Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > RCP2.6 Transition écologique…Transparente … Vraiment (...)

RCP2.6 Transition écologique…Transparente … Vraiment ?

A propos du rapport du GIEC 2013 :

Le rapport du GIEC 2013 confirme pleinement les inquiétudes climatiques soulevées dans le rapport précédent de 2007. Les modèles informatiques utilisés ont largement progressé et parviennent à reproduire de grands acteurs climatiques comme les phénomènes des Moussons et El Niño-La Niña.

Ces simulations permettent de préciser la manière dont le réchauffement climatique - maintenant inéluctable - va affecter les différentes régions ; hausse du niveau des mers, acidification des océans, fonte des banquises et des glaciers, occurrence plus grande de phénomènes extrêmes : tempêtes, cyclones, sécheresses, inondations, modification des couverts végétaux et incidence sur l’agriculture.

Le rapport évoque pour le siècle suivant la possibilité de phénomènes d’ampleur encore plus grande si le réchauffement dépasse les quatre degrés à l’horizon 2100 : accélération de la fonte de la calotte glaciaire du Groenland, écroulement de la partie marine de la calotte glaciaire antarctique, affaiblissement de la circulation méridienne océanique de retournement de l’Atlantique (AMOC) avec un risque d’effondrement. L’AMOC désigne tout l’ensemble de circulations océaniques régissant les échanges de chaleur entre l’équateur et les pôles, dont le Gulf Stream, la circulation thermohaline et la plupart des grands courants chauds ou froids ; l’effondrement de l’AMOC entrainerait un bouleversement complet de l’équilibre climatique de la terre difficilement prévisible.

Les prévisions climatiques sont établies en fonction de quatre scénarios RCP (representative concentration pathways) détaillés d’évolution des émissions de gaz à effet de serre jusqu’en 2100. Ces quatre RCP contiennent un scénario d’atténuation conduisant à un niveau de forçage très bas (RCP2,6), deux scénarios de stabilisation (RCP4,5 et RCP6,0) et un scénario aux émissions de gaz à effet de serre très élevées (RCP8,5). En incluant également les concentrations prescrites de CH4 et de N2O, les concentrations en CO2 équivalent pour 2100 sont de 475ppm (RCP2,6), 630 ppm (RCP4,5), 800 ppm (RCP6,0) et 1 313 ppm (RCP8,5).

Le seul scénario limitant la hausse de température à 2°C à la fin du siècle (avec une probabilité supérieure à 0,67) est le RCP2.6 et si l’on veut éviter des catastrophes potentielles c’est celui là qui doit nous servir de modèle pour limiter nos émissions de Gaz à effet de serre (GES).

Or, contrairement aux rapports précédents, le rapport 2013 du GIEC ne précise que très peu le contenu de ces scénarios. Les quatre RCP sont en effet établis et publiés maintenant par d’autres acteurs scientifiques suivant un cahier des charges et des méthodes de simulation complexes prenant en compte les éléments géographiques, économiques et environnementaux. Le rapport du GIEC rend alors compte de leurs impacts climatiques.

Le contenu économique, sociétal, les hypothèses et choix inclus dans les différents RCP ne sont alors plus accessibles au citoyen.

J’ai donc recherché sur le web quel pouvait être ce RCP2.6. 

On trouve à l’adresse suivante : http://link.springer.com/article/10.1007%2Fs10584-011-0152-3/fulltext.html une publication scientifique chez Springer intitulée :

“RCP2.6 : exploring the possibility to keep global mean temperature increase below 2°C” Detlef P. van Vuuren.

Sans rentrer dans le détail technique on peut reproduire ici les quelques graphiques essentiels.

énergie primaire

autres GES détail

émissions globales

utilisation des sols

flux co2

 coût carbone dollar-%PIB

 

In RCP2.6, CO2 emissions from fossil fuel use are reduced by a combination of energy efficiency, increased use of renewables and nuclear power, use of carbon capture and storage and increased use of bioenergy.

 

Le silence des organisations écologiques sur ce sujet est pour le moins surprenant car je doute fort qu’elles ignorent ces contenus.


Moyenne des avis sur cet article :  1.92/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • claude-michel claude-michel 11 février 2014 11:26

    Les organisations écologiques sont parfaitement au courant mais font de la politique avant tout...Pour l’écologie pure faudra attendre un peu.. ?


    • totor101 totor101 11 février 2014 11:38

      Les modèles informatiques utilisés ont largement progressé et parviennent à reproduire de grands acteurs climatiques comme les phénomènes des Moussons et El Niño-La Niña.

      Foutaises !
      Ces phénomènes sont connus depuis longtemps et les « modèles » commencent seulement à les intégrer !
      cela en dit beaucoup sur la fiabilité des ces pseudos études ....

      la terre se réchauffe ! c’est vrai !
      mais on oublie toujours le facteur soleil en culpabilisant toujours l’homme !


      • joletaxi 11 février 2014 11:58

        Les modèles informatiques utilisés ont largement progressé et parviennent à reproduire de grands acteurs climatiques comme les phénomènes des Moussons et El Niño-La Niña.

        je serais curieux de voire cela ?
        au contraire ,les modèles sont totalement incapables de prévoir quoi que ce soit à ce sujet,ils sont encore plus mauvais que la simple prolongation des don,nées historiques

        Ces simulations permettent de préciser la manière dont le réchauffement climatique - maintenant inéluctable - va affecter les différentes régions ; hausse du niveau des mers, acidification des océans, fonte des banquises et des glaciers, occurrence plus grande de phénomènes extrêmes : tempêtes, cyclones, sécheresses, inondations, modification des couverts végétaux et incidence sur l’agriculture.

        hausse du niveau des océans ?là encore les modèles sont à la ramasse complète

        http://hockeyschtick.blogspot.be/2014/02/new-paper-finds-global-sea-levels.html

        acidification des océans

        encore cette légende urbaine !parler d’acidification alors que l’on a strictement aucune base de mesures ,c’est poubelle

        fonte des banquises

        la moyenne d’étendue des banquises nord et sud est au dessus de la moyenne trentenaire, cf les zozos pris dans la banquise il y a quelques semaines

        occurrence des phénomènes climatiques ?

        à part dans votre bureau de la propagande, aucune donnée ne confirme cette affirmation, ce serait même plutôt à la baisse.Le GIEC lui-même le reconnait

        modification des couverts végétaux

        c’est plutôt une bonne nouvelle, la ceinture intertropical reverdit.

        incidence sur l’agriculture

        ben encore bonne nouvelle, plus de CO2, c’est plus de croissance des végétaux, sauf dans les délires de la secte

        Le rapport évoque pour le siècle suivant la possibilité de phénomènes d’ampleur encore plus grande si le réchauffement dépasse les quatre degrés à l’horizon 2100 : accélération de la fonte de la calotte glaciaire du Groenland, écroulement de la partie marine de la calotte glaciaire antarctique, affaiblissement de la circulation méridienne océanique de retournement de l’Atlantique (AMOC) avec un risque d’effondrement. L’AMOC désigne tout l’ensemble de circulations océaniques régissant les échanges de chaleur entre l’équateur et les pôles, dont le Gulf Stream, la circulation thermohaline et la plupart des grands courants chauds ou froids ; l’effondrement de l’AMOC entrainerait un bouleversement complet de l’équilibre climatique de la terre difficilement prévisible.

        Des gens qui ont lu attentivement le rapport, et pas le résumé publié à l’initiative du consensus politique, y ont surtout vu, une grande prudence sur les scénarios

        http://www.pensee-unique.fr/news.html#ar5

        http://www.contrepoints.org/2013/10/30/144432-le-giec-et-les-previsions-de-rechauffement-requisitoire-contre-les-modeles-climatiques

        http://www.hacene-arezki.com/

        même en adoptant des méthodes dignes d’une époque ....

        http://belgotopia.blogs.lalibre.be/

        http://belgotopia.blogs.lalibre.be/archive/2014/02/07/ucl-triste-victoire-des-integristes-de-la-climatologie-1123909.html

        la faillite de la « climatrologie » et de ses modèles est maintenant un problème qu’il faudra bien un jour aborder, en dehos du fait que cette clique nous coûte 1 milliards $ par jour.

        Bref, l’aspect scientifique ayant été oublié, restent les croyances, les intérêts financiers énormes,dont vos efforts pour faire perdurer la fable participent à votre corps défendant.


        • redrock redrock 11 février 2014 18:50

          @ joeletaxi
          je ne sais pas quelles sont vos compétences en matière de climatologie, mais j’éviterais à votre place d’envoyer à la poubelle des programmes de simulations extrêmement élaborées capables de reproduire le climat passé à partir de données initiales et de scénarios d’émissions de GES en utilisant toutes les connaissances actuelles en matière d’océanographie, mécanique des fluides, thermodynamique, sciences de la terre...et en faisant tourner les plus gros ordinateurs actuels.
          Ce sont les mêmes ordinateurs qui simulent les variations météo, mais avec d’autres programmes car il ne faut pas confondre météo et climat.
          Le climat est régi par plein de facteurs, rayonnement solaire, échange océan-atmosphère, interactions multiples nuages-albédo, composition des différentes strates de l’atmosphère qui avec les GES régule les échanges d’énergie Terre-espace ; sans GES la terre serait trop froide comme Mars, avec trop de GES elle serait trop chaude comme Vénus.
          Ne prenait pas les climatologues ou chercheurs du Giec pour des charlatans ou des voyantes de magazine, ou alors retournez vivre dans une hutte en peau de bête et surtout n’utilisez plus rien qui résulte de programme informatique, ça craint trop !


        • passtavie passtavie 11 février 2014 19:19

          Je me demande franchement pourquoi des gens s’emmerde à faire des bacs 8-9
          Présenter une thèse ? Pourquoi faire ?
          Les chercheurs du GIEC sont des blaireaux, il y a ici des gens mieux armés pour savoir ce qui se passe.


        • joletaxi 11 février 2014 21:46

          c’est curieux votre raisonnement, car ici, la plupart du temps, on ne fait aucune confiance aux scientifiques, faites un article objectif sur les OGM, sur le fracking, sur l’énergie nucléaire, sur les pesticides, vous allez vous faire incendier, insulter, traiter de tous les noms, mais sur un sujet qui est un bon hochet pour la mouvance, pas question de s’interroger sur la validité de certaines « prophéties ».
          Si vous aviez un soupçon de curiosité ,sur la pertinence des modèles, vous auriez remarqué que tous les modèles sont faux sur l’évolution des t° ces 20 dernières années.

          http://www.drroyspencer.com/2014/02/95-of-climate-models-agree-the-observations-must-be-wrong/

          toute la théorie du climat est à la rue, on n’a fait aucune avancée depuis 40 ans et des milliards engloutis pour rien.

          savez-vous que le parlement UK a formé une commission pour évaluer le dernier rapport du GIEC,et que des affreux sceptiques ont été invités à donner leur avis ?

          Vous semblez ignorer qu’il n’y a plus de hausse des t° depuis plus de 17 ans, malgré une hausse du taux de CO2 ?
          avez-vous seulement ouvert les liens que j’ai donnés ?
          à lire votre sermon, j’en doute,quoique.

          Bref, votre attitude me laisse conclure que vous « croyez »
          aucun argument ne saurait ébranler un croyant.


        • redrock redrock 12 février 2014 01:28

          Je travaille depuis quatre années sur une histoire du climat et je connais tous ces sites de croyants climato-sceptiques qui sont donc des apostats puisqu’ils s’opposent à ce qui est pour eux une religion. Beaucoup sont aussi des apôtres de la croissance indéfinie ce qui est pour le coup une véritable croyance.
          Pour l’américain W F. Ruddiman, océanographe et climatologue, le réchauffement anthropique aurait même commencé il y a 5000 ans quand la concentration en ch4 a recommencé à croitre contrairement aux interglaciaires précédents ce qu’il attribue au développement de l’agriculture et au changement d’occupation des sols ; il a écrit un livre « la charrue, la peste et le climat » Il y fait l’hypothèse que ce réchauffement pré industriel aurait empêché le retour d’une petite glaciation qui a commencé lors du petit age glaciaire et qui se serait installée de nos jours (comme les paramètres astronomiques peuvent l’envisager).
          « L’hypothèse de Ruddiman » qui était globalement rejeté par les climatologues il y a 4 ans est de plus en plus abordée ou citée dans diverses publications scientifiques d’autant plus que d’autres études sur l’impact d’un changement de prédateur dominant ont montré que la sophistication des outils de chasse, pêche, des hommes du (pré)néolithique ont contribué à l’élimination des prédateurs géants et favorisé l’explosion des ruminants qui ont à leur tour accéléré le changement de couvert végétal sur de grandes zones...
          La science avance par tâtonnement avec des hypothèses que l’on teste par des mesures, l’évolution du climat se perçoit avec des mesures complexes à l’échelle planétaire et des traitements et pondérations sophistiquées.
          La terre était plate au moyen age, sous la révolution des scientifiques sont allés mesurer l’arc de méridien terrestre, on trouve presque tous les ans de nouvelles particules.

          On a bien mesuré le PH des océans, la température des eaux ; la montée du niveau est alors une conséquence mécanique de la dilatation, de même que le ralentissement de l’AMOC sera une conséquence mécanique quantifiable de cette hausse de température de l’océan et de la diminution de salinité arctique due à la fonte constatée de la banquise et de certains glaciers du littoral.

          Mais on ne peut qu’anticiper des tendances plus ou moins probables. Ce qui est sur, c’est que les 10000 ans qui vont suivre ne feront qu’ajouter au réchauffement anthropique un réchauffement naturel lié aux paramètres astronomiques favorables à un long interglaciaire.
          Je pense que dans 20 ans on ne se posera plus le problème de la non existence du réchauffement climatique. Mais vous êtes libre de croire le contraire.


        • Chabinpolitain 12 février 2014 02:14

          @L’auteur, ce sont bien des logiciels très sophistiqués mais ça ne veut pas dire que les prévisions soient précises ni même exactes !
          Joletaxi a raison pour les plantes même si ça ne mène pas forcément à la solution, il faudrait planter 20 arbres pour un abattu pour espérer rééquilibrer.
          Et il suffirait aussi de changer radicalement de techniques agricoles, les labours libèrent des quantités phénoménales de CO2, par mort de l’humus, constitué à 70% de C.
          Mais je pense que ce que n’ignore pas le GIEC et qui pourrait confirmer leurs prévisions c’est que le capitalisme n’est pas prêt du tout à renoncer au profit quel qu’en soit le prix, alors la note va être salée.


        • Chabinpolitain 12 février 2014 02:21

          Précision, les services météo européens, français en particulier, utilisent des ordis très puissants et leurs prévisions sont carrément super à 48/72 h et après 6 jours c’est du grand n’imoprte quoi, alors les prévisions à l’échelle planétaire... Avec en plus un nombre de facteurs variables qui multiplient d’autant les risques de scénarios différents, imaginons quelques accidents industriels de grande ampleur, des mouvements de populations pour causes de guerres, des incendies de forêts à grande échelle, etc...
          Et pan, les prévisions se révèlent en dessous des réalités, de même en rêvant si un pays ou cent se mettent à planter des millions d’ha de forêts, si on divise par X notre consommation d’énergies toutes confondues, alors on pourra ouvrir le champagne et dire « on a eu chaud » !


        • JC_Lavau JC_Lavau 6 juillet 2014 12:38

          « On a bien mesuré le PH des océans » bobarde Redrock. Mais il est incapable d’exhiber la prétendue campagne de mesures.
          Le PH est une grandeur qui ne se moyenne pas. Si je mélange une solution de carbonate de sodium à pH 10,6 avec du lait de chaux à pH 12,2, j’obtiens une solution à pH 14.

          Rappels de cette fraude carbocentriste à http://www.agoravox.fr/actualites/citoyennete/article/fraude-nulle-trace-de-corpus-152331

          Plus de détails sur la fraude à laquelle se prête National Geographic :
          http://deontologic.org/deonto-famille/citoyens/debattre/index.php/topic,1888.msg4515.html#msg4515


        • howahkan howahkan Hotah 11 février 2014 14:37

          ah la science qui devient la fille ainée des fausses religions...croire c’est savoir....et bien non justement..


          • passtavie passtavie 11 février 2014 22:36


            Larousse
            Science :

            • Ensemble cohérent de connaissances relatives à certaines catégories de faits, d’objets ou de phénomènes obéissant à des lois et/ou vérifiés par les méthodes expérimentales.
            • Chacune des branches de la connaissance, du savoir (souvent pluriel) : Les sciences mathématiques.
             La science est neutre. La technologie qui utilise les sciences l’est moins, elle est source de profit et a un impact sur nos vies. Les OGMs, le nucléaire, les pesticides sont des « technologies » avec des puissances d’argent derrière. J’ai confiance aux scientifiques du GIEC pour la raison suivante : quel serait leur intérêt de mentir ou trafiquer les chiffres ?


            • joletaxi 11 février 2014 22:56

              mais oui, mais oui, la génétique, la chimie, la physique nucléaire sont des technologies, inféodées aux pouvoirs d’argent,
              Et l’ordinateur sur lequel vous tapez votre message,le réseau sur lequel il transite, ce n’est nullement le fruit de la sciences.

              Un début de réponse à votre questionnement, par un « scientifique » qui a été au coeur de la machine

              http://www.pensee-unique.fr/news.html#palt

              Regardez ce qu’est devenu un petit postulant phd, Mr. Man, il a été le maître du monde.
              Il n’y a pas que l’argent, la gloire, la reconnaissance, cela les a déboussolé

              http://belgotopia.blogs.lalibre.be/archive/2014/02/10/ucl-black-out-sur-un-livre-et-echos-mediatiques-1124111.html

              ceci pour la petite clique de scientifiques (une cinquantaine) qui rédige la partie 1 du rapport.
              Derrière, les ONG, les opportunistes(Alcapone Gore) et les puissances d’argent, qui se sucrent sur la crédulité des idiots utiles ;


            • JC_Lavau JC_Lavau 13 juin 2014 10:45

              A qui le crime profite-t-il ? Déjà à ces scientifiques de troisième ordre, recrutés et financés pour mentir selon les ordres. C’est à leur docilité à la corruption gouvernementale U.K. (à l’initiative de Margaret Thatcher) puis intergouvernementale sous coordination ONU, qu’ils doivent des carrières complètement anormales, en violation de la méritocratie scientifique normale. Judith Curry l’a fort bien analysé ; tu en trouveras la traduction chez Jacques Duran.

              A Météo France, si le patron apprend que tu es incroyant envers son mythe R.C.A. c’est la porte, s’inscrire au chômage. Les ingénieurs de Météo France ne peuvent discuter avec un conférencier incroyant qu’en cachette.

              L’IPCC a truandé les relevés de températures néo-zélandaises, et des météorologues néo-zélandais ont protesté.
              Ils ont truandé les relevés de températures russes, et des météorologues russes ont protesté.
              Ils ont truandé les relevés de températures scandinaves, et des météorologues scandinaves ont protesté.
              Ils ont truandé les relevés de températures rurales U.S. pour les calquer sur les bulles thermiques des villes, et des météorologues U.S. ont protesté.
              Ils ont truandé des masses de statistiques, et ça a fini par se savoir.

              Un syndicat de la fraude, sous le contrôle de leurs corrupteurs en haut lieu.


            • passtavie passtavie 12 février 2014 01:41

              Vous saisissez le sens des mots ou quoi ? Génétique, la chimie, la physique nucléaire NE SONT PAS DES TECHNOLOGIES, ce sont des SCIENCES.
              L’ordinateur sur lequel j’écris est une technologie, pas une science. Certes la science a permis de le concevoir, mais ça reste un outil !!! Avez-vous déjà fait de la science à niveau universitaire ? Genre de la génétique ou de la biologie moléculaire, par exemple ?

              Les idiots utiles... Qui sont-ils ? A priori nous sommes tous l’idiot utile de quelqu’un dès lors qu’on ne prie pas dans sa chapelle.


              • joletaxi 12 février 2014 09:44

                Certes la science a permis de le concevoir, mais ça reste un outil !!!

                connaissez-vous un domaine de la sciences,à part les sciences « molles » qui ne sera pas le point de départ d’une technologie ?
                Il me semble que vous soyez encore un « gardien » de la pureté de la recherche, qui selon certains,ne doit pas se « débaucher » avec des préoccupations bassement matérielles.
                Cette époque est (heureusement,ou pas ) finie, et tous les labos cherchent des financements,et quand ce n’est pas l’industrie qui décide de l’objet de recherche à financer, c’est le gouvernement, ce qui, et on le voit avec le climat,donne lieu à toutes les dérives.
                Alors oui, toutes les sciences dures sont le terreau qui est à la base de toutes nos technologies,et cela évolue dans les deux sens.


                • passtavie passtavie 12 février 2014 17:59

                  Oui je connais les sciences dites « dures ». Et effectivement je crois en la recherche fondamentale.

                  "Cette époque est (heureusement,ou pas ) finie, et tous les labos cherchent des financements,et quand ce n’est pas l’industrie qui décide de l’objet de recherche à financer, c’est le gouvernement, ce qui, et on le voit avec le climat,donne lieu à toutes les dérives."

                  Parce que la science financé par le privé ne donne pas de dérives ? L’état en petite culotte, c’est l’idéologie qui coure en ce moment.
                  Concernant le climat, vous faîtes confiance vous aux OGMs, au nucléaire, aux pesticides, mais pas aux études sur le climat ? En fait vous ne faîtes pas confiance au gouvernement. Moi je n’ai ni confiance au gouvernement, ni aux puissances d’argent. Ils sont issus des milieux, ils ont les mêmes intérêts.

                  Le problème n’est pas la science en elle-même, mais son utilisation et surtout l’honnêteté de ceux qui l’utilisent. Je ne dis pas qu’ils sont tous pourris, mais que vu la quantité d’argent en jeux, les intérêts, il faut rester vigilant. Il y a déjà eu des problèmes et il y en aura encore.


                  • jipebe29 jipebe29 13 février 2014 01:18

                    Les modèles numériques sont sont dans les choux, car ils n’ont pas vu venir le plateau de Tglobale depuis 1997. Le GIEC tente des explications foireuses, et sans aucune crédibilité.

                    http://www.contrepoints.org/2013/10/15/142693-il-faut-donner-le-prix-nobel-de-physique-au-giec


                    • JC_Lavau JC_Lavau 19 juin 2014 16:56

                      Comment se fait-il que les idées zécolos sont invariablement des idées d’con ?

                      Pour ne pas choquer les âmes sensibles, on va dire comme ça que c’est un pur zhasard si les idées zécolos sont invariablement des idées d’con.

                      Ah non, ce n’est plus la peine de faire semblant de ne pas voir ce qui est aveuglant ? C’est une connaissance commune ?

                      Oui, mais alors, il faut une explication plausible pour cette régularité que chacun (sauf les zécolos eux-mêmes) a constatée.

                      Né dans le sérail, j’ai bien ma petite idée là dessus : ce sont des gens prisonniers de leur narcissisme et de leur orgueil, alors qu’ils n’ont jamais acquis les capacités correspondant à leurs prétentions.
                      C’est tout ? Non. Ils n’ont pas appris à pratiquer l’esprit analytique, ils demeurent prisonniers de leurs émotions, sans aucun recul réflexif. Ils sont malades de leur irréflexivité, de leurs réflexes de négation d’autrui, et de là de leur négation de l’expérience d’autrui, et des informations apportées par autrui. Animaux de meute, ils ne croient qu’à leur meute. Payée commme porte-parole de Greenpeace au Monde, Audrey Garric l’a professé sans méfiance dans son blog personnel : « Je crois mes amis, je n’aime pas les géochimistes ! ». Merci pour cet aveu de complète incompétence, de totale absence de méthodologie professionnelle  !

                      Leur coup de la « transition énergétique » est un bel exemple de ces idées d’con, idées d’ignares et fiers de l’être.
                      Ils se sont entichés de brancher des éoliennes sur le réseau de distribution de puissance ERDF, sans jamais avoir appris les conditions aux limites, et en refusant d’apprendre à quel point leurs lubies sont ruineuses et contre-productives. Des éoliennes sont capables de faire ce que les moulins néerlandais faisaient dès le 15e siècle : pomper dans un stock (l’eau des polders) pour envoyer dans un autre stock (la Mer du Nord), là où les contraintes ne sont pas temporelles à court terme mais à l’échelle du mois. Elles ne peuvent correctement faire rien d’autre. Elles sont incapables de fournir de la puissance électrique quand on en a besoin. En revanche, ça fournit du pognon à un lobby, et bien sûr à la ’Ndranghetta, grâce à nos impôts.

                      Dirigés de près par les fortunes pétrolières qui ont fondé WWF puis Greenpeace, et qui continuent de les diriger en toute discrétion, les zécolos pourchassent tout ce qui pourrait menacer les bénéfices des dites fortunes pétrolières. Ils pourchassent donc l’électronucléaire français...

                      Et c’est ça qui prétend diriger la politique énergétique française, avant de posséder la dictature mondiale dont ils rêvent toutes les nuits. Dictature mondiale dont ils ne seront jamais que les hommes de paille, recrutés pour leur bêtise par leurs marionnettistes.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès