Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Plomb dans l’eau du robinet : les copropriétés traînent des (...)

Plomb dans l’eau du robinet : les copropriétés traînent des pieds

Il reste moins d’un mois aux copropriétés pour remplacer les canalisations d’eau en plomb et se mettre en conformité avec la loi. Mais tout semble indiquer que les propriétaires traînent des pieds pour financer ces travaux. 

Selon Que choisir, en 2012, 2 millions à 3 millions de foyers étaient encore alimentés en eau par des canalisations en plomb, soit tout de même 10% des logements en France. Il était donc urgent d’inciter les propriétaires à changer ces canalisations, suite à un abaissement de la teneur limite du plomb dans l’eau édictée par l’Organisation mondiale de la santé.

On ne peut pas dire que les copropriétaires ont été pris par surprise : cela fait depuis 2007 qu’une circulaire prévoyait une mise en conformité avec les normes de l’OMS. A partir du 25/12/2013, la teneur limite de plomb tolérable dans l’eau passera de 25 mg/L à 10 mg/L.

Mais alors que les travaux de remplacement ont pris du retard, une association des copropriétaires militait encore l’été dernier pour reporter l’entrée en vigueur de cette norme… en 2030 !

Dans la ligne de mire des copropriétaires, la norme de 10 mg/L de teneur en plomb dans l’eau, trop contraignante à leurs yeux. Ils font également valoir – sans que l’on sache réellement d’où vient ce chiffre - que seulement 6% des appartements seraient alimentés par une eau trop chargée en plomb. Si ce chiffre était confirmé, cela représenterait tout de même près de 320 000 foyers exposés…

Exposition au plomb dans l’eau : les conséquences sur la santé

Or, si les normes de l’OMS ont été durcies, c’est à la suite d’une série d’études internationales, montrant que même si les cas de saturnismes par ingestion de l’eau étaient extrêmement rares, une exposition prolongée à une eau du robinet dont la teneur en plomb est supérieure à 10 mg/L, impacte sérieusement le développement intellectuel des enfants.

Par ailleurs, il semble normal d’appliquer le principe de précaution quand on sait que ces teneurs en plomb sont évolutives. Pour exemple, la solubilité du plomb dans l’eau du robinet augmente avec la température, on considère qu’elle double au dessus de 25°C.

Les teneurs varient en fonction des horaires : le matin, lorsque tout un immeuble utilise ses douches, les canalisations sont mises à contribution, ce qui fait baisser la teneur du plomb dans l’eau. Mais plus tard, dans l’après-midi, lorsque le réseau d’eau est sous-utilisé, les résidus de plomb sont bien plus importants. Il faut donc rester vigilant sur les contrôles et demander à ce que les prélèvements soient effectués à différentes horaires dans la journée.

Ces signaux suffisamment alarmants – quand on sait que la question touche potentiellement la santé des plus jeunes - auraient dû inciter les pouvoirs publics à se mobiliser pour faire le nécessaire.

Dans les faits, « il parait très peu probable que des contrôles et sanctions soient mises en œuvre » après le 25 décembre, estime Que Choisir.

838 000 immeubles à Paris équipés de canalisations en plomb

Ce sera donc aux locataires de faire respecter cette norme en veillant à faire mesurer correctement la teneur en plomb de son eau du robinet - compter tout de même 300 euros à 500 euros pour une campagne d’analyse. Une vérification à faire si les canalisations ont été effectuées avant les années 1960, époque où l’on utilisait le plomb pour les réseaux d’eau, ce qui est par exemple le cas pour 838 000 immeubles à Paris.

Reste à savoir si les associations de copropriétés, qui veulent reporter la date butoir du 25 décembre 2013, comme le permet la directive européenne, obtiendront gain de cause. Un cadeau de Noel que serait tenté de leur accorder les pouvoirs publics, qui reviendrait à piétiner les recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé…


Moyenne des avis sur cet article :  4.11/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • eau-du-robinet eau-du-robinet 4 décembre 2013 15:39

    Bonjour Hervé.C,

    Ahhh, il y à des directives qui ont du plomb dans l’aile.

    Les grands médias nous ont informé depuis longtemps sur la dangerosité des canalisations en plomb et cela remonte bien plus loin que dix ans en arrière. A maintes reprises le délai de remplacement été repoussé ...

    Je me souviens il y quelques années quand SUEZ (Lyonnaise des eaux) est passé dans la commune de Belin-Beliét pour remplacer les raccordement en plomb chez ma mère.

    Le compter d’eau été dans la maison de ma mère et le raccord au compter, coté SUEZ, été en plomb. Pour gagner du temps les travailleurs de Suez ont démonté le compter d’eau (dans la maison) et le remplacé par un raccord plastique de basse qualité ( qui na pas tarde de casser ...). Puis ils ont installé un nouveau compter dans la rue (il n’y pas de trottoir dans la rue) tout en laissent en place une partie du raccord en plomb. Ce tuyaux en plomb passait a travers d’un épais mur. Hors la loi est très clair la dessus et dit que le remplacement des raccords en plomb est à la charge du gestionnaire de l’eau quand celle-ci se trouve avant le compter. 

    Nous étions obligé de réclamer à la mairie pour que la Lyonnaise des eaux nous remplace également les dernier mètre de tuyau en plomb, la partie entre l’ancien et le nouveau compteur.

    Si je vous rencontre cette histoire c’est pour vous dire de rester vigilent et ne vous faites pas rouler dans la farine par les distributeurs d’eau comme Veolia , Suez et Saur.


    • Gemini Gemini 4 décembre 2013 15:42

      Merci pour ce rappel salutaire. L’AG de ma co-propriété a lieu bientôt et ça me rappel que je dois y aborder ce point.

      Il est une fois de plus déplorable de constater que la santé passe après les considérations financières.


      • Fergus Fergus 5 décembre 2013 09:22

        Bonjour, Gemini.

        Il en va de même à chaque fois qu’une loi ou un décret, souvent en relais d’une directive européenne, oblige des particuliers ou des collectivités à se mettre aux normes : on attend le dernier moment et, faute d’avoir fait les travaux ou les investissements nécessaires, on demande de nouveaux délais alors que l’on a eu 5 ou 10 ans pour se mettre en conformité.

        Cela vaut pour les canalisations plombées qui devraient avoir toutes été éradiquées le 25 décembre comme cela vaut pour les lieux publics du type hôtels et restaurants qui devront tous être accessibles aux handicapés le 1er janvier 2015 alors que 30 % seulement d’entre eux ont été aménagés. Rappelons que l’obligation, sur les marchés, de présenter les produits sous un étal réfrigéré pour les commerçants alimentaires, hors fruits et légumes, avait également donné lieu à des psychodrames à l’approche de la date fatidique. Et l’on pourrait multiplier les exemples.


      • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 4 décembre 2013 22:02

        Comme dit plus haut ,si les tuyaux sont à l’amont des compteurs ,c’est à la charge du distributeur .Si en aval ,et pas de colonnes montantes ou (et) passages pour la distibution ,ça va couter bonbon ...


        • Herve.C Herve.C 5 décembre 2013 18:23
          Merci pour vos commentaires. Pour info, comme on pouvait s’en douter, certaines associations demandent un report de la mesure de 3 ans. La CLCV révèle ainsi que la majorité des co-propriétés n’ont pas changé les canalisations. Et demande un soutien de l’Etat pour faire face aux coûts engendrés par ces changements de canalisations (2500 euros par appartements)

           
          Pourtant cela fait longtemps que l’on sait et que rien n’est fait pour faire respecter une teneur de 10 mg/L. Pourquoi un report changerait-il la donne ? Certes, il semble que même avec des canalisations en plomb, dans certains immeuble, le seuil de 10 mg/L de plomb dans l’eau peut être respecté. Mais dans quelle proportion d’immeubles ?

          L’état devrait au moins obliger les copros à évaluer les teneurs en plomb dans les immeubles datant des années 50, afin d’informer les habitants en cas de problème, ce serait le minimum...

          • lechar 11 décembre 2013 10:30

            c’est très bien comme idée de les remplacer, mais depuis le temps qu’elles ont été installées, il y a bien longtemps que l’eau n’a plus de contact avec le plomb ! (couche de calcaire, sels dissous, etc...).



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès