Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Rappel des enjeux autour du sommet de Copenhague

Rappel des enjeux autour du sommet de Copenhague

Les enjeux autour du sommet intergouvernemental de Copenhague qui se déroulera du 7 au 18 décembre dans le cadre des Nations Unies sont considérables. Il s’agit de trouver les moyens, pour les 189 pays invités, de mettre en œuvre une réduction drastique des émissions de CO2 qui contribuent au réchauffement climatique. Ce sommet intervient au terme du protocole de Kyoto qui vient à expiration en 2012. Les modifications du climat sont à l’origine d’environ 300000 morts par an. Nous n’aurions plus que 20 ans pour agir.

Les HFC vont accroître leur pression sur le réchauffement climatiqueDe nombreuses inconnues portent sur Copenhague et notamment l’intégration dans les discussions de la question du méthane dont l’essentiel est produit par le bétail et celle du monoxyde d’azote produit par la combustion des carburants et l’utilisation des engrais ! Sans compter les HFC HydorFluoroCarbones, qui ont remplacé les CFC ChloroFluoroCarbones, dont l’impact est extrêmement fort sur le réchauffement climatique !

Une menace pour la biodiversité

Dès le mois de mars, les scientifiques ont alerté sur l’impact de l’élévation du taux de CO2 sur l’acidité des océans. Il y a 65 millions d’années, l’acidité avait provoqué l’extinction de nombreuses espèces marines à des niveaux comparables.

Une hausse des températures de 4° engendrerait une hausse de la mortalité de 28% au niveau des différentes essences arboricoles du monde. Dans ce scénario, la forêt amazonienne - le premier puits de carbone au monde - serait la première touchée !

Et puis, il y a cette sécheresse qui brûle la forêt méditerranéenne ou tout du moins ce qu’il en reste ! Le Canada, les Etats-Unis, la Sibérie connaissent également d’importants feux de forêts depuis plusieurs années. N’oublions pas la déforestation par combustion qui a lieu tout particulièrement en Amazonie. La forêt est aujourd’hui l’un des principaux puits de carbone des pays du Nord.

Une hausse du niveau de la mer

En 100 ans, le niveau de la mer s’est élevé de 17 cm. De 1993 à 2003, le phénomène s’est accéléré : 3 mm par an. D’ici la fin du siècle, sous la hausse des températures estimée à 4-5°, les experts tablent sur une hausse du niveau moyen de la mer entre 20 et 78 centimètres. Cela signifie l’immersion de régions entières et une accélération de l’érosion côtière. Plus nous avançons, plus nous révisons les scénarios à la hausse et, comme le disait récemment George Monbiot, "Plus nous en savons, pire c’est". Devons-nous attendre un Pearl Harbour climatique pour réagir ?

L’eau

Aujourd’hui, un sixième de la population, soit un milliard d’habitants, souffre de la soif. La pénurie d’eau potable pourrait toucher dès 2025 près de trois quarts des habitants de la planète. En 2050, selon le Ministère du développement durable, le déficit d’eau potable pourrait être de 2 milliards de m3 dans notre pays, la France.

L’eau est surtout utilisée pour l’irrigation de nos cultures. Avec les sécheresses qui se répètent, avec les glaciers qui fondent, à 9 milliards et demi d’habitants en 2050, le risque pour l’homme après la soif sera sans doute d’avoir faim !

Menaces pour l’homme

L’une des conséquences de la mondialisation a été de favoriser la mobilité des hommes, des animaux et des virus. Avec la grippe H1N1, la grippe aviaire, les virus ont sauté la barrière des espèces. Du fait du réchauffement climatique, une maladie nommée Sorkfeber ou nephropathia epidemica vient de passer des rongeurs à l’homme. Cette maladie dont les symptômes sont proches de ceux de la grippe nécessite ventilation et dialyse.

Quelles conséquences sociales ?

Les émeutes de la faim, les conflits autour de l’eau préfigurent sans doute ce que nous allons connaître dans les prochaines années. Le renchérissement des énergies fossiles par spéculation du fait de leur déplétion a été le catalyseur principal de la crise des subprimes, comme a si bien pu le montrer Yves Cochet.

Si certains ont encore des doutes sur la liaison entre les problèmes écologiques et la question sociale, qu’ils restent en dissonance cognitive ! Face au délire prométhéen de la techno-science, au transhumanisme, l’écologie politique est bien le seul humanisme qu’il nous reste.

Autres éclairages


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • Alain-Goethe 27 octobre 2009 11:22

    Comment faire pour que le scénario du film «  SOLEIL vert » (années 70) ne se produise pas ???

    L’ampleur de la tâche est immense !

    L’Homme étant un animal sociable qui méprise ses semblables, l’Humanité aura t elle le sursaut nécessaire pour ne pas aller à sa perte ??? 
     
    Comme disait quelqu’un la semaine dernière dans un programme TV ( Jancovici, je crois), 
    il est trop tard pour être pessimiste !


    • franck2010 27 octobre 2009 17:51

      Entre les tocades d’Allègre et les foucades d’Arthus/Hullot je vois l’écologie dans son principe trés mal barrée....

      Probablement l’écologie est-elle chose trop sérieuse pour être confiée aux écolos


      • elec 42 elec 42 27 octobre 2009 19:27

        + de 9 milliards d’habitants en 2050 là est bien le problème,la surpopulation et la prédation de l’homme sur son environnement .Trop de monde sur notre petite planète,mais ça personne n’en parle.


        • SysATI 27 octobre 2009 23:51

          Quand allez vous arréter de véhiculer jour après jours de telles inepties ?

          « Il s’agit de trouver les moyens, pour les 189 pays invités, de mettre en œuvre une réduction drastique des émissions de CO2 qui contribuent au réchauffement climatique. »

          Ceci est totalement FAUX et il faut être particulièrement borné ou vraiment très mal informé pour y continuer à écrire encore ce genre de bêtises...

          Les émissions de CO2 ne contribuent PAS et n’ont JAMAIS contribuées au réchauffement de la planète. L’inverse est par contre tout à fait vrai.
          Ne confondez pas la cause et l’effet...

          Par ailleurs :
          - la part du CO2 dans les gaz à effet de serre est tout à fait mineur (quelques %) la vapeur d’eau en représentant quant à elle plus de 90%
          - l’homme ne contribue d’autre part qu’à quelques pouillièmes de l’émission du CO2...

          L’impact de l’activité humaine est de 3 giga tonnes de CO2 par an, le stock exitant sur la planète étant quant à lui de l’ordre de 40.000 Gtonnes soit des pouillièmes de pouillemes... Selon vous il faudrait « drastiquement » réduire quelque chose qui n’a strictement aucun impact ?!

          Et vous êtes vous jamais demandé quel serait le « cout » en vies humaines de ce genre de mesures ? Surtout pour les pays les plus pauvres ? 

          Cette connerie de « réchauffement climatique » coute des milliards de dollars tous les ans (et en génère sans doute bien plus :( mais c’est super important de résoudre ce problème qui n’existe pas... Beaucoup plus important que de financer la FAO pour nourrir la population mondiale n’est ce pas ?!

          Le réchauffement climatique (bien réel) n’a d’ailleurs rien à voir avec un quelconque effet de serre... Si tel était le cas, la troposphère se réchaufferait en priorité, ce qui n’est pas le cas du tout. La surface de la terre étant plus chaude que sa troposphère, c’est une Nième preuve de plus que nous n’avons PAS à faire un un quelconque effet de serre.

          La planète depuis sa formation connait des périodes de réchauffement suivies de baisses de température. Nous sommes simplement sur la courbe montante de l’une de ces périodes qui fait suite au « petit âge glaciaire » ayant eu lieu à l’époque de Napoléon.
          Il n’y a pas de quoi en faire tout un plat...


          Par ailleurs, comme c’est complètement la faute de l’homme si nous avons un bel été indien, comment expliquez-vous que « ce réchauffement climatique abominable qui va provoquer des millions de morts » ait commencé bien avant qu’on pompe comme des fous sur les résèrves de pétrole ? Mieux, comment expliquez vous que depuis qu’on consomme du pétrole comme des malades les températures baissent ???
          A moins que ce bête graphique soit un faux ?

          (http://www.oism.org/pproject/Slides/Presentation/Slide4.png)

          Evidement la crosse de hockey de Mann était beaucoup plus sexy...
          Mais tellement bidonnée que même le GIEC n’ose plus la sortir de ses placards....

          Les températures pendant le moyen âge étaient largement supérieures à celles que nous connaissont actuellement. Mais c’est vrai que les chevaliers de la table ronde brulaient un bois vraiment très particulier... Bois avec lequel on a sans doute aussi fabriqué la moquette dont vous semblez abuser...

          Puis ils arretent de se chauffer et les températures baissent jusqu’à ce qu’on puisse faire du patin à glace sur la seine... (Sans doute un complot des producteurs de patins canadiens...)

          Suite à la 2eme guerre mondiale, la paix revient sur terre, l’industrie commence vraiment à décoller et on a « les trente glorieuses ». Manque de pot, les températures baissent de 1940 à 1980... Merdum, certainement un complot soviétique.... Les salauds devaient bruler de la neige pour fabriquer de la vapeur d’eau gelée rien que pour nous emmerder :(

          De 1980 à 2001 elles remontent et cela permet l’éclosion de votre « religion » climatiste. Ouf ça va brusquement mieux...

          Manque de pot c’est pas fini.... Les températures sont stables depuis 2001 ! 
          (re-complot des petits hommes verts... Cette fois-ci pas martiens, mais écolos)

          Personne ne vous a jamais expliqué à l’école que 99% de notre petit sytème solaire était consitué par le soleil ?

          Que ce soleil nous abreuvait de rayons solaires et de toutes sorte d’ondes et de particules ?

          Que son activité était la cause principale de la création des nuages ?

          Que les nuages ont un impact bien plus important sur le climat que les petites fourmis que nous sommes ?

          Que par ailleurs le soleil subissait des cycles et que nous sommes justement à la fin de l’un de ceux la... et donc au début du suivant comme aurait dit Mr de La Palice...

          Que le cycle qui commence a de très forte chances d’être sensiblement moins énergétique que le précédent...

          Et qu’en conséquence ce n’est pas du tout vers un réchauffement que l’on va, mais droit vers une baisse notable et durable des températures !

          PS : Pour ceux qui préfèrent réfléchir par eux-mêmes au lieu d’annoner bêtement les conneries de tous ces prétendus experts, YAB, Hulot & Co, regardez donc ce petit film : http://video.google.com/googleplayer.swf?docId=-4123082535546754758&hl=fr 
          Ca ne dure qu’une heure et vous n’avez même pas à chercher les références sur Google.

          Si vous souhaitez approfondir le sujet, LA référence est ici : http://www.pensee-unique.fr/



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès