Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Propos rafraîchissants sur le réchauffement

Propos rafraîchissants sur le réchauffement

« C’est le mensonge qui mène le monde » prévenait Jean-François Revel dans « La connaissance inutile ». Il le mène encore mieux lorsque de grandes forces s’allient pour le construire, l’amplifier, le diffuser. Ainsi du réchauffement climatique, mythe mondial savamment entretenu par des militants écologiques, des « scientifiques », des fonctionnaires appointés, des politiciens, des journalistes.

  Contredire les affirmations du célébrissime GIEC, dénoncer les calembredaines d’ Al Gore et les trucages d’Arthus-Bertrand, peut coûter cher à ceux qui s’y risquent. Claude Allègre en sait quelque chose. Et pourtant, les irréductibles anti réchauffistes existent. Et sont plus nombreux qu’on le pense. Mais comme ils ne sont pas en odeur de sainteté dans les médias conventionnels, leurs messages nous parviennent peu ou mal. Cela ne les empêche pas d’essayer, contre vents et marées, de parler, d’écrire, de ressortir les études statistiques écologiquement incorrectes mises sous le boisseau et de nous alerter sur le danger que fait courir cette nouvelle idéologie à nos libertés. On pourrait même parler ici d’une nouvelle religion millénariste, anti progrès, qui cherche à étouffer la conscience des honnêtes gens, en les culpabilisant et en leur faisant peur.

  Or, en regardant, comme ces contestataires l’ont fait, les statistiques officielles à notre disposition, on constate que, depuis 150 ans, le climat a peu évolué, les variations se mesurant en dixièmes de degré. Mieux, depuis une dizaine d’années, on note un léger refroidissement. Il n’y a, finalement, pas de preuve du réchauffement, donc culpabiliser les hommes n’a pas lieu d’être. D’autant que, dans l’effet de serre, nécessaire au maintien de températures favorables à la vie sur terre, le CO2 intervient pour une infime partie à côté de la vapeur d’eau, des nuages et du soleil.

  Alors pourquoi cette paranoïa planétaire ? D’abord parce qu’il y a, par le monde, des idéologues, des militants, hostiles depuis toujours au capitalisme, au libéralisme, à la modernité. Après l’échec du communisme, ils se sont recyclés dans l’écologisme, véritable idéologie de substitution. Celle-ci a connu une progression géométrique, il y a une vingtaine d’années, dans ce « machin » appelé Nations Unies où le département écologie a fait alliance avec les ONG écologiques (Greenpeace, WWF et consorts) pour créer un dispositif verrouillé appelé IPCC (GIEC en français) dans lequel ne travaillent que ceux qui partagent la vision unique du réchauffement climatique. Juge et partie, telle se caractérise cette officine. En plus, elle exerce un monopole scientifique de fait, les experts qui sont en désaccord avec elle, étant insultés ou n’ayant pas accès aux médias. Quant aux chefs d’états et aux parlementaires, ils sont condamnés au suivisme s’ils veulent être réélus ; Vaclav Klaus, le président de la république tchèque, étant une exception notable (ce qui lui a valu, entre autres, l’agression de l’écolo Cohn-Bendit).

  J’ai parlé, plus haut, de nouvelle religion. En effet, tout y est : la doctrine, le clergé (les militants écolos) et les fidèles : par obligation, par croyance naïve, par intérêt. Parmi cette dernière catégorie figure tout un lobby d’entrepreneurs qui voient dans le « green business », encouragé par les hommes politiques et parfois subventionné, un moyen de se remplir les poches. Je pense notamment aux installateurs d’éoliennes, dont je dirai, dans un prochain article, tout le mal qu’il faut en penser.

  Tous ces arguments sont fort bien analysés par trois auteurs dont je vous recommande la lecture de leur dernière production (1). Christian Gérondeau a bien vu la montée en puissance de l’idéologie réchauffiste et ses contradictions, dont l’une est de taille : Comment lutter contre les émissions de CO2 dues aux combustibles comme le pétrole et le charbon, alors que, loin des propos lénifiants et des chartes signées, les états continuent et continueront à rechercher de nouveaux gisements et à les exploiter ? En fait, ne rêvons pas, aucun pays, émergent ou non, n’est prêt à sacrifier son développement au nom d’un quelconque protocole, qu’il soit de Kyoto ou d’ailleurs.

  Vaclav Klaus met l’accent sur notre liberté menacée par cette « idéologie pour les riches », qui joue sur les émotions, les peurs des gens, pour faire fi des « procédures normales de la démocratie parlementaire ».

  « Etat d’urgence » paru avant la mort de son auteur, Michael Crichton, raconte l’histoire d’une association écologique qui, voulant aller au-delà du terrorisme intellectuel, bascule dans le terrorisme tout court. Ce thriller, mené à vive allure, ménage quelques épisodes plus calmes au cours desquels un Claude Allègre américain, démonte, statistiques à l’appui, le bobard du réchauffement.

Voilà trois livres qui pourront, utilement, meubler votre temps libre pendant ces vacances, surtout si vous décidez de demeurer auprès de votre grand’mère, afin de la protéger des effets d’une possible canicule.

SW

(1) Christian Gérondeau

"CO2 : un mythe planétaire" Editions du Toucan

Visionner son interview sur Reichman TV ( émission du 9 juin 2009) :
http://www.reichmantv.com/page2.html

Lire son article :
CGT climatique : Claude Allègre a raison
http://blog.turgot.org/index.php?post/Changement-climatique

Vaclav Klaus

"Planète bleue en péril vert" Editions : IREF

Lire aussi l’article :
"C’est la liberté qui est en danger. Le climat va bien".

http://blog.turgot.org/index.php?post/Vaclav-Klaus-%3A-%22C-est-la-libert%C3%A9-qui-est-en-danger.-Le-climat-va-bien%22.

Michael Chrichton
"Etat d’urgence" Editions de poche

Le dessin de Siné est paru dans "Siné hebdo" n°41 du 17 juin 2009


Moyenne des avis sur cet article :  2.83/5   (48 votes)




Réagissez à l'article

80 réactions à cet article    


  • morice morice 4 juillet 2009 15:12

    « C’est le mensonge qui mène le monde » prévenait Jean-François Revel dans « La connaissance inutile ». Il le mène encore mieux lorsque de grandes forces s’allient pour le construire, l’amplifier, le diffuser. Ainsi du réchauffement climatique, mythe mondial savamment entretenu par des militants écologiques, des « scientifiques », des fonctionnaires appointés, des politiciens, des journalistes.


    ben vous on sait maintenant qui vous paye.... vos propos sont idiots. comme ceux d’Allègre.

    vous êtes mal placé pour parler des « appointés » : ils SONT DANS VOTRE CAMP d’aveugles !

    EXxon Mobil Corporation, la première compagnie pétrolière mondiale, a financé en 2008 des recherches remettant en cause le réchauffement climatique. Dans son édition du 1er juillet, le quotidien britannique The Guardian rappelle que les comptes d’Exxon Mobil montrent qu’en 2008, la compagnie a participé à hauteur de 75 000 dollars aux recherches du NCPA – National Center for Policy Analys, situé à Dallas (Texas) –, de 50 000 dollars à celles de l’Heritage Foundation et de 245 000 dollars à celles de l’American Enterprise Institute for Public Policy Research, toute deux situées à Washington. Ces différents lobbies sont connus pour leur positions très sceptiques vis-à-vis du réchauffement climatique.

    • amipb amipb 5 juillet 2009 08:19

      Ce qui est hallucinant dans toutes ces histoires, c’est que l’écologie et le réchauffement passent pour de la « bien-pensée » alors que les grands groupes industriels font tout pour saper les conclusions alarmistes. Dernier exemple : EXXON (http://abonnes.lemonde.fr/planete/article/2009/07/03/exxon-aurait-finance-des-recherches-remettant-en-cause-le-rechauffement-climatique_1215021_3244.html#xtor=RSS-3208)

      Attention, il faut être abonné.


    • morice morice 4 juillet 2009 15:15

      Lire son article :
      CGT climatique : Claude Allègre a raison
      http://blog.turgot.org/index.php?post/Changement-climatique


      il a tort. tous les scientifiques disent l’inverse. Mais ça fait lontemps qu’il ne l’est plus..



      Le fait de lui demander un rapport sur l’état de l’université est la preuve que M. Sarkozy ignore l’existence de deux autres rapports déjà faits par notre trublion de service : un sur l’amiante et un sur le réchauffement climatique. Pour le premier, on en connaît déjà les ravages dans le détail, pour l’autre, on n’en pas la pleine conclusion, mais on s’en doute plus que fortement. Dans les deux cas, les rapports signés Allègre, eux, sont scientifiquement... faux.

      • morice morice 4 juillet 2009 15:19

         « son but est aussi de forcer à la mondialisation qui supprime les souverainetés nationales ». non, ce n’est pas parce qu’elles vont en profiter qu’il n’y a pas réchauffement !


        • Le péripate Le péripate 4 juillet 2009 16:00

          L’époque est triste. La légende écolo des années 70 qui nous prédisait un nouvel âge glaciaire d’origine anthopico-capitaliste au moins nous avait donné l’occasion de romans d’anticipation passionnants. A ma connaissance, rien de tel avec le réchauffement.


          • Kalki Kalki 4 juillet 2009 17:02

            Réchauffement planétaire à cause de l’activité humaine il y a. Je dis bien activité « humaine » donc pas seulement les méchant CO2.

            Je repose encore la question aux ’simples «  » «  » «  » Ecolos «  » «  » «  » ’ :

            Est ce qu’un réchauffement est mieux qu’une GLACIATION ?

            Car ça , ça serait la question à se poser scientifiquement.

            Le dernier Glaciaire (environ 120 000 à 10 000 ans) est nommé glaciation de Würm dans les Alpes, Weichsel en Europe du Nord et Wisconsin en Amérique du Nord.


            Une glaciation ou période glaciaire est à la fois une phase paléoclimatique froide et une période géologique de la Terre durant laquelle une part importante des continents est englacée.

            Les glaciations ont d’abord été mises en évidence grâce à leurs traces morphologiques (moraines, blocs erratiques) dans les vallées alpines à la fin du XIXe siècle.

            Depuis les années 1950, l’étude des rapports entre les différents isotopes de l’oxygène dans les sédiments prélevés par carottage au fond des océans a confirmé et précisé l’existence de nombreuses fluctuations climatiques plus ou moins cycliques


          • Rhino 4 juillet 2009 16:02

            La faute aux écologistes ?
            Un peu léger tout de même.
            Les pères (apôtres) du réchauffement climatique s’appellent :
            Michael Mann et Al Gore, NASA et Big Business.
            Leur propos au sujet du fameux « hockey stick » ont été démenti par de vrais scientifiques.
            Pourtant le mensonge continu et sert d’argument pour la fameuse (fumeuse) taxe carbone.


            • chems eddine Chitour 4 juillet 2009 16:22

              L« ours polaire est un SDF
              Franchement je n’ai rien compris à cette contribution dont les messages vont dans tous les sens. La singularité de ce texte c’est qu’i ne donne aucun chiffre qui puisse amener une critique. Faire le procès de ceux qui croient au changement climatique et il y en a beaucoup qui d’ailleurs pour l’immense majorité n’ont aucun intérêt à favoriser une thèse ou une autre. l’auteur tombe dans le même travers de l’integrisme de la pensée unique qui veut que ce qu’on défend est la Verité .
              De quoi s’agit-il  ? Voilà une planète qui consomme l’équivalent de 11 milliards de tep dont 85 % d’énergie fossiles. on envoie dans l’atmosphère l’équialent de 17 millairds de tonnes de CO2. dont 70 % sont à mettre à la chargeds pays industrialisés (8).
               Des études sérieuses dans des rvues sérieuses montrent que le CO2 est responsable de 66 %des gaz à effet de serre, le reste 12 % est pour le méthane et ensuite l’eau les NOX..
              Avant le développement de l’ère industrielle le CO2 était à 280 ppm pendant des milliers d’années. Depuis près de 150 ans nous polluons soit par le charbon au XIXe siècle soit ensuite par le charbon et le pétrole jusqu’au années 60 et avec le gaz naturel ces cinquante dernières années.
              L’effet de serre est une certitude à qui l’attribuer ? les scientifques disent que le CO2 est le principal GES. Si on ne fait rien et on n’a rien fait jsuquà présent puisque le protocole de Kyoto a été torpillé ar les Etats Unis qui ne l’ont pas signé et qui ont assumé leur continuation de pollution. Hypocritement Les Européens ( France en tête) qui ont signé le
              protocole ont continué à poller etn’ont pas respecter à quelque excptions les contraintes du protocole.
              Dans tout les cas si on prend des mesures drastiques en »réel" on peut stabiliser la temperature à plus 2°C soit arriver à 450 ppm. Nous enverronsdans l’atmosphère en 2030 40 milliards de tonnes deCO2 . Si on ne fait rien on aura six degrés soit 550ppm à la fin du siècle et alors là ,bonjour les dégâts ...Surtout dans les pays pauvres qui n’ont pas les moyens de lutter contre les changements climatiques.
               L’ours polaire ne peut pas continuer à nager indéfiniment s’il n’arrvie pas à se reposer sur ...La glace ferme du fait de la fonte accéleréedes glaces visible à l’oeil nu , il sera alors un SDF en perdition...Ainsi va le monde. 

              Chems eddine Chitour
              Professeur de thermodynamique et d’économie pétrolière


              • Le péripate Le péripate 4 juillet 2009 16:45

                N’y aurait-il pas une « erreur » dans vos chiffres ? Le CO2 est responsable de 66% de l’effet de serre supplémentaire du à l’activité anthropique, et non de 66% de l’effet de serre total. Grosse erreur en fait, car bien sûr le principal gaz à effet de serre présent dans l’athmosphère est .... la vapeur d’eau. D’autre part, c’est bien gentil de mesurer en tonnes les rejets anthropiques. Des valeurs en pourcentage de l’athmosphère totale ont beaucoup moins d’allure.


              • Tibounet 4 juillet 2009 16:48

                Un grand merci à l’auteur de cette réaction pour rétablir les faits, et montrer que l’auteur de l’article colporte un tissus d’âneries sans fondement et sans aucun fait ni aucune démonstration à l’appui. Bref, SW fait de la propagande de bas étage, à laisser croupir dans le caniveau jusqu’à ce qu’elle s’évapore.


              • etiennegabriel 4 juillet 2009 17:06

                Il est vrai qu’il est difficile de se faire une idée indépendante sur le réchauffement climatique, tant les informations sont biaisées de toute part (pro ou anti même malhonnèteté intellectuelle). Ce pénomène est de plus en plus général.
                Il n’en reste pas moins que votre article est extrèmement pauvre. A croire que vous êtes convaincu de la réalité du réchauffement, et que vous faîtes sciemment une plaidoirie indigente pour prétendre le contraire. Bon week end quand même l’été ne s’annonce pas trop chaud ; nous sommes au minimum du cycle des taches solaires.
                Dans six à sept ans, on verra si les maxima sont à nouveau dépassés.


                • Julius Julius 4 juillet 2009 17:18


                  1. Il n’est pas clair s’il ya vraiment du réchauffement de la planète. Malgré les revendications politiques, nombreux scientifiques ne sont pas d’accord avec la théorie officielle.
                  2. Même si il ya le réchauffement de la planète, il n’est pas clair si cela est une conséquence de l’activité humaine. Dans l’histoire géologique, la croissance de CO2 suivi après la croissance de la température.
                  3. Même si cela est une conséquence de l’activité humaine, il n’est pas clair si le changement est globalement positif ou négatif. Demander les Russes ou les Canadiens, ils profitent de la réchauffement (ils ne font rien pour l’arrêter).
                  4. Même si l’événement est globalement négatif, il n’est pas clair du tout si nous pouvons l’arrêter.
                  5. Même si nous pouvons l’arrêter, il peut être mieux et moins cher nous préparer et de profiter de ce changement. Le coût de la lutte contre le réchauffement est élevé et ces opérations ne sont pas très efficaces. La plupart des pays ne participent pas parce qu’ils profitent du réchauffement (Russie, Canada) ou parce qu’ils ne sont pas concernés ou parce qu’ils sont trop pauvres (Inde). Nous pouvons dépenser cet argent pour que nous sommes prêts pour le changement. Et nous devrions dépenser cet argent pour lutter contre d’autres problèmes écologiques (eau, pollution “classique” ,…).

                  • Yoshi 4 juillet 2009 17:19

                    Ah, l’éternel bal des sectaires... Réchauffistes, anti-réchauffistes, en rangs serrés, prêts à toutes disgressions pour justifier leur cause. Messieurs-dames, n’oublions pas que l’on parle de science ici-bas, alors, par pitié, laissez l’émotionnel au placard et avancez des chiffres, des statistiques, des études, du rationnel.


                    Oui, le réchauffement climatique est une réalité. Tous les chiffres, quel que soit leur source, nous font état d’un réchauffement modéré de l’ordre d’un demi-degré pour la période allant des années 70 (où l’on pensait -à tort- qu’un nouvel âge glaciaire se profilait) à nos jours.

                    Cependant, ces élévations de températures sont à mettre en parallèle avec une activité solaire débordante, ainsi qu’une activité géomagnétique « étrange » (voir la vitesse de déplacement du pôle magnétique et l’activité sismique de la période susmentionnée).

                    Il est d’ailleurs assez normal, que lorsque les températures montent à l’échelle du globe, la biomasse s’accroisse. Biomasse qui rejette d’importantes quantités de CO2. CO2 que les océans, plus chauds, captent beaucoup moins bien.
                    Dans ce genre de schéma, l’élévation des concentrations de CO2 se fait naturellement, et découle directement du réchauffement. Et non l’inverse...

                    Ceci est d’ailleurs une bonne aubaine pour le groupement politique interétatique GIEC, qui, à travers la psychose engendrée par tout ce remue-ménage, peut avancer ses pions : taxe carbone, et pourquoi pas, plus tard « amendes carbones » aux pays qui refuseraient de sacrifier leur croissance économique sur l’autel d’un écologisme fumeux...

                    J’attends, de mon côté, assez impatiemment que l’on arrive en 2040, et que nos écologistes de service nous expliquent qu’il va falloir recouvrir le pôle nord de sel pour retarder la formation de la banquise, sans quoi, horizon 2100, la moitié de l’hémisphère Nord se retrouverait prise dans la glace...
                    Après tout, ils nous ont fait le coup il y a moins d’un demi-siècle avant de retourner totalement leur veste et crier au réchauffement, il n’est pas improbable que si les températures baissent (ce qui est au moins aussi probable que de les voir monter), ils nous ressortiront la blague du refroidissement global. Les hommes ont la mémoire courte et la science confuse, autant en profiter... 

                    • amipb amipb 5 juillet 2009 08:27

                      L’activité solaire était à son plus bas depuis un an. Cela a bien sûr un impact sur le réchauffement climatique, mais il faut voir les gaz à effets de serre comme des facteurs agravants, et non pas déclenchants. Le problème est que le réchauffement s’emballe petit à petit, les glaces et le permafrost venant à fondre et libérer encore plus de gaz.

                      Etant donné que l’homme a une occasion d’agir sur son environnement, car je vois difficilement comment il pourrait refroidir le soleil, pourquoi perdre son temps à tergiverser ? Parce que cela doit passer par une décroissance ? De toutes manières, nous consommons déjà plusieurs Terres, alors il y a urgence.


                    • joletaxi 4 juillet 2009 17:20

                      Un article téméraire qui ,nul doute ,et c’est déjà bien parti, va susciter son lot de diatribes véhémentes et d’insultes.

                      Pour ceux que cela intéresse, il y a sur le net depuis peu, 2 « buzz »,qui permettent d’un peu mieux appréhender ce qui se passe :
                      un sénateur australien a suspendu son vote à une loi du type Kyoto,qui était pendante au sénat, aux réponses que lui fourniraient les autorités à 3 questions sur le RCA.
                      Un fonctionnaire de l’organisation EPA aux USA,qui avait remis un rapport défavorable aux thèses de son officine a été censuré,et cela avant un vote à la chambre.
                      Comment vouez-vous que nous continuions à faire confiance aveugle aux conclusions du GIEC, quand de toutes parts,arrivent études, rapports,en contradiction avec celles-ci et que leur seule réponse est le dédain et l’insulte ?
                      R.Lindzen,qui ne peut être qualifié comme cela est le cas ici en permanence à propos de Monsieur C. Allègre,de crétin,déclarait récemment:il est tout de même curieux que chaque fois que des données climatiques contredisent la théorie,on corrige aussitôt des défauts dans les appareils, qui n’avaient jusque là jamais posé de problèmes,et cela toujours dans le sens d’un réchauffement !
                      Quant aux accusations de financement par les groupes pétroliers, cela est presque drôle.Ces dernières années, les officines qui se chargent de conforter les thèses du GIEC ont été financées par de l’argent public à hauteur de 50 milliards de $
                      Lisez donc ceci,et vous comprendrez mieux pourquoi Obama, qui n’est pourtant pas un imbécile patenté comme l’était Bush,se permet de déclarer que le CO2 pollue l’air que nous respirons et l’eau que nous buvons,et que personne ne se risque à lui signaler ses propos imbéciles(je veux bien, c’est un ex-avocat, mais tout de même)

                      Mais comme je le redis à chaque occasion, il sera aussi difficile, sinon impossible de débattre avec un tenant de cette hypothèse,que de tenter de faire revenir un protestant à la « bonne religion »

                      • Le péripate Le péripate 4 juillet 2009 17:38

                        Un contradicteur avec qui je polémiquais sur la question du réchauffement, m’a, à bout d’argument, jeté : c’est parce que le réchauffement met en cause le système capitaliste que vous le niez. Il ne s’était pas rendu compte qu’il livrait ainsi le fond de sa pensée, que le réchauffement était la divine surprise qui permettrait l’instauration d’un modèle socialiste. Gramsci aurait certainement salué cette aubaine.
                        Bon, en matière de prévisions du climat, on n’a encore rien fait de mieux que de surveiller l’activité solaire, qui agit au moins à deux niveaux : l’énergie dissipée, et les particules qui favorisent les nuages.


                        • Rhino 4 juillet 2009 18:02

                          La climatologie est une science du chaos. Les tendances sont évaluées par période de 30 ans et il faut appliquer une moyenne mobile sur au moins 5 périodes successives ( sur 150 ans ) pour savoir quelle était la tendance. De plus, la dernière période n’est pas à prendre en compte. Prendre la période de 1980 jusqu’à nos jours comme référence pour démontrer qu’un changement climatique (global warming) nous attend, c’est ce n’est pas de la science mais de la voyance.


                          • amipb amipb 5 juillet 2009 08:28

                            Il me semble pourtant que les carottages dans la glace nous permettent justement d’avoir une vision de l’évolution de l’atmosphère sur des centaines d’années.


                          • tonton raoul 4 juillet 2009 18:22

                            moi j’aime bien le réchauffement climatique

                            ça dépiotte les nanas

                            à propos, il faudra prévoir des burkas à clim’

                            • Le péripate Le péripate 4 juillet 2009 18:55

                              De toutes façons, nous serons fixé sous peu. Le carbone est devenu par magie la source potentielle d’un énorme pactole qui irriguera par taxes et impôts les réseaux des états. Le coup est peut-être aussi gros que celui du monopole de la monnaie. Léviathan mute à vitesse rapide.


                              • manildomin manildomin 4 juillet 2009 20:54

                                c’est pas croyable...
                                je suis un peu consterné de voir que certains ont assez de mauvaise foi pour nier une telle évidence. Je ne pense pas que ça vaille mieux que ceux qui nient l’existence des chambres à gaz.
                                Après, qui sait, c’est peut-être vrai, peut-être que l’on est complètement manipulé, mais, comme pour le négationniste, il y a une multitude de preuves, pas parce que des scientifiques le voient, mais aussi parce qu’ON le voit : la banquise qui fond à vitesse grand V, les températures qui augmentent sans cesse, etc...
                                et encore, si cet article apportait un minimum d’éléments pour montrer que tout cela est un mensonge, je dirais pas, mais là...personnellement, je ne comprend toujours pas comment on peut dire de telles choses en se sentant en accord avec soi-même.
                                ça se passe de commentaires...


                                • Tibounet 4 juillet 2009 21:37

                                  Savez-vous que nos planètes voisines, Mars et Venus, ont toutes deux une atomosphère constituée à plus 95% de CO2 ?

                                  Ces planètes n’ont jamais atteint d’équilibre, le volcanisme relâchant tous les gaz à effet de serre et empêchant le développement de la vie. Une vie qui ne tient donc qu’à sa capacité à emprisonner ces gaz, comme le font sur Terre les océans, les forêts (surtout primaires), les sols gelés... Par son action, l’homme est en train de rejeter à grande vitesse dans l’atmosphère tout ce que la nature a emmagasiné durant des millions d’années, ce qui pourrait rapidement mener au genre d’atmosphère de nos voisines - après quoi il ne sera plus question de l’homme mais, avec le miracle de l’eau, qui sait, la vie pourra peut-être réapparaître.


                                  • Kalki Kalki 4 juillet 2009 22:02

                                    Pas faux : mais savez qu’un principe de terraformation ( de mars entre autre ) serais d’y rejeter des gaz à effet de serre - du co2 - pour faire fondre l’eau qui ’existerait’ sous la surface.

                                    Est ce que c’est mieux d’avoir un réchauffement ou une glaciation ?

                                    La glaciation serait advenu dans un cycle normale, peut être que la terre est la première planète terra formé  ?
                                    y a plus qu’a croiser les doigts pour que ça fonctionne du premier coup sans filets , mais en tout cas , dois je vous rappelez ce qui se passe durant une glaciation ?

                                    Il y a toujours moyen de vivre comme les indiens si vous voulez ... Pour finir comme les indiens. Pour changer les mentalités et le mode de vie - il faut plus qu’une réforme.


                                  • floyd floyd 4 juillet 2009 22:28

                                    Bravo pour cette article courageux. Puisque que vous donnez des références à la fin de votre article, je vous conseille de lire le livre d’André Legendre ’L’homme est-il responsable du réchauffement climatique’. C’est LE livre de référence en français sur la question.


                                    • BA 5 juillet 2009 00:26

                                      Combien les lobbies pétroliers dépensent-ils pour diffuser des articles de propagande niant l’existence du réchauffement climatique  ?

                                      Réponse  : en 2008, les lobbies pétroliers ont dépensé 129 millions de dollars pour diffuser des articles de propagande niant l’existence du réchauffement climatique.

                                      En janvier-février-mars 2009, les lobbies pétroliers ont déjà dépensé 44,5 millions de dollars dans ce but  !

                                      Exemple  : l’entreprise pétrolière Exxon Mobil.

                                      http://www.lemonde.fr/planete/article/2009/07/03/exxon-aurait-finance-des-recherches-remettant-en-cause-le-rechauffement-climatique_1215021_3244.html


                                      • mimine mimine 6 juillet 2009 09:37

                                        et combien dépense le lobby nucléaire pour Al Gore & Co. ?


                                      • Stalker 5 juillet 2009 01:22

                                        « le CO2 intervient pour une infime partie à côté de la vapeur d’eau, des nuages et du soleil. »

                                        Faut arrêter de dire des conneries, les variations de l’activité solaire ne peuvet à elles seules faire varier la température terrestre de plus de 0,1 degré, alors que la température mondiale a augmenté de 0,8 degré en un siècle.


                                        • mimine mimine 6 juillet 2009 09:50

                                          si l’on savait mesurer la température globale (aujourd’hui, comme il y a 150 ans) de la planète avec cette précision, cette affirmation serait en effet inquiétante, mais la marge d’erreur de cette mesure enlève toute valeur à ce type d’affirmation : l’élévation de la température est fondée sur des « indices » pas sur des mesures fiables, et en époque historique (comme on l’a souvent répété) le Groenland (signifie « terre verte ») était couvert de forêts, pour la moitié (et ce n’est pas un « microclimat », c’est une ile-continent),ce qui permettait aux Vikings de construire leurs bateaux, et pourtant on n’a pas ni à Venise, ni au Pays Bas (archives historiques complètes et fiables) de traces de cataclysmes, ni d’arrêt du gulf stream...

                                          le climat c’est un système chaotique, et que je sache on n’a pas encore réussi a modéliser un système de ce type (si ce n’est que de manière très hypothétique) : preuve en est que la méteo à 48h se trompe plus ou moins à 50%, alors à 50 ans...


                                        • Deneb Deneb 5 juillet 2009 07:05

                                          Auteur : "...D’abord parce qu’il y a, par le monde, des idéologues, des militants, hostiles depuis toujours au capitalisme, au libéralisme, à la modernité...« 

                                          Vous avez reussi à la faire passer, celle là. Le capitalisme c’était la modernité il y a 150 ans. Aujourd’hui c’est une force réactionnaire, parce que incapable de voir la notion de propriété evoluer dans le cas de biens immatériels. Si le capitalisme est si moderne, comment se fait-il que c’est le capitalisme qui a propagé l’idée du rechauffement et le fameux graphe en forme de canne de hockey - le but étant de créer le marché des quotas carbone. Le capitalisme est une secte reposant sur des croyances de propriété,mais la propriété est un leurre. Il arrivait a se maintenir de plus en plus péniblement en martelant sa dogme de propriété matérielle, mais est completement paumé avec l’essor de l’immatériel. Comme disait Nietsche : »Ce qui se paie n’a guère de valeur." Cette phrase qu’à l’epoque peu avaient saisi est aujourd’hui parfaitement claire pour tout internaute capable d’un minimum de reflexion.

                                          Moi, ce qui m’a refroidi par rapport au rechauffement, c’est justement la façon dont is ont essayé de nous le vendre. Alors, moderne, le capitalisme ?


                                          • amipb amipb 5 juillet 2009 08:34

                                            Le capitalisme transforme et travestit même les choses les plus sacrées, le réchauffement climatique, réalité pour une majorité de scientifiques, s’est donc transformée en taxe carbone et argument de vent de bagnoles polluantes. Cherchez l’erreur.


                                          • Deneb Deneb 5 juillet 2009 10:48

                                            amipb : L’erreur, c’est la notion bien trop sacré de la propriété. Nous ne possédons rien en réalité, car notre passage entre deux phases infinis de sommeil est éphémère. Plutôt de se charger d’une quête de propriété, il est préférable de chercher à atteindre un équilibre entre le confort et les responsabilités. Le confort donne le Bonheur et les responsabilités donnent le Pouvoir. La recherche d’un équilibre subtil et intimement personnel entre les 2 pourrait ridiculiser le phantasme de posséder.

                                            Le désir de la possession, assez pratique pour gérer les échanges dans le monde matériel perd tout son sens dans l’immatériel. Par exemple : vous possédez un beau livre de poèmes de Victor Hugo. Votre voisin n’en possédé point, mais connait tous les poèmes dans ce livre par cœur. Alors qui possède plus ce livre, vous ou votre voisin ?

                                            C’est pour cela que l’essor de l’immatériel est un coup mortel au phantasme de la possession. Marx a bien dit que les capitalistes finiront par nous vendre la corde pour les pendre.


                                          • Bois-Guisbert 5 juillet 2009 18:45

                                            Le capitalisme est une secte reposant sur des croyances de propriété,mais la propriété est un leurre.

                                            Viens t’en donc essayer de toucher à mon leurre, blaireau d’importation, et tu me raconteras ce qu’on ressent avec deux balles de 9 mm parabellum, dans le bide... smiley smiley


                                          • masuyer masuyer 5 juillet 2009 18:52

                                            Ouarf ouarf !

                                            enlève ton masque Bruno Gollnish, on t’a reconnu !

                                            « avec deux balles de 9mm parabellum...nia nia nia »

                                            Faut que t’arrête « l’Inspecteur Harry » grand, ca te monte au casque à pointe.


                                          • Olga Olga 5 juillet 2009 19:32

                                            Je crois qu’on a largement dépassé le stade « Inspecteur Harry »... 
                                            « Blaireau d’importation », « deux balles dans le bide », c’est carrément une menace de flinguer tous ceux qui ne sont pas suffisamment français aux yeux du blaireau national qu’est Bois-Guisbert. 
                                            Si seulement Agoravox pouvait se débarasser des gugusses haineux dans son genre... 


                                          • Deneb Deneb 6 juillet 2009 09:04

                                            Je ne suis pas particulièrement un fan de Renaud, mais un jour il a dit : « il y en a qui vont jusqu’à flinguer pour sauver leur autoradio... »

                                            Nous avons ici présent un énergumène de cette trempe, avec sa langue de Bois-Guisbert. Son attachement aux valeurs du début du siècle précédent
                                            - nation, possession et gros rouge est à limite de la caricature. En tout cas, un parfait exemplaire de la France pétainiste.

                                            Bois-Guisbert, j’espère que tu n’as ni femme ni enfants. En tout cas, si tu en a, je n’aimerais pas être à leur place. Sentir que quelqu’un te considère comme sa possession doit être déprimant au plus haut point.

                                            Pas trop envie de te plusser aujourd’hui ? T’es trop bourré, tu ne sais plus comment faire ?


                                          • jcm jcm 5 juillet 2009 08:49

                                            "...un dispositif verrouillé appelé IPCC (GIEC en français) dans lequel ne travaillent que ceux qui partagent la vision unique du réchauffement climatique.« 

                                            En d’autres termes cette phrase dit que les scientifiques dont les travaux alimentent les rapports du GIEC privilégient leur »vision« (orientée changement climatique) sur les résultats auxquels devrait les conduire une science faite en toute objectivité.

                                            Ces gens là ne produiraient donc en fait pas »de la science« que nous devrions reconnaître comme telle mais nous livreraient en fin de compte des résultats falsifiés destinés à conforter leurs »croyances« et à nous les faire partager.

                                            Or ces personnes sont payées pour faire de la science, de la vraie : elles devraient donc être poursuivis pour non exécution de leur contrat.

                                            Selon votre logique c’est tout ce qu’elles méritent.

                                            Mais en face chacun pourrait aussi mener en justice tout »scientifique« qui présenterait des conclusions déniant la position des précédents au prétexte similaire que ces derniers privilégient aussi leur croyance !

                                            Match nul donc, mais allez-y : assignez en justice Jean Jouzel et bien d’autres afin que l’on cesse de les rémunérer comme scientifiques alors qu’ils ne mériteraient pas cette appellation !

                                            En fait les détracteurs du GIEC, dont on voit ici un certain nombre s’exprimer ici, qui adhéreront au contenu de cet article m’apparaissent comme des personnes incohérentes, qui ne mettent pas leurs actes en conformité avec ce qu’elles pensent.

                                            Elles dénoncent une vaste forfaiture susceptible de bouleverser »l’ordre du monde« mais sans avoir jamais le courage de traduire en actes leur opinion : poursuivrez-vous un jour en justice ces »faux scientifiques« qui nous roulent à ce point dans la farine ?

                                            Assurément non !

                                            Et il y a une raison fondamentale à cela : vous vous contentez de gémir dans l’arrière cour parce-que vous n’accéderez jamais au véritable terrain de jeu, qui serait de démontrer que quelques études produites par le GIEC sont fausses et que leurs résultats sont dictés par cette »vision unique" que vous dénoncez.

                                            Vous vous contenterez donc d’aligner des articles et commentaires de cet acabit, qui ne sont que des collages de points de vue plus ou moins personnels sans que jamais aucune démonstration ne vienne les appuyer : nous sommes donc ici très loin de la démarche scientifique !

                                            A ce tarif là vous ne susciterez jamais plus que de petits effets de meute tel qu’on en voit un sur cette page, sans lendemains, et dont on s’amusera d’autant plus dans quelques années (si quelques historiens du web ont la bonne idée de les exhumer !) que les conséquences de ce qui se passe du point de vue climatique s’amplifient quelque peu !

                                            Vous prétendez contester une position dominante et des conclusion qui ne vous satisfont pas ?

                                            Donnez-vous donc les moyens de le faire VRAIMENT qu’on rigole !


                                            • armand armand 5 juillet 2009 10:09

                                              « Je ne pense pas que ça vaille mieux que ceux qui nient l’existence des chambres à gaz. »

                                              La lutte contre le réchauffement climatique pourrait justement être l’occasion d’empêcher que nos villes ne deviennent progressivement des chambres à gaz pour leurs habitants, du fait de la prolifération d’une des inventions les plus funestes, la voiture à moteur à explosion.

                                              Quant à la course effrénée des Chinois et des Indiens pour nous dépasser allègrement (hahaha) en matière de pollution, et démultipliant à l’infini le parc automobile, on se souviendra de ce dicton de Roland Dorgelès - l’expérience est comme un cure-dent - personne d’autre ne veut s’en servir.


                                            • fxf46 9 juillet 2009 00:19

                                              @jcm

                                              Vous êtes particulièrement convaincu...

                                              Selon vous, est-ce que le document suivant ressemble à une démarche scientifique ?

                                               http://astrosurf.com/astrocdf67/dossier_divers/climatJC.pdf

                                              Bonne lecture !

                                              Pour ma part, je n’ai pas de certitudes, mais j’essaie de comprendre...


                                            • piedm 5 juillet 2009 10:17

                                              Question ?
                                              Le Pastaga
                                              Il y a 25 ans je parcourais 250 m pour prendre les glaçons du glacier
                                              Aujourd’hui je pourcours 750 m en cote pour assouvir ma soif
                                              Suis-je déja bourré avant de prendre le pastaga ou
                                              ma conso perso a détruit cet partie du glacier :< ?


                                              • Deneb Deneb 5 juillet 2009 10:58

                                                - A 20 ans je ne pouvais pas la courber, à 40 ans j’y suis arrivé un tout petit peu, à 60 ans je la plie carrément en 2.

                                                - C’est évident que l’on gagne de la force aux bras avec l’âge.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès