Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Pétition Fukushima : Lettre ouverte à l’Ambassadeur du Japon en (...)

Pétition Fukushima : Lettre ouverte à l’Ambassadeur du Japon en France

Lettre ouverte à Monsieur Ichiro KOMATSU, Ambassadeur du Japon en France. 

 

Monsieur l’Ambassadeur, 

Nous voici deux ans après le début de la catastrophe atomique de la centrale nucléaire de Fukushima : un bien triste anniversaire. Nous sommes en pensée avec le peuple japonais qui a enduré tant de souffrances depuis le début du désastre, le 11 mars 2011. 

Cependant, nous déplorons le caractère dérisoire des mesures prises pour protéger les populations, notamment les enfants et les femmes enceintes. Actuellement des populations, à qui le gouvernement japonais avait imposé l’évacuation, sont sommées de retourner dans les territoires contaminés pour y vivre sous des doses de 20mSv par an. Ce sont des doses de travailleurs du nucléaire, la dose de rayonnement "admissible" pour le public doit être inférieure ou égale à 1mSv par an. D’après la très pro nucléaire CIPR (Commission Internationale de Protection Radiologique) 1 mSv par an correspond à 17 cancers dont la moitié de mortels pour 100 000 personnes exposées. 

Malgré les protestations de la population japonaise qui subit de près ou de loin la contamination radioactive tant externe qu’interne et face à la menace permanente d’un nouveau séisme, d’une erreur humaine, d'une défaillance technique, le gouvernement précédent a décidé de redémarrer les deux réacteurs de la centrale d’Ohi, décision que le nouveau gouvernement récemment élu n’a pas remise en question. 

Nous remercions beaucoup le Japon d’avoir fait la preuve, après le terrible tremblement de terre de 2011, qu’un grand pays industrialisé et fortement nucléarisé pouvait arrêter immédiatement ses réacteurs nucléaires sans revenir ni à la bougie ni au Moyen Âge. 

Au même titre que nous demandons l’arrêt immédiat du nucléaire en France, nous sommes solidaires avec les populations des territoires contaminés et les personnes et associations qui sont en lutte au Japon pour le non-redémarrage des centrales et pour l’arrêt total et définitif du nucléaire. 

Les graves dangers de cette industrie et les très graves conséquences sanitaires des catastrophes nucléaires (Tchernobyl et Fukushima) ne connaissent ni de frontières géographiques, ni de limites de temps. Pour Tchernobyl, l'Académie des Sciences de New York a publié dans ses Annals (Vol. 1181, December 2009) une étude très complète, intitulée "Chernobyl. Consequences of the catastrophe for People and the Environment", qui synthétise près de 5000 articles et recherches de terrain. Les auteurs estiment à 985 000 le nombre de décès survenus à cause de Tchernobyl dans le monde entier entre 1986 et 2004. Vous savez déjà que Fukushima fera dans les 70 ans à venir des centaines de milliers de morts et presque autant de cancers non mortels. Nous considérons que la responsabilité de votre gouvernement, comme celle de tous gouvernements qui prônent le maintien et la poursuite du nucléaire, est engagée. 

Les populations victimes du début de la catastrophe de Fukushima et celles non évacuées ou celles qui retournent vivre à Fukushima vont subir dans les années à venir une augmentation des leucémies, des cancers, des maladies du cœur et des vaisseaux, maladies du foie, des reins, de la glande thyroïde, altérations du système immunitaire, mutations génétiques, malformations congénitales, etc… 

Au minimum le gouvernement japonais devrait : 

- évacuer et dédommager les populations qui, en vivant normalement sur un territoire, subiraient une irradiation interne et externe cumulée supérieure à 1 mSv/an ; 

- tout faire pour contenir la radioactivité dans les zones interdites, donc ne pas exporter les gravats et les ruines vers d'autres préfectures, et partout interdire de brûler les déchets contaminés ; 

- ne pas distribuer, commercialiser, ou mélanger, à de la nourriture propre, les productions contaminées par Fukushima. 

 

Nous vous demandons également que soient libérés les cinq militants arrêtés par la police d'Osaka, et toujours détenus pour avoir mis en avant leurs revendications antinucléaires. 

Nous vous prions de bien vouloir transmettre ce courrier à Monsieur Shinzo Abe, premier Ministre du Japon, en nos noms. 

Dans l’espoir d’être entendus, nous vous remercions et nous vous prions de croire, Monsieur l’Ambassadeur à notre plus haute considération. 

Les signataires

 

------------------------------------------------------------------

 

Pour les signatures individuelles : signer sur http://www.petitionpublique.fr/PeticaoVer.aspx?pi=P2013N37553

Pour les signatures de groupes : envoyer un mail à stop.nucleaire@yahoo.fr

 

------------------------------------------------------------------

 

Moyenne des avis sur cet article :  4.56/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • soi même 18 mars 2013 20:23

    Au lieux d’écrire une lettre, il n’est pas interdit d’être solidaire !


    • ecolittoral ecolittoral 19 mars 2013 10:11

      Pétition signée mais, j’aurais aimé y trouver quelques lignes sur une collaboration internationale pour éradiquer les sources.

      Ces trois fois 50 tonnes d’uranium qui « fonctionnent » encore...et pour quelques milliers d’années, arrosent depuis deux ans le Japon et contaminent une part de plus en plus importante du Pacifique ouest.
      Aujourd’hui, cette mine à ciel et à mer ouverts n’est plus une affaire japonaise. C’est notre problème à tous.
      Si rien n’est fait. Si l’omerta persiste, dans deux ans...ou trois mois, nous aurons notre pétition nationale....adressée, cette fois ci au gouvernement français.

      • JMBerniolles 19 mars 2013 18:05

        Heureusement que cette officine de désinformation et de manipulation sur le nucléaire n’a plus besoin d’avoir peur du ridicule.


        On s’adresse ici à un gouvernement qui connait la réalité, en particulier des mesures qu’il prend et qui doit en répondre devant son peuple. Il vient d’être élu sur un programme qui ne comprenait pas la sortie du nucléaire.

        Il n’a évidemment jamais été question de faire vivre des gens dans une ambiance où la part due aux seules retombées des accidents nucléaires de Fukushima Daiichi entrainerait l’intégration d’une dose biologique supérieure à 1 millisievert sur une année. C’est une affirmation mensongère.

        1 millisievert est une dose très faible, puisque la radioactivité naturelle dans certains lieux d’habitation fait dépasser ce niveau de dose biologique. Ou bien un scanner...

        C’est la limite inférieure du domaine des petites doses où l’on considère non pas des nombre de cancers comme c’est le cas dans cette lettre, mais des probabilités très hypothétiques de cancers.

        Puisque pour l’instant, il n’y a pas de décès à déplorer à la suite de Fukushima Daiichi, on multiplie ici le nombre de cancers auxquels on peut s’attendre et qui sera limité [c’est la conclusion d’experts d’horizons différents OMS, US-DOE, MIT, .. et des chercheurs japonais]

        Le ridicule ne tue pas : évidemment dans 70 ans, sur une population de 2 millions de personnes à la moyenne d’âge de 40 ans au moment des accidents nucléaires, on comptera des centaines de milliers de décès !

        Quant à cette adresse aux japonais : « le gouvernement doit .. », venant d’un pays qui est en train de sombrer et de la part de gens qui contribuent à ce déclin, elle est difficilement qualifiable.

        Mais c’est évidemment une opération à destination interne.

        Notre nucléaire est un héritage du passé et également du CNR. C’est une des choses qui nous ont permis d’exister dans le concert mondial.

        Continuons à détruire tout cela .. 


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Infonucléaire


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès