juin 2009 10:00

      Des asticots certainement , pour peu qu’il y ait eu des reste de viande dans le composteur ,
      les larves de cétoines se retrouvent dans les souches et troncs pourris de préférence .


    • ecocool 24 juin 2009 10:30

      > Ils sont faciles d’utilisation et réellement bon pour la planète.

      Je dirais plutot « bon pour l’homme » car une fois de plus, cette horreur industrielle met la nature a son service exclusif.

      Il s’agit de jus de vers donc.
      Pourant il me semble qu’ils sont plus utiles dans leur milieu naturel, a travailler et aerer la terre.

      L’article ne precise pas non plus s’ils sont vivants ou morts au moment de passer dans la machine, et quand bien meme ils seraient morts, quel elevage absurde !

      Et ca pose une question : quelles especes animales inferieures pouvons nous (legalement / ethiquement) broyer : insectes, rats, chats ... ?


      • boddah boddah 12 juillet 2009 15:58

        Juste pour préciser car apparemment je n’ai pas été assez clair ! Mes vers sont vivants et jamais tués, l’engrais liquide est leur urine et le compost est leur m... . Effectivement ils vivent à l’état sauvage aussi mais je les élève avec soin dans un milieu où ils se reproduisent abondamment et où ils ne meurent qu’à leurs vieux jours. Effectivement je fais l’élevage d’animaux à des fins qui me sont utiles. Mais c’est pour la planète que je le fais, et mes vers ne souffrent pas, je leur ai demandé !

        lisez mon premier article sur le sujet pour comprendre complètement comment fonctionne l’ensemble : http://tinyurl.com/p4peq2
        en tout cas merci pour tout les commentaires !

      • Annie 24 juin 2009 11:06

        J’ai dû mal comprendre, mais il n’est pas question de broyer les vers.


        • Fucky Fucky 24 juin 2009 12:02

          Pareil... Quelques explications ici (Photo trés explicite !).

          Quand à l’achat d’un lombricomposteur, il est paradoxale de recycler ses déchets en en créant de futurs bien plus toxiques. Il est à mon sens préférable de réutiliser des matériaux usagés pour en créer un, c’est trés facile !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès