Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Pour quelques barils de plus...

Pour quelques barils de plus...

A l’heure où nous débattons de la mort, supposée ou non, du Grenelle de l’environnement, la planète continue d’être dévastée, exploitée, souillée, pour quelques barils de plus...


Fort Mac Murray, Alberta, Canada, sans doute la dernière ruée vers l’or noir que le monde connaîtra, mais à quel prix ? Nous sommes à des milliers de kilomètres de Montréal, au Nord-Ouest, région autrefois semi-désertique, de paisibles forêts boréales s’y étendaient, quelques Indiens vivant en harmonie avec la nature y chassaient de temps en temps, on y trouvait du gibier à volonté, tout était paisible à Fort Mac Murray.

Malheureusement, le sol de ces forêts est très particulier, le sable s’y mélange avec une substance nauséabonde et gluante, le pétrole.

Pendant que les oiseaux gazouillaient gaiement, insouciants, dans les hauteurs des pins en Alberta, dans une salle survoltée, à New York, le pétrole a franchi les 40 dollars le baril. Ce fut le début des ennuis, des gros ennuis, un nouveau crime contre la planète au nom du roi dollar allait commencer.

Pour extraire le pétrole à Fort Mac Murray, il faut le séparer du sable avec lequel il est mélangé, pour cela il faut remuer le sol et, grâce à de l’eau en énorme quantité, il est possible de récupérer quelques gouttes de pétrole. Deuxième possibilité, faire chauffer de l’eau, la balancer à grande pression dans le sol afin de le chauffer et de faire remonter le pétrole. Des procédés extrêmement coûteux, il fallait donc que le pétrole ait un coût suffisamment élevé pour que cela puisse être rentable.

Fort Mac Murray n’est plus paisible du tout, des dizaines de maisons préfabriquées arrivant sur d’énormes camions sont empilées les unes à côté des autres, « ville champignon » voilà ce qu’elle est devenue. Des milliers de Canadiens affluent vers ce nouvel eldorado, les emplois étant nombreux et très bien payés.

Un scientifique a décrit cette ruée vers l’or comme « le développement le moins durable qui soit ».

En effet, des milliers d’hectares de forêts ont été totalement rasés, lorsqu’on survole en avion cette région, on voit d’énormes trous grisâtres dans la forêt, comme des plaies béantes dans un paysage autrefois si beau. Des dizaines de pelleteuses remuent le couteau dans la plaie sans cesse, les résidus pétroliers sont tellement corrosifs qu’ils sont obligés de changer les chenilles tous les trois jours ! L’odeur est pestilentielle sur le site, tous les employés portent des masques.

Hormis la destruction de la forêt, il y a aussi une pollution énorme de l’eau puisqu’ils la puisent directement dans un fleuve, l’utilisent, la remplissent de produits chimiques, la traitent vaguement, puis la rejettent dans le fleuve. Officiellement, l’eau n’est pas polluée.

Un grand lac communique avec ce fleuve, des Indiens vont y pêcher chaque jour pour se nourrir. Depuis ce funeste jour où le pétrole a dépassé les 40 dollars le baril, le nombre de poissons ne cesse de diminuer et, cerise sur le gâteau, le nombre de cancers est en forte augmentation ! Dommages collatéraux diront certains.

A Fort Mac Murray , il faut brûler un baril de pétrole pour en extraire deux !! Rendez-vous compte ! Un baril de pétrole pour deux malheureux barils, avec, au passage, la destruction de la faune et de la flore et des terres qui après avoir été souillées mettront des années avant de cicatriser tant les résidus de pétrole sont corrosifs ! Sans compter les émissions de gaz à effet de serre très importantes, le scientifique cité tout à l’heure en conclut que ceux qui devront payer la facture encore une fois seront nos enfants.

J’en conclus que, pour quelques dollars de plus, des entreprises sont prêtes à tout et à n’importe quel prix. L’homme moderne devrait avoir honte de lui-même, je serais curieux de savoir combien ce foutu or noir a bien pu coûter en vie humaine et en catastrophe écologique (guerres, effet de serre et j’en passe).

Si seulement ces gens, ces patrons pouvaient simplement deux minutes réfléchir au sens de ce qu’ils font, mais malheureusement ces gens-là ne réfléchissent pas, ils ne pensent pas qu’à eux, ils ne voient pas plus loin que leur bout de leur nez comme dit ma grand-mère ! Quand est-ce que l’homme réalisera qu’il faut penser au-delà de la durée de son séjour sur Terre ?

A ce rythme, c’est très simple, l’humanité court à sa perte.

PS : Merci à Envoyé spécial de m’avoir inspiré cette réaction.


Moyenne des avis sur cet article :  4.87/5   (60 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 28 avril 2008 12:16

    un désastre écologique de plus !  la même chose au Venezuela .....

     


    • tvargentine.com lerma 28 avril 2008 12:21

      quand vous écrivez "A l’heure où nous débattons de la mort, supposée ou non, du Grenelle de l’environnement, la planète continue d’être dévastée, exploitée, souillée, pour quelques barils de plus"

      On a l’impression de lire un intégriste ,car comme eux,vous employez le mot "souillée"

      Pour le reste,c’est un tissu d’obscurantisme complet et vous devriez voyager un peu plus pour vous faire une idée de la réalité

       


      • geko 28 avril 2008 12:53

        Lerma côté intégriste c’est l’hôpital qui se fout de la charité ! Personne ne vous arrive à la cheville sur AV !

        "pour quelques barils de plus" : 1 baril nécessaire pour en produire 2, sans parler des sols pourris : Pas besoin d’être intégriste pour s’en émouvoir !


      • jcm jcm 28 avril 2008 13:11

        Et une de nos "entreprises phares" renforce son activité dans cette région : Total se renforce dans les huiles lourdes au Canada

        Avec des perspectives de progression inquiétantes : "D’une capacité de 25 000 barils par jour, la première phase du projet devrait atteindre son plateau de production en 2012. Elle sera suivie d’une deuxième phase, dont le démarrage est prévu avant le milieu de la prochaine décennie. Cette deuxième phase atteindra un plateau de production de 75 000 barils par jour, portant la production des deux phases de Surmont à environ 100 000 barils par jour."

        La région n’a pas fini d’être polluée !!!


        • jeanrene 28 avril 2008 13:56

          Monsieur,

          Vous prétendez que j’ai un discours intégriste parce que j’ai employé un terme qu’il est vrai est très fort, sans doute trop, je ne cherchais qu’à exprimer une émotion très forte que j’ai ressentie. Je ne suis certainement pas un grand écrivain, j’ai 18 ans, monsieur, j’aimerais beaucoup voyagé, mais personne n’en a les moyens dans ma famille, voyez-vous. Je n’impose à personne de partager mon avis, mais je vous prierais d’éviter un discours aussi violent, et pensez qu’il y a des gens qui ne peuvent pas voyager avant de faire des remarques aussi désinvoltes. Je n’ai fait qu’exprimer une réaction que je souhaitais faire partager.

          Monsieur, je vous salue


          • Valparaiso JJSS1979 28 avril 2008 15:32

            Merci pour cet article très interessant et qui confirme bien que s’il y avait du pétrole facile à decouvrir en grande quantité (comme on a essayé de nous le faire croire encore recement avec l’intox brésilienne) on irait certainement pas dans des endroits pareils pour miner-pomper.

            Quand à ces destructions aveugles, quoi de plus mériter quand la planète elle même nous le fera payer !


            • Vincent 28 avril 2008 17:42

              Article se voulant informatif mais qui ne fait que reprendre dans les grandes lignes un reportage d’envoyé spécial sur France 2 qui date de quelques semaines, dommage il aurait fallu fouiller un peu plus.

               

              Cela dit, il s’agit effectivement d’une aberration, mais les hommes qui ne réfléchissent pas plus loin que le bout de leur nez, réfléchissent surtout avec une calculette, et s’ils ont décidé d’exploiter ce gisement, c’est qu’ils y trouvent leur intérêt.

               

              En plus en terme d’investissement, et de formation du personnel c’est pas grand-chose comparé à des plates formes maritimes.

               


              • ZORBA 28 avril 2008 19:13

                CETTE EMOTION TRADUIT BIEN LES SOUCIS QUE NOUS AVONS POUR NOTRE TERRE

                ET IL N’EST PAS BESOIN D’ETRE GRAND ECRIVAIN POUR LA RESSENTIR .

                IL SUFFIT D’ETRE SIMPLEMENT HUMAIN .


                • impots-utiles.com 28 avril 2008 19:19

                  bizarrement ....Le pétrole augmente, le dollar baisse et l’on paie le pétrole en dollar alors est-ce vraiment bien normal que le prix de l’essence, du fuel augmente  ?

                  que fais le gouvernement ?? a l’évidence il est plus important pr sarkozy de preserver les lobbies pétroliers plutot que le pouvoir d’achat des français...

                  http://www.impots-utiles.com/prix-du-petrole-et-prix-du-dollar.php


                  • mimi75 28 avril 2008 23:06

                    J’ai vraiment très peur pour l’avenir de toute façon tant qu’il n’y aura pas de catastrophe écologique personne ne comprendra que ce système ne peux plus continuer


                    • jcm jcm 30 avril 2008 21:14

                      Victimes directes, les oiseaux migrateurs : 500 canards mazoutés sur un site pétrolier en Alberta


                      • koudou 1er mai 2008 10:33

                        J’ai lu l’article avec attention et intérêt. Et je l’ai trouvé bien écrit et assez fidèle à l’émission d’Envoyé spécial que l’auteur remercie d’ailleurs. Je ne serais donc pas aussi acerbe que Vincent, mais en regrettant tout de même avec lui qu’il n’y ait qu’un seul point de vue présent dans cet article.

                        Le tout est probablement un peu lourd à préciser pour un simple commentaire, et je vais donc essayer de faire un papier sur le sujet pour mieux comprendre le pourquoi et le comment des enjeux et mettre les épisodes navrants des pétroles de l’Athabasca en perspective.

                         

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

jeanrene


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès