Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Organiser le Covoiturage contre la pollution des villes

Organiser le Covoiturage contre la pollution des villes

Il y a eu le pic de pollution de décembre

Une semaine plus tard le ministre de l'écologie proposait la circulation alternée pair/impair qui a été imposé ce mois de mars.

Cette solution comporte énormément d'inconvénient et quasiment aucun point positif :

-La plus drôle, préférez une plaque impaire, il y a 6 jours impairs de plus par an (et 7 en année bissextile)

-la moins drôle, c’est de la coercition très impopulaire, la mise en place de l’interdiction sera toujours un problème récurrent à chaque obligation

-c’est la moins réfléchie des solutions, elle ne règles que les pics les plus graves sans diminuer le fond journalier de pollution, ni la diminution/fluidité du trafic

-Je l’ai vu en œuvre à Athènes, il y a trente ans, les banlieusards ont réglé le problème avec une deuxième voiture, de préférence pas chère et souvent polluante, qu’ils utilisaient les jours où la principale était interdite

-Je précise que je déteste la manière de faire, "c’est le seul moyen de respecter les normes de Bruxelles".

Faisons de la politique pas de l’administration !

Covoiturage

JPEG - 16 ko
Paris, le 10 décembre 2013, à 16 heures, vu de la terrasse de St Cloud

 

A l’inacceptable, nul n’est tenu

Sans aucun filtre ni trucage, ci-dessus Paris vue à quatre heures de l’après-midi.

Aucun brouillard, l’air est très sec mais la couche de particule n’a rien de virtuelle. Ce sont des suies carbonées et sulfurées issues à plus de 75 % des pots d’échappements. Les 25 % restants proviennent des chaudières de chauffage en cette saison.

L’explication est simple et courte : il fait beau.

En plus technique, l’inversion de subsidence de l’anticyclone fait un couvercle à 280m du sol et emprisonne dessous toutes les émissions fumées et gaz.

Et chaque fois qu’il fait beau la vallée du Rhône, Grenoble, Toulouse, Paris… toutes les grandes villes qui ne bénéficient pas de brise, s’asphyxient dans leur pollution.

Alors qu’est-ce qu’on fait ?

On attend la pluie pour sourire ?

 

 

 

 

 

Cette fumée qui stagne et se densifie sur la capital et les axes de l’Ile de France est réellement toxique. Outre une surcharge de CO2, elle contient une quantité de particules qui rend dangereuses et cancérigènes toutes les activités de plein air y compris la marche sur les trottoirs et les cours de récréation dans les zones rouges de la carte.

Et pourtant, il suffit de demander « d’où vient cette pollution ? » pour connaitre immédiatement la réponse :

Elle vient à 95 % des voitures en été et à 75% en hiver

En cas d’anticyclone, elle se densifie tant qu’il n’y a ni brassage, ni précipitation.

 

Il n’est pas acceptable d’asphyxier plusieurs millions de personnes

Pourtant, le problème est simple :

Les voitures, premières sources de pollution, sont utilisées par le seul conducteur. (Actuellement, le taux d'occupation des voitures est de 1,28 passager à paris http://www.lejdd.fr/JDD-Paris/A-Paris-la-voiture-en-net-recul-642571)

Et la solution tout autant :

Sans aucune modification des transports en commun (qui demande une décennie d’étude et autant en travaux), il suffit de faire passer ce nombre à 3 personnes/véhicule pour régler à la fois les bouchons et la pollution.

La solution existe donc déjà, elle s’appelle le covoiturage.

Indolore, volontaire et non coercitive, elle ne demande que de la volonté politique.

De la volonté et de la créativité, car il ne suffit pas de dire covoiturage pour que celui-ci se fasse.

 

Migrer les comportements

Pourquoi autant de gens utilisent leur voiture pour aller travailler entre 6h30 et 11h00 et revenir entre 16h30 et 19h00 ?

Essentiellement parce que le nombre de changement en transports et leur saturation, leur rend le confort de la voiture individuelle de porte à porte préférable. Et ce, malgré les bouchons et le temps perdu.

Le premier objectif d’une proposition de covoiturage journalier est donc de se rapprocher au maximum du confort du transport individuel.

Les techniques (réseau, voiture, géolocalisation, 4G, appli-mobil…) progressant individuellement mois après mois, une synthèse des nouveaux moyens disponibles permet de définir un covoiturage optimisant les possibilités actuelles.

 

1/ il faut créer un avantage initial

au covoiturage : l’exemple USA

 

Les États-Unis, ont eu une politique ambitieuse au temps de Bill Clinton : Tous les grands axes conduisant aux mégapoles (SFO, LA,NYC, BOS….) ont isolé une à deux voies réservées au « car-pool » c’est-à-dire aux voitures contenant plus de 2 personnes (à partir de 3)

La simplicité de cette mesure est confondante : il suffit d’un article au code de la route et d’une ligne blanche séparant une voie à gauche réservée au covoiturage, famille… et interdite au livraison, camion, conducteur seul ou à deux (sauf véhicule 2 places contenant 2 personnes).

Cette voie est assortie d’une vitesse maxi et mini (80 – 120 km/h sur autoroute)

Des zones de dépassement et d’entrées sorties sont aménagées tous les « n » kilomètres

Le fait d’avoir cette voie hors camion fluidifie le passage des co-voitures et raccourcie leur temps de trajet.

Bien entendue, il ne s’agit pas d’une voie obligatoire, mais uniquement autorisée en plus avec parfois des heures de libre utilisation réglementées

 

2/ Il faut se rapprocher du confort individuel

 

Mais cela ne suffit pas ! Il ne faut pas seulement se co-transporter plus vite, il faut aussi se regrouper vite et arriver au plus près de la destination.

Le regroupement est l’investissement le plus important, mais il est aussi la clé de la réussite, parce que pour que le co-voiturage atteigne l’objectif de désengorgement et de baisse de la pollution, il doit devenir avantageux sur le trajet individuel ET CELA MÊME SI LA CIRCULATION REDEVIENT FLUIDE GRACE A LUI.

Outre le rendez-vous classique par internet à tel endroit telle heure, la création de stations de regroupement directement sur les grands axes est la clé de la pérennité du covoiturage.

 

Une station doit avoir :

 

  • Un parking de stockage des véhicules covoiturés 
  • Un retournement voiture (pont+echangeur pour venir et repartir dans les deux sens)
  • Un retournement piéton (une passerelle)
  • Des points de prises et déposes en fonction de destinations identifiées

 

Elles se situent sur les grands axes à approximativement 50, 30 et 10 km des limites de la ville

Ce sont des endroits sécurisés avec toilettes et magasins d’autoroute, salle d’attente chauffée

L’aménagement d’aires existantes semble une approche raisonnable.

 

La dépose et prise en ville

 

Le covoiturage s'adresse en priorité aux zones d'emploi où regrouper ceux qui viennent d'un grand axe et travaille dans la même zone est très aisé.

Pour les centres ville plus diffus, il faut des quais de dépose et embarquement sécurisés minute de tel manière qu’une voiture puisse faire descendre ses deux passagers et les retrouver facilement en fonction des axes vers lesquels ils vont.

Ces points doivent être répartis entre ville et proche banlieue et doivent être identifier pour correspondre aux axes de destination

Nota :

Si l’objectif de fluidification est atteint une dépose et prise en porte à porte est concevable

Par construction, les destinations attirant le plus de véhicule individuelles sont celles qui bénéficieront le plus du gain d’encombrement. Si le nombre de voitures entrantes diminue, elle libère de la place pour créer ces quais.

 

Appli-Internet

 

Internet, les mobiles, la géolocalisation et la 3-4g sont primordiales pour que le covoiturage de 3éme génération fonctionne.

 

Application d’inscription co-voiturant

 

Elle doit permettre d’entrer

le type de véhicule avec photo, interieur/extérieur ainsi que les points de prises et déposes de passagers possibles et les heures de rendez-vous

Un RIB ou une CB pour que le covoiturant récupère les frais des covoiturés

La récurrence possible ou un panel de date, le nombre de place offerte + les places restantes non proposées mais disponibles en cas de dépannage nécessaire (rv tiers raté)

Le conducteur entre son âge, son genre, son métier, les éventuels accompagnants (mari, femme enfant)

Plusieurs points sont évalués : ponctualité, propreté du véhicule, fumeur ou non, qualité du contact.

 

Une application d’inscription co-voituré

 

Elle doit permettre d’entrer l’âge, le genre, le métier, le trajet et la fréquence du besoin ou un panel de date.

Le covoituré entre aussi ses coordonnées CB qui permettent de payer mensuellement les trajets effectué

Les points identiques au covoiturant sont évalués

 

Appli géolocalisation

 

Dés qu’un covoiturant et un ou plusieurs covoiturés, ont contracté, 30 mn avant le RV chacun peut voir les autres sur géolocalisation sans qu’il y ait besoin d’appel, jusqu’au chargement.

En cas de retard ou d’annulation du covoiturant, la plate-forme applicative lance une demande de prise à bord aux véhicules effectuant le même trajet ou pouvant s’adapter. Idem en cas d’absence du co-voituré, la place libre est enregistré et reproposé

 

Paiement

 

Le parking de stockage de la voiture du covoituré est gratuit

Chaque trajet covoituré passe par l’application, un contrôle aléatoire permet de vérifier que la voiture covoiturant déclare bien tous ses passagers. Le logiciel prélève le covoituré du tarif forfaitaire correspondant au trajet, paye le covoiturant et une taxe qui finance en parti le système de gestion.

 

3/ Le covoiturage organisé a pour avantage immédiat :

 

  • La baisse de la pollution
  • La diminution de la consommation énergétique
  • La fluidification de la circulation sur les grands axes, périphériques, et intra-muros
  • La baisse par mutualisation des coûts de transport

 

C'est la solution la plus facile et la plus rapide pour regler le problème à la fois des pics, la polution journalière de l'air et le stationnement en ville.


Moyenne des avis sur cet article :  3.4/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

26 réactions à cet article    


  • Zip_N Zip_N 5 avril 2014 12:59

    Selon moi le mieux serait de limiter soit l’age du véhicule, soit la cylindrée, mettre des catalyseurs plus gros (auto-moto-camion). Limiter la cylindrée et baguer
    les véhicules inutilement plus rapide que 130 kmh est certainement, à terme, la meilleure solution, ce qui devrait sans inconvéniant transporter tout le monde en sécurité avec une pollution très inférieur. Cela me parrait mieux que d’aller à la station service faire le plein les jours pair ou de vendre son véhicule à cause de pollution trop prolongée et de nouveaux frais de transports. Le co voiturage signifie pour l’un ou l’autre des détenteurs, que son véhicule est utilisé une fois sur 2, il est 2 fois moins utilisé pour le même prix. Ce qui de fait le rend à moitié inutile.Voila le problème si chacun change sa méthode de transport. Par contre si ceux qui possèdent pas de vehicules emprunte le co voiturage, il va y avoir sensiblement plus de pollution car la voiture aura une charge plus importante.


    • Pierre Kéliam Pierre Kéliam 5 avril 2014 13:06

      ? ?? si vous mettez 3 personnes pas voiture au lieu d’une vous divisez par 3 la pollution. changer le parc automobile alors que les modèles que vous évoquez n’existent pas demandera 15 ans !


    • Zip_N Zip_N 5 avril 2014 13:33

      Comme je vous ai expliqué, mais si vous mettez 3 personnes par voiture et que ses personne utilisent leur voiture une fois sur 3, leur voiture vont couter 2/3 trop cher (taxe, dévaluation) leur voiture va veillir et couter 2/3 plus cher. De plus si les 2 autres personne ont pas de véhicule et utilisent d’habitude le métro, tram, le train, bus, la voiture va consommer plus car la charge de 150 kilo supplémentaire va générer plus d’usure et de carburant..ce qui génère sensiblement plus de pollution.


      • Zip_N Zip_N 5 avril 2014 13:36

        Mon idée contrairement a celle que vous présentez sur les grecs permettrait non pas aux banlieusard de s’équiper de modele polluant mais à ceux qui ont des grosses cylindrees et les moyens d’en changer et acheter une seconde petite cylindrée (de préférences récente), ce qui autrai un effet et résultat bien différent de votre modèle présenté avec les grecs.


      • philippe913 5 avril 2014 17:32

        votre raisonnement est complètement biaisé.

        Les frais fixes de chaque utilisateur ne vont certes pas changer (prix d’achat, assurance), mais les frais variables (essence, entretien) vont être divisés par 3, le poids de deux personnes en plus ne triplant en aucune manière la consommation ou l’usure d’un véhicule.
        Et comme votre véhicule aura moins de km, il décôtera moins.

        Alors au km/an, effectivement, la voiture aura un coût supérieur, mais on s’en moque, si on ne tient pas compte du kilométrage, elle m’aura coûté moins cher et j’aurais fait autant de km.
        rapide calcul sur 10 ans : prix d’achat 15000 euros, assurance 400€, essence (10000km) 600 €, entretien 250€ = 1500+400+600+300 = 2800 € par an, soit 0.28€ par km.
        si je ne fait que 3333 km, ça me fait donc 1500 + 400 + 200 + 100 = 2200€ soit 0.66€ du km, mais elle m’aura coûté 600€ de moins.
        De plus, j’aurais quand même fait 10000km, en partageant ma caisse, donc, ma voiture, comme je la prête, elle me permet de faire 10 000 km, donc, au final, 0.22€ du km en service rendu.


      • Zip_N Zip_N 6 avril 2014 15:44


        Avec votre explication le véhicule aura 3 fois moins de kilomètres mais 3 fois plus d’années ! si vous achetez un vehicule qui a 5 ans et que vous attendez 9 ans au lieu de 3 pour le revendre en pensant faire des économies vous vous trompez
        en économie et en pollution. Lorsque dans 10-15 ans il y aura encore plus de véhicules si tout le monde roule plus que normalement avec des vieux modèles polluant (peu utilisé à cause du covoiturage) le résultat sera encore pire et plus concentré.


      • philippe913 12 avril 2014 12:11

        votre raisonnement reste encore biaisé.
        Déjà, si vous avez l’habitude de vendre votre véhicule au bout de 5 ans, pourquoi le garder 10 au prétexte qu’il a moins de km, vous le vendez à 5 ans, avec bcp moins de km et donc plus cher.
        si, au contraire, vous voulez le garder plus longtemps, disons 10 ans, pourquoi pas, vous le vendrez moins cher, mais il n’est pas du tout sûr que vous soyez perdant, ça se calcule. Votre affirmation péremptoire sans plus d’explications ou d’argumentation ne prouve absolument rien.

        allez, je vais tenter qques calculs, sans prendre en compte la surcôte due au faible kilométrage.
        une petite clio 1.5 dci de 2008 est estimée 5800 €.
        la même de 2003 est estimée 4000€
        la même de 2012 est à 9000€

        ainsi, si au bout de 5 ans je vends ma voiture (5800€) pour racheter à 9000, je débourse 3200€. Dans 5ans, je refais pareil. Sur ces 10 ans, j’aurais donc déboursé 6400€.
        si, au contraire, j’attends 10 ans pour chnager, je déboursera 9000-4000 = 5000€.
        reste à savoir si ma vieille voiture, pendant ces 5 ans, m’aura coûté 1400€ de plus qu’un occasion récente. ça n’est vraiment pas tout évident. La consommation restera sensiblement la même, on aura 1 contrôle technique supplémentaire, peut être qques trucs à changer, mais si je n’ai pas de grosse panne, ( et vu qu’elle n’aura pas bcp de km elle sera moins sujette aux pannes qu’une voiture du même âge avec 3 x plus de km), je pense pouvoir affirmer qu’il y a bcp de chances qu’on arrive pas à ce surcoût, mais je ne suis pas un spécialiste.

        Allez, si je prend en neuf, à 13000€, c’est 14400 d’un côté et 9000 de l’autre, ce qui fait un delta de 5400€. là, je pense que si on a cette caisse juste pour aller au taf, la question ne se pose pas.


      • Zip_N Zip_N 12 avril 2014 22:19

        C’est vous qui faites le biaisage, pourquoi le garder 10 ? pour faire des économies !
        parce que le véhicule aura moins roulé, car le but de la manoeuvre est de faire des économies de carburant et d’argent, les véhicules perdent beaucoup les 1ere années, si le propriétaire en rachète une souvent, il lui coute donc plus cher, mais vous polluez moins, ensuite il faut calculer la puissance, solidité, pollution, sécurité, entretiens. De toute facon un conducteur sur 2 préfère l’une ou l autres des solutions actuelle qui est de 5 ou 10 ans tel que vous le présentez, etc.. avec ma solution vu que la voiture est un modèle type auto’lib, une consommation plus rapide du véhicule entre tous fait qu’il pollue moins car il est plus récent, il se divise entre le nombre de personne qui en ont besoin. Si vous roulez toute la journée et toute la nuit cela ne servirait à rien mais ce n’est pas le cas. Etre propriétaire et acheter un véhicule si il est utilisé 1 heure par jour, ou être locataire d’une heure par jour sur 24, pourrait se révéler jusqu’a 23 fois moins cher !


      • Croa Croa 5 avril 2014 22:33

        Oui c’est là une excellente solution smiley

        D’ailleurs le covoiturage est déjà encouragé par certaines municipalités (aires de covoiturages placés près des carrefours stratégiques par exemple) mais il faudrait faire bien plus ainsi que le suggère l’auteur.

        C’est à parfaire mais le débat est ouvert. Il me semble par exemple que les voies réservées pourraient être concédés aux véhicules les moins nuisibles (jusqu’à 5 CV fiscaux) à partir de deux personnes à bord mais qu’ inversement il ne devraient pas y admettre les pires sauf gros covoiturages (au moins 5 personnes pour une 11 CV et au delà.) 

        Pour ce qui est des applis ça viendra... Avec les smartphones les rendez-vous pourraient se prendre en temps réel, genre auto-stop amélioré ! smiley smiley smiley


        • Zip_N Zip_N 6 avril 2014 15:25

          Votre raisonnement est aussi biaisé, rassurez vous je serais pas le seul.
          Le triple c’est le poid de nombre de personnes, si vous mettez 10 personne ça décuple le nombre de personne, c est la que vous faites une grossière erreur de calcul, cela triplera le poid de passager, même si 3 personne est minime par rapport à la stucture du véhicule. comme indiqué en consommation je vous ai dit qu entre 1 et 3 la consommation augmente sensiblement (la cylindrée fait office de facteur de rendement et démultiplicateur) avec 1 litre de cylindrée , 2 ou 3 litres effectivement c’est pas la même chose. Il me semble que les gens veulent faire du co voiturage pour faire des économies, leur véhicule s’useront 3 fois moins vite et polluront plus car ils s’utiliseront plus longtemps dans le temps, vieilliront 3 fois plus et se revendront d’autant moins bien pour leur porte monnaie. (à la maniere des grecs) vous reproduisez le même système, même scénario, pas mieux.


          • philippe913 12 avril 2014 14:15

            ou fais je une grossière erreur de calcul ?

            allez, prenons en compte le poids, 2 prs en plus (150 kg) = (grosso modo) 10% de consommation en plus, soit 0.006 cts du km en plus, 20€ pour mes 3333 km, soit 580€ d’économie par an, et plus 600, énorme changement...

            Ce que je n’ai pas chiffré (j’en serais bien incapable) est que si tout le monde fait ça, on divise la circulation par 3, —> plus grande fluidité de circulation —> moins de temps perdu —> moins de carburant consommé —> moins de stress etc.

            L’idéal en termes d’économies et de pollution serait effectivement d’avoir réellement une seule voiture pour 3, on diviserai ainsi les frais fixes par 3, mais quelle perte en liberté et en confort. Certains seront d’accord, d’autres non. Essayons de garder un minimum de liberté non ? que ceux qui veulent fonctionner ainsi le fassent, personne ne les en empêche (merci les soucis quand je veux la caisse pour aller faire d’autres petits trajets autour de mon domicile) et ceux qui préfèrent rester propriétaire de leur voiture le restent.

            Quand au parallèle avec les grecs, je ne vois pas ce qu’il fait ici, il s’agit du système de circulation alternée qui est contourné avec l’achat d’une 2° voiture.

            Je vous sens énervé et de mauvaise foi devant les arguments objectifs et chiffrés que je vous apporte pourtant.


          • Zip_N Zip_N 12 avril 2014 23:26


            Oui je vous comprend, mais pour mon système, moi je vous parle pas seulement d’économie d’essence, qui sont partagé entre 2 ou 3,4 personnes. Je vous parle d’économie de véhicule général, en prenant d’avance le système. Rien ne vous empêche de faire du covoiturage supplémentaire, « votre solution ressemble à une petite camionnette de transport. » ça s’appelle un bus. Au lieu de 10 véhicules pour 10 personne mieux qu’il y en aient plus. Le reste est pas écologique dans le temps, si les 3 voitures s’utilisent 3 fois plus longtemps (moins utilisée). La voiture dans 15 ans pollura plus qu’une autre nouvelle et consommera plus, le carburant augmentera et le petit argument et avantage du début sera perdu ensuite.


          • Zip_N Zip_N 13 avril 2014 00:37

            Phillippe oui le système grecs agit en pollution, le parallèle est pareil pour la résolution du problème de l’auteur içi : vous me sentez énervez ? heureusement que je manque à nouveau pas d’humour ! mdrr, si mon avis vous intéresse, je vous sent plutôt sérieux..et rigide et coincé comme un mur.


          • Zip_N Zip_N 6 avril 2014 16:26

            Pour utiliser votre exemple Philippe et ignorer une différence de consommation il faudrait prendre un tracteur ou un camion mais avec une voiture si 2 personnes supplémentaire représentent 15% du poid du véhicule la consommation médiane en sera augmenté en même proportion, pour un trajet et méthode identique, cela est augmenté par différents facteur tel que s’arrêter et repasser plusieurs vitesses, utiliser de vieux véhicules, un train ou camion qui est lourd utilise plus d’énergie au démarrage et si il y a beaucoup d’arrêts (montée des rapports) C’est un peu comme si vous mettiez des trains à la place de métro, cela consommerait plus d’énergie, pour la voiture c’est la même chose, les grosses berlines sont inadaptées pour les villes. C’est comme de dire pour 150 kilomètres c’est mieux de remplir de passager un airbus ou un concorde pour faire des économies ou d’y aller moins vite autrement ? pour l’automobile le paradoxe et l’analogie est pareil.


            • Zip_N Zip_N 6 avril 2014 19:10

              Kéliam, la meilleure solution c’est un véhicule pour 3, cela est donc pas du covoituragecomme 3 véhicules altérné pour 3, voila pourquoi votre solution alternative ne fonctionne pas bien. Une voiture libre qui appartient à tous et divisé entre tous est beaucoup plus éco et profitable que le covoiturage avec chacun son véhicule. Le covoiturage à des limites, chaque véhicule altérné ne consomme pas la même quantité, ou par exemple l’une est récente l’autre est vieille, ’une coute cher l autre non, quel est la moyenne de prix de transport du covoiturage pour 3 ? un peu plus cher que prévu pour l’un et un peu moins cher pour l’autre ? comment vous faites ? vous prenez la valeur des 3 vehicules (prix différent) 5, 10, 15= 30 mille vous divisez par 3 cela fait 10 000 par personne ? si il y en a 2 à 10000€ et une a 3000€ vous divisez les frais par 3 ? une consomme 5 l autre 7L et l autre 9 litres, tous le monde paie pour 7 ? compliqué votre système.


              Dans votre exemple ce ne sont pas les conducteurs qui sont inadapté mais les
              véhicules. Pour la pollution il est plus utile de diviser par 3 la puissance et consommation classique utilsé pour des longs trajets des véhicules que d’augmenter par 3 le remplissage certain ont bien compris le créneau des minis voiture light moins gourmande. Un autre point d’économie est d’habiter plus près de son lieu de travail, un échange de domicile serait donc plus avantageux et profitable. Le problème à priori semble être la distance entre lieu de travail et lieu d’habitation, générant de la pollution, alors mieux que la voiture libre l’idéal serait un échange d’habitat, facilité, entre 2 personne qui se retrouveraient plus proche de leur lieu de travail pour réaliser des économies correspondantes aux 10 ou 20 kilomètre de moins chaque jours.


              • Pierre Kéliam Pierre Kéliam 12 avril 2014 13:40

                Une voiture pour trois ?! On n’est pas en République administrée.

                La solution que je propose existe au USA et je la perfectionne ici. 
                La surconsommation due au poids que vous évoquez est quasi nulle et dans tous les cas négligeable
                Revendre une voiture à faible kilométrage est intéressant et se faire rembourser les 2/3 de ses frais d’essence aussi.
                En même temps, vous fluidifiez, la circulation en ville moins de moteurs tournent à l’arrêt.
                Il faut juste contourner les inconvénients des RV ratés et cela l’informatique le permet.
                On peut même imaginer doubler ces aires de stockages éloignés d’un service de bus non polluant

                Ce n’est pas une solution, c’est la solution à la pollution et elle peut se mettre en place en 1 an !

              • Zip_N Zip_N 12 avril 2014 15:46

                Oui une pour 3, 2 pour 3, ou 3 pour 3, ou encore 1 pour 4, 1 pour 5,
                1 pour 10, ou 1 pour 20 si cela convient.(pas tout le monde en meme temps).
                 Administre celui qui bon lui semble. C’est une location partagée.


              • Zip_N Zip_N 12 avril 2014 16:01

                rRevendre sa vieille voiture à faible kilométrage est pas plus intéressant que d’attendre 3 fois moins longtemps avec un kilometrage plus élevé et voiture plus récente. Une voiture s’use aussi à l’arrêt. (a part pour les voitures de collections)
                non c’est pas intéressant de la garder car la voiture apres 15 ans, s’abime
                les plastiques, caoutchouc s’usent et coute cher en réparation et elles consomment jusqu a 50% de carburant en plus qu’une récente et s’est anti écologique !et donc ce modéle pollue autant que les grecs en son temps. Votre solution permet résoudre la fluidité actuel (à cause de la croissance) mais pas de lutter contre la pollution atmosphérique dans le temps. Avec votre solution, ce que vous gagnez en pollution aujourd’hui vous le perdrez demain.


              • Pierre Kéliam Pierre Kéliam 12 avril 2014 16:15

                Personne ne vous demande de la garder 3 X plus !!!


              • Zip_N Zip_N 12 avril 2014 18:06


                Pierre, oui heureusement que personne me demande ! lol, je dis pas le contraire.

                Le problème est pas de la garder ou non 3 fois plus, dans ce cas cela fait consommer et changer 9 voitures au lieu de 3, le problème est de polluer ou pas polluer puis de faire des économies.


              • Zip_N Zip_N 12 avril 2014 18:24

                Personne ne vous demande de la garder 3 fois moins longtemps !! La dessus c’est pareil. Si vous la gardez 3 fois plus longtemps pour aller polluer avec 3 fois plus longtemps, alors que les modèles polluent de moins en moins. Garder un modèle polluant longtemps est rentable pour personne.


              • Zip_N Zip_N 12 avril 2014 16:14

                Economiquement votre solution j’en parle même pas (3 voitures pour 3 en alterné, c’est payer 2 voitures de trop) Comme je vous ai expliqué la meilleure solution pour la pollution est d’échanger les logements pour être plus près de son lieu de travail. La meilleure solution pour le porte monnaie est une voiture sans propriétaires, sans conducteur professionel (taxi, bus), si possible sans banques, sans les intérets couteux.


                • Pierre Kéliam Pierre Kéliam 12 avril 2014 18:58

                  Vous etes vous déjà servi d’une voiture ?

                  Elle ne sert pas qu’à aller travailler. Si sur le trajets réguliers synchronisés par les rythmes sociétaux on la supprime 2 fois sur 3 vous avez encore un véhicule pour aller voir mamie en Normandie, dans l’Aveyron ou en Bretagne le WE avec la famille.
                  Par ailleurs, elle vous sert à rejoindre depuis votre maison à 5 km de la gare le point de RV où vous l’a garée 2 fois sur 3 ou tout le temps si vous préférez la voiture des autres...


                • Zip_N Zip_N 12 avril 2014 20:44

                  Oui moi j’ai déja conduit et vous ? le problème est pas la ! oui je sais qu’elle ne sert pas qu’a aller travailler ! j’ai bien compris, vous ne m’apprenez rien la dessus si c’est ce que vous espériez ou croyez faire ? comme elle ne sert pas qu’a aller travailler, la voiture libre est la meilleure solution.

                  1 voiture pour 2 personne, 2 pour 5 ou 3 pour 10 pers onnes, 5 pour 30 etc, suivant la demande, est la meilleure des idées et solutions il ne sert a rien d’avoir un véhicule si on ne l’utilise pas. Si vous vous servez d’un véhicule 1 heure par jour,
                  le posséder 24/24 ne sert a rien ! vous comprenez ??


                • Zip_N Zip_N 12 avril 2014 20:57

                  Moi je vous ai compris, comme vous utilisez presque 3 fois moins le véhicule
                  (covoiturage) pour le travail, la voiture vieillit 3 fois plus longtemps, et donc pollue au final 3 fois plus car les nouveaux véhicules polluent moins (50% en 15 ans environ) vous comprenez que votre solution donne ce résultat, et donc
                  que votre système est écologiquement pas durable, les émissions que vous gagnez au début vous le perdez ensuite, le seul profit avec votre solution est la fluidité du traffic.


                • Zip_N Zip_N 12 avril 2014 17:59

                  Ici je cherche pas à perfectionner la solution pour les USA, vous devriez aller perfectionner la bas, je compare mon modèle avec celui qui existe déja en France avec auto’lib. La différence avec mon modèle c’est que tout se paie par carte à puce, il y a pas de frais ajouté en fin de mois, il y a pas de profits sur les conducteurs qui louent, les profits sont pour les conducteurs.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès