Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Réchauffement climatique : Taxe carbone ou « new deal » écologique

Réchauffement climatique : Taxe carbone ou « new deal » écologique

Le Premier Ministre a décidé subitement d’écourter ses vacances pour devenir le temps d’une journée le premier « écolo » de France . Tout de suite certaines personnes se sont empressés de faire le parallèle avec l’université d’été d’Europe écologie . Au delà du calcul politique c’est plutôt le spectre d’une rentrée « chaude » qui occupe l’esprit du gouvernement . La taxe carbone pourrait être le dénotateur d’une grogne trop longtemps contenu de nombreux salariés . Malgré tout nous avons vraiment besoin d’un débat sur le réchauffement climatique non pas par opportunisme intellectuel mais bien parce que le temps presse !

La lutte contre les gaz à effet de serre est sans nul doute un des grands enjeux du XXI eme siècle, pourtant malgré les rapports alarmistes on reste sur sa faim quand aux solutions prodiguées par les Etats . La dernière en date c’est le projet d’instauration d’une taxe carbone sur les énergies fossiles . Cette taxe appelée Contribution Climat Energie (CCE) ressemble comme deux gouttes d’eau à une nouvelle taxe sur la valeurs ajoutée (TVA) . En effet elle doit être élargie à l’ensemble des citoyens avec un prélévement constant . Ainsi chaque fois qu’un automobiliste fait le plein à la pompe il doit en plus de la taxe intérieure sur les produits pétroliers (TIPP) et la TVA s’acquitter de la CCE pour 7 centimes par litre environ . Il en est de même pour l’utilisation du chauffage domestique, au fioul, gaz ou charbon . Cette taxe carbone doit coûter en moyenne 300 euros par an pour chaque ménage . Au delà de l’aspect injuste d’une taxe parafiscale qui touche plus durement les français les plus fragiles, il faut se pencher sur les contradictions du projet gouvernementale et les effets réels d’une telle mesure.
 
1) La taxe carbone Suédoise comme alibi
 
Depuis plusieurs semaines on entend partout que la CCE est la copie conforme du modéle Suédois . Pourtant bizarrement on ne se penche pas sur les paramétres sociaux-économiques et politiques des deux pays qui sont différents à bien des égards . En ce qui concerne le niveau de vie, les écarts entre les salaires les plus bas et les plus hauts sont beaucoup moins prononcés qu’en France . En ce qui concerne la fiscalité indirecte, elle représente environ 1/4 des ressources de l’Etat Suédois, soit davantage que les impôts sur le revenu . Malgré tout la TVA surnommés "moms", est plus basse pour certains produits ou services . Les produits alimentaires ont un taux réduit de 12 %, les activités culturels de 6 % et depuis le 1er janvier 2001 la taxe sur le transport intérieur des passagers (train, avion...) est également de 6 % . Enfin certains secteurs comme le medical, l’aide sociale ou l’education sont éxonérés de TVA . Si la Suéde à mis en place une taxe carbone dés 1991 pour diminuer l’utilisation des énergies fossiles, elle a parallélement incité par une "fiscalité positive", les citoyens à utiliser d’autres mode de transport . La France quand à elle, est un mauvais éleve en matiére de fiscalité incitative sur les produits de premiére nécessité, le social et les transports en commun . Pire encore, le Député UMP du Perreux Gilles Carrez envisage dans un rapport d’augmenter le ticket transport pour financer le Grand Paris notamment la ligne qui doit relier la Défense à la Plaine Saint Denis . A cela s’ajoute le grand emprunt voulu par le Président de la République qui va coûter extrêmement cher en intérêt pour le budget de l’Etat. Le plus inquiétant reste à venir avec la fin programmée de la taxe professionnelle qui va avoir un impact sur le budget des collectivités territoriales . Le gouvernement entend utiliser ce subterfuge de la taxe carbone pour compenser en partie la perte de la taxe professionnelle . Cette mesure ne suffira pas à combler les manque à gagner les impôts locaux risquent d’augmenter très fortement .
 
Le rôle des pouvoirs publics est fondamental pour impulser une vari dynamique en matiére de développement durable . La Suéde a mis en place dés 1990 des mesures importantes qui portent leurs fruits aujourd’hui : La ville de Malmô c’est une meilleure intermodalité entre les différents modes de transport en commun, c’est l’augementation de 350 kms de pistes cyclables, l’aménagement d’une vois ferré souterraine accédant au centre ville. L’ancien quartier portuaire a été réaménagé avec des nouveaux immeubles de logement consommation utilisant les energies renouvelables . Dans le domaine social, des actions sont menées en faveur des sans-abri et des jeunes...
 
2) Pour un autre modéle de société
 
Pour tenter de résoudre le problème du réchauffement climatique on préconise de ne pas utiliser les climatiseurs, de s’éclairer avec des ampoules basse tension...Nous ne pouvons changer durablement les choses si nous ne faisons que transformer les produits eux mêmes . En effet pour réduire la pollution liée au bruit d’un aéroport, il ne suffit pas d’installer des panneaux à isolations phoniques, mais bien de tendre à limiter le bruite des avions .
 
Ainsi nous ne pouvons pas émettre des voeux pieux pour moins polluer mais pourquoi le système de développement détruit le milieu naturel . Seules les transformations profondes de notre industrie et de notre urbanisation permettront d’aboutir à concilier le développement et la préservation du milieu naturel .
 
Pour répondre à ce défi les pouvoirs publics doivent fixer des normes strictes pour obliger la société à adopter des techniques moins polluantes . Un des facteurs pour diminuer le taux de C02 dans l’atmosphère c’est le développement accru des transports en commun accompagné d’une amélioration des interconnexions entre ville et campagne . Cela pourrait favoriser le processus de désurbanisation . En effet, on constate que, a population égale, la pollution est mieux supportée par la nature s’il y’a des centres urbains de petite ou moyenne importance .
 
 
ARNAUD FAUCON
INDECOSA-CGT
 

Moyenne des avis sur cet article :  3.4/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • Leo29 Leo29 22 août 2009 11:39

    Droite et Gauche ont démontré leur amateurisme dans le développement des politiques sur l’environnement ; ils sont très loin en matière d’écologie, très loin derrière les pays d’Europe du nord et de l’Allemagne.
    Avec leur nouvelle taxe sur le carbone, ils vont plutôt dégoûter les gens et pour nous l’écologie deviendra synonyme inégalité ! Donc mauvais point pour notre planète !
    Les pauvres devront rouler propre, économiser l’électricité , pendant que notre omniprésident brûlera en un voyage d’avion ce que le contribuable aura économiser en un an d’abstinence automobile.
    En fait cette taxe a du bon pour nos politiques. elle va ouvrir un autre front d’inégalité entre les riches et les pauvres.
    Les riches vivront comme avant....Les pauvres se restreindront.
    Voila le New Deal écologique !


    • franck2010 22 août 2009 18:09

      L’Allemagne délocalisant ses industries en Chine pour préserver la planète ...


    • Croa Croa 23 août 2009 22:55

      Les pays d’Europe du Nord ont une politique semblable à celle de notre « gauche » et encore plus semblable à celle de notre « droite ». Plus libéraux c’est bien eux qui ont forcé les français à renoncer à toute velléité étatique et nous imposent par « ouverture des marchés » toujours plus de camions sur les routes ! Par ailleurs leurs voitures sont plus grosses et il y a même des endroits où ils roulent avec la lumière en plein jour !

      Franchement, l’état européen écologiste reste à découvrir ! Certes, quelques mesures phares, différentes en certains pays, existent mais elles sont destinées à faire illusion justement !  


    • fred 22 août 2009 12:08

      Pour rappel, le gaz qui provoque le plus d’effet de serre est l’eau. Le CO2 vient en 2ème ou 3ème position dont 5% du dégagement est d’origine humaine. Les températures augmentent dans tout le système solaire. Sur toutes les planètes. Aucun docteur en sciences n’est capable de démontrer qu’il sagit bien des dégagements de CO2 humains qui provoquent ce réchauffement. Le consensus est politique. J’ajoute que si c bien le cas, la déforestation continue est la première cause du mal. J’en ai marre des alarmistes sur le changement climatique : on replante des arbres, on arrête les excès de la Chimie et tout ira mieux. Ciao mouton bêlant !


      • avogt 22 août 2009 17:39

        Fred, attention aux sources de vos informations. En matière de désinformation, les lobbys industriels savent y faire pour vous faire croire que le réchauffement ne vient pas de notre pollution. Si les politiques y viennent, c’est à contre-cœur, car l’écologie coûte des points de croissance.


      • Radix Radix 22 août 2009 13:21

        Bonjour

        L’auteur a publié deux articles mais aucun commentaire !

        Visiblement la discussion n’est pas son truc.

         De fait l’article devient sans intérêt !

        Radix


        • HELIOS HELIOS 22 août 2009 17:57

          Encore de l’autophobie primaire...


          En lisant cet article, malgré les references multibles, on en conclu encore et encore que ce sont les trasnports et surtout l’automobile, la cause de tout nos maux !

          Le mot « transport » a été ecrit 6 fois sans compter les mots automobiliste, plein, pompe et les autres concept visant l’usage de l’automobile, intermodalité, piste cyclable, avion etc...

          La route absorbe 15% de notre consommation de petrole... ou est le reste ? ne serait-il pas mieux de s’attaquer aux 85% du problème qu’aux 15% qui vous fachent directement ?

          On attend toujours des propositions « raisonnables » qui nous aideront a surtir « par le haut » d’une problematique dont l’homme est loin d’avoir l’entiere responsabilioté, malgré ce que vous laisiez croire.

          J’aimerai par exemple lire un article sur la durée de vie des materiels et leur réparabilité qui reduirait considerablement l’empreinte ecologique et qui par desuus tout cela donne du travail non délocalisable a des artisans....

          Bonne soirée a tous, n"allumez pas toutes les lumieres !




          • franck2010 22 août 2009 18:23

            L’économie de marché répondra aux besoins de l’humanité par le simple mécanisme de l’équilibre de l’offre et de la demande. Quand le pétrole manquera, on développera au moment T, à l’instant T, et à l’heure H les technologies de remplacement et les énergies renouvelables.

            La Taxe carbone s’inscrit dans le vaste dessein ( au sens de Dasein pas de dessin ) voulu par N Sarkozy pour sauver la planète. F Fillon restera dans l’Histoire de l’Humanité, l’Homme qui sous la férule de M Rocard mit en place le vaste programme de notre guide suprême !

            Hey, Nicolas, et toi militant de l’UMP tu vois pas qu’on se fout de ta gueule !!!


            • Croa Croa 23 août 2009 23:04

              Sarko n’a rien « voulu », c’est une concession (à Hulo.)

              D’ailleur cette taxe carbone va à l’échec car elle est minable ! (ça, peut être que Sarko le cherche un peu, non ?)


            • fresquito 23 août 2009 17:47

              La situation de notre pays est calamiteuse. Il n’a jamais bien respecté les directives et aujourd’hui fait dans la dentelle avec la taxe CO2. Il est imperatif pour le MONDE d’evaluer les degats des pollueurs et les taxés à fond, cela va de soit. Ce que le gouv français surtout celui là ne sait pas faire c’est de la re-distribution équitable.Les exemples font légion et les milliards perdus aussi !!! Donc, les pauvres paient un peu comme les gens du sud (hemisphère sud) qui n’ont vraiment pollué le 0,1% du totale. Pensez que aujourd’hui ses pocitions sont inténables et avec raison. Eux, ils tournet encore avec des ânes et des velos et nous ont continue à pardoner les compagnies d’aviation, les transport routier, et tout le reste. Cela c’est du ridicule, esclavagiste et surtout du precaire comme ce monde capitaliste et comme le pétrole qui l’a fait naître .....et mourir !!!


              • slide 31 août 2009 10:08

                En effet, on voit la diffférence entre une approche rationnelle écolo-centriste et une approche directement sortie de l’ENA...

                Problème 1 : Si c’est la quote part de CO2 qu’il faut taxer dans un premier temps, alors alourdissons aussi fortement la fiscalité des capteurs photovoltaïques, actuellement 4 à 5 fois plus émetteurs de CO2 que le nucléaire, et dont les perspectives visibles aujourd’hui ne permettent guère d’espérer mieux qu’un facteur 2. Du reste, produire à tout prix de l’électricité « renouvelable » pour l’envoyer chauffer une résistance... Ne vaut-il pas mieux produire de suite de la chaleur ???

                Problème 2 : le redéploiement de l’argent collecté... On sait tous ce qu’il est advenu de feue la vignette auto, initialement instaurée pour financer les frais occasionnés par les personnes âgées, lesquelles n’en ont tellement pas vu la couleur qu’après abrogation il a fallu créer une nouvelle collecte sur un nouveau modèle plus fermé pour éviter de voir le bénéfice de l’impôt annulé par des dépenses toujours plus malvenues...

                Si on accompagne à minima cette taxe d’une séparation administrative empêchant les fonds collectés de colmater les brèches d’un budget établi de façon particulièrement irresponsable, si cet impôt ne peut pas se substituer au manque à gagner de l’abaissement du fort discutable bouclier fiscal, et si on se met désormais à mener une politique écologiquement responsable (baisse de consommation, hydroélectrique, éolien, nucléaire) et non écolomarketing (Photovoltaïque), alors on pourra avoir des raisons de commencer à y adhérer.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès