Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Petits soucis techniques sur le premier parc éolien offshore (...)

Petits soucis techniques sur le premier parc éolien offshore allemand

Le parc Alpha Ventus constitué de 12 éoliennes géantes a été mis en service en avril dernier. Deux des 12 aéro-générateurs ont du être arrêtés suite à des problèmes de surchauffe dans les nacelles. Les équipements concernés devront être ramenés sur la terre ferme. Un nouveau problème pour un projet déjà touché par les surcoûts et les retards.

C’est la société Areva Multibrid qui a réalisé les turbines. Les éoliennes ont cessé de tourner fin mai, suite à des températures anormales repérées dans les nacelles. Il s’agirait d’un problème de matériaux.

Embêtant pour un projet qui doit être la vitrine et le laboratoire de l’éolien offshore allemand. Ce parc doit fournir de l’électricité pour 50 000 foyers. Les éoliennes s’élèvent à 155 mètres de hauteur et plongent dans 30 mètres d’eau salée. Malgré ces dimensions, elles ne sont pas visibles de la côte, grâce à un éloignement de 45 km. Ce parc commandité par des fournisseurs d’électricité allemands est associé à un programme de recherche financé par le gouvernement fédéral.

Ces conditions difficiles ont entraîné de nombreux problèmes pour le projet. Il a d’abord été retardé de plusieurs mois. Puis, le budget initial a été largement dépassé : des 150 millions d’euros prévus, on est passé a 250 millions d’euros. Ralf Lambasbach, responsable du consortium Doti, choisi pour la maîtrise d’ouvrage, expliquait récemment que

le projet n’a jamais été pensé pour être rentable, mais on réussira quand même à rentrer dans les coûts durant les 20 années d’exploitation.

 

Des ambitions un peu compromises au vu de ces dépassements.

Pour remplir ses objectifs très ambitieux au niveau des énergies renouvelables, l’Allemagne compte fortement sur l’énergie éolienne offshore. Norbert Röttgen, ministre allemand de l’environnement, a rappelé ces objectifs lors de l’inauguration du projet.

Nous voulons que la production d’électricité soit neutre pour le climat en 2050, c’est a dire avec des émissions de CO2 presque nulles.

En 2030, plusieurs milliers d’éoliennes en mer ayant une capacité de 25 000 mégawatts devraient être en production. Les déboires d’Alpha Ventus devront servir d’expérience pour les projets qui suivent !

Sources : Die Welt
 
Pour aller plus loin : Green et Vert

Moyenne des avis sur cet article :  3.5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • joletaxi 26 juin 2010 10:47

    le projet n’a jamais été pensé pour être rentable, mais on réussira quand même à rentrer dans les coûts durant les 20 années d’exploitation.

    Il n’y a aucun doute sur ce point
    En Angleterre,la solution a été trouvée.
    Comme il est pratiquement impossible de stabiliser un réseau dans lequel la part de l’éolien devient significative(les raisons techniques ont déjà été exposées ici sans aucune contestation),les fournisseurs éoliens anglais seront payés pour se déconnecter du réseau, même en période venteuse.
    Après les fermes photovoltaïques espagnoles qui débitaient du courant la nuit,voilà que l’on va maintenant rétribuer des poteaux en mer pour aucun résultat.
    Pas à dire, l’économie verte est pleine de ressources...

    • zadig 26 juin 2010 12:38

      Joletaxi,

      Bonjour, tiens je crois vous connaitre !
      J’ai répondu à votre message sur l’article de Papy.

      A propos oui je suis écolo depuis au moins 50 ans (le mot n’existait pas)
      Pour moi écolo cela veut dire :
       .Respect des équilibres
       .Perturber au minimum notre milieu par des intrusions. (chimie lourde , etc )
       .Utilisation intelligente des moyens naturels pour lutter contre les fâcheux.
       .Etre pragmatique ( choisir le moindre mal )

      A ce titre je suis à fond pour les centrales nucléaires, mais avec une sécurité
      maxiimum. je suis bien placé pour connaitre le plus grand risque des centrales
      nucléaires : C’est l’exploitant humain ramolli par l’habitude.

      D’ailleurs j’ai une histoire vécue à raconter à ce sujet.
      Jeune ingénieur, j’ai participé à la gestion informatique des barres de contrôle
      d’un réacteur nucléaire (le frein et l’accélérateur )
      (plus tard) je dois retrouver les références exactes

      Revenons à nos éoliennes offshore.

      Mon pronostic : A prévoir une collision entre un navire et l’une de ces « merveilles »

      Salutations


    • zadig 26 juin 2010 12:47

      J’ai oublié une précision importante :

      Ma participation à l’informatisation ........ ......

      C’était il y a plus de quarante ans sur une centrale de la filière
       uranium naturel et graphite.


    • finael finael 26 juin 2010 14:52

      @ zadig

      Tiens ?

      Ceci vous dira peut-être quelque chose ?


    • zadig 26 juin 2010 16:32


      A Finael,

      Merci pour ce lien

      L’article est bien fait, extrêmement didactique il se lit sans effort.

      J’ai fait une première lecture, je l’archive et je vais le relire tranquillement.

      Cordaliement


      • furio furio 28 juin 2010 09:32

        Projet rentable ou pas ? Le principe est de créer une bulle ! C’est la bulle qui intéresse les grands argentiers. Avantages fiscaux, fibre écologique, etc.. autant d’atouts pour créer une jolie bulle qui comme les autres pètera à la gueule des petits nactionnaires et c’est au final les peuples qui paieront ! Oui ils ont les moyens les peuples !! 


        • Ploucman 28 juin 2010 10:56

          "le projet n’a jamais été pensé pour être rentable, mais on réussira quand même à rentrer dans les coûts durant les 20 années d’exploitation."

          Ca commence bien...
          en 20ans il peut s’en passer des choses, entretiens des pilonnes en milieu salé, algue, rouille, tempête, collision ... si elles sont encore debout dans 20ans, ils auront déjà de la chance ...

          Sans oublier qu’a 45km des cote, il a fallu installer 45km de câblage sous marin haute tension / courant continu et les pertes d’énergie associé a la transformation continu/alternative.

          Etre vert a un cout des plus élevé.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès