Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Nucléaire civil : ne jetons pas le bébé avec l’eau du (...)

Nucléaire civil : ne jetons pas le bébé avec l’eau du bain

Les déboires – le mot est faible – que connaissent les japonais avec leurs centrales nucléaires a donné l’occasion à tout ce que l’occident compte d’antinucléaires de se livrer à une attaque à la limite de l’hystérie, mêlant, comme d’habitude, des préoccupations légitimes à quantité d’arguments fallacieux, voire même souvent totalement farfelus.

On ne peut guère contester, pourtant, que le nucléaire civil reste la source d’énergie la moins chère et la plus sûre. La plus sûre ne signifie pas sans danger. Comme beaucoup d’activités humaines, la production d’électricité nucléaire présente des risques qui ne sont pas minces. Que sommes nous prêt à risquer pour préserver notre mode de vie, voilà la vraie question. Encore faut-il avoir tous les éléments pour décider. Ce qui suppose deux choses :

Premièrement, l’existence d’une démocratie suffisamment vivante pour éviter les aventures des bureaucraties folles, telle celle qu’a connu l’ex URSS. Moi qui habite à proximité de deux centrales nucléaires, l’une à 5 kilomètres au nord (Cruas), l’autre à 20 kilomètres au sud (Tricastin), je suis beaucoup moins effrayé par ces deux là que par les 450 réacteurs des bâtiments de l’ex-flotte de guerre soviétique, qui, pour la plupart, pourrissent lentement en l’absence de tout entretien. 

La seconde condition d’un choix réellement rationnel, c’est de ne pas laisser envahir le champ de nos consciences par des fantasmes sans rapport avec la réalité. Il y a, dans l’esprit de nombreux écologistes, l’idée selon laquelle la nature est toujours bonne, alors que les créations humaines seraient toujours mauvaises. Pour eux, le nucléaire est le symbole le plus criant de cette volonté prométhéenne de maîtriser la nature qu’ils refusent désormais à l’homme. Pourtant, ce que nous constatons dans les évènements qui viennent de se produire, c’est que la nature aura tué finalement de 12 à 15 000 personnes en quelques heures. Quant au nucléaire, si le pire des scénarios advenait, c’est-à-dire une rupture majeure de l’enceinte de confinement de l’un des réacteurs, il serait responsable, à l’horizon de 10 à 20 ans, de quelques milliers de cas de maladie induites par les pollutions radioactives. Ce ne serait pas rien, bien sûr. Mais nous avons quand même de bonnes raisons d’espérer que cette éventualité soit écartée. Le danger, pour les japonais, c’est d’être contraint à habiter d’étroites plaines côtières dans une région du monde à l’activité sismique très élevée.

Ce n’est heureusement pas le cas de la France, qui fait fonctionner des centrales nucléaires depuis les années cinquante sans avoir à déplorer d’accident grave. Actuellement, nous exploitons 58 réacteurs avec lesquels nous assurons 78% de notre production électrique totale[1]. Les Etats-Unis, pour leur part, disposent de 104 réacteurs et n’ont connu qu’un seul accident grave, celui de Three Miles Island, en 1979, qui a abouti à une pollution limitée localement. En comparaison avec les activités pétrochimiques ou l’exploitation du charbon, riches d’accidents mortels et de pollutions diverses, le nucléaire fait figure de bon élève en matière de sécurité.

Par ailleurs, le bilan du nucléaire en matière écologique est assez satisfaisant. Il ne produit pas de pollution micro-particulaire, ni de gaz à effet de serre, ni de substances chimiques toxiques, comme les dioxines[2]. Reste tout de même, c’est vrai, l’épineux problème de l’élimination de déchets radioactifs, dont certains ont une durée de vie qui se compte en milliers d’années… Le coût de démantèlement des centrales devenues trop vieilles est théoriquement pris en compte dans l’exploitation sous formes d’importantes provisions. Il est malheureusement difficile d’évaluer par avance quel sera le coût réel de ces démantèlements. Il y a là, je le reconnais, une question qui doit être débattue.

Enfin, j’y reviens, le nucléaire civil est le seul moyen actuellement disponible pour contrer la hausse incessante du prix des produits pétroliers ou du gaz. Ni le solaire, ni l’éolien ne peuvent prétendre à ce rôle. D’une part, le prix de revient du kW éolien est d’environ 2,5 fois celui du nucléaire et celui du solaire de 5 fois[3]. D’autre part, on ne peut absolument pas envisager des productions importantes par ces deux moyens. La meilleure alternative est l’hydroélectrique, mais les possibilités d’implantation de sites nouveaux sont très limitées. Si nous arrêtions demains toutes nos centrales, il faudrait importer annuellement au minimum 120 millions de tonnes d’équivalent pétrole pour les remplacer[4]. Regardons les choses en face : nous n’en avons pas les moyens.

Faut-il déduire des accidents de la centrale de Fukushima que le nucléaire est a priori une technologie trop dangereuse pour être utilisée en tout lieu et en toute circonstance ? Je ne le pense pas. Le séisme qui vient de se produire se classe parmi les trois plus violents jamais enregistrés de mémoire humaine. La résistance des structures de l’usine a été calibrée pour un séisme de 8,2 sur l’échelle internationale. Sur cette échelle, le séisme japonais est évalué à 8,9. Malgré cela, les bâtiments sont restés intacts et les sécurités ont parfaitement fonctionné. Dès le début de la secousse, les réacteurs se sont mis à l’arrêt et les barres de contrôle sont remontées dans le cœur des réacteurs, afin de stopper les réactions de fissions. Malheureusement, même à l’arrêt, un réacteur nucléaire à besoin d’être refroidi. Or, après le séisme, l’alimentation externe en électricité a été interrompu. Le site disposait d’une batterie de gros moteurs diesels qui ont pris le relais mais ont été détruits, un peu plus tard, par l’impact du tsunami. La vérité c’est que le Japon a pris un bien gros risque de développer un parc nucléaire important sur un territoire aussi menacé par les secousses sismiques. Je ne lui jette pas la pierre. C’est un pays à l’industrie puissante qui a de gros besoins en énergie et ne dispose d’aucune ressource pétrolière. Mais le pari qui a été fait ressemblait un peu trop à de la roulette russe.

Si de cette expérience malheureuse les français veulent tirer la conclusion d’un arrêt du programme nucléaire français, qu’il le fasse en connaissance de cause. Il faudra organiser un débat national non pas sur le nucléaire mais sur l’énergie en général. Sans passer sous silence les vrais risques du nucléaire civil mais sans occulter non plus les bienfaits qu’on en a obtenu et qu’on peut encore en attendre. Si on continue, il faudra réfléchir à ce qui peut-être fait pour réduire les risques au maximum. Voici, en guise de contribution à ce débat, quelques points sur lesquels il faudrait insister :

1/ Les autorités de contrôle doivent être véritablement indépendantes, ce qui n’est pas tout à fait le cas aujourd’hui, en France.

2/ Les contre-pouvoirs civils doivent être encouragés. Je suis souvent agacé par le militantisme anti-nucléaire de la CRIIRAD[5], mais il faut reconnaître à cette association le mérite d’avoir souvent mis les autorités publiques et EDF le nez dans leur caca.

3/ Le nucléaire civil ne devrait jamais être aux mains du secteur privé. La recherche de la rentabilité est bien souvent contradictoire avec les impératifs de sécurité et avec les investissements nécessaires à l’entretien et à la modernisation des équipements. Les citoyens que nous sommes devraient pouvoir obtenir des garanties dans ce domaine.

4/ Enfin, il faut aussi apprendre à économiser l’énergie, afin de ne pas maintenir en service plus de réacteurs que nécessaire. Les gisements sont énormes. L’éclairage public est trop dispendieux ; nous gaspillons beaucoup d’énergie pour nous chauffer en hiver, puis pour nous rafraîchir en été. Trop de logements sont des passoires à calories. Un programme national de réhabilitation, soutenu par les pouvoirs publics, serait bienvenu, d’autant plus que dans le contexte de crise économique actuel, il contribuerait à recréer de l’activité en France, sans renchérir les importations…



[1] Chiffre 2009 fourni par la World Nuclear Association.

[2] Evidemment, les activités périphériques à l’exploitation des centrales génèrent des pollutions, qui ne peuvent toutefois se comparer aux rejets des centrales à mazout, par exemple.

[3] Voir « TPE, énergie éolienne et photovoltaïque » (http://basetpe.free.fr/tpe1/criteres/cout.html)

[4] Voir « L’énergie en France », sur Wikipedia (http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89nergie_en_France)

[5] Commission de Recherche et d'Information Indépendantes sur la Radioactivité


Moyenne des avis sur cet article :  2.61/5   (67 votes)




Réagissez à l'article

101 réactions à cet article    


  • Stéphane Lhomme Stéphane Lhomme 16 mars 2011 10:10

    Un seul commentaire possible : MINABLE !

    Il faut que les pronucléaires comme M Lemitre inventent un nucléaire qui les tue, eux, leurs enfants, leurs familles, leurs amis, mais qui ne tue pas les antinucléaires.

    Or M. Lemitre et ses amis n’auront de cesse de sévir tant qu’ils ne bous auront pas tous tués.

    Allez au diable avec votre nucléaire !


    • Ariane Walter Ariane Walter 16 mars 2011 11:31

      personnellement je trouve votre post plus argumenté que l’article !
      Plus sain en tout cas !


    • spartacus1 spartacus1 16 mars 2011 13:43

      Comme tu dis, MINABLE !

      Mais l’auteur est totalement disqualification lorsque l’on lit dans sa présentation :
      « ...J’ai travaillé avec de nombreux élus, notamment Eric Besson. ... » .

      Passe encore d’avoir travaillé avec lui, mais s’en vanter ...


    • AniKoreh AniKoreh 16 mars 2011 16:58

      Il a été « longtemps militant, troskystes (sic) » aussi.. smiley

      « quelques mois »..  smiley

      Puis, socialiste, de « longues années ».. (pfffff, ce que ce fut long..)

      Quant à Besson, élu de la Drôme - Tricastin, lire plus bas..


    • spartacus1 spartacus1 16 mars 2011 19:27

      Ah Lemitre, on est sensible, on ne supporte pas la contradiction, on replie les commentaires qui ont un avis différent du vôtre ?
      Pas très démocratique tout ça, il est vrai que venant d’un supporter d’E. Besson, il ne faut pas s’attendre à des miracles.

      Bon, il n’y a que la vérité qui blesse !


    • Patrice Lemitre Patrice Lemitre 16 mars 2011 10:14

      Soyiez sympa de répondre avec des arguments plutôt qu’avec des injures qui ne font pas progresser le débat


      • Hadj Ahmed 16 mars 2011 12:46

        « On ne peut guère contester, pourtant, que le nucléaire civil reste la source d’énergie la moins chère et la plus sûre »

        Pour « la moins chère », je vois très bien ce que vous voulez dire, mais pour « la plus sûre », pourriez-vous développer SVP.


      • Olorin 16 mars 2011 15:13

        La moins chère ?
        Lisez ça : http://www.monde-diplomatique.fr/2010/12/KATZ/19944
        Et vous n’avez pas pris en compte le coût du traitement des déchets nucléaires, le coût du démantèlement des centrales, l’argent dépensé par l’Etat pour aider l’exportation du nucléaire, du Commissariat à l’énergie atomique, organisme de recherche qui a bénéficié de "308 milliards de francs de subventions publiques sur les 405 milliards de francs de budget civil cumulé pour la période 1946-1992", dont 90 % pour le budgets de recherche, contre 1 % à 2 % pour les énergies renouvelable...
        http://www.lemonde.fr/idees/article/2010/10/26/les-sales-couts-du-nucleaire_1431036_3232.html
        Votre article est lamentable, mensonger, et vous osez sans honte avouer que vous avez travaillé pour Besson...


      • Ariane Walter Ariane Walter 16 mars 2011 15:49

        Excellentes remarques. Je note tout ce que vous apprenez et je vous en remercie.


      • Olorin 17 mars 2011 11:32

        Mr. Lemitre a la censure facile, visiblement !


      • Walden Walden 16 mars 2011 10:16

        L’auteur : « Par ailleurs, le bilan du nucléaire en matière écologique est assez satisfaisant. Il ne produit pas de pollution micro-particulaire... »

        Allez raconter ça aux habitants des zones contaminées !

         smiley


        • Walden Walden 17 mars 2011 10:33

          Paris, France — 18/04/2006 - Greenpeace publie aujourd’hui un rapport inédit et réalisé par 60 scientifiques du Bélarus, d’Ukraine et de Russie, qui démontre que l’impact sanitaire de la catastrophe de Tchernobyl a été largement sous-estimé par l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA). Même si des incertitudes subsistent concernant l’ampleur exacte des conséquences de Tchernobyl, le rapport conclut que 200 000 décès dus à la catastrophe ont déjà été constatés ces quinze dernières années en Russie, au Bélarus et en Ukraine. Le rapport indique de plus, qu’à l’avenir plus d’un quart de million de cancers, dont près de 100 000 cancers mortels, découleront de la catastrophe.

          Ces chiffres prouvent que le bilan mis en avant par l’AIEA, qui table sur 4.000 décès, représente une minimisation grossière de l’étendue des souffrances provoquées par Tchernobyl. « Vingt ans après la catastrophe, le mensonge nucléaire perdure à l’international comme en France. La volonté de l’industrie nucléaire de cacher ses impacts comme les conséquences de Tchernobyl, ou encore la question des déchets nucléaires en présentant l’enfouissement comme une solution, a pour but de servir ces desseins de renaissance » déclare Frédéric Marillier, chargé de campagne Nucléaire à Greenpeace France. Greenpeace estime qu’il est temps de tourner la page du nucléaire et de construire une autre politique énergétique, axée sur la sobriété, l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables.

          Basées sur les statistiques nationales du Bélarus en matière de cancers, les données contenues dans le rapport (1) prévoient environ 270.000 cancers supplémentaires provoqués par Tchernobyl, dont 93.000 cancers mortels (2). Le rapport conclut aussi, sur la base des données démographiques que, durant les 15 dernières années, 60 000 personnes sont mortes en Russie, et estime qu’au total le nombre de morts pourrait atteindre 140 000 victimes supplémentaires en Ukraine et au Belarus (3).

          Le rapport se penche également sur les autres impacts sanitaires de Tchernobyl et conclut que la radioactivité relâchée par l’accident a des effets dévastateurs sur les survivants : entre autres, des dommages aux systèmes immunitaires et endocriniens, un vieillissement accéléré, une augmentation des déformations chez les foetus et enfants, des aberrations au niveau des chromosomes, ainsi que des maladies cardio-vasculaires, sanguines et psychologiques. Même si des incertitudes demeurent concernant l’ampleur exacte des conséquences de Tchernobyl, des preuves irréfutables montrent que l’accident a eu un impact important sur la santé de millions de personnes habitant une grande partie de la planète.

          Au-delà de l’impact direct des radiations, la santé des habitants de l’Ukraine, du Bélarus et de la Russie a également été affectée par de graves perturbations aux niveaux social et économique, suite à l’augmentation du coût du système de soins de santé, la perte de terres agricoles, le déplacement forcé d’environ 300.000 personnes, une force de travail affaiblie ou encore la crise économique qui a suivi la catastrophe.

          Ces conclusions contrastent fortement avec les affirmations de l’AIEA (4). En avançant le chiffre de 4.000 cancers mortels sans spécifier que ce chiffre a trait à un groupe restreint de personnes (les 600.000 ’liquidateurs’ et les personnes relocalisées suite à l’accident, alors qu’au moins deux milliards de personnes ont été touchées par les retombées radioactives), l’AIEA tente de minimiser le coût humain de la catastrophe de Tchernobyl. L’AIEA a aussi omis de se pencher sur les impact autres que ceux liés aux cancers et a tenté d’expliquer ceux-ci par une « radiophobie » généralisée.

          « Il est regrettable que l’impact du plus grave accident nucléaire soit ainsi minimisé par l’AIEA, souligne Ivan Blokov, chargé de campagne Energie du bureau russe de Greenpeace. Un tel déni des implications réelles est non seulement insultant pour les milliers de victimes, mais remet également en question le mandat même de l’AIEA. Comment, en effet, peut elle prétendre au rôle de gendarme nucléaire mondial si elle ne peut même pas admettre que le nucléaire a anéanti la vie de tant de personnes ? »

          Notes : (1) Le rapport ’The Chernobyl Catastrophe - Consequences on Human Health’, est disponible à l’adresse : http://www.greenpeace.org/france/press/reports/impact-sanitaire-tchernobyl Le résumé est téléchargeable à l’adresse : http://www.greenpeace.org/france/press/reports/impact-sanitaire-tchernobyl-fr (2) L’agenda des événements sur la commémoration de la catrastrophe de Tchernobyl est consultable en ligne à l’adresse : http://www.greenpeace.org/france/agenda (3) Joint Institute of Power and Nuclear Research, Académie nationale des Sciences du Bélarus, Dr.Michail V.Malko, chercheur principal. (4) Centre of the Independent Environment Assessment, Académie des sciences de Russie, Dr. Veniamin Khudoley (et al.). (5) Communiqué de presse du 5 septembre 2005. (6) L’exemple le plus préoccupant en date est celui du réacteur David Besse, aux Etats-Unis. Malgré les contrôles réguliers, des fissures n’y ont été découvertes qu’après une dizaine d’années, et on a frôlé l’accident grave.


        • non666 non666 16 mars 2011 10:30

          Je suis assez d’accord avec votre discours.

          Il reste qu’il faut continuer a garder le principe d’un operateur unique public si l’on veut eviter le jusqu’au boutisme du profit qui a été la source des incidents dissimulés par la compagnie japonaise d’exploitation des centrales actuellement detruites.

          Or en, France, depuis Sarkozy, GDF/Suez et Bouyghes sont sur les rangs pour exploiter les futurs et les anciennes centrales nucleaires.

          De plus si les sites choisis impliquent une etude des risques sismiques, on peut se demander pourquoi on en a construit dans le sud-est ou a Fessenheim.

          Enfin, Sarkozy et la comission de bruxelles sont en train de nous imposer des taxes pour penaliser EDF (trop competitif) avec ses centrales alors qu’on nous vends le fait que la concurrence rendra l’electricité moins chère...

          Comme pour la telephonie, le mythe n’est plus credible mais ce qui apparait de plus en plus ce sont les « profiteurs de guerre » , de la guerre economique contre le peuple proprietaire, evidemment.


          • Imhotep Imhotep 16 mars 2011 10:41

            Je suis d’accord avec cet article et les anti-nucléaires jouent d’Hiroshima, dans la parfaite méconnaissance volontaire de ces deux bombes avec Nagasaki qui ont tué non pas à cause des radiations, mortelles ensuite, mais à cause du souffle et de l’énorme chaleur dégagée qui a vitrifié tout sur son passage. Les mégalithes de Bretagne dégagent plus de radioactivité que les centrales nucléaires. Un voyage en avion nous fait recevoir plus de radiations que de vivre à 500 mètres d’une centrale. Les êtres vivants reçoivent depuis l’origine des temps des radiations nucléaires et ces organismes vivants ont appris à réparer les dégâts causés par les radiations émises par le soleil.


            Le nombre de morts à cause des centrales nucléaires est extraordinairement faible en regard de ceux dues au charbon, aux extractions de minerais divers, au pétrole, à toutes les industries chimiques, à la pollution-même, aux maladies, aux accidents de la vie quotidienne et ceux de la route, et infiniment moins élevé que ceux des guerres civiles ou entre pays. Au Rwanda ce sont 500 000 morts à la machette, entre l’Iran et l’Irak ce fut 1 million de morts, autant au Cambodge, plusieurs centaines de milliers au Darfour. Tous ces hommes n’ont pas eu besoin de l’atome pour massacrer.
            L’énergie nucléaire est par nature dangereuse mais dans des limites parfaitement acceptables.
            Si nous suivions les raisonnements hystériques et démagogiques des tout sauf le nucléaire il faudrait alors cesser toute activité en regard des morts par pollution, par accident de la route, par alimentaire ou les accidents ménagers. Ils ne devraient plus jamais utiliser d’eau de javel qui tue si on l’ingère, ne plus faire de natation car on se noie, ne lus faire d’escapade en montagne car on tombe et on meurt. Il faut mettre en face les accidents en 50 ans de nucléaire, les morts (et bien sûr un mort est toujours un mort de trop) et les morts et malades occasionnés. En regard il faudrait mettre tous les autres et on verrait bien que l’un est extraordinairement plus sûr que beaucoup d’autres.
            On dirait que seule les centrales nucléaires explosent (rois en tout en 50 ans) alors qu’il y a eu au hasard AZF, Bopal … 

            • Walden Walden 16 mars 2011 11:08

              « Les mégalithes de Bretagne dégagent plus de radioactivité que les centrales nucléaires »
              Il est assez rare de voir les réacteurs des mégalithes bretons exploser en provoquant des retombées radioactives...

              « Le nombre de morts à cause des centrales nucléaires est extraordinairement faible » 
              La comptabilité des morts visant à évaluer la dangerosité du nucléaire civil me paraît en soi d’un cynisme achevé. Néanmoins, en accepterait-on le principe, il faudrait d’abord être en mesure d’avancer des chiffres, et ne pas se contenter le nombre des morts, mais de celui de toutes les personnes contaminées, directement ET par voie génétique : or ce nombre n’est pas fermé, il augmente tous les jours, et continuera d’augmenter tant qu’il y aura des radiations. Avez-vous seulement la moindre idée de la quantité de victimes dues à l’explosion de Tchernobyl ?

              « L’énergie nucléaire est par nature dangereuse mais dans des limites parfaitement acceptables. »
              QUI détermine que ces limites sont acceptables ? Au regard de quelle information préalable ? En clair : sont-ce des citoyens dûment avisés, ou des gouvernants soumis à la pression des lobbies ?

              D’une manière générale, je trouve effarantes toutes ces réactions de déni qui se multiplient actuellement, le même discours lénifiant continuant sans désemparer, contre toute évidence, visant à éluder le risque avéré de l’énergie nucléaire.

               smiley




            • Ariane Walter Ariane Walter 16 mars 2011 11:21

              OK Imhotep. je ne savais pas que tu étais pro-nuc.
              ca explique bien des choses.
              Hommes de raison, monstrueux...


            • Ariane Walter Ariane Walter 16 mars 2011 11:28

              Merci, walden, merci, merci !
              J’ai l’impression que je vis au milieu de fous.


            • pissefroid pissefroid 16 mars 2011 11:28

              à imhotep

              en comptabilité mortifère je ne peux m’empêcher de penser que le vingtième siècle a vu une centaine de millions de tués dans différents conflits.

              Le premier risque de mortalité à l’echelle de la planète est l’utilisation des armes fabriquées par les pays développés, ce sont donc les usines d’armement qu’il faudrait arrêter.

              La contamination par les radioélements fait peur et on oublie la contamination par les produits phytosanitaires civils et militaires.


            • Imhotep Imhotep 16 mars 2011 11:51

              J’adore tous ces anti-nucméaires qui utilisent des ordinateurs, qui roulent en voiture qui se chauffent à l’électricité, qui usent quotidiennement des produits à haute caractéristique polluante, qui ne sont en rien en conformité entre leur discours et la réalité de leur vie quotidienne.

              Il faudra dire à tous ceux qui sont dépistés, soignés grâce au nucléaire que c’est le diable absolu. Il faudra que vous évitez mes petits gars de profiter du soleil qui n’est rien d’autre qu’une gigantesque explosion nucléaire. Il faudra que vous évitiez d’utiliser des vélos, de simples vélos soit en aluminium qui nécessite des quantités infernales de courant à base nucléaire, ou alors d’acier qui nécessitent des mineurs, tout comme l’aluminium, du charbon du fer et des hommes esclaves pour les extraire. Vous éviterez d’utiliser des téléphones portables, des transports en commun dont les carcasses sont fabriques en aluminium ou en acier, dont les sièges sont synthétiques à partir de l’industrie pétrio-chimique qui pollue et tue. Vous éviterez vos bons feux de bois avec vos guitares vernies avec des polluants, feux qui dégagent énormément de CO2, de particules, d’aromatiques cancérigènes, vous éviterez de marcher sur les trottoirs faits de bitumes cancérigènes, et d’utilser des jeans en coton qui polluent les rivières ou les vêtement en lin pire pollueur de la nature qui soit, vous éviterez aussi d’aller dans les marchés-bio quand tous les produits livrés le sont gâce à des engins à moteur à explosion, vous éviterez d’acheter des livres, même sur papier recyclé car cela pollue aussi consiédrablement et cela use de l’électricité, vous éviterez aussi d’utilser du gaz car oui le gaz est dangereux et le nombre d’accidents dus au gaz est incommensurablement plus élevé que celui du nucléaire pour répondre à cette ineptie du risque zéro et que seul le nucléaire aurait ce droit absolu d’être damné parce qu’il y a un risque, tout comme marcher ou nager. Et oui la comptabilisation des morts n’est pas valable à l’unité mais elle l’est d’évidence dans sa masse et des millions de morts par d’autres énergie est à mettre en rapport à ceux de l’énergie nucléaire.

              Les anti-nucléaires absolus sont eux dans le déni de la réalité, non celle du sacrifice pour l’économie, car toutes les énergies tuent, toutes sans exception et ce n’est pas vos damnées cellules photovoltaïques que vous voulez nous vendre sans dire que leur rendement est d’une faiblesse affligeante et encore quand il y a du soleil, qu’il faut des usines SEVESO II pour les fabriquer, que l’ion ne sait pas comment les recycler car en fin de vie elles sont terriblement polluantes. Vos énergies alternatives qui non seulement ne sont à jamais suffisantes, sont aussi polluantes indirectement et fortement quand il s’agit de l’énergie solaire avec les cellules photovoltaïques.

              Le risque nucléaire existe mais il est faible et à ce jour y compris avec le Japon il est infiniment moins dévastateur que ne l’ont été les autres énergies.

            • Pyrathome Pire alien 16 mars 2011 12:07

              Allez donc chanter ça aux Japonais imhotep, et revenez nous voir après vous nous donner leurs impressions, si vous revenez......
              vous êtes indécent....et vous allez devoir affronter un tsunami anti nuke....
              RESPONSABLE ET ADULTE.......vous ne l’êtes pas encore, mais ça ne va pas tarder....


            • Walden Walden 16 mars 2011 12:10

              « Il faudra que vous évitez mes petits gars de profiter du soleil qui n’est rien d’autre qu’une gigantesque explosion nucléaire. »
              Phrase assez symptomatique de la qualité de votre argumentaire smiley

              NB : là où j’habite, 0 % de la production d’énergie est d’origine nucléaire : donc on peut vivre sans.


            • Ronald Thatcher rienafoutiste 16 mars 2011 12:17

              on est bien content pour vous walden, si si...


            • Ariane Walter Ariane Walter 16 mars 2011 15:56

              Il faut dire que Bayrou est pour le nucléaire !
              Petit soldat Imhotep au garde à vous !
              Interrogé à ce sujet ,il a dit "il faut une transparence absolue !
              C’est vraiment un grand homme d’Etat !
              Quelle reflexion !
              La transparence absolue des risques !
              mais on les connaît de A jusqu’à Z et on vient d’en juger !

              Une transparence absolue !!!!
              Dans le monde de la politqiue et du fric !
              le nucléaire est un poison éternel à notre échelle.
              Les hommes sensés n’en veulent plus ! Vous allez comprendre ça !


            • Imhotep Imhotep 16 mars 2011 21:29

              Par Ariane Walter (xxx.xxx.xxx.70) 16 mars 15:56

              Il faut dire que Bayrou est pour le nucléaire !
              Petit soldat Imhotep au garde à vous !
              Interrogé à ce sujet ,il a dit "il faut une transparence absolue !
              C’est vraiment un grand homme d’Etat !
              Quelle reflexion !
              La transparence absolue des risques !
              mais on les connaît de A jusqu’à Z et on vient d’en juger !

              Une transparence absolue !!!!
              Dans le monde de la politqiue et du fric !
              le nucléaire est un poison éternel à notre échelle.
              Les hommes sensés n’en veulent plus ! Vous allez comprendre ça !


              Et vous, vous êtes le petit soldat de qui ? Je n’ai pas besoin de Bayrou pour avoir une opinion et au sein du Modem, je ne suis rien qu’un militant de base qui ’a aucune responsabilité et ne va chercher des ordres nulle part. Et vous quand vous écrivez, puisque vous vous dites romancière, que faites-vous, si je suis (du verbe suivre car malgré votre agrégation de lettres vous ne semblez pas comprendre le sens des mots) votre stupide suspicion ? Vous faites du plagiat ?


              Quant à parler de personnes sensées, aucune personnes réellement sensées ne pourraient préconiser les cellules photovoltaïques au rendement extraordinairement faible au coût écologique de fabrication disproportionnée, à la plage de fonctionnement faible (hors jeu au-delà de 30° ), justement là où il y a du soleil, extrêmement coûteux à fabriquer, à la durée de vie faible, à l’incapacité d’être recyclées et ce sont ces mêmes gens sensés qui nous en font une promotion outrageante. Tout comme les éoliennes de grande pollution visuelle et sonore, gaspillant de l’espace, polluante à fabriquer qui ne fonctionnent que quand il y a du vent.


              Enfin les gens sensés, alors qu’à l’heure actuelle la catastrophe nucléaire n’est pas encore là, espèrent de tout leur cœur qu’elle ne se produira pas, ce qui n’est pas votre cas vous qui espérez de tout votre cœur un maximum de morts et d’irradiation pour vous glorifier d’avoir raison. Vous êtes mortifère en fait, et sans doute des pires, vous voulez vous repaître des morts futurs. Et si cette catastrophe n’a pas lieu vous en serez désolée comme le sont les fanatiques qui ont besoin du malheur pour prospérer.


            • epapel epapel 16 mars 2011 23:28

              @walden

              Il n’en demeure pas mois qu’il y a plus de morts et de malades causés par l’abus d’exposition au soleil que par l’industrie nucléaire.

              Moralité : les gens préfèrent risquer mourir librement et nombreux d’un cancer suite à une activité futile plutôt que risquer de le subir peu nombreux suite à une activité utile.


            • Ariane Walter Ariane Walter 17 mars 2011 04:28

              Imhotep,
              Bien sûr,
              Mon fils vit au japon donc j’attends que tout saute avec jouissance pour avoir raison !!!!
              Il faut l’écrire !
              Quant à mon agreg, ah ! elle en titille beaucoup !
              C’est fou ce que ça fait raler les mecs !
              Tous vos arguments sont de la même eau.
              Je me dis romancière et je ne connais pas le sens des mots ?????
              Vous ne me dites pas que je suis vieille ????
              Parce que alors là , ce serait complet.
              La jalousie, vous connaissez, monsieur Imhotep ?

              Mais je vous ai attaqué rudement, vous me le rendez. je le prends ainsi.

              malheureusement pour vous, je ne suis pas seule dans mon camp,je crois.

              ils sont tous agrégés et crétins ????????????


            • Imhotep Imhotep 17 mars 2011 06:37

              Et voilà ce que dit Bayrou pour vous en plein à côté de la plaque. Quant à votre agreg vous retardez de 60 ans avec les sufragettes. C’est un argument bien facile et bien médiocre de croire que je suis jaloux de votre diplôme et parce que ce serait celui d’une femme que cela me titillerait comme vous dites. Je ne faisais que répondre à votre insulte de petit soldat qui semblait vous plaire. De plus que votre fils fût au Japon n’est qu’un argument du même genre que votre féminisme qui vous sert de bouclier. Cela n’a rien à voir avec votre réflexion. Votre fils est une chose personnelle, le nucléaire est une chose générale et si pour votre fils vous n’espérez pas de mort ’( et encore reste à savoir où il est au Japon), les morts autres conforteraient votre position. Enfin voici donc ce que dit Bayrou qui est bien loin de ce que vous en disiez :

              Le drame qui touche le Japon est « au moins aussi important que ce qu’on a vécu le 11 septembre 2001 », a déclaré François Bayrou qui a expliqué : « C’est une remise en question de toute notre manière de voir le monde, le progrès, le développement de nos pays ». En effet, si dans « le pays le plus technologiquement avancé de la planète, on a le drame, le dérapage général devant lequel on se trouve, alors naturellement ça remet en question y compris notre manière de voir les choses », a-t-il ajouté. 

              Aujourd’hui, selon le président du Mouvement démocrate, « la réflexion doit mettre en cause le choix 100 pour cent nucléaire qui avait été celui de la France ». « Il y a deux choses à faire qui sont très urgentes », a-t-il expliqué : premièrement « un test de résistance sur toutes les centrales nucléaires européennes, pas seulement françaises. Deuxièmement, un débat général sur quelle énergie nous voulons ». Il faut aussi « mettre en cause les centrales les plus anciennes en France » comme celle de Fessenheim, a-t-il dit.


            • Traroth Traroth 18 mars 2011 17:49

              @Imhotep : vos arguments sont hautement fallacieux. J’achèterais bien des vêtements qui tiendront toute ma vie, mais aucun fournisseur n’est prêt à m’en vendre, ou sinon à un prix que je ne peux pas payer. Pareil pour la voiture, l’ordinateur et tous mes biens. Ce n’est pas par plaisir que je rachète quand c’est cassé. Je préférerais ne pas avoir à le faire.


              Ma nourriture est en grande partie bio, dans la mesure où je peux le financer, mais je suis conscient d’être une exception. La plupart des gens voudraient avoir les moyens de financer une nourriture qui ne les empoisonnera pas.

              Je voudrais bien pouvoir acheter une électricité écologiquement responsable, mais je ne peux pas !

              Vous confondez les situations choisies et les situations subies !

            • brandon_de_la_discorde brandon_de_la_discorde 16 mars 2011 10:59

              D’accord avec l’article.
              L’opération médiatique anti-nucléaire des écolos tient à l’irrationalité et à la paranoïa. C’est de la récupération cynique.
              Il y a des catastrophes aériennes. Faut-il arrêter de voler ? Non, il faut améliorer sans cesse.
              C’est pareil avec le nucléaire.


              • Ariane Walter Ariane Walter 16 mars 2011 11:26

                C’est vrai qu’un accident d’avion qui fait six cents morts continue à tuer pendant des années et des années !!
                Il faut vraiment que vous soyez ....(Mettez l’adj que vous voulez, je les ai tous sur le couer) pour sortir des arguments aussi médiocres.

                Il faut bien que vous sachiez que vos arguments ne passeront plus. le nucléaire est mort.

                @ L’auteur

                « Les déboires » des Japonais...Commencer ainsi un article encourage à lire le reste....

                Il ne faut pas jeter le bébé et l’eau du bain...
                Il s’agit d’un évènement qui va empoisonner la planète entière. Vous l’avez compris ?
                Choisissez mieux vos mots s’il vous plaît.


              • velosolex velosolex 16 mars 2011 13:02

                Arrêter ! Vous allez réussir à me culpabiliser et me convaincre que mon vélo ne fonctionnerait pas sans l’énergie atomique.
                Quand à nos fameux mégalithes, en Bretagne, soi-disant pleins de radium ( comme quoi, hein, les centrales sont donc naturelles...), les femmes en mal d’enfants venaient autrefois s’y frotter le ventre.
                Il n’est pas sûr que les centrales bénéficient d’une même conception du sacré.
                Il faudrait demander leur avis aux japonaises.


              • velosolex velosolex 17 mars 2011 01:29

                Bien vu, car les mots ne sont pas neutres et conditionnent notre regard.


              • AntoineR 16 mars 2011 11:05

                L’idée d’organiser un débat national est intéressante, mais il y a d’autres points sur lesquels il faudrait aussi insister :

                - les conditions apocaliyptiques d’extraction de l’uranium dans des pays comme le Niger. Le maintient de ces pays dans des républiques « bananières » pour mieux les piller. Il n’y a pas de miracles, si le nucléaire est si peu cher, c’est surtout grâce à cela.

                - Le lien étroit entre le nucléaire civil et le nucléaire militaire. Vous avez cette facilité de dissocier les deux : c’est soit un manque énorme de connaissance du domaine, soit une manipulation honteuse. Le traitement des déchêts du nucleaire civil permet de produire les éléments permettant la fabrication de munitions (uranium appauvri) ou la fabrication de bombes (uranium surrenrichi).

                Le nucléaire est donc bon marché, si et seulement si :
                 - on maintient une politique « colonialiste » envers les pays ayant des ressources d’uranium
                 - on continu à produire des bombes et des munitions, utilisant ainsi le sous-produit des usines (on peut d’ailleurs se demander lequel est le sous-produit de l’autre)

                Pour ce débat, il faudra aussi faire prendre conscience aux gens que le nucléaire est aussi une ressource limitée.

                Il faudrait aussi parler des coûts indirect de la production qui ne sont jamais pris en compte (santé, crise économique lié au accidents, coûts pris en charge par l’état alors que les gains sont privatisés).

                Il va y avoir du boulot......


                • Ariane Walter Ariane Walter 16 mars 2011 11:29

                  Excellent post, excellent.Tant d’horreurs derrière ce mot « nucléaire ».


                • Grasyop 16 mars 2011 19:27

                  Le Niger est une démocratie qui vient tout juste d’élire son président (dans des vraies élections, où l’opposant à reconnu sa défaite).

                  Ce n’est pas le nucléaire, mais une autre énergie bien connue, qui finance Kadhafi, Bongo, et nombre de dictateurs.


                • Cielo Cielo 20 mars 2011 10:19

                  Excellent commentaire qui établit avec concision la réalité du nucléaire civil. 


                • JL JL 20 mars 2011 10:40

                  Il est clair que le nucléaire n’est pas un choix rationnel, mais un choix de société : nos zéiltes on t délmibérément choisi d’oeuvrer à une société totalitaire et malthusienne.


                • JL JL 20 mars 2011 10:41

                  Bis repetita placent, et sans les fôtes de frappe  smiley :

                  Il est clair que le nucléaire n’est pas un choix rationnel, mais un choix de société : nos zéiltes ont délibérément choisi d’oeuvrer à une société totalitaire et malthusienne.


                • JL JL 20 mars 2011 10:43

                  Allez, je vais voter. Bon vote à tous les privilégiés qui sont invités à donner une baffe à toute cette pègre.


                • Greys 16 mars 2011 11:42

                  Poster un article qui ne se plaint pas est dangereux sur agoravox.

                  Je suis d’accord avec l’auteur, le ratio production/prix/risque/pollution le nucléaire est loin devant toute les autres technologie de production énergétique, mis a part la géothermie qui est la seul source energetique naturel, renouvelable et illimité mais donc l’implantation est très limite. (voir l’Islande).

                  Le problème de l’éolienne : pour remplacer le parc nucléaire français il en faudrait environ 100 000 (un réacteur équivaut a 1500-1700 éoliennes), soit 1 tout les 2km carré (montagnes comprise), sans compter que c’est moche (faut dire ce qui est), limite (ne peux fonctionner que si le vent est suffisant ou pas trop fort) et la cerise dont personne ne parle est le bruit : lorsqu’une pale passe au niveau du mat, la compression d’air produit un infrason qui se propage tres loin (le fameux woosh), vous pouvez aller demander a ceux qui vivent près d’éolienne, ca les rend fou, ainsi que tout les animaux a proximité (sauvage et domestique).
                  La solution avec l’energie du vent vient d’autre type d’eolienne peu connu les éolienne a axe vertical, beaucoup plus efficace et sont complétement silencieuse.
                  Ces eoliennes a axe vertical sont plus rentable a taille inferieur que les éolienne a axe horizontal, donc moins destructeur pour les paysages francais.
                  Mais on fait fasse a un lobby en france qui s’entête a mettre des éolienne a axe horizontal
                  Une solution domestique viendrait aussi par les stateoliennes a installer chez soi.

                  Les cellules photovoltaique :
                  D’un cote la fabrication de cellule photovoltaïque demande beaucoup de ressources (eau, production de CO2, sillicium).
                  L’efficacité du rendement photovoltaïque est encore tres faible (inferieur a 20%).
                  Enfin on a beaucoup de mal a recycler le silicium des cellule photovoltaique et finissent souvent a la décharge.
                  En moyenne il faut entre 5 et 10ans de fonctionnement pour compenser l’énergie nécessaire a la fabrication d’une cellule photovoltaïque.
                  Sans compter qu’il faut du soleil, ou qu’il fasse jours pour que cela fonctionne.
                  Bref, pour moi la technologie solaire a encore besoin de beaucoup de maturation, et qu’ils arrivent a recycler le composant photovoltaïque.

                  Je pense qu’on peut sérieusement diminuer le parc nucléaire français, sans pour autant pourrir les paysage français, détruire la flore marine, se voiler la face.
                  Seulement en dehors de la geothermie ou énergie marine, il reste des contraintes (vent, ensoleillement, etc.) qui font qu’il reste nécessaire d’avoir une source d’énergie efficace, continue en (presque...) toute situation.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès