Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Où en est le nucléaire en France ?

Où en est le nucléaire en France ?

Le gouvernement, l’Autorité de Sûreté Nucléaire et le Sénat viennent de lever quelques tabous sur la question de l’atome. Entre la prolongation du parc nucléaire et les avancées sur les réacteurs de quatrième génération, l’examen du projet de loi sur la transition énergétique permet d’y voir plus clair sur l’avenir énergétique du pays. Avec cette nouvelle orientation en revanche, le débat sur l’utilisation de la rente nucléaire, évaluée à plusieurs milliards par la fondation Jean Jaurès, devrait toutefois continuer de diviser l’opinion publique…

Le retournement des socialistes sur la question du nucléaire

Loïc Signor s’interrogeait, Ségolène Royal aurait-elle « la mémoire qui flanche » sur la sortie du nucléaire ? Selon le journaliste de L’Opinion, « la politique nucléaire du gouvernement est totalement illisible mais à dessein, François Hollande est piégé par sa promesse de campagne, faite à la hâte, pour séduire les écolos ». Après l’interview de la ministre de l’énergie à L'Usine Nouvelle, on s’aperçoit que le rééquilibrage du mix énergétique passera d’abord par une réduction de la part des hydrocarbures plutôt que par la baisse de l’énergie nucléaire…

Quand Ségolène Royal annonce la 4ème génération de réacteur et la prolongation du parc

Au journal L’Usine Nouvelle, la responsable politique annonçait effectivement la construction de nouvelles unités et la prolongation de la durée d’exploitation des installations : « Il faut aussi programmer la construction d’une nouvelle génération de réacteur (…) Je n’ai pas mis dans la loi sur la transition énergétique une limitation à quarante ans comme le voulaient les écologistes (…) Certaines centrales peuvent vivre plus longtemps ». Une déclaration qui n’a pas échappé au président d’EDF Jean-Bernard Lévy qui s’est dit « confiant sur la capacité d’EDF à prolonger, avec ses grands partenaires et en toute sécurité, la durée de fonctionnement de ce parc jusqu’à 50 ans, voire jusqu’à 60 ans ».

L’autorité de sûreté nucléaire demande des précisions à l’heure de la 4ème visite décennale

Malgré cet optimisme de l’énergéticien, le Président de l’Autorité de Sûreté Nucléaire Pierre-Franck Chevet prévient, « nous refuserons de nous faire tordre le bras pour autoriser une prolongation parce que les autorités n'ont pas assez anticipé cette échéance » ! En effet, « « pour qu'une prolongation soit envisagée, il faut [selon lui] d'ores et déjà prévoir un calendrier de travaux d'amélioration de la sûreté ». A l’heure actuelle, on connaît cependant déjà les prochaines étapes en matière de rénovation : lancement de la 4ème visite décennale et poursuite du programme de « grand carénage ». En ce qui concerne les réacteurs testés par le Commissariat à l’Energie Atomique, le déploiement industriel n’est pas envisagé avant 2040.

Le Sénat propose le déplafonnement de la capacité de production nucléaire

Le texte sur la transition énergétique est arrivé en séance publique au Sénat le 10 janvier. Après le travail réalisé par la commission des affaires économiques, son rapporteur le Sénateur Ladislas Poniatowski propose de « relever le plafonnement de la capacité de production nucléaire à 64,85 GW ». Au passage, il supprime l’échéance de 2025 pour atteindre l’objectif de 50% car selon le parlementaire, « tous nos interlocuteurs nous ont dit qu'il était impossible de fermer autant de réacteurs en 10 ans »… Réaliste, il espère un accord en Commission Mixte Paritaire.

L’utilisation de la rente nucléaire en débat

Ces derniers événements donnent finalement raison à l’ancien Ministre Arnaud Montebourg pour qui le nucléaire était une filière d’avenir. En 2013, sa collègue écologiste Cécile Duflot avait d’ailleurs évoqué la question de la rente nucléaire pour financer la transition énergétique. La fondation Jean Jaurès évalue cette rente entre 5 et 10 milliards par an à l’horizon 2025, une somme importante alors que la fermeture d’un réacteur est estimée à 6 milliards d’euros et que « 26 des 58 réacteurs français atteindront 40 ans d'ici à 2025 ». Tandis que certains comme la Porte-parole du réseau Sortir du Nucléaire, Charlotte Mijeon, voudraient privilégier les « vraies solutions énergétiques que sont les économies d'énergie et les énergies renouvelables », le spécialiste de l’énergie Jean-Philippe Tanguy affirme au contraire, que « la rente nucléaire ne doit pas être asséchée et dilapidée dans des champs photovoltaïques dispendieux »…


Moyenne des avis sur cet article :  2.28/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • robert 12 février 2015 18:52

    les lobbiistes manquaient en effet smiley


    • Trelawney Trelawney 12 février 2015 19:02

      le spécialiste de l’énergie Jean Philippe Tanguy : Ancien ESSEC et ScPo Paris, Jean-Philippe Tanguy a travaille pour le conglomérat Hitachi au Japon avant de rejoindre le cabinet de Clara Gaymard, PDG de GE France.

      Quand on regarde le CV du gazier on se doute bien qu’il n’a pas d’action dans les ER

      Sinon article intéressant qui définie de façon claire et sans ambiguïté la politique énergétique de la France. A dans 20 ans pour voir les résultats


      • Alren Alren 12 février 2015 19:22

        La sûreté du nucléaire, comme celle de l’aéronautique, du spatial et de tous les systèmes dont la complexité dépasse les capacités du cerveau d’une personne seule, tient dans la qualité des programmes informatiques qui sont indispensables au pilotage humain.

        Or une erreur parmi les millions de lignes de code peut déclencher un processus aberrant demandant une correction urgente pour éviter la catastrophe.

        Or ces programmes sont plus sûrs à mesure des progrès de l’informatique. On peut le constater dans la baisse drastique et régulières des accidents aériens sur des dizaines d’années.
        La mise au point progressive de programmes de contrôle formel d’autres programmes devrait encore faire progresser la sûreté du nucléaire comme de l’aéronautique et le spatial.

        • fred.foyn Le p’tit Charles 13 février 2015 07:49

          Le nucléaire se porte bien merci...et va aller crescendo ces prochaines années... !


          • doslu doslu 13 février 2015 17:11

            J’usqu’au jour ou Boummmmmmmm


          • gaijin gaijin 13 février 2015 08:53

            " la rente nucléaire ne doit pas être asséchée et dilapidée dans des champs photovoltaïques dispendieux »…
            surtout que ceux qui en bénéficient ne seront pas ceux qui paieront la facture a la fin ......


            • njama njama 13 février 2015 14:12

              La sortie du nucléaire ce n’est pas pour demain !
              et c’est maintenant qu’on s’aperçoit que sur la sortie du nucléaire les écolos de tous poils ont tous été roulés dans la farine
              .
              la très grande majorité des membres du Conseil Scientifique de l’organisation « Sauvons le Climat » sont issus du CEA, d’AREVA ou d’EDF...

              Thème : CO2 et autres gaz à effet de serre

              Oser le nucléaire pour trouver la solution au problème climatique !
              [...]
              "Un fort développement du nucléaire permet de maintenir la consommation d’énergie à un niveau raisonnable, de stabiliser la concentration de CO2 dès 2060, de réduire considérablement sinon de supprimer les besoins de stockage de CO2, de supprimer complètement le recours aux combustibles fossiles plusieurs décennies avant la fin du siècle.
              http://www.sauvonsleclimat.org/clim...


              • A. Nonyme A. Nonyme 13 février 2015 18:05

                Il va falloir choisir entre mourir étouffé par le CO2 ou être irradié...

                > Tricastin : EDF avoue des émissions radioactives


              • JC_Lavau JC_Lavau 13 février 2015 23:21

                Je t’encourage à ouvrir une fois dans ta vie, un cours de physiologie végétale, A. Nonyme :
                « Il va falloir choisir entre mourir étouffé par le CO2 ».
                Mais je doute que tu sois capable d’un geste d’information aussi simple, car le le principe du croyant demeure : « Commençons par écarter soigneusement tous les faits, car ils ne se rapportent point à la question ».


              • sophie 13 février 2015 20:32

                En France je en sais pas mais je vois bien que Tricastin et Fessenheim doivent compter leurs derniers mois, en Belgique Doel est fermée totalement, on avance, j’ai juste peur que l’on ait oublié le remplacement.


                • Roberton 13 février 2015 23:22

                  Depuis Fukushima nous avons la situation suivante :

                  "Le Japon importe presque tous ses combustibles fossiles. En raison de l’utilisation accrue de combustibles fossiles et de la hausse des prix internationaux du pétrole au cours des dernières années, le Japon a dépensé 60% de plus pour les importations de combustibles fossiles en 2013 par rapport à 2010, une augmentation de 270 milliards de dollars sur trois ans. Cela a inversé l’excédent commercial du Japon et a créé un creusement du déficit commercial. Les électriciens ont transférés une partie du coût élevé de la production d’électricité pour les consommateurs, et les prix ont augmenté d’au moins 20%".

                  A comparer avec l´arrêt, en avons nous les moyens ?? 

                  http://peakoil.com/alternative-energy/japan-plans-to-restart-some-nuclear-plants-in-2015


                  • raymond 2 14 février 2015 09:24

                    Le nucléaire est plus cher que le renouvelable source « le monde » journal d’écolos radical :
                    http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/12/07/assez-de-mythes-le-nucleaire-est-plus-cher-que-les-energies-renouvelables_1614336_3232.html
                    J’ai installé en 2012 des panneau photovoltaïque sur mon toit on me paie le kwh 59cts d’euros au usa le kwh photovotaïque est de 5 cts de dollar le kwh :
                    http://lenergeek.com/2014/04/04/texas-prix-de-vente-record-de-5-cents-pour-le-kwh-solaire/
                    Donc 12 fois plus cher en France qu’aux USA !!!
                    Effectivement en France tous le monde est content le client qui vend son kwh très cher, l’installateur qui a démonté mon toit pour poser les panneaux au lieu de les poser sur le toit et EDF qui peu dire les ENR c’est très cher il faut continuer le nucléaire.
                    En Allemagne la pose de panneau pour un particulier est de 2000 euros le Kw crète en France c’est 4000 euros.
                    Quelle bande d’escrocs !


                      • alain38 14 février 2015 18:38

                        Le gouvernement est devenu fou avec sa volonté de prendre la main sur la production d’énergie à la place des industriels et sans écouter les scientifiques et économistes. C’est la même démarche vouée à l’échec que celle qui consiste à vouloir se substituer aux entreprises pour créer de l’emploi. Son rôle devrait se borner à fixer des orientations et des objectifs en créant des incitations, mais aucunement en voulant se mettre à la place des acteurs : ce n’est pas son rôle qui doit rester régalien, et de toutes façons il n’en a pas les compétences.

                        L’avenir prochain nous confirmera qu’il n’a même pas le droit d’exiger la fermeture prématurée d’une centrale, et s’il persiste il se heurtera au Conseil Constitutionnel qui lui rappellera que la propriété privée est protégée par la Constitution (et EDF est une SA de droit privé, même si l’Etat en est actionnaire à 84%).

                        Sa méconnaissance totale du domaine technique de l’énergie l’a conduit à se lancer dans une Transition Energétique vide de sens, car ce projet n’a été lancé que pour habiller une promesse faite à EELV de sacrifier une partie de notre patrimoine électronucléaire. Et la majeure part du sujet a été carrément oubliée, car l’électricité ne pèse que 40% dans les sources d’énergie.

                        Au point où nous en sommes ; deux options sont possibles :

                        - ou le gouvernement revient à la raison en renonçant à saborder le nucléaire, par ex. en affirmant enfin que c’est la seule solution envisageable pour réduire le risque de réchauffement climatique, dans le cadre de la préparation du sommet Paris climat 2015

                        - ou pour s’accrocher au pouvoir dans la perspective de 2017, il persiste dans ses intentions. Il se heurtera d’abord aux Sages du Conseil Constitutionnel, et dans l’hypothèse où il passerait en force, les conséquences économiques et écologiques de son sinistre projet d’arrêt du nucléaire feront que le citoyens, conscients mais un peu tard d’avoir été menés en bateau, le leur feront payer cher dans les urnes.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

SamMalakaz


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès