Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > On trinque avec le nucléaire !

On trinque avec le nucléaire !

Le vin, l’un des fleurons de notre beau pays, vit ces jours-ci des heures bien sombres, surtout en région Rhône-Alpes.

Suite à leur voisinage avec des centrales nucléaires, les producteurs, constatant une mévente, tentent de trouver une solution en contournant la situation.

Le problème s’était posé pour « les coteaux du Tricastin » qui, voisinant avec la centrale du même nom, avaient vu leur notoriété se fragiliser…

Et puis est arrivé l’accident de juillet 2008, et le président du syndicat viticole, Henri Bour, propriétaire du « Domaine de Grangeneuve » a décidé d’agir.

En effet, après l’accident, les carnets de commande se vidaient, les touristes qui aimaient auparavant visiter les nobles caves se faisaient de plus en plus rares.

Alors les producteurs n’ont fait ni une ni deux, ils ont demandé aux responsables d’EDF de bien vouloir changer le nom de leur centrale, lesquels les ont éconduit avec dédain…

Il ne restait donc qu’une solution, s’incliner, et donc rebaptiser les « coteaux du Tricastin ».

À la quasi unanimité des adhérents du syndicat, il fut décidé que leur vin s’appellerait désormais « vin de pays du Comté de Grignan »…mais l’INAO (institut national de l’origine et de la qualité) veillait, et objecta que cette appellation était déjà prise. La décision finale fut donc d’y ajouter « les Adhémar » en référence à une famille du moyen-âge qui régnait à l’époque sur cette région. lien

Ainsi est née une nouvelle appellation, le « Vin d’Adhémar-les-Grignan » (lien) mais les vignes sont toujours dans le même secteur, et la centrale nucléaire du Tricastin continue de faire régulièrement des siennes.

En effet l’année 2013 a été fertile en accidents en série, et la vallée du Rhône est, avec ses 14 réacteurs nucléaires, la région la plus nucléarisée d’Europe. lien

L’année qui a suivi a malheureusement été riche en « événements » en série pour le site nucléaire, (lien) et récemment EDF a avoué avoir menti lors du dernier « incident » en date du 31 décembre 2014. lien

Toutes ces péripéties avaient poussé Greenpeace à faire de l’humour sur le sujet en envoyant a l’ex-président de la République un camembert Flamanville, une bouteille de Tricastin, et un pot de foie gras « du Blayais », lançant par la même occasion l’AOR (appellation d’origine radioactive). lien

Quittons le Tricastin, et « les vins d’Adhémar-les-Grignan » pour se rendre un peu plus au Nord, ou les vignerons du Bugey sont confrontés au même problème.

En effet, les viticulteurs produisant le vin du Bugey ont décidé de débaptiser la centrale nucléaire du Bugey, celle-ci perturbant l’image de leurs vins….et handicapant les ventes.

Comme le dit Eric Angelot, président du syndicat des vins du Bugey, la centrale du même nom nuit à l’image de l’AOC obtenue en 2009.

Ils ont constaté une mévente, surtout en dehors du département, et encore plus dans les pays voisins, les acheteurs faisant naturellement le rapprochement entre le nom du vin, et celui de la centrale nucléaire.

Les instances nucléaires régionales, surprises au départ, ont finit par intégrer le problème affirme Eric Angelot.

Pierre Calzat, directeur des relations chez EDF Rhône Alpes, dit comprendre le dilemme, veut continuer à maintenir le dialogue avec les viticulteurs, et serait peut-être prêt à changer le nom de la centrale.

« Pour nous, que ce soit Bugey, ou St Vulbas, n’a pas d’importance (…) tout ce que nous pourrons faire, nous le ferons (…) juridiquement, rien n’est impossible, mais changer de nom est très difficile et complexe… ».

Mais au-delà de ces paroles d’apaisement, le président du syndicat préfère des actes aux belles paroles.

Ainsi il a commencé par demander que sur les supports de communication figure le nom « st Vulbas » et non Bugey. lien

Pour l’instant, si on lance un moteur de recherche, on ne peut que constater que le nom de Bugey continue de figurer prioritairement, même si un timide St Vulbas fait son apparition de temps en temps. lien

Alors les viticulteurs du Bugey font grise mine, et tapent du poing sur la table, en demandant à l’exploitant nucléaire de mettre un terme à cette situation.

Sauf que la décision finale ne pourrait, d’après EDF, qu’être prise par l’Etat : il faut un arrêté ministériel affirme-t-on en haut lieu !

Du coté des militants anti-nucléaires du secteur, on fait remarquer, non sans humour et pertinence, aux élus du secteur qui ont saisi le ministère de la question : « comment peut-on d’un coté défendre les bienfaits de cette centrale vétuste et dangereuse, et en même temps demander une nouvelle appellation ? Si on est pro-nucléaire, on doit assumer le nucléaire, jusque dans ses risques, notamment ceux d’une mauvaise image…  ».

il faut rappeler que si les vins du Tricastin ont eu gain de cause, c’est parce qu’en juillet 2008, la centrale nucléaire du même nom avait laissé fuir 74 kg d’uranium, ce qui avait décidé les autorités à accepter, en 2010, la demande des viticulteurs. lien

Rappelons aussi que récemment EDF a avoué avoir menti lors du dernier « incident » en date du 31 décembre 2014. lien

Les viticulteurs du Bugey auraient donc tout à gagner à utiliser l’argument de ces accidents qui se multiplient dans la centrale du même nom pour obtenir gain de cause.

Pour la petite histoire, on peut rappeler que le Beurre de la Hague a lui aussi été rebaptisé : il est passé de « Beurre de la Hague » au « Beurre Val de Saire » à cause de la piètre image donnée par l’usine nucléaire de la Cogema/la Hague. lien

Affaire à suivre donc, mais en toute connaissance de cause, que la centrale change de nom, ou pas, le risque sera bien le même…

Et le risque est gros.

Une centrale vétuste, la 2ème centrale nucléaire la plus vieille de France (lien) qui fuit de tous les cotés, avec des pannes à répétition…

Sur ce lien, proposé par l’exploitant, on peut découvrir tous les « évènements significatifs  » qui ont frappé la centrale.

Des "évènements" de sureté, aux incendies, en passant par les défaillances de capteurs, les « légères » trace de contamination sur des intervenants, les indisponibilité de vannes d’étanchéité, les prises en compte tardives d’alarme, la détection tardive de l’indisponibilité d’un matériel, les fuites de tritium dans la nature, les arrêts de système de refroidissement… la liste est longue.

Le dernier pépin en date du 10 février 2015 porte sur la découverte de tritium dans les eaux souterraines. lien

François Hollande s’était engagé à la fermer lorsqu’il espérait être élu en 2012(lien) puis il a évoqué Fessenheim…avec le succès que l’on sait.

Quand aux populations, elles ne sont manifestement pas très inquiètes, on leur a assuré que tout était sous contrôle, que tout était prévu, et qu’ils ne couraient pas plus de risque que de traverser la rue en dehors d’un passage à piéton.

Pour mieux les rassurer, début 2014, les préfectures ont simulé un accident grave, avec rejet radioactifs dans l’atmosphère.

Pompiers, gendarmes, agents EDF, personnel de l’IRSN (institut de radioprotection et de sûreté) étaient mobilisés, avec au programme évacuation d’une petite école, et ses 160 élèves. lien

Les gendarmes filtraient les principaux carrefours autour du site nucléaire, et si les élèves de l’école Hières-sur-Amby se sont bien retrouvés à l’abri, du coté de Morestel, quid de la radioactivité qui s’échappaient fictivement, et des moyens mis en œuvre pour empêcher sa progression dans toute la région ?

En effet, la population menacée concerne la 2ème plus grande ville du pays puisque Lyon et sa banlieue compte plus de 2 millions d’habitants. lien

En cas d’accident majeur, il faudrait évacuer, puisqu’à vol d’oiseau, Lyon est à une trentaine de kilomètres de Bugey. lien

Les lyonnais n’ont même pas de pastilles d’iode pour se protéger…(lien) mais ils auront, espérons le, quelques bouteilles de vin du Bugey dans leur cave pour passer le temps en cas d’accident majeur, et de confinement obligatoire dans les maisons, ou d’expulsion de leurs habitations.

Et puis comment être vraiment rassuré quand la Cour des Comptes dénonce dans un rapport récent le manque de moyen de l’IRSN et de l’ASN afin de contrôler efficacement le parc nucléaire national. lien

Mais comme dit mon vieil ami africain : « tant qu’il y a de la vigne, y a de l’espoir  ».

L’image illustrant l’article vient de leblogdejeudi.fr

Merci aux internautes de leur aide précieuse.

Olivier Cabanel

Articles anciens

ça chauffe au Tricastin

Un nucléaire pourtant si sûr…

La France a peur

Un nucléaire pourtant si sûr

Nucléaire la cible terroriste

Entre fusion et confusion

Nucléaire, de la fission aux fissures

La fable du thorium

Un avenir radieux ou irradié

Nucléaire, explosion des prix

Ce cher nucléaire

Sans transition, la chute !

L’énergie en partage

Il y a ceux qui nous pompent l’air…

Comment tourner la page du nucléaire, du pétrole et du charbon

Au pays du soleil, le vent !

Sortir en douceur du nucléaire

De la fuite dans les idées

L’imagination au pouvoir

Tel un avion sans kérosène

Rouler malin

D’autres énergies pour sortir de la crise

Au chaud sur la terre de glace

Simple comme l’eau chaude

Témoignage sur le photovoltaïque en France

Le plein de cochon à la pompe

Le nucléaire dépassé par des cochons

Qui a tué Stan Meyer

Déchets, de l’or dans nos poubelles

En France on a pas de pétrole, et pas d’idées non plus

Sites à visiter

L’observatoire du nucléaire

Le blog de Fukushima

Fukushima Diary

Next-up organisation

Blog de Jean Pierre Petit

Site de la CRIIRAD

Site de l’ACRO

ENENEWS


Moyenne des avis sur cet article :  3.77/5   (39 votes)




Réagissez à l'article

63 réactions à cet article    


  • Fergus Fergus 14 février 2015 10:18

    Bonjour, Olivier.

    Je suis loin d’être certain qu’il y ait une corrélation entre les centrales et la baisse des ventes des vins du Bugey et du Tricastin. Pour une raison simple : des appellations en perte de vitesse, il en existe également dans d’autres terroirs non situés à proximité d’une centrale. Cette image dégradée pour cause de voisinage encombrant, c’est ce que veulent croire les producteurs locaux, peut-être avec raison, peut-être pas. L’avenir dira s’ils ont eu du flair en changeant d’appellation. Mais, à titre personnel, je crains que ce soit plutôt la qualité somme toute assez médiocre de ces vins qui soit en cause.

    Pour ce qui est de La Hague, un endroit formidable où je prends plaisir à retourner de temps à autre, à l’image du romancier Didier Decoin, amoureux de ce formidable site, l’affaire n’est si simple et je ne crois pas que l’industrie nucléaire y soit pour quelque chose. Il se trouve que la partie ouest du Nord-Cotentin est particulièrement rude, entre ses falaises, ses landes, ses marais et ses redoutables tempêtes. Peu à peu, l’agriculture s’en est détournée. Et ce qui devait arriver est arrivé : la laiterie de Gréville a fermé. Dans le même temps, à l’est, le Val-de-Saire, aux pâtures grasses, a continué de fournir des laitages en quantité en en qualité sans commune mesure avec ce qui se produisait à l’ouest. C’est en grande partie pour cela que l’appellation Hague, de moins en moins pertinente, a été abandonnée.


    • olivier cabanel olivier cabanel 14 février 2015 11:39

      bonjour Fergus

      et pourtant, je n’ai fais que citer la réflexion du président du syndicat viticole qui lui même a fait le constat qu’après l’accident de juillet 2008 les ventes étaient en chute libre, et que les visiteurs se raréfiaient... (au début de l’article, avec le lien qui le cite)
      pareil pour les vins du bugey...ils constatent une mévente, suite à l’image de marque.
      sinon je ne vois pas pour quelles raisons ils se battraient pour faire changer le nom de la centrale.
      ensuite qu’il y ait une baisse globale des ventes ? je ne sais pas mais pour fréquenter de temps en temps les salons de vins, les producteurs sont plutot réjouis.
      par contre ce qui est vrai c’est que ces dernières années les conditions climatiques n’ont pas permis de grosses récoltes.
      par contre les exportations ont dépassé les 10 milliards d’euros, et serait surement allé au dela s’il y avait eu la quantité pour répondre à la demande. lien

    • Fergus Fergus 14 février 2015 13:09

      @ Olivier.

      Peut-être y a-t-il des questions d’une nature différente qui se posent pour ces vignobles. Sur le site Agrisalon consacré au Prix des vignes 2012 (je n’arrive pas à mettre le lien), il est indiqué que les prix ont certes augmenté cette année-là de 2,5 % en Bourgogne et Beaujolais, de 3 % dans les Côte du Rhône, de 3,3 % en Aquitaine, de 5,5 % en Alsace, mais de... 30 % dans le Bugey, pire encore que dans le terroir hors norme de Champagne où les prix ont grimpé de 22 %. Peut-être y a-t-il là une raison de cause à effet ?

      Autre chose surprenante : l’appellation mise en cause date de... 2009, autrement dit un an après l’incident de la centrale. Or, une appellation est le résultat d’une étude marketing. Les spécialistes se seraient-ils lourdement trompés sur les impacts négatifs ? Etonnant, non ?


    • fred.foyn Le p’tit Charles 14 février 2015 10:53

      Si il n’y avait que le nucléaire.... ?

      Demandez aux viticulteurs la merde qu’ils vaporisent années après années sur les vignes... ?
      Les sols sont saturés de poisons...comme en Bretagne ou les nappes phréatiques donnent de l’eau empoisonnée...
      Idem dans toutes les régions....Faut boire uniquement du vin bio.. !

      • Fergus Fergus 14 février 2015 11:31

        Bonjour, Le p’tit Charles.

        Vous avez raison sur les pesticides et les engrais déversés de manière excessive. Il s’agit là d’un vieux mal français, très largement imputable à la FNSEA.

        Pour ce qui est de la qualité des eaux en Bretagne, le problème est très largement exagéré. A titre personnel, je n’ai d’ailleurs jamais consommé autre chose que de l’eau du robinet, y compris dans le Finistère où j’ai vécu 10 ans. Cela sans le moindre problème. Quelques bassins posent néanmoins problème sur les côtes, les déversements de lisier favorisant la prolifération des algues vertes. Mais cela touche peu les nappes phréatiques où sont puisées les eaux de consommation. 


      • olivier cabanel olivier cabanel 14 février 2015 11:42

        au p’tit charles

        il y a heureusement de plus en plus de producteurs de vins bio, ou traitant le moins possible...
        il y a même aujourd’hui des producteurs qui proposent des vins avec sulfites zéro, et le vin se garde très bien contrairement à des légendes répandues.
        j’ai pu le constater.
        merci du commentaire.

      • mmbbb 15 février 2015 09:05

        Par olivier cabanel c’est tres bien que les viticulteurs evoluent Dans les anees 1970 ils etaient de vrais chimiquies ils balancaient a tout va Je l’ai entendu d’un viticulteur du Morgon Quoi qu’il en soit il est facile d accuser le nucaleaire et de ne pas mettre en exergue nos comportements les Francais sont des porcs et la nature et une decharge et ils jettent souvent des produits toxiques Meme en montagne il y des depotoirs ! 


      • eric 14 février 2015 11:17

        Encore des bénéfices collatéraux mal connus du nucléaire.. !

        L’alcool tue ! Prêt de 50 000 personnes pas an en France dit on ( accident de voiture, maladies, violences, etc..)
        http://www.boursorama.com/monbourso/redaction-participative/article.phtml?id=210
        Le nucléaire non ( zero morts en 50 ans en France http://www.boursorama.com/monbourso/redaction-participative/article.phtml?id=210)
        Nous apprenons ici qu’un nombre indéterminé de personnes à peut être légèrement réduit sa consommation de ce produit hyper dangereux : les amateurs exclusifs de coteau du Tricastin qui sont passé au régime sec par peur des radiations au lieu de boire autre chose.

        Cet article très local néglige le fait qu’il n’est pas un vignoble qui soit à l’abri d’un coup de vent depuis une centrale. On pourrait donc généraliser ces bienfaits.
        Boire du jus de raison augmenté d’un additif universellement réputé comme dangereux pour la santé ne peut de toute façon pas être acceptable pour un écolo digne de ce nom. Les méfait de l’alcoolisme sur les rejetons d’alcoolique sont bine documenté. Les éventuelles conséquences génétiques du nucléaire sur l’homme ne sont pas entièrement claires.

        Mais en réalité, il en est de même de toute notre agriculture.

        Au nom du principe de précaution, il est indispensable de commencer a substituer à nos propres productions des produits originaire de pays épargnés. Entre temps, les plus militants pourraient : réduire leur consommation de produit alimentaire nationaux au strict minimum.

        Ne manger qu’Américain ! Pour des raisons de taille du pays, le mais OGM ou les poulets aux hormones ont des chances d’être produits plus loin de centrales que n’importe quel produit français.

        Manger africain ? Il faut bien voir que seules les Amériques ont vraiment des surplus exportables...
        Nous n’avons pas le droit de retirer le manioc bio de la bouche des enfants affamés d’Afrique au nom de notre propre santé.

        Il est écologiquement urgent de lever toutes les limitations à l’importation de produits alimentaires américain. C’est cela ou manger radioactif.


        • olivier cabanel olivier cabanel 14 février 2015 11:48

          eric

          vous détournez le sujet...mais on commence à avoir l’habitude.
          d’abord vous affirmez d’énormes contre vérités, en déclarant tout de go que le nucléaire n’a tué personne en france en 50 ans !!!
          j’imagine que vous savez quand même que le nucléaire est responsable en bonne partie de cas de cancers ? de leucémies ?
          vous savez aussi j’imagine qu’un français sur trois est touché par un cancer.
          ça fait du monde.
          20 millions...
          alors bien sur, il n’est pas question d’imputer tous les cancers au nucléaire, mais le chiffre est relativement important.
          le comité européen sur le risque de l’irradiation à déclaré que le nucléaire était responsable de la mort de 61,6 millions de morts par cancers depuis 1945 en Europe alors que les sources « officielles » n’admettaient que 1,1 millions de morts. lien

        • eric 14 février 2015 13:02

          Sachant que beaucoup de cancéreux ont bu du vin dans leur vie mais que tous n’ont pas nécessairement habités prêt d’une centrale qui fuit, vos chiffres ne me semblent pas très scientifiques.

          Ils proviennent du CERI....un petit collectif de « scientifiques » qui évalue le nombre de cancer provoqué par le nucléaire à 120 Millions, le nombre de décès à 60 millions, les foetus ou nourrissons décédés à de l’ordre de 4 millions et l’incidence sur la qualité de la vie à ....10%..... !!!!!

          Bref, un « détail de l’histoire » en quelque sorte....


        • olivier cabanel olivier cabanel 14 février 2015 13:16

          eric

          normalement quand un commentateur est pris en flagrant délit d’avoir écrit une c...ie, il s’excuse platement, et on n’en parle plus,
          vous auriez du admettre en toute connaissance de cause que le nucléaire avait tué des millions de personnes... mais non, vous tentez de décridibiliser le collectif de scientifiques.
          pas très brillant comme procédé....d’autant que les sources « officielles » avaient admis la mort de millions d’êtres humains suite au nucléaire.
          pour d’autres, dont l’orgueil ne passe pas la porte, ils préfèrent parler d’autre chose.
          c’est manifestement votre cas.
          je vous plains sincèrement.
           smiley
          allez en paix, et aller brouter l’herbe que les ânes préfèrent, celle du déni de réalité.
           smiley

        • olivier cabanel olivier cabanel 14 février 2015 13:18

          jarnidieu

          qu’est ce que je vous sers ? une lampée d’éthanol...ou un verre de plutonium ?
           smiley
          profitez du beau temps, les plages sont encore accessibles, et un chateau de sable sera du plus bel effet.

        • eric 14 février 2015 13:57

          « Source et connerie », je ne vous le fait pas dire....J’ai une hypothèse personnelle sur la façon dont votre « collectif » ( le nom est tout un programme...) a évalué la « perte de bien être » lié au nucléaire et à ses130 millions de morts et malades....

          Il a du prendre l’Europe au sens large ( URSS historique inclue), arrondir a 600 millions en moyenne sur 50 ans, considérer que mourir constituait une perte de bien être et conclure qu’avec 60 millions de mort, on serait à 10% de la population.

          D’où une grave question, n’a-t-il pas ainsi sous évalué la perte de bien être pour les 60 de seulement malade , Quid des souffrances induites de proches ?

          Plus je vous lit, plus je soupçonne vos sources, et vous même, d’être à la solde du lobby nucléaire.
          D’ailleurs, en incitant vos contemporains à brouter une herbe qui ne peut être que contaminée, vous avalisez leurs propos sur innocuité de leur industrie....ou, au choix, vous vous livrez à un assassinat par procuration. Drôles d’idées, drôles de pratiques, drôles de propos.


        • olivier cabanel olivier cabanel 14 février 2015 14:05

          eric

          mais pour l’instant, vous n’admettez pas avoir écrit une belle c...ie en affirmant que le nucléaire n’avait causé aucune mort ?
          réponse attendue.
           smiley

        • olivier cabanel olivier cabanel 14 février 2015 17:06

          dede

          mais ce n’est pas moi qui vous le dit, ce sont les scientifiques dans leur ensemble, même s’ils ne sont pas tous d’accord sur les chiffres
          ici, ou , ou encore
          que ça dérange le lobbyiste nucléaire consternant que vous êtes, je le comprend bien, mais la réalité est parfois dure à avaler, et vous ne pouvez l’empêcher d’être là.

        • olivier cabanel olivier cabanel 14 février 2015 17:07

          jarnidieu

          mais c’est ce que vous devriez faire plus souvent... il doit bien passer des cirques de temps en temps dans votre région... sinon, vous pouvez vous rabattre sur vos commentaires.
          smiley

        • Ni naïf Ni Crédule dede 14 février 2015 17:14

          Ce que Cabanel nous raconte à travers ces pérégrinations internetisantes c’est :


          « S’il y avait eu un effet Tchernobyl, il aurait dû être plus net dans les départements français les plus touchés. Or, dans le Bas-Rhin qui a été l’un des plus contaminés le nombre de ces cancers a doublé depuis 1986, alors que dans le Calvados, pratiquement épargné par la contamination, leur nombre a dans le même temps, quadruplé ! Ce qui est mis là en évidence, c’est la différence des efforts de dépistage et peut-être la meilleure précision des relevés épidémiologiques, et non un phénomène pathologique particulier.

          Enfin, un effet Tchernobyl aurait dû entraîner une augmentation significative des cancers thyroïdiens exclusivement chez les enfants, car chez l’adulte la thyroïde, dont les cellules se multiplient peu, est particulièrement radio-résistante et l’on n’a jamais constaté d’augmentation du risque de cancer thyroïdien aux doses thérapeutiques (très supérieures aux retombées de Tchernobyl en France, les études ayant porté sur 45 000 personnes ayant subi un traitement par radio-éléments).

          L’un des registres les plus anciens et les mieux tenus est celui de Champagne Ardenne. Il montre que dans cette région, le nombre de cancers de la thyroïde apparaissant chez les enfants (0 ou 1 par an) n’a pas varié depuis vingt ans. La même constatation a été faite ultérieurement en Franche Comté. »

          En conclusion de ce lien :

          « En conclusion, tous les spécialistes s’accordent pour considérer que les retombées de l’accident de Tchernobyl n’ont pu causer aucun cancer supplémentaire de la thyroïde en France(6). »

        • olivier cabanel olivier cabanel 14 février 2015 17:53

          dede

          le fait que le nucléaire soit lié à vos activités professionnelles ne devrait pas vous permettre un tel aveuglement qui touche au négationnisme.
          je me demande à quel point vous êtes conscient des énormités que vous écrivez !?
          que quelques pseudos scientifiques, affidés au cea ou a d’autres instances nucléaires peu crédibles en la matière, affirment angéliquement que Tchernobyl n’ait pu causer de cancers en France en est l’une des preuves.
          je vous laisse volontiers dans votre obscurantisme moyenâgeux.
           smiley

        • Ni naïf Ni Crédule dede 14 février 2015 19:48

          « ...des énormités que vous écrivez !? »


          Ce que j’ai écris, c’est un copié-coller du lien que vous nous avez proposé.

          Quand au reste, bof ! Le jour où vous entrerez dans une INB, que vous y serez impliqué professionnellement, peut-être y verrez-vous autre chose que toutes les conneries qui se raconte dans les tréfonds du web et que vous colportez à foison sans jamais rien connaitre.

          Vous êtes toujours au fond de la classe, élève Cabanel, bien collé au radiateur !

        • olivier cabanel olivier cabanel 14 février 2015 20:50

          dede

          vous me flattez
           smiley
          ils sont nombreux ceux qui étaient toujours au fond de la classe, près du radiateur, a être devenus de grands savants, de grands artistes...
          merci du fond du coeur... et du fond de la classe.
          bon, j’ai réservé un lopin de terre pour vous du coté de fukushima... si vos valises sont prêtes ?
           smiley

        • eric 14 février 2015 22:12
          "ils sont nombreux ceux qui étaient toujours au fond de la classe, près du radiateur, a être devenus de grands savants, de grands artistes...
          merci du fond du cœur... et du fond de la classe« ,

          Je crois que c’est un peu comme vos calculs de décès nucléaires...Définir, compter, dater, etc..un minimum de bases scientifiques. Sinon les comparaisons ne veulent plus rien dire.

          Quand on dépiste mieux, on trouve, plus, si le nucléaire et le bio se développent dans la même période on doit pouvoir établir une corrélation.

          Il est incontestable que le nombre de cancer a considérablement augmenté depuis que le bio se répand...

          C’est pareil pour l’école. Oui, il y a des cancres à 10 ans qui on été des génies à 20 ou 50 ou plus.

          Il y a peu d’élèves du fond de la classe à barbe blanche qui, »plus tard dans leur vie", ont révolutionné la création...

          La rareté n’implique pas l’inexistence. Mon conseil ? Sortez de l’école, devenez adulte, rompez avec votre radiateur malgré toutes ces années de compagnonnage la vraie vie est dehors Cäbänel !
          Quand à vos chiffre, alors là je ne sais pas. Je ne connais pas l’âge de vos petits camarades de classe qui compte 120 millions de cancers, 60 millions de morts et concluent à baisse de la qualité de vie de 10% mais si ils sont plus jeunes que vous, il est peut être encore temps, pour eux, qu’ils se rapprochent de la table du maitre, parce que clairement, ils ont zappé une partie du cours...

          Cela étant dit, je comprend mieux à la lumière de vos aveux, votre fascination pour les tas de sable, les bonshommes de neige et autres activités de cour de récréation ; tellement récurrente dans vos propos. Alors, il faut que je vous dise, la vie adulte offre elle aussi des satisfactions....


        • Mac Naab 14 février 2015 23:19

          « normalement quand un commentateur est pris en flagrant délit d’avoir écrit une c...ie, il s’excuse platement »

          Notre très cher Cabanel qui dit ça ?! LOL

          Le génie qui présente des cartes sur la contamination nucléaire de l’océan pacifique indexé en mètre ou qui ne sait pas ce que μSv veut dire.


        • soi même 15 février 2015 00:42

          En changent l’appellation où la chapelle nucléaire, cela ne règle rien le problème, ce vin est il potable ? où il a la fâcheuse habitude d’avoir des oligoéléments exotiques, qu’il soit ordinaire où bios, cela ne change pas le problème, visiblement il y a tentative de tromperie sur la marchandise ?


        • olivier cabanel olivier cabanel 16 février 2015 10:53

          mcnaab

          vous reprenez un forfait commis par jarnidieu qui inventait des paroles que je n’avais pas écrit.
          vous n’êtes plus dans la course, changez de braquet.
           smiley

        • olivier cabanel olivier cabanel 16 février 2015 10:55

          eric

          voui... et vous devriez en profiter au lieu de perdre votre temps, et me faire perdre le mien.
          satisfaction.

        • Mac Naab 16 février 2015 15:14

          Les conneries que vous aviez pas écris :

          Citation d’olivier cabanel :

          « idem pour les mSv, sigle dans lequel vous avez tenté en vain de faire croire que je l’avais qualifié de micro ou de milli »

          "un autre qui invente le fait que j’aurais écris milli au lieu de micro alors que je n’ai donné que le sigle mSv, (sans d’autre précision)"

          J’espère que vous avez depuis réaliser une petite recherche google sur la signification de mSv.

          Regardez votre image, que vous avez utilisé pour cette article : http://www.agoravox.fr/actualites/environnement/article/fukushima-reaction-en-chaine-a-141613

          Et ne dites mois franchement si c’est pas de la mauvaise foi. (petit indice l’échelle est en mètre)


        • joletaxi 14 février 2015 14:29

          bonjour oh Mage radiatif
          salut les enclumes

          ça parle de quoi aujourd’hui ?
          on s’en tape, finalement
          Par contre, il est certains que les allemands ont adopté la méthode énergétique du Mage, pour se passer des énergies sales

          https://notalotofpeopleknowthat.wordpress.com/2015/02/14/whats-it-all-about-angie/

          6% de plus d’importation de crottes de biques en provenance de la Russie,vivement que la folle de Poitou ferme toutes les centrales nucs.,et investisse dans l’eldorado des ENR , où la France est à la traîne

          http://notrickszone.com/#sthash.goHSQS7w.dpbs

          http://notrickszone.com/2015/02/07/germany-2014-report-card-is-in-its-25000-wind-turbines-get-an-f-averaged-only-14-8-of-rated-capacity/#sthash.N0QhyfMX.Pem80RT4.dpbs

          heureusement il nous reste le pinard,plein de pesticides


          • olivier cabanel olivier cabanel 14 février 2015 16:59

            jo le timbré

            vous vous en tapez...
            entre nous, on se tape aussi de ce que vous écrivez.
            quand on voit votre degré d’obscurantisme !
            à cette heure vous ignorez encore qu’il existe du vin sans pesticides !
            faut sortir mon petit vieux.
             smiley

          • olivier cabanel olivier cabanel 16 février 2015 10:52

            jarnidieu

            vous devriez changer de braquet, vous n’êtes plus dans la course, et vous pédalez dans la semoule.
             smiley

          • JMBerniolles 14 février 2015 14:36

            Le vin des coteaux du Tricastrin s’est vendu pendant des dizaines d’années avec les réacteurs de l’usine d’enrichissement en fonctionnement.

            Les cotes de Blaye ne semblent pas avoir le même problème et d’ailleurs on n’entend pas Mamère réclamer la fermeture de la centrale du Blayais.

            La fermeture de centrales nucléaires n’est plus à l’ordre du jour comme le montrent les débats au Sénat sur la Loi dite de Transition énergétique.
            Qui devient essentiellement une Loi sur les économies d’énergie, sans financements.

            Mais monsieur Cabanel, vous et vos semblables, notamment les anti nucléaires du 84, êtes complètement responsables des angoisses et des peurs que le nucléaire génère chez les gens, un peu naïf, qui vous croient.

            D’ailleurs comme d’habitude, vous ne pouvez vous empêcher d’avancer la responsabilité du nucléaire pour une grande partie des cancers dans notre pays.
            Vous n’avez ni la capacité, ni l’autorité pour énoncer une chose aussi grave. Qui contredit les études sanitaires auprès des populations avoisinantes des centrales nucléaires et celles portant sur les personnels du nucléaire.





            • olivier cabanel olivier cabanel 14 février 2015 16:57

              berniolles

              comme d’habitude vous écrivez n’importe quoi.
              conseil d’ami, renseignez vous avant d’écrire
              vous verrez ainsi que ce sont la totalité du membres du groupe eelv, et le PS qui ont demandé la fermeture du blayais, ainsi que la communauté urbaine de Bordeau.
              allez en paix
               smiley

            • JMBerniolles 15 février 2015 13:11

              Vous pouvez me donner une citation de ce rigolo de Mamère demandant expliitement la fermeture de la centrale du Blayais ?


              Lors des débats de la Loi sur la transition énergétique à l’assemblée nationale, Mamère était absent comme beaucoup, et la fermeture de la centrale du Blayais n’a pas été évoquée.

              Je parle pas des déclarations de denis Baupin, parce que c’est une nullité absolue.


            • olivier cabanel olivier cabanel 15 février 2015 13:25

              berniolles

              venant de vous, je considère que traiter Mamère de rigolo et Baupin de nul, c’est déjà un compliment.
              j’en viens a me demander votre QI ?
              un test ?
              qu’est-ce qui est « fec » ?
              je ramasse les copies dans trois jours.
               smiley

            • JMBerniolles 15 février 2015 15:26

              Comme d’habitude vous vous dérobez.... Mamère tient avant tout à son poste de Député/Maire


              J’ai lu ce qu’a dit Denis Baupin lors des débats à l’Assemblée nationale sur la loi dite Transition énergétique. C’est un élément de plus qui me fait dire qu’il est nul.
              Il n’est pas le seul ? oui. Mais lui y ajoute une suffisance incroyable.

              En première lecture à l’assemblée nationale, il n’y avait pas plus de 40 députés pour débattre d’un thème majeur de gouvernement, l’énergie. Certains articles importants ont été adoptés avec 14 voix pour.

              Mais vous fuyez le vrai débat. 

            • olivier cabanel olivier cabanel 15 février 2015 16:43

              berniolles

              j’ai un principe, cher à frédéric dard, qui évoque le temps perdu.
              la deuxième citation sur ce lien
               smiley

            • JMBerniolles 15 février 2015 20:33

              Denis Baupin est nul.


              Mamère n’est pas dénué d’humour, certes un peu lourd.
              J’avoue que quand après une inondation qui a touché la centrale du Blayais, il a employé l’expression Tchernoblaye, cela m’a fait tout de même sourire ; 

              Cela n’est qu’un moyen utilisé pour cacher le vide de sa pensée politique.
              Et j’imagine que dans le plan politique qui vise à recycler Juppé, il jouera un rôle important.


            • olivier cabanel olivier cabanel 15 février 2015 22:15

              berniolles

              ah bon, vous faites aussi dans l’analyse politique.
              quel homme !
              a quand un avis de « spécialiste scientifique », ou celui du « jardinier du dimanche », a moins que vous ne penchiez dans la case « sexologue déjanté » ?
              sacré berniolles

            • soi même 14 février 2015 15:17

              Cette histoire n’a pas que du mauvais ;

              Les chasseurs de faux millésimes
              ( Radioactivité

              Dont la chasse aux faux vieux millésimes de crus célèbres comme l’affaire Rodenstock, du nom de cet imprésario allemand qui s’était fait une spécialité de « découvrir » de très rares bouteilles et de les vendre à des milliardaires collectionneurs. Ou, plus récemment, l’affaire Rouabah, négociant belge qui fabriquait de faux château-margaux ou lafite 1900, que Bernard Médina évoque sans la nommer : "Pour les vieux millésimes, on dose la radioactivité, ultrafaible. Par exemple, sur un margaux 1900, dont il a été question un moment. Si on trouve un peu de radioactivité sur ce 1900, c’est que ce n’est pas du vrai. La composition du verre a changé, moins de potassium, mais on peut avoir récupéré un vieux verre, alors on cherche le césium." Naïvement, on pourrait penser que le maximum de radioactivité dans l’atmosphère fut constaté en 1945, après le lancement des bombes atomiques sur le Japon. Bernard Médina nous détrompe : "Le pic de radioactivité, c’est 1964. Il y avait une bombe par semaine en atmosphère avec les essais de tous les pays. Puis il y a eu Tchernobyl, en plus petit. Le vin est une archive de tout ça. Le vin, c’est un regard dans le passé avec un microscope."

              Autrefois, l’ennemi, dans le vin, c’était le plomb, qu’il fallait débusquer mais qui servait aussi de marqueur pour les chasseurs des fraudes : "L’Empire romain aurait disparu à cause des sels de plomb, dit-on. Je pense que Napoléon est mort de saturnisme. Ça a été très long pour faire tomber les taux de plomb. Il y en avait dans le matériel vinaire : étain, zinc, bronze, laiton. Il y en a eu partout, dans la peinture, l’essence... La proximité des routes, avec les gaz d’échappement, jouait sur les premiers rangs des vignes : c’était, là aussi, un indice pour trouver les vieux millésimes. Avant 1940, il y en avait peu ; entre 1945 et 1970, beaucoup." ) 

              http://www.lepoint.fr/vin/chroniques/les-chasseurs-de-faux-millesimes-06-09-2012-1504979_582.php

               smiley


              • hunter hunter 14 février 2015 18:14

                Salut Olivier,

                dis-donc, t’a levé une tripotée de potes à Joe là, y’en a même qui reprennent sa litanie des enclumes,.....ouh là, ça fleure bon la fine fleur de l’élite intellectuelle française quand même ....(sauf pour Joe qui crèche dans le plat pays ; on sait toujours pas s’il est de passeport belge, ou bien de passeport français exilé pour raisons....peut-être fiscales mon p’tit Joe ????)

                 smiley

                Bon pour le pinard radioactif, je te propose un truc : tu dis aux producteurs qui n’arrivent pas à l’écouler, que tu as trouvé ici une bande de gens enchantés par le nucléaire, et qui sont donc ravis d’acheter des caisses entières de ces pinards pas faciles à vendre : jarnicoton, Joe, bref tous ses potes que tu as levés ici.

                Ensuite, tu rentres en contact avec un hacker russe, qui discrètement va te procurer les blases et les pedigrees des potes à Joe (ça te coûtera pas très cher). une fois que tu as la liste, tu vas voir les producteurs qui ont les pinards sur les bras : ils préparent les caisses, ils emballent, ils mettent les adresses.
                En parallèle, ton hacker russe aura piraté les banques de nos camarades nucléocrates, et aura mis en place des virements vers un compte off-shore, correspondant aux ventes effectuées par les producteurs ; il suffira ensuite de rapatrier les fonds sur les différents comptes des viniculteurs, et Joe et ses potes pourront se pichtaver la face avec tout ce bon pinard radioactif, ils vont kiffer leur race, comme dit ma nièce !
                ( attendre quelques semaines et procéder par montants inférieurs à 3000 € (mais je conseille la moitié), pour as affoler les systèmes (tracfin).
                 smiley

                Bon sinon, pourquoi ne pas transformer ce pinard en éthanol, et faire tourner des moteurs avec ? les chaîne de carbone sont courtes, contrairement aux hydrocarbures, ça fera toujours moins de pollution pour l’atmosphère....

                allez bon courage Olivier !

                Take care

                H /

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès