Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Réunie à l’université de Créteil la coalition climat 21 se met en (...)

Réunie à l’université de Créteil la coalition climat 21 se met en ordre de bataille !

La coalition climat 21 qui réunit 130 organisations a tenu une très bonne réunion les 2, 3 et 4 octobre à l'Université de Créteil. La mobilisation est forte, le travail est collectif, la méthode de travail maitrisée, la machine va aller loin.

Ils sont trois en tribune, ils ont dans les trente ans de moyenne d’âge, sourire aux lèvres, zéro pression, décontraction. Les prises de parole sont brèves et précises, ils se passent le relais avec fluidité. Il y a beaucoup d’informations à passer à tous dans cette matinée. On passe tout de suite de l’anglais au français, puis à l’anglais, nous avons des casques pour la traduction. Nous serons environ 500 dans l’amphi en fin de matinée, grande diversité dans les âges (la bonne surprise), sans doute autant de femmes que d’hommes, pas mal de pays.

« Nous voulons que tout le monde prenne la parole ».

Cindy, une américaine, nous fait lever et nous demande de dire fort « justice », après qu’elle-même ait prononcé le mot « climat ». Une fois, deux fois, dix fois, en anglais, en français. On se rassoit, nous voilà dans l’ambiance. Des consignes sont passées : « être respectueux », « faire des propositions et des critiques constructives ». Ceux qui parlent beaucoup sont invités à être brefs. Les timides sont invités à faire un effort pour s’exprimer. « Nous voulons que tout le monde prenne la parole ». Avec un slogan pareil on ne s’étonnera pas que j’ai eu beaucoup d’approbation quand j’ai évoqué l’opération « un débat par classe pour le climat  » en atelier l’après-midi.

« Si on ne fait rien personne ne le fera à notre place »

 Juliette Rousseau de la coalition, nous expose les grandes lignes de ce que toutes et tous doivent savoir. Les grandes dates : 5 et 6 décembre Alternatiba à Montreuil village mondial des alternatives, sommet citoyen sur le climat. Du 7 au 11 décembre, c’est la Zone d’Action pour le Climat (ZAC) au 104 dans Paris du côté de la station Stalingrad. Manif des 28-29 novembre, manif du 12 décembre. Juliette nous rappelle le slogan : « Si on ne fait rien personne ne le fera à notre place ». La coalition compte plus de 130 organisations. Le budget est de 592 K€. 181 affectés à la com, 118 à la location du 104, 191 pour les salaires. 150 viennent du gouvernement… Un spot créé par la coalition passera dans les salles de cinéma…

Diversité chérie.

Plusieurs objectifs du mouvement sont exposés : Elargir et approfondir le mouvement, s’assurer que les peuples autochtones soient représentés, faire que nous soyons plus forts en 2016 qu’en 2015. Créer les conditions pour un changement systémique, créer un rapport de force. Justice sociale et environnementale, capacité à peser, créer une pression sur les décideurs, connecter les luttes. « Mettre en avant notre diversité est un leitmotiv ». « L’objectif n’est pas d’écrire un texte politique », « nous ne sommes pas forcement d’accord, mais nous voulons rester ensemble ». « Nous ne voyons pas la diversité comme une faiblesse mais comme une force ». Une question est posée : « Devrons nous rendre des comptes sur nos dépenses à l’Etat ? ». Réponse : « L’Etat nous a fait languir, il aurait préféré nous voir au Bourget dans l’espace génération climat. Nous n’aurons pas à rendre compte ».

« Les artistes sont au cœur de la marche » le 29 novembre à Paris

Une information est considérée comme importante par les organisateurs : « Les chefs d’Etat viennent le premier jour et pas le dernier comme à Copenhague ». Les 28 et 29 novembre c’est la marche mondiale pour le climat. Il y a déjà une quarantaine de marches de programmées dans le monde. En France il y a Rouen, Strasbourg, Rennes, Marseille… La marche de Paris est l’objet d’une impressionnante réflexion collective. La dimension artistique est sans cesse rappelée : « On chorégraphie la marche ». Il y aura dans la marche des grands blocs thématiques autour des mots : - changement – emplois – la nature c’est nous – tous porteurs de changement - nous avons des solutions – nous savons qui sont les responsables -. C’est dit et redit : « Les artistes sont au cœur de la marche ».

« Tout ce qui est ici est co-constructible, tout est en co-construction »

Sur mon petit fauteuil dans l’amphi, je suis souvent admiratif de la maîtrise de la méthodologie de la réunion. Pleins de gens très différents ont plein de choses à dire. Les organisateurs veulent passer l’essentiel de ce qui est déjà collectivement acquis. Je ne sais pas combien de fois les animatrices et animateurs rappelleront que nous pouvons poser des questions d’éclaircissement, mais pas des questions de fond : « Il y aura l’après-midi pour cela, après les travaux en ateliers ». Forcément, certains intervenants ne respectent pas la consigne pourtant mainte fois répétée. L’animateur dit : « Tout ce qui est ici est co-constructible, tout est en co-construction ». Aucun agacement visible du côté tribune, grande écoute, patience, nouvelle explication, tout en douceur. Bravo, belle leçon de conduite de réunion. On sent que le bac à sable est sécurisé, on peut réfléchir, on peut innover, on peut créer, on peut s’amuser !

12-12-12.

Juliette dit que « notre mouvement à deux jambes, l’alternative et la résistance ». Il y aura aussi une grande manif à Paris le 12-12 à 12 heures. Là aussi on dit que : « l’art est là pour impliquer le plus grand nombre de gens ». Les mots « récit » et « narration » reviendront souvent dans la bouche des organisateurs. Nous avons de temps en temps le sentiment de vivre un moment historique. Un moment historique qui a déjà commencé et va se dérouler sur un grand nombre de mois, voire plus ! Certains, même si ce n’est pas l’heure, prennent des positions : « on est contre le marché carbone », « le grand palais c’est plus facile à encercler que le Bourget », « contrecarrer les fausses solutions », « faire quelque chose contre solution 21 »…

On est vraiment dans un truc mondial

Christophe Aguiton présente la version 2 du site de la coalition qui va bientôt être mise en ligne. Le site est pensé selon les 4 temps forts de la mobilisation, sachant qu’Alternatiba Paris est un temps fort déjà passé. Ensuite Ian, animateur d’Avaaz, présente le site mondial. Il vient d’Ecosse, nous rappelle que l’on est à 8 semaines de l’évènement. Impressionnant de voir les pages des grandes villes du monde défiler, ça commence par San Francisco. On est vraiment dans un truc mondial, c’est assez énorme tout ça. Cette facilité à travailler ensemble, la notion de frontière est probablement une notion étrange pour tout le monde ici. L’animateur demande de lever les mains si ça va, « si on comprend bien ce que l’on fait ». Il appelle ça se renseigner sur la météo. Les mains s’agitent. Tout fonctionne. Un indien, piétinant la consigne lui aussi, parle de la réunion pour le tribunal international des droits de la nature qui se déroulera les 4 et 5 décembre à la maison des metallos. Il parle d’entreprises criminelles. En fin de séance nous avons été invités à nous rassembler pour la photo.

On débriefe les négos au 104

L’après-midi, l’atelier sur la ZAC qui aura lieu au 104 du 7 au 11 décembre a mobilisé autour de 40 personnes. Du 104 on nous dit que : « l’endroit est magnifique, c’est un lieu vivant inscrit dans un quartier ». On aura beaucoup d’espaces à disposition de 9h à 20h. Les organisations sont invitées à proposer des activités, expos, débats… Il y a une fiche à remplir jusqu’au 12 octobre. Il n’y aura pas de stand de présentation des associations, mais des activités proposées. Un programme va paraitre en particulier à destination des classes. En fin d’après-midi tous les jours, il y aura un temps de débriefing des négociations en public.

Plus d’efforts à faire vers les communautés affectées

En plénière de clôture, la liste des mots clés de la manif du 29 novembre s’est enrichie : « Un mouvement puissant ayant beaucoup de sens. Un mouvement unifié qui regarde vers l’avant. Un mouvement compréhensible, impressionnant, qui donne envie de participer ». Un message est passé à propos des communautés affectées : « On doit faire plus d’efforts pour aller vers elles ». « Pas de VIP, pas de hiérarchie entre les gens ». « Eviter la capture par les partis politiques ». « Les partis sont observateurs, pas acteurs, ils ne doivent pas mettre leurs logos ». « La marche zéro déchet ». « On va travailler de près avec les artistes ». « La marche du 29 c’est le début de quelque chose ». « Nous devons tisser des liens entre les marches internationales et la marche de Paris ». « Vidéos, images… ». Un indien du Mexique prend la parole. Il parle de 8 000 tambours qui vont jouer sur le champ de mars. « Cette action a démarré en 2004. Les tambours, c’est le cœur de la Terre. L’être humain doit reconnecter sa tête et son cœur pour qu’il ne considère plus la Terre comme un objet ». Un groupe a réfléchi à une action symbolique contre une grande entreprise ; le choix n’est pas fait entre EDF et Total.

Connections, connections

Il y a eu beaucoup de travail réalisé ce samedi à Créteil. Beaucoup de connections faites entre des personnes d’un même combat, beaucoup de visions partagées, du désir aussi certainement et c’est bien ; le respect était toujours là. Txetx Etcheverry de Bizi et d’Alternatiba est juste intervenu une fois pour renforcer le caractère « non violent » de la lutte. Hervé Kempf était là, Reporterre fera sans doute un article. La présence d’Abderrahim Ksiri, président de l’ONG marociane AESVT et de Planet'ERE qui pense déjà à la COP 22 (elle sera au Maroc), était une bonne surprise, ainsi que celle de ma collègue du CNTE représentante de la CGT, Fabienne Cru. Connections, connections... Les syndicats sont discrets mais leur présence bienveillante ne fait aucun doute. Il est certain que la partie immergée de l’iceberg est énorme. La coalition climat 21 est dans la bonne voie, très à cheval sur la méthode, elle a tout pour aller loin et bien. Tous les acteurs de l’EEDD peuvent se satisfaire de ce mouvement d’ampleur qui met en avant justice climatique et justice sociale, qui dit que nous ne défendons pas la nature mais que nous sommes la nature qui se défend, qui aime la diversité, qui veut mettre en avant les peuples affectés et qui comme nous, par-dessus tout, veut que toutes et tous parlent et que nous fassions ensemble !

A suivre

Roland Gérard

Co-directeur du Réseau Ecole et Nature


Moyenne des avis sur cet article :  1.17/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • lughengor lughengor 5 octobre 2015 17:27

    plus d’argent pour la géo-ingénierie ? 


    • eric 5 octobre 2015 17:54

      Froid dans le dos ! Ce sont vraiment des facho en puissance. « Ils ne se battent pas pour la nature, ils sont la nature qui se défend ! »

      Il n’y a pas si longtemps, des êtres semblables auraient dit, nous somme le prolétariat ou au moins son avant garde. Mais il s’est avéré que les travailleurs existaient et que de plus en plus, ils n’ont pas voulu de ce genre de porte-paroles auto proclamés.

      Alors aujourd’hui, ils ne sont même pas les porte parole de petits oiseaux et des joyeuses herbettes,non, ils sont la nature, (on est presque surpris de ne pas voir le slogan, nous sommes la planète...mais en cherchant un peu...). je passe sur les prurits racistes, dont témoigne la volonté de représentation de « peuples autochtones ». Sur la débauche de fric 600 000 euros ! Sur l’autosatisfaction béate.
      Dans les vision archéo marxistes, le statut de ceux qui n’étaient pas à l’avant garde du prolétariat n’était pas à priori très réjouissant pour un humaniste. Avec ces gens , ceux qui ne « sont pas la nature se défendant » on une vocation à la dékoulakisation et à être victime d’un génocide pour sauver la planète qui est inscrit dans leurs déclarations.

      Et le coup de la « violence non violente civile civique citoyenne contre la violence première du système », on nous l’a déjà fait. Ils ne savent pas encore si ils vont s’attaquer de façon non violente à EDF ou à Total....Je serai les pouvoir public, je mettrai tous ce joli monde sous surveillance avant qu’il n’y ait encore des mort à cause d’eux comme à Sirvens.


      • Sozenz 5 octobre 2015 21:32

        CLIMAT CLIMAT CLIMAT CLIMAT CLIMAT CLIMAT CLIMAT CLIMAT CLIMAT CLIMAT CLIMAT CLIMAT

        LA GRANDE MODE

        Pour parler écologie on ne parle que climat ....

        CLIMAT CLIMAT CLIMAT CLIMAT ... et hop un troupeau bien en groupe !!


        • Sozenz 5 octobre 2015 21:48

          On vous mène par le bout du nez et vous ne le voyez même pas....
          http://www.etcgroup.org/content/world-geoengineering
          http://www.etcgroup.org/fr/content/climat-et-g%C3%A9o-ing%C3%A9nierie-des-technologies-pour-garantir-la-mainmise-de-l%E2%80%99homme-sur-la-nature

          Vous foncez droit dans le mur à continuer à tenir le langage que l on veut vous faire tenir ...


          • JC_Lavau JC_Lavau 8 octobre 2015 10:55

            Oïa képhalè, eg képhalon ouk ekeï !
            Une belle tête, mais de cervelle, point...

            L’amplification du délire sous influence, sous la dictature du WWF-ariat.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès