Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Réchauffement climatique : l’overdose

Réchauffement climatique : l’overdose

La crise du capitalisme n’en finit pas et n’est pas finie, l’Europe actuelle nous enfonce dans la régression sociale, économique et écologique…qu’à cela ne tienne, passons à l’enjeu du siècle : le réchauffement climatique, c’est nettement plus consensuel.
 
Cela permet de ne pas mettre l’accent sur les convergences des listes UMP, Ps, Modem, Europe-écologie qui toutes avaient soutenu la constitution européenne, soumise aux dogmes du libéralisme, rejetée par une majorité de Français.
Alors les médias bien pensants –il y en a, si !- nous amènent volontiers sur la question bateau, qui paraît faire consensus : le fameux réchauffement climatique, décliné sous tous les angles, qu’il serait indécent de contester sous peine de « négationnisme ».
 
En deux jours, rien qu’en « balayant » quelques journaux, très faible échantillon certes, j’ai relevé ces quelques titres, plus alarmistes et catastrophistes les uns que les autres : Le Figaro : « le changement climatique accroît le bruit des vagues ». Cela pourrait prêter à sourire mais c’est très sérieux, ça émane d’une revue américaine et d’un chercheur qui a signé seul cette publication ! Il a dû faire le tour de toutes les plages pour conclure que les vagues des océans frappaient de plus en plus fort et que cela était imputable au changement climatique.
 
Le Monde du 30 mai 2009 : « le réchauffement climatique n’est plus une menace virtuelle mais une réalité d’ores et déjà responsable de 300 000 morts par an «  selon le rapport rendu public par le Forum humanitaire mondial. Le réchauffement climatique étant le vecteur d’une diffusion plus large de certaines maladies, les pays pauvres étant les plus exposés. L’OCDE a calculé qu’il faudrait cent fois plus d’argent pour l’effort d’adaptation à ces sombres prévisions.
 
L’Express du 1er juin : « le changement climatique menace la faune et la flore océanes « en rendant les océans plus acides de façon irréversible, selon les Académies des Sciences de 70 pays (sans les citer), qui rendent responsables les masses de CO2 émises par la combustion de carburants…ce qui, d’ici 2050, se traduirait par un taux d’acidité jamais atteint en des dizaines de millions d’années !
Encore l’Express du 2 juin : « Pékin promet d’agir sur le climat mais refuse « l’injustice ».
 
Les E-U, accusent la Chine d’être le premier pays émetteur de gaz à effet de serre et de ne plus être un pays en voie de développement ! Or les E-U n’ont pas signé le protocole de Kyoto limitant les émissions de dioxyde de carbone, qui ne s’applique qu’aux pays industrialisés, lesquels, estime la Chine, « tentent de créer des problèmes afin de saboter tout le processus ». La Chine est certes un gros pollueur mais recevoir des leçons de la plus grande puissance qui ne s’engage à rien, jusqu’à présent, c’est assez cocasse.
 
Romandie News (AFP 2/6/09) : « changement climatique : l’ex-bloc soviétique très vulnérable ». Selon la Banque mondiale (un expert en sciences de la terre), « des décennies de mauvaise gestion environnementale, l’héritage de la planification centralisée est particulièrement dramatique pour l’agriculture et augmente la vulnérabilité du secteur au changement climatique ».
 
On croyait que les gestions productivistes pratiquées depuis près de deux siècles par les tenants du capitalisme avaient conduit aux conséquences désastreuses -qu’il est de bon ton de reconnaître- sur l’environnement et la santé publique. Aberrations qui n’ont pas épargné les systèmes qui se réclamaient d’un autre mode de production collectiviste pressé de contester le leadership économique, social et idéologique du seul modèle existant alors.
 
Or, ceci n’a rien à voir avec le changement climatique allègrement confondu avec les pollutions d’origine humaine dans les domaines industriel et agricole, pollutions qui expliqueraient les modifications du climat dans un unique sens : le réchauffement présenté comme une évidence aux conséquences apocalyptiques. Ce que toute une partie de la communauté scientifique conteste formellement. Mais on ne lui donne pas la parole. Voir http://www.pensee-unique.fr/paroles.html
 
On en voit les avantages : le grand défi de ce 21è siècle, ce ne serait plus de changer de mode de production inséparable des choix de gestion de ceux qui s’en réclament et dont la logique détruit les vies humaines, animales, végétales en laissant de côté des milliards d’êtres humains démunis du strict nécessaire pour survivre.
 
Il vaut beaucoup mieux culpabiliser les victimes pour mieux dédouaner les responsables camouflés en chefs d’orchestre de » la grande cause internationale d’un plan climat pour sauver la planète au bord de l’explosion ».
 
Bien sûr, cela ne saurait conduire à sous-estimer les pollutions liées à la recherche de rentabilité, les pesticides, les engrais, les produits chimiques, les matériaux, comme l’amiante, utilisés dans l’industrie dans des conditions scandaleuses d’insécurité, en toute connaissance de cause.
 
Bien sûr, il faut responsabiliser chacun mais surtout comprendre les causes profondes de ces empoisonnements collectifs, parfois pour plusieurs générations.
Bien sûr il faut mettre un terme à tout ce qui peut nuire à notre environnement immédiat, à la terre en général. Le problème est évidemment politique et se pose à tous les niveaux.
 
La planète est menacée, non pas par la surpopulation, mais par le productivisme et son moteur, la recherche du profit maximum à court terme, par les inégalités sociales qu’il génère, le sous-développement, l’accumulation des richesses par une infime minorité accrochée à ses privilèges et prête à les défendre par tous les moyens, y compris la guerre.
 
Là-dessus, il n’y a pas consensus : il y a les forces du conservatisme, de l’ordre établi, qui font mine de s’attaquer au climat pour que rien ne change dans la société, si ce n’est en mal, pour ceux du bas de l’échelle sociale. Et il y a ceux qui entendent changer DE société pour s’attaquer résolument aux grands problèmes économiques, écologiques, culturels, démocratiques…redonner sens aux valeurs de solidarité, de liberté, d’égalité, de fraternité.
 
De grâce, arrêtons l’overdose de ces sortes de vérités scientifiques dont il ne faudrait pas douter, alors que c’est le propre d’une démarche scientifique !
 
Comme par exemple cette perle que vous trouverez dans le très sérieux « psychologies magazine » d’avril 2009, sous la plume du non moins sérieux David Servan-Schreiber, neuropsychiatre (page 274) :… » Les gaz à effet de serre émis par le bétail contribuent davantage au réchauffement climatique que l’ensemble de l’industrie du transport… » et plus loin, s’il devait choisir une action en faveur de l’équilibre écologique et de notre santé, « ce serait de manger moins de viande » ! Merci pour ceux qui n’ont même pas d’eau potable.
 
Car, voyez-vous, selon lui, il y a trop de bétail pour nourrir l’humanité ( !), trop de terres consacrées à l’élevage, les déforestations en rajoutent, les pesticides et engrais dénaturent les sols et polluent les rivières (ça c’est vrai) mais n’est-ce pas le discours d’un nanti qui ne connaît pas la précarité et les fins de mois difficiles ?
 
 Les sociétés seraient-elles condamnées à s’autodétruire pour survivre ? Nullement, à condition de ne pas s’engager dans n’importe quelle direction, fût-elle séduisante et, en apparence, bien intentionnée.
 
René Fredon
 

Moyenne des avis sur cet article :  3.51/5   (43 votes)




Réagissez à l'article

42 réactions à cet article    


  • franck2009 9 juin 2009 19:13

    Il y a aussi cette perle dans l’article :


    « La planète est menacée, non pas par la surpopulation, mais par le productivisme et son moteur, la recherche du profit maximum à court terme, par les inégalités sociales qu’il génère, le sous-développement, l’accumulation des richesses par une infime minorité accrochée à ses privilèges et prête à les défendre par tous les moyens, y compris la guerre. »
     
    Je n’arrive pas à comprendre que l’on puisse virer ce paramètre, la surpopulation , d’une équation qui la contient déjà : productivisme, sous développement.....

    D’où vient cette frilosité dés lors que l’on parle de la reproduction de l’espèce humaine... ? Ne doit-on, lorsque l’on modélise l’impact d’une espèce animale sur un écosystème, introduire la notion de contrôle des naissances de cette espèce... ?

    ’ Croissez et multipliez ’ était valide pour un prophète ignorant que la terre était ronde et donc finie....mais à l’ère du satellite ?




    • amipb amipb 9 juin 2009 22:34

      La surpopulation est la première des misères, car il n’y a pas surabondance. Tous les beaux discours sur le « développement durable », le « Green IT » et j’en passe ne sont qu’impostures face à ce constat.


    • jcm jcm 9 juin 2009 19:38

      Vous avez déjà une overdose du réchauffement climatique ?

      Eh bien... apprêtez-vous à ce que cette overdose devienne encore plus étouffantes, quand les effets de ce réchauffement se feront plus durement sentir !

      Détendez-vous dès maintenant, ce sera plus dur demain...


      • TARTOQUETSCHES TARTOQUESCHES 9 juin 2009 19:41

        Vous avez raison de dire que la lutte contre le réchauffement climatique n’est pas une fin en soit car c’est une conséquence et non une cause. La cause du réchauffement c’est la surconsommation, le gaspillage des ressources énergétiques lié à l’utopie de la croissance infinie dans lequel nous grasseyons depuis 1 siècle (au détriement d’un milliard de crève la faim bien sur...). La société de sur-consommation actuelle repose sur l’énérgie fossile brûlée à gogo pour produire bcp de superflux, ce qui génère le rechauffement, qui accentue à son tour l’épuisement des ressources alimentaires (desertificaion, montée des eaux...) déjà amoindie par la surconsomation de viande dans les pays riche et en developpement (et oui !!) et la perte de terre arables au profit des zones urbaines et la polution des sols. Bref le réchauffement fait partie d’un cercle vicieux qui s’auto entretien et s’emballe de + en +.
        Denoncer le rechauffement climatique ss remettre en cause ce système infernal ne sert effectivement pas à grand chose, mais j’espère que les gens sont moins cons que les politiques, et qu’ils finiront bien par faire le lien entre société de consommation&ibéralisme / réchauffement&crise alimentaire,&crise sociale... Si la compréhension de ce cycle infernal par l’opinion commence par sa partie la plus médiatique (le réchauffement) c’est déjà un début et un progre par rapport à 10 ans où tout était nié en bloc.


        • Internaute Internaute 10 juin 2009 18:17

          « l’utopie de la croissance infinie dans lequel nous grasseyons depuis 1 siècle (au détriement d’un milliard de crève la faim bien sur...). » Ok pour l’utopie de la croissance mais pas pour le reste. Vous faites une supposition de cause à effets entre notre richesse et leur pauvreté. Ils sont pauvres parcequ’ils sont incapables d’inventer, de capitaliser, de factoriser le travail des foules et de produire quoi que ce soit d’utile.

          « ...et qu’ils finiront bien par faire le lien entre société de consommation&ibéralisme / réchauffement&crise alimentaire,&crise sociale... » Le libéralisme (que vous associez au capitalisme) est justement ce qui évite les crises alimentaires. Quand j’étais jeune nous étions 3 milliards et quelque et on disait aux enfants qui ne voulaient pas manger leur soupe de penser aux petits chinois qui mouraient de faim. Souvenez-vous de la chanson de Jacques Dutronc 800 millions de petits chinois et moi et moi et moi. Aujourd’hui ils sont 1.500 millions. En ayant doublé de population dans le monde on a en même temps réduit considérablement les famines. Donc, les appositions terribles que vous faites (quelques riches qui affament les pauvres) sont fausses.

          Le véritable problème et qu’en ayant largement distribué notre savoir et nos techniques nous avons fait avancer des milliards de gens ce qui à terme est insupportable pour la planète. C’est là où cela coince. Les chinois et les indiens ne pourront jamais vivre comme nous, tout simplement parceque les richesses terrestres sont insuffisantes.


        • TARTOQUETSCHES TARTOQUESCHES 10 juin 2009 08:41

          sort de ce corps Calude Alègre !!


        • abdelkader17 9 juin 2009 20:31

          Le torchon propagandiste le parisien titre la révolution Cohn-Bendit il ne recule devant rien ce journalisme de caniveau.
          Moi la révolution je croyais qu’il l’avait faite il y a 30 ans avec les résultats désastreux que l’on connait désormais.
          Le pacte écologique une nouvelle façon de recycler des idées vieilles de 30 ans, une promotion assurée pour les dinosaures de la politique.
          le capitalisme pour se renouveler a besoin d’idées neuves mais il faut bien admettre que les vieilles recettes sont toujours efficaces, saupoudrage idéologique, préservation de l’environnement après des décennies de saccage, tout ça c’est pour la forme.
          c’est dans les plus vieux pots qu’on fait les meilleures confitures, n’est pas Dany le rouge
          passé par toutes les couleurs de l’échiquier politique entre temps.
          La meilleure façon de s’en sortir c’est de ramer dans le sens des vents dominants, on lui aurait proposé une autre camelote il aurait tout autant signé.Belle arnaque en perspective les gens se réveilleront dans 30 ans comme avec la sociale démocratie.
          hahahahaha


          • abdelkader17 9 juin 2009 20:46

            Je vous conseille la lecture de l’ouvrage de Guy Hocquenghem « Lettre ouverte à ceux qui sont passés du col Mao au Rotary » pour comprendre la dimension du personnage et le parcours idéologique de ces ex soinhuitard retournés, reconvertis à fond dans la défense des intérêts du capitalisme.
            http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=1456&var_recherche=Guy+Hocquenghem


          • abdelkader17 9 juin 2009 22:43

            correction ex soixanthuitards


          • LeGus LeGus 9 juin 2009 22:24

            Nous nous trouvons du fait du réchauffement anthropique devant l’alternative suivante :
            -Réduire drastiquement la population mondiale.
            -Renoncer à notre mode de vie dispendieux.
            Quand on regarde la liste des mécènes de YAB ou la position de DCB sur le traité de Lisbonne, on devine le choix fait en haut lieu.
            Le problème c’est qu’une diminution de la population n’est viable que si on l’applique aussi à l’Inde et à la chine.
            Pour ma part, j’ai renoncé à la voitures, pour un magnifique vélo qui en plus me fait de belles jambes. Si vous préférez casser du chinois, ce sera sans moi.


            • amipb amipb 9 juin 2009 22:40

              Les 2 voies sont à suivre, aucune des deux ne doit être favorisée. Quant à l’analyse sur YAB et DCB (que ferait-on sans les acronymes... ?), elle me semble superficielle. Il y a tout de même un côté positif à s’intéresser à l’environnement.

              C’est vrai que l’on aurait aimé des personnes plus crédibles, mais faisons avec ce que l’on a. A moins qu’il y ait moyen de faire revenir Lalonde ou Waechter ?


            • LeGus LeGus 9 juin 2009 23:30

              Mon analyse de YAB ou DCB vous semble superficielle, c’est votre point de vue. Vous m’auriez dit lapidaire, là je restais coi....huhuhu
              Plus sérieusement, je ne crois pas que la voie démographique soit souhaitable.
              On peut réduire la population par le contrôle des naissances mais c’est lent et cela pose des problèmes de vieillissement, or les pauvres font beaucoup d’enfants pour assurer leur vieillesse. Pensez à la libido de DCB bon sang huhuhu
              On peut aussi réduire la population par la guerre. Je ne suis pas pour cette option, pas vous ?.
              Maintenant vous pouvez adopter un mode de vie plus sain et moins dispendieux sans avoir besoin de Lalonde ou Waechter ni même Sarko, Ségo ou quiconque. C’est gratuit, simple et à effet quasi immédiat.
              Cordialement.


            • Alexandre 10 juin 2009 17:13


               Ne savez-vous pas que la Chine et l’Inde ont mis en place un programme efficace de limitation des naissances depuis plusieurs années ? Ce que naturellement les bo(no)bos-écolos dénoncent comme ils auraient dénoncé le fait qu’ils ne l’aient pas fait.
               C’est plutôt en Afrique qu’il faudrait encourager le préservatif.

               La limitation des naissances est en effet la seule solution pour éviter non pas le « réchauffement de la planète » qui est une vaste fumisterie ( 2008 a été l’année la plus froide depuis 30 ans, 95% de l’émission de CO2 est d’origine naturelle et les cycles de l’activité solaire expliquent très bien les variations climatiques ) mais l’épuisement des ressources naturelles qui se prépare.

               « Changer les modes de consommation » ne permettra jamais de résoudre ce problème avec un accroissement géométrique de la population, à moins de vouloir maintenir ou ramener une partie de la population mondiale au sous-développement.

               Le vieillissement passager de la population sera un problème passager beaucoup plus facile à résoudre qu’une densité invivable et un épuisement des ressources naturelles ( même si certaines peuvent être remplacées par les découvertes scientifiques.


            • Fredon 10 juin 2009 09:05

              Je comprends que l’on puisse ne pas partager toute l’analyse proposée qui, au demeurant, ne fait pas tout le tour de la question infiniment complexe et qui n’a pas fini d’être débattue. J’avais simplement réagi à des affirmations que le simple bon sens paraît commander de prendre avec des pincettes et tenté de dégager les enjeux politiques qui concourrent, selon moi, à dédouaner les gestionnaires de l’économie capitaliste qui se font les chantres de l’écologie alors qu’ils sont les promoteurs de cette course à la sur-consommation dans les pays « riches », au productivisme sans souci des dégâts causés à la planète et aux populations laissées pour compte.
              La question du réchauffement climatique est une de celles qui paraissent tranchées. N’étant pas un scientifique, moins encore un climatologue, comme beaucoup j’ai cherché à savoir s’il n’y avait pas d’autres sons de cloche, face à un tel unanimisme, du moins apparent.
              En découvrant le site dont les coordonnées sont dans l’article, il y a quelques temps, je me suis effectivement demandé pourquoi on ne faisait pas de place aux arguments développés par tous ceux qui, comme le Pr. Leroux, récemment décédé, pensent :
              -qu’il est inexact que la planète se réchauffe, il y a des régions qui se réchauffent, d’autres qui se refroidissent
              -que changement climatique n’est pas synonyme de réchauffement climatique
              -qu’une moyenne de comportements thermiques aussi divers et même carrément opposés n’a aucune valeur climatique globale
              -qu’aucune relation directe entre l’effet de serre (CO2) et l’évolution des températures n’est établie
              -que l’effet de serre est principalement, et de très loin (de l’ordre de 95%) associé à la vapeur d’eau
              -qu’aucune relation causale, physiquement fondée, prouvée et quantifiée n’a été établie entre l’évolution de la température (hausse et baisse) et la variation de l’effet de serre par le CO2
              -que la prédiction du GIEC concernant l’avenir est sans la moindre pertinence car les causes possibles n’ont pas été préalablement déterminées
              -que cette prédiction est doublement erronée, démentie par les faits eux-mêmes et par l’absence de relation fondée avec l’effet de serre
              -qu’il est impossible de considérer un élément/ou un espace, isolé, sans tenir compte de tous les éléments de l’ensemble, à toutes les échelles d’espace et de temps.

              Il est difficile de ne pas se poser de questions, non pas sur la réalité des pollutions d’origine humaine qui appellent une sensibilisation et des mesures de grande ampleur -du local au mondial- pour la sauvegarde de notre environnement, pour la santé publique, mais sur leur relation avec la question du changement climatique, elle-même réduite à la notion de réchauffement climatique anthropique.
              Je ne pense pas qu’il y ait d’un côté ceux qui auraient pris la mesure de la gravité de la dégradation de notre environnement et ceux qui la minimiseraient en se voilant la face par refus de regarder ce problème en face. Ou en mettant de la politique partout.
              Mais quand toute une partie de la communauté scientifique émet de telles réserves sur les conclusiobns auxquelles parviennent les politiques en charge des affaires du monde, on ne peut que s’interroger et chercher des explications nécessairement...politiques

              René Fredon


              • Niklaus 10 juin 2009 09:18

                Ouf ! ça fait du bien, merci pour cet article Fredon ! Effectivement remettre en cause la nature anthropologique du réchauffement climatique est une faute morale aujourd’hui. Ce qui prouve d’ailleurs le détournement d’une question scientifique par des politiques et des idéologues.


                • Cartman 10 juin 2009 11:09

                  @ l’auteur
                  Votre moquerie à l’égard de David Servan-Schreiber est tout à fait injustifiée, il a parfaitement raison.

                  - La majorité des végétaux cultivés sur terre sert à nourrir le bétail qui sera consommé par les habitants des pays riches.
                  - La consommation de viande est probablement l’activité humaine la plus polluante car elle nécessite une agriculture végétale intensive (il faut 10 unités de nourriture végétale en terme de protéines et calories pour produire 1 unité de nourriture animale). De plus cela creuse le fossé entre pays riches et pays pauvres.

                  Si les pays riches consommait deux fois moins de viande, cela changerait la face du monde à un point que vous ne semblez pas imaginer.


                  • chria chria 10 juin 2009 11:28

                    Votre exemple démontre que le problème n’est pas climatique et que ceux qui lient tous les problèmes environnementaux au RCA sont des irresponsables !


                  • chria chria 10 juin 2009 11:23

                    Le pire dans cette histoire c’est les mensonges volontaires des écolos sur l’approche scientifique du RCA et les manipulations des politiques pour retrouver une croissance perdue (rajoutons à cela l’incompétence des journalistes, voir les perles de l’auteur + des centaines d’autres). La preuve avec le gouvernement qui veut résoudre la crise éco et climatique alors que l’écologie ne se résume pas au RCA. Le RCA n’est qu’un alibi, et, contrairement aux scientifiques où il N’EXISTE PAS DE CONSENSUS, ceux qui ont été touché par la grâce climatique se font bien avoir.
                    Même si la protection de l’environnement est primordiale, faisons le pour de bonnes raisons et arrêtons de délirer.


                    • Pacalvotan Pacalvotan 10 juin 2009 12:06

                      Le réchauffement climatique est une réalité, n’en déplaise à M. Allègre. Oui la fonte des glaces s’accélère, surtout au pôle sud qui voit des énormes pans de banquise se disloquer. Oui l’activité humaine y contribue. Mais cela est cyclique. Car c’est tout le système solaire qui se réchauffe, de Mercure à Pluton, du fait d’une activité solaire exceptionnelle. Nombreux sont les scientifiques qui s’accordent pour affirmer que cette activité « anormale » atteindra son apogée courant 2012. Il y a-t-il un rapport avec « la fin du 4ème soleil » selon les prédictions mayas ? J’ai de plus en plus tendance à y croire.


                      • Phoebus 10 juin 2009 12:33

                        Pas de chance Pacavoltan, l’activité solaire de ces dernières années est tout sauf exceptionnellement forte. C’est même tout le contraire. Le soleil est dans une phase de calme plat qui intrigue beaucoup les scientifiques. Il est à son plus bas niveau depuis presque un siècle. Résultat , il n’y a pas de taches solaires et très peu d’éruptions, ce qui nous vaut en réalité depuis plusieurs années une baisse, très légère, des températures plutôt qu’une augmentation.
                        On ne doit pas lire les mêmes scientifiques. Question fin du monde, on repassera !

                        Un petit lien, mais il y en a beaucoup d’autres.
                         http://astro2009.futura-sciences.com/astronomie/2009/04/03/activite-solaire-un-minimum-exceptionnel/


                      • cousin 10 juin 2009 18:03

                        http://www.pensee-unique.eu/oceans.html

                        Les pôles fondent-ils vraiment ? Où en sont les océans ? Les glaciers ? Et le permafrost ? (Mis à jour 22/05/2009)

                        Les médias, Al Gore et Sir Stern (qui ne lisent pas les articles “trop techniques”) nous saturent de descriptions apocalyptiques sur la fonte des glaces polaires qui devraient engloutir notre planète comme l’antique Atlantide. Eh bien NON, messieurs les Saint Jean de l’Apocalypse ! Les dernières mesures montrent que la fusion des glaces polaires ne contribue que très peu à la hausse du niveau des océans. L’Arctique et l’Antarctique fondent bien à certains endroits mais -ce que l’on nous dit jamais- s’épaississent en glace à d’autres endroits. La contribution au niveau des océans est quasiment nulle ! il a été observé que la température des océans n’a pas augmenté ou, même, a baissé depuis 2003. L’antarctique aumente et l’arctique n’a fondu que très peu.. C’est fondamentalement différent des prévisions des modèles d’effet de serre. Lisez cette chronique pour ne pas céder au catastrophisme ambiant.


                      • finael finael 10 juin 2009 12:49

                         Non seulement les scientifiques sont loin d’être unanimes, mais - et c’est une réponse à ceux qui parlent au niveau planétaire - la mesure des températures et des conditions météorologiques est très récente à l’échelle historique, surtout dans des régions qui n’étaient que des taches blanches sur la carte il y a moins d’un siècle ... et ne parlons pas des océans !

                         Il faut remettre les choses à leur vraie place, qui est celle des incertitudes et des hypothèses (un « La Recherche » de l’année dernière lançait un sacré pavé dans la mare de la fiabilité des mesures faites sur les « carottes » glaciaires.

                         Ceci étant, cela ne doit pas nous empêcher de mettre un frein aux pollutions de toutes nature et surtout toxiques pour toutes les formes de vie y compris nous même, ainsi qu’à la defiguration de la planète.

                        P.S : Pour les angoissés de la surpopulation ... qu’ils aillent vivre dans la Creuse !


                        • Alain55 10 juin 2009 13:20

                          Il est évident que le lobby écologiste très à la mode depuis quelques années, va de concert avec les thèses malthusiennes soutenues par le oligarques du mondialisme. Les thèses du GIEC ou IPCC dont on connait parfaitement l’inconsistance et le mensonge continuent à faire recette, auprès d’une population décérébrée pour qui le fait de contester les mensonges du GIEC, signifie la soumission aux compagnies pétrolières. La seule chose que nous avons à craindre pour le futur des générations à venir, est plus l’avènement du nouvel ordre mondial déjà bien engagé que le réchauffement climatique.


                          • Pacalvotan Pacalvotan 10 juin 2009 14:42

                            Je ne suis pas un expert,loin de là, mais beaucoup de liens évoquent également un réchauffement.
                            http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/univers/d/mars-son-atmosphere-se-rechauffe-aussi_10658/
                            Je ne sais que penser.


                            • chria chria 10 juin 2009 15:45

                              Tout dépend les échelles de temps vous prenez. 


                            • ffi ffi 10 juin 2009 17:55

                              La future loi : Interdiction de péter !

                              Sérieusement, restons-en à des choses concrètes. Fondamentalement, l’origine anthropique d’un réchauffement n’est absolument pas prouvé. Cela reste largement hyptotétique.

                              Ô je sais que je vais me faire traiter de négationniste, mais comment ? Etre traité de négationniste sur un évènement qui n’a pas eu lieu ? N’est-ce pas outrancier ?

                              Au temps des dinosaures les températures étaient bien plus élevées qu’aujourd’hui. De même, au moyen-âge il y eu des vignes jusqu’au nord de l’Angleterre. Le climat de la terre est stable. Les étés pourris se succèdent ...

                              Le climat de la Terre est-il gérable par l’homme ? Soyons modeste. Réalisons que les hommes ne comprennent pas tout. Soyons fatalistes. Arrivera ce qui arrivera. Laissons la recherche s’opérer. Mais ne choisissons de fonder la politique sur des hypothèses bancales. C’est hystérique et déraisonnable.

                              Toute ces peurs apocalyptiques sont entretenues. Les médias réalisent un véritable bourrage de crâne. Mais dans quel but ?

                              Pendant ce temps, ils n’évoquent pas les privilèges insensés de certains, ils n’évoquent pas leur remise en cause qui seraient la solution à la crise. Non, non. Ils nous vendent la misère - pour notre bien -, la destruction des outils de production et de nos moyens de subsistance pour que surtout ne soient pas remis en cause les privilèges.

                              Et le peuple, au cerveau lavé, court, court ... les images sur l’écran ayant remplacé la réalité.


                              • Internaute Internaute 10 juin 2009 18:27

                                Si déjà on interdisait de péter plus haut que son cul se serait un petit pet pour l’homme mais un grand pet pour l’humanité.


                              • Radix Radix 10 juin 2009 20:05

                                Bonjour Internaute

                                Merci !

                                Je suis jaloux, j’aurais du la faire avant !

                                Radix


                              • ffi ffi 11 juin 2009 10:19

                                Et bien, justement, ne mélangeons pas tout.

                                La crise actuelle est la conséquences du libre-échange et du monopole des banques privées sur la création monétaire. L’Europe, en interdisant aux états d’intervenir directement pour dans la constitution de biens communs productifs (services publics), empêche toute solution à la crise.

                                Tout mélanger est de faire passer cette crise pour une crise écologique. Or rien n’est plus faux. C’est une banale crise de l’usure financière : Une overdose de crédits et autres dérivés émis pour faire du pognons, suivie par un blocage général des possibilité de remboursement. Pour en sortir il suffit de restaurer le droit de seigneuriage des nations.

                                Alors, objectivement, les écologistes deviennent les alliés des banques : Organisez la faillite de tout ces petits producteurs qui ne remboursent plus aux banques les crédits qu’ils leur doivent même à taux usuraire !

                                Certains disent qu’ils polluent...
                                D’autres disent qu’ils doivent de l’argent.

                                A mon avis, les petits producteurs bio n’y résisteront pas. En revanche, les grosses exploitations productivistes, elles, resteront.

                                Bref, cette histoire, pulsée par tous les grands médias, financée par les groupes de luxe (oui, oui, ceux qui vivent de la fabrication de gadgets inutiles), soutenu par la monarchie Britannique consiste à jeter un voile sur les véritables raisons de la crise.

                                De cela, l’écolo moyen en sera victime : de sa victoire idéologique, il sera ruiné, tandis que le banquier pourra continuer tranquillement de s’acheter ses 4x4 (voire éventuellement des chars d’assaut) pour son confort. personnel.

                                Dire que la crise actuelle est une crise écologique est une imposture.


                              • ffi ffi 11 juin 2009 23:08

                                Il y a des problèmes écologiques, mais les Etats ne pourront pas intervenir tant que leurs finances sont occupées à renflouer des banques, qui possèdent le privilège insensé de créer l’argent Ex-Nihilo et d’en demander des intérêts, ce qui oblige tout le monde a une recherche du profit excessive, ce qui pèse fatalement sur l’environnement. Les Etats ne pourront pas intervenir tant qu’ils sont interdit d’investir directement dans la constitution de biens communs collectifs.

                                Question : Pourquoi les verts ont-ils votés au parlement européen pour la libéralisation du marché de l’énergie et des chemins de fer ?

                                C’est prendre le problème à l’envers.

                                D’abord, résoudre le problème de l’impuissance des acteurs public et remettre en cause ce privilège insensé des banques privées et autres lois scélérates, car cela donnera aux acteurs publics les moyens d’affronter les multiples problèmes des populations : Chomage, environnement, services collectifs, misère ...

                                Sinon, on se complait dans une posture d’impuissance, confronté à des problèmes apocalyptiques

                                La crise n’est pas d’origine écologique, elle est causée par la pratique sans limite de l’usure et de la spéculation et la mise en concurrence généralisée des populations de toute la planète (et donc tant de leurs systèmes sociaux que de leurs éco-systèmes).

                                Je maintiens : omettre les raisons réelle de la crise économique et lui substituer des raisons écologiques, c’est une imposture. C’est s’interdire toute solution, y compris celles qui auraient une action bénéfique sur l’environnement.


                              • Pierre 10 juin 2009 18:41

                                Toujours à propos de médias et de la date de programmation du fameux « Home » de YAB ...

                                Beaucoup se sont étonnés (révoltés) qu’A2 (et beaucoup d’autres) ait programmé la projection de « Home », « l’ode à la planète en perdition » juste avant les élections Européennes.
                                C’est alors que les bonnes âme écolos se sont indignées que l’on puisse se formaliser de cette « pure coïncidence » alors que la date du 5 Juin avait été fixée il y a un an et demi, avant que la date des élections Européennes ne soit décidée.

                                Ben voyons ! Un pur hasard, on vous dit...Et un hasard vraiment miraculeux qui a dû donner un sacré coup de pouce à liste Europe Ecologie...

                                Mais rappelons nous les dates de toutes les consultations Européennes depuis le début. Les voici, faciles à vérifier.

                                1979 : 7 juin
                                1984 : 17 juin
                                1989 : 15 juin
                                1994 : 12 juin
                                1999 : 13 juin
                                2004 : 12 juin

                                Comme on le voit, toutes ces élections se sont tenues un dimanche autour du 13 Juin.

                                Il y a un an et demi, il était donc très facile de prévoir que l’élection 2009 se tiendrait les dimanche 7 ou 14 Juin 2009.
                                Programmez « Home » pour le 5, comme cela a été fait, et vous étiez sûr de tomber juste avant les élections et de faire une super propagande (c’est le mot de YAB lui même dans le parisien) pour la liste verte...Ni vu ni connu. Étonnant, non ?

                                Alors, un petit conseil pour les émules de YAB et pour les prochaines élections Européennes de 2014 : Réservez vite une date juste avant le 8 Juin 2014, pour projeter le prochain film catastrophe...

                                Félicitations à la chaine du service public A2 pour sa neutralité et bravo au CSA qui n’a rien vu et dont on se demande s’il existe encore. Dans plusieurs autres pays européens, la projection de Home a été reléguée sur des chaines confidentielles pour éviter un léger problème d’éthique électorale...Mais pas chez nous !


                                • Diapason 10 juin 2009 19:41

                                  Le réchauffement climatique est la plus grande arnaque, la plus ignoble fumisterie culpabilisante, l’universelle escroquerie dans laquelle se pâment tous les gogos qui peuvent donner libre cours à leurs pulsions fascisantes et totalitaires, soutenus qu’ils sont en cela par la doxa dominante, les médiamensonges omniprésents, la lobotomie institutionnelle librement consentie.

                                  La cause anthropique du réchauffement des dernières années est absolument marginale (de 0,7 à 1,2 % au pire).
                                  Une éruption de 3 semaines d’un volcan comme le Pinatubo rejette plus de gaz carbonique que tous les camions de la terre qui circuleraient sans s’arrêter (sauf pour faire le plein) pendant un an.

                                  Les courbes « jumelles » d’Al Gore et du GIEC, prix Nobel de mon cul, je veux parler de celle de la concentration de l’atmosphère en CO2 et de celle de la température sont effectivement corrélées, mais la corrélation est présentée par ces escrocs dans le mauvais sens. En réalité, c’est l’augmentation de la température qui induit une augmentation de la teneur en CO2, dont le réservoir principal est l’océan, et non le trou de balle de nos Limousines ou Schlesig Holstein.

                                  Le vrai coupable de l’épisode de chaleur des dernières années, c’est le soleil. Tout le système solaire en profite, et s’il a fait également plus chaud sur Mars, ce n’était certainement pas à cause des bagnoles : il n’y en a qu’une là haut, et elle est électrique.
                                  Or l’activité de notre étoile bien aimée n’a jamais été aussi faible que ces deux dernières années, ce qui permet d’annoncer une période de refroidissement à venir d’environ 38 ans (le grand cycle solaire étant de 40 ans).

                                  Que l’économie arrange la science à sa propre sauce, c’est cousu de fil blanc. Les scientifiques qui se regroupent et s’insurgent contre cette sordide manipulation sont muselés, perdent leurs crédits, sont démis de leurs fonctions, etc...
                                  L’oligarchie dominante n’a rien trouvé de mieux pour soutenir artificiellement la croissance, après avoir tout fait pour séparer les couples et faire éclater les cellules familiales, gages de stabilité économique et sociale, en soutenant inconditionnellement le féminisme, que de culpabiliser chacun sur le moindre de ses faits et gestes (de l’alimentation biologique aux toilettes sèches, à l’autre bout de votre tube digestif).
                                  Après avoir obtenu que vous disposiez tous et toutes après votre divorce, de deux appartements de trois chambres chacun pour vous, votre femme et vos deux enfants en garde alternée (crise du logement, flambée de l’immobilier), ils vont maintenant vous obliger à changer toutes vos braves ampoules à incandescence contre des « basse consommation » à 5 ou 7 Euros qui vous empoisonnent l’environnement au mercure et vous irradient à 200 Vm (mais il est vrai qu’on focalise sur les antennes relais et leurs pauvres 47 Vm), vous obliger à doubler toutes vos fenêtres (bientôt des décrets dans ce sens, après les incitations fiscales), à regarder d’un oeil torve votre beau 4x4 tout neuf qu’il faudra à court terme jeter à la poubelle pour le remplacer par une voiture électrique (ils nous avaient fait la même avec le pot catalytique), installer des panneaux solaires sur vos toits, des éoliennes hideuses qui continueront de défigurer nos belles campagnes (il faut je crois 1.000 tonnes de béton enterrées pour en assurer la stabilité par vent fort : merci Bouygues), relancer l’industrie nucléaire (merci Areva) partout dans le monde (et notamment au Brésil, mais il est vrai que « Rio ne répond plus ! »

                                  Une minute de silence, en mémoire des victimes sacrificielles.

                                  Enfin bref, que tous les corniauds qui ne comprennent rien à la manip cherchent un peu à comprendre et s’informent par eux-mêmes (il est vrai qu’une visite ici est à porter à leur crédit), au lieu de gober la bouche ouverte toutes les conneries dont on les gave à longueur de temps, entrecoupées de divertissements débilitants qui n’excèdent jamais le niveau 6ème, et farcis qu’ils sont de problèmes quotidiens qui les empêchent de relever la tête et de voir la réalité en face. C’en est désespérant de voir à quel point ça fonctionne !

                                  Evidemment que c’est une manip électorale. Evidemment que YAB s’en met plein les poches : qui finance ses séances photos en Falcon à votre avis ? Evidemment que ces « tout-à-l’égo » vont à la soupe et servent leur maître. Il n’y a pas pire fripouille que ces Kohn Bandits (je reconnais, elle est facile), experts en tous genres du retournage de veste (peut-être la raison pour laquelle il privilégie les T-Shirts distendus par d’intempestives érections, fussent-elles juvéniles, et les écharpes molles et laides, quand ce n’est pas le Keffieh du pseudo révolutionnaire anti-fasciste.

                                  La pire espèce est aux commandes. Vous n’avez pas fini d’en baver. Bienvenue à bord !


                                  • TARTOQUETSCHES TARTOQUESCHES 10 juin 2009 20:07

                                    @ internaute
                                    le liberalisme ne garanti pas la fin des famines, c’est le progrès technique une structure politique stable, une éducation performante et une économie de marché contrôlée. Bcp de pays ont appliqués un libéralisme pur et dur sur les conseils du fmi et des gouroux de M Friedman. Ils ont vu leurs richesses s’accroitre ...pour 10% de leur population et decroitre pour les 80% restant (Brésil, Chili, Argentine ds les années 60 et 70, Pologne, Russie, Hongrie ds les années 90...) Tous en sont plus ou moins revenus car le système est tellement injuste que le seul moyen de l’appliquer est une dictature dure. Ce sont certes des cas extrêmes, mais les effets à long terme du néo-libéralisme pratiqués depuis 30 ans (à peine + soft) arriveront aux même resultat...à l’échelle mondiale cette foi-ci.
                                    Si l’Afrique ne s’est pas developpée c’est, certes, en parti à cause de ses dirignents incompétants et de sa culture tribale (un pays crée artificiellement ne peut pas passer d’une société tribale à la démocratie en 50 ans...), mais aussi de la colonisation et du pillage actuel des ressources par les multinationnales occidentales et chinoise qui ne profite pas aux populations locales. Il est difficile ds ces conditions que les Africains tirent leur épingle du jeux dans ce système cadenassé.

                                    Le liberalisme créé donc des richesses mais au prix d’inégalités insupportables et de desastres écologiques dont nous commençons déjà à payer le prix, la crise actuelle n’ est qu’une des 1er conséquence, le pire est à venir.

                                    Depuis 60 ans le monde à connu la plus forte croissance de son histoire ss parvenir à éradiquer la faim ds le monde alors que les ressources le permettaient. Maintenant que les ressources s’épuisent, je vois mal le système capitaliste reussir cet exploit. Il a fait son tps et son echec sera bien plus retentissant que celui du communisme.

                                    Bien à vous.


                                    • omar omar 10 juin 2009 20:28

                                      La NASA a signalé qu’en 2008 il n’y a pas eu de tâche solaire pendant 266 jours sur 366 (73%), mais pour 2009 le nombre de tâches solaires est encore plus faible. Au 31 mars, il n’y a pas eu de tâche solaire pendant 78 jours sur 90 (87%)

                                      L’activité solaire a été la plus faible depuis près de 100 ans, les conséquences climatiques peuvent être importantes. En effet, l’activité solaire est corrélée aux changements climatiques mondiaux. L’année dernière, on prévoyait que le Soleil allait se réchauffer après sa phase d’inactivité. Mais au lieu de cela il a atteint le plus bas niveau de pression solaire depuis 50 ans, le minimum d’émissions radio depuis 55 ans et le nombre le plus faible de tâches solaires depuis 100 ans. D’après Piers Corbyn, astrophysicien et prévisionnistes à long terme dans les domaines de la météo et du climat :

                                      Les dernières découvertes en terme de relations entre le Soleil et la Terre montrent non seulement la primauté des interactions magnétiques / particulaires entre le Soleil et la Terre mais aussi que ces dernières sont modulées par les effets de la Lune ce qui explique le cycle de 60 ans observé dans les variations de température dans le monde et aux Etats-Unis. Cela signifie que la planète va poursuivre son refroidissement général au moins jusqu’en 2030. Ni le cycle de 60 ans, ni le cycle de 22 ans, ni aucune fluctuation de température observée au cours des 100, mille, ou du millions d’années passées ne peut être expliqué par les variations de concentration en CO2.

                                      En particulier, un physicien de la marine étasunienne a prévenu que nous pourrions vivre « plusieurs décennies de températures glaciales et de famine généralisée ».

                                      Note : Il est clairement établi qu’une augmentation de la température est généralement corrélée à une augmentation de la biomasse.

                                      À l’échelle régionale, la productivité (NPP) des forêts chinoises ici étudiées est fortement corrélée avec la température et les précipitations moyennes annuelles ainsi qu’avec l’évapotranspiration potentielle. Une forte corrélation positive existe également entre la productivité (NPP) et les sommes de température journalières (GDD) aussi bien à partir de 0 °C que de 5 °C. L’ensemble des analyses montre que la température et l’humidité sont les facteurs majeurs qui contrôlent la répartition spatiale de productivité (NPP) en Chine. La comparaison entre la productivité (NPP) estimée et la productivité modélisée (utilisation du modèle BIOME 3) en chaque site est satisfaisante (bonne corrélation linéaire).

                                      Note : Réciproquement une baisse de la température du globe induira une réduction de la biomasse, et donc de la nourriture disponible.

                                      Les famines sont une cause majeure de désordres sociaux, on comprend mieux pourquoi nos chères élites souhaitent réduire la population mondiale avant qu’un refroissement climatique, et que les émeutes de la faim qui en découleront ne se produisent.


                                      • Diapason 10 juin 2009 21:21

                                        Quant-à ceux qui craignent la surpopulation, qu’ils se rassurent, la solution est en marche :

                                        http://video.google.com/videoplay?docid=8503852033482537965

                                        et en appui à l’un des arguments développés dans mon précédent commentaire :

                                        http://www.dailymotion.com/video/x99oeg_la-mort-a-basse-consommation_tech


                                        • King Bounty 10 juin 2009 22:12

                                          ce média ressemble de plus en plus a une secte negationiste tendance raelienne libérale et de moins en moins a du journalisme citoyen !
                                          Pathétique , et oh combien révélateur cette attitude humaine qui consiste a nier la réalité quand elle parait insoutenable et insoluble, et de plus ,découlant de son egoisme  !!
                                          Quand tout cela , pour terminer ,met en péril son petit confort bovin , c est l apothéose du déni de réalité !!!


                                          • chria chria 11 juin 2009 10:22

                                            "ce média ressemble de plus en plus a une secte negationiste tendance raelienne libérale et de moins en moins a du journalisme citoyen !« 
                                            Une belle preuve d’ouverture d’esprit, monsieur c’est moi qui détient la vérité absolu. Etre citoyen, c’est donc être de votre avis ?
                                            En fait on est du même avis, puisque que vous pensez aussi que réduire les émissions de CO2 ne changera rien (insoluble).
                                            Quant à la réalité, n’oubliez pas que c’est une réalité »simulée" par des modèles programmés pour répondre à des questions précises.


                                          • fred 10 juin 2009 23:35

                                            Bravo à l’auteur !! Cette frénésie climatique commence aussi me... chauffer.

                                            Pourquoi ?

                                            1. Parce qu’une seule piste est mise en jeu : la consommation de CO². Hors elle est liée à toute activité des plantes, des animaux et des hommes. Une déclaration aussi grave se doit d’être étayée ;

                                            2. Parce qu’on observe un réchauffement climatique sur les autres planètes du système solaire également ;

                                            3. Parce qu’il est plus simple de culpabiliser le peuple plutôt que de réagir concrètement face à la déforestation qui -elle- est CERTAINEMENT LA CAUSE MAJEURE (si l’homme peut avoir un impact sur le climat) ;

                                            4. Parce qu’un nouveau business juteux se met en place au sien d’une société qui a déjà tout ;

                                            5. Parce que cette pensée unique -déjà observée en 2001 (on voit ce que ça a donné)- est dangereuse tant elle est dogmatique ;

                                            6. Parce que les accords permettent de ramener de l’argent aux pays qui ne foutent rien, sur le dos des pays émergents ;

                                            7. Parce qu’au Moyen-Âge, les écrits de l’époque révèlent déjà que le climat était différent.

                                            Je peux me tromper mais j’attends des arguments. ET cela, même des docteurs en Chimie SPECIALISES DANS LE DOMAINE n’ont pu m’apporter de certitude sur ce dogme puantissime qui nous prend en otage.

                                            La Chine est certes un gros pollueur mais recevoir des leçons de la plus grande puissance qui ne s’engage à rien, jusqu’à présent, c’est assez cocasse.


                                            • fred 10 juin 2009 23:35

                                              La Chine est certes un gros pollueur mais recevoir des leçons de la plus grande puissance qui ne s’engage à rien, jusqu’à présent, c’est assez cocasse.

                                              Comme disait Bedos, c’est assez Caucase smiley


                                              • fred 10 juin 2009 23:37

                                                De plus, on ne dispose que de 100 ans d’observations, ce qui n’est même pas une seconde à l’échelle de la planète...
                                                Je n’encourage pas à consommer mais à chercher la VERITE.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Fredon


Voir ses articles







Palmarès