Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Oui au droit à l’eau, mais il faut s’en donner les moyens (...)

Oui au droit à l’eau, mais il faut s’en donner les moyens !

L’ONU a voté pour une résolution qui fait de l’accès à l’eau et à l’assainissement un droit de l’homme à part entière et cela nous réjoui tous.

Seulement, on ne compte plus depuis 20 ans le florilège de déclarations, d’évidences non contestées, de mises en garde, d’appels à des mesures immédiates qui, pour l’instant, n’ont été suivis que de timides effets. En ce début de troisième millénaire, le problème du secteur de l’eau est avant tout financier.

L’éthique suggère que chaque habitant de la planète dispose d’une quantité suffisante d’eau pour vivre de manière décente. Et assurer l’équilibre financier de la gestion tout en garantissant l’eau à tous les pauvres, voilà les termes de l’équation à résoudre. C’est à ce travail qu’il faut désormais s’atteler pour éviter une catastrophe humanitaire et environnementale mondiale.

La principale réponse au problème de l’accès à l’eau passe obligatoirement par l’investissement dans la construction des infrastructures. Et là on parle d’investissements gigantesques : avec 1,5 milliard de personnes qui n’ont pas un accès direct à l’eau potable et 4 milliards d’individus qui ne sont pas raccordés à un réseau d’assainissement collectif, on mesure l’ampleur des moyens à mettre en œuvre pour atteindre une situation humainement acceptable.
Or, il n’y aura pas d’avancée décisive en ce sens sans un véritable engagement politique international permettant d’optimiser financements et aide publique au développement. Il s’avère également qu’un partenariat entre le public et le privé est nécessaire.
 
L’implication du secteur privé en termes de gestion déléguée d’un service public est devenue un sujet sensible depuis ces dernières années car il est souvent à la fois politique et polémique. Néanmoins, en dehors de toute considération idéologique, il est désormais nécessaire et urgent de lancer une nouvelle réflexion pour un partenariat global entre le public et le privé dans l’eau pour faire face à un défi d’une ampleur exceptionnelle.
Le partage des risques entre le secteur privé et le secteur public constitue une des clés du succès. Aujourd’hui, le secteur privé, notamment au travers des groupes français, peut apporter beaucoup grâce à son expérience, son savoir-faire technique, ses capacités de recherche, la gestion commerciale, l’assistance à la conduite des programmes d’investissement ou la gestion de l’exploitation.
 
La mise en œuvre d’une telle politique n’est pas envisageable sans un engagement politique international fort venant. Pour surmonter un tel défi, l’engagement de la communauté internationale est incontournable et affirmer que l’eau est un droit sans s’en donner les moyens est inutile.

Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • jjwaDal jjwaDal 30 juillet 2010 22:08

    Je ne suis pas aussi sûr (que vous) que le problème mondial de l’eau potable soit avant tout financier.
    C’est un problème d’attitude face à une ressource qui se renouvèle moins vite que nous ne la gaspillons.
    Voyez ces torrents d’eau potable qui partent via nos chasses d’eau (les toilettes sèches sont un impératif dans les pays à ressource en eau marginale), notre agriculture dévoreuse et gaspilleuse d’eau, notre régime alimentaire (il faut 1 tonne d’eau pour 1 kg de céréale et l’alimentation carnée consomme indirectement au minimum 5 fois plus d’eau que la végétarienne). Or on transpose d’emblée notre attitude démente face à cette ressource dans les pays en manque d’eau en calculant ensuite les budgets (irréalistes) dont il faudrait disposer pour... Comme ces budgets dépassent de loin ce qu’on peut réunir, on débat et on ne fait rien.
    On sait qu’il y a une bulle agricole née de la surexploitation de réserves d’eau fossile (nappes phrétique) qui va crever tôt ou tard.
    Alors nous verrons que l’eau était à la base de notre civilisation à travers l’explosion des prix alimentaires (le marché est mondial).
    Tout est à revoir en matière de gestion de l’eau. Je suis pessimiste.


    • chuppa 31 juillet 2010 08:31

      Commençons par gérer notre propre consommation et surtout par créer nos propres réserves.
      Une citerne d’eau de pluie devrait être obligatoire pour chaque habitation individuelle.
      Ceci est bien plus urgent que les panneaux photovoltaiques........
      Perso, j’ai creusé une citerne de 16.000 litres.
      Récupération de l’eau de pluie et petit système de filtration afin de rendre l’eau potable.
      Encore une fois, les solutions existent mais d’abord par une démarche individuelle et ensuite une prise de conscence collective.
      AGIR et non cogiter à des scénarios financiers foireux.
      Optimisme !


      • Spip Spip 2 août 2010 17:54

        Article intéressant mais il y manque, à mon avis, un point important : la composante politique.

        Il existe de nombreuses réalisations, déjà faites ou en cours (Israël, Chine, Turquie, etc.) plus basés il est vrai sur l’agriculture et l’énergie mais pas seulement. Et, à chaque fois, la question se pose : au bénéfice de qui et au détriment de qui ?

        Autrement dit : qui contrôle cette ressource vitale et qu’en fait-il ? La « guerre de l’eau » n’est pas une vue de l’esprit et provoque déjà des tensions entre pays.

        La gestion de l’eau ne peut être que mondiale, et là, compte tenu des intérêts nationaux, c’est pas gagné...


        • jeandb jeandb 27 août 2010 21:45

          Le gestion mondiale de la ressource en eau , c’est recharger toutes les nappes phréatiques de la planète et faire reculer les déserts jusqu’à ce que toute la planète soit verte.
          Le climat changera surement mais en mieux.... mais le co2 sera recyclé et l’effet de serre servira à faire pousser la biomasse.

          http://www.dailymotion.com/video/xabta8_biefs-du-pilat-sept-2009_tech

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès