Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Réchauffement climatique : phénomène naturel ou provoqué par l’homme (...)

Réchauffement climatique : phénomène naturel ou provoqué par l’homme ?

Au début, nous pensions tous que l’été indien, ce long intervalle qui prolonge la belle saison au-delà des limites imposées par le calendrier, allait faire quelques embardées supplémentaires, piétinant les plates-bandes de l’automne, avant de s’essouffler sur les premières pentes de novembre. Mais non ! L’été indien, plus vigoureux que jamais, pousse, pousse. Décembre, janvier et peut-être plus encore. Le retour des pluies et neiges ? Elles manquent visiblement de régularité et de consistance pour nous rassurer.

C’est ainsi que les records de chaleur ont été enregistrés partout. Les arbres de Central Park ont fleuri bien avant le printemps, alors que les noisetiers bourgeonnent en Russie, où l’on n’en croit plus ses yeux : les ours sont devenus insomniaques et la douceur inhabituelle pour ce pays de grand froid dérègle toutes les habitudes ! La neige est vraiment rare et les thermomètres enregistrent les températures les plus élevées depuis 1879. En France, Lille a un climat de Côte d’Azur et Marseille flirte avec le Sahara.

Les météorologues sont désorientés. Ils font appel aux climatologues pour nous expliquer un phénomène qui doit être sérieusement étudié, et pas seulement « traduit » au jour le jour pour les profanes que nous sommes, à partir des cartes satellites. Il y a un dérèglement sérieux, c’est sûr ! Ce ne sont pas les habituelles surprises du dimanche, ni les petites perturbations que l’on accueille avec le sourire : il y a un problème assez grave et il nous faut plus qu’un bulletin météo pour en saisir toute la complexité.

Les années les plus chaudes depuis 1850

En effet, si le météorologue interroge le ciel pour nous dire s’il va faire beau ou mauvais le lendemain, il est incapable de nous donner des explications satisfaisantes sur le long cours. Bien sûr, nos météorologues ont tendance à nous rassurer. C’est l’anticyclone des Açores... Oui, pas de doute. Cet anticyclone est devenu aussi populaire que n’importe quelle marque de lessive. Ou alors, l’air glacial provenant du pôle Nord a été stoppé dans sa progression vers l’Europe. Habituellement, il se baladait sans problème ; mais, cette année, il a dû attraper un rhume et s’est retrouvé au lit... El Niño. Qui ne connaît pas El Niño, petit bambin joufflu comme un cumulus, léger comme un zéphyr, mais méchant comme une vague d’ouragan. Non, ce n’est pas El Niño... Et puis, il faut faire vite avant la pub et le journal ! Conclusion optimiste : l’hiver va recouvrer ses droits très bientôt.

Mais si, effectivement, pluies et neiges de « saison » nous réconcilient avec monsieur Hiver, faisant oublier à certains le scandale d’un Noël sans flocons blancs, des spécialistes anglais nous prédisent une année 2007 plus chaude encore que tout ce que nous avons vu cette décade et la précédente ! Une vérité déjà : dix des douze dernières années sont les plus chaudes depuis 1850.

Les glaciers des Alpes disparaîtront d’ici 2050 !

Et puis, il y a les tempête, habituelles pour la saison, mais particulièrement violentes et meurtrières cette fois-ci, comme celle qui a sévi il y a une semaine en Europe du Nord. Les météorologues relèvent la « longue durée » des vents qui ont accompagné cette tempête.

Par ailleurs, un phénomène inquiétant est en train d’alerter les experts en climat, mais aussi les écolos et les industriels du tourisme et des sports de montagne. Les glaciers sont en train de fondre d’une manière inquiétante. Selon une étude publiée ce lundi par l’agence de l’ONU pour l’environnement, 30 glaciers de référence ont perdu environ 66 centimètres d’épaisseur en moyenne en 2005. Mais la perte depuis 1985 est de l’ordre de 10,5 mètres ! Prévision des climatologues : les glaciers des Alpes disparaîtront d’ici 2050 !

En Afrique du Nord, le désert avance plus vite que prévu et les spécialistes prédisent que le Sahara gagnera une centaine de kilomètres dans quelques décades, installant sable et désolation sur une zone connue actuellement comme étant la steppe et les hauts plateaux. Autant dire que le Sahara sera aux portes de la Méditerranée dans certaines régions.

Cela fait longtemps que la presse aborde ces questions. Mais, préoccupés par des problèmes plus terre-à-terre, les humains ne prêtaient guère attention à ces constats alarmants, et encore moins aux avertissements des spécialistes nous invitant à limiter l’émission de certains gaz dits « à effet de serre » et à changer nos habitudes de vie.

Etats-Unis et Chine à l’index

Mais les experts n’arrivent pas à se mettre d’accord sur la cause de ces changements déroutants du climat. La politique, en s’invitant dans leur débat, les empêche de désigner le même coupable. Résultat : la communauté scientifique se divise en deux. Le premier camp affirme que le réchauffement, comme le refroidissement, sont des cycles naturels et que, si la Terre se trouve aujourd’hui dans une situation de redoux, ce n’est la faute de personne. Et de nous citer des phases similaires qui ont jalonné l’histoire de notre planète.

Le second camp est plus catégorique : il n’y a rien de naturel dans la dégradation actuelle. L’homme en est responsable. L’effet de serre qui fait pousser les températures et déstabilise les saisons est le résultat des émissions de gaz divers. Cela va des vapeurs dégagées par les activités industrielles au gaz carbonique de nos voitures, en passant par d’autres types d’émanations provenant des climatiseurs, des réfrigérateurs, et mêmes des petits bombes aérosol que nous utilisons quotidiennement.

Certains pays sont montrés du doigt. Parce qu’ils n’ont pas signé les accords de Kyoto - qui fixent les quotas d’émission de ces gaz par pays-, et aussi parce qu’ils ont l’industrie la plus développée. Les Etats-Unis d’Amérique apparaissent comme le principal pollueur de la planète. Mais il y aussi d’autres pays qui participent activement à la dégradation de la couche d’ozone et à l’effet de serre. Nous citerons, par exemple, la Chine qui, pour faire fonctionner son gigantesque parc industriel, a besoin d’énormes quantités de matières polluantes, à l’instar des produits énergétiques. Son taux de croissance époustouflant est l’arbre qui cache la forêt.

Engagements sérieux ou promesses en l’air ?

Il faut plus que l’alarmisme des climatologues pour gagner cette nouvelle guerre contre le réchauffement du climat, menace mortelle pour la Terre. L’implication des politiques est une nécessité absolue en ces temps où l’ultralibéralisme installe une forte mentalité de profit qui tourne le dos aux questions écologiques. Pourtant, les opinions paraissent plus sensibilisées que jamais par la cause de la nature. De par ses effets sur leur vie quotidienne, ce réchauffement n’est plus une vue de l’esprit ou un sujet réservé à l’élite scientifique.

Les pouvoirs politiques, très liés aux milieux industriels, ne sont pas connus pour être des adeptes de la protection de l’environnement. Pourtant, nous avons assisté, au cours des derniers jours, à deux événements qui en disent long sur la prise de conscience autour de ce phénomène :

- Le pavé dans la mare jeté par Nicolas Hulot dans la campagne pour les présidentielles d’avril 2007 a eu le mérite d’inscrire les problèmes écologiques au cœur du débat. On verra, sur le terrain, si les engagements actuels des candidats sont sérieux ou s’il ne s’agit que de promesses en l’air.

- Lors de son dernier discours sur l’Etat de l’Union, Georges Bush a étonné tout son monde en assurant qu’il allait s’engager dans une politique visant à réduire les gaz à effet de serre au cours des prochaines années. Sujet inhabituel dans les thèmes d’un président qui restera dans l’histoire comme le plus féroce défenseur des industries polluantes !

Au moment où les armes tonnent plus que jamais, avalant les centaines de milliards de dollars, il est scandaleux que les gouvernements concernés ne trouvent pas l’argent nécessaire pour la protection de l’environnement.

Le chemin est encore long. Mais puisse cet hiver déboussolé, -où les quatre saisons montrent parfois voir le bout de leurs nez en une seule journée-, donner à réfléchir aux décideurs. La planète bleue n’appartient pas seulement à notre génération. Elle est aussi le bien de nos enfants et de nos petits-enfants. Dans quel état allons-nous la leur léguer ? Réfléchissons-y tous ensemble et mobilisons-nous pour que les ours de Moscou puissent dormir en paix et que les saisons retrouvent leur cycle naturel.


Moyenne des avis sur cet article :  3.98/5   (86 votes)




Réagissez à l'article

72 réactions à cet article    


  • Depi Depi 6 février 2007 11:03

    Depuis début décembre on sent s’amorcer aux Etats-Unis un changement de la politique au niveau environnemental. Que ce soit pour le gouvernement fédéral, les Etats et même les entreprises..

    Par exemple Wal-Mart qui va accroître la commercialisation des ampoules basse consommation, etc. D’autres entreprises emboîtent le pas autant pour redorer leur blason que par impératif. Tout comme le gouvernement vert Terminator qui en a fait une de ses priorités, ils nous étonnera toujours celui-là par sa capacité de rebond.

    A voir si les engagements pris, notamment une bourse du CO2 et une nouvelle approche politique s’ancrera durablement..

    Mais de toute manière, on ne peut plus nier que la majeure partie du réchauffement climatique actuelle est due à l’homme, même s’il est encore accentué par des phénomènes naturels.


    • napafau (---.---.123.224) 6 février 2007 11:12

      il ne se passe pas une semaine meme un jour sans que je demande a mon fils etudiant licence de la terre si le rechauffement climatique est du aux activites humaines c est un jeune etudiant j essaie de savoir ce qu on lui dit et toujours c est la meme reponse NON un pole fond l autre pas le co2 a largement baissé , sans importance ,j ai oublie le reste mais je doute


      • Manuel Atreide Manuel Atreide 6 février 2007 11:48

        Petite question ...

        Votre fils étudiant en sciences de la terre fait ses études dans quelle université / laboratoire de recherche ?

        Savez vous que les deux pôles sont totalement différents ? Le pôle nord est occupé par un océan bordé de continents, le pôle sud est occupé par un continent bordé d’océans. je vous invite à chercher sur internet les conséquences de ces différences geographiques. Vous y découvrirez peut être pourquoi le pôle sud est si froid, pourquoi sa fonte massive n’est pas prévue, mais que pour autant, la fonte aux marges est bien réelle et préoccupante.

        Mais pour cela, il va vous falloir une honneteté intellectuelle, que j’espere être présente en vous.

        Manuel Atréide


      • Depi Depi 6 février 2007 11:54

        Hum et concernant le Pole Sud : http://www.rfi.fr/actufr/articles/027/article_17834.asp

        C’est juste un exemple.


      • napafau (---.---.123.224) 6 février 2007 12:03

        honnetete de ma part sans aucun doute je cherche a savoir mon fils est jeune et en ce moment il etudie surtout la physique les pierres je continue a questionner mais moi je ne cherche pas mais pourquoi il me parle de la courbe descendante du co2


      • napafau (---.---.227.252) 6 février 2007 12:13

        pourtant sur le site du giec il y a des dubitatifs il me semble


      • Depi Depi 6 février 2007 12:13

        Selon certains scientifiques, avec une interpolation linéaire des températures moyennes entre 1998 et 2005, on obtient une courbe descendante. Certains scientifiques prennent cela pour base et disent donc que la température à baisser et que la concentration en CO2 a du baisser.

        Je ne sais pas si c’est de cela que parlait votre fils.

        Toutefois, le rapport du GIEC est très détaillé et ne dit pas la même chose.


      • napafau (---.---.4.191) 6 février 2007 12:33

        je ne lache pas je vais revenir vers vous en ce moment il est sur le terrain et se moque des gens qui construisent leurs maisons sur des terrains glissants mais il me semble que la courbe descendante du co2 est bien plus ancienne


      • Manuel Atreide Manuel Atreide 6 février 2007 14:08

        Excusez moi d’etre insistant mais votre fils etudie quoi exactement ? Les sciences de la terre ? La physique des pierres ? Est-il géologue ? J’ai du mal à suivre, quels sont les cours qu’il suit qui parlent du réchauffement climatique ?

        Merci pour votre réponse.

        Manuel Atréide.


      • napafau (---.---.125.97) 6 février 2007 14:45

        si vous insistez tant pis pour moi il est en 2 annee licence science de la terre nice il n etudie pas a ma connaissance le rechauffement climatique ne soyez pas trop dur


      • Gnole (---.---.192.187) 6 février 2007 16:47

        Ah DEUG deuxième année donc... il est donc largement sous l’influence des idées de ses professeurs.

        Laissez lui deux ou trois ans (un peu plus pour certains) et vous le verrez devenir critique sur ce qu’on lui enseigne, rechercher ce qui cloche et comparer à d’autres soucres de connaissance... c’est le long apprentissage de la pensée scientifique (que certains n’atteignent jamais).

        Concernant le réchauffement, on a un consensus pour général disant que le CO2 augmente en concentration et que les températrures augmentent... c’est principalement sur la source principale du réchauffement que certains (une faible minorité d’ailleurs) ne sont pas d’accord.

         smiley


      • napafau (---.---.211.158) 6 février 2007 18:55

        je vous remercie de votre encouragement il est normal de ma part de me poser des questions meme si je suis seule contre tous comme d habitude


      • napafau (---.---.211.158) 6 février 2007 19:22

        il me dit la courbe a baissee en 2 milliard d annees


      • Depi Depi 8 février 2007 11:58

        C’est sur c’est facile de comparer avec il y a 2 milliards d’année.

        Pour information, chaque fois qu’il y a eu extinction massive de races, c’est lorsqu’il y avait une grande concentration de dioxyde de carbone dans l’atmosphère.

        Si on veut comparer, aujourd’hui, le dioxyde de carbone atteint 385 parties par million (ppm) et devrait augmenter de 2 ou 3 ppm chaque année. Si on continue sur notre lancée, la concentration en dioxyde de carbone atmosphérique atteindra 900 ppm en 2 100, une concentration proche de celle qui régnait lors de l’extinction thermique du Paléocène il y a 54 millions d’années.

        Alors oui si on fait une interpolation linéaire avec tous les pics qu’il y a eu, à l’heure actuelle, on est loin du maximum.


      • Alex (---.---.230.84) 10 février 2007 11:49

        Je commence à fatiguer de lire ce genre de remmarque d’inquisiteur. Et vous êtes qui pour poser des questions de la sorte ?

        Les non scientifiques repprochent aux non scientifiques (et ici la personne parle de son fils) d’être des non scientifiques.

        Laissez les gens parler et coutez, ca vous changera un peu.


      • (---.---.75.191) 10 février 2007 12:03

        Manuel Atreide a écrit : Savez vous que les deux pôles sont totalement différents ? Le pôle nord est occupé par un océan bordé de continents, le pôle sud est occupé par un continent bordé d’océans. je vous invite à chercher sur internet les conséquences de ces différences geographiques. Vous y découvrirez peut être pourquoi le pôle sud est si froid, ...

        Vous commentez une erreur de taille. C’est un fait que la partie australe est plus froide en hiver et plus chaude en été que la partie septentrionale (été et hiver respectifs des deux parties). Mais ce n’est absolument pas la géographie terrestre qui en est responsable !. En fait, durant l’hiver austral, le soleil est à son point le plus éloigné de la terre, alors qu’il est au point le plus proche dans les hivers septentrionaux. De façon similaire, durant l’été austral, le soleil est à son point le plus proche de la terre, alors qu’il est au point le plus éloigné dans les étés septentrionaux.

        Cette différence de distance, provoque les différences de température constatées. L’énergie du soleil arrive sur la terre en raison inverse du carré de la distance soleil - terre. Cette différence d’énergie due à la distance est plus faible que la variation produite par l’inclinaison de l’axe de la terre sur le plan de l’écliptique. C’est cette inclinaison qui est déterminante pour la formation des saisons.


      • perlin (---.---.157.66) 11 février 2007 08:03

        Cela me fait toujours sourire d’entendre un dogmatique prêcher l’honneteté intellectuelle. Il est aussi fou de nier le rôle de l’homme dans le dérèglement climatique que de l’affirmer. Si on compte sur le bon sens, moi j’vous l’dit, elle est pas sauvée not’ planet’ smiley


      • (---.---.60.48) 6 février 2007 11:17

        Je pète trop. Je réchauffe le climat.

        Après le réchauffement tout le monde s’en fout vous les premiers. Le problème c’est le prix du baril de brut.


        • Bob (---.---.34.107) 6 février 2007 11:40

          Ben oui on s’en fout... après tout si la France subit des sécheresses tous les 2 ans et que certains pays se prennent des cyclones et des inondations toujours plus forts, c’est assez fun non ? Ca permet de parler d’autres chose que de l’Irak ou de la présidentielle aux infos, et ça fait du spectacle. Et puis c’est connu tous ces phénomènes sont inoffensifs, total control on maitrise la situation !

          C’est clair que l’hiver doux ça fait faire des economies de chauffage... m’enfin on va dépenser cet argent en été en clim...


        • André (---.---.208.77) 6 février 2007 11:42

          La Terre est sans doute, de l’avis de nombreux scientifiques, dans un cycle naturel de réchauffement.

          Le problème vient de ce que l’activité humaine n’en tient pas compte. Industrialisation à outrance, développement des transports polluants, déforestations anarchiques contribuent à accélérer le phénomène du réchauffement et du dérèglement climatique de manière exponentielle. Qui sait s’il n’est pas déjà trop tard...

          Une prise de conscience s’est amorcée dans de nombreuses nations, pour l’heure beaucoup d’intentions mais peu de projets concrets.


          • Manuel Atreide Manuel Atreide 6 février 2007 11:54

            Commentaire interessant mais erroné. La terre est, selon les dernières études scientifiques, dans un cycle naturel de refroidissement, qui nous conduirait naturellement vers une nouvelle ere glaciaire d’ici quelques milliers d’années.

            Cela rend encore plus préoccupants les chiffres qui attestent d’un réchauffement global. Les experts mondiaux ont une nouvelle fois conclu à l’origine humaine du phénomène. Leurs erreurs ne sont pas dans la nature, mais la proportion du phénomène. Pire, ils sont constamment trop optimistes depuis 15 ans.

            Combien de temps allons nous fermer les yeux ? L’objectif n’est pas de revenir à l’age de pierre, mais de trouver les technologies propres dont nous avons besoin.

            Manuel Atréide


          • be wolf (---.---.143.82) 6 février 2007 12:14

            peut tu nous fournir un lien vers ces études qui attestent de cette affirmation ? Merci d’ avance...


          • Manuel Atreide Manuel Atreide 6 février 2007 14:04

            je suis en train de préparer mieux qu’un petit commentaire pour fournir des faits. Un petit peu de patience, le papier sera près en fin de mois.

            Manuel Atréide


          • Deltarho deltarho 6 février 2007 16:13

            @Manuel Atreide

            Je vous encourage dans cette voie car j’avais envisagé de faire ce travail il y a deux mois, mais le trop plein de commentaires exacerbés sur AV m’a découragé.

            Il faut dire que beaucoup sont perturbés par de pseudo-scientifiques (pseudo en dépit de leur poste universitaire ) qui ne font pas honneur à leur spécialité, Haroun Tazief doit s’en retourner dans sa tombe !!

            Quittons l’aspect « relationnel » pour les aspects objectifs et posons quelques définitions : Le mot climat, d’origine grecque, indique des phénomènes liés à l’inclinaison de l’axe de la Terre que l’on peut assimiler à la déclinaison, ou à la déclinaison magnétique, car les phénomènes sont homothétiques. Ils sont oscillatoires selon deux périodes et sont de plus modulés par des « variables » solaires. Ce qui signifie que le soleil peut induire dans les mesures des segments erratiques.

            Les oscillations de période courte ont donné des variations de climat assez bien corrélées depuis 3 à 4 siècles ( surtout après 1743 ) et les géophysiciens admettent que les oscillations longues ( plus de 700 ans ) correspondent aux périodes de glaciation. Sur ces généralités viennent se greffer bien d’autres phénomènes corollaires.

            Si actuellement nous observons le phénomène, notons au passage que la tendance de la courbe du « naturel » est orientée vers du « plus froid », il est indéniable ( et la GIEC vient de le confirmer ) qu’il y a une accélération exponentielle vers le réchauffement, nul doute que cette accélération EXPONENTIELLE est due à l’activité industrielle humaine.

            Une seule solution à mettre en oeuvre de toute urgence, la limite de l’ irréversible se situant entre 2012 et 2015 : LA DÉCROISSANCE, et du calme messieurs les économistes ou autres commerçants, la décroissance ce n’est pas une croissance négative, mais une économie raisonnée ( sans FINANCE en forme d’entonnoir !!) qui appelle l’emploi d’une énergie extérieure à notre planète, le soleil, et ce ne sera pas suffisant sans la préservation des « matières » (à ne pas confondre avec vos marchandises !) que renferme cette planète.

            Autrement dit revalorisons et complétons Lavoisier, en comprenant aussi les lois de la thermodynamique et de l’entropie. Ces lois ne se décrètent pas, elles se subissent.

            Pour éviter une perte de temps aux impénitents vérificateurs, je signale que mes sources se trouvent sous mon chapeau, et j’ incite les objecteurs d’évolution à procéder à de nouveaux essais avant que de me dire que le solaire ça ne peut pas marcher ou qu’ il polluerait tout autant !!


          • Cassandre (---.---.115.86) 7 février 2007 10:13

            Désolé Atréide, sur Arakis je ne sais pas, mais ici sur Terre pas de glaciation possible avant 30 000 ans, à coup sûr, et probablement pas avant 70 000 ans : nous sommes dans l’interglaciaire le plus long possible, plus que celui d’il y a 400 000 ans (le plus long précédent dans notre ère).

            C’est ce que donne la prolongation des cycles astronomiques de Milankovitch. Ma source est une conférence d’une climatologue (Valérie Masson-Delmotte), mais on doit pouvoir trouver facilement confirmation sur des sites fiables.


          • be wolf (---.---.143.82) 6 février 2007 11:45

            c’est une certitude, l’ Homme accélère le réchauffement de la planète. mais il n’ est pas à l’ origine de ce phénomène, il ne fait que l ’amplifié, de manière désastreuse il est vrai. Mais je pense qu’ a l’ heure actuelle nous en sommes encore aux belles promesses. Les mesures seront prisent « en temps voulu », c’est à dire une fois que on aura épuisé la dernière goutte de pétrole ou que le boulversement climatique constitue une menace immédiate pour tous. Vous ne convaincrer pas les nantis de renoncer à une si belle promesse d’ enrichissement ( du à la rarefaction des hydrocarbures fossiles ainsi que la productions des énérgies nouvelles).

            Nous pouvons simplement ésperer .... et encore, je me demande quel miracle peut on attendre de leurs parts... smiley


            • be wolf (---.---.143.82) 6 février 2007 11:47

              ptite précision : le réchauffement climatique ne sera pas éternel. il laissera la place à une période de glaciation , puisque c’ est un cycle naturel que l’ Homme ne fait qu’ accélerer


            • André (---.---.208.77) 6 février 2007 11:54

              La prochaine glaciation c’est pas pour tout de suite (sans doute quelques milliers d’années).

              Quant au réchauffement, c’est maintenant !


            • (---.---.254.239) 6 février 2007 13:05

              @Be Wolf

              « mais il n’ est pas à l’ origine de ce phénomène »

              peux tu nous fournir un lien vers ces études qui attestent de cette affirmation ? Merci d’ avance...


              • miteny (---.---.130.65) 6 février 2007 13:47

                Sarkozy signe le pacte écologique et dit en même temps qu’il faut baisser le prix de l’essence.. Or, le pacte écologique c’est une augmentation du prix de l’essence de 10% par an. Tordant... Et vous n’en avez pas marre de voter ?


                • idoine (---.---.69.145) 6 février 2007 13:50

                  Ben, pourquoi pas ! Il a le droit d’être un peu c... aussi Sarko - Faut pas toujours lui prêter de mauvaises intentions !


                • activista/// Activista 6 février 2007 14:57

                  Bonjour,

                  Je lis vos articles avec beaucoup d’intérêt...car ils sont intéressants. Cela dit ici je ne vous suis pas : « Mais les experts n’arrivent pas à se mettre d’accord sur la cause de ces changements déroutants du climat. »

                  Quelque chose m’échappe : les rédacteurs/lecteurs d’Agoravox seraient-ils le dernier bastion qui n’est pas encore informé du fait que pour la communauté scientifique il n’y a plus de doute ! C’est bien l’activité humaine qui provoque le réchauffement actuel.

                  Quand plus de 95% des études arrivent à cette conclusion et que seules moins de 5% des études émettent un doute sur l’origine il me semble malhonnête d’écrire que les experts doutent...Ou alors il faut préciser que ce sont moins de 5% des experts qui doutent !

                  Les experts réunis à Paris viennent encore de l’affirmer haut et fort : Il N’Y A PLUS DE DOUTE !

                  Le doute toujours présent s’explique par l’attitude partisane des médias (inféodés ?), en effet si 95% des études ne mettent plus en doute l’origine humaine du réchauffement, dans les médias on constate que plus de la moitié des articles/docus/etc publiés sur le thème prétendent « que les experts doutent toujours »...

                  Et j’avoue être surpris de la politique d’Agoravox qui persiste à publier des articles « déresponsabilisant » ou « démobilisateurs » sur une question d’une telle importance et urgence.

                  Bien à vous.


                  • activista/// Activista 6 février 2007 15:07

                    ps : quand j’écris « article déresponsabilisant » je pense à des articles précédents, tel celui qui revenait avec le plan des taches solaires par ex.

                    Au sujet du présent article je tenais juste à souligner ce qui est indéniablement une affirmation erronée...


                  • Alex (---.---.230.84) 10 février 2007 11:56

                    « Quand plus de 95% des études arrivent à cette conclusion et que seules moins de 5% des études émettent un doute sur l’origine il me semble malhonnête d’écrire que les experts doutent...Ou alors il faut préciser que ce sont moins de 5% des experts qui doutent ! »

                    Bien que d’accord avec vous, cela pourrait être un mensonge d’état. Ce qui invalide le plus les récents rapoorts, c’est que les USA, ou la Chine se contre foutent de modifiuer leur politique.

                    Je veux bien croire que leurs dirigeants soient des salopards, mais je doute fort qu’il soeint tous stupides.

                    Il ya une chance (même si ca n’enlève rien au fait que vous ayez raison), pour que réchauffemnt il y ait mais qu’il ne soit pas du à l’homme.

                    Et si tel est le cas, cela serait bien pire de ralentir notre croissance economique attentu que c’est d’elle que viendront les solutions technologiques pour remedier au problème.

                    C’est mon point de vue, merci de ne pas me traiter de salopard, de menteur, ni de me repprocher de ne pas être une somité mondiale qui vous donne raison.


                  • marmotte (---.---.105.175) 10 février 2007 20:49

                    Un mensonge d’état ... On aura tout lu. Notez que je ne vous traite de rien. Bon, des mensonges d’état qui sont confirmés par des scientifiques des tous pays travaillant tous sur des thématiques différentes, permettez moi de douter. Permettez moi aussi de ne pas considérer la politique énérgetique et environnementale des pays comme un indidateur de l’état de notre environnement. C’est un peu comme si vous me disiez que Lycenko avait eu la bonne politique agricole pour l’URSS.

                    Quant aux « scientifiques » qui doutent ou ne sont pas d’accord, sortez les gens qui ne sont pas scientifiques (je pense a Allegre en particulier, allez mesurer son soutien au sein de sa propre communauté scientifique , ainsi que le poids de ses publications), sortez ensuite les malins opportunistes qui savent tres bien comment faire monter l’impact factor d un journal en publiant des choses en contre courant non pas parce qu ils y croient, mais parce que ca fera forcément de la publication, bref apres ça vous verrez qu il ne reste plus grand monde pour remettre en cause le changement global en tant que modification climatique dont l’issue nous echappe mais dont l origine se situe dans notre activité. Quant a la croissance, elle genere essentiellement des profits plutot que des resultats scientifiques.


                  • (---.---.149.144) 6 février 2007 15:54

                    Il y a quelque chose de troublant, ne croyez vous pas ? car en même temps, on explique l’actuelle hausse des cours du pétrole à 59$ et même plus par la PERSISTANCE de la vague de froid aux USA !!!!!!!!!!


                    • Gnole (---.---.192.187) 6 février 2007 16:53

                      Quand on connait strictement rien en climatologie, on évite de le faire savoir à tout le monde en postant un commentaire ici...


                    • maamar farah maamar farah 6 février 2007 23:34

                      à Activista

                      Merci pour vos commentaires, ainsi qu’aux autres d’ailleurs puisque ces remarques permettent non seulement de débattre du sujet - et quel sujet !- mais aussi d’aller plus loin et l’on voit bien, ici, qu’il y a des compléments d’information provenant de personnes qui sont plus compétentes que moi en la matière ! N’est-ce pas le but du jeu ici ? Le journalisme citoyen n’est pas celui du rédacteur connaissant tout et distillant doctement son savoir aux lecteurs. Le journalisme citoyen se nourrit de débats libres, de contradictions, d’arguments, d’échanges fructueux et constructifs.

                      Ceci dit, il faut replacer cet article dans son contexte : il a été écrit et envoyé à Agora avant les travaux du sommet de Paris. Tant mieux que ce dernier tranche sur la question de la responsabilité de l’homme dans les dégâts actuels.

                      Si j’écris que la communauté scientifique est partagée, je ne parle évidemment pas de la France. D’ailleurs, je ne suis pas français et je ne vis pas en France. Ceci me permet d’avoir, parfois, un regard plus neutre sur votre pays. Il est en avance sur de nombreuses autres puissances en matière de protection de l’énvironnement et les questions liées à la protection de la nature y sont très populaires, contrairement à d’autres pays. Mais, la prise de conscience est en train de gagner toutes les parties du monde.

                      Il y a de nombreux scientifiques aux Etats-Unis qui continuent d’affirmer que la faute ne vient pas de l’homme, mais qu’il y a des cycles naturels de refroidissement et de réchauffe. Sont-ils indépendants des grands groupes industriels ? Subissent-ils des pressions ? Ont-ils été achetés par le gouvernement Bush ? Je ne sais pas, mais ils existent et je crois savoir qu’ils représentent pius de 5%.

                      Dernière nouvelle pour complèter cet article : la Chine vient de déclarer qu’elle ne peut rien faire pour changer ses habitudes de consommation de charbon - grand polluant- A+

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès