Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Pourquoi vote-t-on contre l’avenir ?

Pourquoi vote-t-on contre l’avenir ?

Questionnement sur le cap de la politique dite de gauche menée par François Hollande, à l'heure où l'écologie devrait être le moteur de l'économie.

A l’heure où la surpopulation planétaire n’est plus un mythe, que le réchauffement va amener des peuples entiers à migrer, que les riches ne laissent plus que des miettes au peuple… La solidarité devrait s’imposer dans les urnes. Parce que les électeurs d’extrême droite ne comprennent pas que refuser le partage de l’espace mène à une impasse inévitablement violente, comparable au conflit israélo-palestinien. Parce que ne pas aider le Continent-Mère à lutter contre la désertification au moment où les prévisionnistes annoncent que dans 25 ans un quart de la population mondiale sera africaine, c’est l’assurance d’une guerre de civilisation.

Plus que jamais le monde a besoin de politiques de gauche. Pas de la sociale-démocratie, ni du communisme, mais d'un mouvement politique où l’écologie serait au centre de l’économie. Ne soyons pas naïfs, l’argent reste le moteur des sociétés dites civilisées. On ne change pas des siècles de capitalisme en un coup de baguette. C’est d’ailleurs l’angélisme affiché de certains ex-ministres EELV qui découragent bon nombre d’électeurs de gauche, sensibles au développement durable, de voter toujours et encore pour un PS pro-nucléaire.

Rien ne sert de taper derechef sur les médias complices du sentiment d’insécurité, d’autres le font très bien. Notamment les populistes de tous bords. Sentiment vécu par procuration car ladite insécurité demeure inexistante dans la majorité du pays.

Là où je m’interroge sur la bêtise de repli identitaire, que ce soit chez les trois grandes religions monothéistes ou chez les individualistes affichés, c’est que notre pays dispose encore d’une école gratuite. Itou concernant l'indemnisation chômage. Même si Nicolas Sarkozy a fortement cassé le système solidaire de santé publique, une véritable politique sanitaire de gauche reste possible. En ponctionnant par exemple les flux financiers. Mais si la loi Tobin n’est pas appliquée au niveau mondial, la France et l’UE paieront leur humanité, arguent les défenseurs d’un capitalisme décomplexé.

Ce bref constat énuméré, il est étonnant de voir François Hollande ne pas changer de cap. Un récent sondage annonce que moins d'un Français sur cinq a confiance en sa politique économique de relance. Pour un Président qui annonçait en avril n'avoir « aucune raison d'être candidat » à un deuxième mandat si le chômage ne diminuait pas à l'issue de son quinquennat, n'est-il pas grand temps d'être (enfin) de gauche ? Certes, pour un centriste historique du Parti socialiste, ce n'est pas chose aisée. D'autant plus lorsqu'on voit un (futur ex-)ministre déraisonnable en la personne d'Arnaud Montebourg (NDLR, article écrit avant la démission du gouvernement) pro-gaz de schiste dans l'unique but de baisser le chômage et augmenter temporairement le pouvoir d'achat. Peu importe les conséquences écologiques inexpiables que subiront les prochaines générations. Là, reconnaissons au Président Hollande une mesure salvatrice.

Pendant ce temps, des banques – qui ont été sauvées de la banqueroute par l’impôt de contribuables au pouvoir d’achat exsangue – poursuivent la destruction des ressources naturelles. C’est le cas de la Société Générale, qui soutient l’énorme projet d’extraction et d’exportation de charbon Alpha Coal en Australie, continuant de nier les impacts majeurs qu’aurait le projet sur la Grande Barrière de corail et le climat. Il semble que la valeur d’un fleuron de la banque au CAC40 ne vaut pas certaines remontrances politiques. Et ce n’est pas avec Marine Le Pen ou un conservateur à la sauce UMP que l’avenir soit plus radieux. Au contraire.


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • César Castique César Castique 25 août 2014 17:17

    « Parce que les électeurs d’extrême droite ne comprennent pas que refuser le partage de l’espace mène à une impasse inévitablement violente... »



    Pourquoi les électeurs d’extrême-droite ? Le nombre des Français estimant qu’il y a trop d’étrangers dans ce pays, ne cesse d’augmenter. On en était à 74 % en décembre dernier et c’est (encore) assez loin du score du Front national.


    « Là où je m’interroge sur la bêtise de repli identitaire... »


    Ce n’est pas de la bêtise ! L’homme est un animal territorial, et quand il perçoit qu’une menace pèse sur son territoire, il réagit plus ou moins brutalement selon la nature de la menace. 


    Ça ne vaut donc pas que pour les Américains après le 11 septembre, ou pour les Afghans et les Irakiens quand ils sont agressés militairement.

    • foufouille foufouille 25 août 2014 18:21

      Parce que ne pas aider le Continent-Mère à lutter contre la désertification au moment où les prévisionnistes annoncent que dans 25 ans un quart de la population mondiale sera africaine,


      donc, un africain a le droit d’avoir six enfants et c’est écolo ?



      • Thomas Delavergne 25 août 2014 18:24

        Le niveau des commentaires... J’avais oublié le populisme ambiant du site.


        • César Castique César Castique 25 août 2014 19:00

          « Le niveau des commentaires... »


          Vous avez vu où des commentaires ? Moi, je lis deux compléments d’information et une question. La censure aurait à nouveau sévi ?

        • foufouille foufouille 25 août 2014 19:44

          on doit le lécher, en plus ?


        • foufouille foufouille 25 août 2014 20:01

          le populisme c’est le peuple


        • sleeping-zombie 26 août 2014 13:47

          l’écologie est plus facile quand on fait abstraction du peuple :D


        • foufouille foufouille 25 août 2014 19:47

          « A l’heure où la surpopulation planétaire n’est plus un mythe »

          sauf pour l’afrique ?

          « Sentiment vécu par procuration car ladite insécurité demeure inexistante dans la majorité du pays. »

          on dirait un bobo qui a juste besoin de siffler la flicaille qui rapplique.


          • foufouille foufouille 25 août 2014 19:49

            combien d’africains tu héberges ?


            • bibou1324 bibou1324 26 août 2014 09:38

              A l’heure où la surpopulation planétaire n’est plus un mythe [...] La solidarité devrait s’imposer.


              En toute logique, c’est l’inverse qui doit se produire. Si on est trop, mieux vaut des guerres et épidémies incessantes pour réduire la population, que d’être solidaire et essayer d’aider son prochain. Dans cet optique, le repli identitaire, c’est le top, ça permet de fédérer autour de valeurs fortes une population, pour facilement créer des guerres, et donc diminuer le surplus de population.

              Et quand la moitié de la population a crevé, le partage des richesses devient plus facile : quand on a vécu plusieurs années dans la misère, on se contente de moins. Donc moins de tensions.

              Quand à votre « gauche », ça fait longtemps que la séparation des partis entre « gauche » et « droite », complètement artificielle, n’est plus utilisée que par ceux qui n’ont rien compris en politique. Vous croyez vraiment que l’ensemble des décisions pouvant être prises en France peut être définie sur un seul axe gauche-droite ? Si vous êtes pour la peine de mort automatique à la première récidive et pour l’ouverture totale des frontières, vous êtes de gauche ou de droite ? Si vous êtes pour plus de logements sociaux et une autonomie totale sur la production de matières premières, vous êtes de gauche ou de droite ?

              • Cocasse Cocasse 26 août 2014 13:35

                Si tu prétends aider l’Afrique, il faut d’abord que la France reste la France, le pays des Français, et pas celui des africains.
                Sinon, tu peux importer l’afrique en France, comme actuellement. Il y a d’ailleurs tellement de monde en afrique qu’il est aisément possible de remplacer totalement la population française pour une population africaine.
                Le résultat on le sait déjà : la France nouveau pays du tiers monde, nouveau pays d’afrique, où la barbarie règne. Qui aidera la France alors ? Qui aidera l’afrique ?


                • marauder 26 août 2014 16:21

                  La franSSe, icone idéaliste, colonialiste, rasciste, puérile, dangereuse et improbable que tu aimes tant est celle que je reve de ne plus voir exister dans la tete des gens.

                  Rassures-toi, n’aies pas peur, tu seras armé bien avant moi et heureux de me tirer une balle.

                   J’en suis certains.

                  En attendant, rappelles-toi que je ne te prive pas de t’exprimer, ni ne m’insurge de te savoir en droit de le faire.


                • César Castique César Castique 26 août 2014 18:58

                  «  Qui aidera l’afrique ? »


                  Les Français qui prendront le continent en main, pour le sortir de son sous-développement...

                  Après quoi, il faudra réorganiser les transferts en sens inverse, les Africains revendiquant la « terre de leurs ancêtres » et les Français venant redévelopper l^Hexagone. 

                  Ca peut durer 1000 ans, et plus, ce genre de rotations...

                • marauder 26 août 2014 16:17

                  La solidarité ne s’impose pas dans les urnes, mais ici et maintenant, partout, autour, en reflechissant sur nos actes et leur porté, en collant enfin réellement nos souhaits les plus « innocents » dans l’instant présent. En cherchant à se regrouper ensemble pour s’auto-gérer, partager, s’autonomiser, s’entraider, accepter les uns et les autres, ne plus juger, mais ne pas s’empecher de critiquer, s’exprimer, encore et encore...

                  Faites vous des copains (sens éthymologique : avec qui on partage le pain).

                  Bref que des gros mots moralisateur me dit-on fréquement...


                  • ecolittoral ecolittoral 28 août 2014 15:37

                    « ...A l’heure où la surpopulation planétaire n’est plus un mythe, que le réchauffement va amener des peuples entiers à migrer... ».

                    La surpopulation n’est pas un mythe mais une théorie pondue par des statisticiens douteux et contestée par beaucoup de démographes et de géographes.

                    Le réchauffement climatique et son agence de PUB, le GIEC ne tiennent pas la route quand on se donne la peine d’écouter les avis différents et de plus en plus nombreux.

                    « ...que les riches ne laissent plus que des miettes au peuple... ».

                    D’où les migrations actuelles et futures. Rien à voir avec un supposé réchauffement ou une douteuse surpopulation.

                    On migre pour trouver de l’argent ou pour échapper à la guerre...Pas parce qu’il fait chaud ou qu’on est trop nombreux.

                    Décidemment, l’écologie à bon dos !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès