Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Que manque-t-il aux transports en commun ?

Que manque-t-il aux transports en commun ?

A l’avenir on ne pourra plus se payer le luxe de se déplacer individuellement de manière motorisée. La voiture est vouée à devenir un luxe. Utilisons la crise du secteur automobile pour transférer la technologie de l’individuel vers le commun - c’est l’avenir !

J’ai la chance d’habiter à côté d’un arrêt de tram direct vers mon lieu de travail. A chaque trajet, ça me fait 40 minutes de tram et une dizaine de minutes de marche - ça peut paraître beaucoup, mais ce sont 40 minutes où je peux m’occuper comme je veux alors que 20 minutes de voiture seraient une pure perte de temps. En plus le tram est largement avantageux en termes de coût vis-à-vis de la voiture (rien que l’essence est plus chère, alors en plus avec l’entretien et l’amortissement de la voiture...). Donc pour moi il n’y a pas photo, c’est les transports en commun ! Alors qu’est-ce qui fait que la plupart des gens prennent encore la voiture pour aller au boulot ?

La distance de la maison/lieu de travail à l’arrêt le plus proche est un point, le nombre de changements de ligne (tram, bus ou train) en est un autre. Et puis à ne pas négliger, les tracés des lignes sont contraignants : on perd la mobilité, par exemple si le soir en rentrant on veut passer quelque part avant d’aller à la maison (rendez-vous chez le dentiste).

Que faut-il faire ? Développer le réseau de transports en place pour qu’il se rende partout ? Il y a des limites, car comme en télécoms les derniers kilomètres coûtent cher - il faut donc autre chose pour compléter. Bon déjà si c’est pour quelques centaines de mètres, marcher ça va. Sinon on peut mettre en place du vélib’ un peu partout, on voit que ça fonctionne dans les villes ou le système est en place. Mais pour ceux qui ne veulent/peuvent pas bouger (les gens en fauteuils roulants par exemple), il faut autre chose. Sur le modèle du vélib’ on pourrait mettre en place des parcs de véhicules électriques individuels mi-scooter mi-voiturette, qu’on peut piloter debout où en fauteuil roulant. Il y en aurait à divers endroits en nombre suffisant pour que chacun puisse en prendre un à un point A et le laisser à un point B. Des employés se chargeraient de déplacer les véhicules pour équilibrer si nécessaire.

Ou alors des navettes électriques (avec batterie à autonomie suffisante pour les déplacements urbains) sans rails, mi-bus mi-taxi évolué, avec ou sans chauffeur, pouvant prendre une dizaine de personnes qui indiquent où elles veulent se rendre - avec un grand choix d’arrêts possibles. A chaque arrêt le véhicule pourrait se recharger. Le prix dépendrait du nombre de passagers : si on est pressé et qu’on ne veut pas attendre la montée d’autres clients, on peut partir tout de suite, mais à un prix plus élevé (ce serait donc un tarif dégressif par personne). L’identification des personnes, en montant et en descendant, serait automatique (badge RFID ?).

Je ne parle que de véhicules électriques car je n’imagine pas d’alternative à l’électricité pour le moment. Après bien sûr il faut que cette électricité puisse être produite de manière durable et non polluante - de l’énergie renouvelable quoi. Mais c’est une autre histoire...


Moyenne des avis sur cet article :  3.29/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • Lapa Lapa 6 juin 2009 12:01

    au hasard il manque aux transports en commun :

    la clim’
    l’espace et le confort pour les utilisateurs
    la possibilité d’emmener avec soit des bagages ou des poussettes sans avoir l’impression de faire un rallye raid nécessitant 4 mois de préparation physique
    des places assises
    une odeur autre que le mélange sueur, urine, vomi pas frais de la veille
    une régularité et fréquence accrues (quand on voit les espaces bus, qui occupent 50% de l’espace d’un boulevard, vides parce que y’a un bus toute les 1/2 heure c’est à se tuer)
    des itinéraires un peu plus tirés par le bon sens (36 détours et 45 minutes pour relier deux points distants de 4 km)
    des brouilleurs de portables pour pas être emmerdés par ce qui se croient dans une cabine téléphonique ou s’imaginent que leur sonnerie est d’un goût exquis.
    exister le dimanche et samedi.

    voilà déjà une première liste rapide de ce qu’il manque de manière général aux transports en commmun.


    • voila voila j’arrive 6 juin 2009 14:49

      Bah... En ville, et aussi ailleurs, le transport individuel non polluant existe depuis presque deux siècles : le vélo.

      Solution bien plus économique, bien plus simple à mettre en œuvre qu’un « tout-technologique » avec les contraintes de gestion que cela implique.

      Et pour ceux qui rechignent à « l’effort », allez ! Une petite concession : il y a même des vélos à assistance électrique...


      • Diva Diva 6 juin 2009 15:11

        La gratuité !


        • Forest Ent Forest Ent 6 juin 2009 15:51

          Article un peu trop simple sur un sujet qui a justifié d’innombrables réflexions et études. Rappelons qu’il existe des labos de recherche là-dessus dans un grand nombre d’universités françaises, en particulier Paris et Lyon sans vouloir vexer les autres. Il existe des cursus de 3àme cycle spécialisés dans les transports. Un grand nombre d’études y sont publiées, ainsi que sur le site du « ministère du développement durable ». Je ne suis pas contre le concours Lépine, mais il ne faut pas en attendre de révolutions.

          Dans la rubrique « gadgets », pendant un moment, j’habitais à quelques km d’une gare où j’allais en voiture. J’y ai renoncé parce que le parking n’était pas gardé et je retrouvais souvent ma voiture abimée. Un gardien de parking, ça aurait fait un emploi...

          A propos du post ci-dessus sur la gratuité, ça n’a jamais marché pour les villes qui ont essayé. De toutes façons, les transports en commun sont moins chers, et ceux qui ne les prennent pas ne le font pas pour une question de prix.


          • Julien Fischer Julien Fischer 6 juin 2009 17:20

            @Forest Ent : Je suis tout à fait d’accord avec vous, mon article n’a aucune prétention. Je n’ai fait qu’exprimer mes pensées, car je trouve que les transports en commun n’évoluent pas assez vite compte tenu du bénéfice qu’ils apportent. Justement un bon réseau de transports vous aurait évité d’être obligé d’utiliser votre voiture pour vous rendre à la gare... C’est un avantage des transports en commun : l’amortissement du matériel est pris en charge par la communauté au lieu de peser sur chaque automobiliste.


            @Diva : l’énergie n’est pas gratuite. Donc aucun transport motorisé ne peut l’être. Ce que vous entendez par « gratuit » c’est « financé par les impôts ». Mais vous avez raison : même ceux qui ne veulent pas utiliser les transports en commun devraient payer.

            @voila voila j’arrive : je suis de votre côté. Ce serait déjà bien si tous ceux qui ont disons moins de 5km à faire prenaient le vélo. Mais le vélo ne convient pas à tout le monde... Les personnes à mobilité réduite par exemple (bon ok ça reste exceptionnel). Moi j’avoue que j’aurais du mal à faire les 30 km tous les jours à vélo pour me rendre à mon boulot, même si ce n’est pas impossible bien sûr.

            @Lapa : en effet je n’ai pas mentionné le confort. Mais je trouve que les trams récents (comme celui de l’illustration) sont assez confortables. Je suppose que vous parlez du métro ! ;) Et bien sûr comme dans tout lieu commun il y a des règles de vie à respecter (ne pas téléphoner...).

            • voila voila j’arrive 6 juin 2009 18:42

              De toutes façons, pour les PMR (ça va plus vite que dire « personnes à mobilité réduite » et c’est nettement plus sexy que « handicapés en fauteuil roulant non motorisé ») il n’y a rien, mais alors vraiment de prévu.

              Ah si ! Quelques accès surbaissés aux trottoirs par-ci par-là, qui profitent autant si ce n’est plus aux poussettes d’ailleurs, et, selon les villes, des TAD spécialisés plus ou moins subventionnés par les municipalités ou autres institutions. « TAD » = « Transport à la demande ».

              Il y a d’autres types de TAD. Cherchez « Créabus ».

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès