Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Proposer une fiscalité environnementale innovante

Proposer une fiscalité environnementale innovante

Dans le contexte de la préparation de la conférence environnementale qui aura lieu les 14 et 15 septembre, le débat portera inévitablement sur la fiscalité environnementale.

 

La démarche des contributions incitatives

L'évolution de la fiscalité environnementale est une nécessité. On y a répondu, jusqu'à présent, par des solutions insatisfaisantes (1). Il nous faut maintenant inventer une fiscalité nouvelle qui contribuera efficacement aux nécessaires transitions écologiques du XXIéme siècle. 

Les contributions incitatives sont des taxations ciblées précisément sur des usages et des produits polluants,  non renouvelables et/ou fortement émetteurs de carbone . L'argent de ces contributions est intégralement utilisé pour investir dans les transitions écologiques.

Combinant taxation et investissement économique, les contributions incitatives permettent à la fois de répondre à l'urgence écologique et à la nécessaire relance d'une économie durable. Ce système fiscal permet de répondre aux besoins importants de financement que nécessitent les transitions écologiques.

Etroitement ciblées, ces contributions vont être souples dans leur mise en oeuvre. Elles pourront toucher toutes les pollutions ou les atteintes à l'environnement. Elles permettront des négociations transparentes avec les consommateurs et les entreprises concernés.

Le signal prix sera explicite pour les acteurs économiques concernés. Ce système les met devant leurs responsabilités : soit continuer à polluer et y mettre le prix, soit investir pour en sortir et être aidé pour cela.

Comment fonctionne la méthode des contributions incitatives ?

La contribution est prélevée sur une activité polluante précise. Elle est très faible mais augmente progressivement et inexorablement (la loi fixe son évolution sur une décennie). Le signal prix est donc clair : chacun peut savoir combien va lui coûter le maintien de son comportement polluant.

Une contribution incitative est étroitement spécialisée : les pêcheurs, les automobilistes, les entreprises, les propriétaires de logements, ... Ils forment une communauté d'intérêts. L'ensemble de la population contributrice, et elle seule, doit profiter de l'argent récolté.

Les recettes d'une contribution sont utilisées intégralement pour investir et subventionner des actions environnementales dans le secteur où la contribution a été prélevé. Ces investissements doivent permettre de réduire significativement la pollution concernée. 

Les subventions allouées aux contributeurs vont être proportionnelles à leurs revenus. L'argent récolté l'année N est redistribué l'année N+1 grâce à des mécanismes de régulation qui vont éviter de creuser les déficits publics.

 

Un exemple précis, la contribution incitative sur l'essence : 

Adossée à la TICPE (ex-TIPP), elle sera la première année de 2 centimes d'euro par litres. Elle va permettre de récolter 1 milliard. Le législateur aura prévu son augmentation de 2 centimes d'euros par an pendant 10 ans. Elle atteindra alors 20 centimes et 10 milliards (2).

Cet argent va être intégralement utilisé pour sortir de l'utilisation massive et généralisée de voitures individuelles à essence. Imaginons qu'il soit décidé de développer les systèmes d'utilisation de voitures en libre-accès et en partage. Les contributions incitatives vont permettre, par exemple, de financer les stations libre-service (l'usager payant les voitures). A raison de 50000 euros par station (coût des stations auto'lib à Paris), la première année permet d'en installer des milliers, sur l'ensemble du territoire métropolitain. La puissance d'investissement permet de proposer en quelques années une couverture du territoire qui va progressivement, mais rapidement, grignoter la suprématie de la voiture individuelle.

Les usagers seront d'autant plus motivés à basculer vers des modes de déplacements partagés ou collectifs que la progression de la taxation essence sera connue et que la possibilité d'accéder à des modes "doux" de transport sera rendue économiquement intéressant par le mécanisme de subvention.

 

(1) Les crédits d'impôts ont démontré leurs effets pervers. L'échec de la contribution climat-énergie s'explique par son impopularité qui fit reculer le président Sarkozy. Les projets de fiscalité "verte" au profit d'une baisse des charges du travail sont peu crédibles : la complexité de cette démarche, le mélange entre fiscalité et contrat social les rendent techniquement et déontologiquement irréalistes. Seul, le bonus-malus a été une mesure légère et efficace dont les mécanismes méritent d'être évalués et améliorés. 

(2) A condition que la consommation reste constante : on peut espérer que cette politique fiscale entraîne une baisse de la consommation et donc des recettes. Il s'agit d'une proposition. Le choix de la progression sera important à la fois pour le signal prix de long terme et pour les capacités d'investissement qu'elle va permettre. Tout est possible de la progression arithmétique présentée à une progression géométrique de facteur 2 qui, en dix ans, amène à une taxation au litre de ... 10,28 euros !

 

Pour en savoir plus : les articles du site fiscalité environnementale

  

Moyenne des avis sur cet article :  1.67/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • jjwaDal jjwaDal 15 septembre 2012 12:26

    J’imagine volontiers qu’un CEO de multinationale qui a contribué par un lobbying intense à mettre la mondialisation dans les ornières qu’on lui connaît et qui voyage à l’année dans un avion dont le carburant ignore royalement les taxes payées par les automobilistes rirait à gorge déployé en lisant votre texte.
      La mondialisation à la chinoise a fait littéralement exploser les émissions de CO2 par ex (production via centrales à charbon et km parcourues par les marchandises, voire les composants de celles-ci), or c’est devenu du droit mondial qui a en même temps totalement interdit une taxe carbone type droit de douane au prorata des km parcourues par les importations. Essayez de taxer la viande pour ce qu’elle est à savoir une des plus grandes atteintes à l’environnement (via les surfaces confisquées et l’invraisemblable cocktail chimique déversé en permanence dans l’environnement sur ces surfaces cultivées inutiles).
      Ce ne sont pas des ajustements cosmétiques du système qui vont lui permettre de quitter l’idéologie de la tumeur cancéreuse qui croit jusqu’au bout au développement durable en se foutant du monde réel.
      On sait depuis des décennies qu’on a une trajectoire insoutenable et du dirigeant au citoyen tout le monde s’en tamponne alors, un ajustement de notre part sans très forte contrainte de notre support-vie je n’y crois pas une seconde.


    • Croa Croa 16 septembre 2012 11:12

      L’idée de fond est bonne mais sa forme nécessiterait encore de profonds débats !


      Oui, il faut taxer pour rouler moins. Toutefois nous devons aider ceux pour qui ce sera difficile quitte à taxer plus fortement encore l’automobiliste moyen (lequel est aussi un citoyen pour lequel cette forme de solidarité doit être naturelle.)

      Par contre certaines idées sont stupides, l’ « autolib » par exemple n’incite en rien à rouler moins (c’est juste un truc en plus à vendre.)

      - Nous pourrions aider les travailleurs à se rendre à leur travail mais pas plus et sur justificatif (allocation spéciale basée sur les km obligatoires et sur les plus sobres véhicules existants.)

      - Il faudrait supprimer les frais fixes (contrôles, assurances partie obligatoire... ), ces choses étant couvertes par l’augmentation de la TIPP, ce qui constituera une forte incitation à laisser les véhicules au garage !

      - Il faudrait que les frais réels déclarés au fisc (option choisi souvent par les gros rouleurs)ne tiennent plus compte de la puissance fiscale du véhicule, cela correspondant à la vie privée du déclarant laquelle n’a pas à être à la charge de la collectivité ! (Ces frais seront désormais calculés sur le plus petit véhicule utilisable.)

      Etc.


      • Magnon 20 septembre 2012 18:03

        @Rcoutouly

        C’est normal, l’énergie et les matières premières contenus dans un produit ne coutent rien, les industriels gaspillent pour le plaisir, il faut les discipliner à coups de battes de baseball, plutôt à coûts de taxes !
        Il faut surtout qu’ils envoient leurs usines en Chine, c’est l’usine mondiale, et mettre tous les produits sur des cargos, c’est très économe en énergie !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès