Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Pesticides, des usages structurellement en baisse

Pesticides, des usages structurellement en baisse

Les agriculteurs ont de plus en plus un usage raisonné des produits phytosanitaires et l’idée d’une agriculture à la fois durable et compétitive fait son chemin.

Dans le public, on les appelle pesticides. Surtout quand ce sont les agriculteurs qui les utilisent. Quand c’est vous ou moi qui les utilisons, ce sont des anti-oïdium pour notre rosier préféré, des anti-puces pour notre chien (du Gaucho en fait, si vous êtes adeptes du Front Line !), de l’anti-moustique pour une nuit tranquille ou de l’anti-mousse pour une pelouse plus verte que celle du voisin.

En agriculture, on préfère parler de produits phytosanitaires. Leur utilité réside dans la protection des cultures contre les maladies (mildiou, par exemple), les ravageurs (insectes comme le doryphore) ou les mauvaises herbes. L’industrie de la protection des plantes, réunie au sein de l’UIPP, a annoncé le 22 juin la continuation de la baisse de son marché.

Depuis 2000, les tonnages se sont stabilisés autour de 60 000 tonnes de produits de synthèse. Les produits basiques, soufre et sulfate de cuivre, ont baissé de presque 50% pour atteindre 17 700 tonnes en 2005. La valeur du marché 2005 est de 1,867 milliard d’euros alors qu’elle était de 2,161 milliards en 1999. Cette diminution est structurelle. Elle est due surtout à un changement de comportement des agriculteurs, qui traitent seulement si le besoin s’en fait ressentir. Pour cela, d’importants investissements ont été réalisés dans des outils d’aide à la décision et dans la formation. Si l’industrie se félicite de voir des usages de plus en plus raisonnés de ses produits, cette baisse du chiffre d’affaires n’est pas sans conséquence sur sa structure. Les entreprises se sont concentrées, des emplois ont été perdus.

La plupart de ces firmes : Syngenta, Bayer, Basf, Du Pont, Monsanto... ont investit dans les biotechnologies, porteuses d’innovations majeures (OGM) pour peu qu’elles ne soient pas « fauchées » avant même d’être expérimentées. L’agriculture mondiale doit faire face à un double défi : une demande alimentaire qui explose en quantité et en qualité, et un fort besoin de substitution du carbone fossile (carburants, plastique). Vus de l’hexagone ou de Paris, ces enjeux ne sont pas nets. Au contraire, le capital de sympathie qu’entretient une certaine « intelligentsia » avec des modèles agricoles « traditionnels » traduit ce décalage. Mais l’agriculture doit relever le défi conjoint de la compétitivité et de la protection de l’environnement.


Moyenne des avis sur cet article :  3.4/5   (35 votes)




Réagissez à l'article

38 réactions à cet article    


  • Antoine Diederick (---.---.228.87) 29 juin 2006 10:42

    Pesticides = carcinogenèse


    • (---.---.90.1) 29 juin 2006 12:55

      C’est une véritable campagne de désinformation qui est en cours sur Agoravox, on dirait !

      Quid de la publicité massive des agrochimiquiers sur les bienfants des pesticides ?

      Au cas où vous ne le saurez pas, la france est le premier bénéficaire de la PAC ce qui permet aux chimiquiers de rafler les subventions alloués aux agriculteurs qui sans cela serait asphyxiés par les prix des produits dits phytosanitaires !

      Il n’y a aucune raison qu’une agriculture raisonnée utilise des produits de synthèse contribuant à :

      - Provoquer des maladies, cancers, lymphomes,

      - Dont les effets reprotoxiques contaminent toutes la chaîne alimentaire et l’écosystème

      - qui déciment des populations entières de sous espèces : papilons, abeilles.....

      - qui empoisonnent nos cours d’eau

      - qui ont des effets hormonaux et favorisent la perte de fertilité notamment en concourrant à une baisse alarmante des spermatozoïdes !

      _il n’y a aucune raison que les OGM soient vus comme une pannaçee ! Ils concourent à la disparition de milliers d’espèces végétales, ils empoisonnent les sols, contribuent à une élaboration d’un agriculture folle et basée uniquement sur l’argent, on ne peut plus cultiver bio sans être contaminée par des semences OGM ;

      - Le round up est un produit dangereux,

      AUCUNE ASSURANCE AU MONDE N’ACCEPTE DE COUVRIR LE RISQUE OGM

      - ogm= fummigations de produits toxiques qui tuent tout ! en somme vous avez un soja ogm, exemple de l’argentine ! vous épandez du roud up, tout ce qui n’est pas OGM meurt parce que il n’y a pas le petit gène qui leur dit d’absorber le poison et de rester vivant ! on appelle ça des plantes non résistantes au Round Up ! celles qui ont le gène manipulé et breveté résistent au poison !

      - L’agriculteur est sous la coupe de l’industriel

      - Il ne peut plus replanter ses semences ! cela devient illégal

      L’agriculture raisonnée, c’est celle qui respecte LA VIE, qui n’utilise pas de produits toxiques, cancérogènes, reprotoxiques, qui préservent la terre pour les générations à venir, qui ne gaspille pas l’eau en vidant les nappes phréatiques ! L’agriculture raisonnée c’est celle qui favorise la vie des sols ! par celle qui y met des poisons et des produits toxiques pour des décennies entières !

      Cette agriculuteure existe déja, c’est l’agriculture biologique.

      et les OGM n’ont rien à voir avec la bio ni avec la raison ! ce n’est que pure folie qui ne profite qu’à ceux qui profitent des royalties, contribuent à la perte des variétés végétales et empoisonnent les gènes d’autres espèces de façon irréversible.


    • jcm (---.---.153.101) 29 juin 2006 13:17

      Attention !!!

      L’agriulture raisonnée n’a absolument rien à voir avec l’agriculture biologique !!!

      Et pour ce qui est des pesticides elle en utilise à foison, voir ce qu’en pensent des spécialistes : Pesticides : Un plan qui confirme le peu d’ambitions de notre gouvernement en matière de protection de l’environnement et de la santé.


    • (---.---.90.1) 29 juin 2006 13:23

      oui, bien entendu ! c’est vrai que j’aurais du préciser cela !


    • aurelien 29 juin 2006 15:23

      Messieurs,

      Merci d’être là pour faire valoir le droit à la véritable information en dénonçant tous ces lobbies qui n’ont que cure de l’environnement et de l’homme de manière générale.

      En ce qui concerne les OGM, il existe déjà des pistes théoriques, et des biologistes qui mettent sérieusement en doute la validité de l’idéologie sous-tendant ces applications :

      Commentaire sur « OGM : le constat accablant de l’Espagne »

      Bonne journée à tous


    • fred_fox (---.---.156.67) 6 novembre 2006 22:52

      Attention à ne pas utiliser des termes non appropriés : ne mélanger pas « agriculture raisonnée » et « agriculture biologique » ce n’est pas du tout la meme chose.
      - agriculture raisonnée : c’est une agriculture qui raisonne techniquement ses interventions (application de produits phytosanitaires, engrais...) en fonction des risques.
      - agriculture biologique : c’est une agriculture qui utilise des produits non issus de la chimie, mais sont quand même des insecticides, des fongicides ou des engrais. Dans le meilleur des cas ils seront appliqués de façon raisonné ; mais dans le pire ils seront utiliser de manière systématique et en grande quantité pour contrebalancer leur faible rémanence. Notamment le soufre et le cuivre pilier de l’agriculture biologique, et qui font parti des metaux lourds si je ne m’abuse !


    • fred_fox (---.---.156.67) 6 novembre 2006 23:17

      Après avoir lu l’ensemble des commentaire il me vient une reflexion arretons de mélanger produits phyto et OGM, ce sont 2 marchés différents. Il n’y a pas de fruits ou de légumes OGM et heureusement d’ailleurs ! Et à mon avis il est preferable de manger des fraises (meme traitées) plutot q’un yahourt gout fraise smiley Par contre je suis plutot contre les OGM mais au depart j’en vient à me poser la question si ce n’est pas la phoby des produit phytosanitaires qui leur a ouvert la porte de nos champs. Une dernière chose je ne connait pas d’agriculteur qui soit en assez grande forme financière aujourd’hui pour faire les « monsieurs plus » avec les traitements, aujourd’hui c’est plus l’économie de traitements qui prévaut.


    • le mave (---.---.231.41) 29 juin 2006 10:46

      «  »Elle est due surtout à un changement de comportement des agriculteurs qui traitent seulement si le besoin s’en fait ressentir«  » . Et revoila l’agriculture raisonnée de la FNSEA ,où les agriculteurs s’engagent à ne répandre que la dose nécessaire de produits « de merde » . . «  »La plupart de ces firmes : Syngenta, Bayer, Basf, Du Pont, Monsanto ...ont investit dans les biotechnologies, porteuses d’innovations majeures (OGM) pour peu qu’elles ne soient pas « fauchées » avant même d’être expérimentées«  ».

      Le bouquet final les fabriquants de polluants en défenseur de la nature .


      • romG romG 29 juin 2006 11:52

        Le Mave,

        Désolé de vous contredire, mais ce n’est pas le propos de l’auteur. Si l’on veut être constructif, il faut aussi savoir reconnaître les efforts faits par les agriculteurs. Dans un but essentiellement économique certes (les engrais ont un prix), mais pas uniquement. Ce qui ne doit pas nous empêcher de militer pour les efforts continuent.

        Je ne sais pas pour vous, mais je suis personnellement très heureux de voir à nouveau des coquelicots dans les champs de blé ...

        Cordialement.


      • (---.---.90.1) 29 juin 2006 15:05

        ha ha ha ! dès qu’on est pas sur la droite ligne des lobbys de l’agroindustrie, on manque de constructivité ! smiley


      • romG romG 29 juin 2006 15:50

        Si vous pouviez me préciser la définition de constructivité, SVP ?

        Vous comptez m’agresser encore longtemps en essayant de faire croire que je relaye les arguments des lobbies de l’agroalimentaire ?


      • aurelien 29 juin 2006 11:51

        Bonjour,

        La baisse est là heureusement ! Mais par rapport à quoi et en fonction de quoi ?

        La France est le premier consommateur européen de pesticides et le troisième mondial derrière le Japon (2ième) et les Etats-Unis (1ier), qui, au passage sont les premiers producteurs d’OGM au Monde !

        Rendez-vous à l’évidence ! Les firmes qui permettent la pollution chimique sont les mêmes qui fabriquent les ogm !

        D’ailleurs certains OGM ne sont compatibles qu’avec un seul type d’herbicide, qui appartient à la boîte qui fabrique ces ogm ! (cf Round Up)

        En tant que citoyen, déjà, les herbicides et pesticides nbe sont nullement obligatoires et indispensables, il existe quantité d’autres alternatives que ces produits de synthèse !

        Pour les mauvaises herbes, l’eau bouillante, ou un système thermique (genre de chalumeau) sont efficaces. Et il existe quantité d’insecticides et fongicides naturels pour les plantes, sans compter que cultiver biologiquement son jardin, son potager, en fertilisant la terre avec des composés organique, de l’humus, rend les plantes plus résistantes de saisons en saisons aux attaques despetits ravageurs et aux maladies.

        Avoir un jardin, un potager, c’est bien, mais ne pas faire n’ipmporte quoi en balançant les produits chimique du commerce dessus, (produits qui s’infiltrant dans les sols, contaminent les micro-organismes et se retrouvent dans les eaux d’écoulement, c’est mieux !

        Il existe des alternatives non polluantes, exempte de biocides, et non coûteuses pour les productions horticoles et agricoles. Il est urgent que les politiciens en prennent conscience, et que les végétaux et animaux ne sont pas des objets ou des produits industriels ! Ce sont des besoins fondamentaux de l’homme, et non des objets de marketing.

        Bonne journée


        • romG romG 29 juin 2006 11:56

          Aurélien,

          Encore une fois, attention à ne pas vous tromper de cible. Les plus gros pollueurs, toute proportion gardée, sont en effet les particuliers, jardineurs du dimanche ! Il s’agit ici de reconnaître les efforts des agriculteurs pour réduire leur utilisation de produits « phytosanitaires ».

          Nous ne ferons pas avancer les choses en vilipendant à tour de bras. A ce jeu là, nous sommes tous perdants ...

          Cordialement.


        • aurelien 29 juin 2006 12:26

          Bonjour RomG,

          Ce ne sont pas les agriculteurs que je vise, qui ont un grand mérite et font un travail difficile.

          Ce sont les tentatives de plus en plus fréquentes de faire passer le modèle actuel pour un modèle respectueux de l’environnement, sous couvert de l’idée de développement durable.

          Ces tentatives de raisonner l’agriculture tout en accréditant les biotechnologies à large échelle et en ne prenant aucune mesure contre les grandes firmes agro-chimiques qui sont responsables des pollutions et de problèmes sanitaires de plus en plus nombreux.

          Il est totalement faux de dire que c’est de la faute aux citoyens ou aux agriculteurs, c’est de la faute du manque de courage des politiciens et des lobbies financiers, qui ne prennetn nullement en considération les questions environnementales et humaines, en inondant les marchés de produits dangereux.

          Bonne journée


        • José W (---.---.25.142) 29 juin 2006 12:36

          Article tendancieux et trompeur : si les pesticides étaient autant en baisse, pourquoi donc notre Ministre souhaite réduire l’usage des pesticides de 50% (! !) dans les 3 prochaines années, comme le montre le lien ci-dessous.

          2 extrails (Nouvel Obs du 28/06/06, lien ci-dessous) :

          « Le ministre de l’Agriculture Dominique Bussereau et la ministre de l’Ecologie Nelly Olin ont présenté mercredi en conseil des ministres un plan de réduction des risques liés aux pesticides qui ambitionne de réduire de 50% d’ici 2009 les quantités vendues des substances les plus dangereuses. »

          « La France est le 3ème consommateur de pesticides au monde, derrière les Etats-Unis et le Japon. Les études menées montrent une contamination généralisée des eaux par ces produits. »


          • romG romG 29 juin 2006 13:48

            José W,

            Il est souvent préférable de se référer à l’original plutôt qu’à la copie. Pour ce qui est de la contamination des eaux par les pesticides, le dernier rapport de l’IFEN parle de 75% des eaux superficielles et 57% des eaux souterraines en France (= « contamination généralisée » pour le Nouvel Obs’« ), soulignant que des »mesures de gestion du risque ont d’ores et déjà été prises pour limiter la présence de substances actives dans les eaux". Vous trouverez de plus amples informations sur ce site, intéressant mais orienté.

            Quant à la place de la France pour la consommation de pesticides (triste podium !), il s’agit de signaler que la France est l’un des premiers producteurs/exportateurs (55% de la surface de la France !) de produits agroalimentaires, et que cette industrie est la première de France.

            Je pense que ces quelques précisions valaient d’être mentionnées.

            Cordialement.


          • (---.---.90.1) 29 juin 2006 14:51

            « Quant à la place de la France pour la consommation de pesticides (triste podium !), il s’agit de signaler que la France est l’un des premiers producteurs/exportateurs (55% de la surface de la France !) de produits agroalimentaires, et que cette industrie est la première de France. »

            Dommage que vous ne préscisiez pas également que ces produits industriels sont fabriqués par des machines ( donc moins d’emplois de personnels) que ces produits sont souvent irradiés ou encore saturés de composés masquants artificiels comme des colorants, conservateurs et arômes très douteux au plan sanitaire !

            Ne parlons pas de la pollution engendrée par leurs transports et l’exportation d’aliments dénutris dans des contrées où l’obésité augmente !

            Ces précisions valent aussi d’être apportées.


          • romG romG 29 juin 2006 15:11

            Monsieur l’anonyme,

            Je n’ai jamais nié ce que vous citez, je souhaitais juste remettre les choses dans leur contexte. Quant à vos sources, essayez de vérifier leur crédibilité et leur intérêt. Le livre parlant des colorants a été écrit par quelqu’un qui prône l’usage de patchs Kinotakara pour « détoxiquer le corps par les pieds » (sic), patchs qui -au passage - valent un prix exhorbitant !

            Alors, SVP, donnez-nous des références scientifiques la prochaine fois. Et si vous mettez en doute mon implication en matière d’environnement, reportez-vous à mon blog personnel ou à mes articles.


          • (---.---.90.1) 29 juin 2006 15:25

            des références scientifiques ? lesquelles ? celles qui précaunisent le Vioxx ? mdrrrr

            Pour info et pour savoir que quoi parle l’auteur du blog, voici un lien qui dit ce que sont les fameux patchs Kinokatara ! que je découvre par la même occasion !

            Voici une nouvelle formule de décrédibilisation des opposants à l’agroindustriel : faire un pseudo blog sur la fumisterie de développement durable, developpement qui ne privilégie bien entndu que les profits de multinationales polluantes et s’en servir pour faire valoir des attaques infondées !

            Puisque vous insistez, je m’en vais chercher une synthèse du livre ecrit par quelqu’un pronant les patchs de kinakaotoran ! hein !! Pfff, n’achetez pas ce bouquin, les patchs de kinamachin risque de vous manger la cervelle ! lol, mdrrr ! les kinakatonran, c’est pas scientifique !


          • (---.---.90.1) 29 juin 2006 15:44

            - que contient un yaourt à la fraise étiqueté arôme naturel ? de la fraise ? pas toujours ! Il peut contenir des copeaux de bois... dès lors qu’ils sont naturels. Et la sauce Béarnaise, traditionnellemnt toujours à base de beurre et d’oeuf ? Le fabricant a droit à l’appellation en question sur son produit, même s’il remplace le beurre par de la magarine et les oeufs par du colorant E 160 F. Ainsi en a statué la cour de Justice Europpéenne dans un arrêt du 26 Octobre 1995.
            - Et lorque l’arôme est artificiel, le consommateur n’a droit sur l’étiquette qu’à la mention d’arôme. Tout cela dans le cadre de la légalité la plus stricte !
            - L’allemand Hans-Ulrich GRIMM mêne dans Arômes dans notre assiette une enquète passionnante sur la manipulation gustative et nutritionnelle des aliments.
            L’union européenne consomme 170 000 tonnes d’arômes par an et la france 40 000 tonnes. Le premier arôme artificiel remonte à 1874 avec l’invention de la vanilline par W. Haarman, remplaçant à moindre coût la vanille.
            Pourquoi les produits de l’industrie agroalimentaire sont ils truffés d’arômes, au nombre de 7000 ? Parce que sans cela, elle ne pourrait survivre. Le goût artificiel Fromage par exemple, est bien pratique car, selon le prospectus de l’entreprise qui en fabrique : « Nos arômes naturels (sic) de fromage ont une qualité gustative stable et standardisée. ils ne mûrissent pas et leur caractère ne change pas, même après des mois de stockage ». « Voilà donc, commente l’auteur, une nature tout à fait nouvelle qui ne connaît ni le pourrissement, ni la mort- et donc non plus la vie ». Une nature qui facillite les transports sur des longues distances :« La société n’est plus comme jadis, une laiterie locale mais un groupe alimentaire internationnal », dont les nouveaux cuisiniers sont les chimistes.
            - Autre raison : l’arôme est utile parfois pour relever le goût d’ingrédients de base insipides issus de l’agriculture intensive, ou qui ont un goût douteux. L’arôme Bigarol LacraomP masque ainsi le goût de graisse et farine d’os de poisson dans les granuléspour que les veaux acceptent d’en manger : voilà comment on a rendu les herbivores carnivores !
            - Ces arômes sont ils dangereux ? 2700 sont en cours d’évaluation... tout en continuant à être commercialisés.
            - L’analyse des produits agroalimentaires et leur détection est une tâche rendue d’autant plus difficile selon un chimiste spécialisé travaillant pour le gouvernement allemand, qu’il y a un secret industriel derrière la simple mention « arôme ». Les arômes sont ils de véritables « caches-misère », comme l’écrit l’auteur, de la société industrielle. La parade ? Utiliser des produits non transformés et faire, dans la mesure du possible la cuisine soi-même ! L’écologiste n14 : oct-nov-dec 2004 Volume 5 n3 : Agroécologie p75.


          • romG romG 29 juin 2006 15:55

            Quel est le but de ce déballage de « copier-coller » ? Ecrivez, argumentez, cela vaudra bien mieux. Et cessez de vous cacher derrière votre adresse IP. Si vous avez des choses à dire, écrivez des articles pour AgoraVox.

            Encore une fois, je pense que vous vous trompez de victime. Je vous prie donc de calmer le jeu, de cesser la surenchère et de laisser ce fil continuer sur son sujet initial (pour mémoire, il s’agissait de la diminution de l’utilisation des pesticides en France).

            Merci d’avance.


          • (---.---.90.1) 29 juin 2006 15:59

            Mais c’est vous qui avez commencé en sous entendant que mes liens sont faux ! donc, j’explique de quoi il s’agit. Puisqu’à la base, je n’ai mis qu’un lien qui en parlait et que vous avez mis en doute vous même sur le fil.

            Alors, ce n’est pas un simple coper coller qui arrive là par hasard !


          • romG romG 29 juin 2006 16:17

            Ce que vous avez mis comme texte ci-dessus ne correspond pas au lien que vous aviez mis précédemment, qui dirigeait vers le site d’une pharmacie, vers une page présentant un livre écrit par François Lehn. Ce n’est pas le lien que je remets en cause, mais le sérieux de ce qu’il contient.

            Par exemple, le lien vers la page présentant le Kinokatara nous indique que ce produit est recommandé par Femmes Actuelles. Je le répète donc : apportez des arguments, et étayez les par des sources crédibles. Par respect pour vos lecteurs et pour l’auteur de cet article (que vous n’en ayez pas pour moi ne concerne que nous).


          • romG romG 29 juin 2006 16:27

            Au temps pour moi, il s’agissait d’un ARTICLE de François Lehn, sur un livre écrit par Hans-Ulrich Grimm, journaliste au journal Spiegel ...


          • José W (---.---.25.142) 29 juin 2006 16:31

            Oui, ces chiffres de 75% de secteurs pollués sont plus précis mais pas moins inquiétants, car au final la pollution y apparait bel et bien généralisée.

            Le terme « généralisée » ne signifie pas « totale » : on se doute bien qu’il reste quelques nappes ici ou là épargnées, mais pour combien de temps ?


          • Frédéric Mahé Frédéric Mahé 4 juillet 2006 09:47

            @ José W « pourquoi donc notre Ministre souhaite réduire l’usage des pesticides de 50% (! !) dans les 3 prochaines années » ? Et bien justement parce que la baisse se fait toute seule, et qu’il est sûr que sa déclaration sera suivie d’une baisse... faut comprendre la politique, mon gars.

            Par ailleurs, voici une bonne nouvelle, la France, énorme producteur agricole, baisse sa consommation de pesticides, et à lire les commentaires, on dirait que ça ne plaît pas à grand monde, tout le monde part en guerre contre les colorants, l’industrie, les lobbies, etc. C’est dingue, vous ne pouve pas vous réjouir, tout simplement. Moi je suis plutôt content de voir que tous les agriculteurs ne font pas n’importe quoi sur ce point.

            Bien sûr, les producteurs investissent massivement dans les OGM, ce qui reporte à un autre problème, faut pas rester béat comme Gribouille, mais flûte, c’est quand même une bonne nouvelle. Merci, Chansiaux.


          • flop (---.---.55.106) 29 juin 2006 13:15

            c’est étrange, j’entends ou lis des tas de méchantes choses absurdes sur les faucheurs d’ogm, mais je n’est jamais entendu ou lu que mosanto (je crois que c’est ce groupe) tuait les abeilles avec préméditation. Cela doit sembler trop énorme, pourtant, la question mérite d’être soulevée, non ?


            • flop (---.---.55.106) 29 juin 2006 13:21

              question de naïf : l’auteur est -il l’auteur de l’article sur Yahoo ?

              Si oui : à quoi ça lui sert d’aller raconter des bêtises aussi enÔrme

              Si non : à quoi ça lui sert d’avoir tout ces diplômes si c’est pour trimballer les bêtises aussi énÔrmes des autres ?


            • Yannick Comenge (---.---.102.41) 29 juin 2006 18:45

              Les usages sont encore massif à l’échelle nationale et ceci est toujours problématique sur de nombreux points. Au niveau de la vitalité de nos abeilles, au niveau de la santé publique egalement. Une étude cette semaine montrait par exemple que l’usage de pesticide pouvait entrainer Parkinson... meme si c’est de la statistique, l’étude en question parue dans une breve de Newsscientist parait crédible. Donc, avec la diminution de cette consommation, il faut sensibiliser les agriculteurs sur la protection qu’il doivent utiliser vis à vis de produits qu’ils manipulent par centaines de kilo...


              • axion (---.---.174.250) 30 juin 2006 01:28

                Bonjour,

                Allez, quelques liens pour la route, sur les OGMs. Où l’on verra le contratse entre la pensée occidentale et la pensée confucéenne. Là où les occidentaux voient un paradoxe : les chinois limitent la pollution environementale ET investissent massivement dans les OGMs, les confucéens, pragmatiques, ne voient que l’amélioration des conditions d’une population. (C’est un débat passionnel, n’est-ce-pas ?)

                Ah, au fait, la Chine ne fera aucun argent sur les OGMs en question, et aucune firme ne s’enrichira sur le dos des pauvres paysans. (Cela suffira-t-il à briser le mythe que les OGMs ne servent qu’à gagner de l’argent ? Probablement pas, il faut croire que tout ce qui parait sale doit être assimilé. Les OGMs sont sales, l’argent est sale, ils doivent donc être liés. Et les grandes méchantes entreprises ont organisés un vaste complot mondial contre les agriculteurs.)

                Où l’on apprend que la Chine investit dans les OGMs : terresacree.org/chine.htm www.infogm.org/breve.php3 ?id_breve=395 www.greenpeace.org/france/ press/releases/chine-riz-transgenique

                Objectif : éviter la faim de la population, ce qui a toujours été la bête noire de tous les empereurs chinois.


                • aurelien (---.---.155.206) 30 juin 2006 09:44

                  Monsieur,

                  Vous êtes résolument défenseur de ces technologies qu’à cela ne tienne !

                  Mais ne venez pas déposre des mensonges éhontés sur les OGM !

                  Les OGM ne sont en rien une solution à des problèmes environnementaux : les ogm, au contraire, sont source de pollutions génétiques, accrédités par les institutions souhaitant forcéer les populations à les accepter (voir le concept mensonger de coexistence)

                  Les manipulateurs industrialo-scientifiques veulent même nous faire croire que le bio et les ogm ne sont pas incompatibles et qu’il n’y a aucune différence entre les inserts et les gènes présents dans les organisations cellulaires naturelles !

                  MENSONGE !

                  Les industriels font out leur possible pour qu’il y ait de plus en plus de surfaces cultivées en OGM (voir la désinformation du groupe Merysthem) pour que l’on soit devant le fait accompli et permettre la diffusion massive de ces tehnologies, dont le but est de supprimer, à terme tout autre forme de culture !

                  Quand à la politique chinoise, à quel niveau vous situez-vous pour juger ce qui se trame aux plus hautes sphères d’un état étranger, qui copie actuelelment le modèle capitaliste de développement des américains ! De plus, croyez-vous que la Chine s’intéresse au bonheur de sa population quand d’un autre côté elle exécute à tour de bras des condamnés à mort !

                  OUVREZ LES YEUX MONSIEUR !

                  LA RESISTANCE SE PASSE MAINTENANT !

                  Quand est-ce que nos concitoyens se rendront compte de ce qui se trame à l’échelle mondiale ! Sont-ils si obnubilés par leurs propres petits conforts et leurs distractions qu’ils ne s’aperçoivent même pas de ces enjeux qui sont le résultat d’une idéologie conditionnée par une idée totalitaire de la science ?

                  « Pourquoi les industriels biotechnologues développent-ils des technologies de type GURT ? (stérilisation des semences)Quel est leur stratégie ? »

                  Sachant pertinemment, que les plantes GM sont instables en quelques générations, et que les petits paysans sont nombreux à récupérer leurs semences de façon illégale afin de reconduire leurs activités d’une saison sur l’autre et par crainte de dérives avec les chimères génétiques dégénérées, les industriels ont décidé de crééer des semences stériles permettant de rendre ces pratiques impossibles ! D’une pierre trois coups, le caractère instable des plantes GM est alors éludé et passe inaperçu, les paysans ne peuvent plus « frauder » et deviennent entièrement contrôlables, et enfin, chapeau à l’inventivité de messieurs les industriels, ceux-ci se transforment d’un coup en grands défenseurs de l’environnment en évitant les contaminations grâce à la stérilité de ces semences.

                  Or, la probabilité existe que de tels gènes de résistance se diffusent dans l’environnement par transfert horizontal , rendant ainsi stériles d’autres végétaux, ou par l’intermédiaire de transporteurs à des échelles plus petites (virions ou autres processus).

                  Action !


                • aurelien (---.---.155.206) 30 juin 2006 09:58

                  Concernant les riz transgéniques enrichis :

                  Ces produits enrichis ne peuvent que cacher d’autres carences plus subtiles !

                  On pourra supprimer des carences visibles actuellement par ce genre de produits, mais c’est sans compter du caractère incomplet de ce produit en lui-même

                  On ne se nourrit pas de compléments alimentaires !

                  On se nourrit d’aliments sains, non pollués, le plus possible diversifiés.

                  Les OGM sont jugés sains parce qu’ils ont une équivalence en « substance » avec les organismes conventionnels.

                  Cette équivalence n’est qu’une manipulation de plus par les mots pour faire croire que les ogm sont des produits sains !

                  L’équivalence en substance ne fait pas d’un produit un produit sain !

                  Manger une pomme, et manger son équivalence en substance en produits de synthèses, vous et votre organisme verrez la différence !


                • aurelien (---.---.155.206) 30 juin 2006 10:00

                  « Manger une pomme, et manger son équivalence en substance en produits de synthèses, vous et votre organisme verrez la différence ! »

                  Il serait intéressant de voir comment se fait cette comparaison en substance et sur quelle substance, et à quelles concentrations !

                  Il n’est pas étonnant que ce principe d’équivalence commence à être sérieusement critiqué même chez les scientifiques.


                • romG romG 30 juin 2006 09:36

                  Bonjour à tous,

                  Quelques bémols à mes commentaires précédents, suite à la lecture de l’article dédié à ce sujet par le Monde aujourd’hui (lien). Le plan mis en place prévoit de réduire de moitié la vente des produits « les plus dangereux » (soit 10% seulement des produits phytosanitaires). Le bilan établi par l’IFEN en 2002 va prochainement être mis à jour ; le prochain bilan fera apparaître « une détérioration », selon M. Berteaud, directeur de l’eau au ministère de l’écologie.

                  Par ailleurs, les associations de défense de l’environnementsaluent des « idées intéressantes » et des « mesures utiles », mais regrettent le manque d’objectifs chiffrés et l’insuffisance du soutien financier aux modes de culture moins polluants. Sur ce point, le plan ne fait que rappeler des mesures en vigueur, qui n’ont pas permis de faire baisser la consommation de pesticides.

                  Enfin, l’article signale qu’après plusieurs années de baisse, les ventes sont reparties à la hausse depuis deux ans ! Question à monsieur Chansiaux : d’où sont issus vos chiffres ? Cette divergence entre les deux versions est inquiétantes.

                  Cordialement.


                  • aurelien (---.---.155.206) 30 juin 2006 09:47

                    « Pesticides, des usages structurellemetn en baisse »

                    Les experts en communication sont là pour faire passer la pilule industrielle à la population, ils emploient des expressions qui ne veulent concrètement rien dire dans le but de manipuler l’opinion en dévoyant la langue française !

                    « Des usages structurellement en baisse »

                    ça ne veut rien dire !


                    • romG romG 30 juin 2006 10:02

                      Bonjour Aurélien,

                      Je suis d’avis de laisser monsieur Chansiaux s’expliquer. J’ai visité son blog personnel et il s’y trouve plein de choses très sensées (notamment le développement d’exploitations de taille modeste, en péri-urbain par exemple). Accordons-lui le bénéfice du doute.

                      Cordialement.


                    • L’anonyme (---.---.232.33) 30 juin 2006 10:38

                      Vous vous comprtez comme si c’était vous, l’auteur de l’article.

                      enfin bref, c’est ce que j’en dis !


                    • Amazone (---.---.4.4) 7 juillet 2006 11:31

                      J’ai lu l’article et quasi tous les commentaires avec attention.

                      Je suis d’abord choquée par « La plupart de ces firmes : Syngenta, Bayer, Basf, Du Pont, Monsanto... ont investit dans les biotechnologies, porteuses d’innovations majeures (OGM) pour peu qu’elles ne soient pas « fauchées » avant même d’être expérimentées. »

                      Loin d’être une spécialiste en écologie et en environnement, je m’étonne que l’on puisse « expérimenter » des OGM à « l’air libre ». Rien qu’en cela, je vois un risque de contamination des autres cultures « non-OGM ».

                      Cet article me laisse craindre des projets de lois en faveur des OGM.

                      Ensuite, je trouve regrettable d’en voir certain rejeter la faute sur les industries, sur les agriculteurs, sur les jardiniers du dimanche, etc et etc...

                      Je pense que chacun a sa part de responsabilité dans l’évolution de notre monde.

                      Cependant, en tant que consommatrice, j’ai bien conscience que les grandes industries et grandes enseignes ont pour gros défaut de manquer de transparence sur les produits et services vendus. Mais rien ne m’empêche de retourner voir le petit agriculteur/commerçant plutôt que de me ruer en grande surface.

                      Pour finir, je voudrais remercier Nicolas Hulot pour avoir écrit « le syndrome du Titanic ».

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès