Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Obama déclare la guerre au charbon : une bonne nouvelle pour la planète (...)

Obama déclare la guerre au charbon : une bonne nouvelle pour la planète ?

Depuis son élection en novembre 2008, les écologistes, américains et du monde entier, espéraient une rupture du président américain Barack Obama avec la politique énergétique de son prédécesseur, George W. Bush.

Il aura fallu attendre l’échec du sommet de Copenhague, une réélection et plus de quatre ans pour que le président démocrate annonce enfin les intentions des Etats-Unis pour lutter contre le réchauffement climatique.

Est-ce pour autant vraiment une bonne nouvelle pour la planète ?

Barack Obama s’est engagé le 25 juin, « en tant que président, en tant que père et en tant qu'Américain  », à prendre des mesures pour lutter contre le réchauffement climatique. Parmi les cibles prioritaires de réduction des émissions de gaz à effet de serre : les centrales électriques fonctionnant au charbon.

Pour cela, le président américain a demandé à l’EPA, l’agence américaine de protection de l’environnement, de proposer de nouvelles normes d’émission de CO2. Certains experts avancent que cet encadrement réglementaire pourrait être complété par la mise en place d’un marché des droits à polluer. En parallèle, Obama entend également développer les énergies renouvelables en mettant huit milliards de dollars à disposition.

La détermination affichée semble aller dans le bon sens pour permettre aux Américains d’éviter de subir les sécheresses, inondations et autres phénomènes extrêmes qui touchent de plus en plus leur pays. Problème, dans le domaine de l’écologie, les frontières n’existent pas. En conséquence, ces résolutions unilatérales, après le refus constant des Etats-Unis de s’engager dans toute négociation internationale, ne permettront pas une réduction de la pollution au niveau global.

De fait, les producteurs de charbon américain, ayant déjà vu leur vente intérieure diminuer avec la concurrence croissante du gaz de schiste, vont devoir se tourner encore davantage vers l’exportation.

Ici, en Europe, nous risquons donc d’être les premières victimes collatérales des décisions de Barack Obama. De fait, notre vieux continent en situation de dépendance énergétique est à la recherche de toute solution pour faire face à l’envolée des prix de l’énergie. Le charbon américain bradé constituera donc une aubaine, en particulier pour un pays comme l’Allemagne dont l’achèvement de la transition massive vers des énergies renouvelables reste un objectif à moyen ou long terme.


Moyenne des avis sur cet article :  1.86/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • Daniel D. Daniel D. 27 juin 2013 18:58

    Sinon on peut aussi lancer un plan d’envergure de relance économique en multipliant la création de petites unités de fabrication de pétrole selon le procédé Laigret qui permettent de fabriquer du pétrole très peu cher, et nous rendrais indépendant en énergie fossile en réduisant la pollution et en arrêtant d’utiliser du pétrole venant des sous sols ou il était piégé...


    Breveté depuis les années 1950, ce procédé permet de transformer en pétrole de la biomasse, les déchets verts, les huiles ultimes, les déchets périssables (résidus de fabrication alimentaire, produits périmés, bref les 40% de pertes du systèmes alimentaire), les déchets d’abattoirs (farines animales et autres déchets carnés, les varechs et algues (y compris celle toxiques qui empoisonnent certains cours d’eau et plages), les boues d’épurations des villes etc …


    En plus de réduire nos gaspillage et nous rendre indépendant au niveau du pétrole, cela re-dynamiserais les campagnes par la création d’emplois, et permettrais de garder des industries de raffinage au lieu de les fermer et les perdre (petroplus ?)


    Utiliser le pétrole fossille rajoute du co2 dans le biotope, alors que le procédé Laigret est un procédé renouvelable et durable, car il utilise du co2 deja dans le biotope.




    http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Laigret

    Documentation sur le pétrole Laigret :

    http://www.econologie.com/documentations-du-projet-laigret-articles-3942.html

    Brevet original du Petrole Laigret :

    http://www.econologie.com/brevet-du-docteur-laigret-articles-3957.html


    Ce procédé breveté n’est pas une théorie, il est réel et fonctionne et a même été testé industriellement dans une usine a Tunis. L’expérimentation as été abandonné car les prix de fabrication le rendais équivalent au prix du pétrole d’extraction... dans les années 50...


    L’envolé des prix du baril rend ce procédé extrêmement avantageux mais la volonté politique est au contrôle de l’Énergie et non a sa démocratisation.

    Monde cinglé !


    • bart153 bart153 28 juin 2013 12:13

      Je ne vois pas en quoi ce procédé rendrait la production de cette forme d’énergie meilleure marché que le biogaz tel qu’il est déjà fait aujourd’hui, alors qu’il faut en gros passer par le même procédé et en ajouter encore une couche. Or le biogaz n’est pas, aujourd’hui, compétitif par rapport aux énergies fossiles.

      N’oubliez-pas de mettre en parallèle les exigences règlementaires, sanitaires, de sécurité et autres toujours plus handicapantes pour qui prétend faire quelque chose de nouveau.


    • baldis30 27 juin 2013 22:24

      pour lutter contre le CO2, rien ne vaut le nucléaire ! je sais que cela fera polémique , mais il faut savoir quel niveau de vie on souhaite ...
      Le mouton sur le pré au Petit Trianon en batifolant sur une escarpolette parmi les meules de foin c’est du Watteau .

      Quant au réchauffement climatique faudrait-il encore qu’il existât ....

      Lorsqu’on voit comment le GIEC a travaillé en écartant les données qui n’allaient pas dans son sens, lorsqu’on suit l’activité solaire en comparant par exemple les cyles successifs sur des critères permanents alors

      on comprend mieux certaines choses et les intérêts qui sont derrière


      • Daniel Roux Daniel Roux 28 juin 2013 11:03

        Encore et toujours des grimaces et de belles phrases pour cacher une vérité plus cynique.

        Ce faux cul d’Obama aura attendu que l’exploitation des pétroles et gaz de shiste conduise les US à l’autosuffisance. Ce bon père de famille ne doit pas boire l’eau souillée des nappes phréatiques, conséquence de la fracturation hydraulique.

        Comme leur industrie est en faillite, cette autosuffisance va vite aboutir à une surproduction qu’il faudra bien écouler pour garantir les bénéfices des pétroliers.

        D’où la mise sur la touche du charbon dont le lobby parait moins puissant que celui des pétroles dont sont issus les Bush père et fils, pour ne parler que des plus récents.


          • paul 28 juin 2013 12:23

            Les dizaines de milliers de puits forés aux EU fournissent - pour le moment - une source d’énergie moins chère que gaz et pétrole conventionnels ( —> bulle économique ) .

            Réduisant la source d’énergie polluante du charbon dans son pays, Obama en profite pour passer pour un président écolo . Ce qui est faux puisqu’il est établi que cette nouvelle exploitation est aussi polluante pour l’atmosphère, et catastrophique pour les eaux souterraines .

            De ce fait, les EU deviennent premier pays exportateur de charbon : ce qui signifie qu’ils exportent une source d’énergie polluante, et qu’ils l’ont remplacé par une autre source encore plus polluante .Bilan global très négatif .


            • Lou Lou 28 juin 2013 13:49

              Un rappel : Le GIEC a été fondé par Thatcher pour pousser le nucléaire, quant à Oblabla, le menteur et la marionnette de Wallstreet, la peinture marketing de la présidence US s’ effrite et cet oncle Tom, créature de la CIA ne fait plus recette car plus en plus de personnes dans le monde réalisent l’ arnaque dont ils ont été victime ...


              • pierrot pierrot 5 juillet 2013 12:11

                Il est exact que le charbon du fait de son faible coût et des grandes réserves mondiales bien réparties pourrait redevenir un combustible énergétique plein d’avenir.

                Cependant il a l’inconvénient d’émettre du CO2 (GES susceptible d’influencer le climat) et divers gaz nocifs.

                Mais ces inconvénients peuvent être prévenus grace aux projet de piégeage et de stockage du CO2 (à l’état supercritique) dans des formations géologiques stables à long terme.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès