Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Photovoltaïque : l’énergie du présent, et du futur

Photovoltaïque : l’énergie du présent, et du futur

Le seul argument des nucléarophiles, c'est le prix de vente actuel, d'ailleurs largement sous-estimé grace aux subventions d'état. Or depuis 2011, les panneaux photovoltaïques produisent moins cher que le nucléaire : le nucléaire c'est fini.

Un panneau photovoltaïque, c'est quoi ?

Un panneau standard, c'est environ 12kg/m2 : c'est donc nettement plus léger que les 40 ou 50kg/m2 de tuiles qu'il remplace.

C'est surtout une plaque de verre, et une plaque de plastique, entourant les cellules de 1mm d'épaisseur, avec un cadre aluminium, le tout assurant l’étanchéité et la planéité des cellules.

Le verre, c'est du sable (silice, appelé silicium en chimie) non cristallisé, un liquide très visqueux (Étonnant, non ? Des vitres très anciennes ne sont plus plates, elles ont eu le temps de couler...).

Et les cellules, c'est aussi du sable, mais cristallisé : dans la nature on appelle cela du quartz. Il est fondu et purifié avant d'y ajouter les impuretés qui le rendent productif au soleil.

Un panneau photovoltaïque, c'est principalement du sable : on ne peut pas faire plus sûr et plus stable. Un panneau peut produire 30 ans sans problème, avec juste un nettoyage de temps en temps.

Fabriquer un panneau consomme moins d'énergie que fabriquer les tuiles qu'il remplace, et produit nettement plus.

Comment utiliser un panneau photovoltaïque ?

Il faut le poser et le fixer, puis le brancher : comme une télévision, sans avoir à régler les chaînes.
Il faut seulement ajouter des boîtiers pour la sécurité électrique (disjoncteurs, antifoudre,..), et un boîtier électronique, nommé onduleur, qui va formater la production électrique selon le « moule standard » de l'électricité distribuée en France dans les bâtiments. Si cela pouvait être peu commun il y a quelques années, on voit arriver des « kits » rendant l'installation accessible à chacun.

La seule contrainte essentielle : un panneau doit être complètement exposé au soleil ! Il faut éviter toute ombre partielle, comme une branche d'arbre proche ou une cheminée, car non seulement le panneau ne produit pas, mais l'ombre le dégrade à la longue.

On peut installer les panneaux sur un toit, particulièrement pour les constructions neuves ou pour les rénovations. Mais un abri de voiture ou une cabane de jardin sont encore plus faciles à installer.

Pourquoi utiliser des panneaux photovoltaïques ?

Produire notre électricité avec des panneaux photovoltaïques répartis sur les bâtiments et les surfaces artificielles (parking, routes, …) est la meilleure solution industrielle pour de nombreuses raisons.

  1. La production répartie diminue les pertes en transport
    Avec des « centrales », il faut produire 10% de plus que l'électricité réellement consommée.
    Mais avec des centrales nucléaires, il faut produire 20% de plus, qui, outre les pertes en transport, sont perdus dans le fonctionnement des réacteurs et la production du combustible ;

  2. La production répartie assure l'autonomie en toute situation
    Chaque commune, chaque canton acquièrent une autonomie électrique, tout en mettant en commun leurs puissances respectives : quand on voit le rôle stratégique de l'électricité dans notre économie et les effets des catastrophes climatiques qui touchent le réseau électrique, avoir des panneaux solaires sur chaque maison devrait être un objectif de sécurité civile ;

  3. La production répartie diminue les risques de sécurité civile et militaire
    Quelques centrales constituent des objectifs militaires simples et non protégeables : la Serbie avait été paralysée par des bombes au graphite qui ont court-circuité les principales centrales et lignes électriques.
    Et pour des centrales nucléaires, la toxicité chimiques et radio-active du combustible peut détruire un petit pays avec un seul des nombreux lance-missiles « disparus des stocks » en Irak, Afghanistan ou Libye.

  4. La production répartie respecte la nature
    Utiliser les surfaces artificielles disponibles permet de préserver la nature. Les surfaces artificielles disponibles permettraient de produire plusieurs fois les besoins actuels suisses.

  5. La production photovoltaïque est plus économique que le nucléaire
    Une étude du National Center for Policy Analysis (NCPA) « Solar Power Prospects » de Mai 2011 (Policy Report n°334) aux USA chiffre l'électricité nucléaire entre 110 et 121$/MWh. Ces prix ne semblent pas prendre en compte les frais de démontage et de dépollution, ni le prix des assurances (plus de 100 milliards de $ de remboursements partiels au Japon).
    L'industrialisation du photovoltaïque diminue actuellement très fortement les prix à la production, ce qui amène aujourd'hui un prix de production électrique hors frais d'installation de l'ordre de 60$/MWh. Cela revient à payer un panneau de 200W de « puissance crête » à moins de 160€HT, ce qui est le prix de marché international actuel. Cf http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/energie-environnement/actu/0201575551936-energie-solaire-une-violente-guerre-des-prix-envoie-plusieurs-fabricants-au-tapis-207927.php

Le plus sûr moyen de lutter contre les risques du nucléaire

… c'est de ne plus l'utiliser. Il faut donc soit faire des économies sur notre consommation électrique, soit produire assez d'électricité renouvelable pour que le nucléaire ne soit plus vendu.

Et la production photovoltaïque est la production la plus simple, la plus sûre et la plus économique actuellement.

La puissance des panneaux vous paraît faible ? Ce qui fait la force de la production répartie, c'est le nombre. Si à chacun des 66 millions d'habitants de France correspondaient 6000Wc de panneaux photovoltaïques soit 30 panneaux de 200W sur 40m2, la production annuelle serait de 396TWh, suffisant pour remplacer les 408TWh de production nucléaire brute, y compris 16% de pertes en transport et d'autoconsommation.

En prenant en compte les économies potentielles (élimination du chauffage électrique, disparition des pertes en transport et production,…) et les autres productions renouvelables (éolien, cogénération chaleur-force avec biomasse locale), une moyenne de 1000Wc par habitant sur 7m2 serait suffisante, soit entre 1000€et 2000€ par habitant, installation comprise.

Votez contre le nucléaire « avec vos pieds » :
installez ou faites installer des panneaux photovoltaïques.


Moyenne des avis sur cet article :  3.47/5   (47 votes)




Réagissez à l'article

144 réactions à cet article    


  • undo 20 octobre 2011 09:53

    Et pour ceux qui ne peuvent pas installer de panneaux photovoltaïques, il reste la possibilité de s’abonner à Enercoop : http://www.enercoop.fr


    • AntoineR 21 octobre 2011 16:14

      La première chose à faire avant d’acheter des panneaux ou de s’abonner chez les vendeurs de bonne conscience c’est de réduire sa consommation.

      Avoir des panneaux solaire et un chauffe-eau électrique (c’est assez courant) n’a pas de sens. Il faut d’abord privilégié le solaire thermique (bien plus efficace).

      Traquer les veilles (les veilles d’un PC + Ecran + imprimante + box consomment plus sur une année qu’un frigo)

      L’accélérateur d’un chaudière est généralement réglé sur la position 3 alors que dans la plupart des cas la position 1 est largement suffisante. Cela représente une économie de 300 kWh / an (soit la production d’un petit panneau solaire). Pourtant, je peux constater que c’est comme ça chez tout le monde quasiment.


      Il y a plein d’exemple d’économies à faire mais sans ...... investissement


    • ObjectifObjectif 21 octobre 2011 22:13

      On peut aussi installer des panneaux, une éolienne, s’abonner à Enercoop et faire des économies en même temps smiley


    • olivier cabanel olivier cabanel 20 octobre 2011 09:58

      @ l’auteur,

      merci de cet article « éclairant » et de nous donner l’une des possibilités de sortir de ce nucléaire sale, dangereux et dépassé.
       smiley

      • OrphelinPolitique 20 octobre 2011 10:13

        « Fabriquer un panneau consomme moins d’énergie que fabriquer les tuiles qu’il remplace, et produit nettement plus. »

        Source ? En effet cela me paraît douteux. Si le verre est peu coûteux, qu’en est-il de l’extraction des terres rares composant la couche photovoltaïque ?

        De plus, pour fabriquer une cellule photovoltaïque, on utilise pour le moment de l’énergie fossile. Combien de barils de pétrole sont utilisés pour produire une cellule ? Celle-ci est-elle vraiment rentable sur le plan énergétique au bout de ses trente ans de vie ?


        • SergeL SergeL 20 octobre 2011 10:37

          En investissant massivement dans les ENR, le pétrole sera remplacer par l’ hydrogène et pour les terres rares, la recherche va vite trouver une solution favorable.

          .


        • Breunz 20 octobre 2011 10:41

          L’hydrogène ? Celui qui forme avec l’oxygène la vapeur d’eau, premier gaz à effet de serre ?


        • SergeL SergeL 20 octobre 2011 11:11

          A la mauvaise foi, il y a des solutions, mais contraire aux régles de AV.


        • OrphelinPolitique 20 octobre 2011 12:01

          L’hydrogène n’est pas un mode d’énergie, c’est un moyen de stockage : pour produire de l’hydrogène, il faut utiliser de l’électricité.
          Quant aux terres rares qui seraient remplacées par d’autres produits alternatifs, existe-il au moins des pistes pour le moment ?


        • ObjectifObjectif 20 octobre 2011 12:51

          OrphelinPolitique a écrit :«  »Fabriquer un panneau consomme moins d’énergie que fabriquer les tuiles qu’il remplace, et produit nettement plus.«  Source ? En effet cela me paraît douteux. »

          Un rapport de 2009 écrit par Hespul indique (http://www.photovoltaique.info/IMG/pdf/PV_Fab_Envt_final_26082009.pdf §3.1 page 25) une consommation d’énergie de 2500kWh par kWc installé pour le matériel complet, soit 7,6m2 dans cette étude de 2009, avec les méthodes de fabrication de 2009. On est donc à 329kWh/m2.

          En 2011, un panneau de 1,26m2 a une puissance de 200Wc et produit en moyenne en France 1000h d’équivalent 100% soit 156kWh/m2 par an. L’énergie utilisée par la production du panneau est récupérée en moins de 2,11 ans, sans tenir compte des économies réalisées sur la production depuis 2009.

          En 30ans de vie, à partir des chiffres précédents, un panneau aura produit au moins 14 fois plus d’énergie que la fabrication du système complet a utilisé.

          En combien de temps l’énergie grise des tuiles est-elle récupérée ?

          OrphelinPolitique a écrit : « Si le verre est peu coûteux, qu’en est-il de l’extraction des terres rares composant la couche photovoltaïque ? »

          A quelles « terres rares » faites vous référence ? Quelles sont vos sources ?

          Le principal travail de fabrication des cellules est de purifier du sable (ie du quartz). On ajoute ensuite quelques impuretés (P, B, Pb) au cristal de quartz pur.

          Il y a moins de 600g de cellules de quartz pur pour 1m2 de panneau standard pesant 12kg/m2.


        • lavabo 20 octobre 2011 13:00

          Repondez donc a cette question quelle energie ou quelle temperature faut-il fournir pour synthetiser ces nanocristaux de quartz ? Ne prenez pas vos lecteurs pour des imbeciles. Tous les chiffres que vous fournissez correspondent a des rendements apres fabrication. Certes c’est interessant mais vous avez besoin d’energie (beaucoup) au depart.
          Pour etre efficace certains materiaux photo on besoin d’etre dope.......
          Une technologie vraiment efficace est celle basee sur les elements cuivre indium et selenium dont tout le monde sait qu’on peut les trouver sous les sabots d’un cheval......


        • ObjectifObjectif 20 octobre 2011 13:30

          lavabo a écrit : " Tous les chiffres que vous fournissez correspondent a des rendements apres fabrication.« 

          Relisez mon commentaire juste avant le votre : 329kWh/m2 c’est l’énergie utilisée en 2009 pour fabriquer la totalité du système photovoltaïque, y compris 2 onduleurs pour une vie de 30 ans. On fait mieux aujourd’hui.

          Et le temps de retour de cette énergie par la production du panneau, c’est moins de 2,11ans.

          lavabo a écrit : »nanocristaux de quartz"

          Pour les panneaux les plus classiques dont les cellules sont faites de silicium monocristallin, il s’agit plutôt de macro-cristaux, puisque comme son nom l’indique on fabrique un seul cristal.


        • lavabo 20 octobre 2011 14:29

          L’auteur,
          au temps pour moi sur les cristaux de quartz.
          Cependant, vous devez convenir que pour fabriquer des panneaux solaires vous avez besoin d’energie a la base et que cette energie ne peut pas venir du photovoltaique..... laisser entendre le contraire est parfaitement malhonnete.


        • ObjectifObjectif 20 octobre 2011 14:50

          @lavabo : un remake de l’oeuf et de la poule ?

          L’électricité n’a pas d’odeur, et toutes les énergies renouvelables conviennent, selon le « mix énergétique » du lieu de fabrication. Notez que de la concentration solaire thermique pourrait aussi convenir pour les processus industriels nécessitant de la chaleur, avec une efficacité beaucoup plus grande que la transformation lumière/électricité/chaleur.


        • lavabo 20 octobre 2011 15:32

          Pas de poule et d’oeuf dans le cas des panneaux solaires. Au depart y en a pas des panneaux solaires, il faut les fabriquer. Le solaire n’est pas une energie propre au depart . La technologie ne cree certes pas de dechet pendant l’utilisation mais elle en cree au depart. Ce n’est pas tres vendeur, pas tres ecolo, mais c’est la realite.
          On a compris que vous etiez un marchand de tapis et que vous veniez faire votre propagande.


        • ObjectifObjectif 20 octobre 2011 15:48

          @lavabo : mais de quels déchets parlez-vous ?

          Sur 12kg de panneaux par m2, seuls 600g de quartz pur distinguent un panneau d’une véranda simple vitrage ou d’une fenêtre.

          Et ce quartz pur, c’est à l’origine les déchets de silicium ultra purs rejetés par l’industrie électronique, et maintenant du silicium moins pur qui suffit largement, fait à partir de sable de quartz largement disponible en se baissant juste un peu.

          Donc à quels déchets faites-vous référence ?


        • lavabo 20 octobre 2011 16:13

          etes vous ignorant a ce point ? ou est ce un fait expres ? parce que le sable dont vous parlez et bien il faut le fondre et aussi en eliminer les impuretes...... mais c’est vrai la production se fait majoritairement en Chine et puis c’est loin et puis ce sont de sales pollueurs, c’est bien connu.


        • ObjectifObjectif 20 octobre 2011 16:32

          @ lavabo : Pas besoin de s’énerver : je demandais seulement de préciser à quels déchets vous faites référence, en citant idéalement vos sources.

          Il semble que vous faites références aux impuretés naturellement présentes dans du sable de quartz. Est-ce cela ?

          Quand à la fabrication de panneaux en Chine, je préfère personnellement qu’ils fabriquent des panneaux plutôt que ces centrales nucléaires. Et vous ?


        • al.terre.natif 20 octobre 2011 17:07

          Ah tiens, comme pour les manifs, les chiffres que l’on trouve ne sont jamais les mêmes ...

          Ici on indique qu’en moyenne une cellule met 5 ans avant d’avoir pu produire l’équivalent de l’énergie qui à été nécessaire à sa propre fabrication.


        • ObjectifObjectif 20 octobre 2011 17:29

          al.terre.natif a écrit :"Ici on indique qu’en moyenne une cellule met 5 ans avant d’avoir pu produire l’équivalent de l’énergie qui à été nécessaire à sa propre fabrication."

          Ce site donne le chiffre de 5 ans sans justification ni source. Il cite aussi des cellules poly-cristallines avec un rendement de 10%, la consommation électrique en France en 2004 et des subvention ademe qui n’existent plus : un peu fané, donc.

          Le rapport Hespul cité et ses chiffres de 2009 pour la consommation d’énergie à la fabrication arrivait à 3 ans. Avec les chiffres de production de panneaux de 2011, on arrive à 2,1 an.

          La vitesse de retour sur investissement augmente inexorablement.


        • SergeL SergeL 20 octobre 2011 23:05

          Terre rare = l’ indium


        • ObjectifObjectif 21 octobre 2011 11:09

          SergeL a écrit : « Terre rare = l’ indium »

          Il n’y a pas d’indium dans les panneaux à base de silicium, ie de quartz.

          Les cellules CIS utilisent de l’indium (cf http://www.ecosources.info/dossiers/Types_de_cellules_photovoltaiques) mais, plus chères et moins efficaces que les cellules silicium, elles ne percent pas sur le marché de masse.


        • SergeL SergeL 21 octobre 2011 14:36
          Les technologies « couches minces » en Photovoltaïque

          le Cuivre/Indium/Sélénium (CIS), le Cuivre/Indium/Gallium/Sélénium (CIGS) et le Cuivre/Indium/Gallium/Disélénide/Disulphide (CIGSS), présentent les rendements les plus élevés parmi les couches minces mais à un coût plus élevé


        • SergeL SergeL 21 octobre 2011 14:41

          Les technologies « couches minces » en Photovoltaïque = 5% du marché

          Conclusion : les terres rares ne sont pas un problème


        • Thomas 21 octobre 2011 23:04

          De plus, pour ce que je constate autour de moi, les panneaux ne remplacent pas les tuiles, mais sont posés dessus, non ?


        • olivier cabanel olivier cabanel 22 octobre 2011 07:50

          breunz

          je crois savoir que le gaz le plus important en terme d’effet de serre est le méthane...
          d’ou la nécéssité de le récupérer, afin d’en faire de l’énergie, plutot que de le laisser monter dans les hautes couches de l’atmosphère.
           smiley

        • SergeL SergeL 20 octobre 2011 10:24

          Suivant le tendanciel négaWatt2011(2050), la part de l’énergie finale en Solaire sera de 15%

          (1/3 en thermique,le reste en PV).(130 Twh pour 850 Twh)

          L’ éolien sera de 22%.(190 Twh pour 850 Twh)


          Aujourd’hui, à peine 0,5% pour ces énergies renouvelables.(12 Twh pour 2000 Twh)

          A comparer au 20% du nucléaire.(400 Twh pour 2000 Twh)


          • SergeL SergeL 21 octobre 2011 15:03

            Au lieu de moinsser, apportez des arguments :


            quelles solutions pour remplacer le Nucléaire ?

            (sachant que le Nucléaire a du plomb dans l’aile)



          • Rounga Roungalashinga 20 octobre 2011 10:25

            Le photovoltaïque ne constitue absolument pas une alternative au nucléaire.
            D’une part c’est une énergie fatale, donc on ne peut pas ajuster la production aux besoins, et d’autre part, surtout, c’est une énergie extrêmement polluante. La construction d’un panneau solaire est polluante et on ne sait pas quoi faire des panneaux solaires usagés (la durée de vie d’un panneau est d’environ 20 ans).
            Et puis ça ne produit pas des masses.
            Donc c’est pas non plus l’idéal.


            • Breunz 20 octobre 2011 10:38

              La pollution et la gestion des déchets se pose au moins autant avec le nucléaire, croyez moi je travaille dedans.

              Je reste persuadé qu’un mix énergétique est la seule solution viable : si l’on prend 100% de photovoltaique comme le suggère l’auteur, comment on fait la nuit ? les jours de pluie/nuage ? L’hiver ou le besoin d’électricité est le plus présent, et le soleil le plus absent ?
              Les panneaux solaires d’aujourd’hui me semble t il ne peuvent convertir qu’une partie de l’énergie du soleil. le jour ou ils pourront transformer de l’UV, ça deviendra interessant.

              Il faut savoir que les renouvelables fonctionnent nécessairement en paire avec une énergie fossile pour éviter les trous dans la production...


            • SergeL SergeL 20 octobre 2011 10:47

               énergie fatale, donc on ne peut pas ajuster la production aux besoins

              Solution : la méthanation ( 4H2 + CO2)

              ne sait pas quoi faire des panneaux solaires usagés

              Solution : le recyclage ( un jeu d’ enfant par rapport au nucléaire, en plus de l’ emploi )


            • Rounga Roungalashinga 20 octobre 2011 11:57

              La pollution et la gestion des déchets se pose au moins autant avec le nucléaire

              Jamais dit le contraire.


            • SergeL SergeL 20 octobre 2011 12:20

               durée de vie du Verre : 4000 ans

              durée de vie de l’ Uranium 238  : 4,5 milliard d’années

               


            • ObjectifObjectif 20 octobre 2011 13:53

              @Roungalashinga : on ne peut pas baser une politique énergétique sur des idées reçues, telles que celles que vous propagez.

              « D’une part c’est une énergie fatale, donc on ne peut pas ajuster la production aux besoins » : oui, comme l’hydraulique au fil de l’eau, ou comme l’énergie éolienne. Autant les utiliser en priorité, puisque en plus elles ne font pas de déchet.

              "La construction d’un panneau solaire est polluante et on ne sait pas quoi faire des panneaux solaires usagés (la durée de vie d’un panneau est d’environ 20 ans).«  : un panneau c’est d’abord du verre dans un cadre aluminium : ailleurs, on appelle cela une véranda, ou une fenêtre. Ce n’est pas polluant et la durée de vie dépasse largement 20ans. Pour les 600g de cristal de quartz purifié, il n’y a pas de polluant particulier non plus.

              Le recyclage le plus simple en fin de vie, c’est de broyer le verre et le quartz, pour en refaire du sable smiley Mais ce serait vraiment du gaspillage ! Le cadre alu et le verre sont directement réutilisables de manière standard, et le cristal peut être refondu puisqu’il est pur, une fois débarrassé des soudures métalliques. Car c’est la purification du quartz de ses impuretés naturelles qui demande le plus d’énergie.

               »Et puis ça ne produit pas des masses.«  : l’Allemagne a installé une puissance de 7,4GW de panneaux en 2010, soit plus que la puissance de 8 réacteurs de 0,9GW que l’on a en France. A partir de quelle puissance considérer que cela »produit des masses" ?


            • ObjectifObjectif 20 octobre 2011 14:04

              Breunz a écrit : "Je reste persuadé qu’un mix énergétique est la seule solution viable : si l’on prend 100% de photovoltaique comme le suggère l’auteur, comment on fait la nuit ?« Relisez bien, je n’ai jamais écrit ce que vous affirmez.

              J’ai juste montré qu’il est possible avec les panneaux d’aujourd’hui, d’atteindre la totalité de la production électrique française avec seulement 6kWc de panneaux par habitant.

              Mais j’ai ensuite considéré ensuite que 1kWc par habitant serait une bonne cible, laissant le reste de la production actuelle à compenser par les économies et les autres sources d’énergie renouvelable. 1kWc c’est seulement 5 panneaux de 200W sur 7m2 actuellement.

               »Il faut savoir que les renouvelables fonctionnent nécessairement en paire avec une énergie fossile pour éviter les trous dans la production..." Pourtant l’hydraulique et l’éolien ne sont pas des énergies fossiles, pas plus que la biomasse qui aliment les centrales thermiques à co-génération chaleur-électricité.


            • Eloi Eloi 20 octobre 2011 18:21

              >>« Et puis ça ne produit pas des masses. » : l’Allemagne a installé une puissance de 7,4GW de panneaux en 2010, soit plus que la puissance de 8 réacteurs de 0,9GW que l’on a en France. A partir de quelle puissance considérer que cela « produit des masses » ?

              C’est bien sûr totalement faux.

              7,4 GWc (milliard de watt crête) constitue la puissance maximale, dans le cas idéal. En réalité, en Allemagne, on produit 900 Wh par Wc et par an, ce qui nous fait une production 6,5 TWh (6,5 milliards de kilowatts-heure) par an, essentiellement à midi, et pas vraiment en hiver.
              A midi et en hiver, il faudra utiliser les centrales au lignite (le plus sale des charbons) dont l’Allemagne est le champion mondial.

              Pendant ce temps, à 85% de disponibilité (1400 h de fonctionnement pleine puissance par an ), les 7,4 GW de nucléaire auront produit 60 TWh, soit 10 fois plus, et essentiellement quand on en a besoin vital, en hiver et de nuit.

              Etant donné, ObjectifObjectif que vous fréquentez le solaire depuis un moment, ce n’est pas une erreur de votre part, mais bel et bien de la manipulation


            • ObjectifObjectif 20 octobre 2011 19:50

              @Eloi :

              J’ai écrit dans un commentaire : "l’Allemagne a installé une puissance de 7,4GW de panneaux en 2010, soit plus que la puissance de 8 réacteurs de 0,9GW que l’on a en France. A partir de quelle puissance considérer que cela « produit des masses » ?« 

              J’ai écrit 3 fois le mot »puissance«  : dommage que vous n’arriviez pas à le lire.

              Pour comparer la production annuelle, je parle de »production annuelle« , comme dans l’article : »Si à chacun des 66 millions d’habitants de France correspondaient 6000Wc de panneaux photovoltaïques soit 30 panneaux de 200W sur 40m2, la production annuelle serait de 396TWh, suffisant pour remplacer les 408TWh de production nucléaire brute, y compris 16% de pertes en transport et d’autoconsommation."

              Mais il est plus intelligent d’installer en parallèle les différentes énergies renouvelables afin qu’elles se complètent dans leurs productions respectives.


            • Eloi Eloi 20 octobre 2011 22:47

              Ne soyez pas vexé, il n’en reste que votre comparaison de « puissance crête » et de « puissance commandable » n’a tout simplement aucun sens, ni aucun intérêt, et n’est que de la manipulation.

              Mais on commence à s’y habituer, ca ne marchera plus bien longtemps.


            • ObjectifObjectif 21 octobre 2011 11:15

              @Eloi : il semble que la notion d’équilibre du réseau électrique, la base du travail de RTE par exemple, vous échappe complètement.

              Cet équilibre consiste à ce que la puissance produite soit égale à la puissance consommée. Il s’agit bien de puissance, notez bien.


            • SergeL SergeL 21 octobre 2011 14:51

              Cet équilibre consiste à ce que la puissance produite soit égale à la puissance consommée. Il s’agit bien de puissance, notez bien.

              Difficile à concilier avec le Nucléaire : utilisation de centrale thermique pour les crêtes

              (gaz,charbon,fioul, & importations pour les pics)

              Avec les EnR ,plus ce probléme.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès